IDESETAUTRES.be

Téléchargements

Si vous êtes satisfait(e) de ce que vous avez téléchargé, ayez la gentillesse de verser ne fût-ce que 1 (un) EURO symbolique sur le compte bancaire de l'ONG humanitaire de votre choix, avec la communication www.idesetautres.be.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 15 STAKINGBREKER 7C - Rajouté le 18/07/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het meisje dat (…) uit bedelen (wordt) gezonden wordt » (« La fille qui est envoyée dehors mendier »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée (introduite ici par « DAT »), la forme verbale « GEZONDEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZENDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé « GEZONDEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
Rappelons que, dans une phrase subordonnée, la forme verbale fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« UIT » et « bedelen »), à la fin de la phrase.
Notons que l’on aurait pu avoir la variante suivante de la phrase : « Het meisje dat (…) bUITen om te bedelen (wordt) gezonden wordt »
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
N’oublions pas que la phrase subordonnée relative est introduite ici par « DAT » (sous-entendu), parce que le pronom relatif est fonction du genre du nom de la phrase « principale » et que « HET meisje » est NEUTRE.
Si, au lieu de « HET meisje », on avait eu « DE jongen », cette phrase subordonnée relative aurait été introduite par « DIE » : « De jongen DIE uit bedelen (wordt) gezonden wordt ».
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 7 dans « De stakingbreker », le volume N°15 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
Ils se sont vraisemblablement inspirés du roman de Louis-Paul BOON : « Pieter Daens of hoe in de negentiende eeuw de arbeiders van Aalst vochten tegen armoede en onrecht » (1971), dont Stijn CONINX devait tirer un superbe film en 1993.

(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1973-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : COURAGEUX MOEDIG VALOROUS VALOROSO ADJECTIF NL - Rajouté le 17/07/2013

Description : Nous proposons ici, contextualisé dans des phrases en langue néerlandaise, l’adjectif « COURAGEUX – MOEDIG – VALOROUS – VALOROSO ».
Le dossier concernant cet adjectif est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronnée d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour plus de 35.000 fichiers), où se trouve notamment une structure en arborescence concernant les adjectifs.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les adjectifs sont éventuellement accordés (aux formes du comparatif de supériorité ou du superlatif ou encore utilisés, de façon invariable, comme attributs) et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 15 STAKINGBREKER 7B - Rajouté le 17/07/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het meisje dat door giftige dampen in de fabriek blind werd » (« La fille qui, à cause de vapeurs toxiques à l’usine, est devenue aveugle »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée (introduite ici par « DAT »), la forme verbale « WERD », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « WORDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que, dans une phrase subordonnée, la forme verbale fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« door giftige dampen » et « in de fabriek ») ainsi que derrière l’attribut (« blind »), à la fin de la phrase.
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
L’usage de ce verbe « WORDEN » est ici plus compréhensible, par exemple pour l’apprenant francophone, dans la mesure où il rend une notion d’évolution progressive : « Het (Zij) werd blind » = « Elle est devenue aveugle ».
N’oublions pas que la phrase subordonnée relative est introduite ici par « DAT », parce que le pronom relatif est fonction du genre du nom de la phrase « principale » et que « HET meisje » est NEUTRE.
Si, au lieu de « HET meisje », on avait eu « DE jongen », cette phrase subordonnée relative aurait été introduite par « DIE » : « De jongen DIE door giftige dampen in de fabriek blind werd ».
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 7 dans « De stakingbreker », le volume N°15 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
Ils se sont vraisemblablement inspirés du roman de Louis-Paul BOON : « Pieter Daens of hoe in de negentiende eeuw de arbeiders van Aalst vochten tegen armoede en onrecht » (1971), dont Stijn CONINX devait tirer un superbe film en 1993.

(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1973-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : CONTENT TEVREDEN PLEASED CONTENTO ADJECTIF NL - Rajouté le 16/07/2013

Description : Nous proposons ici, contextualisé dans des phrases en langue néerlandaise, l’adjectif « CONTENT – TEVREDEN – PLEASED – CONTENTO ».
Le dossier concernant cet adjectif est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronnée d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour plus de 35.000 fichiers), où se trouve notamment une structure en arborescence concernant les adjectifs.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les adjectifs sont éventuellement accordés (aux formes du comparatif de supériorité ou du superlatif ou encore utilisés, de façon invariable, comme attributs) et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 15 STAKINGBREKER 7A - Rajouté le 16/07/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De man die beide benen in een arbeidsongeval verloor en (die) van aalmoezen moet leven » (« L’homme qui perdit les deux jambes dans un accident du travail et qui doit vivre d’aumônes »).
On y trouve notamment, dans une première proposition subordonnée, la forme verbale « VERLOOR », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « VERLIEZEN », qui fait partie des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que, dans une proposition subordonnée (introduite ici par « DIE »), la forme verbale fait aussi l’objet d’un REJET, derrière les compléments (ici « beide benen » et « in een arbeidsongeval »), à la fin de la phrase.
Il est à noter que, si cette forme verbale « VERLOOR » ne s’était pas trouvée dans une phrase subordonnée, on aurait par exemple pu avoir la phrase suivante : « De man verloor beide benen in een arbeidsongeval ».
On y trouve de même, dans la seconde proposition subordonnée (introduite ici par « DIE », sous-entendu), les formes verbales « MOET » et « LEVEN ».
Rappelons que, dans une proposition subordonnée, toutes les formes verbales font l’objet d’un REJET, derrière le(s) complément(s) (ici « van aalmoezen » et « NU », sous-entendu, d’où l’utilisation de l’O.T.T. ou présent), à la fin de la phrase.
Il est à noter que, si cette forme verbale « MOET » ne s’était pas trouvée dans une phrase subordonnée, on aurait par exemple pu avoir la phrase suivante : « De man moet (nu) van aalmoezen leven ».
N’oublions pas, en ce qui concerne « LEVEN », que c’est le verbe « MOETEN », que l’on appelle « auxiliaire de MODE » (les 3 autres étant « KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), qui exige un REJET de l’infinitif, derrière le complément (« van almoezen »), à la fin de la phrase, quel que ce soit le cas de figure ou la structure de la phrase.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 7 dans « De stakingbreker », le volume N°15 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
Ils se sont vraisemblablement inspirés du roman de Louis-Paul BOON : « Pieter Daens of hoe in de negentiende eeuw de arbeiders van Aalst vochten tegen armoede en onrecht » (1971), dont Stijn CONINX devait tirer un superbe film en 1993.

(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1973-2012.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : COMIQUE GRAPPIG FUNNY COMICO ADJECTIF NL - Rajouté le 15/07/2013

Description : Nous proposons ici, contextualisé dans des phrases en langue néerlandaise, l’adjectif « COMIQUE – GRAPPIG – FUNNY – COMICO ».
Le dossier concernant cet adjectif est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronnée d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour plus de 35.000 fichiers), où se trouve notamment une structure en arborescence concernant les adjectifs.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les adjectifs sont éventuellement accordés (aux formes du comparatif de supériorité ou du superlatif ou encore utilisés, de façon invariable, comme attributs) et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 12F - Rajouté le 15/07/2013

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De sachem heeft zijn woord gegeven» (« Le sachem a donné sa parole »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « GEGEVEN », participe passé provenant de l’infinitif « GEGEVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEGEVEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« zijn woord »), à la fin de la phrase.
Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 12 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°54 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : CHER DUUR EXPENSIVE CARO ADJECTIF NL - Rajouté le 14/07/2013

Description : Nous proposons ici, contextualisé dans des phrases en langue néerlandaise, l’adjectif « CHER – DUUR – EXPENSIVE – CARO ».
Le dossier concernant cet adjectif est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronnée d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour plus de 35.000 fichiers), où se trouve notamment une structure en arborescence concernant les adjectifs.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les adjectifs sont éventuellement accordés (aux formes du comparatif de supériorité ou du superlatif ou encore utilisés, de façon invariable, comme attributs) et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 12E - Rajouté le 14/07/2013

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De geesten hebben de pokken gezonden» (« Les esprits ont envoyé les pustules »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « GEZONDEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZENDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEZONDEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« de pokken »), à la fin de la phrase.
Il est à noter que ce participe passé se construit sur le PLURIEL du prétérit. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 12 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°54 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : CHAUD WARM CALIENTE ADJECTIF NL - Rajouté le 13/07/2013

