IDESETAUTRES.be

Téléchargements

Si vous êtes satisfait(e) de ce que vous avez téléchargé, ayez la gentillesse de verser ne fût-ce que 1 (un) EURO symbolique sur le compte bancaire de l'ONG humanitaire de votre choix, avec la communication www.idesetautres.be.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 31D - Rajouté le 11/03/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Van toen af heb ik me verborgen gehouden » (« Depuis, je me suis tenue cachée »).
On y trouve notamment la forme verbale « verborgen », participe passé (utilisé comme adjectif) provenant de l’infinitif « VERBERGEN », qui fait partie des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
On y trouve également la forme verbale « GEhouden », participe passé provenant de l’infinitif « HOUDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEhouden » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« ME »), à la fin de la phrase.
N’oublions pas non plus que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« Van toen af »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « IK ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici l’auxiliaire « HEB ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 31 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 31C - Rajouté le 10/03/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Degene (Grijze Uil) die ons moest begraven, durfde de hut niet binnenkomen » (« Celui qui devait nous enterrer, n’osa pas pénétrer dans la hutte »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « MOEST » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant du verbe « MOETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Dans cette phrase subordonnée (introduite par « DIE »), on a un REJET de la forme verbale « MOEST », derrière le complément « ONS », à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 31 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 31B - Rajouté le 09/03/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik weerstond aan het gift » (« Je résistai au poison »).
On y trouve notamment la forme verbale « weerSTOND » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant du verbe « weerSTAAN » (qui n’est PAS un verbe à « particule séparable »), lui-même construit sur l’infinitif « STAAN » qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 31 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 31A - Rajouté le 08/03/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De Grote Manitoe heeft niet gewild dat ik stierf » (« Le Grand Manitou n’a pas voulu que je meure »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « STIERF » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant du verbe « STERVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Dans cette phrase subordonnée (introduite par « DAT »), on aurait un REJET de la forme verbale « STIERF », derrière un complément sous-entendu (« als mijn man », à la fin de la phrase,.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 31 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 30C - Rajouté le 07/03/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een omgevallen lantaarn heeft de brand aan de hut gestoken » (« Une lanterne renversée a propagé l’incendie = mis le feu à la hutte »).
On y trouve notamment la forme verbale « GESTOKEN », participe passé provenant de l’infinitif « STEKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GESTOKEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« de brand » et « aan de hut »), à la fin de la phrase.
On y trouve également la forme verbale « OMgevallen », participe passé (utilisé ici comme adjectif épithète) provenant du verbe « OMvallen » (dit « à particule séparable »), lui-même construit sur l’infinitif « VALLEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « OMvallen » est conjugué comme participe passé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OM » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « omGEvallen ».
Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’infinitif. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 30 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 30B - Rajouté le 06/03/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Nauwelijks heeft hij zijn hand in de opening gestoken of een geluid is te horen » (« A peine a-t-il introduit sa main dans l’ouverture qu’un bruit se fait entendre »).
On y trouve notamment la forme verbale « GESTOKEN », participe passé provenant de l’infinitif « STEKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GESTOKEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« zijn hand » et « in de opening »), à la fin de la phrase.
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« NAUWELIJKS »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « HIJ ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « HEEFT ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 30 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 30A - Rajouté le 05/03/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Daar verborg hij het goud » (« C’est là qu’il cachait l’or »).
On y trouve la forme verbale « VERBORG », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « VERBERGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« DAAR »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « HIJ ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « VERBORG ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 30 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VOULOIR WILLEN WANT QUERER OTT OVT VTT - Rajouté le 04/03/2012

Description : Nous proposons ici en langue néerlandaise le verbe « VOULOIR – WILLEN – WANT – QUERER » (« auxiliaire de mode » de la volonté) à trois temps de l’indicatif : le présent (ou O.T.T.), le prétérit (ou O.V.T.) et la forme du participe passé (au passé composé ou V.T.T.). Ce verbe « WILLEN » est prononcé par beaucoup de personnes différentes.
Il est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronnée d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour quelque 35.000 fichiers), où se trouvait notamment une structure en arborescence concernant les verbes.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les formes verbales sont conjuguées et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : DEVOIR MOETEN MUST DEBER OTT OVT VTT - Rajouté le 04/03/2012

Description : Nous proposons ici en langue néerlandaise le verbe « DEVOIR – MOETEN – HAVE TO – TENER QUE » (« auxiliaire de mode » de l’obligation) à trois temps de l’indicatif : le présent (ou O.T.T.), le prétérit (ou O.V.T.) et la forme du participe passé (au passé composé ou V.T.T.). On trouve rarement la forme du participe passé car elle est « concurrencée » par le double infinitif. Ce verbe « MOETEN » est prononcé par beaucoup de personnes différentes.
Il est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronnée d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour quelque 35.000 fichiers), où se trouvait notamment une structure en arborescence concernant les verbes.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les formes verbales sont conjuguées et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 29J - Rajouté le 04/03/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik ben verplicht je de plaats te tonen waar de goudklompjes werden verborgen » (« Je suis obligé de te montrer la place où les pépites ont été cachées »).
On y trouve notamment, dans la phrase principale, la forme verbale « verplicht », participe passé provenant de l’infinitif « verplichten », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Ce verbe « verplichten » est considéré comme « régulier » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « T », on trouvera un « T » (au lieu du « D » majoritaire) au participe passé.
On y trouve également, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « VERBORGEN », participe passé provenant de l’infinitif « VERBERGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Cette phrase subordonnée est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
Rappelons que si un verbe commence par le préfixe « VER- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 29 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : POUVOIR MOGEN MAY PODER OTT OVT VTT - Rajouté le 03/03/2012

Description : Nous proposons ici en langue néerlandaise le verbe « POUVOIR – MOGEN – MAY – PODER » (« auxiliaire de mode » de la possibilité, permission ou autorisation) à trois temps de l’indicatif : le présent (ou O.T.T.), le prétérit (ou O.V.T.) et la forme du participe passé (au passé composé ou V.T.T.). On trouve rarement la forme du participe passé car elle est « concurrencée » par le double infinitif. Ce verbe « MOGEN » est prononcé par beaucoup de personnes différentes.
Il est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronnée d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour quelque 35.000 fichiers), où se trouvait notamment une structure en arborescence concernant les verbes.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les formes verbales sont conjuguées et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : POUVOIR KUNNEN CAN SABER OTT OVT VTT - Rajouté le 03/03/2012

Description : Nous proposons ici en langue néerlandaise le verbe « POUVOIR – KUNNEN – CAN – SER CAPAZ » (« auxiliaire de mode » de la capacité) à trois temps de l’indicatif : le présent (ou O.T.T.), le prétérit (ou O.V.T.) et la forme du participe passé (au passé composé ou V.T.T.). On trouve rarement la forme du participe passé car elle est « concurrencée » par le double infinitif. Ce verbe « KUNNEN » est prononcé par beaucoup de personnes différentes.
Il est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronnée d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour quelque 35.000 fichiers), où se trouvait notamment une structure en arborescence concernant les verbes.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les formes verbales sont conjuguées et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 29I - Rajouté le 03/03/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb (…) vernomen dat jullie een vreselijke misdaad begingen » (« J’ai appris que vous aviez commis un crime épouvantable »).
On y trouve notamment, dans la phrase principale, la forme verbale « VERnomen », participe passé provenant de l’infinitif « verNEMEN », lui-même construit sur le verbe « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
On y trouve également, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « BEgingen », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « BEgaan », lui-même construit sur le verbe « GAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), il y a REJET de cette forme verbale « BEgingen », derrière le complément (« een vreselijke misdaad »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 29 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 29D - Rajouté le 02/03/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We hadden (…) vernomen » (« Nous avions appris »).
On y trouve notamment la forme verbale « HADDEN », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « HEBBEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Cet auxiliaire « HEBBEN » est ici utilisé au temps composé du plus-que-parfait.
On y trouve donc aussi la forme verbale « VERnomen », participe passé provenant de l’infinitif « verNEMEN », lui-même construit sur le verbe « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 29 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 29C - Rajouté le 01/03/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij waren met drie » (« Nous étions trois »).
On y trouve notamment la forme verbale « WAREN », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 29 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 29B - Rajouté le 29/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wat is er met je gebeurd ? » (« Que t’est-il arrivé ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEBEURD », participe passé provenant de l’infinitif « GEBEUREN », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEBEURD » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« MET JE »), à la fin de la phrase.
Ce verbe « GEBEUREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) ; il ne fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet son radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire.
Rappelons par ailleurs que si un verbe commence déjà par le préfixe « GE- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 29 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 29A - Rajouté le 28/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het is gedaan met mij » (« C’est fait avec moi = Cela en est fait de moi = Cela est terminé pour moi »).
On y trouve la forme verbale « GEDAAN », participe passé provenant de l’infinitif « DOEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 29 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 28A - Rajouté le 27/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Plots bemerkt hij (Andy) hoe een derde man tussen de bomen (is) verschenen is » (« Soudain, il remarque comme(nt) un troisième homme est apparu entre les arbres »).
On y trouve notamment la forme verbale « VERSCHENEN », participe passé provenant de l’infinitif « VERSCHIJNEN », lui-même construit sur le verbe « SCHIJNEN », qui fait partie des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que si un verbe commence, par exemple, par le préfixe « VER- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Il est à noter que ce participe passé « VERSCHENEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 28 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 27A - Rajouté le 26/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De inspanning is haar te hevig geweest » (« L’effort a été trop intense pour elle »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEWEEST », participe passé provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Ce participe passé « GEWEEST » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (ici « haar » et « te hevig »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 27 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DIALOOGJE OVER BUSSEN EN TREINEN 5 - Rajouté le 25/02/2012

