IDESETAUTRES.be

Willy Vandersteen

Avec l'aimable autorisation de WPG Uitgevers België (Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN), nous développons une base de données d'illustrations permettant aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d'accueil, de s'y intégrer linguistiquement. Grâce aux textes néerlandophones de ces illustrations de qualité, ces élèves « primo-arrivants » pourront notamment aborder les verbes irréguliers (« temps primitifs » ou autres) d'une autre façon. Willy VANDERSTEEN (1913-1990), dessinateur et scénariste, reste un des géants de la bande dessinée belge du vingtième siècle, comme en témoignent nombre de ses créations. Pour ce « fonds virtuel », nous puisons principalement dans cinq de ses séries de BD : « BESSY » (volumes 1 à 68), « KARL MAY » (volumes 1 à 76, inconnus des lecteurs francophones), « DE RODE RIDDER » (volumes 1 à 100, dont 19 titres furent édités en français entre 1984 et 1985, série qui se poursuit en 2012), « ROBERT EN BERTRAND » (98 volumes) et « SAFARI » (24 volumes).

Nom : SLAAGT ERIN OTT ERIN SLAGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/10/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij slaagt er niet in hem boven te halen » (« Il ne réussit pas à le tirer en haut => à le remonter à la surface »).
On y trouve, sous-entendue, l’expression « ERIN SLAGEN », avec une forme verbale « slaagt … ERIN » (< « DAARIN ») engendrant un « TE », devant l’infinitif (« halen ») de la deuxième phrase.
Le « IN », réagissant comme une sorte de particule séparable, fait l’objet d’un REJET, derrière la négation (« niet »), à la fin de la première phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https ://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
L’adverbe pronominal « ERIN » remplace l’équivalent d’un complément, comme on le voit mieux dans la variante suivante : « Hij slaagt in de redding niet ».

Nom : DUIKT NA OTT NADUIKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/10/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ondanks zijn gewonde arm duikt hij (Bertrand) de drenkeling na » (« Malgré son bras blessé, il plonge derrière le noyé »).
On y trouve la forme verbale « duikt … NA », provenant de l’infinitif « NAduiken », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « DUIKEN ».
Quand « NAduiken » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « NA » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le complément (« de drenkeling »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Ondanks zijn gewonde arm »), cela engendre une INVERSION : le sujet « hij » passe derrière le verbe « duikt ».

Nom : GEZONKEN VTT ZINKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/10/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij is (in het kanaal) gezonken » (« Il a coulé »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEZONKEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZINKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Il faut aussi noter que presque tous les verbes en « I » donnent, aux temps du passé, une voyelle « O » (« ZONK » au singulier du prétérit => « ZONKEN » au PLURIEL). Il est donc à noter que le participe passé « GEZONKEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « gezonken » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« in het kanaal »), à la fin de la phrase. Voyez :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : RIJDT IN OTT INRIJDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/10/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij rijdt het kanaal in » (« Il roule => plonge dans le canal »).
On y trouve la forme verbale « rijdt … IN », provenant de l’infinitif « INrijden », lui-même construit sur l’infinitif « RIJDEN ».
Quand « INrijden » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de son infinitif proprement dit et il y a REJET de la particule « IN » derrière le complément (« het kanaal ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que cette particule séparable « IN » est une ancienne préposition. On aurait donc pu avoir la variante suivante de la phrase : « Hij rijdt in het kanaal ».

Nom : KLAMP VAST IMPERATIF VASTKLAMPEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/10/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Klamp je (in de wagen) vast ! » (« Accroche-toi ! »).
On y trouve la forme verbale « klampen … VAST », provenant de l’infinitif « VASTklampen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KLAMPEN ».
Quand « VASTklampen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « VAST » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le complément éventuel (« in de wagen »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL OTT ZULLEN REJET ONTSNAPPEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/10/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij zal ons op de grote baan ontsnappen » (« Il va nous échapper sur la grand’route »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« ontsnappen »), derrière les compléments (« ons » et « op de grote baan »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KAN KUNNEN REJET AFSCHUDDEN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/10/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Daar kan ik hen wel afschudden » (« Là je peux bien les semer »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« afschudden »), derrière le complément (« hen » »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Daar »), cela engendre une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « kan ».
Notez que l’on aurait dû avoir « MAG », singulier de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« Daar mag ik hen wel afschudden ».

Nom : UITGEVONDEN VTT UITVINDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/10/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat is nog niet uitgevonden » (« Cela n’a pas encore été inventé »).
On y trouve la forme verbale « UITgevonden », participe passé provenant de l’infinitif « UITvinden », lui-même construit sur l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « UITvinden » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEvonden ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgevonden » derrière le complément éventuel (« nog ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : MOETEN REJET AFNEMEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/10/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Eer hij me ontsnapt moeten ze mijn rijbewijs afnemen) … » (« Avant qu’il m’échappe, ils doivent => devront me retirer mon permis de conduire »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’infinitif (ici « nemen »), derrière le complément (« mijn rijbewijs »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Il y a, dans la deuxième phrase, une INVERSION (le sujet « ze » passe derrière le verbe « moeten ») parce que la première (« Eer hij me ontsnapt ») joue le rôle d’un complément la commençant.

Nom : PAS OP IMPERATIF OPPASSEN 3 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/10/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Pas (« voor de voetgangers ») op ! » (« Faites attention aux piétons ! »).
On y trouve la seule forme verbale « Pas op ! », impératif de l’infinitif « OPpassen», verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « PASSEN ».
il y a REJET de la « particule séparable » « OP », derrière le complément éventuel (« voor de voetgangers »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que le radical (première personne du présent) est la même forme verbale : « ik pas op ».

Nom : ZAL OTT ZULLEN REJET RIJDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/10/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal (met de wagen) rijden » (« Je roulerai / vais rouler => vais conduire »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« rijden ») à la fin de la phrase, derrière le complément éventuel (« met de wagen »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : STAP IN IMPERATIF INSTAPPEN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/10/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Stap (de wagen) in ! » (« Entre / monte dans la voiture ! »).
On y trouve la forme verbale « stap … IN » à l’impératif, provenant de l’infinitif « INstappen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « STAPPEN ».
Quand « INstappen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « IN », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« de wagen »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que cette particule séparable « IN » est une ancienne préposition. On aurait donc pu avoir la variante suivante de la phrase : « Stap in de wagen ! ».

Nom : GEWOND VTT WONDEN 5 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/10/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je bent (aan de rechter schouder) gewond (Tu es blessé à l’épaule droite) ».
On y trouve la forme verbale « gewond », participe passé provenant de l’infinitif « WONDEN ». Ce verbe « WONDEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik wond ») se terminant (déjà) par la consonne « D », on trouvera a fortiori le « D » majoritaire (qui ne sera pas doublé en fin de mot) comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » + « WON(D) » + « D » = « GEWOND ».
Quand « WONDEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gewond » derrière le complément éventuel (« aan de rechterschouder ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MAG OTT MOGEN REJET ONTSNAPPEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/10/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Die man mag (« ons ») niet ontsnappen » (« Cet homme ne peut pas nous échapper »).
L’auxiliaire de mode de la POSSIBILITE est l’infinitif « MOGEN », donnant un singulier « MAG ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« ontsnappen »), derrière le complément éventuel (« ons »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL OTT ZULLEN REJET BOETEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/10/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het heeft je tot misdrijven geleid waarvoor je zal boeten » (« Cela t’a conduit à => t’a amené à perpétrer des méfaits, pour lesquels tu vas être mis à l’amende => ce pourquoi tu vas payer »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il devrait y avoir REJET de l’autre forme verbale («boeten ») à la fin de la phrase, derrière le complément éventuel (« daarvoor »), et à l’INFINITIF, ce que l’on voit mieux dans la variante suivante : « je zal daarvoor boeten ». Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GELEID VTT LEIDEN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/10/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het heeft je tot misdrijven geleid » (« Cela t’a conduit à => t’a amené à perpétrer des méfaits »).
On y trouve notamment la forme verbale « geleid », participe passé provenant de l’infinitif « LEIDEN ». Ce verbe « LEIDEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik leid ») se terminant par la consonne « D », on trouvera a fortiori le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » + « LEID » + (pas de deuxième « D » au V.T.T.) = « GELEID ».
Il y a REJET de ce participe passé « geleid », derrière les compléments (« je » et « tot misdrijven ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OMte LATEN LOPEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/10/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het was toch knap van me om die naïeve geldwolven erin (< daarin) te laten lopen … » (« C’était tout de même futé de ma part de faire courir ces naïfs loups assoiffés d’argent => / d’attirer ces rapaces dans ce piège »).
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Les compléments (ici « die naïeve geldwolven » et « erin ») s’intercalent entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « laten ».

Nom : WAS OVT ZIJN 12 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/10/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Het was toch knap van me … » (« C’était tout de même futé de ma part … »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GEWOND VTT WONDEN WERD OVT WORDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/10/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik werd bij de ontploffing gewond » (« Je fus blessé lors de l’explosion »).
On y trouve la forme verbale « gewond », participe passé provenant de l’infinitif « WONDEN ». Ce verbe « WONDEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik wond ») se terminant (déjà) par la consonne « D », on trouvera a fortiori le « D » majoritaire (qui ne sera pas doublé en fin de mot) comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » + « WON(D) » + « D » = « GEWOND ».
Quand « WONDEN » est conjugué au passé composé, il y a habituellement REJET de son participe passé « gewond » derrière le complément (« bij de ontploffing ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici « WERD ») est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ». Il fait aussi l’objet des « temps primitifs ».

Nom : GEVONDEN VTT VINDEN 4 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/09/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hoe heb je me gevonden ? » (« Comment m’as-tu trouvé ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEVONDEN », participe passé provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé. Ce participe passé « GEVONDEN » est construit sur le PLURIEL du prétérit ou O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEVONDEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« me »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MAAKT LEEG OTT REJET LEEGMAKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/09/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij maakt zijn brandkas LEEG » (« Il vide son armoire à l’épreuve de l’incendie / du feu => son coffre-fort »).
On y trouve la forme verbale « MAAKT … LEEG », provenant de « LEEGMAKEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « MAKEN ».
Quand « LEEGMAKEN » est conjuguée, il y a REJET de « LEEG » (ancien adjectif, réagissant comme une « particule séparable ») derrière le complément (« zijn brandkas ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs:
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WIL REJET VERTREKKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/09/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij wil (zo vlug mogelijk) vertrekken » (« Il veut partir aussi vite que possible »).
L’auxiliaire de mode de la « VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici « vertrekken ») derrière le complément éventuel (« zo vlug mogelijk »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KAN KUNNEN REJET WORDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/09/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Het kan gevaarlijk worden » (« Cela peut devenir dangereux »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« worden »), derrière le complément (« gevaarlijk » »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir « MAG », singulier de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« Het mag gevaarlijk worden ».

Nom : OP DE HOOGTE BRENGEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/09/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Tijdens de rit brengt hij (Bertrand) mevrouw Mangin op de hoogte » (« Pendant le trajet, il met madame Mangin au courant »).
On y trouve la forme verbale « brengt … op de hoogte », provenant de l’expression « op de hoogte brengen ».
Le complément « op de hoogte » y réagit comme une particule séparable et fait l’objet d’un REJET, à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément («Tijdens de rit »), cela engendre une INVERSION : le sujet « hij » passe derrière le verbe « brengt ».

Nom : STAP IN IMPERATIF INSTAPPEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/09/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Stap (de wagen) in ! » (« Montez dans la voiture ! »).
On y trouve la forme verbale « stap … IN » à l’impératif, provenant de l’infinitif « INstappen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « STAPPEN ».
Quand « INstappen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « IN », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« de wagen »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que cette particule séparable « IN » est une ancienne préposition. On aurait donc pu avoir la variante suivante de la phrase : « Stap in de wagen ! ».

Nom : NAM OVT NEMEN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/09/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Waarom nam ik niet meer foto’s ? » (« Pourquoi ne pris-je pas / n’ai-je pas pris plus de photos ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « nam », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : MAG OTT MOGEN REJET MEERIJDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/09/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Mag ik (met u) meerijden ? » (« Puis-je rouler avec vous ? => vous accompagner en voiture ? »).
L’auxiliaire de mode de la POSSIBILITE est l’infinitif « MOGEN », donnant un singulier « MAG ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« meerijden »), derrière le complément éventuel (« met u»), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WAS OVT ZIJN 11 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/09/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Hij was de grootmeester van de sekte » (« Il était le grand-maître de la secte »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : WAS OVT ZIJN 10 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/09/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « En Grosjean die daar chauffeur was » (« Et Grosjean qui était chauffeur là-bas … »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « DIE »), la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La forme verbale « WAS » fait ici l’objet d’un REJET, derrière le complément (« daar »), à la fin de la phrase, parce que la phrase est subordonnée. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KENDE OVT KENNEN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/09/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Als Agatha dat kende … » (« Si Agatha savait cela … »).
Le verbe « KENNEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik ken ») se terminant par la consonne « N », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« KEN » + « DE » = « KENDE ».

Nom : LAG OVT LIGGEN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/09/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Tussen de bankbiljetten lag iets dat op een spijskaart lijkt » (« Parmi les billets de banque se trouvait quelque chose qui ressemble à un menu »).
On y trouve notamment la forme verbale « LAG », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « LIGGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase commençant par un complément («Tussen de bankbiljetten »), cela engendre une INVERSION : le sujet « iets » passe derrière le verbe « lag ».
Notez, dans la deuxième phrase, la préposition : « lijken op » = « ressembler à ».

Nom : GEMAAKT VTT MAKEN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/09/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « « Van de foto’s die ik nam, heb ik vergrotingen van sommige bijzonderheden gemaakt » (« Des photos que j’ai prises / que je pris, j’ai fait des agrandissements de quelques particularités »).
On y trouve notamment, dans la deuxième phrase, la forme verbale « gemaakt », participe passé provenant de l’infinitif «MAKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik maak ») se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire :
préfixe « GE » + « MAAK » + « T » = « GEMAAKT ».
Quand « MAKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « gemaakt » derrière le complément (« vergrotingen van sommige bijzonderheden ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Il y a, dans la deuxième phrase, une INVERSION (le sujet « ik » passe derrière le verbe « heb ») parce que la première (« Van de foto’s die ik nam ») joue le rôle d’un complément la commençant.

Nom : NAM OVT NEMEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/09/2021

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Van de foto’s die ik nam … » (« De les => des photos que j’ai prises / que je pris … »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « DIE »), la forme verbale « nam », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : VOND OVT VINDEN 3 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/09/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik was met jullie in de kuil toen je die arme Agatha vond » (« J’étais avec vous dans la fosse lorsque tu trouvas / tu as trouvé cette pauvre Agatha »).
On y découvre, dans la phrase subordonnée (introduite par « TOEN »), la forme verbale « VOND », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oubliez pas que, dans une phrase subordonnée néerlandaise, la forme verbale (ici « vond ») n’est plus à côté de son sujet (ici « je »). Ils sont séparés par le complément (« die arme Agatha »).

Nom : WAS OVT ZIJN 9 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/09/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Ik was met jullie in de kuil » (« J’étais avec vous dans la fosse »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : KAN KUNNEN REJET HELPEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/09/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kan je misschien helpen » (« Je peux peut-être t’aider »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« helpen »), derrière les compléments (« je » et «misschien »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir « MAG », singulier de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« Ik mag je misschien helpen ».

Nom : LAS OVT LEZEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/09/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik las het allemaal in de krant » (« Je lus tout = ai tout lu dans le journal »).
On y trouve notamment la forme verbale « LAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « LEZEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que si la dernière lettre du radical du verbe à l’indicatif présent (ou O.T.T.) est un « Z » (LEZEN – EN = LEZ), elle se transforme en « S » – c’est aussi le cas à l’O.V.T. ou « prétérit » – et le son « é » de l’infinitif est rendu au SINGULIER en doublant la voyelle : LEES.
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=radVerbes

Nom : VOND OVT VINDEN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/09/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wat een geluk dat ik je vond ! » (« Quelle chance que je te trouvai / je t’ai trouvé ! »).
On y découvre, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale « VOND », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oubliez pas que, dans une phrase subordonnée néerlandaise, la forme verbale (ici « vond ») n’est plus à côté de son sujet (ici « ik »). Ils sont séparés par le complément (« je »).

Nom : HOUDT SCHUIL OTT SCHUILHOUDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/09/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Waar houdt zich (nu) schuil ? » (« Où se cache-t-il ? »)
On y trouve la forme verbale « houdt … schuil », qui provient de l’infinitif « SCHUILHOUDEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « HOUDEN ».
Lorsque « SCHUILHOUDEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la particule séparable « SCHUIL », derrière le complément éventuel (« nu »), à la fin de la phrase. Voir le phénomène du REJET, entre autres à
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KONDEN OVT KUNNEN REJET IDENTIFICEREN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/09/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Tot op heden konden we nog niemand identificeren » (« Jusqu’à ce jour, nous ne pouvions / pûmes = n’avons pu encore identifier personne »).
L’auxiliaire de mode de la CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN » et un O.V.T. (ou prétérit) « KON » (PLURIEL irrégulier « KONDEN »). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici « identificeren »), derrière les compléments (« nog » et « niemand »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Le verbe « KUNNEN » fait l’objet (au seul prétérit ou O.V.T.) des « temps primitifs ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase commençant par un complément (« Tot op heden »), cela engendre une INVERSION : le sujet « we » passe derrière le verbe « konden ».

Nom : KENDEN OVT KENNEN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/09/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De burgers kenden de gemaskerden niet » (« Les bourgeois ne connaissaient pas les masqués »).
Le verbe « KENNEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik ken ») se terminant par la consonne « N », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« KEN » + « DE » + « N » (PLURIEL) = « KENDEN ».

Nom : GEWOND VTT WONDEN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/09/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De burgers zijn (na de ontploffing) gewond (Les bourgeois sont blessés) ».
On y trouve la forme verbale « gewond », participe passé provenant de l’infinitif « WONDEN ». Ce verbe « WONDEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik wond ») se terminant (déjà) par la consonne « D », on trouvera a fortiori le « D » majoritaire (qui ne sera pas doublé en fin de mot) comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » + « WON(D) » + « D » = « GEWOND ».
Quand « WONDEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gewond » derrière le complément éventuel («de ontploffing ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEMASKERDEN GEMASKERD VTT MASKEREN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/09/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Met de gemaskerden is het erger » (« Avec les masqués, c’est plus grave »).
On y trouve la forme verbale « gemaskerd », participe passé pouvant provenir d’un infinitif « MASKEREN », dont la première personne du présent ne serait pas « Ik maskeer ». Ce verbe « MASKEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik masker ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » + « MASKER » + « D » = « GEMASKERD ».
Le participe passé « gemaskerd » est ici devenu (comme en langue française) un nom commun :
« GEMASKERD » + « EN » (terminaison de pluriels) = « GEMASKERDEN ».

Nom : MOGEN REJET ONTVANGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/09/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze mogen nog geen bezoek ontvangen » (« Ils ne peuvent encore recevoir pas une => aucune visite »).
L’auxiliaire de mode de la POSSIBILITE est l’infinitif « MOGEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« ontvangen »), derrière les compléments (« nog » et « geen bezoek »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEVONDEN VTT VINDEN 3 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/09/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We hebben deze vermomming in het park gevonden » (« Nous avons trouvé ce déguisement dans le parc »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEVONDEN », participe passé provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé. Ce participe passé « GEVONDEN » est construit sur le PLURIEL du prétérit ou O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEVONDEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« deze vermomming » et « in het park »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : LAAT REJET BRENGEN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/09/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Daarna laat ik je naar het hospitaal brengen » (« Ensuite je te laisse / te fais transporter à l’hôpital »).
« LATEN » exige souvent (surtout à l’impératif) un REJET de l’infinitif (ici « brengen »), derrière les compléments (« je » et « naar het hospitaal »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Daarna »), cela engendre une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « laat ».

Nom : OMte AFLEGGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/09/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je moet (naar het kommissariaat) mee(komen) om een verklaring af te leggen » (« Tu dois venir avec = accompagner pour déposer => faire une déclaration »).
On y trouve une phrase subordonnée « infinitive », introduite par « POUR » qui, devant les verbes, est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ».
On y trouve aussi la forme verbale « af … leggen », provenant de l’infinitif «AFLEGGEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « LEGGEN ».
Le complément (« een verklaring ») et la « particule séparable » « AF » s’intercalent entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « leggen ».

Nom : MOETEN REJET MEEKOMEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je moet (naar het kommissariaat) mee(komen) … » (« Tu dois venir avec = accompagner »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’infinitif (ici « komen »), derrière le complément éventuel (« naar het kommissariaat »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Il faut signaler que, souvent, dans ces phrases avec auxiliaires de mode, les verbes « KOMEN » et « GAAN » ne sont plus écrits, sont sous-entendus, allant de soi dans le contexte.
Par ailleurs, n’oublions pas que la « particule séparable » « MEE » provient de l’ancienne préposition « MET ».