Description : Nous proposons ici en langue néerlandaise l’adjectif « CHAUD – WARM – CALIENTE ».
Le dossier concernant cet adjectif est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronnée d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour plus de 35.000 fichiers), où se trouve notamment une structure en arborescence concernant les adjectifs.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les adjectifs sont éventuellement accordés (ou utilisés, de façon invariable, comme attributs) et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 12D - Rajouté le 13/07/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Andy) rijdt op de ruiter toe » (« Il roule à cheval = chevauche = pique sur le cavalier »).
On y trouve notamment la forme verbale « rijdt … TOE », provenant de l’infinitif « TOErijden » (dit « à particule séparable »), lui-même construit sur le verbe « RIJDEN ».
Quand « TOErijden » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TOE » de son infinitif proprement dit et elle fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« op de ruiter »), à la fin de la phrase.
Rappelons que la « particule séparable » « TOE » provient de la préposition « TOT », qui a métamorphosé son « T » final en « E » : « toT » => « toE ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 12 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°54 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : CASSE KAPOT BROKEN ROTO ADJECTIF NL - Rajouté le 12/07/2013

Description : Nous proposons ici en langue néerlandaise l’adjectif « CASSE – KAPOT – BROKEN – ROTO ».
Le dossier concernant cet adjectif est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronnée d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour plus de 35.000 fichiers), où se trouve notamment une structure en arborescence concernant les adjectifs.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les adjectifs sont éventuellement accordés (ou utilisés, de façon invariable, comme attributs) et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 12C - Rajouté le 12/07/2013

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De overlevenden zijn gevlucht en hebben eerst alle hutten in brand gestoken » (« comme toujours, Bessy regarde comment Carrol a mis la plume d’aigle dans les boucles »).
Ce verbe « VLUCHTEN » est donc considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « T », on NE rajoutera PAS un « T » au participe passé : « GE- » + « VLUCHT » (= radical) => « GEvluchT » (avec un seul « T »).
Le participe passé « GEvluchT » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« elders »), à la fin de la phrase.
Notons aussi que, aux temps composés, les verbes relatifs au MOUVEMENT sont, en néerlandais, accompagnés de l’auxiliaire « ZIJN ».
On y trouve également la forme verbale « GESTOKEN », participe passé provenant de l’infinitif « STEKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GESTOKEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« eerst », « alle hutten» et « in brand »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 12 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°54 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : CALME RUSTIG QUIET QUIETO ADJECTIF NL - Rajouté le 11/07/2013

Description : Nous proposons ici en langue néerlandaise l’adjectif « CALME – RUSTIG – QUIET – QUIETO ».
Le dossier concernant cet adjectif est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronnée d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour plus de 35.000 fichiers), où se trouve notamment une structure en arborescence concernant les adjectifs.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les adjectifs sont éventuellement accordés (ou utilisés, de façon invariable, comme attributs) et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 12B - Rajouté le 11/07/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De besmetting moet onvoorzien toegeslagen hebben » (« La contagion doit avoir frappé de façon imprévue = à l’improviste »).
On y trouve notamment la forme verbale « TOEgeslagen », participe passé provenant de l’infinitif « TOEslaan », lui-même construit sur l’infinitif « SLAAN », affecté par les « temps primitifs ».
Ce verbe «TOEslaan » est aussi dit « à particule séparable » ; quand il est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TOE » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « toeGEslagen ».
Le participe passé « TOEgeslagen » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« onvoorzien »), à la fin de la phrase.
La préposition : « TOT » a métamorphosé son « T » final en « E » : « toE » provient donc de « toT ».
Notons que « ONvoorzien » provient du participe passé « voorzien » provenant de l’infinitif « voorzien », lui-même construit sur l’infinitif « ZIEN », normalement affecté par les « temps primitifs ».
Ce verbe « voorzien » n’est apparemment PAS « à particule séparable » puisque aucun « GE- » ne s’intercale entre le « VOOR » et le « ZIEN ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 12 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°54 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 12A - Rajouté le 10/07/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het teken duidt aan dat een besmettelijke ziekte uitgebroken is » (« Le signe indique qu’une maladie contagieuse s’est déclarée »).
On y trouve notamment, dans la phrase principale, la forme verbale « duidt … AAN », provenant de l’infinitif « aanDUIDEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « DUIDEN ».
Quand « aanDUIDEN » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « AAN » étant affectée par un REJET, derrière le complément éventuel (« duidelijk »), à la fin de la phrase.
On y trouve également, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « UITgebroken », participe passé provenant de l’infinitif « UITbreken », dit « à particule séparable », construit sur le verbe « BREKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « UITbreken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEbroken ».
Le participe passé « UITgebroken » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« in het kamp »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 12 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°54 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : BON GOOD GOED BUENO ADJECTIF NL - Rajouté le 10/07/2013

Description : Nous proposons ici en langue néerlandaise l’adjectif « BON – GOED – GOOD – BUENO ».
Le dossier concernant cet adjectif est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronnée d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour plus de 35.000 fichiers), où se trouve notamment une structure en arborescence concernant les adjectifs.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les adjectifs sont éventuellement accordés (ou utilisés, de façon invariable, comme attributs) et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : BEAU MOOI BEAUTIFUL HERMOSO ADJECTIF NL - Rajouté le 09/07/2013

Description : Nous proposons ici en langue néerlandaise l’adjectif « BEAU – MOOI – BEAUTIFUL – HERMOSO ».
Le dossier concernant cet adjectif est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronnée d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour plus de 35.000 fichiers), où se trouve notamment une structure en arborescence concernant les adjectifs.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les adjectifs sont éventuellement accordés (ou utilisés, de façon invariable, comme attributs) et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 11B - Rajouté le 09/07/2013

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De hutten zijn in brand gestoken » (« Les huttes sont mises en feu »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « GESTOKEN », participe passé provenant de l’infinitif « STEKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GESTOKEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« in brand »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 11 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°54 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : BAS LAAG LOW BAJO ADJECTIF NL - Rajouté le 08/07/2013

Description : Nous proposons ici en langue néerlandaise l’adjectif « BAS – LAAG – LOW – BAJO ».
Le dossier concernant cet adjectif est extrait de l’outil pédagogique que nous avons conçu (cédérom de quelque 8.000 fichiers en juin 2005, couronné d’un Prix « e-Learning / e-Twinning »; clé USB de 4 GB en février 2008, couronnée d’un « Trophée des Innovations en Education » et contenant à ce jour plus de 35.000 fichiers), où se trouve notamment une structure en arborescence concernant les adjectifs.
Nous y avons adapté en format MP3, pour aider les élèves « primo-arrivants » à s’intégrer linguistiquement dans leur pays d’accueil, des phrases provenant de diverses méthodes et s’appuyant parfois sur de l’iconographie.
Le but de notre initiative est de mettre gratuitement à leur disposition de courtes phrases dans le contexte desquelles les adjectifs sont éventuellement accordés (ou utilisés, de façon invariable, comme attributs) et que les apprenants peuvent transférer sur un lecteur MP3 et, le cas échéant, écouter lors d’un trajet entre leur domicile et leur lieu de travail (ou école).
Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné. Nous espérons toutefois qu’ils considéreront notre adaptation comme un hommage à leur propre travail.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 11A - Rajouté le 08/07/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De rookwolk is opgetrokken » (« Le nuage de fumée s’est dissipé »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « OPGETROKKEN », participe passé provenant de l’infinitif « opTREKKEN », lui-même construit sur l’infinitif « TREKKEN »,qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé « GETROKKEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
Ce verbe « OPtrekken » est aussi dit « à particule séparable » ; quand il est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEtrokken ».
Le participe passé « opGETROKKEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« in de lucht »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 11 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°54 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 10G - Rajouté le 07/07/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij behoort tot de stam in wiens gebied wij een nieuw bestaan kwamen zoeken » (« Il appartient à la tribu dans le domaine de laquelle nous venions chercher une nouvelle existence »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée (introduite par « WIENS »), la forme verbale « KWAMEN », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « KOMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Cette forme verbale « KWAMEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« een nieuw bestaan »), à la fin de la phrase.
Notez que la « conjonction » « WIENS » est précédée de la préposition « IN » et du substantif neutre « BESTAAN » (car provenant de l’infinitif « BESTAAN »).
Notez aussi la préposition « TOT » qui suit presque toujours les formes verbales dérivées de l’infinitif « BEHOREN ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 10 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 10F - Rajouté le 06/07/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij heeft een verzorgde opvoeding bij de zendelingen genoten » (« Il a joui d’une / reçu une éducation soignée auprès des missionnaires »).
On y trouve notamment le participe passé « VERZORGD » (utilisé ici comme adjectif épithète), provenant de l’infinitif « VERzorgen », lui-même construit sur le verbe « ZORGEN », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Ce verbe « VERZORGEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet son radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison du participé passé.
Rappelons que si un verbe commence par le préfixe « VER- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
On y trouve également la forme verbale « GENOTEN », participe passé provenant de l’infinitif « GENIETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Ce participe passé « GENOTEN » se construit sur le pluriel du prétérit. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
Rappelons que si un verbe commence déjà par le préfixe « GE- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Le participe passé « GENOTEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« een verzorgde opvoeding » et « bij de zendelingen »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 10 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°54 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 10E - Rajouté le 05/07/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Vader had reeds een tijd geleden inlichtingen over Moh-Wapi ingewonnen » (« Père avait déjà, il y a quelque temps, glané des informations au sujet de Moh-Wapi »).
On y trouve la forme verbale « INgewonnen », participe passé provenant du verbe « INwinnen » (dit « à particule séparable »), lui-même construit sur l’infinitif « WINNEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « INwinnen » est conjugué comme participe passé au plus-que-parfait, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « inGEwonnen ».
Il est à noter que le participe passé « gewonnen » se construit sur le PLURIEL du prétérit. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
Le participe passé « inGEwonnen » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« reeds », « een tijd geleden », « inlichtingen » et « over Moh-Wapi »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 10 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°54 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 10D - Rajouté le 04/07/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Enkele dagen later wordt op de hoeve het verlovingsfeest gevierd » (« Quelques jours plus tard, la fête de fiançailles est célébrée à la ferme »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEVIERD », participe passé provenant de l’infinitif « VIEREN », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Ce verbe « VIEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet son radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison du participé passé.
Le participe passé « GEVIERD » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« op de hoeve »), à la fin de la phrase.
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« Enkele dagen later »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « het verlovingsfeest ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « wordt ») et passant donc derrière lui.
Il va de soi que « op de hoeve » n’est pas le « groupe sujet » de la phrase puisqu’une préposition (« OP ») introduit un « groupe complément » ; si le « groupe complément » a exceptionnellement précédé le « groupe sujet », c’est parce l’on a voulu insister sur le fait que c’est bien à la ferme qu’ont été célébrées les fiançailles et non, par exemple, au fort (où Moh-Wapi exerce ses fonctions de guide).
Ce verbe est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet son radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « N », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison du participé passé.
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 10 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 10C - Rajouté le 03/07/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik dacht : hier zijn armen te kort » (« Je pensais : ici, les bras sont trop court(s) = manquent »).
On y trouve notamment la forme verbale « DACHT » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant du verbe « DENKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 10 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 10B - Rajouté le 02/07/2013