Description : La retranscription sous format MP3 du dialogue suivant (global et scindé par phrases), notamment pour aider les élèves « primo-arrivants », est le fruit d’une collaboration entre l’équipe des germanistes de l’Institut Bischoffsheim (de Bruxelles-Ville) et l’équipe de BON (www.bon.be), le bureau d’accueil bruxellois des personnes d’origine étrangère.
Le dialogue global et le dialogue aux phrases scindées sont joués par Marie Charlotte (« een bediende ») et Jan Douteur (Jan Peeters).
Toute ressemblance d’un personnage du dialogue avec une personne que vous penseriez reconnaître serait fortuite.
Ce dialogue s’inscrit dans le champ thématique N°5 (« Transports et voyages »), défini par le CECR (Cadre européen commun de référence pour les langues) du Conseil de l’Europe.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à disposition de courts dialogues, que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DIALOOGJE OVER BUSSEN EN TREINEN 4 - Rajouté le 25/02/2012

Description : La retranscription sous format MP3 du dialogue suivant (global et scindé par phrases), notamment pour aider les élèves « primo-arrivants », est le fruit d’une collaboration entre l’équipe des germanistes de l’Institut Bischoffsheim (de Bruxelles-Ville) et l’équipe de BON (www.bon.be), le bureau d’accueil bruxellois des personnes d’origine étrangère.
Le dialogue global et le dialogue aux phrases scindées sont joués par Marie Charlotte (Kathy COENEN) et Jan Douteur (« een bediende »).
Toute ressemblance d’un personnage du dialogue avec une personne que vous penseriez reconnaître serait fortuite.
Ce dialogue s’inscrit dans le champ thématique N°5 (« Transports et voyages »), défini par le CECR (Cadre européen commun de référence pour les langues) du Conseil de l’Europe.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à disposition de courts dialogues, que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DIALOOGJE OVER BUSSEN EN TREINEN 3 - Rajouté le 25/02/2012

Description : La retranscription sous format MP3 du dialogue suivant (global et scindé par phrases), notamment pour aider les élèves « primo-arrivants », est le fruit d’une collaboration entre l’équipe des germanistes de l’Institut Bischoffsheim (de Bruxelles-Ville) et l’équipe de BON (www.bon.be), le bureau d’accueil bruxellois des personnes d’origine étrangère.
Le dialogue global et le dialogue aux phrases scindées sont joués par Marie Charlotte (Hilde Peeters) et Jan Douteur (« een bediende »).
Toute ressemblance d’un personnage du dialogue avec une personne que vous penseriez reconnaître serait fortuite.
Ce dialogue s’inscrit dans le champ thématique N°5 (« Transports et voyages »), défini par le CECR (Cadre européen commun de référence pour les langues) du Conseil de l’Europe.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à disposition de courts dialogues, que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DIALOOGJE OVER BUSSEN EN TREINEN 2 - Rajouté le 25/02/2012

Description : La retranscription sous format MP3 du dialogue suivant (global et scindé par phrases), notamment pour aider les élèves « primo-arrivants », est le fruit d’une collaboration entre l’équipe des germanistes de l’Institut Bischoffsheim (de Bruxelles-Ville) et l’équipe de BON (www.bon.be), le bureau d’accueil bruxellois des personnes d’origine étrangère.
Le dialogue global et le dialogue aux phrases scindées sont joués par Marie Charlotte (« een bediende ») et Jan Douteur (Erik Smids).
Toute ressemblance d’un personnage du dialogue avec une personne que vous penseriez reconnaître serait fortuite.
Ce dialogue s’inscrit dans le champ thématique N°5 (« Transports et voyages »), défini par le CECR (Cadre européen commun de référence pour les langues) du Conseil de l’Europe.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à disposition de courts dialogues, que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DIALOOGJE OVER BUSSEN EN TREINEN 1 - Rajouté le 25/02/2012

Description : La retranscription sous format MP3 du dialogue suivant (global et scindé par phrases), notamment pour aider les élèves « primo-arrivants », est le fruit d’une collaboration entre l’équipe des germanistes de l’Institut Bischoffsheim (de Bruxelles-Ville) et l’équipe de BON (www.bon.be), le bureau d’accueil bruxellois des personnes d’origine étrangère.
Le dialogue global et le dialogue aux phrases scindées sont joués par Marie Charlotte (« een busbestuurder ») et Jan Douteur (« een toerist »).
Toute ressemblance d’un personnage du dialogue avec une personne que vous penseriez reconnaître serait fortuite.
Ce dialogue s’inscrit dans le champ thématique N°5 (« Transports et voyages »), défini par le CECR (Cadre européen commun de référence pour les langues) du Conseil de l’Europe.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à disposition de courts dialogues, que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : PARLER SPREKEN SPEAK HABLAR OTT OVT VTT - Rajouté le 25/02/2012

Description : Nous proposons ici en langue néerlandaise le verbe « PARLER – SPREKEN – SPEAK – HABLAR » à trois temps de l’indicatif : le présent (ou O.T.T.), le prétérit (ou O.V.T.) et la forme du participe passé (au passé composé ou V.T.T.). Les verbes, construits à partir du verbe de base, se conjuguent généralement comme lui. Il est prononcé par beaucoup de personnes différentes.
Ce verbe est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronnée d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour quelque 35.000 fichiers), où se trouvait notamment une structure en arborescence concernant les verbes.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les formes verbales sont conjuguées et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 26C - Rajouté le 25/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het is dus het geweer van de man die (…) in de hut (…) stierf » (« C’est donc le fusil de l’homme qui mourut dans la hutte »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « STIERF » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant du verbe « STERVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Dans cette phrase subordonnée (introduite par « DIE »), on a un REJET de la forme verbale « STIERF », derrière notamment le complément « in de hut », à la fin de la phrase,.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 26 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DIALOOGJE OVER HUIS 3 - Rajouté le 24/02/2012

Description : La retranscription sous format MP3 du dialogue suivant (global et scindé par phrases), notamment pour aider les élèves « primo-arrivants », est le fruit d’une collaboration entre l’équipe des germanistes de l’Institut Bischoffsheim (de Bruxelles-Ville) et l’équipe de BON (www.bon.be), le bureau d’accueil bruxellois des personnes d’origine étrangère.
Le dialogue global et le dialogue aux phrases scindées sont joués par Marie Charlotte (Kathy Coenen) et Jan Douteur (Jonas Van Gorp).
Toute ressemblance d’un personnage du dialogue avec une personne que vous penseriez reconnaître serait fortuite.
Ce dialogue s’inscrit dans le champ thématique N°2 (« Habitat »), défini par le CECR (Cadre européen commun de référence pour les langues) du Conseil de l’Europe.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à disposition de courts dialogues, que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 26B 21 - Rajouté le 24/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het is dus het geweer van hetzelfde soort als dat waarmee de eland werd getroffen » (« C’est donc le fusil de la même sorte que celui avec lequel l’élan a été touché »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « GETROFFEN », participe passé provenant de l’infinitif « TREFFEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé se construit sur le pluriel du prétérit ou O.V.T. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.). Ce participe passé « GETROFFEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« de eland »), à la fin de la phrase.
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
Notons que ce verbe « TREFFEN » est tombé en désuétude pour le dictionnaire « VAN DALE ».
Rappelons, par ailleurs, que si l’on dit bien « de eland werd met het geweer getroffen », on NE dira PAS « Het is het geweer met wat de eland werd getroffen » ; « met wat » est remplacé par « WAARMEE » (« WAT » devenant « WAAR » et « MET » devenant « MEE »), que l’on appelle un adverbe pronominal.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est le fruit d’un montage par nos soins d’illustrations extraites des pages 26 et 21 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : COUPER SNIJDEN CUT CORTAR OTT OVT VTT - Rajouté le 24/02/2012

Description : Nous proposons ici en langue néerlandaise le verbe « COUPER – SNIJDEN – CUT – CORTAR » à trois temps de l’indicatif : le présent (ou O.T.T.), le prétérit (ou O.V.T.) et la forme du participe passé (au passé composé ou V.T.T.). Les verbes, construits à partir du verbe de base, se conjuguent généralement comme lui. Il est prononcé par beaucoup de personnes différentes.
Ce verbe est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronnée d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour quelque 35.000 fichiers), où se trouvait notamment une structure en arborescence concernant les verbes.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les formes verbales sont conjuguées et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : DIALOOGJE OVER HUIS 2 - Rajouté le 23/02/2012

