IDESETAUTRES.be

Téléchargements

Si vous êtes satisfait(e) de ce que vous avez téléchargé, ayez la gentillesse de verser ne fût-ce que 1 (un) EURO symbolique sur le compte bancaire de l'ONG humanitaire de votre choix, avec la communication www.idesetautres.be.

Nom : VANDERSTEEN KARL MAY 10 DUIVELSKOP 19A - Rajouté le 16/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Maar hij (Winnetou) zwoer een dure eed » (« Mais il jura un serment coûteux = il avait juré quelque chose qui allait lui coûter cher »).
On y trouve notamment la forme verbale « ZWOER », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « ZWEREN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Dans le complément « een dure eed », « DUUR » est utilisé comme adjectif épithète, se place donc devant le nom et, pour s’accorder, prend la terminaison majoritaire « E » (devant noms masculin, féminin et neutre au singulier ainsi que masculin, féminin ou neutre au pluriel). Attention à la modification orthographique : dans la mesure où on rajoute un « E » derrière une consonne finale unique (ici « R »), cela entraîne la disparition d’une des deux voyelles identiques (ici « U ») devant cette même consonne si l’on a affaire à une double voyelle. « DUUR » + « E » - « U » = « dUrE ».
La version néerlandophone de « KARL MAY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 19 dans « De duivelskop », le volume N°10 de la série « KARL MAY ».
Willy VANDERSTEEN se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1971-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN KARL MAY 10 DUIVELSKOP 18A - Rajouté le 16/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Old Shatterhand) is aan een wagenwiel gebonden en wordt door een schildwacht bewaakt » (« Il est attaché à une roue de chariot et est surveillé par une sentinelle »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEBONDEN », participe passé provenant de l’infinitif « BINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (ici « aan een wagenwiel »), à la fin de la phrase.
La deuxième phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ». La nuance est parfois difficile à saisir pour, par exemple, les francophones. Si le complément est introduit par la préposition « DOOR », ce sera en général plutôt l’auxiliaire « WORDEN ».
On y trouve la forme verbale « BEWAAKT », participe passé provenant de l’infinitif « BEWAKEN », PAS affecté par les « temps primitifs ».
Ce verbe « BEWAKEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera un « T » (au lieu du « D » majoritaire).
Rappelons que si un verbe commence, par exemple, par le préfixe « BE- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Rappelons encore une fois que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (ici « door een schildwacht »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « KARL MAY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 18 dans « De duivelskop », le volume N°10 de la série « KARL MAY ».
Willy VANDERSTEEN se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1977-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 34 STRIJDBIJL 19A - Rajouté le 15/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (…) onder de stam dreven Indianen (in het water) mee » (« sous le tronc, des Indiens se laissaient emporter par le courant »).
On y trouve notamment la forme verbale « dreven … MEE », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « MEEdrijven », conjugué lui-même sur « DRIJVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « MEEdrijven » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « MEE » de son infinitif proprement dit, la particule « MEE » étant affectée par un REJET, derrière le complément (ici, sous-entendu : « in het water »), à la fin de la phrase. Il est à noter que la particule « MEE » provient de la préposition « MET ».
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« onder de stam »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « Indianen ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « dreven ») et passant donc derrière lui.
N’oublions pas non plus que le participe présent en néerlandais se construit en ajoutant simplement un « D » à l’infinitif : « DRIJVEN » => « drijvenD ». Ici, ce participe présent est utilisé comme adjectif épithète (dans la première image), se place donc devant le nom et, pour s’accorder, prend la terminaison majoritaire « E » => « drijvendE boomstam ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 19 dans « De strijdbijl », le volume N°34 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 34 STRIJDBIJL 18A - Rajouté le 15/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Reeds wordt er geschoten » (« Il est déjà tiré = on tire déjà »).
On y trouve notamment la forme verbale « GESCHOTEN », participe passé provenant de l’infinitif « SCHIETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« reeds »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « ER ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « wordt ») et passant donc derrière lui.
On aurait pu dire plus simplement : « Reeds schiet MEN » ou « MEN schiet reeds ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 17 dans « De strijdbijl », le volume N°34 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 34 STRIJDBIJL 02B - Rajouté le 15/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Geen oorlog kan (worden) begonnen worden zonder dat, eerst, de heilige strijdbijl is opgegraven » (« Aucune guerre ne peut être commencée sans que, d’abord, la hache de guerre sacrée soit déterrée »).
On y trouve notamment la forme verbale « BEGONNEN », participe passé provenant de l’infinitif « BEGINNEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que si un verbe commence, par exemple, par le préfixe « BE- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
On y trouve aussi la forme verbale « OPgeGRAVEN », participe passé provenant de l’infinitif « opGRAVEN », verbe dit « à particule séparable » lui-même construit sur « GRAVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « opGRAVEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEgraven ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 2 dans « De strijdbijl », le volume N°34 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 34 STRIJDBIJL 02A - Rajouté le 15/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De twee stammen zijn handgemeen geraakt » (« Les deux tribus en sont venues aux mains »).
On y trouve notamment la forme verbale « GERAAKT », participe passé provenant de l’infinitif « RAKEN », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il y a aussi, dans la première image, la phrase : « Wij zien hier om te verhinderen dat ze nog slaags geraken » (« Nous sommes ici pour empêcher qu’ils en viennent encore aux mains ».) Attention : il ne s’agit ni du même verbe (ici à l’INDICATIF et certainement PAS au participe passé), ni de la même expression en néerlandais. Est-ce pour éviter une confusion que l’on ne trouve plus actuellement que « slaags RAKEN », où le « GE » a disparu ? …
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 2 dans « De strijdbijl », le volume N°34 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : GESCHIEDENIS WERELD SCHOONJANS FUNCKEN 231 - Rajouté le 15/08/2011

Description : Cette invitation à la découverte de l’« Histoire du Monde » (1955-1962) par Jean SCHOONJANS (1897-1976) pour les Editions du Lombard ne correspond peut-être plus aux critères actuels d’approche pédagogique de l’Histoire mais, grâce aux talents d’illustration de Fred et Liliane FUNCKEN, elle reste inoubliable pour ceux qui ont eu la chance de la connaître alors.
La version néerlandophone, « Geschiedenis van de Wereld », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
La planche N°231 est parue dans le N°11 de l’hebdomadaire « KUIFJE » du 17 mars 1960. Elle concernait les Temps Modernes, s’intitulait « De Staten-Generaal » (« Les Etats-Généraux ») et se subdivisait en : « De Derde Stand » (« Le Tiers-Etat »), « Een grondwet » (« Une constitution »), « Op 5 mei 1789 » (« Le 5 mai 1789 »), « In de zaal van het kaatsspel op 17 juni 1789 » (« Dans la salle du jeu de paume le 17 juin 1789 ») et « Mirabeau op 23 juni 1789 » (« Mirabeau le 23 juin 1789 »).
Jean SCHOONJANS se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer culturellement.
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : 119 DHAENENS VERLEDEN 10 MILJOEN BELGEN - Rajouté le 15/08/2011

Description : La S.V. belge ARTIS-HISTORIA S.C. a, parmi beaucoup d’autres publications de qualité, édité des « Bibliocassettes ». Celles, intitulées « Un passé pour 10 millions de Belges – Vies quotidiennes / Een verleden voor 10 miljoen Belgen – Dagelijks leven », conçues et dirigées par le Professeur Albert d’HAENENS (Directeur, en 1980, du Centre de Recherches sur la Communication en Histoire de l’UCL) contenaient notamment (à côté d’une fiche recto-verso de texte) une fiche en couleurs. L’illustration N°119, accompagnée d’une légende bilingue, était relative à : « L’insertion internationale de la Belgique de 1914 à 1945 / De internationale rol van België van 1914 tot 1945 ».
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : GESCHIEDENIS WERELD SCHOONJANS FUNCKEN 230 - Rajouté le 14/08/2011

Description : Cette invitation à la découverte de l’« Histoire du Monde » (1955-1962) par Jean SCHOONJANS (1897-1976) pour les Editions du Lombard ne correspond peut-être plus aux critères actuels d’approche pédagogique de l’Histoire mais, grâce aux talents d’illustration de Fred et Liliane FUNCKEN, elle reste inoubliable pour ceux qui ont eu la chance de la connaître alors.
La version néerlandophone, « Geschiedenis van de Wereld », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
La planche N°230 est parue dans le N°10 de l’hebdomadaire « KUIFJE » du 10 mars 1960. Elle concernait les Temps Modernes, s’intitulait « Lodewijk XVI of het einde van de wereld» (« Louis XVI ou la fin du monde ») et se subdivisait en : « De goedhartige koning » (« Le roi au bon coeur »), « De koningin » (« La reine »), « Het drama » (« Le drame »), «Madame Deficit » (« Madame Déficit ») et « De Staten-Generaal in 1789 » (« Les Etats-Généraux en 1789 »).
Jean SCHOONJANS se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer culturellement.
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : 118 DHAENENS VERLEDEN 10 MILJOEN BELGEN - Rajouté le 14/08/2011

Description : La S.V. belge ARTIS-HISTORIA S.C. a, parmi beaucoup d’autres publications de qualité, édité des « Bibliocassettes ». Celles, intitulées « Un passé pour 10 millions de Belges – Vies quotidiennes / Een verleden voor 10 miljoen Belgen – Dagelijks leven », conçues et dirigées par le Professeur Albert d’HAENENS (Directeur, en 1980, du Centre de Recherches sur la Communication en Histoire de l’UCL) contenaient notamment (à côté d’une fiche recto-verso de texte) une fiche en couleurs. L’illustration N°118, accompagnée d’une légende bilingue, était relative à : « L’insertion internationale de la Belgique jusqu’en 1914 / De internationale rol van België tot in 1914 ».
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN RODE RIDDER 018 WITTE TEMPEL 30A - Rajouté le 14/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij (Chrysis) heeft nog niet gesproken » (« Elle n’a pas encore parlé »).
On y trouve notamment la forme verbale « GESPROKEN », participe passé provenant de l’infinitif « SPREKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
La version néerlandophone du « RODE RIDDER », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 6 dans « De witte tempel », le volume N°18 de la série « DE RODE RIDDER ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Frank SELS, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN RODE RIDDER 018 WITTE TEMPEL 15A - Rajouté le 14/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb trouw gezworen en zal mijn eed gestand blijven (« J’ai juré (d’être) fidèle (= j’ai juré fidélité) et reste « fidèle » à mon serment »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEZWOREN », participe passé provenant de l’infinitif « ZWEREN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
La version néerlandophone du « RODE RIDDER », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la pages 15 dans « De witte tempel », le volume N°18 de la série « DE RODE RIDDER ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Frank SELS, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN RODE RIDDER 018 WITTE TEMPEL 09A - Rajouté le 14/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kan je slechts mijn zwaard geven zo (zodra) de gevangenen de vrijheid (wordt) geschonken wordt » (« Je ne peux vous donner mon épée que dès que (lorsque) la liberté est (sera) offerte aux prisonniers »).
On y trouve notamment la forme verbale « GESCHONKEN », participe passé provenant de l’infinitif « SCHENKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Signalons également que la phrase subordonnée est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
Le nom commun « gevangenEN » est, lui, construit sur le participe passé « GEVANGEN », provenant de l’infinitif « VANGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
On y trouve aussi, dans la deuxième illustration, l’infinitif « TOEvertrouwen », verbe dit « à particule séparable » construit sur l’infinitif « verTROUWEN », lui-même construit sur l’infinitif « TROUWEN », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « TOEvertrouwen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TOE » de son infinitif proprement dit. Si la phrase l’avait été au présent, on aurait pu avoir : « Il vertrouw dit zwaard aan jouw wijsheid TOE », avec REJET de la particule séparable « TOE », derrière les compléments (« dit zwaard » et « aan jouw wijsheid »), à la fin de la phrase.
Il est à noter que la particule « TOE » provient de la préposition « TOT ».
La version néerlandophone du « RODE RIDDER », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est le fruit d’un montage par nos soins d’illustrations extraites des pages 9 et 10 dans « De witte tempel », le volume N°18 de la série « DE RODE RIDDER ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Frank SELS, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.
Dans un contexte culturel plus large, attirons tout de même l’attention sur l’image de la page 10, dessinée comme sur les vases grecs. Consultez à ce sujet la critique incluse à la fin du chapitre 1 de l’admirable étude sous forme d’un "e-book", intitulée DE RODE RIDDER STORY et due à Ivo De Wispelaere, Bert Gevaert et David Steenhuyse. Une version néerlandophone est téléchargeable gratuitement à partir de l’adresse INTERNET suivante :
http://www.stripspeciaalzaak.be/Toppers/RodeRidder/RodeRidderStory.htm
Une version française devrait être progressivement accessible sur notre site à partir de septembre 2011.