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Onbescheiden zoals altijd, kijkt Bessy hoe Carrol de arendsveer in de haarlokken (heeft) gestoken heeft » (« Indiscrète comme toujours, Bessy regarde comment Carrol a mis la plume d’aigle dans les boucles »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « GESTOKEN », participe passé provenant de l’infinitif « STEKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GESTOKEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« zijn hand » et « in de opening »), à la fin de la phrase.
N’oublions pas que, si une phrase (ici la phrase principale) commence en néerlandais par un complément (« Onbescheiden zoals altijd »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « Bessy ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « kijkt ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 10 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 10A - Rajouté le 01/07/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We hebben reeds lang jouw gevoelens doorzien » (« Nous déjà depuis longtemps vu à travers = percé à jour tes sentiments »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « DOORzien », participe passé provenant de l’infinitif « DOORzien », lui-même construit sur l’infinitif « ZIEN », affecté par les « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que le participe passé « GEzien » se construit, lui, sur l’INFINITIF. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
Identique donc à son infinitif, le participe passé « DOORzien » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« reeds lang » et « jouw gevoelens »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 10 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 9E - Rajouté le 30/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « In de hoeve wordt de gebeurtenis uitvoerig besproken » (« Dans la ferme, l’événement est largement commenté »).
On y trouve notamment la forme verbale « BESPROKEN », participe passé provenant de l’infinitif « BESPREKEN », lui-même construit sur le verbe « SPREKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que si un verbe commence, par exemple, par le préfixe « BE- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Le participe passé « BESPROKEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« uitvoerig ), à la fin de la phrase.
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« In de hoeve »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « de gebeurtenis ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « WORDT ») et passant donc derrière lui.
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 9 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 9D - Rajouté le 29/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij is zeer gelukkig de bewondering van zijn blanke zuster te hebben opgewekt » (« Il est très heureux d’avoir éveillé l’admiration de sa sœur blanche »).
On y trouve notamment, dans une sorte de phrase subordonnée « infinitive », la forme verbale « OPgewekt », provenant de l’infinitif « OPwekken » (dit « à particule séparable »), lui-même conjugué sur « WEKKEN », considéré comme « régulier ».
Comme la grande majorité des verbes néerlandais, le verbe « WEKKEN » n’est pas affecté par les « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera le « T » minoritaire. La forme verbale « opGEwekt » est à « particule séparable » puisque le « GE » du participe passé s’intercale entre la particule « OP » et la forme verbale proprement dite.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 9 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 9C - Rajouté le 28/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Moh Wapi) heeft het vergeten » (« Il l’a oublié »).
On y trouve notamment la forme verbale « VERGETEN », participe passé provenant, par hasard, du même infinitif « VERGETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons par ailleurs que si un verbe commence par le préfixe « VER- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Signalons dès lors que, si « VERGETEN » est ici au V.T.T. (ou passé composé), il aurait été écrit de la même façon au pluriel de l’O.T.T. (ou indicatif présent), qui équivaut, rappelons-le, à l’INFINITIF. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
Le participe passé « VERGETEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« HET »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 9 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 9B - Rajouté le 27/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je hebt je zeer dapper gedragen » (« Tu t’es comporté très courageusement »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEDRAGEN », V.T.T. (ou participe passé) provenant de l’infinitif « DRAGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé « GEDRAGEN » se construit sur l’infinitif. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
Le participe passé « GEDRAGEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément-attribut (« zeer dapper »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 9 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 9A - Rajouté le 26/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De sachem heeft een verdrag met de pionniers gesloten » (« Le sachem a conclu un accord avec les pionniers »).
On y trouve notamment la forme verbale « gesloten », participe passé provenant de l’infinitif « SLUITEN », affecté par les « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé « GESLOTEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
Le participe passé « GESLOTEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« met de pionniers »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 9 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 8B - Rajouté le 25/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De roodhuid duwt het meisje opzij en werpt zich met opgeheven tomahawk op de hond » (« Le peau-rouge pousse la fille sur le côté et se jette, tomahawk brandi, sur le chien »).
On y trouve notamment la forme verbale « OPgeheven », participe passé (utilisé ici comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif « OPheFFen » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « HEFFEN », faisant l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand ce verbe «OPheFFen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEheven ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 8 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 8A - Rajouté le 24/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij (Carrol) komt op het geblaf van de hond (Bessy) toegelopen » (« Elle vient à l’aboiement du chien en courant = elle accourt à l’aboiement du chien »).
On y trouve la forme verbale « TOEgelopen », participe passé provenant du verbe « TOElopen » (dit « à particule séparable »), lui-même construit sur l’infinitif « LOPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « TOElopen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TOE » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « toeGElopen ».
Il est à noter que ce participe passé « gelopen » se construit sur l’infinitif. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
Il faut aussi rappeler que la particule « TOE » provient de la préposition « TOT ».
Le participe passé « toeGElopen » joue dans cette phrase le tôle d’un participe présent ou d’une sorte d’attribut ; si on le considérait dans une phrase au passé composé, on pourrait avoir, par exemple : « Zij is wegens het geblaf van de hond naar hem toegelopen. »
Une tournure plus moderne de cette phrase existe également, où la forme verbale est à l’infinititif et non au participe passé : « Zij (Carrol) komt op het geblaf van de hond (Bessy) toelopen ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 8 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 7C - Rajouté le 23/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het betekent, dat hij tot jouw vrienden wil (worden) gerekend (worden) » (« Cela signifie qu’il veut être compté au nombre de tes amis »).
On y trouve notamment la forme verbale « gerekend », participé passé provenant de l’infinitif « REKENEN ».
Ce verbe est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet son radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « N », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison du participé passé.
Rappelons que, dans une phrase subordonnée (introduite ici par « DAT »), la (ou les) forme(s) verbale(s) est (sont) séparée(s) de son (leur) sujet et fait (font) l’objet d’un REJET, derrière le complément (« tot jouw vrienden »), à la fin de la phrase.
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 7 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 7B - Rajouté le 22/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De arendsveer, die hij (Moh-Wapi) in het haar droeg … » (« La plume d’aigle, qu’il portait dans les cheveux … »).
On y trouve notamment la forme verbale « DROEG », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « DRAGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que, dans une phrase subordonnée (ici « relative », introduite par « DIE », lui-même engendré par « DE arendsveer »), la forme verbale est séparée de son sujet et fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« in het haar »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 7 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 6D 7A - Rajouté le 21/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Moh-Wapi heeft liever met een grizzly af te rekenen » (« Moh-Wapi préférerait régler son compte à un grizzly »).
On y trouve notamment la forme verbale « AF … rekenen », provenant de l’infinitif « AFrekenen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « REKENEN ».
On est ici confronté à une curieuse construction de phrase rendant une notion de conditionnel (sans l’auxiliaire « ZOUDEN ») mais se présentant avec un auxiliaire du passé composé qui, à défaut de « double infinitif », aurait dû se terminer par un participe passé « afGErekend », faisant l’objet d’un REJET, derrière au moins le complément (« met een grizzly »), à la fin de la phrase.
On aurait en effet pu avoir les phrases suivantes :
1°) en cas de conditionnel : « Moh-Wapi zou (liever) met een grizzly willen afrekenen » ;
2°) en cas de « double infinitif » : « Moh-Wapi heeft (liever) met een grizzly willen afrekenen » ;
3°) en cas de passé composé : « Moh-Wapi heeft (liever) met een grizzly afgerekend ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite d’un montage réalisé par nos soins d’illustrations extraites des pages 6 et 7 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 6C - Rajouté le 20/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij heeft de hand tegen een zijner (= van zijn) broeders opgeheven » (« Il a levé la main contre = sur un de ses frères »).
On y trouve notamment la forme verbale « OPgeheven », participe passé provenant de l’infinitif « OPheFFen » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « HEFFEN », faisant l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand ce verbe «OPheFFen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEheven ».
Le participe passé « OPgeheven » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« de hand » et « tegen een van zijn broeders »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 6 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 6B - Rajouté le 19/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het bleekgezicht mag op de gronden, die hij (heeft) ontgonnen heeft, verblijven » (« Le visage pâle peut séjourner sur les terres, qu’il a défrichées »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée relative, la forme verbale « ONTgonnen », participe passé provenant de l’infinitif « ONTginnen », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que si un verbe commence par le préfixe « ONT- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Il faut aussi noter que ce participe passé se construit sur le PLURIEL du prétérit. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
Identique donc à ce PLURIEL du prétérit, le participe passé « ONTgonnen » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« pijnlijk »), à la fin de la phrase.
Rappelons que le pronom relatif, qui introduit une phrase subordonnée relative, est fonction du genre et / ou du nombre du nom qui l’engendre. Dans ce cas, comme chaque fois que l’on a affaire à un nom au pluriel (ici « de gronden »), le pronom relatif sera toujours » DIE ».
La phrase aurait été moins « lourde » si l’on avait dit : « Het bleekgezicht mag verblijven op de gronden, die hij heeft ontgonnen ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 6 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 6A - Rajouté le 18/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Mijn blanke broeder heeft de woorden gesproken, die ik uit zijn mond wenste te horen » (« Mon frère blanc a parlé = prononcé les mots, que je souhaitais entendre de sa bouche »).
On y trouve notamment, dans la phrase principale, « GESPROKEN », participe passé provenant de l’infinitif « SPREKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GESPROKEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« de woorden »), à la fin de la phrase principale.
Rappelons que le pronom relatif, qui introduit une phrase subordonnée relative, est fonction du genre et / ou du nombre du nom qui l’engendre. Dans ce cas, comme chaque fois que l’on a affaire à un nom au pluriel (ici « de woorden »), le pronom relatif sera toujours » DIE ».
Notons, dans la phrase subordonnée, que le verbe « WENSEN » engendre un « TE » devant l’infinitif (correspondant, plus ou moins à un « DE » d’un mauvais français « souhaiter de »).
N’oublions pas que ce verbe « WENSEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « S », on trouvera au prétérit un « Te » (au lieu du « De » majoritaire) : « WENS » + « TE » => « wensTE »..
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 6 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 5D - Rajouté le 17/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Indien onze jachtvelden niet zo uitgestrekt waren, hadden wij u reeds lang ontdekt en verjaagd » (« Si nos terrains de chasse n’étaient pas si étendus, nous vous aurions déjà (depuis) longtemps découverts et chassés »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « UITgestrekt », participe passé (utilisé ici comme adjectif attribut) provenant de l’infinitif « (zich) UITstrekken », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « STREKKEN », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Ce verbe « STREKKEN » est donc considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera au participe passé un « T » (au lieu du « D » majoritaire).
Quand « UITSTREKKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEstrekt ».
On y trouve également, dans la phrase principale conjuguée à une sorte de plus-que-parfait, la forme verbale « ONTDEKT », participé passé provenant de l’infinitif « ONTDEKKEN », lui-même construit sur le verbe « DEKKEN ».
Ce verbe « ONTDEKKEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera un « T » (au lieu du « D » majoritaire).
Rappelons par ailleurs que si un verbe commence par le préfixe « ONT- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Signalons dès lors que, si « ONTDEKT » est ici utilisé au participe passé, il aurait été écrit de la même façon à l’O.T.T. (ou indicatif présent).
On y trouve également la forme verbale « VERjaagd », participe passé construit sur l’infinitif « VERjagen », lui-même construit sur le verbe « JAGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que si un verbe commence par le préfixe « VER- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Les participes passés « ONTDEKT » et « VERJAAGD » font l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« lang « et « reeds »), à la fin de la phrase.