Nom : GEHAALD VTT HALEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/08/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De hele buurt staat in rep en roer als de slachtoffers boven worden gehaald » (« Tout le quartier est en émoi quand les victimes sont amenées en haut => à la surface »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « ALS »), la forme verbale « gehaald », participe passé provenant de l’infinitif « HALEN ». Ce verbe « HALEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik haal ») se terminant par la consonne « L », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » « HAAL » + « D » = « GEHAALD ».
Quand « HALEN » est conjugué au passé composé (ou, ici, à la voix passive), il y a normalement REJET de son participe passé « gehaald » derrière le complément («boven ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERSLAGEN VTT VERSLAAN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (Ik ben na zo’n ontploffing) verslagen » (« Je suis, après une telle explosion, vaincu »).
Rappelons tout d’abord que, au participe passé, les verbes commençant par les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER-, NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve ici notamment la forme verbale « verslagen », participe passé provenant de l’infinitif « VERSLAAN », lui-même construit sur « SLAAN ».
L’infinitif « SLAAN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a REJET du participe passé derrière le complément éventuel (« na zo’n ontploffing »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BINNENVIEL VIEL BINNEN OVT BINNENVALLEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Maar even voor de politie (in de geheime gang) BINNENviel … » => « De politie viel (in de geheime gang) BINNEN » (« Mais un peu avant que la police fît irruption … »).
Si on n’avait pas été dans une phrase subordonnée (introduite ici par « voor » pour « voordat »), on y aurait trouvé notamment (comme nous le proposons dans la variante supra) la forme verbale « viel … BINNEN » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « BINNENvallen », dit « à particule séparable », construit sur le verbe « VALLEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Voir notre tableau :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « BINNENvallen » est conjugué, cela entraîne normalement en néerlandais une séparation de la particule « BINNEN » de son infinitif proprement dit et il y a REJET de la particule « BINNEN », derrière le complément éventuel («in de geheime gang »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : KONDEN OVT KUNNEN REJET IDENTIFICEREN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We konden nog niemand identificeren » (« Nous ne pouvions / pûmes = n’avons pu encore identifier personne »).
L’auxiliaire de mode de la CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN » et un O.V.T. (ou prétérit) « KON » (PLURIEL irrégulier « KONDEN »). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici « identificeren »), derrière les compléments (« nog » et « niemand »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Le verbe « KUNNEN » fait l’objet (au seul prétérit ou O.V.T.) des « temps primitifs ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GEWONDEN GEWOND VTT WONDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «lk laat hem met je (= jouw) vriend (…) en de andere gewonden naar het hospitaal brengen » (« Je le laisse / le fais transporter avec ton ami à l’hôpital »).
On y trouve la forme verbale « gewond », participe passé provenant de l’infinitif « WONDEN ». Ce verbe « WONDEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik wond ») se terminant (déjà) par la consonne « D », on trouvera a fortiori le « D » majoritaire (qui ne sera pas doublé en fin de mot) comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » + « WON(D) » + « D » = « GEWOND ».
Le participe passé « gewond » est ici devenu (comme en langue française) un nom commun : « GEWOND » + « EN » (terminaison de pluriels) = « GEWONDEN ».

Nom : LAAT REJET BRENGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «lk laat hem met je (= jouw) vriend (…) naar het hospitaal brengen » (« Je le laisse / le fais transporter avec ton ami à l’hôpital »).
« LATEN » exige souvent (surtout à l’impératif) un REJET de l’infinitif (ici « brengen »), derrière les compléments (« hem», « met jouw vriend » et « naar het hospitaal »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEKWETST VTT KWETSEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij leeft maar is erg gekwetst » (« Il vit mais est gravement blessé »).
On y trouve notamment la forme verbale « gekwetst », participe passé provenant de l’infinitif «KWETSEN » qui, est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik kwets ») se terminant par la consonne « S », on trouvera le « T » minoritaire comme terminaison du participe passé :
« GE » + « KWETS » + « T » = « GEKWETST ».
Le participe passé « gekwetst » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel («na de ontploffing »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VONDEN OVT VINDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij vonden hem bij de deur » (« Nous le trouvâmes / l’avons trouvé près de la porte »).
On y découvre la forme verbale « VONDen », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : ONTPLOFTE OVT ONTPLOFFEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Toen ontplofte de ketel » (« Alors la chaudière explosa »).
On y trouve notamment le verbe « ONTPLOFFEN », lui-même construit sur « PLOFFEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik ontPLOF ») se terminant par la consonne « F », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit :
« ONTPLOF » + « TE » = « ONTPLOFTE ».
La phrase commençant par un complément (« Toen »), cela engendre une INVERSION : le sujet « de ketel » passe derrière le verbe « ontplofte ».

Nom : KREEG OVT KRIJGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kreeg een schampschot » (« Je reçus / J’ai reçu un ricochet de balle => j’ai été blessé par une balle qui a ricoché »).
On y trouve la forme verbale « KREEG », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « KRIJGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne une voyelle « E » (double, au singulier). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : ONTSTOND OVT ONTSTAAN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Er ontstond vuurgevecht » (« Un combat de feu naquit => des coups de feu naquirent => éclatèrent »)
On y trouve la forme verbale « ONTSTOND », O.V.T. ou « prétérit » provenant de l’infinitif « ONTSTAAN », lui-même construit sur « STAAN » qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : VIEL BINNEN OVT BINNENVALLEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De speur viel (hier) BINNEN » (« L’enquêteur tomba à l’intérieur => fit irruption »).
On y trouve notamment la forme verbale « viel … BINNEN » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « BINNENvallen », dit « à particule séparable », construit sur le verbe « VALLEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Voir notre tableau :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « BINNENvallen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « BINNEN » de son infinitif proprement dit, et il y a REJET de la particule « BINNEN », derrière le complément éventuel (« hier »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GEBEURD VTT GEBEUREN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wat is er (hier) gebeurd ? » (« Que s’est-il passé ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « gebeurd », participe passé provenant de l’infinitif « GEBEUREN ». Ce verbe « GEBEUREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (si une première personne du présent avait existé, « gebeur ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés mais pas de préfixe « GE » puisque la forme verbale commence déjà par « GE » (comme pour les verbes commençant par les préfixes BE- ER-, HER-, ONT- et VER- ) :
(pas de préfixe « GE ») + « GEBEUR » + « D » = « GEBEURD ».
Quand « GEBEUREN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gebeurd » derrière le complément éventuel (« hier ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEWOND VTT WONDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ben je (ergens) gewond ? (Es-tu blessé ?) ».
On y trouve la forme verbale « gewond », participe passé provenant de l’infinitif « WONDEN ». Ce verbe « WONDEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik wond ») se terminant (déjà) par la consonne « D », on trouvera a fortiori le « D » majoritaire (qui ne sera pas doublé en fin de mot) comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » + « WON(D) » + « D » = « GEWOND ».
Quand « WONDEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gewond » derrière le complément éventuel (« ergens ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OMTE BERGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De brandweer wordt te hulp geroepen om doden en gewonden te bergen» (« Les pompiers sont appelés à l’aide pour dégager morts et blessés »).
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Le complément (ici «doden en gewonden ») s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « bergen ».

Nom : GEROEPEN VTT ROEPEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De brandweer wordt te hulp geroepen » (« Les pompiers sont appelés à l’aide »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEROEPEN », participe passé provenant de l’infinitif « ROEPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Cette forme verbale est, comme on le voit, construite sur l’INFINITIF. Pour complément d’informations, consultez notamment notre tableau de synthèse « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « ROEPEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « geroepen » derrière le complément (« te hulp ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que cette phrase est à la voix passive puisque l’on y utilise l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de « ZIJN ».

Nom : BEDOLVEN VTT BEDELVEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De burgers worden onder de instortende gewelf bedolven » (« Les bourgeois sont ensevelis sous la voûte s’écroulant »).
Rappelons tout d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve dans cette phrase la forme verbale « bedolven », participe passé provenant de l’infinitif « BEDELVEN », lui-même construit sur « DELVEN » qui fait l’objet des « temps primitifs ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « BEDELVEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « bedolven » derrière le complément (« onder de instortende gewelf ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que cette phrase est à la voix passive puisque l’on y utilise l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de « ZIJN ».

Nom : GERAAKT VTT RAKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De burgers werden (door rondvliegende brokstukken) niet geraakt » (« Les bourgeois ne furent pas touchés / atteints »).
On y trouve la forme verbale « geraakt », participe passé provenant de l’infinitif « RAKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik raak ») se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire : préfixe « GE » + « RAAK » + « T » = « GERAAKT ».
Quand « RAKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « geraakt» derrière le complément éventuel («door rondvliegende brokstukken») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que cette phrase est à la voix passive puisque l’on y utilise l’auxiliaire « WORDEN » (« WERD » au prétérit) au lieu de « ZIJN ».

Nom : VLOOG OVT VLIEGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/08/2021

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De deur die uit haar hengsels vloog » (« La porte qui vola hors de ses gonds »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée relative (introduite par « DIE »), la forme verbale « VLOOG », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « VLIEGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IE », donne une voyelle « O » aux temps du passé. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : VERHIT VTT VERHITTEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De ketel is (nu) oververhit / over verhit » (« La chaudière est surchauffée »).
On y trouve la forme verbale « oververhit », participe passé qui aurait pu provenir de l’infinitif « oververhitten», lui-même construit sur l’infinitif « VERHITTEN ».
Quand « oververhit » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, s’il s’était agi d’un verbe « à particule séparable », cela aurait pu entraîner une séparation de la particule « OVER » de son infinitif proprement dit et la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) se serait intercalée entre eux. « OVER » correspond ici en fait plutôt au préfixe français « SUR- ».
Quoi qu’il en soit, rappelons que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
Le participe passé « oververhit » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« nu »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : NEMEN AF OTT AFNEMEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/08/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij voelt hoe zijn krachten afnemen » (« Il sent comme => combien ses forces déclinent »).
Si nous avions été dans un autre contexte que celui d’une phrase subordonnée (introduite par « HOE »), on aurait trouvé la forme verbale « nemen … af », provenant de l’infinitif « AFNEMEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « NEMEN », comme dans la variante suivante : « zijn krachten nemen (tegen de anderen) af ».
Rappelons en effet que la particule séparable (ici « AF »), lorsque le verbe est conjugué, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« tegen de anderen »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : TRACHT TE SLUITEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De speurder tracht de deur te sluiten » (« L’enquêteur essaie de fermer la porte »).
On y trouve la forme verbale « TRACHT », qui exige un «TE» (équivalant au « DE » français) devant l’infinitif.
Exemples à :
http://www.idesetautres.be/upload/CONSTRUCTIONS%20PHRASES%20NL%20ZC10%20TE+INFINITIF.zip
Il y a REJET de l’autre forme verbale (« sluiten »), derrière le complément (« de deur »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : VAL AAN IMPERATIF AANVALLEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Val(t) nu) aan ! » (« Attaquez ! »).
On y trouve notamment la forme verbale « val … AAN » provenant de l’infinitif « AANvallen », dit « à particule séparable », construit sur le verbe « VALLEN ».
Quand « AANvallen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, et il y a REJET de la particule « AAN », derrière le complément éventuel (« nu »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : VALT NEER OTT NEERVALLEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Robert) valt bewusteloos neer » (« Il s’écroule sans connaissance »).
On y trouve notamment la forme verbale « valt … NEER » provenant de l’infinitif « NEERvallen », dit « à particule séparable », construit sur le verbe « VALLEN ».
Quand « NEERvallen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « NEER » de son infinitif proprement dit, et il y a REJET de la particule « NEER », derrière le complément (« bewusteloos »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GETROFFEN VTT TREFFEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Robert) wordt door een schampschot getroffen » (« ll est touché par une balle ricochant »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « geTROFFEN », participe passé provenant du PLURIEL du prétérit de « TREFFEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « getroffen », derrière le complément éventuel (« door een kogel »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase subordonnée est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : ONGEDEERD VTT DEREN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (nummer 17) kan ongedeerd de deur bereiken » (« Il peut atteindre la porte indemne »).
La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je bent (gelukkig) ongedeerd » (« Tu n’es pas blessée => tu es indemne »).
On y trouve la forme verbale « ongedeerd », participe passé (utilisé ici comme adjectif attribut) provenant de l’infinitif « DEREN ». Ce verbe « DEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik deer ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » « DEER » + « D » = « GEDEERD ».
Le préfixe « ON- » (« UN- » en anglais) est souvent à nuance « négative » et constitue le contraire : ici « ongedeerd ».

Nom : KAN KUNNEN REJET BEREIKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (nummer 17) kan ongedeerd de deur bereiken » (« Il peut atteindre la porte indemne »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« bereiken »), derrière les compléments (« ongedeerd » et « de deur »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL ZULLEN REJET DEKKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal je dekken » (« Je vais te couvrir »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale («dekken») à la fin de la phrase, derrière le complément (« je »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BELETTEN TE BEREIKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/08/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Belet hen de deur te bereiken ! » (« Empêchez-les d’ (= de) atteindre la porte ! »).
On y trouve le verbe « BELETTEN », qui exige un « TE » (équivalant au « DE » français) devant l’infinitif. Exemples à :
http://www.idesetautres.be/upload/CONSTRUCTIONS%20PHRASES%20NL%20ZC10%20TE+INFINITIF.zip
Il y a REJET de l’autre forme verbale (« bereiken »), derrière les compléments (« hen » et « de deur »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOETEN REJET HOUDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/07/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We moeten ze hier houden » (« Nous devons les retenir ici »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« houden »), derrière les compléments (« ze » et « hier »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KUNNEN REJET WEGGAAN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/07/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze kunnen alleen langs de geheime gang weggaan » (« Ils ne peuvent s’en aller que via le couloir secret »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« weggaan », dont l’infinitif est alors souvent sous-entendu et non écrit), derrière les compléments (« alleen » et «langs de geheime gang echt »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir « MOGEN », pluriel de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« Ze mogen alleen langs de geheime gang weggaan ».

Nom : BREEKT LOS OTT LOSBREKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/07/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wanneer het vuurgevecht losbreekt, kruipen de ingewijden bevend in een hoek » (« Lorsque la fusillade éclate, les initiés, tremblant(s), rampent dans un coin »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « WANNEER »), la forme verbale «LOSBREEKT », indificatif présent (ou O.T.T.), provenant du verbe, dit à « particule séparable », « LOSBREKEN »
Quand « LOSBREKEN » est conjugué, il y a normalement REJET de la particule séparable « LOS », derrière le complément éventuel (« dadelijk ») à la fin de la phrase, ce que l’on peut constater dans la variante suivante : « het vuurgevecht breekt (dadelijk) los ». Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : PAS OP IMPERATIF OPPASSEN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/07/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Pas (« nu ») op ! » (« Fais attention ! »).
On y trouve la seule forme verbale « Pas op ! », impératif de l’infinitif « OPpassen», verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « PASSEN ».
il y a REJET de la « particule séparable » « OP », derrière le complément éventuel (« nu »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que le radical (première personne du présent) est la même forme verbale : « ik pas op ».

Nom : ZAG OVT ZIEN 3 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/07/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Mij zag hij niet » (« Moi, il ne me vit pas / il ne m’a pas vu »).
On y trouve notamment la forme verbale « ZAG », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
ATTENTION : Beaucoup d’apprenants croient que la forme verbale « ZAG », provient de l’infinitif « ZEGGEN », également irrégulier à l’O.V.T. …
La phrase commençant par un complément (« Mij »), cela engendre une INVERSION : le sujet « hij » passe derrière le verbe « zag ».

Nom : AF TE NEMEN AFNEMEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/07/2021

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het wordt tijd jullie maskers af te nemen » (« Il est temps de retirer vos masques »).
On y trouve la forme verbale « af … nemen », provenant de l’infinitif « AFNEMEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « NEMEN ».
Rappelons, lorsque le verbe est conjugué, que la particule séparable fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (ici « jullie maskers »), à la fin de la phrase. On le constate d’autant mieux dans la variante suivante :
« Jullie nemen jullie maskers af ».
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZULLEN REJET MOETEN GEVEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/07/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressant : « Jullie zullen een goede verklaring moeten geven » (« Vous allez devoir donner une bonne explication »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre (ou des autres) forme(s) verbale(s) (« moeten » et « geven ») à la fin de la phrase, derrière le complément (« een goede verklaring »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GENOMEN VTT NEMEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/07/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Jullie worden allen in arrest genomen » (« Vous êtes tous pris en arrêt => mis en état d’arrestation »).
On y trouve la forme verbale « GENOMEN », participe passé provenant de l’infinitif « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GENOMEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« allen » et « in arrest »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : GEKOST VTT KOSTEN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/07/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het doorgronden der geheime tekens heeft mij veel tijd en geld gekost » (« L’approfondissement => le décodage des signes secrets m’a coûté beaucoup de temps et d’argent »).
On y trouve la forme verbale « gekost », participe passé provenant de l’infinitif « KOSTEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant déjà par la consonne « T », a fortiori on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « KOSTEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « gekost » derrière les compléments (« mij » et « veel tijd en geld ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GESLAAGD VTT SLAGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/07/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik ben (erin) geslaagd » (« J’ai réussi »).
On y trouve, sous-entendue, l’expression « ERIN SLAGEN ».
On y trouve la forme verbale « geslaagd », participe passé provenant de l’infinitif « SLAGEN ». Ce verbe « SLAGEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik slaag ») se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » + « SLAAG » + « D » = « GESLAAGD ».
Le participe passé « geslaagd » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« erin »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : INGEMOFFELD VTT INMOFFELEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/07/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat (< het) goudklompje werd er (= daar) op voorhand ingemoffeld » (« Cette pépite d’or y fut emmitouflée => insérée à l’avance »).
On y trouve la forme verbale « ingemoffeld », participe passé provenant de l’infinitif « INmoffelen », verbe « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « MOFFELEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent : « ik moffel ») se terminant par la consonne « L », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire. Quand « INmoffellen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « inGEmoffeld ».
Il y a REJET de la forme verbale « ingemoffeld » derrière les compléments (« er » et « op voorhand ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici à l’O.V.T. ou prétérit) est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : GEDAAN VTT DOEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/07/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (Dat is) handig gedaan ! » (« C’est adroitement fait => c’est bien joué ! »).
On y trouve la forme verbale « GEDAAN », participe passé provenant de l’infinitif « DOEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEDAAN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« handig »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BEGREPEN OVT BEGRIJPEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/07/2021

Description : La triple phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Om hun succes of tegenslag te verbergen, vonden zij een geheimtaal uit die enkel ingewijden begrepen » (« Pour dissimuler leur succès ou leur échec, ils inventèrent une langue secrète que seuls des initiés comprenaient »).
On trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « DIE »), la forme verbale « begrepen », O.V.T. ou prétérit provenant du verbe provenant de l’infinitif « BEGRIJPEN », construit sur « GRIJPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.). Notons que le participe passé, construit sur le pluriel de ce prétérit, sera donc identique : « enkel ingewijden hebben deze geheimtaal begrepen ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez que l’on aurait dû plutôt avoir « verstonden » (= « comprendre avec son intelligence »), provenant de l’infinitif « « VERSTAAN », construit sur « STAAN », faisant l’objet des « temps primitifs ». Variante : « die enkel ingewijden verstonden».

Nom : VONDEN UIT OVT UITVINDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/07/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Om hun succes of tegenslag te verbergen, vonden zij een geheimtaal uit » (« Pour dissimuler leur succès ou leur échec, ils inventèrent une langue secrète »).
On y découvre, dans la phrase principale, la forme verbale « VONDEN… UIT », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « UITvinden », verbe « à particule séparable », lui-même construit sur « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a REJET de la particule « UIT » derrière le complément (« een geheimtaal ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément («Om hun succes of tegenslag te verbergen »), cela engendre une INVERSION : le sujet « zij » passe derrière le verbe « vonden ».
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Le complément (ici «hun succes of tegenslag ») s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « verbergen ».

Nom : LEERDEN OVT LEREN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/07/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij (de oude alchimisten) leerden ons hoe we stoffen kunnen mengen » (« Ils nous apprirent comment nous pouvons mélanger des substances »).
Ce verbe « LEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik leer ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« LEER » + « DE » + « N » (pluriel) = « LEERDEN ».