Nom : VANDERSTEEN RODE RIDDER 018 WITTE TEMPEL 06A - Rajouté le 14/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Midden in een uitgestrekt gewelf met lichtgevende wanden, prijkt een reusachtige witmarmeren tempel » (« Au milieu d’une caverne voûtée étendue avec des parois luminescentes (donnant de la lumière), trône un gigantesque temple en marbre blanc »).
On y trouve notamment la forme verbale « UITgestrekt », participe passé provenant de l’infinitif « UITSTREKKEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « STREKKEN », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Ce verbe « STREKKEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « k », on trouvera AU participe passé un « T » (au lieu du « D » majoritaire).
Quand « UITSTREKKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEstrekt ».
Dans ce contexte-ci, « uitGEstrekt » est utilisé comme adjectif épithète, donc placé devant le nom commun « gewelf » qui, étant NEUTRE (un « HET-woord ») et précédé du déterminant indéfini « EEN », n’engendre EXCEPTIONNELLEMENT PAS la terminaison « E » à la fin de l’adjectif.
N’oublions pas non plus que le participe présent en néerlandais se construit en ajoutant simplement un « D » à l’infinitif : « GEVEN » => « gevenD ». Ici, ce participe présent est utilisé comme adjectif épithète, se place donc devant le nom et, pour s’accorder, prend la terminaison majoritaire « E » => « (licht)gevendE wanden ».
Rappelons enfin que l’on peut aussi construire en néerlandais des sortes d’adjectifs épithètes (donc placés devant le nom commun) à partir de noms de MATIERE comme « marmer ». En français, on dira « EN marbre » ; le pur hasard en néerlandais fait que l’on ajoute « EN » à la fin du nouveau mot ainsi créé : « marmer » + « EN » => « marmerEN ».
La version néerlandophone du « RODE RIDDER », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 6 dans « De witte tempel », le volume N°18 de la série « DE RODE RIDDER ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Frank SELS, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN KARL MAY 09 OUTLAW 31A - Rajouté le 13/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Uit de kogelhulzen komen de gestolen diamanten te voorschijn » (« Sortant des cartouches (chambres à poudre), les diamants volés apparaissent »).
On y trouve notamment la forme verbale « GESTOLEN », participe passé provenant de l’infinitif « STELEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé est utilisé comme adjectif épithète, devant le nom commun, mais la plupart du temps, reste invariable.
Dans l’expression « tevoorschijn komen », « tevoorschijn » (en 1 ou 2 mots) réagit comme une particule séparable.
La version néerlandophone de « KARL MAY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est le fruit d’un montage par nos soins d’illustrations extraites des pages 29 et 31 dans « De outlaw », le volume N°9 de la série « KARL MAY ».
Willy VANDERSTEEN se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1965-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN KARL MAY 09 OUTLAW 30A - Rajouté le 13/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het paard, dat door hem (Old Shatterhand) (wordt) bereden wordt, wordt onder hem gedood » (« Le cheval, qui est chevauché par lui, est tué sous lui »).
On y trouve notamment la forme verbale « BEREDEN », participe passé provenant de l’infinitif « BERIJDEN », lui-même construit sur le verbe « RIJDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que si un verbe commence, par exemple, par le préfixe « BE- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux
Rappelons aussi que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« door hem »), à la fin de la phrase (subordonnée relative, introduite par DAT qui se réfère à « HET paard »).
Ces deux phrases sont à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « KARL MAY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 30 dans « De outlaw », le volume N°9 de la série « KARL MAY ».
Willy VANDERSTEEN se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1965-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN KARL MAY 09 OUTLAW 26A - Rajouté le 13/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zijn meester (Old Shatterhand) is zonder hem vertrokken » (« Son maître est parti sans lui »).
On y trouve notamment la forme verbale « VERTROKKEN », participe passé provenant de l’infinitif « VERTREKKEN », lui-même construit sur le verbe « TREKKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons si un verbe commence, par exemple, par le préfixe « VER- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux
Rappelons aussi que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« zonder hem »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « KARL MAY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 26 dans « De outlaw », le volume N°9 de la série « KARL MAY ».
Willy VANDERSTEEN se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1965-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN KARL MAY 09 OUTLAW 05A - Rajouté le 13/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Inmiddels zet de postkoets nog ongehinderd haar weg verder » (« Pendant ce temps, la diligence poursuit son chemin encore sans ennuis »).
On y trouve notamment la forme verbale « zet … VERDER », provenant d’un verbe « VERDERzetten » (n’existant pas officiellement mais construit sur « VERDERgaan »), réagissant comme ceux dits « à particule séparable » et construit sur le verbe « ZETTEN ».
Il y a REJET de la « particule séparable » « VERDER », derrière les compléments (« nog », « ongehinderd » et « haar weg »), à la fin de la phrase. Rappelons que « VERDER » est le comparatif de supériorité de « VER », construit sur le modèle de ceux des adjectifs.
La version néerlandophone de « KARL MAY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 5 dans « De outlaw », le volume N°9 de la série « KARL MAY ».
Willy VANDERSTEEN se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1965-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : GESCHIEDENIS WERELD SCHOONJANS FUNCKEN 229 - Rajouté le 13/08/2011

Description : Cette invitation à la découverte de l’« Histoire du Monde » (1955-1962) par Jean SCHOONJANS (1897-1976) pour les Editions du Lombard ne correspond peut-être plus aux critères actuels d’approche pédagogique de l’Histoire mais, grâce aux talents d’illustration de Fred et Liliane FUNCKEN, elle reste inoubliable pour ceux qui ont eu la chance de la connaître alors.
La version néerlandophone, « Geschiedenis van de Wereld », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
La planche N°229 est parue dans le N°9 de l’hebdomadaire « KUIFJE » du 3 mars 1960. Elle concernait les Temps Modernes, s’intitulait « De gekroonde filosoof » (« Le philosophe couronné ») et se subdivisait en : « Jozef II vanaf 1780 » (« Joseph II à partir de 1780 »), « De ronde van België » (« Le tour de Belgique »), « Hervormingen » (« Réformes »), «De Brabantse omwenteling in 1789 » (« La Révolution brabançonne en 1789 ») et « De dood van de filosoof in 1790 » (« La mort du philosophe en 1790 »).
Jean SCHOONJANS se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer culturellement.
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : 117 DHAENENS VERLEDEN 10 MILJOEN BELGEN - Rajouté le 13/08/2011

Description : La S.V. belge ARTIS-HISTORIA S.C. a, parmi beaucoup d’autres publications de qualité, édité des « Bibliocassettes ». Celles, intitulées « Un passé pour 10 millions de Belges – Vies quotidiennes / Een verleden voor 10 miljoen Belgen – Dagelijks leven », conçues et dirigées par le Professeur Albert d’HAENENS (Directeur, en 1980, du Centre de Recherches sur la Communication en Histoire de l’UCL) contenaient notamment (à côté d’une fiche recto-verso de texte) une fiche en couleurs. L’illustration N°117, accompagnée d’une légende bilingue, était relative à : « Les partis non traditionnels / De niet-traditionele partijen ».
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : GESCHIEDENIS WERELD SCHOONJANS FUNCKEN 228 - Rajouté le 12/08/2011

Description : Cette invitation à la découverte de l’« Histoire du Monde » (1955-1962) par Jean SCHOONJANS (1897-1976) pour les Editions du Lombard ne correspond peut-être plus aux critères actuels d’approche pédagogique de l’Histoire mais, grâce aux talents d’illustration de Fred et Liliane FUNCKEN, elle reste inoubliable pour ceux qui ont eu la chance de la connaître alors.
La version néerlandophone, « Geschiedenis van de Wereld », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
La planche N°228 est parue dans le N°8 de l’hebdomadaire « KUIFJE » du 25 février 1960. Elle concernait les Temps Modernes, s’intitulait « De terugkeer van Diogenes » (« Le retour de Diogène ») et se subdivisait en : « Met een lantaarn » (« Avec une lanterne »), « De rede : Berkeley, Fontenelle, …» (« La raison : Berkeley, Fontenelle, … »), « Emmanuel Kant » (« Emmanuel Kant »), « De pedagogen : l’abbé de L’Epée, … » (« Les pédagogues : l’abbé de L’Epée, … ») et « Eindelijk een wijze : Benedictus Labre » (« Enfin un sage : Benoît Labre »).
Jean SCHOONJANS se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer culturellement.
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : 116 DHAENENS VERLEDEN 10 MILJOEN BELGEN - Rajouté le 12/08/2011

Description : La S.V. belge ARTIS-HISTORIA S.C. a, parmi beaucoup d’autres publications de qualité, édité des « Bibliocassettes ». Celles, intitulées « Un passé pour 10 millions de Belges – Vies quotidiennes / Een verleden voor 10 miljoen Belgen – Dagelijks leven », conçues et dirigées par le Professeur Albert d’HAENENS (Directeur, en 1980, du Centre de Recherches sur la Communication en Histoire de l’UCL) contenaient notamment (à côté d’une fiche recto-verso de texte) une fiche en couleurs. L’illustration N°116, accompagnée d’une légende bilingue, était relative à : « Le socialisme en Belgique / Het socialisme in België ».
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 35 DRIE PIJLEN 29A - Rajouté le 11/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Door de schok worden alle opvarenden in zee geworpen » (« A cause du choc, tous les passagers sont jetés dans la mer »).
On y trouve notamment la forme verbale « geworpen », participe passé provenant de l’infinitif « WERPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « geworpen » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« in zee »), à la fin de la phrase.
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« Door de schok »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « alle opvarenden ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « worden ») et passant donc derrière lui.
Cette phrase est aussi à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
N’oublions pas non plus qu’un participe présent en néerlandais se construit en ajoutant simplement un « D » à l’infinitif : « OPVAREN » => « opvarenD ». Ici, ce participe présent est utilisé comme nom commun et, pour s’accorder, prend au pluriel la terminaison majoritaire « EN » => « opvarendEN ». Au départ les passagers de ce canoë sont, étymologiquement, ceux qui « sont naviguant SUR » …
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 29 dans « De drie pijlen », le volume N°35 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 35 DRIE PIJLEN 28A - Rajouté le 11/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Maak mijn voeten los ! » (« Détache mes pieds ! »).
On y trouve notamment la forme verbale « Maak… LOS », impératif du verbe « LOSmaken », dit « à particule séparable », construit sur le verbe « MAKEN ».
Quand « losMAKEN » est conjugué, comme au présent, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « LOS » de sa forme verbale proprement dite, la particule faisant l’objet d’un REJET (derrière le complément « mijn voeten ») à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 28 dans « De drie pijlen », le volume N°35 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 35 DRIE PIJLEN 15A - Rajouté le 11/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Leg de hond (Bessy) vast ! » (« Attache le chien ! »).
On y trouve notamment la forme verbale « Leg … VAST », impératif du verbe « VASTLEGGEN », dit « à particule séparable », construit sur le verbe « LEGGEN ».
Quand « vastLEGGEN » est conjugué, comme au présent, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « VAST » de sa forme verbale proprement dite, la particule faisant l’objet d’un REJET (derrière le complément « de hond ») à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 15 dans « De drie pijlen », le volume N°35 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 35 DRIE PIJLEN 04A - Rajouté le 11/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De Indianen, die vroeger deze streek bewoonden, begroeven hun doden in kano’s » (« Les Indiens, qui habitaient jadis cette région, enterraient leurs morts dans des canoës »).
On y trouve notamment la forme verbale « BEGROEVEN », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « BEGRAVEN », lui-même construit sur le verbe « GRAVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 4 dans « De drie pijlen », le volume N°35 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : GESCHIEDENIS WERELD SCHOONJANS FUNCKEN 227 - Rajouté le 11/08/2011

Description : Cette invitation à la découverte de l’« Histoire du Monde » (1955-1962) par Jean SCHOONJANS (1897-1976) pour les Editions du Lombard ne correspond peut-être plus aux critères actuels d’approche pédagogique de l’Histoire mais, grâce aux talents d’illustration de Fred et Liliane FUNCKEN, elle reste inoubliable pour ceux qui ont eu la chance de la connaître alors.
La version néerlandophone, « Geschiedenis van de Wereld », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
La planche N°227 est parue dans le N°7 de l’hebdomadaire « KUIFJE » du 18 février 1960. Elle concernait les Temps Modernes, s’intitulait « Bij Mozart » (« Chez Mozart ») et se subdivisait en : « Hier is het, te Salzburg » (« C’est ici, à Salzbourg »), « Toen ik jong was » (« Quand j’étais jeune »), « Doorheen Europa » (« A travers l’Europe »), « Droom en nachtmerrie » (« Rêve et cauchemar ») et « Requiem » («Requiem »).
Jean SCHOONJANS se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer culturellement.
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : 115 DHAENENS VERLEDEN 10 MILJOEN BELGEN - Rajouté le 11/08/2011