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (la phrase subordonnée « Indien onze jachtvelden niet zo uitgestrekt waren » joue ici ce rôle), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « WIJ ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « HADDEN ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 5 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 5C - Rajouté le 16/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij kenden dit nieuwe verdrag niet » (« Nous ne connaissions pas ce nouveau traité »).
On y trouve notamment la forme verbale « kenDEN », prétérit provenant de l’infinitif « KENNEN ».
Ce verbe est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet son radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « N », on trouvera le « De » majoritaire au singulier comme terminaison du prétérit, la pluriel étant formé en rajoutant la consonne « -N » (marque du pluriel pour tous les verbes, à tous les temps) : « ken » + « De » + « -N » => « kenDeN ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 5 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 5B - Rajouté le 15/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Deze bleekgezichten hebben, zonder het te weten, bezit van de gronden der (= van de) Arapahos genomen » (« Ces visages pâles ont, sans le savoir (sans qu’ils le sachent), pris possession des terres des Arapahos »).
On y trouve notamment la forme verbale « GENOMEN », participe passé provenant de l’infinitif « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GENOMEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« bezit van de gronden der Arapahos »), à la fin de la phrase.
Il est à noter que l’on aurait pu aussi dire : « Deze bleekgezichten hebben (…) de gronden van de Arapahos IN bezit genomen ».
La préposition « ZONDER » introduit ici une sorte de subordonnée et engendre un « TE » qui précède l’infinitif « WETEN ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 5 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 5A - Rajouté le 14/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De bezoekers worden door de sachem ontvangen » (« Les visiteurs sont reçus par le sachem »).
On y trouve notamment la forme verbale « ONTvangen », participe passé provenant de l’infinitif « ONTvangen », lui-même construit sur l’infinitif « VANGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que si un verbe commence par le préfixe « ONT- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Identique donc à son infinitif, le participe passé « ONTvangen » fait l’objet d’un REJET, derrière le « complément » (« door de sachem »), à la fin de la phrase.
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 5 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 3C - Rajouté le 13/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « U hebt het akkoord overtreden dat tussen de regering en de Indianen werd gesloten » (« Vous avez violé l’accord qui a été conclu entre le gouvernement et les Indiens »).
On y trouve notamment, dans la phrase principale, la forme verbale « overtreden », participe passé provenant de (et identique à) l’infinitif « overtreden » (celui des homonymes, qui n’est pas « à particule séparable »), faisant l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « overtreden » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« het akkoord »), à la fin de la phrase.
La phrase subordonnée relative est introduite par « DAT », pronom relatif NEUTRE engendré par « HET akkoord ».
« On y trouve également, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « gesloten », participe passé provenant de l’infinitif « SLUITEN », affecté par les « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé « GESLOTEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
Le participe passé « GESLOTEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« tussen de regering en de Indianen »), à la fin de la phrase. Ce serait plus évident dans la variante suivante : « Het akkoord werd tussen de regering en de Indianen gesloten ».
Cette phrase subordonnée est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 3 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 3B - Rajouté le 12/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Maar het was zwaar werk » (« Mais c’était du lourd travail = beaucoup de travail »).
On y trouve notamment la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
N’oublions pas que si un adjectif épithète (« zwaar ») ne se termine par par la voyelle « -E » devant un nom au SINGULIER, c’est ce que ce nom est vraisemblablement du genre neutre (« HET werk »).
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 3 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 3A - Rajouté le 11/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een mooie hoeve, die je daar (hebt) gebouwd hebt ! » (« Une belle ferme que tu as construite là ! »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEbouwD », participe passé provenant de l’infinitif « BOUWEN », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Comme la grande majorité des verbes néerlandais, le verbe « BOUWEN » NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « W », on trouvera le « D » majoritaire à la fin de son participe passé « GEbouwD ».
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« DAAR »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 3 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 2B - Rajouté le 10/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat is altijd mijn droom geweest » (« Cela a toujours été mon rêve »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEWEEST », participe passé provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEWEEST » fait l’objet d’un REJET, derrière les « compléments » (« altijd » et « mijn droom »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 2 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WIREL MOH WAPI BESSY 54 2A - Rajouté le 09/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Vruchtbare gronden strekken zich tot achter de horizon uit » (« Des terres fertiles s’étendent jusque derrière l’horizon »).
On y trouve notamment la forme verbale « strekken (zich) … UIT », provenant de l’infinitif « (zich) UITstrekken », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « STREKKEN ».
Quand « UITstrekken » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « UIT » étant affectée par un REJET, derrière le complément (« tot achter de horizon »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « BESSY », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 2 dans « Moh-Wapi de gids », le volume N°42 de la série « BESSY ».
Willy VANDERSTEEN (ou WIREL, pseudonyme commun avec Karel VERSCHUERE) se serait réjoui s’il avait su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1964-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 28C - Rajouté le 08/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « In 1901 bekwam hij (Henri Dunant) de Nobelprijs voor de Vrede (« En 1901, il reçut le prix Nobel de la Paix »).
On y trouve notamment la forme verbale « beKWAM », O.V.T. ou « prétérit » provenant de l’infinitif « beKOMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
(Rappelons que si un verbe commence par le préfixe « BE- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.)
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« In 1901 »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « HIJ ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « bekwam ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 28 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 28B - Rajouté le 07/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Na de Conferentie van Genève onstonden 108 neutrale Rode Kruis verenigingen » (« Après la Conférence de Genève naquirent 108 associations neutres de la Croix-Rouge »).
On y trouve notamment la forme verbale « ontSTOND », O.V.T. ou « prétérit » provenant de l’infinitif « ontSTAAN », lui-même construit sur le verbe « STAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
(Rappelons que si un verbe commence par le préfixe « ONT- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.)
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« Na de Conferentie van Genève »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « 108 neutrale Rode Kruis verenigingen ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « ontstonden ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 28 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 28A - Rajouté le 06/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Op 22 augustus 1864 stichtte de Geneefse Conventie het Internationaal Comité voor het Rode Kruis » (« Le 22 août 1864, la Convention de Genève fondait le Comité International de la Croix-Rouge »).
On y trouve la forme verbale « stichtTE », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « stichten », considéré comme « régulier ».
Comme la grande majorité des verbes néerlandais, le verbe « STICHTEN » n’est donc pas affecté par les « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « T », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du SINGULIER du prétérit.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 28 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 21B - Rajouté le 05/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De aanval van de cavalerie heeft de laatste werstand gebroken » (« L’attaque de la cavalerie a brisé la dernière résistance »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEBROKEN », participe passé provenant de l’infinitif « BREKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« de laatste werstand »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 21 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 21A - Rajouté le 04/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Op dat ogenblik voert de Franse cavalerie een aanval uit » (« A ce moment, la cavalerie française effectue une attaque »).
On y trouve notamment la forme verbale « voert … UIT », provenant de l’infinitif « UITvoeren », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « VOEREN ».
Quand « UITvoeren » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « UIT » étant affectée par un REJET, derrière le complément (« een aanval »), à la fin de la phrase.
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« Op dat ogenblik »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « de Franse cavalerie ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « voert ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 21 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 17C 18A - Rajouté le 03/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb zelf burgers op het slagveld toegelaten » (« J’ai même autorisé des civils sur le champ de bataille »).
On y trouve notamment la forme verbale « « TOEgelaten », V.T.T. (ou participe passé) provenant de l’infinitif « TOElaten », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « LATEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « TOElaten » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TOE » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « toeGElaten ». Il est à noter que la particule « TOE » provient de la préposition « TOT ».
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« burgers » et « op het slagveld »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite d’un montage réalisé par nos soins d’illustrations extraites des pages 17 et 18 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 17B - Rajouté le 02/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Laat mij door ! (…) Laat die burger door ! » (« Laissez-moi passer ! Laissez passer ce civil ! »).
On y trouve (2 fois, dans la réplique de 2 protagonistes) la forme verbale « Laat … DOOR », impératif provenant de l’infinitif « DOORlaten », dit « à particule séparable », construit sur le verbe « LATEN ».
Notamment à l’impératif, on a en néerlandais une séparation de la particule « DOOR » de sa forme verbale proprement dite avec son REJET, derrière le complément (soit « MIJ », soit « DIE BURGER »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 17 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 17A - Rajouté le 01/06/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De Oostenrijkers vechten verbeten » (« Les Autrichiens se battent, acharnés = avec acharnement »).
On y trouve la forme verbale « VERBETEN », participe passé utilisé comme « adjectif », provenant de l’infinitif « VERBIJTEN » (mais le sens du participe s’éloigne fort de celui de cet infinitif), lui-même construit sur le verbe « BIJTEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que si un verbe commence, par exemple, par le préfixe « VER- » (qui n’est PAS une « particule séparable »), son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Il est donc à noter que ce participe passé « VERBETEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit et, dans ce cas-ci, est identique. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 17 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 16B - Rajouté le 31/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Roep vrijwilligers op ! » (« Fais appel à des volontaires ! »).
On y trouve la forme verbale « Roep … OP », impératif provenant de l’infinitif « OProepen », dit « à particule séparable », construit sur le verbe « ROEPEN ».
Notamment à l’impératif, on a en néerlandais une séparation de la particule « OP » de sa forme verbale proprement dite avec son REJET, derrière le complément (« de vrijwilligers »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 16 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 16A - Rajouté le 30/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Er kan een noodhospitaal (worden) ingericht worden » (« Il y a un hôpital d’urgence qui peut être aménagé => Un hôpital d’urgence peut être aménagé »).
On y trouve la forme verbale « INgericht », V.T.T. (ou participe passé) provenant de l’infinitif « INrichten » (dit « à particule séparable »), construit sur le verbe « RICHTEN », considéré comme « régulier ».
Comme la grande majorité des verbes néerlandais, le verbe « RICHTEN » n’est pas affecté par les « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « T », on trouvera de toutes façons le « T » minoritaire comme terminaison du participe passé.
La forme verbale « inGEricht » est bien à « particule séparable » puisque le « GE » du participe passé s’intercale entre la particule « IN » et la forme verbale proprement dite.
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« in Solferino »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 16 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 15C - Rajouté le 28/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wanneer hij (Henri Dunant) (…) terugkeert, wordt de strijd bij de poort in alle hevigheid hervat » (« Quand il revient, le combat près de la porte a repris dans toute sa violence = de plus belle »).
On y trouve notamment, dans la phrase principale, la forme verbale « hervat », participe passé provenant de l’infinitif « HERVATTEN », lui-même construit sur le verbe « VATTEN ».
Ce verbe est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») et fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet son radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « T », on trouvera, de toutes façons, le « T » minoritaire comme terminaison du participe passé, identique d’ailleurs au singulier du présent.
Rappelons par ailleurs que si un verbe commence par le préfixe « HER- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Rappelons aussi que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« bij de poort » et « in alle hevigheid »), à la fin de la phrase.
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (la phrase subordonnée « Wanneer hij terugkeert » joue ici ce rôle), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « de strijd ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « wordt ») et passant donc derrière lui.

Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 15 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 15B - Rajouté le 27/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze wil blijkbaar niet (worden) herkend worden » (« Elle ne veut vraisemblablement pas être reconnue »).
On y trouve notamment la forme verbale « herkend », participe passé provenant de l’infinitif « HERKENNEN », lui-même construit sur le verbe « KENNEN ».
Ce verbe est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet son radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « N », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison du participe passé.
Rappelons par ailleurs que si un verbe commence par le préfixe « HER- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Rappelons aussi que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« door ons »), à la fin de la phrase. Le REJET de la forme verbale à l’infinitif (« WORDEN ») est par ailleurs engendrée par l’auxiliaire de mode « WILLEN ».
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 15 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 15A - Rajouté le 26/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zou die vrouw het spervuur (hebben) overleefd hebben ? » (« Cette femme aurait-elle survécu au tir de barrage ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « overleefd », participe passé provenant de l’infinitif « overLEVEN », lui-même conjugué sur le verbe « LEVEN », considéré comme « régulier ».
Comme la grande majorité des verbes néerlandais, le verbe « LEVEN » n’est pas affecté par les « temps primitifs » ; son radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « F », on trouvera le « D » majoritaire.
N’oublions pas que si la consonne « V » n’est plus suivie de la voyelle « E », ce « V » se transforme en « F ».
La forme verbale « overleefd » NE contient PAS de « particule séparable » puisque aucun « GE » (préfixe d’une majorité de participes passés) ne s’intercale entre « OVER » et la forme verbale proprement dite.
Rappelons que, aux temps composés (ici, conditionnel passé), le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (ici « het spervuur »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 15 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 14C - Rajouté le 25/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een projectiel treft het gebouw waar de drie mannen zijn opgesloten » (« Un projectile touche le bâtiment où les trois hommes sont enfermés »).
On y trouve notamment la forme verbale « OPgesloten », participe passé provenant de l’infinitif « OPsluiten », lui-même construit sur l’infinitif « SLUITEN », affecté par les « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé « GESLOTEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
Ce verbe « OPsluiten » est aussi dit « à particule séparable » ; quand il est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEsloten ».
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« sinds de vorige dag »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 14 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 14B - Rajouté le 24/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het (…) geschut van de Franse batterijen (…) slaat de cavalerie met grote verliezen terug » (« L’artillerie des batteries françaises refoule la cavalerie avec de grandes = lourdes pertes »).
On y trouve notamment la forme verbale « slaat … TERUG », provenant de l’infinitif « TERUGslaan » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « SLAAN ».
Quand « TERUGslaan » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, et son REJET, derrière les compléments (« de cavalerie » et « met grote verliezen »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 14 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 14A - Rajouté le 23/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De Oostenrijkse cavalerie (…) voert (…) een aanval uit » (« La cavalerie autrichienne effectue une attaque »).
On y trouve notamment la forme verbale « voert … UIT », provenant de l’infinitif « UITvoeren », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « VOEREN ».
Quand « UITvoeren » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « UIT » étant affectée par un REJET, derrière le complément (« een aanval »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 14 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 13D - Rajouté le 22/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb haar meermaals opgemerkt » (« Je l’ai remarquée plus d’une fois »).
On y trouve notamment la forme verbale « OPgemerkt », provenant de l’infinitif « OPmerken » (dit « à particule séparable »), lui-même conjugué sur « MERKEN », considéré comme « régulier ».
Comme la grande majorité des verbes néerlandais, le verbe « MERKEN » n’est pas affecté par les « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera le « T » minoritaire. La forme verbale « opGEmerkt » est bien à « particule séparable » puisque le « GE » du participe passé s’intercale entre la particule « OP » et la forme verbale proprement dite.
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« haar » et « meermaals »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 13 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 13C - Rajouté le 21/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb lang te Solferino verbleven » (« J’ai séjourné longtemps à Solferino »).
On y trouve notamment la forme verbale « VERBLEVEN », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « VERBLIJVEN », lui-même construit sur « BLIJVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que si un verbe commence par le préfixe « VER- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Il faut aussi noter que ce participe passé se construit sur le PLURIEL du prétérit. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
Le participe passé « VERBLEVEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« lang » et « te Solferino »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 13 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 13B - Rajouté le 20/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Op het moment dat de storm losbreekt, worden de Fransen en de Italianen door een spervuur van de Oostenrijkse batterijen teruggeworpen » (« Au moment où l’orage éclate, les Français et les Italiens sont repoussés par un tir de barrage des batteries autrichiennes »).
On y trouve notamment la forme verbale « TERUGgeworpen », participe passé provenant de l’infinitif « TERUGwerpen », lui-même construit sur le verbe « WERPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « TERUGgeworpen » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« door een spervuur van de Oostenrijkse batterijen »), à la fin de la phrase.
Ce verbe «TERUGwerpen » est aussi dit « à particule séparable » ; quand il est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « terugGEworpen ».
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (la phrase subordonnée joue ici ce rôle : « Op het moment dat de storm losbreekt »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « de Fransen en de Italianen ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « worden ») et passant donc derrière lui.
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
Rappelons que si « LOSbreken » ne s’était pas trouvé dans une phrase subordonnée, on aurait plus clairement vu la séparation de la particule « LOS » de la forme verbale proprement dite et elle aurait fait l’objet d’un REJET, derrière le complément, à la fin de la phrase : « De storm breekt op het (dat / dit) moment LOS ».
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 13 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 12C 13A - Rajouté le 19/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Er pakken zich donkere wolken samen » (« Il y a de sombres nuages qui s’amoncèlent » = (« De sombres nuages s’amoncèlent »).
On y trouve notamment la forme verbale « pakken … SAMEN », construite sur le verbe « SAMENpakken » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « PAKKEN ».
Quand « SAMENpakken » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « SAMEN » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« in de hemel »), à la fin de la phrase.
N’oublions pas que le pronom sujet « ER », associé avec n’importe quel verbe, rend la notion de « IL Y A ».
On aurait pu avoir la variante suivante de la phrase : « Donkere wolken pakken zich samen ».
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite d’un montage réalisé par nos soins d’illustrations extraites des pages 12 et 13 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 12B - Rajouté le 18/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Franse en Italiaanse infanteristen slagen erin de vijand tot aan de poorten van Solferino terug te drijven » (« Les fantassins français et italiens réussissent à refouler l’ennemi jusqu’aux portes de Solferino »).
On y trouve l’expression « ERIN SLAGEN » équivalant, en mauvais français, à « réussir DE », et qui engendre un « TE » quand il précède un infinitif comme, ici, « TERUGdrijven ».
« TERUGdrijven » est donc bien un verbe dit à « particule séparable » puisque le « TE » s’intercale entre la particule « TERUG » et l’infinitif « drijven » proprement dit.
Cette expression équivaut à « LUKKEN IN », qui aurait pu donner la phrase alternative : « Het lukt de Franse en Italiaanse infanteristen de vijand tot aan de poorten van Solferino terug te drijven».
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 12 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 12A - Rajouté le 17/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat zou door beide partijen aanvaard moeten worden (aanvaard) » (« Cela devrait être accepté par les deux parties »).
On y trouve notamment la forme verbale « AANvaard », participe passé (utilisé dans le cadre d’un conditionnel) provenant de l’infinitif « AANvaarden », PAS affecté par les « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le verbe « AANvaarden » n’est PAS « à particule séparable » puisque, quand il est conjugué comme participe passé, il n’y a PAS ici séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit.
Identique donc au radical du verbe (= première personne de l’indicatif présent), le participe passé « AANvaard » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« door beide partijen »).
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 12 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 11D - Rajouté le 16/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze slachten elkaar als vee af » (« Ils s’abattent les uns les autres = réciproquement comme du bétail »).
On y trouve notamment la forme verbale « slachten … AF », construite sur le verbe « AFslachten » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « SLACHTEN ».
Quand « AFslachten » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AF » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET (derrière le complément « als vee ») à la fin de la phrase.
N’oublions pas que « ELKAAR » est un pronom RECIPROQUE.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 11 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 11C - Rajouté le 15/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Konden we hier maar uit(gaan) om hen te helpen ! » (« Ah si nous pouvions seulement sortir d’ici pour les aider ! »).
On y trouve notamment la forme verbale « KONDEN », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif (et « AUXILIAIRE de MODE de la capacité) « KUNNEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Notons que ce prétérit rend ici une notion de conditionnel.
N’oublions pas que les verbes comme « KUNNEN » que l’on appelle « auxiliaire de MODE » (les 3 autres étant « MOETEN», « MOGEN » et « WILLEN ») exigent un REJET de l’infinitif, derrière le complément (« hier »), à la fin de la phrase. Quand cet infinitif comprend « GAAN », ce verbe est, dans ces cas-là, souvent sous-entendu.