Nom : ZAL OTT ZULLEN REJET OVERTUIGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/07/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressant : « De grootmeester zal u overtuigen » (« Le grand-maître va vous convaincre »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale («overtuigen») à la fin de la phrase, derrière le complément (« u »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OPGEZET VTT OPZETTEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/07/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Groot opgezette zwendel om naïeve hebzuchtigen te plukken » (« Grande mystification mise en scène pour cueillir => plumer de naïfs cupides »).
On y trouve la forme verbale « OPgezet », participe passé (utilisé ici – et « accordé » - comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif « OPzetten », lui-même construit sur l’infinitif « ZETTEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » (lui, au V.T.T.) mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « T », à plus forte raison, on trouvera à la fin du participe passé le « T ».
Quand « OPzetten » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEzet ». Il y a REJET de la forme verbale « OPgezet » derrière le complément (« zijn post ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Le complément (ici « naïeve hebzuchtigen ») s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « plukken ».

Nom : ZULLEN REJET WORDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/07/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressant : « Jullie zullen deelachtig aan onmetelijke rijkdom worden» (« Vous allez être parties prenantes à une richesse incommensurable »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« worden») à la fin de la phrase, derrière les compléments (« deelachtig » et « aan onmetelijke rijkdom »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZET OM OTT OMZETTEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/07/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Thans in het fornuis onder stoomdruk zet ik meteen onedele metalen in goud om » (« Actuellement, dans le four sous pression, je transforme immédiatement des métaux non nobles en or »).
On y trouve la forme verbale « zet … OM », provenant de l’infinitif « OMzetten », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « ZETTEN ».
Quand « OMzetten » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OM » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière les compléments (« meteen », « onedele metalen» et « in goud »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Thans in het fornuis onder stoomdruk »), cela engendre une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « zet ».

Nom : HAD OVT HEBBEN OMTE ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/07/2021

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Vroeger had men zeven dagen nodig om goud te maken » (« Jadis on avait besoin de sept jours pour faire => fabriquer de l’or »).
On y trouve la forme verbale « HAD », à l’O.V.T. ou prétérit, provenant de l’infinitif « HEBBEN » qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase commençant par un complément (« Vroeger »), cela engendre une INVERSION : le sujet « men » passe derrière le verbe « had ».
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Le complément (ici « goud ») s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « maken ».

Nom : GEKOST VTT KOSTEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/07/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante, par sa construction particulière : « De opzoekingen hebben veel geld gekost » (« Les recherches ont coûté beaucoup d’argent »).
On y trouve la forme verbale « gekost », participe passé provenant de l’infinitif « KOSTEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant déjà par la consonne « T », a fortiori on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « KOSTEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « gekost » derrière le complément (« veel geld ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WEES IMPERATIF ZIJN GERUST VTT RUSTEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/07/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Wees gerust ! » (« Soyez tranquilles ! »).
On y trouve la forme verbale « WEES », impératif provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » pour donner le participe passé « GEWEEST ».
Pour complément d’informations, consultez notamment notre tableau de synthèse « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment trois autres grandes catégories de verbes irréguliers au passé : https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve aussi la forme verbale « gerust », participe passé provenant de l’infinitif « RUSTEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant déjà par la consonne « T », a fortiori on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.

Nom : KON OVT KUNNEN REJET VERKLIKKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/07/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « « Een verrader werd uitgeschakeld eer hij onze geheimen kon verklikken » (« Un traître fut éliminé avant de pouvoir / d’avoir pu dénoncer nos secrets »).
La forme verbale « KON », dans la phrase subordonnée (introduite par « EER »), est le prétérit (SINGULIER) du verbe « KUNNEN » faisant l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers, au moins à l’O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE », « KUNNEN » (donnant, à l’O.T.T. ou indicatif présent, un singulier « KAN »), comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), exige normalement le REJET de l’autre forme verbale (ici « verklikken »), derrière le complément (« onze geheimen ») à la fin de la phrase et à l’infinitif ; on le constate mieux dans la variante : « hij kon onze geheimen verklikken ». Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : UITGESCHAKELD VTT UITSCHAKELEN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/07/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « « Een verrader werd (door ons) uitgeschakeld » (« Un traître fut éliminé »).
On y trouve la forme verbale « uitgeschakeld », participe passé provenant de l’infinitif « UITschakelen », lui-même construit sur l’infinitif « SCHAKELEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent : « ik schakel ») se terminant par la consonne « L », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « UITschakelen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEschakeld ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgeschakeld » derrière le complément éventuel (« door ons ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici à l’O.V.T. ou prétérit) est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : GEMAAKT VTT MAKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/07/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De dood van Grosjean heeft hen wantrouwig gemaakt » (« La mort de Grosjean les a fait / rendu méfiants »).
La forme verbale « gemaakt » est un participe passé provenant de l’infinitif «MAKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik maak ») se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire : préfixe « GE » + « MAAK » + « T » = « GEMAAKT ».
Quand « MAKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « gemaakt » derrière les compléments (« ondertussen » et « wantrouwig ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL OTT ZULLEN REJET HALEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/07/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal zelf de politie halen » (« Je vais moi-même aller chercher la police »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« halen ») à la fin de la phrase, derrière le complément («de politie»), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : LAAT REJET BINNENVALLEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/07/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Laat hem met een politiemacht binnenvallen » (« Laisse-le / Fais-le entrer avec une force de police »).
« LATEN » exige souvent un REJET de l’infinitif (ici « binnenvallen »), derrière les compléments (« hem » et «met een politiemacht »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KIKKER OP OTT OPKIKKEREN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/07/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Kikker hem op ! » (« Retape-le = Remets-le sur pieds! »).
On y trouve la forme verbale « kikker … OP », impératif provenant de l’infinitif « OPkikkeren », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KIKKEREN ».
Quand « OPkikkeren » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de la forme verbale proprement dite et il y a REJET de cette composante « OP », derrière le complément (« hem ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : SLOEG NEER OVT NEERSLAAN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/07/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik sloeg buiten per vergissing nummer 17 neer » (« J’assommai = j’ai assommé dehors par erreur numéro 17 »).
On y trouve notamment la forme verbale « sloeg … NEER » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « NEERslaan », dit « à particule séparable », construit sur le verbe « SLAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Voir notre tableau :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « NEERslaan » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « NEER » de son infinitif proprement dit, et il y a REJET de la particule « NEER », derrière les compléments (« buiten », « per vergissing », « nummer 17 »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WIL REJET GEVEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/07/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De grootmeester wil een demonstratie geven » (« Le grand-maître veut donner => faire une démonstration »).
L’auxiliaire de mode de la « VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici, « geven ») derrière le complément (« een demonstratie »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : LATEN REJET BEDRIEGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/07/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De ingewijden laten zich grandioos bedriegen » (« Les initiés se laissent tromper grandieusement / magistralement »).
Comme la tournure « LATEN we » (littéralement « Laissons-nous »), de la première personne du pluriel de l’IMPERATIF présent, « LATEN » exige souvent un REJET de l’infinitif (ici « bedriegen »), derrière le complément (« grandioos »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KON OVT KUNNEN REJET OPMAKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Uit hun gesprekken kon ik opmaken dat … » (« D’après leurs conversations, je pus = j’ai pu déduire que … »).
La forme verbale « KON » est le prétérit (SINGULIER) du verbe « KUNNEN » faisant l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers, au moins à l’O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE », « KUNNEN » (donnant, à l’O.T.T. ou indicatif présent, un singulier « KAN »), comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), exige le REJET de l’autre forme verbale (ici « opmaken »), derrière le complément (« Uit hun gesprekken»), (s’il ne l’avait pas commencée) à la fin de la phrase et à l’infinitif ; on le constate mieux dans la variante : « ik kon uit hun gesprekken opmaken dat … ». Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Uit hun gesprekken »), cela engendre une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « kon ».

Nom : MEEGEMAAKT VTT MEEMAKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/06/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Beiden vertellen ze (= elkaar) wat ze (ondertussen) hebben meegemaakt » (« Tous deux se racontent ce à quoi ils ont eu affaire »).
La forme verbale « gemaakt » est un participe passé provenant de l’infinitif «MAKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik maak ») se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire : préfixe « GE » + « MAAK » + « T » = « GEMAAKT ». On trouve donc, dans la phrase subordonnée (introduite par « WAT ») notamment la forme verbale « meegemaakt », participe passé provenant de l’infinitif « MEEMAKEN », lui-même construit sur « MAKEN ». Quand « MEEMAKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « MEE » (provenant de la préposition « MET ») de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « meegemaakt ». Quand « MEEMAKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « meegemaakt » derrière le complément éventuel (« ondertussen ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VINDT TERUG OTT TERUGVINDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Tot zijn grote verbazing vindt hij (Robert) zijn vriend terug » (« A son grand étonnement, il retrouve son ami »).
On y trouve la forme verbale « vindt … TERUG », provenant de l’infinitif « TERUGvinden », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « VINDEN ».
Quand « TERUGvinden » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le complément (« zijn vriend »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément («Tot zijn grote verbazing»), cela engendre une INVERSION : le sujet « hij » passe derrière le verbe « vindt ».

Nom : DRINGT BINNEN OTT BINNENDRINGEN 3 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Op zijn beurt dringt hij (Robert) het labyrint van geheime gangen binnen » (« Il pénètre à son tour dans le labyrinthe des couloirs secrets »).
On y trouve la forme verbale « dringt … BINNEN », présent (ou O.T.T.) provenant du verbe « BINNENdringen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « DRINGEN ».
Il y a REJET de la particule séparable « BINNEN », composante du verbe, derrière le complément (« het labyrint van geheime gangen »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composantes, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Op zijn beurt »), cela engendre une INVERSION : le sujet « hij » passe derrière le verbe « dringt ».

Nom : MOET REJET SPEUREN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik moet verder speuren » (« Je dois chercher plus loin => poursuivre mes recherches / mon enquête »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« speuren »), derrière le complément (« verder »), à la fin de la phrase et, bien sûr, à l’infinitif, Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WAS OVT ZIJN 8 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/06/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hoe kon ik vermoeden dat ook jij op het spoor was ? » (« Comment pouvais-je supposer que toi aussi tu étais sur la piste ? »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La forme verbale « WAS » fait ici l’objet d’un REJET, derrière le complément (« op het spoor »), à la fin de la phrase, parce que la phrase est subordonnée. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KON OVT KUNNEN REJET VERMOEDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Hoe kon ik (dat) vermoeden … ? » (« Comment pouvais-je supposer … ? »).
La forme verbale « KON » est le prétérit (SINGULIER) du verbe « KUNNEN » faisant l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers, au moins à l’O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE », « KUNNEN » (donnant, à l’O.T.T. ou indicatif présent, un singulier « KAN »), comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), exige le REJET de l’autre forme verbale (ici « vermoeden »), derrière le complément éventuel (« dat »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VOORZIEN VTT VOORZIEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij heeft het op mij voorzien » (« Il l’a prévu sur moi => il en a après moi »).
On y trouve notamment la forme verbale « voorzien », participe passé provenant de l’infinitif « voorzien », lui-même construit sur l’infinitif « ZIEN », qui fait normalement l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « voorzien » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, s’il s’était agi d’un verbe « à particule séparable », cela aurait pu entraîner une séparation de la particule « voor » de son infinitif proprement dit et la particule «GE- » (commune à la majorité des participes passés) se serait intercalée entre eux.
Le participe passé « voorzien » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« het » et « op mij »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : OPGELET VTT OPLETTEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Opgelet ! » (« Fais attention ! »).
On y trouve la seule forme verbale « OPgelet », participe passé provenant de l’infinitif « OPletten », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « LETTEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « T », on trouvera d’autant plus à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « OPletten » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGElet ».

Nom : VERDWENEN VTT VERDWIJNEN 3 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/06/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat is de plaats waar zij (Agatha) (langs één van deze poortjes) verdwenen is » (« C’est l’endroit où elle a disparu »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « WAAR »), notamment la forme verbale « VERDWENEN », participe passé provenant de l’infinitif « VERDWIJNEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
ll y a REJET du participe passé, derrière le complément éventuel (« langs één van deze poortjes »), à la fin de la phrase et, bien sûr, à l’infinitif, Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs:
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOET REJET VOLGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Die moet ik (nu) volgen » (« Celui-là, je dois le suivre »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« weggaan »), derrière le complément (« hier »), à la fin de la phrase et, bien sûr, à l’infinitif, Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs:
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Die »), cela engendre une INVERSION: le sujet « ik » passe derrière le verbe « moet ».

Nom : OVERKOMEN VTT OVERKOMEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/06/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Die weet niet wat haar (Agatha) overkomen is » (« Celui-là ne sait pas ce qui lui est arrivé »).
On trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « WAT »), la forme verbale « overkomen », participe passé provenant de l’infinitif « overkomen», lui-même construit sur l’infinitif « KOMEN », qui fait normalement l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « overvallen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, s’il s’était agi d’un verbe « à particule séparable », cela aurait pu entraîner une séparation de la particule « OVER » de son infinitif proprement dit et la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) se serait intercalée entre eux.
Le participe passé « overkomen » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« haar »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : BELT AAN OTT AANBELLEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een deftig geklede heer belt tevergeefs aan =» (« Un monsieur habillé avec distinction sonne vainement »).
On y trouve la forme verbale « belt … AAN », provenant du verbe « AANbellen», dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « BELLEN ». Lorsque « AANBELLEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « AAN », derrière le complément (« tevergeefs »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussi un adjectif (accordé) « geklede » dérivé de la forme verbale « gekleed », participe passé provenant de l’infinitif « KLEDEN », considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE faisant PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE faisant PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP ».

Nom : GEZIEN VTT ZIEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ook de hospita heeft hem (Bertrand) niet gezien » (« Même l’hôtesse ne l’a pas vu »)
On y trouve notamment la forme verbale « geZIEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (ici « hem »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KAN KUNNEN REJET ZIJN GEWEEST VTT ZIJN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hier kan hij (Bertrand), (recent) niet geweest zijn » (« Il ne peut pas avoir été ici »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« zijn »), derrière le complément éventuel (« recent »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Hier »), cela engendre une INVERSION: le sujet « hij » passe derrière le verbe « kan ».
Notez que l’on aurait dû avoir « MAG », singulier de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » : « Hier mag hij niet geweest zijn ».
On y trouve aussi la forme verbale « GEWEEST », participe passé provenant du même infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise. C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps … Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : MAG OTT MOGEN REJET ZIJN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Waar mag hij (Bertrand) (nu) zijn ? » (« Où peut-il être ? »).
L’auxiliaire de mode de la POSSIBILITE est l’infinitif « MOGEN », donnant un singulier « MAG ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« zijn »), derrière le complément éventuel (« nu »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KUNNEN REJET HELPEN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Wij kunnen je helpen » (« Nous pouvons t’aider »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« helpen»), derrière le complément (« je »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait plutôt dû avoir « MOGEN », l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE » :
« Wij mogen je helpen ».

Nom : KAN KUNNEN REJET ZEGGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Meer kan ik (u) niet zeggen » (« Je ne peux pas vous en dire plus »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« zeggen »), derrière le complément éventuel (« u »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Meer »), cela engendre une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « kan ».
Notez que l’on aurait dû avoir « MAG », singulier de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« Meer mag ik (u) niet zeggen ».

Nom : BRACHT OP OVT OPBRENGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een gedeeltelijke ontcijfering bracht al gegevens over de sekte op » (« Un déchiffrage partiel livra déjà des données => informations sur la secte »).
On y trouve la forme verbale « bracht », provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve en fait la forme verbale « bracht … OP » du verbe « OPBRENGEN », dit à « particule séparable », construit sur l’infinitif « BRENGEN ». Quand il est conjugué, il exige le REJET de la particule séparable « OP », derrière les compléments (« al », « gegevens » et « over de sekte »), à la fin de la phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : HOEPEL OP IMPERATIF OPHOEPELEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hoepel (van hier) op ! » (« Fiche le camp ! »).
On y trouve la forme verbale « hoepel … OP », impératif présent provenant du verbe « OPhoepelen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « HOEPELEN ».
Quand « OPhoepelen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit et il y a REJET de cette particule séparable « OP » derrière le complément éventuel (« van hier »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes comme une « particule séparable »), lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEVONDEN VTT VINDEN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We hebben nota’s in een geheimschrift gevonden » (« Nous avons trouvé des notes dans un cahier secret »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEVONDEN », participe passé provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé. Ce participe passé « GEVONDEN » est construit sur le PLURIEL du prétérit ou O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEVONDEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« nota’s » et « in een geheimschrift »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZOU REJET VOLGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressant : « Zou hij (Bertrand) ergens een spoor volgen ? » (« Suivrait-il quelque part une trace => piste ? »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale, ici « volgen », derrière les compléments (ici « ergens » et « een spoor »), à la fin de la phrase, et donc à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : REDDE OVT REDDEN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De vrouw redde mij het leven » (« La femme me sauva la vie »).
On y trouve notamment la forme verbale « redde », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « REDDEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (« ik red », première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « D », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« RED » + « DE » = « REDDE ».

Nom : KENDEN OVT KENNEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij kenden het verleden van Grosjean » (« Ils connaissaient le passé de Grosjean »).
Le verbe « KENNEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik ken ») se terminant par la consonne « N », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« KEN » + « DE » + « N » (PLURIEL) = « KENDEN ».

Nom : GEDROEGEN OVT GEDRAGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hoe gedroegen zich de eigenaars ? » (« Comment se comportaient / comportèrent les propriétaires ? »).
On y trouve la forme verbale « gedroegen », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « GEDRAGEN », lui-même construit sur « DRAGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : WAS OVT ZIJN 7 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Jij was (aanwezig) bij de aanslag op Grosjean » (« Tu étais présent lors de l’attentat sur Grosjean »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : VERTROK OVT VERTREKKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Bertrand) vertrok … » (« Il partit »).
On y trouve la forme verbale « vertrok », provenant de l’infinitif « VERTREKKEN », lui-même construit sur « TREKKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » .
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : BRACHT OVT BRENGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Bertrand) bracht mij hier … » (« Il m’apporta ici »).
On y trouve la forme verbale « bracht », provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : ZAL ZULLEN REJET DENKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Wat zal hij (Robert) (over mij) denken ? » (« Que va-t-il penser ? »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale («denken») à la fin de la phrase, derrière le complément éventuel (« over mij »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OMTE KUNNEN VOORBEREIDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/06/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze hebben mij opgesloten om hun vertoning te kunnen voorbereiden » (« Ils m’ont enfermé pour / afin de pouvoir préparer leur spectacle »).
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Le complément (ici «hun vertoning ») s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif (ici, les infinitifs) « kunnen » et « voorbereiden ».
Il est à noter que s’il n’y avait eu que ce second infinitif, verbe dit « à particule séparable », le « TE » aurait été placé autrement : « … om hun vertoning voor te bereiden ».

Nom : OPGESLOTEN VTT OPSLUITEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze hebben mij opgesloten » (« Ils m’ont enfermé »).
On y trouve la forme verbale « OPgesloten », participe passé provenant de l’infinitif « OPsluiten », lui-même construit sur l’infinitif « SLUITEN ».
Quand « OPsluiten » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé (construit sur l’O.V.T. ou prétérit), cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEsloten ».
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez que nombre de verbes en « UI » donnent un « O » aux temps du passé.
Il y a REJET de la forme verbale « OPgesloten » derrière le complément («mij ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DEED OVT DOEN 3 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik deed een zware val » (« Je fis => j’ai fait une lourde chute »).
On y trouve la forme verbale « DEED », O.V.T. ou « prétérit » provenant de l’infinitif « DOEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : VERLOREN VTT VERLIEZEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Ik ben (nu) verloren » (« Je suis perdu »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc la forme verbale « VERloren », participe passé provenant de l’infinitif « VERliezen », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « VERloren » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« nu »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KOM MEE IMPERATIF MEEKOMEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Kom (met mij) mee ! » (« Viens avec moi ! »).
On y trouve la forme verbale « kom … mee », impératif provenant du verbe « MEEkomen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KOMEN ».
Quand « MEEkomen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « MEE » de son infinitif proprement dit et son REJET, derrière le complément éventuel (« met mij »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que la particule « MEE » provient de la préposition « MET ».
La variante de la phrase aurait pu être : « Kom met mij ! »

Nom : SLUIT OP OTT OPSLUITEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Sluit hem op ! » (« Enferme-le ! »).
On y trouve la forme verbale « sluit … OP », impératif provenant de l’infinitif « OPsluiten », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « SLUITEN ».
Quand « OPsluiten » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de la forme verbale proprement dite et il y a REJET de cette composante « OP », derrière le complément (« hem ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL OTT ZULLEN REJET UITSCHAKELEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/05/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Jouw (=> je) openhartigheid doet me vermoeden dat je zal me uitschakelen » (« Ta franchise me laisse supposer que tu vas m’éliminer »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale («uitschakelen») à la fin de la phrase, derrière le complément (« me »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : STICHTTE OVT STICHTEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Na de revolutie keerde ik naar Brussel terug en stichtte (ik) er de sekte der Gouden Zeven » (« Après la révolution, je revenais à Bruxelles et y fondais la secte du Sept d’or »).
On y trouve notamment la forme verbale « stichtte », prétérit (ou O.V.T.) provenant de « STICHTEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik sticht ») se terminant déjà par la consonne « T », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit : « STICHT » + « TE » = « STICHTTE ».
La phrase commençant par un complément (« Na de revolutie »), cela engendre une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « stichtte ».