Description : La S.V. belge ARTIS-HISTORIA S.C. a, parmi beaucoup d’autres publications de qualité, édité des « Bibliocassettes ». Celles, intitulées « Un passé pour 10 millions de Belges – Vies quotidiennes / Een verleden voor 10 miljoen Belgen – Dagelijks leven », conçues et dirigées par le Professeur Albert d’HAENENS (Directeur, en 1980, du Centre de Recherches sur la Communication en Histoire de l’UCL) contenaient notamment (à côté d’une fiche recto-verso de texte) une fiche en couleurs. L’illustration N°115, accompagnée d’une légende bilingue, était relative à : « Le parti catholique / De katholieke partij ».
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL RODE RIDDER 012 HOORN HORAK 34A - Rajouté le 10/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij wordt tot koning uitgeroepen » (« Il est proclamé roi »).
On y trouve notamment la forme verbale « UITgeroepen », participe passé provenant de l’infinitif « UITroepen », lui-même construit sur l’infinitif « ROEPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « UITroepen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEroepen ».
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (ici « tot koning »), à la fin de la phrase.
Signalons enfin que cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone du « RODE RIDDER », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 34 dans « De hoorn van Horak », le volume N°12 de la série « DE RODE RIDDER ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel VERSCHUERE, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL RODE RIDDER 012 HOORN HORAK 11A - Rajouté le 10/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal mijn recht op de troon verwerven zoals hij het beval » (« Je vais acquérir mon droit au trône comme il l’a ordonné »).
On y trouve notamment la forme verbale « BEVAL », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « BEVELEN », qui fait partie des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
S’il y a ici REJET de la forme verbale « BEVAL », derrière le complément « HET », c’est parce qu’il s’agit d’une phrase subordonnée (introduite par « ZOALS »).
Dans la première phrase, on a la forme verbale « ZAL », provenant de l’infinitif « ZULLEN », auxiliaire utilisé pour indiquer que l’on se trouve au futur simple.
N’oublions pas que « ZULLEN », auxiliaire utilisé pour indiquer que l’on se trouve au futur simple, exige le REJET de l’autre verbe (« verwerven »), à l’infinitif, derrière les compléments (ici « mijn recht nu » ou « op de troon »), à la fin de la phrase.
Nous avons rendu en français cet auxiliaire par un « futur proche », moins déroutant pour les francophones.
La version néerlandophone du « RODE RIDDER », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 11 dans « De hoorn van Horak », le volume N°12 de la série « DE RODE RIDDER ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel VERSCHUERE, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL RODE RIDDER 012 HOORN HORAK 07A - Rajouté le 10/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Daarna wordt het schip in brand gestoken en aan de zee toevertrouwd » (« Ensuite le navire est mis en flammes et confié à la mer »).
On y trouve notamment la forme verbale « GESTOKEN », participe passé provenant de l’infinitif « STEKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
On y trouve aussi la forme verbale « TOEvertrouwd », participe passé provenant de l’infinitif « TOEvertrouwen », construit sur l’infinitif « verTROUWEN », lui-même construit sur l’infinitif « TROUWEN », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « TOEvertrouwen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne normalement en néerlandais une séparation de la particule « TOE » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux. Mais rappelons par ailleurs que si un verbe commence, par exemple, par le préfixe « VER- » (« VERtrouwen »), son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux. Il est à noter que la particule « TOE » provient de la préposition « TOT ».
Rappelons également que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (ici « in brand » avant « GESTOKEN » et « aan de zee » avant « TOEVERTROUWD »), à la fin de la phrase.
Signalons enfin que cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone du « RODE RIDDER », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 7 dans « De hoorn van Horak », le volume N°12 de la série « DE RODE RIDDER ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel VERSCHUERE, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.
Dans un contexte culturel plus large, attirons tout de même l’attention sur le fait que les Vikings ne portaient - sauf découverte archéologique récente - pas de cornes sur leurs casques. Consultez à ce sujet la critique incluse au chapitre 3 de l’admirable étude sous forme d’un "e-book", intitulée DE RODE RIDDER STORY et due à Ivo De Wispelaere, Bert Gevaert et David Steenhuyse. Une version néerlandophone est téléchargeable gratuitement à partir de l’adresse INTERNET suivante :
http://www.stripspeciaalzaak.be/Toppers/RodeRidder/RodeRidderStory.htm
Une version française devrait être progressivement accessible sur notre site à partir de septembre 2011.

Nom : WIREL RODE RIDDER 012 HOORN HORAK 06A - Rajouté le 10/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een boom wordt door het neergutsende water ontworteld » (« Un arbre est déraciné par l’eau coulant à flots »).
On y trouve notamment la forme verbale « ONTworteld », participe passé provenant de l’infinitif « ONTwortelen », lui-même construit sur l’infinitif « WORTELEN », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Ce verbe est donc considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet son radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « L », on trouvera le « D » majoritaire. Rappelons par ailleurs que si un verbe commence par le préfixe « ONT- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (ici « door het neergutsende water »), à la fin de la phrase.
Signalons enfin que cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone du « RODE RIDDER », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 6 dans « De hoorn van Horak », le volume N°12 de la série « DE RODE RIDDER ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel VERSCHUERE, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : GESCHIEDENIS WERELD SCHOONJANS FUNCKEN 226 - Rajouté le 10/08/2011

Description : Cette invitation à la découverte de l’« Histoire du Monde » (1955-1962) par Jean SCHOONJANS (1897-1976) pour les Editions du Lombard ne correspond peut-être plus aux critères actuels d’approche pédagogique de l’Histoire mais, grâce aux talents d’illustration de Fred et Liliane FUNCKEN, elle reste inoubliable pour ceux qui ont eu la chance de la connaître alors.
La version néerlandophone, « Geschiedenis van de Wereld », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
La planche N°226 est parue dans le N°6 de l’hebdomadaire « KUIFJE » du 11 février 1960. Elle concernait les Temps Modernes, s’intitulait « Rococo stijl » (« Le style Rococo ») et se subdivisait en : « Bonbonnieres » (« Bonbonnières »), « Lieflijke schilderijen » (« Gracieux tableaux »), « Carnavals » (« Carnavals »), « Kleine trianons » (« Petits trianons ») et «Alles Rococo » (« Tout Rococo »).
Jean SCHOONJANS se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer culturellement.
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : 114 DHAENENS VERLEDEN 10 MILJOEN BELGEN - Rajouté le 10/08/2011

Description : La S.V. belge ARTIS-HISTORIA S.C. a, parmi beaucoup d’autres publications de qualité, édité des « Bibliocassettes ». Celles, intitulées « Un passé pour 10 millions de Belges – Vies quotidiennes / Een verleden voor 10 miljoen Belgen – Dagelijks leven », conçues et dirigées par le Professeur Albert d’HAENENS (Directeur, en 1980, du Centre de Recherches sur la Communication en Histoire de l’UCL) contenaient notamment (à côté d’une fiche recto-verso de texte) une fiche en couleurs. L’illustration N°114, accompagnée d’une légende bilingue, était relative à : « Le parti libéral / De liberale partij ».
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN KARL MAY 08 OLD SUREHAND 28A - Rajouté le 09/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een sachem wordt met al zijn persoonlijke bezittingen begraven. » (« Un sachem est enterré avec tous ses biens personnels »).
On y trouve notamment la forme verbale « BEGRAVEN », participe passé provenant de l’infinitif « BEGRAVEN », lui-même construit sur le verbe « GRAVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
Si les formes verbales du participe passé et de l’infinitif « BEGRAVEN » sont identiques, c’est un peu par hasard. Mais rappelons tout de même que si un verbe commence, par exemple, par le préfixe « BE- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Le participe passé « BEGRAVEN » ressemble aussi au pluriel de l’indicatif présent. Voyez la phrase de la deuxième image, située en dessous de la première : « Jullie begraven de strijdbijl » (« Vous enterrez la hache de guerre « ). C’est normal puisque le PLURIEL de l’INDICATIF PRESENT = lNFINITIF.
La version néerlandophone de « KARL MAY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est le fruit d’un montage par nos soins d’illustrations extraites des pages 26 et 28 dans « Old Surehand », le volume N°8 de la série « KARL MAY ».
Willy VANDERSTEEN se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1977-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN KARL MAY 08 OLD SUREHAND 19A - Rajouté le 09/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het paard slaat plots de achterpoten uit » (« Le cheval frappe brusquement avec les pattes de derrière = Le cheval étend brusquement les pattes de derrière vers l’arrière = Le cheval donne brusquement une ruade avec les pattes de derrière »).
On y trouve notamment la forme verbale « slaat … UIT », provenant de l’infinitif « UITslaan », lui-même construit sur l’infinitif « SLAAN » (qui fait partie des « temps primitifs » des verbes dits « forts »).
Le verbe « UITslaan » est dit « à particule séparable ». Quand il est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » (ancienne préposition), qui fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (ici « plots » et « de achterpoten »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « KARL MAY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 19 dans « Old Surehand », le volume N°8 de la série « KARL MAY ».
Willy VANDERSTEEN se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1977-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN KARL MAY 08 OLD SUREHAND 18A - Rajouté le 09/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij zijn bedrogen ! » (« Nous sommes trompés ! »).
On y trouve notamment la forme verbale « BEDROGEN », participe passé provenant de l’infinitif « BEDRIEGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que si un verbe commence, par exemple, par le préfixe « BE- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
La version néerlandophone de « KARL MAY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est le fruit d’un montage par nos soins d’illustrations extraites des pages 17 et 18 dans « Old Surehand », le volume N°8 de la série « KARL MAY ».
Willy VANDERSTEEN se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1977-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN KARL MAY 08 OLD SUREHAND 06A - Rajouté le 09/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Enkele wolven zetten een achtervolging in » (« Quelques loups entament une poursuite »).
On y trouve notamment la forme verbale « zetten … IN », provenant de l’infinitif « INzetten », lui-même construit sur l’infinitif « ZETTEN » (qui fait partie des « temps primitifs » des verbes dits « forts »).
Le verbe « INzetten » est dit « à particule séparable ». Quand il est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » (ancienne préposition), qui fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (ici « een achtervolging »), à la fin de la phrase.
On y trouve aussi le nom commun « wolVen », PLURIEL provenant de « wolF ». N’oublions pas que si un « F » doit être suivi d’un « E » (ou de la terminaison « EN » du pluriel ou, dans le cas des adjectifs, de « ER » pour les comparatifs de supériorité), il devient « V ». Cette règle est également valable dans le cas du passage d’une forme verbale du singulier au pluriel ou dans le cas d’accord d’un adjectif épithète. (Pour complément d’informations, consultez notamment « Le pluriel des noms », dans la partie « GRAMMATICA » de ce site.)
La version néerlandophone de « KARL MAY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 6 dans « Old Surehand », le volume N°8 de la série « KARL MAY ».
Willy VANDERSTEEN se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1977-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : GESCHIEDENIS WERELD SCHOONJANS FUNCKEN 225 - Rajouté le 09/08/2011

Description : Cette invitation à la découverte de l’« Histoire du Monde » (1955-1962) par Jean SCHOONJANS (1897-1976) pour les Editions du Lombard ne correspond peut-être plus aux critères actuels d’approche pédagogique de l’Histoire mais, grâce aux talents d’illustration de Fred et Liliane FUNCKEN, elle reste inoubliable pour ceux qui ont eu la chance de la connaître alors.
La version néerlandophone, « Geschiedenis van de Wereld », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
La planche N°225 est parue dans le N°5 de l’hebdomadaire « KUIFJE » du 4 février 1960. Elle concernait les Temps Modernes, s’intitulait « De onafhankelijke republiek » (« La république indépendante ») et se subdivisait en : « Benjamin Franklin » («Benjamin Franklin »), « De hulp van Frankrijk » (« L’aide de la France »), « Rochambeau landde in de Verenigde Staten => op 19 oktober 1781 was Cornwallis te Yorktown in Virginia verplicht te capituleren » (« Rochambeau débarque aux Etats-Unis => le 19 octobre 1781, Cornwallis était obligé de capituler à Yorktown en Virginie »), « De Vrede van Versailles op 19 april 1783 : Engeland besloot de onafhankelijkheid van de Verenigde Staten van Amerika te erkennen » (« La Paix de Versailles du 19 avril 1783 : l’Angleterre décida de reconnaître l’indépendance des Etats-Unis d’Amérique ») et « Het reusachtige vrijheidsstandbeeld in 1886 » (« La gigantesque statue de la liberté en 1886 »).
Jean SCHOONJANS se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer culturellement.
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : 113 DHAENENS VERLEDEN 10 MILJOEN BELGEN - Rajouté le 09/08/2011