Description : La retranscription sous format MP3 du dialogue suivant (global et scindé par phrases), notamment pour aider les élèves « primo-arrivants », est le fruit d’une collaboration entre l’équipe des germanistes de l’Institut Bischoffsheim (de Bruxelles-Ville) et l’équipe de BON (www.bon.be), le bureau d’accueil bruxellois des personnes d’origine étrangère.
Le dialogue global et le dialogue aux phrases scindées sont joués par Marie Charlotte (Kathy Coenen) et Jan Douteur (« een vriend »).
Toute ressemblance d’un personnage du dialogue avec une personne que vous penseriez reconnaître serait fortuite.
Ce dialogue s’inscrit dans le champ thématique N°2 (« Habitat »), défini par le CECR (Cadre européen commun de référence pour les langues) du Conseil de l’Europe.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à disposition de courts dialogues, que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : BRISER BREKEN BREAK QUEBRANTAR OTT OVT VTT - Rajouté le 23/02/2012

Description : Nous proposons ici en langue néerlandaise le verbe « BRISER (CASSER) – BREKEN – BREAK – QUEBRANTAR » à trois temps de l’indicatif : le présent (ou O.T.T.), le prétérit (ou O.V.T.) et la forme du participe passé (au passé composé ou V.T.T.). Les verbes, construits à partir du verbe de base, se conjuguent généralement comme lui. Il est prononcé par beaucoup de personnes différentes.
Ce verbe est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronnée d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour quelque 35.000 fichiers), où se trouvait notamment une structure en arborescence concernant les verbes.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les formes verbales sont conjuguées et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 26A - Rajouté le 23/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Aan het onderzoek van die put heb ik reeds meer dan tijd genoeg verloren » (« A l’examen de ce puits, j’ai déjà perdu assez de temps »).
On y trouve notamment la forme verbale « VERLOREN », participe passé construit sur le verbe « VERLIEZEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que si un verbe commence par le préfixe « VER- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (ici « REEDS » et « meer dan tijd genoeg »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 26 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DIALOOGJE OVER HUIS 1 - Rajouté le 22/02/2012

Description : La retranscription sous format MP3 du dialogue suivant (global et scindé par phrases), notamment pour aider les élèves « primo-arrivants », est le fruit d’une collaboration entre l’équipe des germanistes de l’Institut Bischoffsheim (de Bruxelles-Ville) et l’équipe de BON (www.bon.be), le bureau d’accueil bruxellois des personnes d’origine étrangère.
Le dialogue global et le dialogue aux phrases scindées sont joués par Marie Charlotte (Hilde Peeters) et Jan Douteur (Ivo Saenens).
Toute ressemblance d’un personnage du dialogue avec une personne que vous penseriez reconnaître serait fortuite.
Ce dialogue s’inscrit dans le champ thématique N°2 (« Habitat »), défini par le CECR (Cadre européen commun de référence pour les langues) du Conseil de l’Europe.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à disposition de courts dialogues, que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 25C - Rajouté le 22/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zo stierf ook de andere man (Davidson) » (« Ainsi mourut aussi l’autre homme »).
On y trouve notamment la forme verbale « STIERF » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant du verbe « STERVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 25 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DIALOOGJE OVER THUIS 3 - Rajouté le 21/02/2012

Description : La retranscription sous format MP3 du dialogue suivant (global et scindé par phrases), notamment pour aider les élèves « primo-arrivants », est le fruit d’une collaboration entre l’équipe des germanistes de l’Institut Bischoffsheim (de Bruxelles-Ville) et l’équipe de BON (www.bon.be), le bureau d’accueil bruxellois des personnes d’origine étrangère.
Le dialogue global et le dialogue aux phrases scindées sont joués par Marie Charlotte (Erika SMIDS) et Jan Douteur (Jonas Van Gorp).
Toute ressemblance d’un personnage du dialogue avec une personne que vous penseriez reconnaître serait fortuite.
Ce dialogue s’inscrit dans le champ thématique N°2 (« Habitat »), défini par le CECR (Cadre européen commun de référence pour les langues) du Conseil de l’Europe.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à disposition de courts dialogues, que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 25B - Rajouté le 21/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Iedereen dacht aan een wraak van de geesten » (« Chacun pensa à une vengeance des esprits »).
On y trouve notamment la forme verbale « DACHT » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant du verbe « DENKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 25 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DIALOOGJE OVER THUIS 2 - Rajouté le 20/02/2012

Description : La retranscription sous format MP3 du dialogue suivant (global et scindé par phrases), notamment pour aider les élèves « primo-arrivants », est le fruit d’une collaboration entre l’équipe des germanistes de l’Institut Bischoffsheim (de Bruxelles-Ville) et l’équipe de BON (www.bon.be), le bureau d’accueil bruxellois des personnes d’origine étrangère.
Le dialogue global et le dialogue aux phrases scindées sont joués par Marie Charlotte (Magda SMIDS) et Jan Douteur (Jan PEETERS).
Toute ressemblance d’un personnage du dialogue avec une personne que vous penseriez reconnaître serait fortuite.
Ce dialogue s’inscrit dans le champ thématique N°2 (« Habitat »), défini par le CECR (Cadre européen commun de référence pour les langues) du Conseil de l’Europe.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à disposition de courts dialogues, que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : MANGER ETEN EAT COMER OTT OVT VTT - Rajouté le 20/02/2012

Description : Nous proposons ici en langue néerlandaise le verbe « MANGER – ETEN – EAT – COMER » à trois temps de l’indicatif : le présent (ou O.T.T.), le prétérit (ou O.V.T.) et la forme du participe passé (au passé composé ou V.T.T.). Les verbes, construits à partir du verbe de base, se conjuguent généralement comme lui. Il est prononcé par beaucoup de personnes différentes.
Ce verbe est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronnée d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour quelque 35.000 fichiers), où se trouvait notamment une structure en arborescence concernant les verbes.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les formes verbales sont conjuguées et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : JEAN MONNET AIDANS KUIFJE - Rajouté le 20/02/2012

Description : Cette biographie en néerlandais d’un personnage célèbre, « Jean MONNET », en 4 planches aux illustrations attrayantes, est parue dans le N°3 de l’hebdomadaire « KUIFJE » du 21 janvier 1960.
Cette invitation à la découverte de l’Histoire dessinée pour les Editions du Lombard ne correspond peut-être plus aux critères actuels d’approche pédagogique de l’Histoire mais, grâce aux talents d’illustration de Edouard AIDANS (auteur notamment de l’homme préhistorique Tounga), elle reste inoubliable pour ceux qui ont eu la chance de la connaître alors.
Ce fut notre cas quand nous étions jeune. Nous souhaitions mettre de telles biographies à la disposition des adolescents actuels afin qu’ils puissent, comme nous, trouver leur voie en étant éclairés par ces destins exemplaires, prioritairement à destination des élèves « primo-arrivants », à la recherche dans leur pays d’accueil de documents leur permettant de s’intégrer linguistiquement.
MOTS-CLES proposés : France – 20ème siècle (1947 – 1950) – UNION EUROPEENNE - HISTOIRE.
Cette réédition est possible grâce à l’accord tacite de Edouard AIDANS et de son agent « littéraire », Marc IMPATIENT, des Editions Hibou / Loup. Cette courageuse maison d’édition belge a publié d’autres biographies historiques, dessinées par Edouard AIDANS (tomes 8 et 16) ou d’autres collaborateurs de l’hebdomadaire « TINTIN » (et beaucoup d’autres œuvres de grande qualité), qui peuvent être commandées via le lien INTERNET suivant : http://bedephage.phidji.com/Images/editions_hibou_loup/meilleurs_recits/meilleurs_recits.htm.
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 25A - Rajouté le 20/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wel, spreek op ! » (« Eh bien, parle ! »).
On y trouve la forme verbale « spreek OP », impératif provenant de l’infinitif « OPspreken », verbe (tombé en désuétude) dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « SPREKEN ».
La forme verbale est construite sur l’O.T.T. ou indicatif présent.
Si cette forme verbale s’était effectivement trouvée à l’indicatif présent, on aurait eu : « je spreekt OP » (avec également REJET de la particule séparable « OP » à la fin de cette autre phrase).
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 25 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DIALOOGJE OVER THUIS 1 - Rajouté le 19/02/2012

Description : La retranscription sous format MP3 du dialogue suivant (global et scindé par phrases), notamment pour aider les élèves « primo-arrivants », est le fruit d’une collaboration entre l’équipe des germanistes de l’Institut Bischoffsheim (de Bruxelles-Ville) et l’équipe de BON (www.bon.be), le bureau d’accueil bruxellois des personnes d’origine étrangère.
Le dialogue global et le dialogue aux phrases scindées sont joués par Marie Charlotte (Hilde PEETERS) et Jan Douteur (Jonas Van Gorp).
Toute ressemblance d’un personnage du dialogue avec une personne que vous penseriez reconnaître serait fortuite.
Ce dialogue s’inscrit dans le champ thématique N°2 (« Habitat »), défini par le CECR (Cadre européen commun de référence pour les langues) du Conseil de l’Europe.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à disposition de courts dialogues, que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : COMMENCER BEGINNEN BEGIN EMPEZAR OTT OVT VTT - Rajouté le 19/02/2012