Nom : KEERDE TERUG OVT TERUGKEREN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Na de revolutie keerde ik (naar Brussel) terug » (« Je retournais à la maison »).
On y trouve la forme verbale « keerde … TERUG », prétérit ou O.V.T. provenant de l’infinitif « TERUGkeren », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KEREN ». Ce verbe « KEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik keer ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« KEER » + « DE » = « KEERDE ».
Quand « TERUGkeren » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule faisant normalement l’objet d’un REJET derrière le complément (« naar Brussel »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Na de revolutie »), cela engendre une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « keerde ».

Nom : TERUGGEZIEN VTT TERUGZIEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Die onbekende heb ik nooit teruggezien » (« Cet inconnu, je ne l’ai jamais revu »).
On y trouve la forme verbale « TERUGgezien », participe passé provenant de l’infinitif « TERUGzien », lui-même construit sur l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et est construit sur l’INFINITIF. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « TERUGzien » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « terugGEzien ».
Le participe passé « TERUGgezien » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« nooit »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Die onbekende »), cela y engendre une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « heb ».

Nom : LEERDE OVT LEREN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zo leerde ik het labyrint van geheime gangen kennen » (« C’est ainsi que j’appris à connaître le labyrinthe aux couloirs secrets »).
Ce verbe « LEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik leer ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« LEER » + « DE » = « LEERDE ».
La phrase commençant par un complément (« Zo »), cela y engendre une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « leerde ».
Notez le REJET de l’autre forme verbale (« kennen »), derrière le complément (« het labyrint van geheime gangen »), à la fin de la phrase.

Nom : GELEID VTT LEIDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/05/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Toen de toestand onhoudbaar werd, heeft een onbekende mij langs een geheime gang buiten de gevechtszone geleid » (« Lorsque la situation devint intenable, un inconnu m’a conduit le long d’un couloir secret hors de la zone des combats »).
On y trouve notamment la forme verbale « geleid », participe passé provenant de l’infinitif « LEIDEN ». Ce verbe « LEIDEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik leid ») se terminant par la consonne « D », on trouvera a fortiori le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » + « LEID » + (pas de deuxième « D » au V.T.T.) = « GELEID ».
Il y a REJET de ce participe passé « geleid », derrière les compléments (« mij », «langs een geheime gang » et « buiten de gevechtszone ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase subordonnée, précédant la phrase principale comme un complément la commençant («Toen de toestand onhoudbaar werd »), cela y engendre une INVERSION : le sujet « een onbekende » passe derrière le verbe « heeft ».

Nom : LAG OVT LIGGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/05/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « zodat het hotel waar ik verbleef midden in het strijdgewoel lag » (« …de telle sorte que l’hôtel où je séjournais se trouva au milieu des combats »).
On y trouve la forme verbale « LAG », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « LIGGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oubliez pas que, dans une phrase subordonnée néerlandaise, le verbe (ici « lag ») ne se trouve plus à côté de son sujet (« het hotel »). Dans une autre configuration, on aurait pu avoir :
« het hotel lag midden in het strijdgewoel ».

Nom : VERBLEEF OVT VERBLIJVEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/05/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « het hotel waar ik verbleef » (« L’hôtel où je séjournais »).
On y trouve notamment la forme verbale « VERBLEEF » (O.V.T. ou « prétérit »), provenant de l’infinitif « VERBLIJVEN », venant lui-même de « BLIJVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.).
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : MOESTEN REJET WIJKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Langs alle zijden bestookt, moesten de Hollandse troepen (vóór het gevaar) wijken » (« Harcelées de tous côtés, les troupes hollandaises durent se replier »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN» (donnant MOEST au prétérit ou O.V.T.). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« wijken »), derrière le complément éventuel (« vóór het gevaar»), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase subordonnée, précédant la phrase principale comme un complément la commençant (« Langs alle zijden bestookt »), cela y engendre une INVERSION : le sujet « de Hollandse troepen » passe derrière le verbe « moesten ».

Nom : BESTOOKT VTT BESTOKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (« De Hollandse troepen werden) langs alle zijden bestookt » (« Elles étaient harcelées de tous côtés »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve la forme verbale « bestookt », participe passé provenant de l’infinitif « BESTOKEN », considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.) mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik bestook ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « T » minoritaire comme terminaison des participes passés :
(PAS de préfixe « GE ») + « BESTOOK » + « T » = « BESTOOKT ».
Il y a REJET de ce participe passé « bestookt », derrière le complément (« langs alle zijden ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composantes, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici au prétérit et sous-entendu) est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : VOORTGEZET VTT VOORTZETTEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De strijd werd in harde straatgevechten voortgezet » (« La lutte fut poursuivie dans de durs combats de rue »).
On y trouve la forme verbale « voortgezet », participe passé provenant de l’infinitif « VOORTzetten », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « ZETTEN », qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « T », on trouvera, a fortiori, à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « VOORTzetten » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « VOORT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « voortGEzet ».
Il y a REJET de ce participe passé « voortgezet », derrière le complément (« in harde straatgevechten ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composantes, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici au prétérit) est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ». La particule « VOORT » est fort vraisemblablement une forme abrégée de la particule « VOORUIT ».

Nom : VERPLAATSTE OVT VERPLAATSEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De strijd verplaatste zich naar de binnenstad » (« Le combat se déplaçait vers l’intérieur de la ville »).
On y trouve notamment le verbe « VERPLAATSEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik verplaats ») se terminant par la consonne « S », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit :
« VERPLAATS » + « TE » = « VERPLAATSTE ».

Nom : HIELD OVT HOUDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Als vreemdeling was ik ontpartijdig en hield (ik) mij schuil in een hotel» (« En tant qu’étranger, j’étais neutre et me tenais caché dans un hôtel »).
On y trouve également, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « HIELD », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « HOUDEN » qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans Ia mesure où la phrase commence par un complément (« Als vreemdeling »), ce dernier engendre une INVERSION, le sujet « ik » (sous-entendu) passant derrière le verbe « hield ». On aurait en effet aussi pu dire : « ik hield mij schuil in een hotel ».

Nom : WAS OVT ZIJN 6 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Als vreemdeling was ik ontpartijdig » (« En tant qu’étranger, j’étais impartial => neutre »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase commençant par un complément (« Als vreemdeling »), cela engendre une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « was ».

Nom : VOCHTEN OVT VECHTEN VERBETEN VTT VERBIJTEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hollandse troepen en patriotten vochten verbeten in het stadspark » (« Des troupes hollandaises et des patriotes se battaient avec acharnement dans le parc de la ville »).
On y trouve la forme verbale « vochten », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « UITbreken », lui-même construit sur l’infinitif « VECHTEN ».
Le verbe « VECHTEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve également « verbeten », participe passé (utilisé ici comme adjectif) provenant d’un infinitif « VERBIJTEN », lui-même construit sur l’infinitif « BIJTEN », qui fait aussi l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et fait partie d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.).

Nom : BRAK UIT OVT UITBREKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Maar toen brak de omwenteling uit » (« Mais alors éclata la révolution »).
On y trouve la forme verbale « brak … UIT », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « UITbreken », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « BREKEN ».
Le verbe « BREKEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « UITbreken » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de la forme verbale proprement dite et il y a REJET de cette composante « UIT », derrière le complément (« toen ») à la fin de la phrase, ce que l’on aurait mieux constaté dans la variante suivante : « de omwenteling brak toen uit ». Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composantes, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« toen »), cela engendre une INVERSION : le sujet « de omwenteling » passe derrière le verbe « brak ».

Nom : OMTE BESTUDEREN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik ben als vreemdeling naar Brussel gekomen om in oude archieven het werk der alchimisten te bestuderen» (« Je suis venu en tant qu’étranger à Bruxelles pour étudier dans de vieilles archives le travail / l’œuvre des alchimistes »).
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Les compléments (ici « in oude archieven » et « het werk der alchimisten ») s’intercalent entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « bestuderen ».

Nom : GEKOMEN VTT KOMEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik ben als vreemdeling naar Brussel gekomen » (« Je suis venu en tant qu’étranger à Bruxelles »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEKOMEN », participe passé provenant de l’infinitif « KOMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Cette forme verbale est, comme on le voit, construite sur L’INFINITIF. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a REJET de ce participe passé « gekomen », derrière les compléments (« als vreemdeling » et « naar Brussel ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composantes, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KWAM OVT KOMEN 7 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hoe kwam je aan deze schuilplaats ? » (« Comment vins-tu => es-tu venu à cette cachette ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « KWAM », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « KOMEN ».
Le verbe « KOMEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GESTRAFT VTT STRAFFEN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Verraad wordt met de dood gestraft » (« La trahison est punie de mort »).
On y trouve la forme verbale « gestraft », participe passé provenant de l’infinitif « STRAFFEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik straf ») se terminant par la consonne « F », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire : préfixe « GE » + « STRAF » + « T » = « GESTRAFT ».
Il y a REJET de ce participe passé « gestraft », derrière le complément (« met de dood ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composantes, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : ZETTEN VOORT OTT VOORTZETTEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij zetten het werk der oude alchimisten voort » (« Nous poursuivons le travail / l’œuvre des anciens alchimistes »).
On y trouve la forme verbale « zetten … VOORT », provenant de l’infinitif « VOORTzetten », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « ZETTEN ».
Quand « VOORTzetten » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « VOORT » de la forme verbale proprement dite et il y a REJET de cette composante « VOORT », derrière le complément (« het werk der oude alchimisten ») à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composantes, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La particule « VOORT » est fort vraisemblablement une forme abrégée de la particule « VOORUIT ».

Nom : STREEFDE NA OVT NASTREVEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Welk doel streefde jouw (je) sekte na ? » (« Quel but poursuivait ta secte ? »).
On y trouve la forme verbale « streefde … NA », provenant de l’infinitif « NAstreven », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « STREVEN ».
Ce verbe « STREVEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet l’infinitif contenant la consonne « V » avant sa terminaison, on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« STREEF » + « DE » = « STREEFDE ».
Quand « NAstreven » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « NA » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le complément (« doel »), à la fin de la phrase, ce que l’on voit mieux dans la variante : « jouw sekte streefde een doel na ». Pour le phénomène du REJET, lisez :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KWAM OVT KOMEN 6 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij kwam bij de instorting jammerlijk om het leven » (« Elle en vint malheureusement à perdre la vie lors de l’effondrement »).
On y trouve notamment la forme verbale « KWAM », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « KOMEN ».
Le verbe « KOMEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : WAS OVT ZIJN 5 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Zij (Agatha) was een ingewijde van onze sekte » (« Elle était une initiée de notre secte »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : ONTDEKTE OVT ONTDEKKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik ontdekte per toeval de geheime gang » (« Je découvris par hasard le couloir secret »).
On y trouve notamment le verbe « ONTDEKKEN », lui-même construit sur « DEKKEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik ontdek ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit :
« ONTDEK » + « TE » = « ONTDEKTE ».

Nom : NA TE GAAN NAGAAN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/05/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Mijn vriend en ik kregen opdracht (om) de oorzaken van de dood … na te gaan » (« Mon ami et moi reçûmes => avons reçu pour mission de vérifier les causes de la mort … »).
On y trouve notamment la forme verbale « NA … gaan », qui provient de l’infinitif « NAgaan », verbe « à particule séparable », construit sur le verbe « GAAN ».
Lorsque ce verbe « NAgaan » est « conjugué », il y a séparation de la particule « NA » de sa forme verbale proprement dite.
On trouve ici une sorte de phrase subordonnée « infinitive », introduite par l’équivalent d’un « POUR » qui, devant les verbes, est normalement rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM (ici sous-entendu) ... TE », placé devant l’infinitif « gaan ».

Nom : KREGEN OVT KRIJGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Mijn vriend en ik kregen opdracht de oorzaken van de dood … na te gaan » (« Mon ami et moi reçûmes => avons reçu pour mission de vérifier les causes de la mort … »).
On y trouve la forme verbale « KREGEN », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « KRIJGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne une voyelle « E » (double, au singulier). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : KWAM OVT KOMEN 5 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hoe kwam je hier ? » (« Comment vins-tu => es-tu venu ici ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « KWAM », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « KOMEN ».
Le verbe « KOMEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : SPREEK OP IMPERATIF OPSPREKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Spreek (nu) op ! = antwoord op mijn vraag » (« Parle => Réponds ! »).
On y trouve la forme verbale « spreek … OP », provenant du verbe « OPspreken », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « SPREKEN ».
Lorsque « OPSPREKEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « OP » (ancienne préposition), derrière le complément éventuel (« nu »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ONTDEKT VTT ONTDEKKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik ben (nu) ontdekt » (« Je suis découvert »).
Rappelons tout d’abord que, au participe passé, les verbes commençant par les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER-, NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On y trouve ici notamment « ontdekt », participe passé provenant de l’infinitif « ONTDEKKEN », lui-même construit sur « DEKKEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik ontdek ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « T » minoritaire comme terminaison du participe passé : « ONTDEK » + « T » = « ONTDEKT ».
Il y a REJET du participe passé « ontdekt » derrière le complément éventuel (« nu »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOET REJET NEMEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Daar moet ik een kijkje nemen » (« Je dois y prendre => y jeter un coup d’oeil »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« nemen »), derrière le complément (« een kijkje »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez par exemple notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Daar »), cela engendre une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « moet ».

Nom : ZOU REJET ZIJN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressant : « Zou ik op spoor van de geheime sekte zijn ? » (« Serais-je sur la trace de la secte secrète ? »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale, ici « zijn », à la fin de la phrase, derrière le complément (ici «op spoor van de geheime sekte »), et donc à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBRUIKT VTT GEBRUIKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/04/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Trouwens vele / veel voetafdrukken bewijzen dat deze gang geregeld gebruikt wordt » (« Par ailleurs, de nombreuses traces de pas prouvent que ce couloir est régulièrement utilisé »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « ALSOF »), la forme verbale « gebruikt », participe passé provenant de l’infinitif « GEBRUIKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (« ik gebruik », première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire : (pas de « GE » +) « GEBRUIK » + « T » = « GEBRUIKT ».
Quand « GEBRUIKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « gebruikt » derrière le complément (« geregeld ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase subordonnée est à la voix passive puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN » et le sujet n’est pas à côté de son verbe.

Nom : KWAM OVT KOMEN 4 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dus kwam zij (Agatha) uit deze richting » (« Donc elle venait de cette direction »).
On y trouve notamment la forme verbale « KWAM », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « KOMEN ».
Le verbe « KOMEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase commençant par un autre complément (« Dus »), cela engendre une INVERSION : le sujet « zij » passe derrière le verbe « kwam ».

Nom : DRINGT BINNEN OTT BINNENDRINGEN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Bertrand) dringt de geheime gang binnen » (« Il pénètre dans le couloir secret »).
On y trouve la forme verbale « dringt … BINNEN », présent (ou O.T.T.) provenant du verbe « BINNENdringen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « DRINGEN ».
Il y a REJET de la particule séparable « BINNEN », composante du verbe, derrière le complément (« de geheime gang »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composantes, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEDRUKT VTT DRUKKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/04/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De knop blinkt alsof er meermaals op gedrukt werd » (« Le bouton étincelle comme si il était souvent pressé => on appuyait souvent dessus < sur le bouton »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « ALSOF »), la forme verbale « gedrukt », participe passé provenant de l’infinitif « DRUKKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (« ik druk », première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire : « GE » + « DRUK » + « T » = « GEDRUKT ».
Quand « DRUKKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « gedrukt » derrière le complément (« meermaals ») à la fin de la phrase, intercalé entre les deux parties de l’adverbe pronominal « erOP ». Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici au prétérit) est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : GEWEEST VTT ZIJN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zeven is altijd een geheimzinnig getal geweest » (« Sept a toujours été un chiffre mystérieux »).
On y trouve la forme verbale « GEWEEST », participe passé provenant du même infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise. C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps … Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEWEEST » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« altijd » et « een geheimzinnig getal »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ONDERZOCHT VTT ONDERZOEKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat hebben wij niet
grondig genoeg onderzocht » (« Cela, nous ne l’avons pas examiné suffisamment en profondeur »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- mais aussi ONDER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve dans cette phrase la forme verbale « onderZOCHT », participe passé (donc exceptionnellement identique au « prétérit ») provenant de l’infinitif « onderZOEKEN », lui-même construit sur « ZOEKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « onderzocht » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« grondig » et « genoeg »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un autre complément (« Dat »), cela engendre une INVERSION : le sujet « wij » passe derrière le verbe « hebben ».

Nom : BRACHT WEG WEGBRACHT OVT WEGBRENGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Maar nadat hij (Bertrand) hem (nummer 17) wegbracht … » (« Mais après qu’il l’emmena => l’avoir emmené … »).
On y trouve, dans une phrase subordonnée, la forme verbale « wegbracht », provenant du verbe « WEGbrengen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Lorsque « WEGBRENGEN » est conjugué, cela entraîne normalement le REJET de la « particule séparable » « WEG », derrière le complément (« hem »), à la fin de la phrase.
On le voit mieux dans une phrase qui n’est pas subordonnée : « hij bracht hem weg ». Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : VERDWEEN OVT VERDWIJNEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Bij die oude lantaarn verdween zij (Agatha) » (« Près de cette vieille lanterne, elle disparut »).
On trouve donc ici notamment la forme verbale « VERDWEEN », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « VERDWIJNEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.).
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase commençant par un complément (« Bij die oude lantaarn »), cela engendre une INVERSION : le sujet « zij » passe derrière le verbe « verdween ».

Nom : UITGESCHAKELD VTT UITSCHAKELEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « « Hij wordt zelf (door iemand) uitgeschakeld » (« ll est lui-même éliminé »).
On y trouve la forme verbale « UITgeschakeld », participe passé provenant de l’infinitif « UITschakelen », lui-même construit sur l’infinitif « SCHAKELEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent : « ik schakel ») se terminant par la consonne « L », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « UITschakelen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEschakeld ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgeschakeld » derrière le complément éventuel (« door iemand ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : PLEEGDE OVT PLEGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Grosjean) pleegde een aanslag » (« Il perpétra un attentat »).
On y trouve notamment la forme verbale « pleegde », O.V.T. ou prétérit provenant de l’infinitif « PLEGEN ». Ce verbe « PLEGEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik pleeg ») se terminant par la consonne « G », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison de l’ O.V.T. ou prétérit :
« PLEEG » + « DE » = « PLEEGDE ».

Nom : KWAMEN OVT KOMEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We kwamen uit de kuil » (« Nous venions de la fosse »).
On y trouve notamment la forme verbale « KWAMEN », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « KOMEN ».
Le verbe « KOMEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : HEB OP TE LOSSEN VTT OPLOSSEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb met mijn vriend nog vele / veel geheimen (om) op te lossen » (« J’ai avec mon ami encore beaucoup de secrets => mystères pour / à résoudre »).
On y trouve la forme verbale « op … lossen », provenant de l’infinitif «OPLOSSEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « LOSSEN ».
Rappelons, lorsqu’un tel verbe est conjugué, que la particule séparable fait l’objet d’un REJET. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On trouve ici une sorte de phrase subordonnée « infinitive », introduite par l’équivalent d’un « POUR » qui, devant les verbes, est normalement rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM (ici sous-entendu) ... TE », placé devant l’infinitif « lossen ».

Nom : REDDE OVT REDDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Mevrouw redde mij het leven » (« Madame me sauva la vie »).
On y trouve notamment la forme verbale « redde », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « REDDEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (« ik red », première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « D », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« RED » + « DE » = « REDDE ».

Nom : GEDROEG OVT GEDRAGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Mevrouw gedroeg zich dapper » (« Madame se conduisit courageusement »).
On y trouve la forme verbale « gedroeg », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « GEDRAGEN », lui-même construit sur « DRAGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GEWEEST VTT ZIJN VERRAST VTT VERRASSEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Mijn vrouw moet totaal verrast geweest zijn » (« Ma femme doit avoir été totalement surprise »).
« MOETEN » comme les trois autres auxiliaires de mode exige le REJET de l’autre forme verbale (« zijn »), derrière le complément (« totaal »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussi la forme verbale « GEWEEST », participe passé provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise. C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps … Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve aussi la forme verbale « verrast », participe passé provenant de l’infinitif « VERRASSEN », considéré comme « régulier » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP ». Rappelons que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.

