IDESETAUTRES.be

Téléchargements

Si vous êtes satisfait(e) de ce que vous avez téléchargé, ayez la gentillesse de verser ne fût-ce que 1 (un) EURO symbolique sur le compte bancaire de l'ONG humanitaire de votre choix, avec la communication www.idesetautres.be.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 22C - Rajouté le 27/01/2016

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « In de savannah staan enkele olifanten, die met opgeheven slurf zenuwachtig de omtrek afsnuiven» (« Dans la savane se trouvent quelques éléphants qui, la trompe dressée, reniflent nerveusement les environs »).
On y trouve notamment la forme verbale « OPgeheven », participe passé utilisé ici comme adjectif épithète, provenant de l’infinitif « opHEVEN » (qui n’existe apparemment plus), verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « HEVEN » (qui n’existe apparemment plus), qui faisait apparemment l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « OPheven » était conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraînait en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEheven ».
Dans la phrase subordonnée relative (introduite par « DIE »), on trouve la forme verbale « afsnuiven », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « SNUIVEN ». Si on ne s’était pas trouvé dans une phrase subordonnée, on aurait mieux vu le REJET de la particule séparable « AF », derrière les compléments, à la fin de la phrase : « De olifanten snuiven de omtrek met opgeheven slurf zenuwachtig AF ».
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« In de savannah »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « enkele olifanten ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « staan ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 22 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2016.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : ZIJ BEZOEKT EEN MODETENTOONSTELLING - Rajouté le 27/01/2016

Description : « Zij bezoekt een modetentoonstelling » (« Elle vlsite une exposition de mode »), une « carte » (recto-verso), fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« het huis / de kleren »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Rappelons que le mot le plus long de la langue néerlandaise serait : « HotentottenTENTENtentoonstellingen », en l’occurrence « expositionS de tentes d’HottentotS ». Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2016 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 22B - Rajouté le 26/01/2016

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Als hij (Mgono) zijn speer terugtrekt is het dier uit zijn lijden verlost » (« Quand il retire sa lance, l’animal est délivré de sa souffrance »).
Dans la phrase subordonnée relative (introduite par « ALS »), on trouve la forme verbale « TERUGtrekt », provenant du verbe « TERUGtrekken » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « TREKKEN ». Si on ne s’était pas trouvé dans une phrase subordonnée, on aurait mieux vu le REJET de la particule séparable « TERUG », derrière le complément (« zijn speer »), à la fin de la phrase : « Hij trekt zijn speer TERUG ».
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (la phrase subordonnée « Als hij zijn speer terugtrekt » joue ici ce rôle), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « het dier ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « IS ») et passant donc derrière lui.
On y trouve également, dans la phrase principale, la forme verbale « VERlost », participe passé provenant de l’infinitif « VERlossen ».
Ce verbe « VERlossen » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « S », on trouvera comme terminaison du participe passé le « T » minoritaire.
Rappelons par ailleurs que si un verbe commence par le préfixe « VER- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Le participe passé « VERlost » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« uit zijn lijden »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 22 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2016.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : ZIJ IS MET SIMON IN HET MUSEUM - Rajouté le 26/01/2016

Description : « Zij is met Simon in het museum » (« EIle est avec Simon dans le musée »), une « carte » (recto-verso), fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« de stad / het huis »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
N’oubliez pas que les noms communs qui viennent de mots latins, comme « museum », feront un pluriel en « -A » : « de musea ».
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2016 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 22A - Rajouté le 25/01/2016

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Met zijn laatste krachten valt de aap aan » (« Avec ses dernières forces, le singe attaque »).
On y trouve notamment la forme verbale « valt … AAN », O.T.T. (ou « présent ») provenant de l’infinitif « AANvallen » (dit « à particule séparable »), lui-même construit sur le verbe « VALLEN ».
Quand « AANvallen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit et elle fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« zijn tegenstander »), à la fin de la première phrase.
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« Met zijn laatste krachten »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « de aap ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « valt ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 22 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2016.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : ZE ZITTEN OP EEN TERRASJE - Rajouté le 25/01/2016

Description : « Ze zitten op een terrasJE » (« Ils sont assis à une petite terrasse »), une « carte » (recto-verso), fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« het huis / de kleren »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Notez que la préposition française « à » est souvent rendue en néerlandais par « OP » (équivalent de « sur »). C’est ainsi que l’on dira, par exemple : « De leerlingen zijn OP school » (« Les élèves sont à l’école ») ; « Hun klas ligt / staat OP de eerste verdieping » (« Leur classe se situe au premier étage »).
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2016 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 21N - Rajouté le 24/01/2016

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De gewonde baviaan is uitgeput en wacht met opengesperde muil zijn opvolger op » (« Le babouin blessé est épuisé et attend son poursuivant, la gueule écartée = béante »).
On y trouve notamment, dans la première phrase, la forme verbale « gewond », participe passé (utilisé ici comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif « wonden ».
Ce verbe « WONDEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « D », on trouvera, de toutes façons, comme terminaison du participe passé le « D » majoritaire.
On y trouve également la forme verbale « UITgeput », participe passé construit sur l’infinitif « UITputten », lui-même construit sur le verbe « PUTTEN ».
Ce verbe « UITputten » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « T », on devrait trouver un « T », à la fin du participe passé (au lieu du « D », majoritaire) mais, comme il y en a déjà un, on ne le double pas au V.T.T. (mais bien à l‘O.V.T.).
Ce verbe « UITputten » est aussi dit « à particule séparable » ; quand il est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEput ».
On y trouve, dans la deuxième phrase, la forme verbale « OPENgesperd », participe passé (utilisé ici comme adjectif épithète) construit sur le verbe « OPENsperren » dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « SPERREN ».
Ce verbe « SPERREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « R », on trouvera, bien sûr, un « D », majoritaire comme terminaison au participe passé.
Quand « OPENsperren » est conjugué, comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OPEN » (ancien adjectif) de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « openGEsperd ».
On y trouve enfin, dans la deuxième phrase, la forme verbale « wacht … OP », construite sur le verbe « OPwachten » dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « WACHTEN ».
Quand « OPwachten » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« met opengesperde muil » et « zijn opvolger »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 21 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : ZE GAAN NAAR HET STATION - Rajouté le 24/01/2016

Description : « Ze gaan naar het station » (« Ils vont vers = à la gare »), une « carte » (recto-verso), fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« De stad / het station »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Notez que trois verbes néerlandais sont systématiquement suivis de la préposition « NAAR » : « GAAN », « KIJKEN » (« regarder vers » = « tourner les yeux VERS ») et « LUISTEREN » (« écouter » = « tendre l’oreille VERS »).
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2016 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 21M - Rajouté le 23/01/2016

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Voorzichtig dringt hij (Mgono) het dichte struikgewas in » (« Prudemment, il pénètre dans les épais buissons = fourrés »).
On y trouve notamment la forme verbale « dringt … IN », construite sur le verbe « INdringen » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « DRINGEN ».
Quand « INdringen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le complément (« het dichte struikgewas ») à la fin de la phrase.
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« Voorzichtig »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « HIJ ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « dringt ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 21 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : ZIJ BEKIJKT HET STANDBEELD - Rajouté le 23/01/2016

Description : « Zij bekijkt (= zij kijkt NAAR) het standbeeld » (« Elle regarde une statue »), une « carte » (recto-verso), fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« De stad / het museum »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
A titre de curiosité, signalons que « het beeld » correspond à « l’image » (en deux dimensions). « Het standbeeld » est, dès lors, en quelque sorte « l’image qui est debout » (< « STAAN ») et en trois dimensions …
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2016 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 21L - Rajouté le 22/01/2016

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij heeft zich in de struiken verborgen » (« Il s’est caché dans les buissons »).
On y trouve notamment la forme verbale « VERBORGEN », participe passé (utilisé ici comme une sorte d’adjectif attribut) provenant de l’infinitif « VERBERGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que si un verbe commence par le préfixe « VER- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Il faut aussi noter que ce participe passé se construit sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Ce participe passé « verborgen » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« in de struiken ») à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 21 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : HIJ RIJDT OP DE SCOOTER - Rajouté le 22/01/2016