Description : Nous proposons ici en langue néerlandaise le verbe « COMMENCER – BEGINNEN – BEGIN – EMPEZAR » à trois temps de l’indicatif : le présent (ou O.T.T.), le prétérit (ou O.V.T.) et la forme du participe passé (au passé composé ou V.T.T.). Les verbes, construits à partir du verbe de base, se conjuguent généralement comme lui. Il est prononcé par beaucoup de personnes différentes.
Ce verbe est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronnée d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour quelque 35.000 fichiers), où se trouvait notamment une structure en arborescence concernant les verbes.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les formes verbales sont conjuguées et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : CHAMPOLLION AIDANS KUIFJE - Rajouté le 19/02/2012

Description : Cette biographie en néerlandais d’un personnage célèbre, « Champollion », en 4 planches aux illustrations attrayantes, est parue dans le N°25 de l’hebdomadaire « KUIFJE » du 20 juin 1957.
Cette invitation à la découverte de l’Histoire dessinée pour les Editions du Lombard ne correspond peut-être plus aux critères actuels d’approche pédagogique de l’Histoire mais, grâce aux talents d’illustration de Edouard AIDANS (auteur notamment de l’homme préhistorique Tounga), elle reste inoubliable pour ceux qui ont eu la chance de la connaître alors.
Ce fut notre cas quand nous étions jeune. Nous souhaitions mettre de telles biographies à la disposition des adolescents actuels afin qu’ils puissent, comme nous, trouver leur voie en étant éclairés par ces destins exemplaires, prioritairement à destination des élèves « primo-arrivants », à la recherche dans leur pays d’accueil de documents leur permettant de s’intégrer linguistiquement.
MOTS-CLES proposés : Egypte – 19ème siècle – CHAMPOLLION, Jean François (1790-1832) – ARCHEOLOGIE - ECRITURE – HIEROGLYPHES – PIERRE de ROSETTE.
Cette réédition est possible grâce à l’accord tacite de Edouard AIDANS et de son agent « littéraire », Marc IMPATIENT, des Editions Hibou / Loup. Cette courageuse maison d’édition belge a publié d’autres biographies historiques, dessinées par Edouard AIDANS (tomes 8 et 16) ou d’autres collaborateurs de l’hebdomadaire « TINTIN » (et beaucoup d’autres œuvres de grande qualité), qui peuvent être commandées via le lien INTERNET suivant : http://bedephage.phidji.com/Images/editions_hibou_loup/meilleurs_recits/meilleurs_recits.htm.
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 24B - Rajouté le 19/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb over (dat) alles lang nagedacht » (« J’ai longtemps réfléchi à propos de tout cela »).
On y trouve notamment la forme verbale « NAgedacht », participe passé de l’infinitif « NAdenken », dit « à particule séparable », construit sur le verbe « DENKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « NAdenken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « NA » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « naGEdacht ».
Le participe passé « naGEdacht » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« over alles » et « lang »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 24 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 24A - Rajouté le 18/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « En die je dat aandeed, zal ik wel weten te vinden » (« Et celui qui t’a fait cela, je saurai bien le trouver »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « aanDEED », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « aanDOEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « DOEN » qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
La forme verbale « aanDEED » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« JE » et « DAT »), à la fin de la phrase subordonnée (introduite par « DIE »).
Si cette forme verbale s’était trouvée dans le contexte d’une phrase « normale », on aurait eu : « de man deed je dat AAN » (avec REJET de la particule séparable « AAN » à la fin de cette autre phrase).
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (la subordonnée joue ici ce rôle»), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « IK ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec la forme verbale de l’auxiliaire du futur (« ZAL ») et passant donc derrière lui.
On y trouve aussi « WETEN », qui engendre un « TE » devant l’infinitif, « VINDEN ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 24 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 23C - Rajouté le 17/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het bleekgezicht heeft zijn woord niet gehouden » (« Le visage pâle n’a pas tenu sa parole »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEHOUDEN », participe passé provenant de l’infinitif « HOUDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 23 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 23B - Rajouté le 16/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Daar vindt hij zijn hond (Bessy), op het rustbed liggen, met vakkundig verbonden wonden » (« Là, il trouve son chien, gisant sur la couchette, les blessures pansées de façon experte »).
On y trouve notamment la forme verbale « VERBINDEN », participe passé (utilisé ici comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif « VERBONDEN », construit sur l’infinitif « BINDEN », qui fait partie des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que si un verbe commence, par exemple, par le préfixe « VER- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 22 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 23A 22 - Rajouté le 15/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wat is er van mijn hond (Bessy) geworden ? » (« Qu’est-ce qu’il est advenu de = arrivé à mon chien ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEWORDEN », participe passé provenant de l’infinitif « WORDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
La présence du « ER » fait davantage penser à l’abréviation de « DAAR » qu’au pronom personnel sujet dans l’équivalent (« er is ») de l’expression « il y a ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est le fruit d’un montage par nos soins d’illustrations extraites des pages 23 et 22 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 22A 17 - Rajouté le 14/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij hebben hem levensloos in de hut aangetroffen » (« Nous l’avons découvert sans vie dans la hutte »).
On y trouve notamment la forme verbale « aanGETROFFEN », participe passé provenant de l’infinitif « aanTREFFEN », lui-même construit sur « TREFFEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Signalons que l’on peut souvent remplacer la préposition « ZONDER » devant un nom commun (« zonder leven ») par le suffixe « -LOOS ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est le fruit d’un montage par nos soins d’illustrations extraites des pages 22 et 17 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 21B - Rajouté le 13/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij vindt de hut geheel verlaten » (« Il trouve la hutte complètement abandonnée = déserte »).
On y trouve notamment la forme verbale « verlaten », participe passé provenant de l’infinitif homonyme « VERLATEN », construit sur l’infinitif « LATEN », qui fait partie des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons également que si un verbe commence, par exemple, par le préfixe « VER- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 21 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTE 21A 20 - Rajouté le 12/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De eland wordt aan boord gebracht » (« L’élan fut porté à bord »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEBRACHT », participe passé provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et est construit sur le singulier du prétérit. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
Le participe passé « GEBRACHT » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« aan boord »), à la fin de la phrase.
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est le fruit d’un montage par nos soins d’illustrations extraites des pages 21 et 20 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN KARL MAY 13 MASKER 26A 25 - Rajouté le 11/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Steele) dacht dat er aan het masker een vloek (was) verbonden was » (« Il pensait qu’il y avait une malédiction liée au masque »).
On y trouve notamment la forme verbale « DACHT » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant du verbe « DENKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
On y trouve aussi la forme verbale « verBONDEN », participe passé provenant de l’infinitif « verBINDEN », lui-même construit sur « BINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que si un verbe commence, par exemple, par le préfixe « VER- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Notez que si on n’avait pas utilisé la tournure « il y a » (ici, « er was », au prétérit), la phrase aurait pu être : « Hij dacht dat een vloek aan het masker (was) verbonden was »
La version néerlandophone de « KARL MAY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est le fruit d’un montage par nos soins d’illustrations extraites des pages 24 et 25 dans « Het masker », le volume N°13 de la série « KARL MAY ».
Willy VANDERSTEEN et Karel VERSCHUERE ( ?) se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1965-2011.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : LIRE LEZEN READ LEER OTT OVT VTT - Rajouté le 11/02/2012

Description : Nous proposons ici en langue néerlandaise le verbe « LIRE – LEZEN – READ – LEER » à trois temps de l’indicatif : le présent (ou O.T.T.), le prétérit (ou O.V.T.) et la forme du participe passé (au passé composé ou V.T.T.). Les verbes, construits à partir du verbe de base, se conjuguent généralement comme lui. Il est prononcé par beaucoup de personnes différentes.
Ce verbe est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronnée d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour quelque 35.000 fichiers), où se trouvait notamment une structure en arborescence concernant les verbes.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les formes verbales sont conjuguées et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 20A - Rajouté le 11/02/2012