Nom : ONDERVONDEN VTT ONDERVINDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij hebben nooit iets ondervonden » (« Nous n’avons jamais expérimenté => soupçonné quelque chose »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- mais aussi ONDER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On y trouve notamment la forme verbale « ONDERVONDEN », participe passé provenant de l’infinitif « ONDERVINDEN », lui-même construit sur « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en «I», donne une voyelle « O » pour les temps du passé. Ce participe passé « ONDERVONDEN » est construit sur le PLURIEL du prétérit ou O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « ONDERVONDEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« nooit » et « iets »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MAAKT KENNIS OTT REJET KENNISMAKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Terwijl de politie het nodige doet maakt hij (Robert) met de eigenaars van het spijshuis kennis » (« Pendant que la police fait le nécessaire, il fait la connaissance des propriétaires de l’auberge »).
On y trouve la forme verbale « MAAKT … KENNIS », provenant de l’expression « KENNISMAKEN »
Quand l’expression « KENNISMAKEN » est conjuguée, il y a normalement REJET de « KENNIS » (réagissant comme une « particule séparable ») derrière le complément (« met de eigenaars van het spijshuis ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs:
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase principale étant précédée par une phrase subordonnée (introduite par « TERWIJL »), cela équivaut à une phrase commençant par un complément et entraîne une INVERSION du sujet « hij » qui passe derrière son verbe « maakt ».

Nom : OPLEGGEN OMTE ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Iemand saboteerde zijn wagen om hem het zwijgen op te leggen » (« Quelqu’un sabota sa voiture pour le réduire au silence »).
On y trouve la forme verbale « op … leggen », provenant de l’infinitif «OPLEGGEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « LEGGEN ».
Rappelons, lorsque le verbe est conjugué, que la particule séparable fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (ici « hem » et « het zwijgen »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve donc ici, une phrase subordonnée « infinitive », introduite par « POUR » qui, devant les verbes, est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Les compléments (ici « hem » et «het zwijgen ») s’intercalent entre le « OM » et le « TE », placé devant l’infinitif « leggen ».

Nom : SABOTEERDE OVT SABOTEREN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Iemand saboteerde zijn wagen » (« Quelqu’un sabota sa voiture »).
Ce verbe « SABOTEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik saboteer ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« SABOTEER » + « DE » = « SABOTEERDE ».

Nom : ZAT OVT ZITTEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Ik zat hem (Grosjean) op de hielen » (« J’étais sur ses talons »).
On y trouve la forme verbale « ZAT », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZITTEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : WAS OVT ZIJN 4 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Hij (Grosjean) was mijn chauffeur » (« ll était mon chauffeur»).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GAAT VANDOOR OTT VANDOOR GAAN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij gaat er met een auto vandoor » (« Il se tire avec une voiture »).
On y trouve notamment la forme verbale « gaat … VANDOOR », qui aurait pu provenir d’un infinitif « VANDOORgaan », verbe qui aurait été « à particule séparable ». Mais on a plutôt affaire à un adverbe pronominal « er (daar) … VANDOOR », composé de deux anciennes prépositions « VAN » et « DOOR », correspondant à des notions de déplacement.
Toujours est-il que l’expression « VANDOOR gaan », quand elle est « conjuguée », engendre en néerlandais l’équivalent d’une séparation de « VANDOOR » de sa forme verbale proprement dite et cette sorte de particule séparable « VANDOOR », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« met een auto »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : HOUD TEGEN IMPERATIF TEGENHOUDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Houd hem (de man) tegen ! » (« Retenez-le ! »).
On y trouve la forme verbale « houd … TEGEN », provenant du verbe « TEGENhouden », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « HOUDEN ».
Lorsque « TEGENHOUDEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « TEGEN » (ancienne préposition), derrière le complément (« hem »), à la fin de la phrase.
Notez que, au féminin, on aurait eu : « Houd haar (de vrouw) tegen ! » (« Retenez-la ! »).
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KAN KUNNEN REJET AFSCHUDDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/04/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Deze (de man) kan hem van zich afschudden » (« Ce dernier peut se débarrasser de lui »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« afschudden »), derrière les compléments (« hem » et « van zich »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir « MAG », singulier de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« Deze mag hem van zich afschudden ».

Nom : RENT OP OTT OPRENNEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Deze (de man) rent de straat op » (« Ce dernier se rue sur la rue »).
On y trouve la forme verbale « rent … OP », provenant du verbe «OPrennen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « RENNEN ».
Lorsque « OPRENNEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « OP » (ancienne préposition), derrière le complément (« de straat »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEWILD VTT WILLEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je hebt het (dat OU dit) gewild » («Tu l’as voulu»).
On y trouve notamment la forme verbale « GEWILD », participe passé provenant de l’infinitif « WILLEN ». Ce verbe « WILLEN » évolue vers un verbe « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est PAS affecté par les « temps primitifs » (sauf, parfois, encore au prétérit : « WOU » au lieu de « WILDE ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumé par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent : WILLEN – EN – deuxième « L » => WIL) se terminant par la consonne « L », on trouvera comme terminaison du participe passé le « D » majoritaire, ce « D » étant d’ailleurs déjà présent au prétérit « WILDE ».
Pour la modification orthographique au niveau du radical d’autres verbes, moins simples, référez-vous à notre synthèse du « radical du verbe » néerlandais (point 2). Voir :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=radVerbes
Ce participe passé « GEWILD », fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« HET »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DEED OVT DOEN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Wie ben je en wat deed je in de kuil op het Vossenplein ? » (« Qui es-tu et que faisais-tu dans la fosse de la place du jeu de balle ? »).
On y trouve la forme verbale « DEED », O.V.T. ou « prétérit » provenant de l’infinitif « DOEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : WERPT ACHTERUIT OTT ACHTERUITWERPEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De vrouw werpt zich plots achteruit » (« La femme se jette soudain en arrière »).
On y trouve la forme verbale « werpt … ACHTERUIT », provenant du verbe « ACHTERUITwerpen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « WERPEN ».
Lorsque « ACHTERUITWERPEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « ACHTERUIT », derrière le complément (« plots »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GRIJPT IN OTT INGRIJPEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Robert) grijpt (dadelijk) in » (« Il intervient »).
On y trouve la forme verbale « grijpt … IN », provenant du verbe «INgrijpen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « GRIJPEN ».
Lorsque « INGRIJPEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « IN », derrière le complément éventuel (« dadelijk »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GA WEG OTT WEGGAAN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Ik ga niet graag met lege handen weg » (« Je ne pars pas volontiers (avec) des => les mains vides »).
On y trouve la forme verbale « ga … WEG », provenant du verbe « WEGgaan », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « GAAN ».
Lorsque « WEGGAAN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « WEG », derrière les compléments (« graag » et « met lege handen »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEPLEEGD VTT PLEGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (de indringer) heeft hier een overval gepleegd » (« Il a perpétré ici un braquage »).
On y trouve notamment la forme verbale « gepleegd », participe passé provenant de l’infinitif « PLEGEN ». Ce verbe « PLEGEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik pleeg ») se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » + « PLEEG » + « D » = « GEPLEEGD ».
Il y a REJET de ce participe passé, derrière les compléments (« hier » et «een overval ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GESLAGEN VTT SLAAN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De ober is bewusteloos geslagen » (« Le majordome est inconsciemment frappé => a été assommé »).
On y trouve notamment la forme verbale « GESLAGEN », participe passé provenant de l’infinitif « SLAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GESLAGEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« bewusteloos »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Il ne faut pas confondre « SLAAN » avec le verbe « SLAGEN », considéré comme « régulier ».

Nom : DRINGT BINNEN OTT BINNENDRINGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Robert) dringt (langs achter) binnen » (« Il pénètre par l’arrière »).
On y trouve la forme verbale « dringt … BINNEN », présent (ou O.T.T.) provenant du verbe « BINNENdringen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « DRINGEN ».
Il y a REJET de la particule séparable « BINNEN », composante du verbe, derrière le complément éventuel (« langs achter »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composantes, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DRING BINNEN OTT BINNENDRINGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik dring langs achter binnen » (« Je pénètre par l’arrière »).
On y trouve la forme verbale « dring … BINNEN », présent (ou O.T.T.) provenant du verbe « BINNENdringen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « DRINGEN ».
Il y a REJET de la particule séparable « BINNEN », composante du verbe, derrière le complément (« langs achter »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composantes, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEVOLGD VTT VOLGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/03/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De man vermoedt misschien dat hij (door iemand) (wordt) gevolgd wordt » (« L’homme suppose peut-être qu’il est suivi »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée, notamment la forme verbale «gevolgd », participe passé provenant de l’infinitif « VOLGEN ». Ce verbe « VOLGEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik volg ») se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » + « VOLG » + « D » = « GEVOLGD ».
Il y a REJET de ce participe passé, derrière le complément éventuel («door iemand ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : HADDEN OVT HEBBEN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Koningen en edelen hadden alchimisten in dienst » (« Des rois et des nobles avaient des alchimistes en service = à leur service »).
On y trouve notamment la forme verbale « HADDEN », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « HEBBEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : BEREIKT VTT BEREIKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/03/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « buiten de ingewijden wist niemand wat er (dan) (werd) bereikt werd » (« en dehors des initiés, personne ne savait ce qui était réalisé => visé »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
Dans la phrase subordonnée, on trouve la forme verbale « bereikt », participe passé provenant de l’infinitif « BEREIKEN », considéré comme verbe « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik bereik ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « T » minoritaire comme terminaison des participes passés : « BEREIK » + « T » = « BEREIKT ».
Quand « BEREIKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « bereikt» derrière le complément éventuel (« dan ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WIST OVT WETEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « buiten de ingewijden wist niemand … » (« en dehors des initiés, personne ne savait … »).
On y trouve notamment la forme verbale « WIST » (O.V.T. ou « prétérit »), provenant de l’infinitif « WETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase commençant par un complément, cela engendre une INVERSION : le sujet « niemand » passe derrière le verbe « wist ».
On aurait pu avoir la variante suivante : « niemand wist buiten de ingewijden … ».

Nom : GEBEURDE OVT GEBEUREN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het gebeurde allemaal in het geheim » (« Cela eut lieu complètement dans le secret = tout cela eut lieu en secret »).
Ce verbe « GEBEUREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « gebeur ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« GEBEUR » + « DE » = « GEBEURDE ».

Nom : KONDEN OVT KUNNEN REJET VERANDEREN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « de Steen der Wijzen waarmede ze onedelen metalen in goud konden veranderen » (« la Pierre philosophale avec laquelle ils pouvaient = auraient pu transformer des métaux non nobles en or »).
L’auxiliaire de mode de la CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN » et un O.V.T. (ou prétérit) « KON » (PLURIEL irrégulier « KONDEN »). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici « veranderen »), derrière les compléments (« onedelen metalen » et « in goud »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Le verbe « KUNNEN » fait l’objet (au seul prétérit ou O.V.T.) des « temps primitifs ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oubliez pas que, dans une phrase subordonnée néerlandaise, la forme verbale (ici « konden ») ne se trouve plus à côté de son sujet (ici « ZE »).

Nom : ZOCHTEN OVT ZOEKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« De alchimisten zochten naar de Steen der Wijzen »
(« Les alchimistes cherchaient la Pierre philosophale »).
On y trouve notamment « ZOCHTEN », O.V.T. (ou « prétérit ») du verbe « ZOEKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez la préposition « naar » avec le verbe « ZOEKEN ».

Nom : KOMEN UIT OTT UITKOMEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Zeven straten komen op de Grote Markt uit » (« Sept rues donnent sur la Grand’Place »).
On y trouve la forme verbale « komen … UIT », provenant du verbe « UITkomen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KOMEN ».
Lorsque « UITKOMEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « UIT », derrière le complément (« op de Grote Markt »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBOUWD VTT BOUWEN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Door zeven ingewijden werd de stad op zeven heuvelen / heuvels gebouwd » (« La ville fut construite par sept initiés sur sept collines »).
On y trouve la forme verbale « GEBOUWD » provenant de l’infinitif « BOUWEN », verbe considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik BOUW ») se terminant par la consonne « W », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » + « BOUW » + « D » = « GEBOUWD ».
Le participe passé « GEBOUWD » fait l’objet d’un REJET derrière le complément (« op zeven heuvelen ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici « WERD ») est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ». Il fait aussi l’objet des « temps primitifs ».
La phrase commençant par un complément (« Door zeven ingewijden »), cela engendre une INVERSION : le sujet « de stad » passe derrière le verbe « werd ».

Nom : GEBOUWD VTT BOUWEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een geschiedkundige schreef in 1614 dat Brussel op basis van het cijfer zeven werd gebouwd » (« Un historien écrivit en 1614 que Bruxelles fut construite sur base du chiffre sept »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale « GEBOUWD » provenant de l’infinitif « BOUWEN », verbe considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik BOUW ») se terminant par la consonne « W », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » + « BOUW » + « D » = « GEBOUWD ».
Le participe passé « GEBOUWD » fait l’objet d’un REJET derrière le complément («op basis van het cijfer zeven ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici « WERD ») est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ». Il fait aussi l’objet des « temps primitifs ».

Nom : SCHREEF OVT SCHRIJVEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een geschiedkundige schreef in 1614 dat » (« Un historien écrivit en 1614 que »).
On trouve donc ici notamment la forme verbale « SCHREEF », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « SCHRIJVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.).
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé (la plus nombreuse étant celle des « IJ ») :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : LIET OVT LATEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Waarheen liet hij zich rijden ? » (« Où se laissa-t-il conduire ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « LIET », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « LATEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GAF OVT GEVEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (…) het adres dat hij aan mijn collega gaf » (« l’adresse qu’il donna à mon collègue »).
On y trouve, dans une phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale « GAF », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « GEVEN ». Le verbe « GEVEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez que le « DAT » introduisant ici la phrase subordonnée est dû au déterminant défini (« het ») de « « HET adres », du genre neutre.
N’oubliez pas que, dans une phrase subordonnée, la forme verbale (ici «gaf») n’est plus à côté de son sujet (ici « hij ») et fait l’objet d’un REJET derrière le complément (ici « aan mijn collega »). Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GING VANDOOR OVT VANDOOR GAAN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij ging er in een taxi vandoor » (« Il se tira / s’est tiré en taxi »).
On y trouve notamment la forme verbale « GING » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « GAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve plus particulièrement « ging … VANDOOR », qui aurait pu provenir d’un infinitif « VANDOORgaan », verbe qui aurait été « à particule séparable ». Mais on a plutôt affaire à un adverbe pronominal « er (daar) … VANDOOR », composé de deux anciennes prépositions « VAN » et « DOOR », correspondant à des notions de déplacement.
Toujours est-il que l’expression « VANDOOR gaan », quand elle est « conjuguée », engendre en néerlandais l’équivalent d’une séparation de « VANDOOR » de sa forme verbale proprement dite et cette sorte de particule séparable « VANDOOR », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« in een taxi »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GA ACHTERNA OTT ACHTERNAGAAN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Ik ga de man achterna ! » (« Je vais derrière l’homme => je me lance à la poursuite de l’homme ! »).
On y trouve la forme verbale « ga … ACHTERNA », provenant du verbe « ACHTERNAgaan », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « GAAN ».
Lorsque « ACHTERNAGAAN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « ACHTERNA », derrière le complément (« de man »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BRENG WEG IMPERATIF WEGBRENGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Breng hem (nummer 17) weg ! » (« Emmène-le ! »).
On y trouve la forme verbale « breng … WEG », provenant du verbe « WEGbrengen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « BRENGEN ».
Lorsque « WEGBRENGEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « WEG », derrière le complément (« hem »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERSTUIKTE OVT VERSTUIKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik verstuikte mijn voet » (« Je tordis / J’ai tordu mon pied => Je me suis foulé le pied »).
On y trouve notamment le verbe « VERSTUIKEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik verstuik ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit :
« VERSTUIK » + « TE » = « VERSTUIKTE ».

Nom : HADDEN OVT HEBBEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De verdwenen personen hadden allen iets te maken met een sekte » (« Les personnes disparues avaient toutes à faire / affaire à une secte »).
On y trouve notamment la forme verbale « HADDEN », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « HEBBEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : VERDWENEN VTT VERDWIJNEN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De verdwenen personen » (« Les personnes disparues »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc ici notamment la forme verbale « VERDWENEN » (utilisée comme adjectif), participe passé provenant de l’infinitif « VERDWIJNEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : WAS OVT ZIJN 3 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/03/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Zij was lid van een geheime sekte » (« Elle était membre d’une secte => société secrète »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : OMKWAM OVT OMKOMEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/03/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij proberen uit te maken hoe zij (Agatha Monest) omkwam » (« Nous tentons de déterminer comment elle succomba »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée relative (introduite par « HOE »), la forme verbale « OMKWAM », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « OMKOMEN », lui-même construit sur « KOMEN ».
Le verbe « KOMEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : PROBEREN UIT TE MAKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/02/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij proberen uit te maken hoe zij (Agatha Monest) omkwam » (« Nous tentons de déterminer comment elle succomba »).
On y trouve notamment le verbe « PROBEREN », qui exige un « TE » (équivalant au « DE » français) devant l’infinitif. Exemples à :
http://www.idesetautres.be/upload/CONSTRUCTIONS%20PHRASES%20NL%20ZC10%20TE+INFINITIF.zip
On y trouve également la forme verbale « UIT … maken », provenant de l’infinitif « UITmaken », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « MAKEN ».
Quand « UITmaken » est conjugué (c’est plus ou moins le cas ici), cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de sa forme verbale proprement dite.

Nom : TRACHTTE OVT TRACHTEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/02/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij trachtte ons te doden » (« il tenta de nous tuer »).
On y trouve notamment le verbe « TRACHTEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik tracht ») se terminant par la consonne « T », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit :
« TRACHT » + « TE » = « TRACHTTE ».
Notez que le verbe « TRACHTEN » exige un « TE » (équivalant au « DE » français) devant l’infinitif. Exemples à :
http://www.idesetautres.be/upload/CONSTRUCTIONS%20PHRASES%20NL%20ZC10%20TE+INFINITIF.zip

Nom : VOLGDE OVT VOLGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/02/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Ik volgde hem » (« Je le suivis = je l’ai suivi »).
Ce verbe « VOLGEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik volg ») se terminant par la consonne « G », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « VOLG » + « DE » = « VOLGDE ».

Nom : GEZOCHT VTT ZOEKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/02/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zag toevallig (…) een gezochte boef » (« Je vis / j’ai vu par hasard un malfrat recherché »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEZOCHT », participe passé (utilisé comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif « ZOEKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEZOCHT » est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans un autre contexte, le participe passé « GEZOCHT » fait normalement l’objet d’un REJET, derrière le complément, à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAG OVT ZIEN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/02/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zag toevallig (…) een gezochte boef » (« Je vis / j’ai vu par hasard un malfrat recherché »).
On y trouve notamment la forme verbale « ZAG », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
ATTENTION : Beaucoup d’apprenants croient que la forme verbale « ZAG », provient de l’infinitif « ZEGGEN », également irrégulier à l’O.V.T. …

Nom : SCHOOT OVT SCHIETEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/02/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wie schoot op ons ? » (« Qui tira / a tiré sur nous ? »).
On y trouve la forme verbale « SCHOOT », prétérit (O.V.T.) provenant de l’infinitif « SCHIETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IE », donne une voyelle « O ». Il faut donc noter que son participe passé se construira sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : KWAM OVT KOMEN 3 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/02/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat kwam van de andere kant » (« Cela venait de l’autre côté »).
On y trouve notamment la forme verbale « KWAM », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « KOMEN ».
Le verbe « KOMEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : ZAG OVT ZIEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/02/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zag iets achter die schoorsteen bewegen » (« Je vis / j’ai vu bouger quelque chose derrière cette cheminée »).
On y trouve notamment la forme verbale « ZAG », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
ATTENTION : Beaucoup d’apprenants croient que la forme verbale « ZAG », provient de l’infinitif « ZEGGEN », également irrégulier à l’O.V.T. …

Nom : VIEL OVT VALLEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/02/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Die steen viel niet vanzelf » (« Cette pierre ne tombait pas d’elle-même => toute seule »).
On y trouve notamment la forme verbale « VIEL » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « VALLEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Voir notre tableau :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : PAS OP IMPERATIF OPGEPAST VTT OPPASSEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/02/2021

Description : Les deux phrases suivantes sont grammaticalement intéressantes: « Pas op ! » « Opgepast ! » (« Fais attention ! »).
On y trouve la seule forme verbale « Pas op ! », impératif, ou « OPgepast », participe passé provenant de l’infinitif « OPpassen», verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « PASSEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent : « ik pas op ») se terminant par la consonne « S », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « OPpassen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEpast ».