On pourrait imaginer une autre interprétation qu’un infinitif « UITgaan ». On aurait affaire à « hierUIT » réagissant comme un adverbe pronominal « er … UIT ».
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 11 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 11B - Rajouté le 14/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een wederzijds wantrouwen maakt dat ook de verplegers niet (worden) ontzien worden » (« Une méfiance réciproque fait que les infirmiers sont (eux) aussi pas épargnés = ne sont pas non plus épargnés »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « ontzien », participe passé provenant de l’infinitif « ontzien », lui-même construit sur l’infinitif « ZIEN », affecté par les « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que le participe passé « GEzien » se construit, lui, sur l’INFINITIF. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
Rappelons que si un verbe commence par le préfixe « ONT- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Identique donc à son infinitif, le participe passé « ontzien » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« in het gevecht »), à la fin de la phrase.
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 11 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 10F - Rajouté le 13/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De Fransen laten vele doden en gewonden achter » (« Les Français laissent beaucoup de morts et blessés derrière … eux »).
On y trouve notamment la forme verbale « laten … ACHTER », provenant de l’infinitif « ACHTERlaten » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « LATEN ».
Quand « ACHTERlaten » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « ACHTER » (ancienne préposition) de son infinitif proprement dit, et son REJET, derrière le complément (« vele doden en gewonden »), à la fin de la phrase. On aurait, particulièrement dans ce cas-ci, tendance à faire suivre l’ancienne préposition « ACHTER » d’un complément : « De Fransen laten vele doden en gewonden achter HEN ».
On y trouve également la forme verbale « GEWOND », participé passé (utilisé ici comme nom au pluriel) provenant de l’infinitif « WONDEN ».
Ce verbe « WONDEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet son radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « D », on trouvera le « D » majoritaire mais qui ne sera pas doublé au participe passé puisque déjà présent dans le radical du verbe ou première personne de l’indicatif présent.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 10 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 11A - Rajouté le 12/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Waarom halen de hulpdiensten de gewonden niet weg ? » (« Pourquoi les services d’aide = de secours n’emportent-ils pas les blessés ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « halen … WEG », construite sur le verbe « WEGhalen » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « HALEN ».
Quand « WEGhalen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « WEG » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET (derrière le complément « de gewonden ») à la fin de la phrase.
On y trouve également, utilisé comme nom (au pluriel), la forme verbale « GEWOND », participé passé provenant de l’infinitif « WONDEN ».
Ce verbe « WONDEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet son radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « D », on trouvera le « D » majoritaire mais qui ne sera pas doublé au participe passé puisque déjà présent dans le radical du verbe ou première personne de l’indicatif présent.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 11 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 10D - Rajouté le 11/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Er komen steeds nieuwe bataljons aan » (« Il y a toujours de nouveaux bataillons qui arrivent => Il arrive toujours de nouveaux bataillons »).
On y trouve notamment la forme verbale « komen … AAN », provenant de l’infinitif « aanKOMEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « KOMEN ».
Quand « aanKOMEN » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « AAN » étant affectée par un REJET, derrière le complément éventuel (« op het slagveld »), à la fin de la phrase.
N’oublions pas que si le verbe d’une phrase est précédé de « ER », on a affaire à l’expression « IL Y A ». Cette phrase comporte en quelque sorte 2 (deux) sujets : « ER » et « nieuwe bataljons ».
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 10 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 10E - Rajouté le 10/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Onversaagd zetten de Fransen hun aanval verder » (« Intrépides = sans se décourager, les Français placent leur attaque plus loin = poursuivent leur attaque »).
On y trouve notamment la forme verbale « zetten … verder », qui NE provient PAS d’un verbe « à particule séparable » : « verderzetten » n’existe pas mais « verder » réagit comme une « particule séparable » .
Notons que si le verbe « ONversagen » n’existe pas, son contraire « VERSAGEN » (« reculer », « flancher », « se décourager »), en revanche, donne bien un participe régulier, « VERSAAGD ». L’adjectif (épithète) a donc bien une forme de participe passé (… disparu ? ...).
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« Onversaagd »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « de Fransen ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « zetten ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 10 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 10C - Rajouté le 09/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Gehele bataljons worden door het geschut weggemaaid » (« Des bataillons entiers sont fauchés par l’artillerie »).
On y trouve notamment la forme verbale « WEGgemaaid », provenant de l’infinitif « WEGmaaien » (dit « à particule séparable »), lui-même conjugué sur « MAAIEN », considéré comme « régulier ».
Comme la grande majorité des verbes néerlandais, le verbe « MAAIEN » n’est pas affecté par les « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « i », on trouvera le « D » majoritaire. La forme verbale « wegGEmaaid » est à « particule séparable » puisque le « GE » du participe passé s’intercale entre la particule « WEG » et la forme verbale proprement dite.
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« door het geschut »), à la fin de la phrase.
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 10 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 10B - Rajouté le 08/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De vijand legert op hoger gelegen heuvels » (« L’ennemi campe sur des collines situées plus haut = haut perchées »).
On y trouve notamment la forme verbale « GELEGEN », participe passé provenant de l’infinitif « LIGGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GELEGEN » est ici utilisé comme adjectif épithète.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 10 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 10A - Rajouté le 07/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Al vroeg in de morgen (…) roffelen de trommen om de legers tot de strijd op te roepen » (« Déjà tôt le matin, les tambours sont battus pour mobiliser les armées en vue du combat »).
On y trouve notamment la forme verbale « op … roepen », provenant de l’infinitif « OProepen », dit « à particule séparable », construit sur le verbe « ROEPEN ».
On peut avoir en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit avec, par exemple, comme ici, le « TE » qui s’intercale entre eux.
On y trouve donc, dans une sorte de phrase subordonnée introduite par « OM … TE » (signifiant « POUR » devant les verbes), les compléments (« de legers » et « tot de strijd ») intercalés entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « ROEPEN ».
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« Al vroeg in de morgen »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « de trommen ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « roffelen ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 10 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 9G - Rajouté le 06/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij raken hier niet weg ! » (« Nous ne réussirons pas à sortir d’ici ! »).
Malgré les apparences, on n’a pas affaire dans cette phrase à un verbe dit « à particule séparable » (« WEGraken » signifie par exemple, « « s’évanouir » d’une part ou « s’égarer » d’autre part).
On y trouve donc plutôt une expression similaire à : « We zullen erin niet slagen van hier weg te gaan ! », bien plus longue.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 9 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 9F - Rajouté le 05/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het venster is met deze staven te stevig gesloten » (« La fenêtre est solidement fermée avec ces barreaux »).
On y trouve notamment la forme verbale « gesloten », participe passé provenant de l’infinitif « SLUITEN », affecté par les « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé « GESLOTEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« met deze staven »), à la fin de la phrase.
N’oublions pas que si un mot variable néerlandais se termine par la consonne « -F » (par exemple « STAAF » au singulier »), le fait de rajouter derrière cette consonne (pour former, par exemple, le pluriel) la voyelle « E », fait transformer ce « F » en « V » : « een staaF » => twee « staVen » (sans oublier, dans ce cas d’une double voyelle « AA » précédant la consonne, la disparition d’un des 2 « A »).
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 9 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 9E - Rajouté le 04/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Als het dorp in volledige duisternis ligt, hebben de strijdmachten hun stelling ingenomen » (« Quand le village est dans une complète obscurité, les forces militaires ont pris leur position »).
On y trouve notamment, dans la phrase principale, la forme verbale « inGEnomen », participe passé provenant de l’infinitif « INnemen », lui-même construit sur l’infinitif « NEMEN », affecté par les « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le verbe « INnemen » est dit « à particule séparable » et quand il est conjugué comme participe passé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « inGEnomen ».
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« hun stelling »), à la fin de la phrase.
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (la phrase subordonnée joue ici ce rôle : « Als het dorp in volledige duisternis ligt »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « de strijdmachten ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « hebben ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 9 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 9D - Rajouté le 03/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ondanks het protest worden de drie mannen in een schuurtje dicht bij Solferino opgesloten » (« Malgré la = leur protestation, les trois hommes sont enfermés dans une petite grange près de Solferino »).
On y trouve notamment la forme verbale « OPgesloten », participe passé provenant de l’infinitif « OPsluiten », lui-même construit sur l’infinitif « SLUITEN », affecté par les « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé « GESLOTEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
Ce verbe « OPsluiten » est aussi dit « à particule séparable » ; quand il est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEsloten ».
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« in een schuurtje dicht bij Solferino »), à la fin de la phrase.
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« Ondanks het protest »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « de drie mannen ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « worden ») et passant donc derrière lui.