Description : La S.V. belge ARTIS-HISTORIA S.C. a, parmi beaucoup d’autres publications de qualité, édité des « Bibliocassettes ». Celles, intitulées « Un passé pour 10 millions de Belges – Vies quotidiennes / Een verleden voor 10 miljoen Belgen – Dagelijks leven », conçues et dirigées par le Professeur Albert d’HAENENS (Directeur, en 1980, du Centre de Recherches sur la Communication en Histoire de l’UCL) contenaient notamment (à côté d’une fiche recto-verso de texte) une fiche en couleurs. L’illustration N°113, accompagnée d’une légende bilingue, était relative à : « La question scolaire / De schoolkwestie ».
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 39 NOODLOTTIGE TOCHT 18A - Rajouté le 08/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (de eekhoorn) graaft een schuilplaats onder de grond die hij met voorraden opvult » (« Il creuse une cachette sous le sol qu’il remplit avec des provisions »).
On y trouve notamment la forme verbale « OPvult » provenant de l’infinitif « OPvullen » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « VULLEN ». Si cette forme verbale « OPvult » ne s’était pas trouvée dans une phrase subordonnée »), on aurait pu, par exemple, avoir : « Hij vult een schuilplaats met voorraden OP », où il y aurait REJET de la particule séparable « OP », derrière le complément, à la fin de la phrase.
On y trouve aussi la forme verbale « graaFt » provenant de l’infinitif « graVen ». N’oublions pas que si un « V » était suivi d’un « E » (ou la terminaison « EN » du pluriel), il devient « F » quand ce « E » disparaît, au radical (première personne du singulier de l’indicatif présent) du verbe, derrière une consonne unique. Cette règle est également valable dans le cas du passage du pluriel au singulier d’un nom commun ou dans le cas d’accord d’un adjectif épithète.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 18 dans « De noodlottige tocht », le volume N°39 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 39 NOODLOTTIGE TOCHT 16B - Rajouté le 08/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het (= het bergkonijn) zorgt ervoor het (= het gras) tijdig binnen te halen » (« Il veille à la rentrer à temps »).
On y trouve notamment la forme verbale « BINNEN … halen » provenant de l’infinitif « BINNENhalen » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « HALEN » (qui a une autre signification).
Signalons que l’expression « ZORGEN voor » engendre un « TE » quand elle précède un infinitif comme, ici, « HALEN ».
On y trouve le verbe « BINNENhalen » qui évolue dans une sorte de phrase subordonnée (« … que l’herbe soit rentrée à temps ») « infinitive », introduite par « ZORGEN voor », engendrant une particule « TE » intercalée entre l’infinitif proprement dit, « HALEN », et sa « particule séparable » « BINNEN ».
On y trouve aussi un adverbe pronominal personnel : « ERVOOR ». On est parti de la phrase suivante : « Het bergkonijn zorgt voor het gras ». Si on rappelle que « ER » provient de « DAAR », on aurait pu trouver la variante suivante : « Het zorgt DAARvoor ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 16 dans « De noodlottige tocht », le volume N°39 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 39 NOODLOTTIGE TOCHT 16A - Rajouté le 08/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het (= het bergkonijn) leeft in de rotsen en voedt zich met hooi en bloemen » (« Le lapin de montagne vit dans les rochers et se nourrit de foin et de fleurs »).
Notamment la langue néerlandaise connaît un genre autre que le masculin ou le féminin : c’est le NEUTRE qui, au SINGULIER, est facilement repérable quand il y a la présence d’un « HET ».
Il est moins évident, pour un non-néerlandophone, de savoir s’il a éventuellement affaire à un « HET-woord », c’est-à-dire à un nom commun au singulier qui est neutre, si le déterminant défini « HET » n’est pas présent. (Les diminutifs ou noms communs se terminant par un « JE » en néerlandais sont, par exemple, toujours neutres.)
En revanche, quand l’on sait qu’un nom commun est neutre (« konijn », par exemple) et que l’on doit inclure ce mot comme sujet à une troisième personne du singulier, le déterminant défini « HET » devient le pronom personnel sujet « HET ». C’est tout de même un avantage puisque c’est le même mot.
On y trouve aussi la forme verbale « leeFt » provenant de l’infinitif « leVen ». N’oublions pas que si un « V » était suivi d’un « E » (ou la terminaison « EN » du pluriel), il devient « F » quand ce « E » disparaît, au radical (première personne du singulier de l’indicatif présent) du verbe, derrière une consonne unique. Cette règle est également valable dans le cas du passage du pluriel au singulier d’un nom commun ou dans le cas d’accord d’un adjectif épithète.
N.d.T. : le pica est, au Canada, appelé « lapin des ROCHERS ».

La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 16 dans « De noodlottige tocht », le volume N°39 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 39 NOODLOTTIGE TOCHT 15A - Rajouté le 08/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het vuur, dat zij (Wiato) bij het vertrek vergat te doven, stak het gras in brand » (« Le feu, qu’elle oublia d’éteindre lors du départ, mit l’herbe en flammes »).
On y trouve, d’une part, la forme verbale « VERGAT », O.V.T. (ou prétérit) construit sur le verbe « VERGETEN » et faisant partie des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
On y trouve, d’autre part, la forme verbale « STAK », O.V.T. (ou prétérit) construit sur le verbe « STEKEN » et faisant partie des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 15 dans « De noodlottige tocht », le volume N°39 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : GESCHIEDENIS WERELD SCHOONJANS FUNCKEN 224 - Rajouté le 08/08/2011

Description : Cette invitation à la découverte de l’« Histoire du Monde » (1955-1962) par Jean SCHOONJANS (1897-1976) pour les Editions du Lombard ne correspond peut-être plus aux critères actuels d’approche pédagogique de l’Histoire mais, grâce aux talents d’illustration de Fred et Liliane FUNCKEN, elle reste inoubliable pour ceux qui ont eu la chance de la connaître alors.
La version néerlandophone, « Geschiedenis van de Wereld », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
La planche N°224 est parue dans le N°4 de l’hebdomadaire « KUIFJE » du 28 janvier 1960. Elle concernait les Temps Modernes, s’intitulait « De geboorte van de Verenigde Staten » (« La naissance des Etats-Unis ») et se subdivisait en : « De kolonisten » (« Les colons »), « De thee in de haven van Boston in 1773 » (« Le thé dans le port de Boston en 1773 »), « De opstand tegen George III » (« La révolte contre George III»), « George Washington te Saratoga in 1777 » (« George Washington à Saratoga en 1777 »), et « Op 4 juli 1776 : onafhankelijkheid » (« Le 4 juillet 1776 : indépendance »).
Jean SCHOONJANS se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer culturellement.
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : 112 DHAENENS VERLEDEN 10 MILJOEN BELGEN - Rajouté le 08/08/2011

Description : La S.V. belge ARTIS-HISTORIA S.C. a, parmi beaucoup d’autres publications de qualité, édité des « Bibliocassettes ». Celles, intitulées « Un passé pour 10 millions de Belges – Vies quotidiennes / Een verleden voor 10 miljoen Belgen – Dagelijks leven », conçues et dirigées par le Professeur Albert d’HAENENS (Directeur, en 1980, du Centre de Recherches sur la Communication en Histoire de l’UCL) contenaient notamment (à côté d’une fiche recto-verso de texte) une fiche en couleurs. L’illustration N°112, accompagnée d’une légende bilingue, était relative à : « Les régions linguistiques / Het taalsysteem ».
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL RODE RIDDER 005 VRIJSCHUTTERS 34A - Rajouté le 07/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Elke zenuw gespannen, richt hij (Johan) de pijl voor een wanhopig schot » (« Chaque nerf tendu, il dirige la flèche pour un tir désespéré »).
On y trouve notamment, comme complément introduisant la phrase principale, la forme verbale « gespannen », participe passé provenant de l’infinitif « SPANNEN », qui fait partie des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (ici « Elke zenuw gespannen »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « HIJ ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « RICHT ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone du « RODE RIDDER », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 34 dans « De vrijschutter », le volume N°5 de la série « DE RODE RIDDER ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel VERSCHUERE, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1960-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL RODE RIDDER 005 VRIJSCHUTTERS 33A - Rajouté le 07/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Onder leiding van de leenheer trachten ze (de vrijschutters) de valbrug neer te halen » (« Sous le commandement du suzerain, ils (les francs-tireurs) essaient d’abaisser le pont-levis »).
On y trouve notamment la forme verbale « NEER … halen » provenant de l’infinitif « NEERhalen » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « HALEN ». Si cette forme verbale ne s’était pas trouvée dans cette phrase, on aurait pu, par exemple, avoir : « Ze halen de valbrug NEER », où il y aurait REJET de la particule séparable « NEER », derrière le complément, à la fin de la phrase.
Le verbe « TRACHTEN » (équivalant à « essayer DE ») introduit ici une sorte de subordonnée et engendre un « TE » qui précède (comme en français) l’infinitif « HALEN » et s’intercale entre lui et particule séparable « NEER ».
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (ici « Onder leiding van de leenheer »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « de vrijschutters ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « trachten ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone du « RODE RIDDER », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 33 dans « De vrijschutter », le volume N°5 de la série « DE RODE RIDDER ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel VERSCHUERE, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1960-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL RODE RIDDER 005 VRIJSCHUTTERS 13A - Rajouté le 07/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een mooi meisje vergezeld van witte duiven treedt de werkplaats binnen » (« Une jolie fille, accompagnée de blanches colombes, pénètre dans l’atelier »).
On y trouve notamment la forme verbale « treedt … BINNEN » provenant de l’infinitif « BINNENtreden » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « TREDEN » (qui signifie « marcher » et qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts »). Quand il est conjugué, ce verbe « BINNENtreden » entraîne le REJET de la particule séparable « BINNEN », derrière le complément (« de werkplaats »), à la fin de la phrase.
(Dans la phrase qui, sur l’image, précède celle que nous étudions – « Plots hoort hij lichte treden de torentrap afdalen » –, on trouve aussi le mot « TREDEN ». Il s’agit du nom commun, construit sur le radical du verbe (= singulier => « TREED ») et signifiant « pas » que, au PLURIEL, nous franchissons allègrement => « TREDEN ».)
On trouve la forme verbale « treedT », troisième personne du singulier de l’O.T.T. ou indicatif présent. Elle doit se terminer par « T » même si l’avant-dernière lettre est « D » (la seule véritable exception étant le « IS », dans « hij/zij/het//dit/dat/men/er/daar/hier is »).
On y trouve aussi le complément « vergezeld van witte duiven», avec le participe passé « vergezeld » provenant de l’infinitif « VERgezellen ». Ce dernier verbe est considéré comme « régulier » ; comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « L », on trouvera donc bien le « D » majoritaire. Rappelons par ailleurs que si un verbe commence, par exemple, par le préfixe « VER- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
La version néerlandophone du « RODE RIDDER », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 13 dans « De vrijschutter », le volume N°5 de la série « DE RODE RIDDER ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel VERSCHUERE, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1960-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL RODE RIDDER 005 VRIJSCHUTTERS 05A - Rajouté le 07/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het stormachtige gejuich dat opgaat als Johans pijl (de pijl van Johan) die van zijn voorganger opensplijt » (« Le tonnerre des cris de joie qui s’élèvent quand la flèche de Johan fend celle de son prédécesseur »).
On y trouve notamment la forme verbale « OPENsplijt » provenant de l’infinitif « OPENsplijten » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « SPLIJTEN ». Si cette forme verbale « OPENsplijt» ne s’était pas trouvée dans une phrase subordonnée »), on aurait pu, par exemple, avoir : « De pijl van Johan splijt de pijl van zijn voorganger OPEN », où il y aurait REJET de la particule séparable « OPEN », derrière le complément, à la fin de la phrase.
On y trouve aussi la forme verbale « OPgaat » provenant de l’infinitif « OPgaan » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « GAAN ». Si cette forme verbale « OPgaat » ne s’était pas trouvée dans une (mini-) phrase subordonnée (relative, introduite par « DAT »), on aurait pu, par exemple, avoir : « Het stormachtige gejuich gaat in de lucht OP », où il y aurait REJET de la particule séparable « OP », derrière le complément, à la fin de la phrase.
La version néerlandophone du « RODE RIDDER », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 5 dans « De vrijschutter », le volume N°5 de la série « DE RODE RIDDER ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel VERSCHUERE, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1960-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : GESCHIEDENIS WERELD SCHOONJANS FUNCKEN 223 - Rajouté le 07/08/2011