Description : « Hij rijdt op de scooter (bromfiets) » (« Il roule sur la moto »), une « carte » (recto-verso), fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« de stad / de verkeersmiddelen »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2016 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 21K - Rajouté le 21/01/2016

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij kon vast niet meer klimmen » (« Il ne pouvait certainement plus grimper »).
On y trouve notamment la forme verbale « KON », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif (et « AUXILIAIRE de MODE de la capacité) « KUNNEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
N’oublions pas que « KUNNEN », comme les autres « auxiliaires de mode » (« MOETEN», « MOGEN » ou « WILLEN ») exige le REJET, derrière les compléments (ici « vast » et « niet meer »), de l’autre verbe à l’infinitif (ici « KLIMMEN ») à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 21 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : HIJ RIJDT AUTO - Rajouté le 21/01/2016

Description : « Hij rijdt (met een) auto (wagen) » (« Il roule avec une voiture »), une « carte » (recto-verso), fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« het huis / de kleren »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
La langue néerlandaise a tendance à évoluer vers la simplification, renonçant parfois aux prépositions, etc. Dans l’exemple proposé ici, elle a remplacé le complément « met een auto » en fabriquant le verbe « autoRIJDEN » où le nom commun « auto » réagit comme une « particule séparable » (souvent une préposition) et fait l’objet d’un rejet à la fin de la phrase.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2016 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 21J - Rajouté le 20/01/2016

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij moet erg geraakt zijn » (« Il doit être gravement blessé »).
On y trouve notamment la forme verbale « geraakt », participe passé construit sur le verbe « RAKEN », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le verbe « RAKEN » est donc considéré comme « régulier » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera comme terminaison du participe passé un « T » (au lieu du « D » majoritaire).
Le participe passé « geraakt » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« ERG »), à la fin de la phrase.
N’oublions pas que « MOETEN », comme les autres « auxiliaires de mode » (« KUNNEN », « MOGEN » ou « WILLEN ») exige le REJET, derrière le complément (ici « ERG »), de l’autre verbe à l’infinitif (ici « ZIJN ») également à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 21 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : HIJ ZOEFT OP ZIJN SKATE BOARD VOORBIJ - Rajouté le 20/01/2016

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij zoeft op zijn skate board voorbij » (« Il passe devant nous à toute vitesse sur son skate board »).
On y trouve notamment, la forme verbale « zoeft … VOORBIJ », provenant du verbe « VOORBIJzoeven » (dit « à particule séparable »), lui-même construit sur l’infinitif « ZOEVEN ».
La particule séparable « VOORBIJ » fait l’objet d’un REJET derrière le complément (« op zijn skate board »), à la fin de la phrase.
Rappelons que, si en langue néerlandaise, un « E » disparaît derrière un « V », ce dernier a tendance à se transformer en « F » : « zoeVen » - « E » => « zoeF ». Pour complément d’information, consultez par exemple « La formation du radical des verbes » (point 3) :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=radVerbes
La « carte » (recto-verso) fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« de stad / de buurt »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2016 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : PAYRO TOVENAAR VAN AMEL 1926 - Rajouté le 19/01/2016

Description : Roberto J. PAYRO (1867-1928) werkte als Argentijnse journalist van La Nación in België, tussen 1909 en 1923. De tekst « El hechicero de Amel » (« Cuento popular belga ») werd, eerst, op 2 mei 1926 in La Nación van Buenos Aires uitgegeven. Dat is het derde verhaal met Gilles Pafflard.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 21I - Rajouté le 19/01/2016

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij kon (ons niet) ontsnappen » (« Il pouvait s’échapper »).
On y trouve notamment la forme verbale « KON », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif (et « AUXILIAIRE de MODE de la capacité) « KUNNEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
N’oublions pas que « KUNNEN », comme les autres « auxiliaires de mode » (« MOETEN», « MOGEN » ou « WILLEN ») exige le REJET, derrière le complément éventuel (« ons »), de l’autre verbe à l’infinitif (ici « ONTSNAPPEN ») à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 21 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DE BUREN ZIJN DE MENSEN DIE NAAST JE WONEN - Rajouté le 19/01/2016

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De buren zijn de mensen die naast je wonen » (« Les voisins sont les gens qui habitent à côté de chez toi »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée relative (introduite par « DIE »), la forme verbale « wonen », faisant l’objet d’un REJET derrière le complément (« naast je »), à la fin de la phrase.
Dans une phrase « normale », on aurait eu : « De / die mensen wonen naast je ».
La « carte » (recto-verso) fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« de stad / de buurt »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2016 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 21H - Rajouté le 18/01/2016

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb het dier alleen gewond » (« Je n’ai que blessé l’animal = J’ai seulement blessé l’animal»).
On y trouve notamment la forme verbale « gewond », participe passé provenant de l’infinitif « wonden ».
Ce verbe « WONDEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « D », on trouvera, de toutes façons, comme terminaison du participe passé le « D » majoritaire.
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (ici « het dier » et « alleen »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 21 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DE AUTOS STOPPEN ALS HET STOPLICHT OP ROOD STAAT - Rajouté le 18/01/2016

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De auto’s stoppen als het stoplicht op (het) rood staat » (« Les automobiles s’arrêtent quand / si le feu de signalisation se trouve sur le rouge »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée (introduite par « ALS »), la forme verbale « staat », faisant l’objet d’un REJET derrière le complément (« op rood »), à la fin de la phrase.
Rappelons que, en langue néerlandaise, la forme verbale (ici « staat ») de la phrase subordonnée ne se trouve plus à côté du sujet (ici « het stoplicht »), contrairement à la phrase « normale » : « Het stoplicht staat op rood ».
La « carte » (recto-verso) fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« de stad / op straat »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2016 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DE AUTOS STOPPEN ALS HET STOPLICHT OP ROOD STAAT - Rajouté le 18/01/2016

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De auto’s stoppen als het stoplicht op (het) rood staat » (« Les automobiles s’arrêtent quand / si le feu de signalisation se trouve sur le rouge »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée (introduite par « ALS »), la forme verbale « staat », faisant l’objet d’un REJET derrière le complément (« op rood »), à la fin de la phrase.
Rappelons que, en langue néerlandaise, la forme verbale (ici « staat ») de la phrase subordonnée ne se trouve plus à côté du sujet (ici « het stoplicht »), contrairement à la phrase « normale » : « Het stoplicht staat op rood ».
La « carte » (recto-verso) fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« de stad / op straat »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2016 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 21G - Rajouté le 17/01/2016

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Heb je het dier gedood ? » (« As-tu tué l’animal ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEDOOD », participe passé provenant de l’infinitif « DODEN ».
Ce verbe « DODEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet son radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « D », on trouvera le « D » majoritaire mais qui ne sera pas doublé au participe passé puisque déjà présent dans le radical du verbe ou première personne de l’indicatif présent.
Le participe passé « GEDOOD » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« het dier »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 21 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : HIJ GOOIT DE TANK VAN ZIJN AUTO VOL - Rajouté le 17/01/2016

Description : « Hij gooit de tank van zijn auto vol » (« Il jette plein (d’essence) dans le réservoir de son auto = Il remplit le réservoir de son auto »), une « carte » (recto-verso), fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« de stad / het verkeer »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
On y trouve notamment la forme verbale « gooit … VOL », construite sur le verbe « VOLgooien » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « GOOIEN ».
Quand « VOLgooien » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « VOL » (ancien adjectif) de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le complément (« de tank van zijn auto »), à la fin de la phrase.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2016 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 21F - Rajouté le 16/01/2016

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik moest wel vuren » (« Je devais bien faire feu = tirer »).
On y trouve notamment la forme verbale « MOEST », O.V.T. (ou prétérit), provenant du verbe « MOETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
N’oublions pas que « MOETEN », comme les autres « auxiliaires de mode » (« KUNNEN », « MOGEN » ou « WILLEN ») exige le REJET, derrière le complément (ici « WEL »), de l’autre verbe à l’infinitif (ici « VUREN ») à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 21 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : ZIJ KLEEDT HAAR POP AAN - Rajouté le 16/01/2016