Description : Cette invitation à la découverte de l’« Histoire du Monde » (1955-1962) par Jean SCHOONJANS (1897-1976) pour les Editions du Lombard ne correspond peut-être plus aux critères actuels d’approche pédagogique de l’Histoire mais, grâce aux talents d’illustration de Fred et Liliane FUNCKEN, elle reste inoubliable pour ceux qui ont eu la chance de la connaître alors.
Les mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes peuvent aider les élèves « primo-arrivants » des « classes-passerelles » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil.
La planche N°106 est parue dans le N°43 de l’hebdomadaire « TINTIN » du 23 octobre 1957. Elle concernait le Moyen Age, s’intitulait « La horde d’or » et se subdivisait en : « Temoudjine en 1193 », « La moisson de peuples : Gengis Khan, maître de l’Orient », « En marche vers l’Ouest ! », « En pleine Europe : au bord de la Volga » et « Fin d’alerte : sa mort en 1277 ».
Jean SCHOONJANS se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays (voire leur continent) d’accueil, de s’y intégrer aussi culturellement.
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 19B - Rajouté le 10/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het laatste woord is nog niet gesproken » (« Le dernier mot n’est pas encore parlé = Je n’ai pas encore dit mon dernier mot »).
On y trouve notamment la forme verbale « GESPROKEN », participe passé provenant de l’infinitif « SPREKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GESPROKEN » fait l’objet d’un REJET, à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 19 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 19A - Rajouté le 09/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Heb je iets in de toverhut gevonden ? » (« As-tu trouvé quelque chose dans la hutte ensorcelée ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEVONDEN », participe passé provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEVONDEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« iets » et « in de toverhut »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 19 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 18F - Rajouté le 08/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De hond, die buiten (was) gebleven was, komt plots aangerend » (« Le chien, qui était resté dehors, arrive soudain en courant »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEBLEVEN », participe passé provenant de l’infinitif « BLIJVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et est construit sur le pluriel du prétérit. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
La phrase est, en fait, au plus-que-parfait puisque que l’auxiliaire du temps composé, « ZIJN », est ici la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou prétérit) et fait donc l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
On y trouve aussi le REJET de la forme verbale « aanGErend », participe passé (alors que l’on aurait pu s’attendre à un participe présent) provenant de l’infinitif « AANrennen », lui-même construit sur le verbe « RENNEN » (PAS affecté par les « temps primitifs »), derrière le complément « plots ». Ce verbe « RENNEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « N », on trouvera le « D » majoritaire. Ce verbe « AANrennen » est aussi dit « à particule séparable » ; quand il est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGErend ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 18 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 18E - Rajouté le 07/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Niemand had hier kunnen verblijven zonder sporen na te laten » (« Personne n’avait = n’aurait pu séjourner ici sans laisser de traces derrière lui »).
On y trouve notamment la forme verbale « HAD », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « HEBBEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
La phrase est, en fait, au plus-que-parfait (rendu en français par un conditionnel passé) et la forme verbale de « KUNNEN » aurait dû être au participe passé mais on a ici affaire à ce que l’on appelle le « double infinitif », solution intéressante pour éviter les « temps primitifs » quand on ne les maîtrise pas.
Par ailleurs, la préposition « ZONDER » engendre un « TE » quand elle précède un infinitif comme, ici, « NAlaten », qui est donc un verbe à « particule séparable » puisque le « TE » s’intercale entre la particule « NA » et l’infinitif « LATEN » proprement dit.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 18 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 18D - Rajouté le 06/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Andy) is vastbesloten het geheim van de hut te ontsluieren » (« Il est fermement décidé à percer le secret de la hutte »).
On y trouve notamment la forme verbale « vastBESLOTEN », construite sur « BESLOTEN », participe passé provenant de l’infinitif « BESLUITEN », lui-même conjugué sur le verbe « SLUITEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
Rappelons que si un verbe commence, par exemple, par le préfixe « BE- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Par ailleurs, « BESLUITEN » engendre un « TE » quand il est suivi par un infinitif comme, ici, « ontsluieren ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 18 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : LAISSER LATEN LET DEJAR OTT OVT VTT - Rajouté le 06/02/2012

Description : Nous proposons ici en langue néerlandaise le verbe « LAISSER – LATEN – LET – DEJAR » à trois temps de l’indicatif : le présent (ou O.T.T.), le prétérit (ou O.V.T.) et la forme du participe passé (au passé composé ou V.T.T.). Les verbes, construits à partir du verbe de base, se conjuguent généralement comme lui. Il est prononcé par beaucoup de personnes différentes.
Ce verbe est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronnée d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour quelque 35.000 fichiers), où se trouvait notamment une structure en arborescence concernant les verbes.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les formes verbales sont conjuguées et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : BESTE NEDERLANDSE VLAAMSE SF VERHALEN 1974 - Rajouté le 06/02/2012

Description : Erik LANKESTER a publié, en 1974, l’anthologie « De beste Nederlandse en Vlaamse SF verhalen van de NOS-BRT-wedstrijd », dans la collection « Bruna science fiction » N°28). On trouvait à son sommaire les auteurs et les textes suivants :
Wim Burkunk, Tweelingstad ;
Hans L. Koekoek, De laatste gelovige ;
A. Gautier, Vicieuze cirkel ;
Hans F. Marijnissen, Op doorreis ;
Tom Brugman, Fatale ontsnapping ;
Maria Vogelzang, De suikerspin ;
R. P. A. Vanhemelryck, Spion ;
Roger Thoelen, De verrijzenis ;
Marita Baeyens, Blauwe rupsen voor oompje ;
G. de Wilde, Kubus ;
T. Janssen-Lokhorst, Als een pop in zijn cocon ;
J. J. Keulemans, Kegels ;
W. E. Schaffrath, Een kater te veel ;
R. G. Gossink, Regeneron ;
F. Visser, Verwondering ;
Julien van Remoortere, Een zekere Laurens, mijn vriend ;
F. J. Bruning, Donor gezocht ;
F. H. A. G. Ploegaert, De Dag der Dolfijnen ;
P. A. van der Weide, Vlucht in het ijs ;
Eddy C. Bertin, Een geschenk van de sterren ;
Toos Staalman, Hiaat ;
Julia Scheere, Dolle Kervel ;
Wim Burkunk, De Barbaren ;
Manuel van Loggem, Het laatste paradijs ;
van Hecke, John Saviour, ruiter van de apocalyps ;
Lucas Vastenhout, Chirurgie ;
van der Auwera, Eerste wet ;
Ef Leonard, In spin - opnieuw gaat de bocht in ;
Albert van Hoeck, Sla uw sikkel in de bruid ;
Augusta Lampe, De weg naar Isfahan.
Ces œuvres sont accessibles au CDE (Centre de Documentation de l’Etrange). Bernard GOORDEN se tient à la disposition des éditeurs francophones pour les traduire à partir de la langue néerlandaise.

Nom : FERMER SLUITEN CLOSE CERRAR OTT OVT VTT - Rajouté le 05/02/2012

Description : Nous proposons ici en langue néerlandaise le verbe « FERMER – SLUITEN – CLOSE – CERRAR » à trois temps de l’indicatif : le présent (ou O.T.T.), le prétérit (ou O.V.T.) et la forme du participe passé (au passé composé ou V.T.T.). Les verbes, construits à partir du verbe de base, se conjuguent généralement comme lui. Il est prononcé par beaucoup de personnes différentes.
Ce verbe est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronnée d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour quelque 35.000 fichiers), où se trouvait notamment une structure en arborescence concernant les verbes.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les formes verbales sont conjuguées et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 18C - Rajouté le 05/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Niemand kon de oorzaak van dit dubbel overlijden vaststellen » (« Personne ne fut capable = ne put déterminer la cause de ce double décès »).
On y trouve notamment la forme verbale « KON », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif (et « AUXILIAIRE de MODE de la capacité) « KUNNEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
L’infinitif « vaststellen » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« de oorzaak » et « van dit dubbel overlijden »), à la fin de la phrase, parce l’auxiliaire de mode « KUNNEN » l’exige.
Rappelons que, en néerlandais, on peut « fabriquer » à partir d’un infinitif (« OVERLIJDEN » = « décéder ») un nom commun, qui sera dès lors NEUTRE => « HET overlijden ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 18 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : FAIRE MAKEN MAKE HACER OTT OVT VTT - Rajouté le 04/02/2012