Description : Cette invitation à la découverte de l’« Histoire du Monde » (1955-1962) par Jean SCHOONJANS (1897-1976) pour les Editions du Lombard ne correspond peut-être plus aux critères actuels d’approche pédagogique de l’Histoire mais, grâce aux talents d’illustration de Fred et Liliane FUNCKEN, elle reste inoubliable pour ceux qui ont eu la chance de la connaître alors.
La version néerlandophone, « Geschiedenis van de Wereld », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
La planche N°223 est parue dans le N°3 de l’hebdomadaire « KUIFJE » du 21 janvier 1960. Elle concernait les Temps Modernes, s’intitulait « Finis Poloniae » (« La fin de la Pologne») et se subdivisait en : « De eetlust van Catharina » («L’appétit de Catherine »), « De eetlust van de anderen » (« L’appétit des autres »), « De tweede deling van Polen in 1793 » (« Le deuxième partage de la Pologne en 1793 »), « De opstand van Kosciusko in 1794 » (« La révolte de Kosciusko en 1794 »), et « De derde deling van Polen in 1795 » (« Le troisième partage de la Pologne en 1795 »).
Jean SCHOONJANS se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer culturellement.
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : 111 DHAENENS VERLEDEN 10 MILJOEN BELGEN - Rajouté le 07/08/2011

Description : La S.V. belge ARTIS-HISTORIA S.C. a, parmi beaucoup d’autres publications de qualité, édité des « Bibliocassettes ». Celles, intitulées « Un passé pour 10 millions de Belges – Vies quotidiennes / Een verleden voor 10 miljoen Belgen – Dagelijks leven », conçues et dirigées par le Professeur Albert d’HAENENS (Directeur, en 1980, du Centre de Recherches sur la Communication en Histoire de l’UCL) contenaient notamment (à côté d’une fiche recto-verso de texte) une fiche en couleurs. L’illustration N°111, accompagnée d’une légende bilingue, était relative à : « L’administration communale / Het gemeentebestuur ».
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN KARL MAY 06 LLANO ESTACADO 27A - Rajouté le 06/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Gulzig, drinkt de gewonde de veldfles leeg » (« A grandes gorgées, le blessé vide la gourde »).
On y trouve notamment la forme verbale « drinkt … LEEG », provenant du verbe « LEEGdrinken », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « DRINKEN » (faisant l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts »). La « particule séparable » « LEEG » (provenant d’un ADJECTIF ») est affectée d’un REJET, derrière le complément (« de veldfles »), à la fin de la phrase.
Même si « GULZIG » est habituellement en néerlandais un adjectif, il joue ici le rôle d’un complément.
La phrase commençant donc par un complément, il doit y avoir INVERSION et le sujet (« de gewonde ») doit se trouver derrière le verbe (« drinkt »).
Le nom commun « gewondE » provient de la forme verbale « gewond », participe passé provenant lui-même de l’infinitif « WONDEN ». Ce verbe étant considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») mais constitue une exception dans la mesure où son radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « D », on ne trouvera pas un deuxième « D » au participe passé.
La version néerlandophone de « KARL MAY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 27 dans « Llano estacado », le volume N°6 de la série « KARL MAY ».
Willy VANDERSTEEN se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1971-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN KARL MAY 06 LLANO ESTACADO 16A - Rajouté le 06/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De ruiter stak een cactusveld in brand » (« Le cavalier mit un champ de cactus en flammes »).
On y trouve, d’une part, la forme verbale « STAK », O.V.T. (ou prétérit) construit sur le verbe « STEKEN » et faisant partie des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
La version néerlandophone de « KARL MAY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite d’un montage par nos soins d’illustrations extraites des pages 14 et 16 dans « Llano estacado », le volume N°6 de la série « KARL MAY ».
Willy VANDERSTEEN se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1971-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN KARL MAY 06 LLANO ESTACADO 13A - Rajouté le 06/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Verder viel een kleine groep soldaten inderdaad in de hinderlaag » (« Plus loin, un petit groupe de soldats tomba en effet dans l’embuscade »).
On y trouve la forme verbale « VIEL », O.V.T. (ou prétérit) construit sur le verbe « VALLEN » et faisant partie des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
« Verder » jouant le rôle d’un complément, il y a INVERSION et le sujet (« een kleine groep soldaten ») se trouve derrière le verbe (« VIEL »).
La version néerlandophone de « KARL MAY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 13 dans « Llano estacado », le volume N°6 de la série « KARL MAY ».
Willy VANDERSTEEN se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1971-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN KARL MAY 06 LLANO ESTACADO 11A - Rajouté le 06/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De hutten zijn afgebrand en het vee (is) gestolen » (« Les cabanes sont détruites par le feu et le bétail est volé »).
On y trouve, d’une part, la forme verbale « afGEbrand », participe passé provenant de l’infinitif « AFbranden », lui-même construit sur l’infinitif « BRANDEN », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Ce verbe « BRANDEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) mais constitue une exception dans la mesure où son radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « D », on ne trouvera pas un deuxième « D » au participe passé.
On y trouve, d’autre part, la forme verbale « GESTOLEN », participe passé provenant de l’infinitif « STELEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (que vous pouvez imaginer : « door de bandieten » ou « door de Indianen »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « KARL MAY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 11 dans « Llano estacado », le volume N°6 de la série « KARL MAY ».
Willy VANDERSTEEN se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1971-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN KARL MAY 06 LLANO ESTACADO 07A - Rajouté le 06/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zo’n val kan hij niet (hebben) overleefd hebben » (« A une telle chute, il ne peut pas avoir survécu »).
On y trouve notamment la forme verbale « OVERleefD », participe passé provenant de l’infinitif « OVERleven », lui-même construit sur « LEVEN » (dont le participe passé est « GEleefD »).
« OVERleven » n’est donc PAS à « particule séparable » puisqu’aucun « GE » ne s’intercale entre le préfixe « OVER » et la forme verbale proprement dite.
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET à la fin de la phrase.
« Zo’n val » étant un complément, il y a INVERSION et le sujet (« HIJ ») se trouve derrière le verbe (« KAN »).
Signalons enfin que « ZO’N » est l’abréviation de « ZO EEN » (dont le pluriel est « ZULK », variable comme un adjectif).
La version néerlandophone de « KARL MAY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite d’un montage par nos soins d’illustrations extraites des pages 6 et 7 dans « Llano estacado », le volume N°6 de la série « KARL MAY ».
Willy VANDERSTEEN se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1971-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : GESCHIEDENIS WERELD SCHOONJANS FUNCKEN 222 - Rajouté le 06/08/2011

Description : Cette invitation à la découverte de l’« Histoire du Monde » (1955-1962) par Jean SCHOONJANS (1897-1976) pour les Editions du Lombard ne correspond peut-être plus aux critères actuels d’approche pédagogique de l’Histoire mais, grâce aux talents d’illustration de Fred et Liliane FUNCKEN, elle reste inoubliable pour ceux qui ont eu la chance de la connaître alors.
La version néerlandophone, « Geschiedenis van de Wereld », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
La planche N°222 est parue dans le N°2 de l’hebdomadaire « KUIFJE » du 14 janvier 1960. Elle concernait les Temps Modernes, s’intitulait « De Valstrik van Polen » (« Le guet-apens de la Pologne ») et se subdivisait en : « Stanislas II van Polen » (« Stanislas II de Pologne »), « De confederatie van Bar in 1768 » (« La confédération de Bar en 1768 »), « De Turken » (« Les Turcs »), « De blinden tegen de eenogigen » («Les aveugles contre les borgnes »), et « De eerste deling van Polen in 1772 » (« Le premier partage de la Pologne en 1772»).
Jean SCHOONJANS se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer culturellement.
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : 110 DHAENENS VERLEDEN 10 MILJOEN BELGEN - Rajouté le 06/08/2011

Description : La S.V. belge ARTIS-HISTORIA S.C. a, parmi beaucoup d’autres publications de qualité, édité des « Bibliocassettes ». Celles, intitulées « Un passé pour 10 millions de Belges – Vies quotidiennes / Een verleden voor 10 miljoen Belgen – Dagelijks leven », conçues et dirigées par le Professeur Albert d’HAENENS (Directeur, en 1980, du Centre de Recherches sur la Communication en Histoire de l’UCL) contenaient notamment (à côté d’une fiche recto-verso de texte) une fiche en couleurs. L’illustration N°110, accompagnée d’une légende bilingue, était relative à : « L’administration provinciale / de provinciale administratie ».
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 39 NOODLOTTIGE TOCHT 31A - Rajouté le 05/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij heeft veel geleden » (« Il a beaucoup souffert »).
On y trouve la forme verbale « GELEDEN », participe passé provenant de l’infinitif « LIJDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Ce participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« VEEL »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 31 dans « De noodlottige tocht », le volume N°39 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 39 NOODLOTTIGE TOCHT 25A - Rajouté le 05/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De nestjes hebben hun opening naar het zuiden om ‘s middags de zonnestralen op te vangen » (« Les petits nids ont leur ouverture vers le sud pour à l’heure du midi capter les rayons de soleil »).
On y trouve notamment le verbe « OPvangen », dit « à particule séparable », construit sur le verbe « VANGEN » (ayant une signification différente). Cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit. avec le « TE » qui s’intercale entre eux.
On y trouve en effet, dans une sorte de phrase subordonnée introduite par « OM … TE » (signifiant « POUR » devant les verbes), les compléments (« ‘s middags » et « de zonnestralen») intercalés entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « VANGEN ».
Les complément circonstanciel de temps « ‘S middags » est une forme ancienne (mais fort utilisée dans la langue parlée) qui correspond à « IN DE middag » ou « VANmiddag ».
N’oublions pas que si l’on transforme un « DE-woord » (« DE brug ») en diminutif – pour ce faire, on rajoute la terminaison « -JE » –, il devient un « HET-woord » : (DE) brug + « JE » => « HET brugJE ». Ce n’est pas le cas de « NEST », qui est déjà un « HET-woord » : « HET nest ». Rappelons que le pluriel des diminutifs est toujours en « S » puisque leur singulier se termine par « E » : « HET nestJE » => « DE nestjeS ». (Pour complément d’informations, consultez notamment « Le pluriel des noms », II, dans la partie « GRAMMATICA » de ce site.)
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 25 dans « De noodlottige tocht », le volume N°39 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 39 NOODLOTTIGE TOCHT 11A - Rajouté le 05/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij besproeit er zijn vijanden mee » (« Il en asperge ses ennemis = Il asperge ses ennemis avec »).
On y trouve notamment un adverbe pronominal personnel « séparé » (car séparable ) : « ER … MEE ». On aurait pu trouver les variantes suivantes : « Hij besproeit zijn vijanden ERmee », « Hij besproeit zijn vijanden DAARmee » ; « Hij besproeit DAAR zijn vijanden mee».
Si l’on parle d’adverbe pronominal, c’est parce que sa partie « PRO-nom » remplace le nom commun « VOCHT ». On aurait pu avoir la variante : « Hij besproeit zijn vijanden MET het vocht ». Donc « erMEE » remplace bien « MET het vocht ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 11 dans « De noodlottige tocht », le volume N°39 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 39 NOODLOTTIGE TOCHT 09A - Rajouté le 05/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De andere vogel vliegt ermee weg » (« L’autre oiseau s’envole avec »).
On y trouve notamment la forme verbale « vliegt … WEG », provenant de l’infinitif « wegVLIEGEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « VLIEGEN » (qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts »).
Quand « WEGvliegen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « WEG » de son infinitif proprement dit, et le REJET de cette particule, derrière le(s) complément(s) (ici « ERMEE ») à la fin de la phrase.
On y trouve aussi un adverbe pronominal personnel : « ERMEE ». On aurait pu trouver la variante suivante : « De andere vogel vliegt DAARmee weg » puisque « ER » provient de « DAAR ». N’oublions pas que « MEE » vient, lui, de la préposition « MET ». Si l’on parle d’adverbe pronominal, c’est parce que sa partie « PRO-nom » remplace le nom commun « BEEN » (ici « OS »), présent dans les trois premières images. On aurait, sans verbe « à particule séparable », pu avoir la variante : « De andere vogel vliegt MET het been weg ». Donc « erMEE » remplace bien « MET het been ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 9 dans « De noodlottige tocht », le volume N°39 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : GESCHIEDENIS WERELD SCHOONJANS FUNCKEN 221 - Rajouté le 05/08/2011

Description : Cette invitation à la découverte de l’« Histoire du Monde » (1955-1962) par Jean SCHOONJANS (1897-1976) pour les Editions du Lombard ne correspond peut-être plus aux critères actuels d’approche pédagogique de l’Histoire mais, grâce aux talents d’illustration de Fred et Liliane FUNCKEN, elle reste inoubliable pour ceux qui ont eu la chance de la connaître alors.
La version néerlandophone, « Geschiedenis van de Wereld », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
La planche N°221 est parue dans le N°1 de l’hebdomadaire « KUIFJE » du 7 janvier 1960. Elle concernait les Temps Modernes, s’intitulait « Polen rond 1764 » (« La Pologne vers 1764 ») et se subdivisait en : « Twee klassen » (« Deux classes»), « De magnaten » (« Les magnats »), « De koning » (« Le roi »), « De Grondwet » (« La Constitution »), et « De vrijheid » (« La liberté »).
Jean SCHOONJANS se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer culturellement.
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : 109 VERLEDEN 10 MILJOEN BELGEN - Rajouté le 05/08/2011