Description : « Zij kleedt haar pop aan » (« Elle habille sa poupée »), une « carte » (recto-verso), fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« het huis / de spelletjes »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
On y trouve notamment la forme verbale « kleedt … AAN », construite sur le verbe « AANkleden » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « KLEDEN ».
Quand « AANkleden » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le complément (« haar pop »), à la fin de la phrase.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2016 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : EEN RICHTINGBORD GEEFT DE RICHTING AAN - Rajouté le 15/01/2016

Description : « Een richtingbord geeft de richting aan » (« Un panneau indicateur de direction indique la direction »), une « carte » (recto-verso), fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« de stad / het verkeer »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
On y trouve notamment la forme verbale « geeft … AAN », construite sur le verbe « AANgeven » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « GEVEN ».
Quand « AANgeven » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le complément (« de richting »), à la fin de la phrase.
Rappelons que, si en langue néerlandaise, un « E » disparaît derrière un « V », ce dernier a tendance à se transformer en « F » : « geVen » - « E » => « geeF », le deuxième « E » devant le « F » apparaissant pour continuer à rendre le son « é » entendu dans la première syllabe de l’infinitif. Pour complément d’information, consultez par exemple « La formation du radical des verbes » (point 3) :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=radVerbes
Pour la prononciation du verbe « GEVEN », surtout au pluriel du présent (OTT), consultez :
http://idesetautres.be/upload/DONNER%20GEVEN%20GIVE%20DAR.zip
Vous verrez, en contexte, comment s’écrit ce que vous entendez (MP3).
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2016 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 21E - Rajouté le 15/01/2016

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een man werd in zijn schouder gebeten » (« Un homme fut mordu dans / à son épaule »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEBETEN », participe passé provenant de l’infinitif « BIJTEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé « GEBETEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (ici « in zijn schouder »), à la fin de la phrase.
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 21 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 21D - Rajouté le 14/01/2016

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Bij het houthakken kwamen de mannen een bende bavianen tegen» (« Lors de l’abattage d’arbres = en coupant du bois, les hommes rencontrèrent une bande de babouins »).
On y trouve notamment la forme verbale « kwamen … TEGEN» au prétérit, provenant de l’infinitif « TEGENkomen » (dit à « particule séparable »), construit sur le verbe « KOMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
La « particule séparable » « TEGEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« een bende bavianen »), à la fin de la phrase.
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« Bij het houthakken »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « de mannen ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « kwamen ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 21 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DE ACTEUR GEEFT ZIJN HANDTEKENING AAN SUZY - Rajouté le 14/01/2016

Description : « De acteur geeft zijn handtekening aan Suzy » (« L’acteur donne sa signature à Suzy »), une « carte » (recto-verso), fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« de stad / het verkeer »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Rappelons que, si en langue néerlandaise, un « E » disparaît derrière un « V », ce dernier a tendance à se transformer en « F » : « geVen » - « E » => « geeF », le deuxième « E » devant le « F » apparaissant pour continuer à rendre le son « é » entendu dans la première syllabe de l’infinitif. Pour complément d’information, consultez par exemple « La formation du radical des verbes » (point 3) :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=radVerbes
Pour la prononciation du verbe « GEVEN », surtout au pluriel du présent (OTT), consultez :
http://idesetautres.be/upload/DONNER%20GEVEN%20GIVE%20DAR.zip
Vous verrez, en contexte, comment s’écrit ce que vous entendez (MP3).
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2016 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 21C - Rajouté le 13/01/2016

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wat is hier gebeurd ? » (« Que s’est-il passé ici ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEBEURD », participe passé provenant de l’infinitif « GEBEUREN », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Ce verbe « GEBEUREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) ; il ne fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet son radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire.
Rappelons par ailleurs que si un verbe commence déjà par le préfixe « GE- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Le participe passé « GEBEURD » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« hier » ), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 21 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DE POLITIEAGENT HEEFT EEN FLUIT - Rajouté le 13/01/2016

Description : « De politieagent heeft een fluit » (« L’agent de police a un siffllet »), une « carte » (recto-verso), fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« de stad / het verkeer »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Rappelons que la forme verbale de la troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe « HEBBEN » est la seule à connaître « par cœur » puisqu’elle (« HEEFT ») n’est pas construite sur le radical (ou première personne du singulier), en l’occurrence. On enlève des lettres en partant de la droite de l’INFINITIF : « HEBBEN » - « -EN » - « B » (lettre double) => « HEB » (ne comportant qu’1 « E » et pas de « F ») …
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2015 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 21B - Rajouté le 12/01/2016

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « In aller ijl rijden ze terug » (« En toute hâte, ils reviennent en voiture »).
On y trouve notamment la forme verbale « rijden … TERUG », provenant de l’infinitif « TERUGrijden », verbe à « particule séparable », lui-même construit sur « RIJDEN ».
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« In aller ijl »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « ZE ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « rijden ») et passant donc derrière lui.
Quand ce verbe « TERUGrijden » est conjugué, dans une phrase « normale », la particule « TERUG » se sépare donc de l’infinitif « RIJDEN » proprement dit et fait normalement l’objet d’un REJET, derrière le complément (« In aller ijl »), à la fin de la phrase : « Ze rijden in aller ijl terug ».
Cette particule « TERUG » est très fréquente en néerlandais puisqu’elle correspond au préfixe « RE- » (exemple : RE-venir), rendant donc la notion de RETOUR.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 21 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : ZE ZIJN IN HET MUSEUM - Rajouté le 12/01/2016

Description : « Ze zijn in het museum » (« Ils sont dans le musée »), une « carte » (recto-verso), fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« de stad »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2016 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 21A - Rajouté le 11/01/2016

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze zijn aanvaard » (« Ils sont acceptés »).
On y trouve notamment la forme verbale « AANvaard », participe passé provenant de l’infinitif « AANvaarden », PAS affecté par les « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le verbe « AANvaarden » n’est PAS « à particule séparable » puisque, quand il est conjugué comme participe passé, il n’y a PAS ici séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit.
Identique donc au radical du verbe (= première personne de l’indicatif présent), le participe passé « AANvaard » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« door de andere nijlpaarden »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 21 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : ZIJ LEGT DE PICKNICK OP DE HOUTEN TAFEL - Rajouté le 11/01/2016

Description : « Zij legt de picknick op de houten tafel » (« Elle place – en position couchée – le pique-nique sur la table en bois »), une « carte » (recto-verso), fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« het eten »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Notez que le verbe « LEGGEN » est l’équivalent actif du verbe « LIGGEN ».
Signalons que les adjectifs relatifs aux matières (comme le « bois ») se termine exceptionnellement par « -EN » ; pour s’en souvenir, si on est francophone, on pourrait se dire que le « EN » précédant la matière en français (« EN bois ») passe en néerlandais à la fin de l’adjectif : « houtEN ».
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2015 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 20F - Rajouté le 10/01/2016

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een grote bul komt de pas aangekomen familie de grenzen van zijn territorium duidelijk maken » (« Un grand = gros mâle vient indiquer clairement les limites de son territoire à la famille à peine arrivée = qui vient d’arriver »).
On y trouve notamment la forme verbale « AANgeKOMEN », participe passé (utilisé ici comme adjectif épithète) du verbe « AANkomen » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « KOMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « AANkomen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEkomen ».
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 20 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : ZIJ LIGT IN HET ZIEKENHUIS - Rajouté le 10/01/2016

Description : « Zij ligt in het ziekenhuis » (« Elle est couchée dans la maison des malades = l’hôpital »), une « carte » (recto-verso), fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« de gezondheid »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Notez que le verbe « LIGGEN » est l’équivalent passif du verbe « LEGGEN ».
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2015 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 20E - Rajouté le 09/01/2016

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij is van zijn lastposten verlost » (« Il est délivré = libéré de ses importuns = gêneurs »).
On y trouve notamment la forme verbale « VERlost », participe passé provenant de l’infinitif « VERlossen ».
Ce verbe « VERlossen » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « S », on trouvera comme terminaison du participe passé le « T » minoritaire.
Rappelons par ailleurs que si un verbe commence par le préfixe « VER- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Le participe passé « VERlost » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« van zijn lastposten »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 20 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : ZIJ IS DITCHBIJ - ZIJ IS VER VAN - Rajouté le 09/01/2016