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 9 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 9C - Rajouté le 02/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ondanks het protest worden de drie mannen weggevoerd » (« Malgré la = leur protestation, les trois hommes sont emmenés »).
On y trouve notamment la forme verbale « WEGgevoerd », provenant de l’infinitif « WEGvoeren » (dit « à particule séparable »), lui-même conjugué sur « VOEREN », considéré comme « régulier ».
Comme la grande majorité des verbes néerlandais, le verbe « VOEREN » n’est pas affecté par les « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire. La forme verbale « wegGEvoerd » est à « particule séparable » puisque le « GE » du participe passé s’intercale entre la particule « WEG » et la forme verbale proprement dite.
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« door de soldaten »), à la fin de la phrase.
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« Ondanks het protest »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « de drie mannen ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « worden ») et passant donc derrière lui.
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 9 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 9B - Rajouté le 01/05/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb het bevel gekregen » (« J’ai reçu l’ordre »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEKREGEN », participe passé utilisé avec un plus-que-parfait, provenant de l’infinitif « KRIJGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé « GEKREGEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« het bevel »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 9 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 9A 7 - Rajouté le 30/04/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De man is overleden » (« L’homme est décédé »).
On y trouve la forme verbale « overLEDEN », participe passé provenant de l’infinitif « overLIJDEN », lui-même construit sur le verbe « LIJDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » (et dont le participe passé est « geLEDEN »).
Le fait que « OVER », dans ce participe passé « overLEDEN », ne soit pas séparé du corps principal du participe passé (« LEDEN ») par un « GE » prouve qu’il ne s’agit PAS d’un verbe à « particule séparable ».
Il est à noter que ce participe passé se construit sur le pluriel du prétérit ou O.V.T. et, dans ce cas-ci, est identique (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
Le participe passé « overLEDEN » fait en principe l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« ondertussen »), à la fin de la phrase : « De man is ondertussen overleden ».
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite d’un montage réalisé par nos soins d’illustrations extraites des pages 9 et 7 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 8C - Rajouté le 29/04/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Morgen breekt de hel in Solferino los ! » (« Demain l’enfer se déchaîne à Solferino ! »).
On y trouve notamment la forme verbale « breekt … LOS », provenant de l’infinitif « LOSbreken », lui-même construit sur le verbe « BREKEN ».
Quand « LOSbreken » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « LOS » de son infinitif proprement dit, et elle fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« in Solferino »), à la fin de la phrase.
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« MORGEN »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « de hel ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « breekt ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 8 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 8B - Rajouté le 28/04/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Onder dit slogan zijn er al veel beest(acht)igheden uitgehaald ! » (« Sous ce slogan, il y a déjà eu beaucoup d’actes bestiaux commis = On a déjà commis beaucoup d’actes bestiaux au nom de ce slogan ! »).
On y trouve notamment la forme verbale la forme verbale « uitGEhaald » (participe passé provenant de l’infinitif « UIThalen », lui-même construit sur le verbe « HALEN », PAS affecté par les « temps primitifs ».
Ce verbe « UIThalen » est donc considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « L », on trouvera le « D » majoritaire. Ce verbe «UIThalen » est aussi dit « à particule séparable » ; quand il est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEhaald ».
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le « complément » (« AL »), à la fin de la phrase.
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« Onder dit slogan »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « ER ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « ZIJN ») et passant donc derrière lui.
Notons que l’on aurait pu avoir une variante d’auxiliaire et cette phrase la voix passive avec « WORDEN » : « Onder dit slogan WERDEN er al veel beest(acht)igheden uitgehaald ! »
Rappelons enfin que les noms se terminant au singulier par le suffixe « -HEID », font un pluriel en « -HEDEN ».
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 8 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 7C 8A - Rajouté le 27/04/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Bemoei je er niet mee ! » (« Ne t’en mêle pas ! »).
Malgré les apparences, on n’a pas affaire dans cette phrase (à l’impératif) à un verbe dit « à particule séparable » (« meebemoeien » n’existe d’ailleurs pas).
On y trouve en fait un adverbe pronominal personnel « séparé » (car séparable ) : « er … MEE ». On aurait pu trouver les variantes suivantes : « Bemoei je niet erMEE ! », « Bemoei je niet daarMEE ! », « Bemoei je DAAR niet mee ! ».
Si l’on parle d’adverbe pronominal, c’est parce que sa partie « PRO-nom » (« ER ») remplace le nom commun (par exemple, « die zaak »). On aurait donc pu avoir la phrase : « Bemoei je MET die zaak niet mee ! »
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite d’un montage réalisé par nos soins d’illustrations extraites des pages 8 et 7 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 7B - Rajouté le 26/04/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat is goed afgelopen » (« Cela s’est bien terminé »).
On y trouve notamment la forme verbale « AFgelopen », participe passé provenant de l’infinitif « AFlopen », lui-même construit sur le verbe « LOPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « AFlopen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AF » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « afGElopen ».
Ce participe passé « afGElopen » fait l’objet d’un REJET, derrière le « complément » (ici « GOED »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 7 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 7A - Rajouté le 25/04/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hoe zal dat aflopen ? » (« Comment cela va-t-il se dérouler ? »).
On y trouve, dans cette question au futur simple, un REJET à la fin de la phrase de l’infinitif « AFlopen », lui-même construit sur le verbe « LOPEN ».
Si « AFlopen » avait été conjugué, cela aurait entraîné une séparation de la particule « AF » de son infinitif proprement dit, et elle aurait fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« dat gevecht »), à la fin de la phrase : « Hoe loopt dat gevecht AF ? ».
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 7 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 6A - Rajouté le 24/04/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (Laten we) Wegwezen of het loopt hier slecht af ! » (« Déguerpissons ou cela va mal se terminer ici ! »).
On y trouve notamment la forme verbale « loopt … AF », provenant de l’infinitif « AFlopen », lui-même construit sur le verbe « LOPEN ».
Quand « AFlopen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AF » de son infinitif proprement dit, et elle fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (ici « hier » et « slecht »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 6 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 5B - Rajouté le 23/04/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Waar bemoeien jullie je mee ? » (« De quoi vous mêlez-vous ? »).
Malgré les apparences, on n’a pas affaire dans cette phrase à un verbe dit « à particule séparable » (« meebemoeien » n’existe d’ailleurs pas).
On y trouve en fait un adverbe pronominal personnel « séparé » (car séparable ) : « waar … MEE ». On aurait pu trouver la variante suivante : « WaarMEE bemoeien jullie je ? ».
Si l’on parle d’adverbe pronominal, c’est parce que sa partie « PRO-nom » remplace le nom commun (par exemple, « zaken »). Rappelons que « WAARMEE » est l’adverbe pronominal résultant de « MET WAT ». On aurait donc pu avoir la phrase : « Met welke / wat voor zaken bemoeien jullie je ? »
Rappelons que l’emploi réfléchi (l’infinitif est « ZICH bemoeien ») du pronom personnel, à la deuxième personne du PLURIEL, est potentiellement double : le « JE », dans ce cas-ci, remplace un deuxième « JULLIE ». On aurait donc pu avoir la phrase : « Waar bemoeien jullie JULLIE mee ? »
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 5 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 4D - Rajouté le 22/04/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De Oostenrijkers hebben zich teruggetrokken » (« Les Autrichiens se sont retirés »).
On y trouve notamment la forme verbale « TERUGgeTROKKEN », participe passé du verbe « TERUGtrekken » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « TREKKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « TERUGtrekken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « terugGEtrokken ».
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« in Solferino »), à la fin de la phrase.
Ouvrons une parenthèse pour donner une solution « mnémotechnique » pour rappeler que l’Est, en néerlandais, est bien « Het Oosten », souvent confondu avec l’autre point cardinal.
Si les Belges se souviennent que Charles-Quint est né à Gand en 1500, quand il avait les pieds dans cette bonne ville et qu’il regardait vers l’Autriche, ce royaume (« dit rijk ») se trouvait bien sur sa droite = vers l’Est. Le mot « Autriche » pouvait donc, aux yeux de Charles-Quint, être son « Royaume de l’Est » …
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 4 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 5A - Rajouté le 21/04/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hebben jullie troepenconcentraties van Fransen en Italianen gezien ? » (« Avez-vous vu des concentrations de troupes de Français et d’Italiens ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « geZIEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’infinitif. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« troepenconcentraties van Fransen en Italianen »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 5 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 4C - Rajouté le 20/04/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Er heeft al een treffen plaatsgehad » (« Il y a déjà eu (lieu) une rencontre = Une rencontre a déjà eu lieu »).
On y trouve notamment la forme verbale « plaats … gehad », V.T.T. (ou passé composé), provenant du verbe « PLAATShebben », dit « à particule séparable », construit sur l’infinitif « HEBBEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il faut aussi noter que ce participe passé « GEHAD » se construit sur le SINGULIER du prétérit. (Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé.)
Le participe passé « (plaats)GEHAD » fait l’objet d’un REJET, normalement derrière le complément (« te Montebello »), à la fin de la phrase.
Le verbe est introduit par le pronom « impersonnel » « ER » qui, suivi exceptionnellement du verbe « HEBBEN », rend la notion de « IL Y A ».
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 4 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN ROBERT EN BERTRAND 35 HEL SOLFERINO 4B - Rajouté le 19/04/2013