Description : La S.V. belge ARTIS-HISTORIA S.C. a, parmi beaucoup d’autres publications de qualité, édité des « Bibliocassettes ». Celles, intitulées « Un passé pour 10 millions de Belges – Vies quotidiennes / Een verleden voor 10 miljoen Belgen – Dagelijks leven », conçues et dirigées par le Professeur Albert d’HAENENS (Directeur, en 1980, du Centre de Recherches sur la Communication en Histoire de l’UCL) contenaient notamment (à côté d’une fiche recto-verso de texte) une fiche en couleurs. L’illustration N°109, accompagnée d’une légende bilingue, était relative à : « L’administration centrale / de centrale administratie ».
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL RODE RIDDER 010 STORM OVER DAMME 34A - Rajouté le 04/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Gentenaren ontsnapten te Damme aan de omsingeling en ontkwamen naar Gent » (« Des Gantois échappèrent à Damme à l’encerclement et s’échappèrent à Gand »).
On y trouve deux verbes qui, en français, ont presque la même signification.
On y trouve notamment la forme verbale « ONTkwamen », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « ONTkomen » (verbe NON séparable, rarement utilisé), lui-même construit sur l’infinitif « KOMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
On y trouve aussi la forme verbale « ONTsnapt », ici à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « ONTsnappen » (verbe NON séparable, plus souvent utilisé), lui-même construit sur l’infinitif « SNAPPEN» (ayant une autre signification). Il aurait été écrit de la même façon aux temps composés comme le V.T.T. En effet, les formes verbales de participes passés comme « ONTsnapt » (provenant de l’infinitif « ONTSNAPPEN »), avec le préfixe « ONT- » (NON séparable) ne commencent pas par le préfixe habituel « GE - » ; par ailleurs ce verbe est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « P », on trouvera un « T » (au lieu du « D » majoritaire).
La version néerlandophone du « RODE RIDDER », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite d’un montage par nos soins des pages 33 et 34 dans « Storm over Damme », le volume N°10 de la série « DE RODE RIDDER ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel VERSCHUERE, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL RODE RIDDER 010 STORM OVER DAMME 30A - Rajouté le 04/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (Op) de volgende dag, wordt (er) op de wallen van Damme vreselijk gestreden » (« Le jour suivant, on lutta formidablement sur les remparts de Damme »).
On y trouve notamment la forme verbale « gestreden », participe passé provenant de l’infinitif « STRIJDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (ici « op de wallen van Damme » et « vreselijk »), à la fin de la phrase.
Si un francophone veut identifier le SUJET de cette phrase, elle est très déroutante pour lui parce que certains de ses points de repère sont en fait sous-entendus.
Il ne doit, tout d’abord, pas tomber dans le piège de « De volgende dag ». Il s’agit bel et bien d’un complément circonstanciel de temps et il aurait dû être introduit par la préposition « OP ». Il ne s’agit donc, en aucun cas, du SUJET.
La phrase commençant par un complément, il doit y avoir INVERSION et le sujet devrait se trouver derrière le verbe « WORDT » mais il n’y est pas. On se trouve dans une tournure comme « IL Y A » (en principe « ER IS » mais, en raison de l’INVERSION, « IS ER »). Le SUJET est donc un « ER » sous-entendu.
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone du « RODE RIDDER », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 30 dans « Storm over Damme », le volume N°10 de la série « DE RODE RIDDER ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel VERSCHUERE, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL RODE RIDDER 010 STORM OVER DAMME 28A - Rajouté le 04/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij trekt de uniform van de Fransman over zijn eigene uitrusting aan » (« Il met l’uniforme du Français sur son propre équipement »).
On y trouve notamment la forme verbale « trekt … AAN », construite sur l’infinitif « AANtrekken », lui-même construit sur le verbe « TREKKEN » (ayant une signification différente).
Ce verbe « AANtrekken » est dit « à particule séparable » ; quand il est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule étant affectée par un REJET, derrière les 3 (trois) compléments, à la fin de la phrase.
La version néerlandophone du « RODE RIDDER », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 28 dans « Storm over Damme », le volume N°10 de la série « DE RODE RIDDER ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel VERSCHUERE, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL RODE RIDDER 010 STORM OVER DAMME 15A - Rajouté le 04/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik weet dat de Fransen onmeedogend tegen de bevolking van Damme optraden » (« Je sais que les Français se comportèrent impitoyablement à l’égard de la population de Damme »).
On y trouve notamment la forme verbale « OPtraden », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « OPtreden », lui-même construit sur l’infinitif « TREDEN » (ayant une autre signification), qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
La version néerlandophone du « RODE RIDDER », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite d’un montage par nos soins des pages 14 et 15 dans « Storm over Damme », le volume N°10 de la série « DE RODE RIDDER ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel VERSCHUERE, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : GESCHIEDENIS WERELD SCHOONJANS FUNCKEN 220 - Rajouté le 04/08/2011

Description : Cette invitation à la découverte de l’« Histoire du Monde » (1955-1962) par Jean SCHOONJANS (1897-1976) pour les Editions du Lombard ne correspond peut-être plus aux critères actuels d’approche pédagogique de l’Histoire mais, grâce aux talents d’illustration de Fred et Liliane FUNCKEN, elle reste inoubliable pour ceux qui ont eu la chance de la connaître alors.
La version néerlandophone, « Geschiedenis van de Wereld », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
La planche N°220 est parue dans le N°52 de l’hebdomadaire « KUIFJE » du 31 décembre 1959. Elle concernait les Temps Modernes, s’intitulait « Catharina II » (« Catherine II ») et se subdivisait en : « Een prinsesje in 1763 » (« Une petite princesse en 1763 »), « Ik ben een brave vrouw » (« Je suis une bonne femme »), « Een verlichte geest » (« Un esprit éclairé »), « Geluk voor iedereen » (« Bonheur pour chacun »), et « Groot-Rusland » (« Grande-Russie »).
Jean SCHOONJANS se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer culturellement.
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : 108 DHAENENS VERLEDEN 10 MILJOEN BELGEN - Rajouté le 04/08/2011

Description : La S.V. belge ARTIS-HISTORIA S.C. a, parmi beaucoup d’autres publications de qualité, édité des « Bibliocassettes ». Celles, intitulées « Un passé pour 10 millions de Belges – Vies quotidiennes / Een verleden voor 10 miljoen Belgen – Dagelijks leven », conçues et dirigées par le Professeur Albert d’HAENENS (Directeur, en 1980, du Centre de Recherches sur la Communication en Histoire de l’UCL) contenaient notamment (à côté d’une fiche recto-verso de texte) une fiche en couleurs. L’illustration N°108, accompagnée d’une légende bilingue, était relative à : « Le système électoral / Het kiesstelsel ».
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN KARL MAY 05 ZWARTE MUSTANG 13A - Rajouté le 03/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Kijk wat ik bij de bron gevonden heb (gevonden) ! » (« Regarde ce que j’ai trouvé près de la source ! »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEVONDEN », participe passé provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Cette forme verbale est construite sur LE PLURIEL de son prétérit. (Pour complément d’informations, consultez notamment notre tableau de synthèse « Temps primitifs » dans la partie « GRAMMATICA » de ce site.)
Ce participe passé « GEVONDEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« bij de bron »), à la fin de la phrase subordonnée.
« WAT » est, dans ce cas-ci, une conjonction de subordination introduisant, comme « DAT », une phrase subordonnée relative. N’oublions pas « DAT » et « WAT » sont apparentés : à une question « WAT kijk je ? », la réponse pourrait être « Ik kijk DAT ».
La version néerlandophone de « KARL MAY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 13 dans « De Zwarte mustang », le volume N°5 de la série « KARL MAY ».
Willy VANDERSTEEN se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1963-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN KARL MAY 05 ZWARTE MUSTANG 10B 31A - Rajouté le 03/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij overleefde zijn val doch hield zich uit angst verborgen » (« Il survécut à sa chute mais se cachait par peur »).
On y trouve notamment la forme verbale « HIELD », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « HOUDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
On y trouve aussi la forme verbale « OVERleefde », provenant de l’infinitif « OVERleven », lui-même construit sur le verbe « LEVEN ». « OVERleven » n’est PAS à « particule séparable ».
Ce verbe « LEVEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « F », on trouvera, bien sûr, le « D » majoritaire.
N’oublions pas que, par exemple, lors du passage de l’infinitif vers le radical (première personne du singulier de l’indicatif présent), quand on enlève la terminaison « EN » (« LEVEN » - « EN » = « LEV »), le « V » (non suivi de « E ») se transforme en « F ». La présence du deuxième « E » (ik « LEEF ») s’explique par le son « é » que l’on entend quand on écoute l’infinitif et, de ce fait, il se concrétise par « EE » au SINGULIER. (Pour complément d’informations, consultez notamment « Le radical des verbes » dans la partie « GRAMMATICA » de ce site.)
Rappelons encore que bon nombre de noms communs au singulier (leur pluriel étant souvent l’infinitif) sont construits sur ce même radical : « ik VAL » (< « VALLEN ») donne « (DE) VAL » (au pluriel « DE VALLEN »).
On y trouve enfin la forme verbale « verborgen » (participe passé provenant de l’infinitif « VERBERGEN »), qui fait partie des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
La version néerlandophone de « KARL MAY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est le fruit d’un montage par nos soins d’illustrations extraites des pages 10 et 31 dans « De Zwarte mustang », le volume N°5 de la série « KARL MAY ».
Willy VANDERSTEEN se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1963-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN KARL MAY 05 ZWARTE MUSTANG 10A - Rajouté le 03/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De kogel trof hem in de voet » (« La balle le toucha au pied »).
On y trouve notamment la forme verbale « TROF », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « TREFFEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Dans l’image suivante, on trouve aussi la forme verbale « GETROFFEN », participe passé provenant de ce même infinitif « TREFFEN » et construite sur LE PLURIEL de son prétérit. (Pour complément d’informations, consultez notamment notre tableau de synthèse « Temps primitifs » dans la partie « GRAMMATICA » de ce site.)
La version néerlandophone de « KARL MAY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 10 dans « De Zwarte mustang », le volume N°5 de la série « KARL MAY ».
Willy VANDERSTEEN se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1963-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN KARL MAY 05 ZWARTE MUSTANG 03A - Rajouté le 03/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een jonge Indiaan (…) greep de arend bij een poot » (« Un jeune Indien saisit l’aigle par une patte »).
On y trouve notamment la forme verbale « GREEP », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « GRIJPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
La version néerlandophone de « KARL MAY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 3 dans « De Zwarte mustang », le volume N°5 de la série « KARL MAY ».
Willy VANDERSTEEN se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1963-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : GESCHIEDENIS WERELD SCHOONJANS FUNCKEN 219 - Rajouté le 03/08/2011

Description : Cette invitation à la découverte de l’« Histoire du Monde » (1955-1962) par Jean SCHOONJANS (1897-1976) pour les Editions du Lombard ne correspond peut-être plus aux critères actuels d’approche pédagogique de l’Histoire mais, grâce aux talents d’illustration de Fred et Liliane FUNCKEN, elle reste inoubliable pour ceux qui ont eu la chance de la connaître alors.
La version néerlandophone, « Geschiedenis van de Wereld », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
La planche N°219 est parue dans le N°51 de l’hebdomadaire « KUIFJE » du 24 décembre 1959. Elle concernait les Temps Modernes, s’intitulait « Schaakmat in 1763 » (« Echec et mat en 1763 ») et se subdivisait en : « Het familiepakt van de Bourbons in 1761» (« Le pacte de famille des Bourbons en 1761 »), «Frederik II in 1759 te Künersdorf verslagen » (« Frédéric II battu en 1759 à Künersdorf »), « De verdragen van 1763 » (« Les traités de 1763 »), « Corsica in 1768 » (« La Corse en 1768 »), et « Het droevige einde van Lodewijk XV in 1774 » («La triste fin de Louis XV en 1774 »).
Jean SCHOONJANS se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer culturellement.
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : 107 DHAENENS VERLEDEN 10 MILJOEN BELGEN - Rajouté le 03/08/2011