Description : Pour les contraires « DITCHTBIJ » et « VER van », une double « carte » (recto-verso) (« Zij is dichtbij – zij is ver van » = « Elle est tout près – elle est loin de ») fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« tegengestelden »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2016 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 20D - Rajouté le 08/01/2016

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Vrij gelaten rent het jong dadelijk naar zijn ouders » (« Laissé libre = rendu à la liberté, le jeune court tout de suite vers ses parents »).
On y trouve notamment la forme verbale « GELATEN », participe passé (utilisé ici comme une sorte d’adjectif attribut) provenant de l’infinitif « LATEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé « GELATEN » se construit sur l’INFINITIF. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément («Vrij gelaten »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « het jong ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « rent ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 20 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DE PIRATEN GRAVEN HUN SCHAT OP - BEGRAVEN HUN SCHAT - Rajouté le 08/01/2016

Description : Pour les contraires « opGRAVEN » et « BEGRAVEN », une double « carte » (recto-verso) (« De piraten graven hun schat op – begraven hun schat » = « Les pirates déterrent leur trésor – enterrent leur trésor ») fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« tegengestelden »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
On y trouve notamment, dans « De piraten graven hun schat op » la forme verbale « graven … OP », construite sur le verbe « OPgraven » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « GRAVEN ».
Quand « OPgraven » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le complément (« hun schat »), à la fin de la phrase.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2016 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 20C - Rajouté le 07/01/2016

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Als ze door de kudde opgenomen worden, keren ze niet meer terug » (« S’ils sont adoptés par le troupeau, ils ne retourneront plus »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée (introduite par « ALS »), la forme verbale « « OPgenomen », V.T.T. (ou participe passé) provenant de l’infinitif « opNEMEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « OPnemen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEnomen ».
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
Le participe passé « opGEnomen » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« door de kudde »), à la fin de la phrase subordonnée.
On y trouve également, dans la phrase principale, la forme verbale « keren … TERUG », provenant de l’infinitif « TERUGkeren », verbe dit « à particule séparable ».
Quand « TERUGkeren » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule « TERUG » étant affectée par un REJET, derrière le complément (« niet meer »), à la fin de la phrase principale.
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (la phrase subordonnée « Als ze door de kudde opgenomen worden » joue ici ce rôle), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (« ZE ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « keren ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 20 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : HIJ GRAAFT EEN KUIL - ZIJ GOOIT DE KUIL DICHT - Rajouté le 07/01/2016

Description : Pour les contraires « GRAVEN » et « dichtGOOIEN », une double « carte » (recto-verso) (« Hij graaft een kuil – Zij gooit de kuil dicht » = « Il creuse un trou – Elle rebouche le trou < Elle jette du sable en refermant le trou ») fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« tegengestelden »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2016 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 20B - Rajouté le 06/01/2016

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Op hun korte poten waggelen de ouders achter de wagen (aan) die hun gillend jong meevoert » (« Les parents se dandinent sur leurs courtes pattes derrière la voiture qui emporte leur jeune beuglant »).
On y trouve notamment, dans la phrase principale, la forme verbale « waggelen … AAN », indicatif ou O.T.T. provenant de l’infinitif « AANwaggelen » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « WAGGELEN ».
Quand « AANwaggelen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit et elle fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« achter de wagen »), à la fin de la phrase principale.
N’oublions pas que le participe présent (utilisé ici comme adjectif épithète) en néerlandais se construit en ajoutant simplement un « D » à l’infinitif : « GILLEN » => « gillenD ».
On y trouve également, dans la phrase subordonnée relative (introduite par « DIE »), la forme verbale « MEEvoert », provenant de l’infinitif « MEEvoeren », conjugué lui-même sur « VOEREN ».
Quand « MEEvoeren » est conjugué, cela entraîne normalement en néerlandais (mais pas dans une phrase subordonnée) une séparation de la particule « MEE » de son infinitif proprement dit, la particule « MEE » étant affectée par un REJET, derrière le complément (ici « hun gillend jong »), à la fin de la phrase : « de wagen voert hun gillend jong MEE ».
Rappelons enfin que la particule « MEE » provient de la préposition « MET ».
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 20 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : JE LACHT ALS JE BLIJ BENT - JE HUILT ALS JE VERDRIETIG BENT - Rajouté le 06/01/2016

Description : Pour les contraires « LACHEN => BLIJ » et « HUILEN => VERDRIETIG », une double « carte » (recto-verso) (« Je lacht als je blij bent – Je huilt als je verdrietig bent » = « Tu ris quand tu es gai – Tu pleures quand tu es triste ») fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« tegengestelden »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2016 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 20A - Rajouté le 05/01/2016

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Nu vlug (hem) op de wagen binden voor (voordat) de ouders ingrijpen » (« Maintenant vite le ligoter sur la voiture avant que les parents interviennent »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée (introduite par « VOOR »), la forme verbale « INgrijpen », provenant de l’infinitif « INgrijpen », conjugué lui-même sur « GRIJPEN ».
Quand « INgrijpen » est conjugué, cela entraîne normalement en néerlandais (mais pas dans une phrase subordonnée) une séparation de la particule « IN » de son infinitif proprement dit, la particule « IN » étant affectée par un REJET, derrière le complément éventuel (ici « tegen ons »), à la fin de la phrase : « de ouders grijpen tegen ons IN ».
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 20 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : EEN VAAS MET OF ZONDER BLOEMEN - Rajouté le 05/01/2016

Description : Pour les contraires « MET » et « ZONDER », une double « carte » (recto-verso) (« Een vaas met – zonder bloemen » = « Un vase avec – sans fleurs ») fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« tegengestelden »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2016 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 19E - Rajouté le 04/01/2016

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zijn rantsoen waterplanten zal hij al verorberd hebben (verorberd) » (« Il aura déjà savouré sa ration de plantes d’eau = aquatiques »).
On y trouve notamment la forme verbale « verorberD », participe passé (utilisé ici au futur antérieur) provenant de l’infinitif « verorberen ».
Ce verbe « verorberen » est, lui, donc bien considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est PAS affecté par les « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison au participe passé.
Rappelons que si un verbe commence, par exemple, par le préfixe « VER- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Ce participe passé « VERORBERD » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« AL »), à la fin de la phrase. C’est peut-être plus évident dans cette variante au passé composé : « Hij heeft zijn rantsoen waterplanten al verorberd ».
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 19 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : ZE GAAN OP VAKANTIE - ZE KOMEN VAN VAKANTIE TERUG - Rajouté le 04/01/2016

Description : « Ze gaan (vertrekken) op vakantie – ze komen van vakantie terug » (« Ils vont / partent en vacances » - ils reviennent de vacances »). Pour ces « contraires », une double « carte » (recto-verso) fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« tegengestelden »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
On trouve ici notamment la forme verbale « komen … TERUG », provenant du verbe « TERUGkomen » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « KOMEN ».
Quand « TERUGkomen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit et son REJET, derrière les complément (« van vakantie »), à la fin de la phrase.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2016 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 19D - Rajouté le 03/01/2016

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zodra de schemering intreedt gaan ze het binnenland (in)grazen » (« Dès que le crépuscule entre en scène, ils vont brouter l’intérieur des terres »).
Si on ne s’était pas trouvé dans une phrase subordonnée (introduite par « Zodra »), on aurait eu la forme verbale « treedt … IN », provenant de l’infinitif « INtreden » (dit « à particule séparable »), lui-même construit sur le verbe « TREDEN », et la « particule séparable » « IN » aurait fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« aan het einde van de dag »), à la fin de la phrase : « De schemering treedt IN »..
On aurait de même pu avoir la forme verbale « grazen … IN », provenant de l’infinitif « INgrazen » (dit « à particule séparable »), lui-même construit sur le verbe « GRAZEN », et la « particule séparable » « IN » aurait fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« het binnenland »), à la fin de la phrase principale : « Ze grazen het binnenland IN ».
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 19 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DE LAAN IS BREED - DE STRAAT IS SMAL - Rajouté le 03/01/2016