Description : Nous proposons ici en langue néerlandaise le verbe « FAIRE (FABRIQUER) – MAKEN – MAKE – HACER » à trois temps de l’indicatif : le présent (ou O.T.T.), le prétérit (ou O.V.T.) et la forme du participe passé (au passé composé ou V.T.T.). Les verbes, construits à partir du verbe de base, se conjuguent généralement comme lui. Il est prononcé par beaucoup de personnes différentes.
Ce verbe est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronnée d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour quelque 35.000 fichiers), où se trouvait notamment une structure en arborescence concernant les verbes.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les formes verbales sont conjuguées et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 18B - Rajouté le 04/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij en zijn vrouw werden dood gevonden » (« Lui et sa femme = son épouse furent trouvés morts »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEVONDEN », participe passé provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEVONDEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément ou attribut (« dood »), à la fin de la phrase.
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » (au prétérit) au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 18 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 18A - Rajouté le 03/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een jaar geleden kwam een goudzoeker in ons dorp aan » (« Il y a un an, un chercheur d’or arriva dans notre village »).
On y trouve notamment la forme verbale « aanKWAM », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « aanKOMEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « KOMEN » qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « aanKOMEN » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « AAN » étant affectée par un REJET, derrière le complément (« in ons dorp »), à la fin de la phrase.
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« Een jaar geleden »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « een goudzoeker ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « KWAM ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 18 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 17B - Rajouté le 02/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij moet door verstikking omgekomen zijn » (« Il doit avoir succombé à une asphyxie »).
On y trouve notamment la forme verbale « omGEKOMEN », participe passé provenant de l’infinitif « omKOMEN », lui-même construit sur le verbe « KOMEN » qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « omGEKOMEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« door verstikking »), à la fin de la phrase, pour deux raisons : d’abord parce que c’est la place de la plupart des participes passés mais aussi parce l’auxiliaire de mode « MOETEN » l’exige.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 17 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 17A - Rajouté le 01/02/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wat is daar gebeurd ? » (« Qu’est-il arrivé là ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEBEURD », participe passé provenant de l’infinitif « GEBEUREN », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEBEURD » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« DAAR »), à la fin de la phrase.
Ce verbe « GEBEUREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) ; il ne fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet son radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire.
Rappelons par ailleurs que si un verbe commence déjà par le préfixe « GE- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 17 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 16B - Rajouté le 31/01/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het is al nacht als enkele krijgers ter plaatse komen aangeslopen » (« Il fait déjà nuit quand quelques guerriers viennent = arrivent sur place faufilés = en se faufilant »).
On y trouve notamment la forme verbale « AANgeslopen » (utilisée comme une sorte d’attribut), participe passé construit sur le verbe « aanSLUIPEN », provenant lui-même de l’infinitif « SLUIPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le verbe « AANsluipen » est dit « à particule séparable ». Quand il est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEslopen ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 16 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 16A 15 - Rajouté le 30/01/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « In die hut speelde zich een drama af dat het leven aan twee mensen kostte » (« Dans cette hutte se joua un drame qui coûta la vie à deux êtres humains »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « kostTE » (avec 2 « T »), provenant du verbe « KOSTEN » (avec 1 « T »).
Cela doit faire réagir une petite « alarme » pour attirer votre attention. Il ne peut s’agir là que de l’O.V.T. ou prétérit.
Ce verbe « KOSTEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « T », on trouvera un deuxième « T » (au lieu du « D » majoritaire) à l’ O.V.T. (ou prétérit) : « kost » + « TE » => « kostTE ».
Si la phrase subordonnée relative est introduite par « DAT » (et NON par « DIE »), c’est que le nom commun singulier « DRAMA » est ce que l’on appelle parfois un « HET-woord », c’est-à-dire qu’il est du genre « NEUTRE ».
On y trouve aussi, dans la phrase principale, la forme verbale « speelde zich AF », prétérit provenant de l’infinitif « (zich) AFspelen », lui-même construit sur le verbe « SPELEN ».
Quand « AFspelen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AF » de son infinitif proprement dit et son REJET à la fin de la phrase.
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« In die hut »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « een drama ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « speelde ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est le fruit d’un montage par nos soins d’illustrations extraites des pages 16 et 15 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : FAIRE DOEN DO HACER OTT OVT VTT - Rajouté le 29/01/2012

Description : Nous proposons ici en langue néerlandaise le verbe « FAIRE (AGIR) – DOEN – DO – HACER » à trois temps de l’indicatif : le présent (ou O.T.T.), le prétérit (ou O.V.T.) et la forme du participe passé (au passé composé ou V.T.T.). Il est prononcé par beaucoup de personnes différentes.
Ce verbe est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronnée d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour quelque 35.000 fichiers), où se trouvait notamment une structure en arborescence concernant les verbes.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les formes verbales sont conjuguées et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 13D - Rajouté le 29/01/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hun aftocht wordt (…) door geweerschoten (…) gedekt » (« Leur retraite est couverte par des coups de fusil »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEDEKT », participe passé provenant de l’infinitif « DEKKEN », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Ce verbe « DEKKEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera un « T » (au lieu du « D » majoritaire).
Ce participe passé « GEDEKT » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« door geweerschoten »), à la fin de la phrase.
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 13 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 15C - Rajouté le 28/01/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De sachem houdt hem vaak gezelschap wanneer hij maskers en vaatwerk natekent » (« Le sachem lui tient souvent compagnie quand il dessine d’après des masques et de la vaisselle »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « NAtekent », provenant de l’infinitif « naTEKENEN » (verbe dit « à particule séparable »), lui-même construit sur le verbe « TEKENEN ».
Normalement, quand « naTEKENEN » est conjugué dans une phrase à l’O.T.T. (ou indicatif présent), cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « NA » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET, derrière le(s) complément(s), à la fin de la phrase. On aurait ainsi pu avoir : « Hij tekent maskers en vaatwerk NA ». Si ce n’est pas le cas ici, c’est parce que la forme verbale, dans une phrase subordonnée, fait également l’objet d’un REJET.
On y trouve aussi, dans la phrase principale, l’expression « gezelschap houden ». Elle réagit comme un verbe « à particule séparable », le nom commun « gezelschap » faisant l’objet d’un REJET (comme une particule séparable), derrière les compléments (« HEM » et « VAAK »), à la fin de cette phrase principale.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 15 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 15B 14 - Rajouté le 27/01/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik moest mij van hen ontdoen » (« Je devais me défaire d’eux »).
On y trouve notamment la forme verbale « MOEST », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « MOETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
N’oublions pas que, si le verbe principal d’une phrase est l’auxiliaire de mode (de l’obligation) « MOETEN », ce dernier exige le « REJET » de l’infinitif éventuel qui le suit, derrière les compléments (« MIJ » et « VAN HEN »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est le fruit d’un montage par nos soins d’illustrations extraites des pages 15 et 14 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 15A 14 - Rajouté le 26/01/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Lomperds, dat waren ze ! » (« Des maladroits, cela ils étaient = voilà ce qu’ils étaient ! »).
On y trouve notamment la forme verbale « WAREN », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« DAT »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « ZE ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « WAREN ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est le fruit d’un montage par nos soins d’illustrations extraites des pages 15 et 14 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 14 - Rajouté le 25/01/2012

Description : Cette invitation à la découverte de l’« Histoire du Monde » (1955-1962) par Jean SCHOONJANS (1897-1976) pour les Editions du Lombard ne correspond peut-être plus aux critères actuels d’approche pédagogique de l’Histoire mais, grâce aux talents d’illustration de Fred et Liliane FUNCKEN, elle reste inoubliable pour ceux qui ont eu la chance de la connaître alors.
Les mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes peuvent aider les élèves « primo-arrivants » des « classes-passerelles » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil.
La planche N°89 est parue dans le N°26 de l’hebdomadaire « TINTIN » du 26 juin 1957. Elle concernait le Moyen Age, s’intitulait « Othon 1er le Grand » et se subdivisait en : « Les ducs de Saxe », « L’aurore de l’Allemagne », « Adélaïde, veuve de Lothaire », « La papauté en péril » et « Le 2 février 962 : empereur du Saint Empire romain de la nation germanique ».
Jean SCHOONJANS se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays (voire leur continent) d’accueil, de s’y intégrer aussi culturellement.
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 13B - Rajouté le 24/01/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Maar intussen heeft het rumoer iedereen op het been gebracht » (« Mais, entretemps, le tintamarre a apporté = mis tout le monde sur la jambe = sur pied »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEBRACHT », participe passé provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEBRACHT » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« iedereen » et « op het been »), à la fin de la phrase.
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« intussen »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « het rumoer ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « heeft ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 13 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : CHERCHER ZOEKEN SEARCH BUSCAR OTT OVT VTT - Rajouté le 23/01/2012

Description : Nous proposons ici en langue néerlandaise le verbe « CHERCHER – ZOEKEN – SEARCH – BUSCAR » à trois temps de l’indicatif : le présent (ou O.T.T.), le prétérit (ou O.V.T.) et la forme du participe passé (au passé composé ou V.T.T.). Il est prononcé par beaucoup de personnes différentes.
Ce verbe est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronné d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour quelque 35.000 fichiers), où se trouvait notamment une structure en arborescence concernant les verbes.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les formes verbales sont conjuguées et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : TOEKOMEND JAAR 3000 VAN LOGGEM - Rajouté le 23/01/2012