Description : La S.V. belge ARTIS-HISTORIA S.C. a, parmi beaucoup d’autres publications de qualité, édité des « Bibliocassettes ». Celles, intitulées « Un passé pour 10 millions de Belges – Vies quotidiennes / Een verleden voor 10 miljoen Belgen – Dagelijks leven », conçues et dirigées par le Professeur Albert d’HAENENS (Directeur, en 1980, du Centre de Recherches sur la Communication en Histoire de l’UCL) contenaient notamment (à côté d’une fiche recto-verso de texte) une fiche en couleurs. L’illustration N°107, accompagnée d’une légende bilingue, était relative à : « Le pouvoir judiciaire / De rechterlijke macht ».
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 15 WRAAK TECONTAS 31A - Rajouté le 02/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Met de twee bandieten op hun paard vastgebonden, wordt de kleine groep naar het dorp gebracht » (« Avec les deux bandits ligotés sur leur cheval, le petit groupe est apporté vers le village »).
On y trouve notamment la forme verbale « VASTgebonden », participe passé de l’infinitif « VASTBINDEN », dit « à particule séparable », construit sur le verbe « BINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Le participe passé est ici utilisé comme adjectif mais on aurait pu avoir la phrase : « De twee bandieten die op hun paard zijn (worden) vastgebonden ».
Quand « vastBINDEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « VAST » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « vastGEbonden ».
On y trouve aussi la forme verbale « geBRACHT », participe passé provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Le participe passé « geBRACHT » fait, lui, l’objet d’un REJET (derrière, notamment, le complément « naar het dorp ») à la fin de la phrase.
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 31 dans « De wraak der (van de) Tecontas », le volume N°15 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1957-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 15 WRAAK TECONTAS 14A - Rajouté le 02/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Opgejaagd door de zweepslagen en het geblaf, trekken de paarden uit alle macht » (« Harcelés par les coups de fouet et les aboiements, les chevaux tirent de toutes leurs forces »).
On y trouve la forme verbale « OPgejaagd », participe passé provenant de l’infinitif « OPjagen », dit « à particule séparable », construit sur le verbe « JAGEN » (ayant une signification différente), qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » (du moins au prétérit).
Mais ce verbe « JAGEN » est, au participe passé, considéré comme « régulier » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « G », on trouvera, bien sûr, le « D » majoritaire : « GE » + « JAAG » + « D » => « GEjaagD ».
Quand « « OPjagen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEjaagD ».
Le participe passé est ici utilisé comme adjectif mais on aurait pu avoir la phrase : « De paarden, die door de zweepslagen en het geblaf worden opgejaagd, trekken uit alle macht ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 14 dans « De wraak der (van de) Tecontas », le volume N°15 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1957-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 15 WRAAK TECONTAS 09L - Rajouté le 02/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb besloten niet terug naar de stad te gaan, alvorens hun spoor teruggevonden te hebben » (« J’ai décidé de ne pas retourner (= aller de retour) en ville, avant d’avoir retrouvé leur trace »).
On y trouve notamment la forme verbale « BESLOTEN », participe passé provenant de l’infinitif « BESLUITEN », lui-même conjugué sur le verbe « SLUITEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que si un verbe commence, par exemple, par le préfixe « BE- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
On y trouve le verbe « TERUGgaan », dit « à particule séparable », construit sur le verbe « gaan ». il évolue dans une sorte de phrase subordonnée « infinitive », introduite par « BESLUITEN » (« (…) que je ne retournerais pas »), engendrant une particule « TE » intercalée entre l’infinitif proprement dit, « GAAN », et sa « particule séparable » « TERUG » (rendant la notion de RETOUR).
On y trouve enfin la forme verbale « TERUGgeVONDEN », participe passé provenant de l’infinitif « terugVINDEN », lui-même construit sur « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « terugVINDEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « terugGEvonden ».
La « particule séparable » « TERUG » rend ici plutôt une notion de REPETITION.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 9 dans « De wraak der (van de) Tecontas », le volume N°15 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1957-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 15 WRAAK TECONTAS 09K - Rajouté le 02/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb opgemerkt dat de Indianen vooral trachtten gevangenen te maken, die ze dan meenamen » (« J’ai remarqué que les Indiens essayaient surtout de faire des prisonniers, qu’ils emmenaient (= prenaient avec) alors »).
On y trouve notamment la forme verbale « OPgemerkt » provenant de l’infinitif « OPmerken », lui-même construit sur le verbe « MERKEN ».
Ce verbe « MERKEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera un « T » (au lieu du « D » majoritaire).
Quand il est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEmerkt ».
Le verbe « TRACHTEN » (équivalant à « essayer DE ») introduit ici une sorte de subordonnée et engendre un « TE » qui précède (comme en français) l’infinitif « MAKEN ».
Ce verbe « TRACHTEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « T », on trouvera un deuxième « T » (au lieu du « D » majoritaire) à l’ O.V.T. (ou prétérit) : « tracht » + « TE » => « trachtTE ».
On y trouve encore la forme verbale « MEEnamen », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « MEEnemen », lui-même construit sur le verbe « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Cet infinitif « meeNEMEN » est dit « à particule séparable », la particule « MEE » provenant de la préposition « MET ».
Enfin la forme verbale « GEvangen », participe passé provenant de l’infinitif « VANGEN » (qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ») est utilisé comme NOM COMMUN, donc VARIABLE : « gevangen » + « EN » (terminaison PLURIEL » => « gevangenEN ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 9 dans « De wraak der (van de) Tecontas », le volume N°15 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1957-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : GESCHIEDENIS WERELD SCHOONJANS FUNCKEN 218 - Rajouté le 02/08/2011

Description : Cette invitation à la découverte de l’« Histoire du Monde » (1955-1962) par Jean SCHOONJANS (1897-1976) pour les Editions du Lombard ne correspond peut-être plus aux critères actuels d’approche pédagogique de l’Histoire mais, grâce aux talents d’illustration de Fred et Liliane FUNCKEN, elle reste inoubliable pour ceux qui ont eu la chance de la connaître alors.
La version néerlandophone, « Geschiedenis van de Wereld », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
La planche N°218 est parue dans le N°50 de l’hebdomadaire « KUIFJE » du 17 décembre 1959. Elle concernait les Temps Modernes, s’intitulait « De Zevenjarige Oorlog » (« La Guerre de Sept ans ») et se subdivisait en : « Het regiment van Auvergne op 15 oktober 1760 » (« Le régiment d’Auvergne le 15 octobre 1760 »), « Montcalm in Canada in 1758 » (« Montcalm au Canada en 1758 »), « Lally-Tollendal, gouverneur van Indië, in 1766 » ( « Lally-Tollendal, gouverneur des Indes, en 1766 »), « Engeland triomfeerde overal op zee in 1759 » (« L’Angleterre triomphait partout sur mer en 1759 »), et « Alles verloren voor Lodewijk XV en Maria-Therezia ? » («Tout est-il perdu pour Louis XV et Marie-Thérèse ? »).
Jean SCHOONJANS se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer culturellement.
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : 106 DHAENENS VERLEDEN 10 MILJOEN BELGEN - Rajouté le 02/08/2011

Description : La S.V. belge ARTIS-HISTORIA S.C. a, parmi beaucoup d’autres publications de qualité, édité des « Bibliocassettes ». Celles, intitulées « Un passé pour 10 millions de Belges – Vies quotidiennes / Een verleden voor 10 miljoen Belgen – Dagelijks leven », conçues et dirigées par le Professeur Albert d’HAENENS (Directeur, en 1980, du Centre de Recherches sur la Communication en Histoire de l’UCL) contenaient notamment (à côté d’une fiche recto-verso de texte) une fiche en couleurs. L’illustration N°106, accompagnée d’une légende bilingue, était relative à : « Le pouvoir exécutif / De uitvoerende macht ».
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : GESCHIEDENIS WERELD SCHOONJANS FUNCKEN 217 - Rajouté le 02/08/2011

Description : Cette invitation à la découverte de l’« Histoire du Monde » (1955-1962) par Jean SCHOONJANS (1897-1976) pour les Editions du Lombard ne correspond peut-être plus aux critères actuels d’approche pédagogique de l’Histoire mais, grâce aux talents d’illustration de Fred et Liliane FUNCKEN, elle reste inoubliable pour ceux qui ont eu la chance de la connaître alors.
La version néerlandophone, « Geschiedenis van de Wereld », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
La planche N°217 est parue dans le N°49 de l’hebdomadaire « KUIFJE » du 10 décembre 1959. Elle concernait les Temps Modernes, s’intitulait « Versailles tegen White-Hall » («Versailles contre White-Hall ») et se subdivisait en : « De groentjes op 18 juni 1757 te Kollin : Vlamingen in het Oostenrijkse leger tegen de Pruisen » (« Les blancs-becs le 18 juin 1757 à Kollin : des Flamands dans l’armée autrichienne contre les Prussiens »), « Een nieuwe standaard, die Maria- Therezia eigenhandig borduurde : wie er aan raakt, wordt gestoken » (« Un nouvel étendard, que Marie-Thérèse broda de sa propre main : qui s’y frotte, s’y pique »), « Een zware nederlaag van de Engelsen te Klosterseven in Hannover » («Une lourde défaite des Anglais à Klosterseven dans le Hannovre »), « De Engelse admiraal John Byng werd op het dek van zijn schip gefusilleerd » (« L’amiral anglais Klosterseven dans le Hannovre »), « De Engelse admiraal John Byng fusillé sur le pont de son navire ») et « Frederik II wint tegen de Fransen te Rossbach in november 1757 » (« Frédéric II gagne contre les Français à Rossbach en novembre 1757 »).
Jean SCHOONJANS se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer culturellement.
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL RODE RIDDER 010 STORM OVER DAMME 10A - Rajouté le 01/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « U schijnt de gewoonte niet verloren te hebben in onze sloten een bad te nemen » (« Vous semblez n’avoir pas perdu l’habitude de prendre un bain dans nos fossés »).
On y trouve notamment la forme verbale « VERLOREN », participe passé provenant de l’infinitif « VERLIEZEN », qui fait partie des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que si un verbe commence par le préfixe « VER- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (ici « de gewoonte »), à la fin de la phrase car on aurait pu trouver : « U schijnt de gewoonte niet te hebben verloren (…) ».
Signalons que le verbe « SCHIJNEN » engendre un « TE » quand il précède un infinitif comme, ici, « HEBBEN ».
La version néerlandophone du « RODE RIDDER », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 10 dans « Storm over Damme », le volume N°10 de la série « DE RODE RIDDER ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel VERSCHUERE, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL RODE RIDDER 010 STORM OVER DAMME 9B - Rajouté le 01/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze (de Fransen) ondervinden vlug dat hij (de rode ridder) zijn stelling goed (heeft) gekozen heeft » (« Ils se rendent compte rapidement qu’il a bien choisi sa position »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEKOZEN », participe passé provenant de l’infinitif « KIEZEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (ici « zijn stelling» et « goed »), à la fin de la phrase.
N’oublions pas non plus que, dans une proposition subordonnée (ici, relative, introduite par « DAT »), le verbe (forme verbale complète, donc aussi l’auxiliaire dans un temps composé : ici, « heeft ») est séparé du sujet (« hij »).
La version néerlandophone du « RODE RIDDER », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 9 dans « Storm over Damme », le volume N°10 de la série « DE RODE RIDDER ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel VERSCHUERE, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL RODE RIDDER 010 STORM OVER DAMME 09A - Rajouté le 01/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wanneer de achtervolgers ter plaatse komen, heeft hij (Johan) de helft van het brugje opgebroken » (« Quand les poursuivants arrivent sur place, il a démonté la moitié du petit pont »).
On y trouve notamment la forme verbale « OPgebroken », participe passé provenant de l’infinitif « OPbreken », lui-même construit sur l’infinitif « BREKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « OPbreken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEbroken ».
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (ici « de helft » et « van het brugje »), à la fin de la phrase.
N’oublions pas que si l’on transforme un « DE-woord » (« DE brug ») en diminutif – pour ce faire, on rajoute la terminaison « -JE » –, il devient un « HET-woord » : (DE) brug + « JE » => « HET brugJE ».
La version néerlandophone du « RODE RIDDER », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite d’un montage par nos soins des pages 8 et 9 dans « Storm over Damme », le volume N°10 de la série « DE RODE RIDDER ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel VERSCHUERE, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL RODE RIDDER 010 STORM OVER DAMME 08B - Rajouté le 01/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik daag u uit ons achterna te komen (lopen) » (« Je vous défie (mets au défi) de nous poursuivre »).
On y trouve notamment la forme verbale « daag UIT », construite sur l’infinitif « UITdagen », lui-même construit sur le verbe « DAGEN » (ayant une signification différente).
Ce verbe « UITdagen » est dit « à particule séparable » ; quand il est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule étant affectée par un REJET, derrière le complément (ici, « U »), à la fin de la phrase.
Tout comme l’expression « défier DE » en français, « UITdagen » en néerlandais engendre l’équivalent, un « TE » quand il précède un infinitif comme, ici, « KOMEN »
« ACHTERNAkomen » est donc un verbe à « particule séparable » puisque le « TE » s’intercale entre la particule « ACHTERNA » et l’infinitif « KOMEN » proprement dit. Il est à noter que ce verbe, officiellement, n’existe pas : on dira plutôt « achternaLOPEN », qui est un verbe à « particule séparable ».
La version néerlandophone du « RODE RIDDER », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 8 dans « Storm over Damme », le volume N°10 de la série « DE RODE RIDDER ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel VERSCHUERE, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL RODE RIDDER 10 STORM OVER DAMME 08A - Rajouté le 01/08/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze (Rogier van Ghistelles en zijn officieren) zijn zo verrast dat zij hem (de Rode ridder) ongehinderd laten begaan » (« Ils sont tellement surpris qu’ils le laissent agir sans faire obstacle »).
On y trouve notamment, la forme verbale « VERRAST », participe passé provenant de l’infinitif « VERRASSEN », qui NE fait PAS partie des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Ce verbe « VERRASSEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « S », on trouvera au participe passé un « T » (au lieu du « D » majoritaire).
Rappelons que si un verbe commence par le préfixe « VER- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
On y trouve aussi, la forme verbale « ONgehinderd », provenant à l’origine de l’infinitif « HINDEREN ».
Ce verbe « HINDEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « R », on trouvera au participe passé le « D » majoritaire.
« HINDEREN » signifie notamment « faire obstacle à ». Si on veut rendre la notion CONTRAIRE en néerlandais, on placera le préfixe « ON- » devant le participe passé => « ONgehinderd ». En un mot, on rend ainsi l’équivalent d’une phrase comme : « Zij laten hem begaan ZONDER hem TE HINDEREN », solution qui est par ailleurs plus compliquée.
La version néerlandophone du « RODE RIDDER », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite d’un montage par nos soins des pages 7 et 8 dans « Storm over Damme », le volume N°10 de la série « DE RODE RIDDER ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel VERSCHUERE, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : 105 DHAENENS VERLEDEN 10 MILJOEN BELGEN - Rajouté le 01/08/2011