Description : « De laan is breed – de straat is smal » (« L’avenue est large » - la rue est étroite »). Pour les contraires « BREED » et « SMAL », une double « carte » (recto-verso) fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« tegengestelden »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2016 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 19C - Rajouté le 02/01/2016

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Nijlpaarden doodmaken (dat) is verboden » (« Tuer des hippopotames est interdit »).
On y trouve notamment la forme verbale « VERboden », participe passé provenant du verbe « VERbieden », lui-même construit sur l’infinitif « BIEDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé se construit sur le PLURIEL du prétérit ou O.V.T. et, dans ce cas-ci, est même identique Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons en effet que si un verbe commence, par exemple, par le préfixe « VER- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Le participe passé « verboden » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« door de wet »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 19 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : HIJ IS BENEDEN - BOVEN - Rajouté le 02/01/2016

Description : Pour les contraires « BENEDEN » et « BOVEN », une double « carte » (recto-verso) fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« tegengestelden »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2016 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 19B - Rajouté le 01/01/2016

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Waarom vallen nijlpaarden (ze) koeien aan ? » (« Pourquoi des hippopotames attaquent-ils des vaches ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « vallen … AAN », indicatif ou O.T.T. provenant de l’infinitif « AANvallen » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « VALLEN ».
Quand « AANvallen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit et elle fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« koeien »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 19 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2016.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DE STOFZUIGER IS AAN OF UIT - Rajouté le 01/01/2016

Description : « De stofzuiger is aan OF uit » = « L’aspirateur est branché OU débranché ». Pour les contraires « AAN » (ancienne préposition indiquant qu’un appareillage est « allumé ») et « UIT » (« ancienne préposition indiquant qu’un appareillage est plutôt « éteint ou débranché»), une double « carte » (recto-verso) fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« tegengestelden »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2016 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 19A - Rajouté le 31/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Reeds werden koeien (door nijlpaarden) aangevallen » (« Des vaches ont déjà été attaquées »).
On y trouve notamment la forme verbale « AANgevallen », participe passé provenant de l’infinitif « AANvallen », lui-même construit sur l’infinitif « VALLEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « AANvallen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEvallen ».
Il y a REJET de la forme verbale « AANgevallen » à la fin de la phrase, derrière le complément éventuel (« door nijlpaarden »).
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« Reeds »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « koeien ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « werden ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 19 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DE METSELAAR BOUWT EEN MUUR VAN BAKSTENEN - Rajouté le 31/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De metselaar bouwt een muur van bakstenen » (« Le maçon construit un mur de briques »).
On y trouve notamment le nom commun « bakstEEn » (avec 2 « E »), dont le PLURIEL est formé en ajoutant la terminaison « -EN » pour obtenir « bakstEnen » (avec 1 « E »). A partir du moment où un mot néerlandais comporte une voyelle double (AA, EE, OO ou UU) dans la syllabe précédant 1 (une) consonne, le fait d’ajouter une terminaison « -E » (adjectif : « rood » => « rodE » ou « geel » => « gelE »; variante comparatif de supériorité avec terminaison « -ER » : « rood » => « rodER » ou « geel » => « gelER ») fait que la deuxième voyelle disparaît tout comme au PLURIEL. Voir, par exemple :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=plNoms
La « carte » (recto-verso) fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« de stad / het huis »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2015 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 18F - Rajouté le 30/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Daar schuilt (er) wat achter » (« Il y a quelque chose qui se cache là derrière »).
On y trouve notamment la forme verbale « schuilt … ACHTER », provenant de l’infinitif « ACHTERschuilen » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « SCHUILEN ».
Quand « ACHTERschuilen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « ACHTER » (ancienne préposition) de son infinitif proprement dit, et son REJET, derrière le complément (« WAT »), à la fin de la phrase.
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« DAAR »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici, sous-entendu « ER ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « schuilt ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 18 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DE BAKSTEEN IS VAN GEBAKKEN AARDE GEMAAKT - Rajouté le 30/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De baksteen is van gebakken aarde gemaakt » (« La brique est fabriquée (à partir) de terre cuite »).
On y trouve notamment la forme verbale « geMAAKt », participe passé provenant de l’infinitif « MAKEN », qui n’est PAS affecté par les « temps primitifs ».
Ce verbe « MAKEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) et fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera comme dernière lettre du participe passé le « T » minoritaire.
Afin de comprendre pourquoi l’infinitif « MAKEN » (avec 1 « A ») donne un singulier de l’indicatif présent (O.T.T.) avec 2 (deux) « AA », référez-vous à notre synthèse du « radical du verbe » néerlandais (point 2). Voir :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=radVerbes
Le participe passé « geMAAKt » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« van gebakken aarde » ), à la fin de la phrase.
On y trouve également la forme verbale « GEbakken », participe passé (utilisé comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif « BAKKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La « carte » (recto-verso) fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« de stad / het verkeer »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2015 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 18E - Rajouté le 29/12/2015

Description : La triple phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Sam) begeeft zich naar een bevriend dorp om hulp te vragen om het vlot te bouwen » (« Il se rend vers = dans un village ami pour demander de l’aide pour construire le radeau »).
On y trouve notamment, dans la phrase principale, la forme verbale « BEVRIEND », ancien participe passé (utilisé comme adjectif épithète) provenant de l’ancien infinitif « BEVRIENDEN », qui NE faisait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Ce verbe « BEVRIENDEN » était considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) ; il ne faisait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet son radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « D », on trouvait le « D » majoritaire comme terminaison du participe passé.
On y trouve également, dans une sorte de phrase subordonnée « infinitive » introduite par « OM … TE » (signifiant « POUR » devant les verbes), le complément (« hulp ») qui s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « VRAGEN ».
On y trouve encore, dans une sorte de deuxième phrase subordonnée « infinitive » introduite par « OM … TE », le complément (« het vlot ») qui s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « BOUWEN ».
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 18 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DE WEG IS GEASFALTEERD - Rajouté le 29/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De weg is (volledig) geasfalteerd » (« Le chemin est asphalté »).
On y trouve notamment la forme verbale « geASFALTeerd », participe passé provenant de l’infinitif « ASFALTEREN », qui n’est PAS affecté par les « temps primitifs ».
Ce verbe « ASFALTEREN » (construit sous l’influence de la langue française) est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « R », on trouvera comme dernière lettre du participe passé le « D » majoritaire.
Afin de comprendre pourquoi l’infinitif « ASFALTEREN » (avec 1 « E ») donne un singulier de l’indicatif présent (O.T.T.) avec 2 (deux) « EE », référez-vous à notre synthèse du « radical du verbe » néerlandais (points 2 et 5). Voir :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=radVerbes
Le participe passé « geASFALTeerd » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« volledig » ), à la fin de la phrase.
La « carte » (recto-verso) fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« de stad / het verkeer »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2015 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 18D - Rajouté le 28/12/2015