Description : Manuel VAN LOGGEM a publié, en 1976, l’anthologie « Het toekomend jaar 3000 » (sous-titrée « science-fiction verhalen van literaire schrijvers ») chez l’éditeur A. W. BRUNA & Zoon (collection « Bruna science-fiction », 49). On trouvait à son sommaire les auteurs et les textes suivants :
Salvador Hertog : De vliegende golem ;
Rein Blijstra : Het planetarium van Otze Otzinga ;
Belcampo : Voorland ;
Adriaan Morriën : De engel ;
Manuel van Loggem : Het leven een droom ;
Max Dendermonde : Het museum ;
Sybren Polet : De misantroop ;
Jan Banen : Amfibieën ;
Olga Rodenko : Antichambreren ;
Hugo Claus : Het verjaardagscadeau ;
Jan Wolkers : Laatste kwartier ;
Wim Gijsen : 14 september 2123 ;
Harry Mulisch : Gelijkenis ;
Hugo Raes : De Vlaamse reus ;
Mary Olthuis : Het boze bolletje ;
Gerben Hellinga : De tip ;
Arend Fokke Simonsz : Het toekomend jaar 3000.
Ces œuvres sont accessibles au CDE (Centre de Documentation de l’Etrange). Bernard GOORDEN se tient à la disposition des éditeurs francophones pour les traduire à partir de la langue néerlandaise.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 12B - Rajouté le 23/01/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Maar dan komt, waanzinnig blaffend, (…) de hond (Bessy) het dorp binnengestormd » (« Mais alors vient le chien, aboyant follement, faisant irruption dans le village »).
On y trouve notamment la forme verbale « BINNENgestormd », participe passé construit sur l’infinitif « BINNENstormen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « STORMEN ».
Ce verbe « binnenSTORMEN » est donc considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « M », on trouvera le « D » majoritaire au participe passé. Ce verbe « BINNENstormen » est aussi dit « à particule séparable » ; quand il est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « BINNEN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « binnenGEstormd ».
N’oublions pas non plus que le participe présent en néerlandais se construit en ajoutant simplement un « D » à l’infinitif : « BLAFFEN » => « blaffenD ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 12 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 12A - Rajouté le 22/01/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Enkele goed gerichte pijlen brengen de honden tot zwijgen » (« QueIques flèches bien dirigées amènent les chiens à se taire = réduisent les chiens au silence »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEricht », participe passé (utilisé ici comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif « RICHTEN », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Ce verbe « RICHTEN » est donc considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « T », on trouvera un deuxième « T » (au lieu du « D » majoritaire) au prétérit (« richtTe »). Ici, « GEricht » étant utilisé comme adjectif épithète, il se place devant le nom et, pour s’accorder, prend la terminaison majoritaire « E » (devant au moins noms masculin ou féminin au singulier ainsi que masculin, féminin ou NEUTRE au pluriel).
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 12 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 11D - Rajouté le 21/01/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zonder weerstand te ontmoeten trekken ze naar het dorp (…) op » (« Sans rencontrer de résistance, ils se rendent au village = partent vers le village »).
On y trouve notamment la forme verbale « trekken … OP », provenant de l’infinitif « OPtrekken » (dit « à particule séparable »), lui-même construit sur l’infinitif « TREKKEN ».
Quand « OPtrekken » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit et elle fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« naar het dorp ») à la fin de la phrase.
Il est à noter que la préposition « ZONDER », si elle est suivie d’un infinitif, engendre un « TE » devant celui-ci.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 11 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 11C - Rajouté le 20/01/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De hond (Bessy) houdt zich voorzichtig onder de struiken verscholen » (« Le chien se tient prudemment tapi sous les buissons »).
On y trouve notamment la forme verbale « VERSCHOLEN », participe passé (utilisé comme une sorte d’adjectif attribut) provenant de l’infinitif « VERSCHUILEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé se construit sur le pluriel du prétérit ou O.V.T. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
Rappelons que si un verbe commence, par exemple, par le préfixe « VER- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 11 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 11B - Rajouté le 19/01/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij is (wordt) door een slag in de nek getroffen » (« Il est touché par un coup à la nuque »).
On y trouve notamment la forme verbale « GETROFFEN », participe passé provenant de l’infinitif « TREFFEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé se construit sur le pluriel du prétérit ou O.V.T. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
Notons que ce verbe est tombé en désuétude pour le dictionnaire « VAN DALE ».
On aurait pu, dans cette phrase, utiliser l’auxiliaire « WORDEN » (voix passive) au lieu de « ZIJN ». Si l’on imagine, comme dans un film, l’action au ralenti, on peut considérer le résultat de l’action (« is getroffen ») au lieu de son déroulement (« wordt getroffen »).
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 11 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 11A 10 - Rajouté le 18/01/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zijn oproep wordt dadelijk beantwoord » (« Son appel est tout de suite répondu = On répond tout de suite à son appel »).
On y trouve notamment la forme verbale « beANTWOORD », provenant de l’infinitif « BEantwoorden ».
Ce verbe « BEantwoorden » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est PAS affecté par les « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « D », on trouvera le « D » majoritaire au participe passé (mais sans le « doubler »). Rappelons par ailleurs que si un verbe commence par le préfixe « BE- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est le fruit d’un montage par nos soins d’illustrations extraites des pages 11 et 10 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 10A - Rajouté le 17/01/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « ‘s Nachts (= Vannacht = in de nacht) wacht hij (Valkenveer) tot wanneer zijn vader (is) ingeslapen is » (« La nuit, il attend jusque quand son père est endormi »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « « INgeslapen », V.T.T. (ou participe passé) provenant de l’infinitif « inSLAPEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « SLAPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « INslapen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « inGEslapen ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 10 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : ETRE PENDU HANGEN HANG - Rajouté le 16/01/2012

Description : Nous proposons ici en langue néerlandaise le verbe « ETRE PENDU – HANGEN – HANG » à trois temps de l’indicatif : le présent (ou O.T.T.), le prétérit (ou O.V.T.) et la forme du participe passé (au passé composé ou V.T.T.). Il est prononcé par beaucoup de personnes différentes.
Rappelons que « HANGEN » peut aussi signifier « SE TROUVER » et que, comme les autres verbes de position, il peut remplacer « ZIJN » dans l’expression « IL Y A ». Signalons aussi que les participes passés des verbes construits sur « HANGEN » s’inspireront, bien sûr, de son participe passé « GEhangen ».
Ce verbe est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronné d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour quelque 35.000 fichiers), où se trouvait notamment une structure en arborescence concernant les verbes.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les formes verbales sont conjuguées et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 9B - Rajouté le 16/01/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Aldus wordt (het / dat / dit) gedaan » (« Ainsi il est fait »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEDAAN », participe passé provenant de l’infinitif « DOEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Cette phrase (au sujet sous-entendu) est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 9 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 7D - Rajouté le 15/01/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het is de man (Natchez) die (…) afdruipt, woedend door de hond achterna geblaft » (« C’est l’homme qui bat en retraite, furieusement aboyé après par le chien = poursuivi par les aboiements furieux du chien »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEblaft », participe passé (utilisé ici comme adjectif) provenant de l’infinitif « BLAFFEN », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Ce verbe « BLAFFEN » est donc considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « F », on trouvera un « T » (au lieu du « D » majoritaire) au participe passé.
N’oublions pas non plus que le participe présent en néerlandais se construit en ajoutant simplement un « D » à l’infinitif : « WOEDEN » (faire rage) => « woedenD ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 7 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 9A - Rajouté le 14/01/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat is de man (Natchez) die ons aanviel » (« C’est l’homme qui nous attaqua »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « aanVIEL », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « aanVALLEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « VALLEN » qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
La forme verbale « aanVIEL » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« ONS »), à la fin de la phrase subordonnée (introduite par « DIE »).
Si cette forme verbale s’était trouvée dans le contexte d’une phrase « normale », on aurait eu : « de man viel ons AAN » (avec REJET de la particule séparable « AAN » à la fin de cette autre phrase).
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est le fruit d’un montage par nos soins d’illustrations extraites des pages 9 et 6 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 8C - Rajouté le 13/01/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Andy) wordt in het groepje opgenomen » (« Il est intégré dans le petit groupe »).
On y trouve notamment la forme verbale « « OPgenomen », V.T.T. (ou participe passé) provenant de l’infinitif « opNEMEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « OPnemen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEnomen ».
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
N’oublions pas que si l’on transforme un « DE-woord » (« DE groep ») en diminutif – pour ce faire, on rajoute la terminaison « -JE » –, il devient un « HET-woord » : (DE) groep + « JE » => « HET groepJE ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 8 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 8B - Rajouté le 12/01/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Andy) krijgt een wickiup als verblijfplaats toegewezen » (« Il reçoit un wickiup attribué comme lieu de résidence »).
On y trouve notamment la forme verbale « « TOEgewezen », V.T.T. (ou participe passé) provenant de l’infinitif « toeWIJZEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « WIJZEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « TOEwijzen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TOE » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « toeGEwezen ». Il est à noter que la particule « TOE » provient de la préposition « TOT ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 8 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 7C - Rajouté le 11/01/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij vreest dat de hond (Bessy) zal (worden) gewond worden » (« Il craint que le chien aura été blessé = soit blessé »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « GEWOND », participé passé (utilisé ici au futur antérieur) provenant de l’infinitif « WONDEN ».
Ce verbe « WONDEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet son radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « D », on trouvera le « D » majoritaire mais qui ne sera pas doublé au participe passé puisque déjà présent dans le radical du verbe ou première personne de l’indicatif présent.
La première forme verbale de cette phrase subordonnée est « ZAL », provenant de l’infinitif « ZULLEN », auxiliaire utilisé pour indiquer que l’on se trouve au futur.
N’oublions pas que « ZULLEN », auxiliaire utilisé pour indiquer que l’on se trouve au futur, exige le REJET de l’autre verbe (« worden »), à l’infinitif, derrière le complément éventuel (on aurait pu avoir ici « door de man »), à la fin de la phrase, ce qui aurait donné : « Hij vreest dat de hond door de man zal worden gewond ».
Rappelons que, dans une proposition subordonnée (introduite ici par « DAT »), la forme verbale (« ZAL ») fait aussi l’objet d’un REJET, derrière le complément (ici imaginé : « door de man »), à la fin de la phrase.
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
En ce qui concerne la forme verbale « VREEST » (avec « S ») de la phrase principale, rappelons qu’elle provient de l’infinitif « VREZEN » (avec « Z »). Si, dans la dernière syllabe d’un mot néerlandais, un « Z » (infinitif d’un verbe) n’est plus suivi de « E », il se transforme en « S » (radical du verbe, ou singulier du nom et accords de certaines formes d’adjectifs épithètes). (Pour complément d’informations, consultez par exemple « Radical du verbe » ou « Pluriel des noms », dans la partie « Grammatica » de ce même site.)
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 7 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 8A - Rajouté le 10/01/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ondertussen heeft hij (Andy) het dorp bereikt waar hij (wordt) verwelkomd wordt » (« Entretemps, il a atteint le village, où la bienvenue lui est souhaitée »).
On y trouve notamment, dans la phrase principale, la forme verbale « bereikt », provenant de l’infinitif « BEREIKEN ». Ce verbe « BEREIKEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera un « T » (au lieu du « D » majoritaire). Rappelons par ailleurs que si un verbe commence par le préfixe « BE- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
On y trouve aussi, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « verwelkomD », V.T.T. (ou participe passé) provenant de l’infinitif « verwelKOMEN », lui-même construit sur « KOMEN », qui fait, lui, l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Ce verbe « verwelKOMEN » est, lui, donc bien considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est PAS affecté par les « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « M », on trouvera le « D » majoritaire au participe passé. Et on aurait donc bien, au prétérit : « Het dorp verwelkomDE hem ». Avec « verwelKOMEN », il s’agit donc bien d’une EXCEPTION.
Cette phrase subordonnée est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 8 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DANS IN DE RUIMTE VAN HAGELAND - Rajouté le 10/01/2012