Description : La S.V. belge ARTIS-HISTORIA S.C. a, parmi beaucoup d’autres publications de qualité, édité des « Bibliocassettes ». Celles, intitulées « Un passé pour 10 millions de Belges – Vies quotidiennes / Een verleden voor 10 miljoen Belgen – Dagelijks leven », conçues et dirigées par le Professeur Albert d’HAENENS (Directeur, en 1980, du Centre de Recherches sur la Communication en Histoire de l’UCL) contenaient notamment (à côté d’une fiche recto-verso de texte) une fiche en couleurs. L’illustration N°105, accompagnée d’une légende bilingue, était relative à : « Le pouvoir législatif / De wetgevende macht ».
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN KARL MAY 04 PELSJAGERS 21A - Rajouté le 31/07/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een weinig later vliegt de barricade de lucht in » (« Un peu plus tard, la barricade vole en l’air »).
On y trouve notamment la forme verbale « vliegt … IN », provenant de l’infinitif « INvliegen », lui-même construit sur l’infinitif « VLIEGEN » (qui fait partie des « temps primitifs » des verbes dits « forts »).
Le verbe « INvliegen » est dit « à particule séparable ». Quand il est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » (ancienne préposition), qui fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (ici « de barricade » et « de lucht »), à la fin de la phrase. On aurait pu imaginer la phrase : « Een weinig later vliegt de barricade IN de lucht ».
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« Een weinig later »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « de barricade ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « vliegt ») et passant donc derrière lui.
Au lieu de « Een weinig later », on aurait pu trouver (« Even later »).
La version néerlandophone de « KARL MAY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 21 dans « De pelsjagers », le volume N°4 de la série « KARL MAY ».
Willy VANDERSTEEN se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1963-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN KARL MAY 04 PELSJAGERS 20A - Rajouté le 31/07/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een vruchtbare vallei geheel ingesloten door loodrechte rotswanden » (« Une vallée fertile complètement enfermée / enclavée par des parois rocheuses / falaises à pic »).
On y trouve notamment la forme verbale « INgesloten », participe passé provenant de l’infinitif « INsluiten », lui-même construit sur l’infinitif « SLUITEN », affecté par les « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Ce verbe « INsluiten » est aussi dit « à particule séparable » ; quand il est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « inGEsloten ».
Ce participe passé « INgesloten » est, ici, utilisé comme adjectif « attribut », dans la mesure où on pourrait considérer qu’il aurait pu faire partie d’une phrase subordonnée (relative) à la voie passive : « (Dat is) een vruchtbare vallei, DIE geheel door loodrechte rotswanden WORDT ingesloten ».
La version néerlandophone de « KARL MAY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 9 dans « De pelsjagers », le volume N°4 de la série « KARL MAY ».
Willy VANDERSTEEN se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1963-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN KARL MAY 04 PELSJAGERS 09A - Rajouté le 31/07/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een vruchtbare vallei geheel ingesloten door loodrechte rotswanden » (« Une vallée fertile complètement enfermée / enclavée par des parois rocheuses / falaises à pic »).
On y trouve notamment la forme verbale « INgesloten », participe passé provenant de l’infinitif « INsluiten », lui-même construit sur l’infinitif « SLUITEN », affecté par les « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Ce verbe « INsluiten » est aussi dit « à particule séparable » ; quand il est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « inGEsloten ».
Ce participe passé « INgesloten » est, ici, utilisé comme adjectif « attribut », dans la mesure où on pourrait considérer qu’il aurait pu faire partie d’une phrase subordonnée (relative) à la voie passive : « (Dat is) een vruchtbare vallei, DIE geheel door loodrechte rotswanden WORDT ingesloten ».
La version néerlandophone de « KARL MAY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 9 dans « De pelsjagers », le volume N°4 de la série « KARL MAY ».
Willy VANDERSTEEN se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1963-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN KARL MAY 04 PELSJAGERS 07A - Rajouté le 31/07/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij wordt onverhoeds neergeslagen » (« Il est assommé à l’improviste »).
On y trouve notamment la forme verbale « NEERgeslagen », provenant de l’infinitif « NEERslaan », lui-même construit sur l’infinitif « SLAAN », affecté par les « temps primitifs ». Ce verbe «NEERslaan » est aussi dit « à particule séparable » ; quand il est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « NEER » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « neerGEslagen ».
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
Aux temps composés, « NEERgeslagen », équivalent d’un participe passé, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (ici « ONVERHOEDS »), à la fin de la phrase.
N’oublions pas que la forme verbale « wordT », troisième personne du singulier de l’O.T.T. ou indicatif présent, doit se terminer par « T » même si l’avant-dernière lettre est « D » (la seule véritable exception étant le « IS », dans « hij/zij/het//dit/dat/men/er/daar/hier is »).
La version néerlandophone de « KARL MAY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 7 dans « De pelsjagers », le volume N°4 de la série « KARL MAY ».
Willy VANDERSTEEN se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1963-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : GESCHIEDENIS WERELD SCHOONJANS FUNCKEN 216 - Rajouté le 31/07/2011

Description : Cette invitation à la découverte de l’« Histoire du Monde » (1955-1962) par Jean SCHOONJANS (1897-1976) pour les Editions du Lombard ne correspond peut-être plus aux critères actuels d’approche pédagogique de l’Histoire mais, grâce aux talents d’illustration de Fred et Liliane FUNCKEN, elle reste inoubliable pour ceux qui ont eu la chance de la connaître alors.
La version néerlandophone, « Geschiedenis van de Wereld », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
La planche N°216 est parue dans le N°48 de l’hebdomadaire « KUIFJE » du 3 décembre 1959. Elle concernait les Temps Modernes, s’intitulait « Het kan verkeren »(zei Bredero : 1585-1618) (« La chance peut tourner ») et se subdivisait en : « Wat niet veranderde » (« Ce qui ne changea(it) pas »), « Frederik II van Pruisen » (« Frédéric II de Prusse »), « De Marquiezin van Pompadour, Madame Quinze » (« La Marquise de Pompadour, Madame Quinze »), « Een ketterij » (« Une hérésie : le Mystère d’iniquité en 1756 ») et « Storm op komst » (« Tempête en vue»).
Jean SCHOONJANS se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer culturellement.
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : 104 DHAENENS VERLEDEN 10 MILJOEN BELGEN - Rajouté le 31/07/2011

Description : La S.V. belge ARTIS-HISTORIA S.C. a, parmi beaucoup d’autres publications de qualité, édité des « Bibliocassettes ». Celles, intitulées « Un passé pour 10 millions de Belges – Vies quotidiennes / Een verleden voor 10 miljoen Belgen – Dagelijks leven », conçues et dirigées par le Professeur Albert d’HAENENS (Directeur, en 1980, du Centre de Recherches sur la Communication en Histoire de l’UCL) contenaient notamment (à côté d’une fiche recto-verso de texte) une fiche en couleurs. L’illustration N°104, accompagnée d’une légende bilingue, était relative à : « Baudouin 1er / Boudewijn I (1930-1993) ».
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 15 WRAAK TECONTAS 09J - Rajouté le 30/07/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De Roodhuiden slaagden er niet in de cirkel te doorbreken » (« Les Peaux-rouges ne réussissaient pas à briser / percer le cercle »).
On y trouve notamment la forme verbale « slaagDEN » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « SLAGEN ». Ce verbe est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet son radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire au participe passé et la terminaison « -DE » au singulier du prétérit.
On y trouve donc l’expression « ERIN SLAGEN » (équivalent de l’expression « LUKKEN IN », qui aurait pu donner la phrase alternative : « Het lukte hen niet de cirkel te doorbreken »). L’expression (équivalent, en mauvais français, à « réussir DE ») engendre un « TE » quand il précède un infinitif comme, ici, « DOORBREKEN » (qui n’est donc PAS un verbe à « particule séparable » puisque le « TE » ne s’intercale PAS entre la particule « DOOR » et l’infinitif « BREKEN » proprement dit).
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 9 dans « De wraak der (van de) Tecontas », le volume N°15 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1957-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 15 WRAAK TECONTAS 09I - Rajouté le 30/07/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De wagens waren in een cirkel geplaatst en de pioniers verdedigden zich hardnekkig » (« Les chariots étaient placés en un cercle et les pionniers se défendaient avec acharnement »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEplaatst », participe passé (utilisé avec un plus-que-parfait) construit sur l’infinitif « PLAATSEN ».
Ce verbe est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « S », on trouvera au participe passé un « T » (au lieu du « D » majoritaire).
On y trouve aussi la forme verbale « verdedigDEN zich » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « (zich) VERDEDIGEN ». Ce verbe est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet son radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire au participe passé et la terminaison « -DE » au singulier du prétérit.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 9 dans « De wraak der (van de) Tecontas », le volume N°15 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1957-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 15 WRAAK TECONTAS 09H - Rajouté le 30/07/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (Geweerschoten weerklonken in de verte) en we wisten dat ook de karavaan nu aangevallen werd » (« … et nous sûmes que la caravane, (elle) aussi, était maintenant attaquée »).
On y trouve notamment la forme verbale « WISTEN », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « WETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
On y trouve aussi la forme verbale « AANgevallen », participe passé provenant de l’infinitif « AANvallen », lui-même construit sur l’infinitif « VALLEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « AANvallen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEvallen ».
Il y a REJET de la forme verbale « AANgevallen » à la fin de la phrase, derrière le complément « NU ».
On y trouve encore la forme verbale « WERD », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « WORD », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » (ici « WERD ») au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 9 dans « De wraak der (van de) Tecontas », le volume N°15 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1957-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 15 WRAAK TECONTAS 09F - Rajouté le 30/07/2011

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze waren gevangen genomen, want we vonden nergens hun lichamen » (« Ils étaient pris (= faits) prisonniers, car nous ne trouvâmes leurs corps nulle part »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEnomen », participe passé provenant de l’infinitif « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
On y trouve aussi la forme verbale « GEvangen », participe passé provenant de l’infinitif « VANGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Ce participe passé « GEvangen » est utilisé comme ADJECTIF ATTRIBUT, toujours INVARIABLE.
On y trouve enfin la forme verbale « VONDEN », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
N’oublions pas qu’il vaut mieux utiliser « WANT » que « OMDAT », parce que ce dernier modifie, en néerlandais, l’ordre des mots dans la phrase subordonnée, engendrant le REJET du verbe à la fin de la phrase. On aurait donc eu : « (…) OMDAT we nergens hun lichamen VONDEN » OU « « (…) OMDAT we hun lichamen nergens VONDEN ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 9 dans « De wraak der (van de) Tecontas », le volume N°15 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1957-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

First  Previous  1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29  30  31  32  33  34  35  36  37  38  39  40  41  42  43  44  45  46  47  48  49  50  51  52  53  54  55  56  57  58  59  60  61  62  63  64  65  66  67  68  69  70  71  72  73  74  Next  Last  

Sous-menu

Liens rapides

Recherche

Entrez un mot clé:

Image au hasard

Image au hasard
tiré de l'oeuvre de Devignez

Crédits