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Indien we de rivier met een vlot afzakken raken ze ons spoor kwijt » (« Si nous nous enfonçons dans / descendons la rivière avec un radeau, ils perdent => perdront notre trace »).
On y trouve notamment, dans la phrase principale, la forme verbale « raken … KWIJT », provenant de l’infinitif « KWIJTraken », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « RAKEN ».
Quand « KWIJTraken » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « KWIJT » de son infinitif proprement dit et elle fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« ons spoor »), à la fin de la phrase.
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (la phrase subordonnée « Indien we de rivier met een vlot afzakken » joue ici ce rôle), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « ZE ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « RAKEN ») et passant donc derrière lui.
Notons que, dans la phrase subordonnée (introduite ici par « INDIEN »), le verbe (« afzakken ») ne reste plus à côté de son sujet (« WE ») et fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« de rivier » et « met een vlot »), à la fin de la phrase.
Si ce verbe « AFzakken » (à particule séparable) avait été conjugué dans une phrase « normale », cela aurait entraîné en néerlandais une séparation de la particule « AF » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le les compléments (« de rivier » et « met een vlot »), à la fin de la phrase, comme dans l’exemple suivant : « We zakken de rivier met een vlot AF ».
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 18 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DE WEG IS MET ASFALT BEDEKT - Rajouté le 28/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De weg is met asfalt bedekt » (« Le chemin est couvert d’asphalte »).
On y trouve notamment la forme verbale « BEDEKT », participe passé provenant de l’infinitif « BEDEKKEN », qui n’est PAS affecté par les « temps primitifs ».
Ce verbe « BEDEKKEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera un « T » (au lieu du « D » majoritaire).
Rappelons par ailleurs que si un verbe commence, par exemple, par le préfixe « BE- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Le participe passé « BEDEKT » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« met asfalt » ), à la fin de la phrase.
La « carte » (recto-verso) fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« de stad / het verkeer »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2015 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 18C - Rajouté le 27/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het schot heeft onze positie verraden » (« Le coup de feu a trahi notre position »).
On y trouve notamment la forme verbale « VERRADEN », participe passé provenant de l’infinitif « VERRADEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé « VERRADEN » se construit sur l’infinitif. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons aussi que si un verbe commence, par exemple, par le préfixe « VER- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Ce participe passé « VERRADEN » est dès lors identique à son infinitif « VERRADEN ».
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (ici « onze positie »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 18 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANAVOND ZIJN ZE NAAR DE BIOSCOOP - Rajouté le 27/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Vanavond zijn ze naar de bioscoop » (« Ce soir, ils sont (allés) au cinéma »).
Rappelons que, si une phrase en langue néerlandaise, commence par un complément (« Vanavond »), le sujet (ici « ZE ») passe derrière le verbe (« ZIJN ») comme dans une phrase interrogative ou « question ». On appelle cela une « INVERSION » … de position, comme dans les sports d’équipe (par exemple avec un ballon : football, rugby, …) où certains joueurs passent de gauche à droite ou de droite à gauche afin de perturber l’adversaire …
La « carte » (recto-verso) fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« de stad / het pompstation »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2015 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 18B - Rajouté le 26/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De kogel slaat vlakbij de luipaard in » (« La balle frappe tout près du léopard »).
On y trouve notamment la forme verbale « slaat … IN », provenant de l’infinitif « inSLAAN » (dit à « particule séparable »), construit sur le verbe « SLAAN ».
La « particule séparable » « IN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« vlakbij » et « de luipaard »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 18 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : BIJ HET POMPSTATION KOOPT MEN BENZINE - Rajouté le 26/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Bij het pompstation koopt men benzine » (« A la station d’essence, on achète de l’essence »).
Rappelons que, si une phrase en langue néerlandaise, commence par un complément (« Bij het pompstation »), le sujet (ici « MEN ») passe derrière le verbe (« KOOPT ») comme dans une phrase interrogative ou « question ». On appelle cela une « INVERSION » … de position, comme dans les sports d’équipe (par exemple avec un ballon : football, rugby, …) où certains joueurs passent de gauche à droite ou de droite à gauche afin de perturber l’adversaire …
La « carte » (recto-verso) fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« de stad / het pompstation »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2015 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 18A - Rajouté le 25/12/2015

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Snel schoudert hij (Sam) het geweer en (hij) drukt af » (« Il épaule rapidement le fusil et presse sur la détente »).
On y trouve notamment, dans la deuxième phrase, la forme verbale « drukt … AF », construite sur le verbe « AFdrukken » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « DRUKKEN ».
Quand « AFdrukken » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AF » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le complément éventuel (« op het geweer »), à la fin de la deuxième phrase.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 18 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : IN HET RESTAURANT EET HIJ VAN EEN BLAD - Rajouté le 25/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « In het restaurant eet hij van een blad » (« Dans le restaurant, il mange d’un / à partir d’un plateau »).
Rappelons que, si une phrase en langue néerlandaise, commence par un complément (« In het restaurant »), le sujet (ici « HIJ ») passe derrière le verbe (« EET ») comme dans une phrase interrogative ou « question ». On appelle cela une « INVERSION » … de position, comme dans les sports d’équipe (par exemple avec un ballon : football, rugby, …) où certains joueurs passent de gauche à droite ou de droite à gauche afin de perturber l’adversaire …
La « carte » (recto-verso) fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« het huis / de woonkamer »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2015 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 17I - Rajouté le 24/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Grommend maakt de luipaard zich voor de sprong klaar » (« Grognant = feulant, le léopard se prépare pour le bond »).
On y trouve notamment la forme verbale « maakt … KLAAR », provenant de l’infinitif « KLAARmaken » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « MAKEN ».
Quand « KLAARmaken » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « KLAAR » (ancien adjectif) de son infinitif proprement dit, et son REJET, derrière le complément (« voor de sprong »), à la fin de la phrase.
Rappelons que le participe présent (utilisé ici comme une sorte d’adjectif attribut) en néerlandais se construit en ajoutant simplement un « D » à l’infinitif : « GROMMEN » => « grommenD ».
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« Grommend » joue ici ce rôle), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « de luipaard ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « maakt ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 17 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : UIT DE FONTEIN STROOMT WATER - Rajouté le 24/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Uit de fontein stroomt water » (« Hors de la fontaine coule de l’eau »).
Rappelons que, si une phrase en langue néerlandaise, commence par un complément (« Uit de fontein »), le sujet (ici « de fontein ») passe derrière le verbe (« stroomt ») comme dans une phrase interrogative ou « question ». On appelle cela une « INVERSION » … de position, comme dans les sports d’équipe (par exemple avec un ballon : football, rugby, …) où certains joueurs passent de gauche à droite ou de droite à gauche afin de perturber l’adversaire …
La « carte » (recto-verso) fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« het huis / de woonkamer »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2015 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 17H - Rajouté le 23/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Jij doodde die arme gazelle » (« Tu tuas cette pauvre gazelle »).
On y trouve notamment la forme verbale « doodDE » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « DODEN ».
Ce verbe est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet son radical (première personne du présent : « DOOD ») se terminant par la consonne « D », on trouvera le « D » majoritaire au participe passé (« GEDOOD ») et la terminaison « -DE » au singulier du prétérit : « DOOD » + « DE » => « doodDE ».
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 17 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : OP HET PLATTELAND KAN JE DORPEN ZIEN - Rajouté le 23/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Op het platteland kan je dorpen zien » (« A la campagne, tu peux voir des villages »).
Rappelons que, si une phrase en langue néerlandaise, commence par un complément (« Op het het platteland »), le sujet (ici « JE ») passe derrière le verbe (« KAN ») comme dans une phrase interrogative ou « question ». On appelle cela une « INVERSION » … de position, comme dans les sports d’équipe (par exemple avec un ballon : football, rugby, …) où certains joueurs passent de gauche à droite ou de droite à gauche afin de perturber l’adversaire …
N’oublions pas non plus qu’un « auxiliaire de mode » comme « KUNNEN » (les trois autres étant « MOGEN », « MOETEN » et « WILLEN ») exige le REJET de l’autre verbe (ici « ZIEN »), à l’infinitif, après le complément (« dorpen »), à la fin de la phrase.
La « carte » (recto-verso) fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« het huis / de woonkamer »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2015 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 17G - Rajouté le 22/12/2015