Nom : BESPIED VTT BESPIEDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/02/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij (Robert en Bertrand) keren huiswaarts maar bemerken niet dat zij (door iemand) bespied worden » (« Ils retournent vers leur maison mais ne remarquent pas qu’ils sont épiés »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc la forme verbale « BEspied », participe passé provenant de l’infinitif « BEspieden », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Le participe passé « BEspied » est identique à la première personne de l’indicatif présent (radical se terminant déjà par un D) et fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« door iemand »), à la fin de la phrase subordonnée (introduite par « DAT »). Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : VERSPERD OVT VERSPERREN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/02/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De grondverzakking heeft de toegang totaal versperd » (« L’effondrement de terrain a totalement obstrué l’accès => le passage »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc la forme verbale « versperd », participe passé provenant de l’infinitif « VERsperren », considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), qui NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et qui NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik versper ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
(pas de préfixe « GE ») + « VERSPER » + « D » = « VERSPERD ».
Le participe passé « versperd » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« de toegang » et « totaal »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DEED OVT DOEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/02/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Wat deed zij hier ? » (« Que faisait-elle ici ? »).
On y trouve la forme verbale « DEED », O.V.T. ou « prétérit » provenant de l’infinitif « DOEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : KWAM OVT KOMEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/02/2021

Description : La triple phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Als we de geheime gang volgen kunnen we (gemakkelijker) uitmaken waar Agatha vandaan kwam » (« Si nous suivons le couloir secret, nous pouvons déterminer d’où Agatha venait »).
On y trouve notamment la forme verbale « KWAM », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « KOMEN ».
Le verbe « KOMEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oubliez pas que, dans une phrase subordonnée, la forme verbale (ici «kwam») n’est plus à côté de son sujet (ici « Agatha ») et fait l’objet d’un REJET derrière le complément (ici « vandaan »). Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KUNNEN REJET UITMAKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/02/2021

Description : La triple phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Als we de geheime gang volgen kunnen we (gemakkelijker) uitmaken waar Agatha vandaan kwam » (« Si nous suivons le couloir secret, nous pouvons déterminer d’où Agatha venait »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre infinitif (« uitmaken ») derrière le complément éventuel (« gemakkelijker »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par l’équivalent d’un complément (la phrase « Als we de geheime gang volgen » joue ce rôle), cela engendre une INVERSION : le sujet « we » passe derrière le verbe « kunnen ».
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE», l’infinitif « MOGEN » :
« … mogen we uitmaken. »

Nom : DOUBLE INFINITIF VTT HEBBEN KUNNEN VERSCHALKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/02/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Die politieman hebben we (gemakkelijk) kunnen verschalken » (« Nous avons pu duper ce policier »).
La phrase est, en fait, au passé composé et la forme verbale de « KUNNEN » aurait dû être au participe passé mais on a ici affaire à ce que l’on appelle le « double infinitif », solution intéressante pour éviter les « temps primitifs » quand on ne les maîtrise pas.
Les deux infinitifs font l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« gemakkelijk »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Die politieman »), cela engendre une INVERSION : le sujet « we » passe derrière le verbe « hebben».
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE», l’infinitif « MOGEN » :
« Die politieman hebben we (gemakkelijk) mogen verschalken. »

Nom : OMHEIND VTT OMHEINEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/02/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Terug in Brussel stellen de vagebonden vast dat de kuil omheind is » (« De retour à Bruxelles, les vagabonds constatent que la fosse est entouré par une clôture »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale « OMheind », participe passé provenant de l’infinitif « OMheinen » (qui N’est PAS un verbe dit à « particule séparable »). Ce verbe est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik omhein ») se terminant par la consonne « N », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés.
Quand « OMheinen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela n’entraîne PAS en néerlandais une séparation de la particule « OM » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) NE s’intercalant (exceptionnellement) PAS entre eux => « omheind ».

Nom : STELLEN VAST OTT VASTSTELLEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/02/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Terug in Brussel stellen de vagebonden (daar) vast ... » (« De retour à Bruxelles, les vagabonds constatent que … »).
On y trouve la forme verbale « stellen … VAST », provenant de l’infinitif « VASTstellen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « STELLEN ».
Quand « VASTstellen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « VAST » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le complément éventuel (« daar »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Terug in Brussel »), cela engendre une INVERSION : le sujet « de vagebonden » passe derrière le verbe « stellen ».

Nom : KWAM TERECHT TERECHTKWAM OVT TERECHTKOMEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/02/2021

Description : La triple phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Keer (naar het Vossenplein) terug en zoek (in het Vossenplein) uit hoe en waarom zij daar terecht kwam » (« Retourne à la place du Jeu de Balle et cherche comment et pourquoi elle aboutit / a abouti là »).
On y trouve la forme verbale « kwam … terecht », O.V.T. (ou prétérit) provenant du verbe « TERECHTkomen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KOMEN ».
Quand « TERECHTkomen » est conjugué, cela entraîne normalement en néerlandais une séparation de la particule « TERECHT » de son infinitif proprement dit et son REJET, derrière le complément (« daar »), à la fin de la phrase, ce que l’on aurait pu mieux voir dans la variante suivante : « zij kwam daar terecht ». Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
N’oubliez pas que, dans une phrase subordonnée néerlandaise (introduite ici par « hoe en waarom »), la forme verbale (ici « kwam ») n’est plus à côté de son sujet (ici « zij »).

Nom : ZOEK UIT IMPERATIF UITZOEKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/02/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zoek (in het Vossenplein) uit ! » (« Cherche sur la place du Jeu de balle ! »).
On y trouve la forme verbale « zoek … UIT », provenant de l’infinitif « UITzoeken », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « ZOEKEN ».
Quand « UITzoeken » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le complément éventuel (« in het Vossenplein »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KEER TERUG IMPERATIF TERUGKEREN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/02/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Keer (naar het Vossenplein) terug ! » (« Retourne à la place du Jeu de balle ! »).
On y trouve la forme verbale « keer … TERUG », provenant de l’infinitif « TERUGkeren », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KEREN ».
Quand « TERUGkeren » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le complément éventuel (« naar het Vossenplein »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BEVONDEN VTT BEVINDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/02/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij (Agatha) moet zich in die geheime gang tijdens de instorting (hebben) bevonden hebben » (« Elle doit s’être trouvée dans le couloir secret pendant l’effondrement »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On y trouve notamment la forme verbale « BEVONDEN », participe passé provenant de l’infinitif « BEVINDEN », lui-même construit sur « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en «I», donne une voyelle « O » pour les temps du passé. Ce participe passé « BEVONDEN » est construit sur le PLURIEL du prétérit ou O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « BEVONDEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« in die geheime gang » et « tijdens de instorting »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici « hebben »), derrière les compléments, à la fin de la phrase et à l’infinitif.

Nom : BLOOTGELEGD OTT BLOOTLEGGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/02/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Tijdens de bergingswerken op het Vosseplein werd een geheime gang blootgelegd » (« Pendant les travaux de sauvetage à la place du Jeu de balle, un couloir secret a été mis à nu »).
On y trouve la forme verbale « blootgelegd », participe passé provenant de l’infinitif « BLOOTLEGGEN », dit « à particule séparable ». Ce verbe « LEGGEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik leg ») se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » + « LEG » + « D » = « GELEGD ».
Quand « BLOOTLEGGEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « BLOOT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « blootgelegd ».
La phrase commençant par un complément (« Tijdens de bergingswerken op het Vosseplein »), cela entraîne une INVERSION du sujet « een geheime gang » qui passe derrière son verbe « werd ».

Nom : KWAM OVT KOMEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/02/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hoe kwam zij dan ? … » (« Comment arriva-t-elle alors ? … »).
On y trouve notamment la forme verbale « KWAM », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « KOMEN ».
Le verbe « KOMEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : ZAGEN OVT ZIEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/02/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « wij zagen enkel de man en de vrouw in de kuil storten » (« nous vîmes / avons vu seulement disparaître dans la fosse l’homme et la femme = nous n’avons vu que l’homme et la femme disparaître dans la fosse »).
On y trouve notamment la forme verbale « ZAGEN », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
ATTENTION : Beaucoup d’apprenants croient que la forme verbale « ZAGEN », provient de l’infinitif « ZEGGEN », également irrégulier à l’O.V.T.

Nom : GRAVEN OP OTT OPGRAVEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/02/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze (Robert en Bertrand) graven het lichaam op » (« Ils déterrent le corps »).
On y trouve la forme verbale « graven … op », provenant de l’infinitif « OPGRAVEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « GRAVEN ».
Rappelons, lorsque le verbe est conjugué, que la particule séparable fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (ici « het lichaam »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : LAAT DOOR IMPERATIF DOORLATEN DOORGAAN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/02/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Laat mij door(gaan) ! » (« Laisse-moi passer ! »).
On y trouve la forme verbale « laat … DOOR », qui pourrait provenir du verbe « DOORlaten », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « LATEN ». Il y aurait alors REJET de la particule séparable « DOOR », derrière le complément (« mij »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Mais nous avons plutôt affaire au verbe « DOORgaan », certainement « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « GAAN ».

Nom : ZAL OTT ZULLEN REJET OVERLEVEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/02/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressant : « De vrouw zal het (= het ongeval) overleven » (« La femme va y survivre = à l’accident »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale («overleven») à la fin de la phrase, derrière le complément (« het »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DALEN AF OTT AFDALEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/01/2021

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze (Robert en Bertrand) dalen als eersten in de kuil af om hulp te bieden » (« Ils descendent les premiers dans la fosse pour apporter de l’aide»).
On y trouve la forme verbale « dalen … af », provenant de l’infinitif «AFDALEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « DALEN ».
Rappelons, lorsque le verbe est conjugué, que la particule séparable fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (ici « als eersten » et « in de kuil »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussi, une phrase subordonnée « infinitive », introduite par « POUR » qui, devant les verbes, est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Le complément (ici « hulp ») s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « bieden ».

Nom : SLOKT OP OTT OPSLOKKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/01/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het lijkt alsof de aarde hem (Jean-Baptiste Dolo) en zijn moeder plots opslokt » (« C’est comme si la terre les engloutit soudain lui et sa mère »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « ALSOF »), la forme verbale « opslokt », provenant de l’infinitif « OPSLOKKEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur «SLOKKEN ».
Rappelons que, dans la phrase subordonnée néerlandaise, le verbe ne se trouve plus à côté de son sujet et fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« hem en zijn moeder » » et « plots »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
« OPSLOKKEN » est bel et bien un verbe « à particule séparable », ce que l’on peut mieux constater si l’on se réfère à la variante suivante : «de aarde slokt hem en zijn moeder plots op ».

Nom : KEREN TERUG OTT TERUGKEREN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « de vagebonden keren langs het Vossenplein terug » (« les vagabonds retournent par la place du Jeu de balle »).
On y trouve la forme verbale « keren … TERUG », provenant de l’infinitif « TERUGkeren », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KEREN ».
Quand « TERUGkeren » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule faisant normalement l’objet d’un REJET derrière le complément (« langs het Vossenplein »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERDWENEN VTT VERDWIJNEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze moet langs één van deze poortjes verdwenen zijn » (« Elle doit avoir disparu par une de ces petites portes »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc ici notamment la forme verbale « VERDWENEN », participe passé provenant de l’infinitif « VERDWIJNEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : ZIT OP OTT OPZITTEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Er zit niets anders op ... » (« Il n’y a pas d’autre choix ... »).
On y trouve la forme verbale « zit … op », provenant du verbe « OPzitten », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « ZITTEN ».
Quand « OPzitten » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit et son REJET, derrière le complément (« niets anders »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
N’oubliez pas que tout adjectif suivant « niets » (ou « iets ») devra se terminer par « S » : « ander » + « S » = « anders ».

Nom : MOET REJET ZIJN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze moet langs één van deze poortjes verdwenen zijn » (« Elle doit avoir disparu par une de ces petites portes »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« zijn »), derrière le complément («langs één van deze poortjes »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : LATEN WE REJET VOLGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Laten we haar volgen ! » (« Suivons-la ! »).
N’oublions pas que la tournure « LATEN we » (littéralement « Laissons-nous ») de la première personne du pluriel de l’IMPERATIF présent exige un REJET de l’infinitif (ici « volgen »), derrière le complément (« haar »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WAREN OVT ZIJN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het waren beiden alleenstaande personen » (« C’étaient toutes les deux des personnes isolées »).
On y trouve notamment la forme verbale « WAREN » (pluriel irrégulier de « WAS »), O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve également, utilisé comme adjectif, le participe présent « alleenstaand », construit sur l’infinitif « STAAN ».

Nom : GEVONDEN VTT VINDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Volgens de krant werden twee vermisten in het kanaal gevonden » (« Suivant le journal, deux disparus furent = ont été trouvés dans le canal »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEVONDEN », participe passé provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en «I», donne une voyelle « O » pour les temps du passé. Ce participe passé « GEVONDEN » est construit sur le PLURIEL du prétérit ou O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEVONDEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« in het kanaal »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Volgens de krant »), cela engendre une INVERSION : le sujet « twee vermisten » passe derrière le verbe « werden ».
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici à l’O.V.T.) est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
Notez que « vermisten » est le participe passé « substantivé » de « vermissen ».

Nom : GAAN IN OTT INGAAN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze (Robert en Bertrand) gaan op de aanbieding in = Ze nemen de aanbieding aan » (« Ils acceptent l’offre »).
On y trouve notamment la forme verbale « gaan … IN », qui provient de l’infinitif « INgaan », verbe « à particule séparable », construit sur le verbe « GAAN ».
Lorsque ce verbe « INgaan » est « conjugué », il y a séparation de la particule « IN » de sa forme verbale proprement dite et cette composante du verbe fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« op de aanbieding »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GA NA OTT NAGAAN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ga haar gedrag na » (« Surveille son comportement »).
On y trouve notamment la forme verbale « ga … NA », qui provient de l’infinitif « NAgaan », verbe « à particule séparable », construit sur le verbe « GAAN ».
Lorsque ce verbe « NAgaan » est « conjugué », il y a séparation de la particule « NA » de sa forme verbale proprement dite et cette composante du verbe fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« haar gedrag »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : HUURDE OVT HUREN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik huurde een huis tegenover de woonplaats van Agatha » (« Je louai = j’ai loué en face de la résidence d’Agatha »).
Ce verbe « HOREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik huur ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « HUUR » + « DE » = « HUURDE ».

Nom : WIL REJET BESCHERMEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik wil haar (Agatha) beschermen » (« Je veux la protéger »).
L’auxiliaire de mode de la « VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici, « beschermen ») derrière le complément (« haar »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KUNNEN REJET HELPEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Daar kunnen jullie mij helpen » (« Là => En cela vous pouvez m’aider »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« helpen»), derrière le complément (« mij »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait plutôt dû avoir « MOGEN », l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE » :
« Daar mogen jullie mij helpen ».
La phrase commençant par un complément (« Daar »), cela engendre une INVERSION : le sujet « jullie » passe derrière le verbe « kunnen ».

Nom : GESTRAFT VTT STRAFFEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Verraad aan de sekte wordt met de dood gestraft » (« La trahison envers la secte est punie de la peine de mort »).
On y trouve la forme verbale « gestraft », participe passé provenant de l’infinitif « STRAFFEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik straf ») se terminant par la consonne « F », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : VOND OVT VINDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/01/2021

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Kijk, dit is een zonderlinge brief die ik bij haar vond » (« Regarde, c’est une lettre singulière que je trouvai / j’ai trouvée chez elle »).
On y découvre, dans la phrase subordonnée (introduite par « DIE »), la forme verbale « VOND », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oubliez pas que, dans une phrase subordonnée néerlandaise, la forme verbale (ici « vond ») n’est plus à côté de son sujet (ici « ik »). Ils sont séparés par le complément (« bij haar »).

Nom : WEIGEREN MEE TE DELEN MEEDELEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/01/2021

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij weigert halsstarrig mij haar zorgen mee te delen = met mij te delen » (« Elle refuse obstinément de partager ses soucis avec moi »).
On trouve ici, d’une part, le verbe « WEIGEREN » qui exige un « TE » devant l’infinitif (« delen »), correspondant à l’équivalent français « REFUSER DE ».
Voyez, par exemple :
https://www.idesetautres.be/upload/CONSTRUCTIONS%20PHRASES%20NL%20ZC10%20TE+INFINITIF.zip
On trouve, d’autre part, dans la subordonnée « infinitive », la forme verbale « MEE … delen », provenant de l’infinitif « MEEDELEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « DELEN ».
Lorsque « MEEDELEN » est conjugué, la particule « MEE » (venant de la préposition « MET ») se sépare de son infinitif proprement dit. Dans ce cas-ci, c’est l’équivalent du français «de» qui les sépare.

Nom : BETROKKEN VTT BETREKKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij is beslist bij iets geheimzinnigs betrokken » (« Elle est décidément impliquée dans quelque chose de mystérieux »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve ici notamment la forme verbale « betrokken », participe passé provenant de l’infinitif « BEtrekken », lui-même construit sur l’infinitif « TREKKEN » qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « betrokken » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« bij iets geheimzinnigs »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BESLIST VTT BESLISSEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij is beslist bij iets geheimzinnigs betrokken » (« Elle est décidément impliquée dans quelque chose de mystérieux »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve la forme verbale « beslist », participe passé (utilisé ici comme adverbe) provenant de l’infinitif « BESLISSEN », considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.) mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik beslis ») se terminant par la consonne « S », on trouvera le « T » minoritaire comme terminaison des participes passés :
(PAS de préfixe « GE ») + « BESLIS » + « T » = « BESLIST ».
N’oublions pas qu’un adjectif suivant « IETS » se terminera exceptionnellement par un « S » : ( IETS) + « GEHEIMZINNIG » + « S » = « GEHEIMZINNIGS ».

Nom : NODIG HEBBEN REJET NODIG ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij heeft bescherming nodig » (« Elle a besoin de protection »).
On y trouve la forme verbale « heeft … nodig », provenant de l’expression à l’infinitif « nodig hebben ».
« nodig » réagit comme une « particule séparable » et fait l’objet d’un REJET derrière le complément (« bescherming»), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WAS OVT ZIJN 2 ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Dat was geen verzinsel » (« Ce n’était pas une invention»).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez que la négation devant un nom est rendue, en néerlandais, par le mot «geen» correspondant à «pas un(e)».

Nom : ZAL ZULLEN REJET VERSCHAFFEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressant : « Mijn vriendin zal hen onderdak en loon verschaffen » (« Mon amie va leur fournir gîte et salaire »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL » (anciennement « ZULT »). Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale («verschaffen») à la fin de la phrase, derrière les compléments (« hen » et « onderdak en loon »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZOCHT OVT ZOEKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zocht hen » (« Je les cherchais »).
On y trouve la forme verbale « ZOCHT », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZOEKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : MAG OTT MOGEN REJET AANHOUDEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je mag die jongens niet aanhouden » (« Tu ne peux pas arrêter ces garçons »).
L’auxiliaire de mode de la POSSIBILITE est l’infinitif « MOGEN », donnant un singulier « MAG ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« aanhouden »), derrière le complément (« die jongens »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KAN KUNNEN REJET DOEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Wat kan ik voor u doen ? » (« Que puis-je faire pour vous ? »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« doen »), derrière le complément (« voor u » »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir « MAG », singulier de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« Wat mag ik voor u doen ? »

Nom : WAS OVT ZIJN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Het was mijn schuld » (« C’était ma faute »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : IK HEB HEN TE PAKKEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Ik heb hen te pakken ! = Ik zal hen mogen pakken ! » (« Je vais pouvoir les attraper => les coffrer ! »).
Notez la structure de la phrase dans cette expression, traduisant une notion de possibilité : elle ressemble à une phrase au passé composé (« Ik heb hen eindelijk gepakt ! ») avec REJET de la forme verbale (« pakken »), derrière le complément (« hen »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WEGWEZEN WEZEN OVT WIJZEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Wegwezen ! » (« Que le chemin de la sortie nous soit indiqué => Déguerpissons ! »).
On trouve, dans cette expression, la forme verbale « WEZEN », provenant de l’infinitif « WIJZEN » qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T. : participe passé = « GEWEZEN »).
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez que l’évolution de la langue néerlandaise tend à « comprimer » les mots et les phrases.