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Denk er niet aan ! » (« N’y pense pas ! »).
Malgré les apparences, on n’a pas affaire dans cette phrase à un verbe dit « à particule séparable » (« aandenken » n’existe d’ailleurs pas).
On y trouve en fait un adverbe pronominal personnel « séparé » (car séparable ) : « ER … AAN ». On aurait pu trouver, à l’impératif, les variantes suivantes : « Denk niet ERaan ! », « Denk niet DAARaan ! » ; « Denk DAAR niet aan ! ».
Si l’on parle d’adverbe pronominal, c’est parce que sa partie « PRO-nom » remplace le nom commun (par exemple, « het idee »). On aurait dès lors pu avoir la variante : « Denk niet AAN dat idee ! ». Donc « erAAN » remplace bien « AAN dat idee ».
La version néerlandophone de « ROBERT en BERTRAND », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 4 dans « De hel van Solferino », le volume N°35 de la série « ROBERT en BERTRAND ».
Willy VANDERSTEEN, dessinateur, et Ronald Grossey, scénariste, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1980-2013.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

First  Previous  1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29  30  31  32  33  34  35  36  37  38  39  40  41  42  43  44  45  46  47  48  49  50  51  52  53  54  55  56  57  58  59  60  61  62  63  64  65  66  67  Next  Last  

Sous-menu

Liens rapides

Recherche

Entrez un mot clé:

Rubrique hasard

Liste Ides Et Autres

Image au hasard

Image au hasard
tiré de l'oeuvre de Franquin

Crédits