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een luipaard slaapt naast de gazelle die hij voor de hyena’s in veiligheid bracht » (« Un léopard dort à côté de la gazelle qu’il a apportée en sécurité pour les = à cause des hyènes »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée relative (introduite par « DIE »), la forme verbale « BRACHT », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que, dans une phrase subordonnée, la forme verbale (ici « BRACHT ») ne se trouve plus juste à côté de son sujet (ici « HIJ ») et fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« voor de hyena’s » et « in veiligheid »), à la fin de la phrase.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 17 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : OP HET BIJZETTAFELTJE STAAT EEN PLANT - Rajouté le 22/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Op het bijzettafeltje staat een plant » (« Sur la petite table de service = d'appoint, se trouve une plante »).
Rappelons que, si une phrase en langue néerlandaise, commence par un complément (« Op het bijzettafeltje »), le sujet (ici « een plant ») passe derrière le verbe (« staat ») comme dans une phrase interrogative ou « question ». On appelle cela une « INVERSION » … de position, comme dans les sports d’équipe (par exemple avec un ballon : football, rugby, …) où certains joueurs passent de gauche à droite ou de droite à gauche afin de perturber l’adversaire …
La « carte » (recto-verso) fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« het huis / de woonkamer »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2015 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 17F - Rajouté le 21/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Voldaan slaapt een luipaard in de takken van de boom » (« Satisfait = repu, un léopard dort dans les branches de l’arbre »).
On y trouve notamment la forme verbale « VOLDAAN », participe passé qui, comme « GEDAAN », provient de l’infinitif « DOEN », faisant l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que le préfixe « GE- » (commun à une majorité de participes passés) ne se greffe pas après le préfixe « VOL- ».
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« Voldaan » joue ici ce rôle), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « een luipaard ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « slaapt ») et passant donc derrière lui.
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 17 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : OP DE SPEELPLAATS GLIJDT ZIJ VAN EEN GLIJBAAN - Rajouté le 21/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Op de speelplaats gliidt zij van de glijbaan » (« A la plaine de jeux, elle glisse du toboggan »).
Rappelons que, si une phrase en langue néerlandaise, commence par un complément (« Op de speelplaats »), le sujet (ici « ZIJ ») passe derrière le verbe (« glijdt ») comme dans une phrase interrogative ou « question ». On appelle cela une « INVERSION » … de position, comme dans les sports d’équipe (par exemple avec un ballon : football, rugby, …) où certains joueurs passent de gauche à droite ou de droite à gauche afin de perturber l’adversaire …
La « carte » (recto-verso) fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« de stad / op straat »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2015 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 17E - Rajouté le 20/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We zullen scherp moeten uitkijken » (« Nous allons devoir bien prendre garde »).
N’oublions pas que « ZULLEN », « auxiliaire du FUTUR », exige un REJET de l’infinitif ou des infinitifs (ici « MOETEN » et « UITKIJKEN »), derrière le complément (« scherp »), à la fin de la phrase.
On y trouve donc la forme verbale « UITkijken », infinitif dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « KIJKEN ».
Quand «UITkijken » est conjugué, cela entraîne normalement en néerlandais une séparation de la particule « UIT » (ancienne préposition) de son infinitif proprement dit, et son REJET, derrière le complément (« dscherp »), à la fin de la phrase. Ce serait plus clair dans la variante suivante : « We kijken scherp UIT. »
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 17 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DE KERK HEEFT EEN KLOKKETOREN - Rajouté le 20/12/2015

Description : « De kerk heeft een klokketoren » (« L’église a un clocher »), une « carte » (recto-verso), fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« de stad / de gebouwen »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Rappelons que la forme verbale de la troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe « HEBBEN » est la seule à connaître « par cœur » puisqu’elle (« HEEFT ») n’est pas construite sur le radical (ou première personne du singulier). Pour obtenir ce radical, on enlève des lettres en partant de la droite de l’INFINITIF : « HEBBEN » - « -EN » - « B » (lettre double) => « HEB » (ne comportant qu’1 « E » et pas de « F ») …
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2015 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 17D - Rajouté le 19/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De eland werd niet door de hyena gedood » (« L’antilope ne fut pas tuée par la hyène »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEDOOD », participe passé provenant de l’infinitif « DODEN ».
Ce verbe « DODEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet son radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « D », on trouvera le « D » majoritaire mais qui ne sera pas doublé au participe passé puisque déjà présent dans le radical du verbe ou première personne de l’indicatif présent.
Le participe passé « GEDOOD » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« door de hyena »), à la fin de la phrase.
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 17 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DE WIJN LIGT IN DE KELDER - Rajouté le 19/12/2015

Description : « De wijn ligt in de kelder » (« Le vin est rangé horizontalement dans la cave = se trouve à la cave »), une « carte » (recto-verso), fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« het huis / de dranken »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2015 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 17C - Rajouté le 18/12/2015

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het is (absoluut) uitgesloten dat een eenzame hyena een zo groot dier zou (hebben) gedood hebben » (« Il est exclu qu’une hyène solitaire ait tué un si grand animal »).
On y trouve notamment, dans la phrase principale, la forme verbale « UITgesloten », participe passé provenant de l’infinitif « UITsluiten », lui-même construit sur l’infinitif « SLUITEN », affecté par les « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé « GESLOTEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « Temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Ce verbe « UITsluiten » est aussi dit « à particule séparable » ; quand il est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEsloten ».
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« absoluut »), à la fin de la phrase principale.
On y trouve également, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale « GEDOOD », participe passé (utilisé au futur antérieur) provenant de l’infinitif « DODEN ».
Ce verbe « DODEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet son radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « D », on trouvera le « D » majoritaire mais qui ne sera pas doublé au participe passé puisque déjà présent dans le radical du verbe ou première personne de l’indicatif présent.
Le participe passé « GEDOOD » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« enkel » et « voor onze persoonlijke behoefte »), à la fin de la phrase.
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 17 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DE KAT KOMT DOOR HET KELDERRAAM NAAR BINNEN - Rajouté le 18/12/2015

Description : « De kat komt door het kelderraam naar binnen » (« Le chat vient à l’intérieur = entre par la fenêtre de la cave »), une « carte » (recto-verso), fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« het huis / de kleren »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2015 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 17B - Rajouté le 17/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij heeft zich tegoed gedaan » (« Il l’a bouffée = engloutie »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEDAAN », participe passé provenant de l’infinitif « DOEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Dans cette phrase, le participe passé « GEDAAN » est séparé de son sujet (« HIJ ») et fait l’objet d’un REJET, derrière le « complément » (« tegoed »), à la fin de la phrase.
Notez l’expression « tegoed doen ».
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 17 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : HIJ LOOPT OVER HET ZEBRAPAD - Rajouté le 17/12/2015

Description : « Hij loopt over het zebrapad = Hij steekt het zebrapad over » (« Il traverse le piétonnier »), une « carte » (recto-verso), fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« de stad / het verkeer »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2015 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 17A - Rajouté le 16/12/2015

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij (de hyena’s) houden de savannah schoon door alle dode dieren op te ruimen » (« Elles tiennent la savane propre en nettoyant tous ces animaux morts »).
On y trouve notamment, dans la phrase principale, la forme verbale « houden … SCHOON », provenant de l’infinitif « SCHOONhouden » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « HOUDEN ».
Quand « SCHOONhouden » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « SCHOON » (ancien adjectif) de son infinitif proprement dit, et son REJET, derrière le complément (« de savannah »), à la fin de la phrase principale.
On y trouve également, dans la phrase subordonnée « infinitive » (introduite par « DOOR »), la forme verbale « OP … ruimen », provenant de l’infinitif « OPruimen » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « RUIMEN ».
Quand « OPruimen » est conjugué, cela entraîne normalement en néerlandais une séparation de la particule « OP » (ancienne préposition) de son infinitif proprement dit, et son REJET, derrière le complément (« de savannah »), à la fin de la phrase principale. Ce serait plus clair dans la variante suivante : « De hyena’s ruimen de savannah OP. »
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 17 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : HIJ STRIJKT ZIJN OVERHEMD - Rajouté le 16/12/2015

Description : « Hij strijkt zijn (over)hemd » (« Il repasse sa chemise »), une « carte » (recto-verso), fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« het huis / de kleren »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2015 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 16K - Rajouté le 15/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik dreef olifanten met levensgevaar over de grenzen » (« Je conduisis = refoulai DES éléphants avec danger de vie = en danger de mort au-delà des frontières »).
On y trouve notamment la forme verbale « dreef », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « DRIJVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
N’oublions pas, que tant en langue néerlandaise qu’en langue anglaise, le déterminant indéfini « DES » (PLURIEL de « UN » ou « UNE ») n’est rendu par AUCUN mot. Voir, par exemple, « Pluriel des noms » :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=plNoms
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 16 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : HIJ DOET DE VUILE WAS IN DE WASMACHINE - Rajouté le 15/12/2015