Nom : ACHTERVOLGT OTT ACHTERVOLGEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Nummer 17 die de vagebonden altijd onverbiddelijk achtervolgt » (« N°17 qui poursuit => pourchasse toujours les vagabonds impitoyablement »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée relative (introduite par « DIE »), la forme verbale « achtervolgt », provenant de l’infinitif «ACHTERVOLGEN » qui est considéré comme « régulier », comme la grande majorité des verbes néerlandais, et NE fait PAS partie des verbes dits « à particule séparable ».
Rappelons que, dans la phrase subordonnée néerlandaise, le verbe ne se trouve plus à côté de son sujet et fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments («de vagebonden », « altijd » et «onverbiddelijk»), à la fin de la phrase, ce que l’on peut mieux constater si l’on se réfère à la variante suivante : « Nummer 17 achtervolgt de vagebonden altijd onverbiddelijk ».
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEKRUIST VTT KRUISEN ROBERT EN BERTRAND 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Bij de Hallepoort wordt hun pad (door Nummer 17) gekruist » (« Près de la porte de Hal, leur chemin est croisé par N°17 »).
On y trouve notamment la forme verbale « gekruist », participe passé provenant de l’infinitif «KRUISEN » qui, est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik kruis ») se terminant par la consonne « S », on trouvera le « T » minoritaire comme terminaison du participe passé :
« GE » + « KRUIS » + « T » = « GEKRUIST ».
Le participe passé « gekruist » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément («door Nummer 17 »), à la fin de la phrase, comme dans la variante : « Hun pad wordt door Nummer 17 bij de Hallepoort gekruist ». Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Bij de Hallepoort »), cela engendre une INVERSION : le sujet « hun pad » passe derrière le verbe « wordt ».
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : ZWERVEN ROND OTT RONDZWERVEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/01/2021

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « En terwijl hij (Nummer 17), verslagen maar gestand aan zijn woord, vóór een zware maaltijd staat, zwerven onze vrienden weer vrij rond » (« Et pendant que, vaincu mais tenu par sa parole, il se trouve devant un lourd repas, nos amis errent à nouveau librement »).
On y trouve la forme verbale « zwerven … ROND », provenant de l’infinitif « RONDzwerven », verbe dit « à particule séparable » lui-même construit sur l’infinitif « ZWERVEN ».
Quand « RONDzwerven » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « ROND » de son infinitif proprement dit et il y a son REJET derrière les compléments (« weer » et « vrij »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase subordonnée (« En terwijl hij vóór een zware maaltijd staat ») jouant le rôle d’un complément commençant la phrase principale, cela y engendre une INVERSION : le sujet « onze vrienden » passe derrière le verbe « zwerven ».

Nom : GESTAND VTT STANNEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/12/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « En terwijl hij (Nummer 17), verslagen maar gestand aan zijn woord, vóór een zware maaltijd staat … » (« Et pendant que, vaincu mais tenu par sa parole, il se trouve devant un lourd repas … »).
On trouve ici notamment la forme verbale « gestand », participe passé provenant d’un infinitif « STANNEN », qui n’existe plus.
Ce verbe « STANNEN » pouvait être considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE faisait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE faisait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik stan ») se terminant par la consonne « N », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » + « STAN » + « D » = « GESTAND ».

Nom : VERSLAGEN VTT VERSLAAN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/12/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « En terwijl hij (Nummer 17), verslagen maar gestand aan zijn woord, vóór een zware maaltijd staat … » (« Et pendant que, vaincu mais tenu par sa parole, il se trouve devant un lourd repas … »).
Rappelons tout d’abord que, au participe passé, les verbes commençant par les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER-, NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve ici notamment la forme verbale « verslagen », participe passé provenant de l’infinitif « VERSLAAN », lui-même construit sur « SLAAN ».
L’infinitif « SLAAN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : WAREN OVT ZIJN 4 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/12/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Nummer 17) geloofde dadelijk dat ze weg waren » (« Il a immédiatement cru qu’ils étaient partis => s’étaient échappés »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale « WAREN » (pluriel irrégulier de « WAS »), O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GELOOFDE OVT GELOVEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/12/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Nummer 17) geloofde dadelijk dat ze weg waren » (« Il a immédiatement cru qu’ils étaient partis => s’étaient échappés »).
L’infinitif « GELOVEN » est considéré comme un verbe « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP ».
En effet le radical du verbe « GELOVEN » (première personne du présent, « Ik geloof ») se terminant par la consonne « F », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« GELOOF » + « DE » = « GELOOFDE ».

Nom : HERSTELDE OVT HERSTELLEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/12/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb de man omgekocht die de wagen herstelde » (« J’ai corrompu / soudoyé l’homme qui réparait la voiture … »).
L’infinitif « HERSTELLEN » (dans la phrase subordonnée introduite par « DIE ») est considéré comme un verbe « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP ».
En effet le radical du verbe « HERSTELLEN » (première personne du présent, « Ik herstel ») se terminant par la consonne « L », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« HERSTEL » + « DE » = « HERSTELDE ».
Il y a, dans une phrase subordonnée, REJET de la forme verbale à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OMGEKOCHT VTT OMKOPEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/12/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb de man omgekocht die de wagen herstelde » (« J’ai corrompu / soudoyé l’homme qui réparait la voiture … » ).
On y trouve la forme verbale « omgekocht », participe passé provenant de l’infinitif « OMkopen », lui-même construit sur l’infinitif « KOPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « OMkopen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OM » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « omGEkocht ».
Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « omgekocht » derrière le complément (« de man »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KUNT KUNNEN REJET INHALEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/12/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je kunt (= kan) ze nog inhalen » (« Tu peux encore les rattraper »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« inhalen »), derrière les compléments (« ze » et « nog »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » (avec « MAG » au singulier) :
« Je kunt (= kan) ze nog inhalen ».

Nom : ZAG OVT ZIEN 5 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/12/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zag hen net achter de kerk lopen » (« Je les vis / je les ai vus courir derrière l’église il y a un instant »).
On y trouve notamment la forme verbale « ZAG », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
ATTENTION : Beaucoup d’apprenants croient que la forme verbale « ZAG », provient de l’infinitif « ZEGGEN », également irrégulier à l’O.V.T. …

Nom : VRIJGELATEN VTT VRIJLATEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/12/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb niemand vrijgelaten » (« Je n’ai libéré personne »).
On y trouve notamment la forme verbale « VRIJGELATEN », participe passé utilisé, provenant de l’infinitif « VRIJLATEN », lui-même construit sur « LATEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « VRIJlaten » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « VRIJ » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « vrijgelaten ».
Il y a REJET de la forme verbale « vrijgelaten » derrière le complément («niemand ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEMERKT VTT MERKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/12/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb (iets) gemerkt » (« J’ai remarqué … » ).
On y trouve la forme verbale « gemerkt », participe passé provenant de l’infinitif « MERKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik merk ») se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire : préfixe « GE » + « MERK » + « T » = « GEMERKT ».
Quand « MERKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « gemerkt » derrière le complément éventuel (« iets ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GESLOTEN VTT SLUITEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/12/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De deur is (nu) gesloten » (« La porte est fermée »).
On y trouve notamment la forme verbale « GESLOTEN », participe passé utilisé avec un passé composé, provenant de l’infinitif « SLUITEN», qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé « GESLOTEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GESLOTEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« NU »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GELATEN VTT LATEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/12/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We schikken ons gelaten in ons lot » (« Nous nous offrons résignés à notre sort »).
On y trouve notamment la forme verbale « GELATEN », participe passé utilisé ici comme adjectif attribut, provenant de l’infinitif « LATEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé « GELATEN » se construit sur l’INFINITIF. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : WEES IMPERATIF ZIJN GERUST VTT RUSTEN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/12/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Wees gerust ! » (« Sois tranquille / Soyez tranquille ! »).
On y trouve la forme verbale « WEES », impératif provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » pour donner le participe passé « GEWEEST ».
Pour complément d’informations, consultez notamment notre tableau de synthèse « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment trois autres grandes catégories de verbes irréguliers au passé : https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve aussi la forme verbale « gerust », participe passé provenant de l’infinitif « RUSTEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant déjà par la consonne « T », a fortiori on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.

Nom : ZULLEN REJET RIJDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/12/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « we zullen even tot bij de gevangenis rijden » (« nous allons un peu rouler jusqu’à près de la prison »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Il y a ici au FUTUR un REJET de l’autre forme verbale (« rijden »), derrière les compléments (« even » et « tot bij de gevangenis »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KAN KUNNEN REJET ZIEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/12/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Kan ik ze (Robert en Bertrand) nog even zien ? » (« Puis-je encore les voir un peu ? »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« zien »), derrière les compléments (« ze », « nog » et «even »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir « MAG », singulier de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« Mag ik ze nog even zien ? »

Nom : OPGEKNAPT VTT OPKNAPPEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/12/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat was iemand die voor mij een karweitje heeft opgeknapt » (« C’était quelqu’un qui a effectué une tâche pour moi »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « DIE »), la forme verbale « opgeknapt », participe passé provenant de l’infinitif « OPknappen », lui-même construit sur l’infinitif « KNAPPEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (ou première personne du présent : « ik knap op ») se terminant par la consonne « P », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « OPknappen » est conjugué comme participe passé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opgeknapt ».
Il y a REJET de la forme verbale « opgeknapt » derrière le complément (« voor mij ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WAS OVT ZIJN 8 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/12/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat was iemand die voor mij een karweitje heeft opgeknapt » (« C’était quelqu’un qui a effectué une tâche pour moi »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : ZAG OVT ZIEN 4 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/12/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zag u met een man praten » (« Je vous vis / je vous ai vu parler avec un homme »).
On y trouve notamment la forme verbale « ZAG », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
ATTENTION : Beaucoup d’apprenants croient que la forme verbale « ZAG », provient de l’infinitif « ZEGGEN », également irrégulier à l’O.V.T. …

Nom : MAG OTT MOGEN REJET BETEKENEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/12/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wat mag dat betekenen ? » (« Que cela peut-il signifier ? = Qu’est-ce que cela peut signifier ? »).
L’auxiliaire de mode de la POSSIBILITE est l’infinitif « MOGEN », donnant un singulier « MAG ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« betekenen »), derrière le complément (« dat »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZOU REJET OPETEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/12/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Als ze nu ontsnappen, zou ik van wanhoop mijn schoen opeten » (« S’ils s’échappent maintenant, je mangerais mon soulier de désespoir »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (« opeten »), à la fin de la phrase, derrière les compléments (« van wanhoop » et « mijn schoen »), et donc à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase subordonnée (« Als ze nu ontsnappen »), jouant le rôle d’un complément commençant la phrase principale, cela y engendre une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « zou ».

Nom : GEZEGEVIERD VTT ZEGEVIEREN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/12/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Eindelijk heb ik gezegevierd ! » (« Finalement, j’ai triomphé => j’ai fini par triompher ! »).
On y trouve la forme verbale « gezegevierd », participe passé provenant de l’infinitif « ZEGEVIEREN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent = « ik ZEGEVIER ») se terminant par la consonne « R », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire :
préfixe « GE » + « ZEGEVIER » + « D » = « GEZEGEVIERD ».
S’il n’y avait pas eu une INVERSION, on aurait mieux vu qu’il y a REJET de la forme verbale « gezegevierd » derrière le complément (« eindelijk ») à la fin de la phrase, comme dans la variante : « ik heb eindelijk gezegevierd ! ». Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs:
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Eindelijk »), cela engendre en effet une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « heb ».

Nom : ZAL ZULLEN REJET WEGVOEREN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/12/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal hen heel alleen wegvoeren »(« Je vais les emmener tout seul »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a, dans la phrase principale, REJET de l’autre forme verbale (« wegvoeren ») à la fin de la phrase, derrière les compléments (« hen » et « heel alleen »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs:
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BRENGEN DOOR OTT DOORBRENGEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/12/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « In afwachting dat de gevangeniswagen klaar is, brengen de vagebonden een paar dagen in een cel door » (« En attendant que le fourgon pénitentiaire soit prêt, les vagabonds passent quelques jours dans une cellule »).
On y trouve la forme verbale « brengen … DOOR », provenant de l’infinitif « DOORbrengen », verbe dit « à particule séparable » lui-même construit sur l’infinitif « BRENGEN ».
Quand « DOORbrengen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « DOOR » de son infinitif proprement dit et il y a son REJET derrière les compléments (« een paar dagen » et « in een cel »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase subordonnée (« In afwachting dat de gevangeniswagen klaar is »), jouant le rôle d’un complément commençant la phrase principale, cela y engendre une INVERSION : le sujet « de vagebonden » passe derrière le verbe « brengen ».

Nom : KAN KUNNEN REJET DOEN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/12/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Kan (Kun) je voor mijn vrienden niets doen ? » (« Ne peux-tu rien faire pour mes amis ? »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« doen »), derrière les compléments (« voor mijn vrienden » » et « niets »,), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir « MAG », singulier de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« Mag je voor mijn vrienden niets doen ? »

Nom : GEVOERD VTT VOEREN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/12/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Robert en Bertrand sluit ik (in een gevangenis) op tot(dat) ze naar de hoofdstad kunnen worden gevoerd » (« Je les enferme jusqu’à ce qu’ils puissent être conduits à la capitale »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « TOT » pour « TOTDAT »), la forme verbale « gevoerd », participe passé provenant de l’infinitif « VOEREN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent = « ik VOER ») se terminant par la consonne « R », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire :
préfixe « GE » + « VOER » + « D » = « GEVOERD ».
Il y a REJET de la forme verbale « gevoerd » derrière le complément (« naar de hoofdstad ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs:
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
Notez que l’on aurait dû avoir « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE» :
« … tot(dat) ze naar de hoofdstad mogen worden gevoerd ».

Nom : HERSTELD VTT HERSTELLEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/12/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Robert en Bertrand sluit ik (in een gevangenis) op tot de gevangeniswagen (volledig) (is) hersteld is » (« Je les enferme jusqu’à ce que la voiture de la prison => le fourgon pénitentiaire soit réparé »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc la forme verbale « HERsteld », participe passé provenant de l’infinitif « HERstellen », qui se construit sur la première personne de l’indicatif présent (« ik HERstel » ), ce verbe NE faisant PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « HERsteld » fait normalement l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« volledig »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : SLUIT OP OTT OPSLUITEN 3 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/12/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Robert en Bertrand sluit ik (in een gevangenis) op » (« Je les enferme »).
On y trouve la forme verbale « sluit … OP », O.T.T. ou indicatif présent provenant de l’infinitif « OPsluiten », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « SLUITEN ».
Quand « OPsluiten » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de la forme verbale proprement dite et il y a REJET de cette composante « OP », derrière le complément éventuel (« in een gevangenis ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Robert en Bertrand »), cela engendre une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « sluit ».

Nom : UITGELEVERD VTT UITLEVEREN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/12/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Mudfinger) wordt dadelijk aan Engeland uitgeleverd » (« Il est immédiatement remis à l’Angleterre »).
On y trouve la forme verbale « uitgeleverd », participe passé provenant de l’infinitif « UITleveren », lui-même construit sur l’infinitif « LEVEREN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent : « ik lever ») se terminant par la consonne « R », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « UITleveren » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEleverd ».
Il y a REJET de la forme verbale « uitGEleverd » derrière les compléments (« dadelijk » et « aan Engeland ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : ZAL ZULLEN REJET BRENGEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/12/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal hem (Joeki) terug naar Delft brengen » = « Ik zal hem naar Delft terugbrengen » (« Je vais le ramener à Delft »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a, dans la phrase principale, REJET de l’autre forme verbale (« terugbrengen ») à la fin de la phrase, derrière les compléments (« hem » et « naar Delft »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs:
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BEWEZEN VTT BEWIJZEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/12/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb eindelijk mijn superioriteit over jullie bewezen » (« J’ai enfin prouvé ma supériorité sur vous »).
Rappelons tout d’abord que, dans le cas des verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve ici la forme verbale « BEWEZEN », participe passé (utilisé avec l’équivalent d’un passé composé) provenant de l’infinitif « BEWIJZEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé « BEWEZEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit (et, dans ce cas-ci, est identique). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé (la plus nombreuse étant précisément celle des « IJ ») :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« eindelijk », « mijn superioriteit » et « over jullie »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEHAD VTT HEBBEN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/12/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je hebt dit maal geluk gehad » (« Tu as cette fois-ci eu de la chance »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEHAD », participe passé provenant de l’infinitif « HEBBEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Il faut aussi noter que ce participe passé se construit sur le SINGULIER du prétérit.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEHAD » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« dit maal » et « geluk »), à la fin de la phrase. Voyez :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BEVRIJD VTT BEVRIJDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij (Mathilde) heeft me bevrijd » (« Elle m’a libéré »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc la forme verbale « BEvrijd », participe passé provenant de l’infinitif « BEvrijden », qui est identique à la première personne de l’indicatif présent, ce verbe NE faisant PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « BEvrijd » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« me »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OPGESLOTEN VTT OPSLUITEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ruwe kerels hadden mij opgesloten » (« De rudes contrebandiers m’avaient enfermé »).
On y trouve la forme verbale « OPgesloten », participe passé provenant de l’infinitif « OPsluiten », lui-même construit sur l’infinitif « SLUITEN » avec, au plus-que-parfait, « HADDEN » (l’auxiliaire « HEBBEN » étant au prétérit ou O.V.T), qui font l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « OPsluiten » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEsloten ».
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a REJET de la forme verbale « OPgesloten » derrière le complément (« mij ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BRACHT OVT BRENGEN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het toeval bracht de jager weer op het spoor van zijn wild » (« Le hasard amena le chasseur à nouveau sur la piste de son gibier »).
On y trouve notamment la forme verbale « BRACHT », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : WAS OVT ZIJN OMTE ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/11/2020

Description : La triple phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Het was mevrouw Mangin die mij bij u plaatste om u te beschermen » (« C’était madame Mangin qui me plaça chez vous pour vous protéger »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise. C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps … Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Le complément (ici « u ») s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « beschermen ».

Nom : WILLEN REJET METEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Die kerels willen zich reeds lang met mij meten » (« Ces types veulent déjà depuis longtemps se mesurer avec moi »).
L’auxiliaire de mode de la VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici, « meten ») derrière les compléments (« reeds », « lang » et « met mij »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KUNT KUNNEN REJET AANHOUDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « U kunt (= kan) die dapperen niet aanhouden » (« Vous ne pouvez arrêter ces courageux »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« aanhouden »), derrière le complément (« die dapperen »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » (avec « MAG » au singulier) :
« U mag die dapperen niet aanhouden ».

Nom : DROEG OVT DRAGEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij droeg zijn buit bij zich » (« Il portait son butin sur lui »).
On y trouve la forme verbale « droeg », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « DRAGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GEZET VTT ZETTEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat heb je hem flink betaald gezet » (« Tu le lui as fait solidement payer »).
On y trouve la forme verbale « gezet », participe passé provenant de l’infinitif « ZETTEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik zet ») se terminant déjà par la consonne « T », a fortiori on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire. Le verbe « BETALEN » fait, lui, partie de la majorité des verbes réguliers ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik betaal ») se terminant par la consonne « L », on trouvera à la fin du participe passé néerlandais le « D » majoritaire.
Il y a REJET du participe passé « gezet », derrière les compléments (« hem » et « flink ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Dat »), cela engendre une INVERSION : le sujet « je » passe derrière le verbe « heb ».

Nom : STORT NEER OTT NEERSTORTEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Mudfinger) stort bewustloos neer » (« Il s’effondre inconscient »).
On y trouve notamment la forme verbale « stort … NEER » à l’O.T.T. (ou présent), provenant de l’infinitif « NEERstorten », dit « à particule séparable », construit sur le verbe « STORTEN ».
Quand « NEERstorten » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « NEER » de son infinitif proprement dit, et il y a REJET de la particule « NEER », derrière le complément (« bewustloos »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOGE SUBJONCTIF MOGEN REJET WINNEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Moge de beste winnen ! » (« Puisse le meilleur gagner ! => Que le meilleur gagne ! »).
L’auxiliaire de mode de la POSSIBILITE est l’infinitif « MOGEN », donnant un singulier « MOGE », au subjonctif présent. Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « WILLEN »), il exige normalement le REJET de l’autre forme verbale («winnen»), derrière le complément (« de beste »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KAN KUNNEN REJET ONTDOEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kan me meteen van die hinderlijke vermomming ontdoen » (« Je peux me débarrasser tout de suite de ce déguisement encombrant »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« ontdoen »), derrière les compléments (« me », «meteen» et « van die hinderlijke vermomming »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir « MAG », singulier de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« Ik mag me meteen van die hinderlijke vermomming ontdoen ».