Description : Albert VAN HAGELAND a publié, en 1977, l’anthologie « Dans in de ruimte » (sous-titrée « 20 originele Nederlandse en Vlaamse SF-verhalen » ; (« Inleiding : De futuristische dromen van de mensheid »). On trouvait à son sommaire les auteurs et les textes suivants :
Walter BECKERS : DE STORY VAN DR. A. CULA EN FRANK N. STEIN ;
Eddy C. BERTIN : VOOR DE LIEFDE VAN VIRGINIA CLEMM ;
Wim BURKUNK : SLAAP KINDJE, SLAAP ... ;
John JACOBY : DE ZILVEREN PEREN VAN DE MAAN ;
Maria JACQUES : HET GROENE VOLKJE ;
Bert JAPIN : ZONDEVAL ;
A. M. LAMEND : DUBBELGANGER ;
Ef LEONARD : LEVE DE CHINEZEN ;
August LEUNIS : DE LAATSTE FECALIËR ;
Julien C. RAASVELD : DE ZONEN VAN DE ZON ;
Gilbert TEMMERMAN : SPIEGELGEVECHT ;
Son TYBERG : DE MUSEUMAARDE ;
William VANANDEROYE : TIRG ;
Gust VAN BRUSSEL : HET IMPERIUM ;
Thys VAN EBBENHORST-TENGBERGEN :
JOUW LIEFDE IS GEEN STENEN BLOEM ;
Paul VAN HERCK : REGEN ;
Albert VAN HOECK : HERBEGINNEN ;
Bob VAN LAERHOVEN : EMOTIE IN DIMENSIE ;
Manuel VAN LOGGEM : HET HUIS AAN DE HAVEN ;
Julien VAN REMOORTERE : TREINSPRINGEN.
Ces œuvres sont accessibles au CDE (Centre de Documentation de l’Etrange). Bernard GOORDEN se tient à la disposition des éditeurs francophones pour les traduire à partir de la langue néerlandaise.

Nom : ETRE COUCHE LIGGEN LAY ESTAR OTT OVT VTT - Rajouté le 09/01/2012

Description : Nous proposons ici en langue néerlandaise le verbe « ETRE COUCHE – LIGGEN – LAY – ESTAR » à trois temps de l’indicatif : le présent (ou O.T.T.), le prétérit (ou O.V.T.) et la forme du participe passé (au passé composé ou V.T.T.). Il est prononcé par beaucoup de personnes différentes.
Rappelons que « LIGGEN » peut aussi signifier « SE TROUVER » (notamment sur une carte géographique) et que, comme les autres verbes de position, il peut remplacer « ZIJN » dans l’expression « IL Y A ». Signalons aussi que les participes passés des verbes construits sur « LIGGEN » s’inspireront, bien sûr, de son participe passé « GElegen ».
Ce verbe est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronné d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour quelque 35.000 fichiers), où se trouvait notamment une structure en arborescence concernant les verbes.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les formes verbales sont conjuguées et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 7B - Rajouté le 09/01/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De hond (Bessy) is hem op de rug gesprongen » (« Le chien lui a sauté sur le dos »).
On y trouve notamment la forme verbale « GESPRONGEN », participe passé provenant de l’infinitif « SPRINGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé se construit sur le pluriel du prétérit ou O.V.T. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
Notons aussi que, aux temps composés, les verbes relatifs au MOUVEMENT sont, en néerlandais, accompagnés de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 7 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : ETRE ASSIS ZITTEN SIT ESTAR OTT OVT VTT - Rajouté le 08/01/2012

Description : Nous proposons ici en langue néerlandaise le verbe « ETRE ASSIS – ZITTEN – SIT – ESTAR sentado » à trois temps de l’indicatif : le présent (ou O.T.T.), le prétérit (ou O.V.T.) et la forme du participe passé (au passé composé ou V.T.T.). Il est prononcé par beaucoup de personnes différentes.
Rappelons que « ZITTEN » peut aussi signifier « SE TROUVER » et que, comme les autres verbes de position, il peut remplacer « ZIJN » dans l’expression « IL Y A ». Signalons aussi que les participes passés des verbes construits sur « ZITTEN » s’inspireront, bien sûr, de son participe passé « GEzeten ».
Ce verbe est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronné d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour quelque 35.000 fichiers), où se trouvait notamment une structure en arborescence concernant les verbes.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les formes verbales sont conjuguées et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : WIREL BESSY 42 HUT GEESTEN 7A - Rajouté le 08/01/2012

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij heeft vergeten dat de hond (Bessy) er nog is » (« Il a oublié que le chien y est encore »).
On y trouve aussi la forme verbale « VERGETEN », participe passé provenant, par hasard, du même infinitif « VERGETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons par ailleurs que si un verbe commence par le préfixe « VER- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Signalons dès lors que, si « VERGETEN » est ici au V.T.T. (ou passé composé), il aurait été écrit de la même façon au pluriel de l’O.T.T. (ou indicatif présent), qui équivaut, rappelons-le, à l’INFINITIF. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 7 dans « De hut der geesten », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1962-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : NIEUWE MORGEN VAN LOGGEM - Rajouté le 08/01/2012

Description : Manuel VAN LOGGEM a publié, en 1982, l’anthologie « De nieuwe morgen » (Inleiding : « Dromen en Sprookjes »). On trouvait à son sommaire les auteurs et les textes suivants :
Rein Blijstra : Goden vallen uit de hemel ;
Belcampo : Het plan Kruutntoone ;
Louis Paul Boon : De triestige merel ;
Adriaan Morriën : De engel ;
Simon Carmiggelt : Glaasje draaien ;
Carl Lans : Egeïsche Zee ;
Manuel van Loggem : Een geur van hoger honing ;
Marty Olthuis : Hou mijn hand vast, zei de poes ;
Hubert Lampo : De zoon van meneer Davidson ;
Willem Frederik Hermans : Ezelsoren ;
Olga Rodenko : Vijftigjarig jubileum ;
Ef Leonard : Landing ;
Jan Wolkers : Gevederde vrienden ;
Wim Burkunk : Nieuwe haring ;
Harry Mulisch : Kroonprins ;
Hugo Claus : Een idylle verbroken door een conciërge ;
Hugo Raes : De desintegratie ;
Ward Ruyslinck : De sneeuwbui ;
Remco Campert : Het meisje met de baard ;
Bob den Uyl : De grote klap ;
Frank Herzen : En zondags een stukje vlees ;
Kees Simhoffer : De hoed van de dood ;
Piet Grijs : De douche ;
Raoul Chapkis : Sleuteltje ;
Anton Quintana : Spiegelbeeld ;
Gerben Hellinga : Koning ;
Paul van Herck : Regen ;
Jacques Hamelink : Visioenen van de stad Glamorrhee ;
Bob van der Goen : Het geluid ;
Peter Andriesse : De verzameling ;
Ton van Reen : Stars and stripes ;
Harry Commijs, Uit het Tijdschrift voor Wetenschappen ;
Peter Cuijpers : De handen gewassen in onschuld ;
Julien C. Raasveld : Bluffende Harry, de wonderwagen en de spinvormigen ;
Eddy C. Bertin : Het einde van iets ;
Jaap Verduyn : Tijdreizen is moeilijker dan je denkt ! ;
Patrick Conrad : Allegria ! Allegria ! ;
Karel Sandor : Van de redding die rechtstreeks uit de hemel zou komen ;
Bob van Laerhoven : Pechvogel.
Ces œuvres sont accessibles au CDE (Centre de Documentation de l’Etrange). Bernard GOORDEN se tient à la disposition des éditeurs francophones pour les traduire à partir de la langue néerlandaise.

First  Previous  1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29  30  31  32  33  34  35  36  37  38  39  40  41  42  43  44  45  46  47  48  49  50  51  52  53  54  55  56  57  58  59  60  61  62  63  64  65  66  67  Next  Last  

Sous-menu

Liens rapides

Recherche

Entrez un mot clé:

Rubrique hasard

NDLS Pour Enfants

Image au hasard

Image au hasard
tiré de l'oeuvre de Demoor

Crédits