Description : « Hij doet de vuile was in de wasmachine » (« Il fait = met le linge sale dans la machine à laver »), une « carte » (recto-verso), fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« het huis / de was »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2015 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 16J - Rajouté le 14/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik bracht olifanten in reservaten » (« J’apportais = j’amenais DES éléphants dans DES réserves »).
On y trouve notamment la forme verbale « BRACHT », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
N’oublions pas, que tant en langue néerlandaise qu’en langue anglaise, le déterminant indéfini « DES » (PLURIEL de « UN » ou « UNE ») n’est rendu par AUCUN mot. Voir, par exemple, « Pluriel des noms » :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=plNoms
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 16 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : WAT RUIKT DAT WASMIDDEL LEKKER - Rajouté le 14/12/2015

Description : « Wat ruikt dat wasmiddel lekker ! » (« Que ce moyen de laver = cette poudre à lessiver sent délicieusement = bon ! »), une « carte » (recto-verso), fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« het huis / de was »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2015 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 16I - Rajouté le 13/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik doodde honderden olifanten » (« Je tuais DES centaines d’éléphants »).
On y trouve notamment la forme verbale « doodDE » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « DODEN ».
Ce verbe est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet son radical (première personne du présent : « DOOD ») se terminant par la consonne « D », on trouvera le « D » majoritaire au participe passé (« GEDOOD ») et la terminaison « -DE » au singulier du prétérit : « DOOD » + « DE » => « doodDE ».
N’oublions pas, que tant en langue néerlandaise qu’en langue anglaise, le déterminant indéfini « DES » (PLURIEL de « UN » ou « UNE ») n’est rendu par AUCUN mot. Voir, par exemple, « Pluriel des noms » :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=plNoms
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 16 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : DOOR DE DEUR GA JE HET HUIS IN EN UIT - Rajouté le 13/12/2015

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Door de deur ga je het huis IN en (ga je het huis) UIT » (« Par la porte tu vas / entres DANS et tu vas dehors / sors de la maison »).
On y trouve notamment, dans la première phrase, la forme verbale « ga … IN », construite sur le verbe « INgaan » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « GAAN ».
Quand « INgaan » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le complément (« het huis »), à la fin de la première phrase.
On y trouve également, dans la deuxième phrase (presque entièrement sous-entendue), la forme verbale « ga … UIT », construite sur le verbe « UITgaan » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « GAAN ».
Quand « UITgaan » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le complément (« het huis »), à la fin de la deuxième phrase.
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« Door de deur »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « JE ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « GA ») et passant donc derrière lui.
La « carte » (recto-verso) fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« de stad / op straat »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2015 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 16H - Rajouté le 12/12/2015

Description : La triple phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij, jagers, kregen opdracht het wild te verdrijven of (het wild) uit te roeien » (« Nous les chasseurs reçûmes pour mission de refouler les animaux sauvages ou de les exterminer »).
On y trouve notamment, dans la phrase principale, la forme verbale « KREGEN », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « KRIJGEN »), qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
On y trouve également, dans la deuxième phrase subordonnée « infinitive » (avec un « TE » généré par « opdracht ») le verbe « UITroein », dont on voit bien qu’il est « à particule séparable », la particule « UIT » étant bien séparée par le « TE » s’intercalant entre elle et son infinitif « ROEIEN ».
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 16 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : HET RAAM IS EEN OPENING IN HET HUIS - Rajouté le 12/12/2015

Description : « Het raam is een opening in het huis » (« La fenêtre est une ouverture dans la maison »), une « carte » (recto-verso), fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« het huis »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Rappelons que, en langue néerlandaise, on peut construire un nom commun à partir de l’INFINITIF, par exemple, en remplaçant sa terminaison « -EN » par « -ING » => « openEN » - « -EN » + « -ING » = « openING ».
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2015 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 16G - Rajouté le 11/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Deze landbouwgrond moet op de wildernis (worden) veroverd worden » (« Ce terrain à cultiver doit être conquis sur le domaine sauvage »).
N’oublions pas que « MOETEN », comme les autres « auxiliaires de mode » (« KUNNEN », « MOGEN » ou « WILLEN ») exige le REJET, derrière le complément (ici « op de wildernis »), de l’autre verbe à l’infinitif (ici « WORDEN ») à la fin de la phrase.
On y trouve aussi la forme verbale « veroverD », V.T.T. (ou participe passé) provenant de l’infinitif « veroveren ».
Ce verbe « veroveren » est, lui, donc bien considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est PAS affecté par les « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison au participe passé.
Rappelons que si un verbe commence, par exemple, par le préfixe « VER- », son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux.
Ce participe passé « VEROVERD » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« op de wildernis »), à la fin de la phrase.
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 16 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : HIJ WOONT IN EEN IGLO - Rajouté le 11/12/2015

Description : « Hij woont in een iglo » (« Il habite dans un igloo »), une « carte » (recto-verso), fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« de stad / de woning »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Afin de comprendre pourquoi l’infinitif « WONEN » (avec 1 « O ») donne un singulier de l’indicatif présent (O.T.T.) avec 2 (deux) « O », référez-vous à notre synthèse du « radical du verbe » néerlandais (point 2). Voir :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=radVerbes
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2015 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : VANDERSTEEN SAFARI 1 GEVAARLIJKE OPDRACHT 16F - Rajouté le 10/12/2015

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wild wordt enkel voor onze persoonlijke behoefte gedood » (« Le gibier n’est tué que pour notre besoin personnel = consommation personnelle »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEDOOD », participe passé provenant de l’infinitif « DODEN ».
Ce verbe « DODEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet son radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « D », on trouvera le « D » majoritaire mais qui ne sera pas doublé au participe passé puisque déjà présent dans le radical du verbe ou première personne de l’indicatif présent.
Le participe passé « GEDOOD » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« enkel » et « voor onze persoonlijke behoefte »), à la fin de la phrase.
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
La version néerlandophone de « SAFARI », peut avoir une deuxième carrière en tant qu’outil pédagogique : l’apprentissage de la langue néerlandaise sur base notamment des mini-textes accompagnant ces illustrations attrayantes.
L’illustration annexée est extraite de la page 16 dans « De gevaarlijke opdracht », le volume N°1 de la série « SAFARI ».
Willy VANDERSTEEN, scénariste, et Karel BIDDELOO, dessinateur, se seraient réjouis s’ils avaient su que cette initiative permettrait aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d’accueil, de s’y intégrer linguistiquement.
(Ces extraits sont reproduits avec l’aimable autorisation de WPG Uitgevers België / Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN. Copyright 1970-2015.)
Si un autre ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com , accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

Nom : HIJ WOONT IN EEN HUT - Rajouté le 10/12/2015

Description : « Hij woont in een hut » (« Il habite dans une hutte »), une « carte » (recto-verso), fut publiée par la Uitgeverij ATLAS il y a une vingtaine d’années, dans le cadre de « Mijn kaarten / Ontdek de wereld » (« de stad / de woning »), qui ne sont malheureusement plus commercialisées.
Leur conception pédagogique était indéniable.
Afin de comprendre pourquoi l’infinitif « WONEN » (avec 1 « O ») donne un singulier de l’indicatif présent (O.T.T.) avec 2 (deux) « O », référez-vous à notre synthèse du « radical du verbe » néerlandais (point 2). Voir :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=radVerbes
Le but de cette exhumation par des élèves « primo-arrivants », abordant la langue néerlandaise, est de découvrir un vocabulaire contextualisé grâce aux mini-compréhensions à la lecture que constituent ces courts textes, accompagnés d’illustrations (« Encyclopedic card system »), abordant les divers champs thématiques et domaines culturels.
Copyright, Editions ATLAS, 2015 ( http://www.atlaseditions.co.uk/). Si un ayant droit s’estimait lésé par notre initiative, il peut nous faire part de ses desiderata en nous adressant un courriel à ideesautresbg@gmail.com, accompagné d’un justificatif. Nous amenderons, dans les plus brefs délais possibles, en tout ou en partie, le corpus concerné.

First  Previous  1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29  30  31  32  33  34  35  36  37  38  39  40  41  42  43  44  45  46  47  48  49  50  51  52  53  54  55  56  57  58  59  60  61  62  63  64  65  66  67  Next  Last  

Sous-menu

Liens rapides

Recherche

Entrez un mot clé:

Rubrique hasard

NDLS Pour Enfants

Image au hasard

Image au hasard
tiré de l'oeuvre de Rechain

Crédits