Nom : ZAL ZULT REJET VECHTEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressant : « Je zal / zult er moeten voor vechten = Je zal ervoor / daarvoor moeten vechten » (« Tu vas devoir te battre pour cela »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL » (anciennement « ZULT »). Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale («vechten») à la fin de la phrase, derrière le complément (« ervoor »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : LAAT REJET GAAN WANT ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/11/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik laat jullie gaan want ik heb groter wild op het oog » (« Je vous laisse aller car j’ai du plus grand => gros gibier en vue »).
On y trouve notamment la forme verbale « LAAT » qui, à l’IMPERATIF jouerait le rôle d’un auxiliaire « de mode » et exigerait le REJET du verbe « GAAN », derrière le complément (« jullie »), à la fin de cette phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres à l’impératif, via notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Beaucoup d’apprenants étant déroutés par la construction de phrase avec « OMDAT » (exigeant le REJET du verbe), devraient se donner la peine d’opter pour « WANT ». Variante avec ce premier :
« Ik laat jullie gaan omdat ik groter wild op het oog heb ».

Nom : MAAK LOS OTT IMPERATIF LOSMAKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Maak me los ! » (« Fais-moi libre => détache-moi ! »).
On y trouve la forme verbale « MAAK … LOS », impératif (ressemblant à la première personne du singulier de l’indificatif présent ou O.T.T.), provenant du verbe, dit à « particule séparable », « LOSMAKEN »
Quand « LOSMAKEN » est conjugué, il y a REJET de la particule séparable « LOS », derrière le complément (« me ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KAN KUNNEN REJET VERGEVEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Kun / kan je me vergeven ? » (« Peux-tu me pardonner ? »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« vergeven »), derrière le complément (« me »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait pu avoir « MAG », singulier de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« Mag je me vergeven ? ».

Nom : DEED OVT DOEN OMTE ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/11/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik deed het om vader te helpen» (« Je l’ai fait pour aider papa »).
On y trouve la forme verbale « DEED » (pluriel « DEDEN »), O.V.T. ou « prétérit » provenant de l’infinitif « DOEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Le complément (ici « vader ») s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « helpen ».

Nom : MOEST REJET DOEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik moest hetzelfde doen » (« Je devais faire => j’aurais dû faire la même chose »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN » (donnant MOEST au prétérit ou O.V.T.). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« doen »), derrière le complément (« hetzelfde »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KOMT REJET STEKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Die komt nog wat de draak met me steken » (« Celle-là vient encore un peu se payer ma tête »).
On y trouve notamment Ie REJET de l’infinitif « STEKEN » derrière les compléments (« nog », « wat », « de draak » et « met me ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez l’expression « met iemand de draak steken ».

Nom : RIJ DOOR OTT DOORRIJDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Rij(d) maar al door ! » (« Démarre déjà seulement ! »).
On y trouve notamment la forme verbale « rij … DOOR », provenant de l’infinitif « DOORrijden », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « RIJDEN ».
Quand « DOORrijden » est conjugué, cela entraîne habituellement en néerlandais une séparation de la particule « DOOR » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « DOOR », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« maar » et « al »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBONDEN VTT BINDEN 3 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Die kerels hebben me stevig gebonden » (« Ces types m’ont attaché solidement »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEBONDEN », participe passé provenant de l’infinitif « BINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé.
Ce participe passé « GEBONDEN » est construit sur le PLURIEL du prétérit (ou O.V.T.) Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a REJET du participe passé « GEBONDEN » derrière les compléments (« me » et « stevig ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOET REJET TOEZIEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Ik moet machteloos toezien » (« Je dois voir => assister, impuissant »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« toezien »), derrière le complément (« machteloos »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GAAN VANDOOR OTT VANDOOR GAAN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Die gaan er (onder mijn neus) vandoor » (« Ils se tirent sous mon nez »).
On y trouve notamment la forme verbale « gaan … VANDOOR », qui aurait pu provenir d’un infinitif « VANDOORgaan », verbe qui aurait été « à particule séparable ». Mais on a plutôt affaire à un adverbe pronominal « er (daar) … VANDOOR », composé de deux anciennes prépositions « VAN » et « DOOR », correspondant à des notions de déplacement.
Toujours est-il que l’expression « VANDOOR gaan », quand elle est « conjuguée », engendre en néerlandais l’équivalent d’une séparation de « VANDOOR » de sa forme verbale proprement dite et cette sorte de particule séparable « VANDOOR », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« onder mijn neus »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OMTE VOEREN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De stropers maken aanstalten om Sis en Mathilde over de grens te voeren … (« Les braconniers prennent des mesures pour conduire Sis et Mathilde au-delà de la frontière => pour leur faire traverser la frontière »).
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Les compléments (ici « Sis en Mathilde » et « over de grens ») s’intercalent entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « voeren ».

Nom : GAAN REJET VASTBINDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Maar eerst ga / zal ik jou op die stoel vastbinden » (« Mais d’abord, je vais te ligoter sur cette chaise »).
Sous l’infuence de la langue française, l’auxiliaire du FUTUR « simple » néerlandais, « ZULLEN » (donnant un singulier « ZAL ») est ici remplacé par « GAAN ». Cela permet de rappeler que, afin d’être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple pour le francophone de le comparer au « futur proche » français et de remplacer précisément les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Il y a REJET de l’autre forme verbale (« vastbinden »), derrière les compléments (« jou » et « op die stoel »), à la fin de la phrase et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Maar eerst »), cela engendre une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « ga ».

Nom : GA VANDOOR OTT VANDOOR GAAN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « ik ga er onder hun neus vandoor » (« je me tire sous leur nez »).
On y trouve notamment la forme verbale « ga … VANDOOR », qui aurait pu provenir d’un infinitif « VANDOORgaan », verbe qui aurait été « à particule séparable ». Mais on a plutôt affaire à un adverbe pronominal « er (daar) … VANDOOR », composé de deux anciennes prépositions « VAN » et « DOOR », correspondant à des notions de déplacement.
Toujours est-il que l’expression « VANDOOR gaan », quand elle est « conjuguée », engendre en néerlandais l’équivalent d’une séparation de « VANDOOR » de sa forme verbale proprement dite et cette sorte de particule séparable « VANDOOR », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« onder hun neus »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : LEG AF OTT AFLEGGEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Vóór jullie alarm kunnen slaan, leg ik mijn vermomming af » (« Avant que vous ne puissiez donner l’alerte, j’ôte mon déguisement »).
On y trouve notamment la forme verbale « leg … AF », provenant de l’infinitif « AFleggen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « LEGGEN ».
Quand « AFleggen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AF » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « AF », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« mijn vermomming »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase subordonnée («Vóór jullie alarm kunnen slaan »), jouant le rôle d’un complément commençant la phrase principale, cela y engendre une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « leg ».

Nom : WEGKOMEN PARTICULE SEPARABLE ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Denk je werkelijk zo gemakkelijk weg te komen ? » (« Penses-tu vraiment à t’en aller si facilement ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « weg … komen », provenant de l’infinitif « WEGkomen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KOMEN ».
Quand « WEGkomen » est « conjugué », cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « WEG » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « WEG », composante du verbe, pourrait, dans une variante, faire l’objet d’un REJET, derrière le complément (« zo gemakkelijk »), à la fin de la phrase : « Je komt zo gemakkelijk niet weg ».
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : SLINGERT AF OTT AFSLINGEREN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « hij (Mudfinger) slingert hem (Joeki) van zich af » (« il le balance d’un revers de main => il se débarrasse de lui »).
On y trouve notamment la forme verbale « slingert … AF », provenant de l’infinitif « AFslingeren », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « SLINGEREN ».
Quand « AFslingeren » est conjugué, cela entraîne habituellement en néerlandais une séparation de la particule « AF » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « AF », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« hem » et « van zich »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : NEERGESLAGEN VTT NEERSLAAN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Bertrand) wordt prompt neergeslagen » (« Il est promptement assommé »).
On y trouve la forme verbale « NEERgeslagen », participe passé provenant de l’infinitif « NEERslaan », lui-même construit sur l’infinitif « SLAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « NEERgeslagen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé (ici à la voix passive, avec WORDEN), cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « NEER » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « neerGEslagen ».
Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « NEERgeslagen » à la fin de la phrase, derrière le complément (« prompt »). Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KLEMT VAST VASTKLEMT OTT VASTKLEMMEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/11/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « … waarop hij (Joeki) zich aan zijn arm vastklemt » (« sur quoi il s’agrippe à son bras »).
Si on ne s’était pas trouvé dans une phrase subordonnée (introduite par « WAAROP »), on aurait notamment eu droit à la forme verbale « klemt … VAST », provenant de l’infinitif « VASTklemmen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KLEMMEN ». On aurait en effet pu avoir la variante suivante : « hij klemt zich aan zijn arm vast »
Quand « VASTklemmen » est conjugué, cela entraîne habituellement en néerlandais une séparation de la particule « VAST » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « VAST », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« aan zijn arm »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que, dans une phrase subordonnée néerlandaise, la forme verbale ne se trouve plus à côté de son sujet (ici « hij »).

Nom : VALT UIT OTT UITVALLEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/10/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Bertrand) valt (de kolonel) uit » (« Il se précipite sur / attaque le colonel »).
On y trouve notamment la forme verbale « valt … UIT », provenant de l’infinitif « UITvallen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « VALLEN ».
Quand « UITvallen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « UIT », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« de kolonel »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZOUDEN REJET TOEGESLAGEN VTT TOESLAAN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/10/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « ik zou al vroeger (hebben) toeGEslagen hebben » (« j’aurais déjà frappé plus tôt »).
On y trouve la forme verbale « toeGEslagen », participe passé provenant de l’infinitif « TOEslaan », lui-même construit sur l’infinitif « SLAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « TOEslaan » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TOE » (provenant de la préposition « tot ») de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « toeGEslagen ».
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ». Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (« toeGEslagen hebben »), à la fin de la phrase, derrière les compléments (« al » et « vroeger »), et donc à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs:
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KON OVT KUNNEN REJET NEMEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/10/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « … zodat ik, degelijk vermomd, mijn intrek in het Grand Hotel kon nemen » (« … de sorte que, soigneusement déguisé, je pus faire ma rentrée au Grand Hotel »).
L’auxiliaire de mode de la CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN » et un O.V.T. (ou prétérit) « KON » (PLURIEL irrégulier « KONDEN »). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige normalement le REJET de l’autre forme verbale (ici « nemen »), derrière les compléments (« mijn intrek » et « in het Grand Hotel »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Le verbe « KUNNEN » fait l’objet (au seul prétérit ou O.V.T.) des « temps primitifs ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans Ia mesure où nous nous trouvons dans une phrase subordonnée (introduite par « ZODAT »), le verbe « kon » n’est plus à côté de son sujet « ik ».

Nom : VERMOMD VTT VERMOMMEN 3 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/10/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « … zodat ik, degelijk vermomd, mijn intrek in het Grand Hotel kon nemen » (« … de sorte que, soigneusement déguisé, je pus faire ma rentrée au Grand Hotel »).
On trouve, dans cette phrase subordonnée (introduite par « ZODAT »), la forme verbale « vermomd », participe passé (utilisé ici comme adjectif), provenant de l’infinitif « VERMOMMEN ». Ce verbe « VERMOMMEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « vermom ») se terminant par la consonne « M », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés mais pas de préfixe « GE » puisque la forme verbale commence par le préfixe « VER » (c’est aussi le cas pour les verbes commençant par les préfixes BE-, ER-, GE,- HER- et ONT-) : (GE) + « VERMOM » + « D » = « VERMOMD ».

Nom : SPEELDE OVT SPELEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/10/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Sis) speelde voor spook » (« Il joua au fantôme »).
Ce verbe « SPELEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik speel ») se terminant par la consonne « L », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « SPEEL » + « DE » = « SPEELDE ».

Nom : VERBORG OVT VERBERGEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/10/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Sis) verborg mij » (« Il me cacha »).
On y trouve la forme verbale « verborg », O.V.T. (ou prétérit) qui provient de l’infinitif « VERBERGEN » faisant l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : KWAM AAN AANKWAM OVT AANKOMEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/10/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Maar nog vóór zij (de lady) (in het hotel) aankwam, moest ik op de vlucht » (« Mais avant même que la lady n’arrive, je dus prendre la fuite »).
On y trouve la forme verbale « aankwam …», qui provient de l’infinitif « AANKOMEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « KOMEN » qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Si nous n’avions pas été dans une phrase subordonnée, on aurait dû avoir « kwam … aan » car, lorsque « AANKOMEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « AAN », derrière le complément (« in het hotel »), à la fin de la phrase comme dans la variante suivante : « zij kwam in het hotel aan ». Voir le phénomène du REJET, entre autres à :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : LIET OVT LATEN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/10/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De timmerman liet zich omkopen om het karweitje van het luik op te knappen … (« Le menuisier se laissa corrompre pour exécuter la tâche du panneau »).
On y trouve notamment la forme verbale « LIET » (O.V.T. ou « prétérit »), provenant de l’infinitif « LATEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Le complément (ici «het karweitje van het luik ») et la « particule séparable » « OP » (du verbe « OPknappen »), s’intercalent entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « knappen ».

Nom : ZOU REJET BETREKKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/10/2020

Description : La triple phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Lang vóór zij (lady Shirehamp) Engeland verliet, wist ik (…) welke kamer zij zou betrekken »
(« Bien avant qu’elle quitte l’Angleterre, je savais quelle chambre elle occuperait »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (« betrekken », à la fin de la phrase, derrière le complément (« welke kamer »), et donc à l’INFINITIF, ce que l’on aurait mieux vu dans la phrase suivante : « zij zou een kamer betrekken ». Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBOEKT VTT BOEKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/10/2020

Description : La triple phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Lang vóór zij (lady Shirehamp) Engeland verliet, wist ik in welk hotel zij een kamer (had) geboekt had» (« Bien avant qu’elle quitte l’Angleterre, je savais dans quel hôtel elle avait réservé une chambre »).
On y trouve la forme verbale « geboekt », participe passé provenant de l’infinitif « BOEKEN ». Ce verbe « BOEKEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») mais il fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik boek ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « T » minoritaire comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » + « BOEK » + « T » = « GEBOEKT ».
Dans la variante suivante de la phrase, on aurait mieux vu que le participe passé fait l’objet d’un REJET après le(s) complément(s) : « zij had in een hotel een kamer geboekt ». Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussi la forme verbale « HAD », à l’O.V.T. ou prétérit, provenant de l’infinitif « HEBBEN » qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : WIST OVT WETEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/10/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Lang vóór zij (lady Shirehamp) Engeland verliet, wist ik … » (« Bien avant qu’elle quitte l’Angleterre, je savais … »).
On y trouve notamment la forme verbale « WIST » (O.V.T. ou « prétérit »), provenant de l’infinitif « WETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase subordonnée (« Lang vóór zij Engeland verliet ») jouant le rôle d’un complément commençant la phrase principale, cela y engendre une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « wist ». On aurait pu avoir la variante suivante : « ik wist lang vóór zij Engeland verliet … ».

Nom : VERLIET VTT VERLATEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/10/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Lang vóór zij (lady Shirehamp) Engeland verliet … (« Bien avant qu’elle quitte l’Angleterre … »).
On y trouve notamment la forme verbale « VERLIET » (O.V.T. ou « prétérit »), provenant de l’infinitif « VERLATEN », lui-même construit sur « LATEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : MOEST REJET UITSTELLEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/10/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Alleen moest ik mijn opzet uitstellen » (« Je devais seulement postposer mon projet »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN » (donnant MOEST au prétérit ou O.V.T.). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« vluchten »), derrière le complément éventuel (« uit de schuur »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Alleen »), cela engendre une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « moest ». On aurait pu avoir la variante suivante : « ik moest alleen mijn opzet uitstellen ».

Nom : ZAL ZULLEN REJET STAAN KOMEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/10/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het zal jullie duur te staan komen » (« Cela va vous coûter cher »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre ou des autres forme(s) verbale(s) (ici « staan » et « komen »), derrière le(s) complément(s) (ici « jullie » et « duur »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez l’expression « duur te staan komen » = « payer cher »).

Nom : UITGEKIEND VTT UITKIENEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/10/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat hebben jullie fijn uitgekiend » (« Cela, vous l’avez superbement imaginé => élucidé »).
On y trouve la forme verbale « uitgekiend », participe passé provenant de l’infinitif « UITkienen », lui-même construit sur l’infinitif « KIENEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « N », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « UITkienen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEkiend ».
Il y a REJET de la forme verbale « uitGEkiend » derrière le complément (« fijn ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Dat »), cela engendre une INVERSION : le sujet « jullie » passe derrière le verbe « hebben ».

Nom : BEWAARDE OVT BEWAREN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/10/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het luik geeft toegang tot de kast waar de dame het halssnoer bewaarde » (« Le panneau donne accès à l’armoire où la dame conservait le collier »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « WAAR »), la forme verbale « bewaarde », O.V.T. ou prétérit provenant de l’infinitif « BEWAREN ». Ce verbe « BEWAREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « bewaar ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du singulier de l’O.V.T. ou prétérit :
« BEWAAR » + « DE » = « BEWAARDE ».
Notez l’expression « toegang geven tot » = « donne accès à »).

Nom : BEDOELDE OVT BEDOELEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/10/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat bedoelde hij (Sis) dus » (« C’est cela qu’il voulait dire »).
On y trouve la forme verbale « bedoelde », O.V.T. ou prétérit provenant de l’infinitif « BEDOELEN ». Ce verbe « BEDOELEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « bedoel ») se terminant par la consonne « L », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du singulier de l’ O.V.T. ou prétérit :
« BEDOEL » + « DE » = « BEDOELDE ».
La phrase commençant par un complément (« Dat »), cela engendre une INVERSION : le sujet « hij » passe derrière le verbe « bedoelde ».

Nom : ZOCHTEN OVT ZOEKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/10/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Daar zochten we naar ! » (« C’est ce que nous recherchions ! »).
On y trouve notamment « ZOCHTEN », O.V.T. (ou « prétérit ») du verbe « ZOEKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase commençant par un complément (« Daar », partie de l’adverbe pronominal « Daarnaar »), cela engendre une INVERSION : le sujet « we » passe derrière le verbe « zochten ».
« Daarnaar » provient de « naar DAT ».
On aurait pu avoir la variante suivante de la phrase :
« We zochten daarnaar ! »

Nom : WAREN OVT ZIJN 3 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/10/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zijn papieren waren trouwens ook in orde » (« Ses papiers étaient par ailleurs également en règle »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale « WAREN » (pluriel irrégulier de « WAS »), O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : BETROKKEN VTT BETREKKEN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/10/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Als hij hierbij (was) betrokken was, zou hij al lang de plaats (hebben) gepoetst hebben » (« S’il avait été impliqué, il aurait depuis longtemps nettoyé la place => débarrassé le plancher »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais. On trouve donc la forme verbale « BEtrokken », participe passé provenant de l’infinitif « BEtrekken », lui-même construit sur l’infinitif « TREKKEN » qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « BEtrokken » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« al lang » et « de plaats »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase subordonnée jouant le rôle d’un complément commençant la phrase principale, cela y engendre une INVERSION : le sujet « hij » passe derrière le verbe « zou ». On aurait pu avoir la variante suivante :
« hij zou al lang de plaats hebben gepoetst ».

Nom : KUNNEN REJET SPREKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/10/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Kunnen wij kolonel Schwarz spreken ? » (« Pouvons-nous parler au colonel ?... »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« spreken »), derrière le complément (« kolonel Schwarz »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait plutôt dû avoir « MOGEN », l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« Mogen wij kolonel Schwarz spreken ? ».

Nom : ZOUDEN REJET VRAGEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/10/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zouden we het hem niet eens vragen ? » (« Ne le lui demanderions-nous pas ? »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (« zijn ») à la fin de la phrase, derrière les compléments (ici « het », « hem » et « eens »), et donc à l’INFINITIF.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEZIEN VTT ZIEN 3 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/10/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Misschien heeft die man iets gezien ? » (« Peut-être cet homme a-t-il vu quelque chose ? »)
On y trouve notamment la forme verbale « geZIEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (ici « iets »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Misschien »), cela engendre une INVERSION : le sujet « die man » passe derrière le verbe « heeft ».

Nom : GEHOORD VTT HOREN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/10/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Misschien heeft die man iets gehoord ? » (« Peut-être cet homme a-t-il entendu quelque chose? »).
On y trouve la forme verbale « gehoord », participe passé provenant de l’infinitif « HOREN ». Ce verbe « HOREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik hoor ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » « HOOR » + « D » = « GEHOORD ».
Quand « HOREN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gehoord » derrière le complément (« iets ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Misschien »), cela engendre une INVERSION : le sujet « die man » passe derrière le verbe « heeft ».

Nom : CONTROLEERDE OVT CONTROLEREN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/10/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Nummer 17) controleerde de identiteit » (« Il contrôla l’identité »).
Ce verbe « CONTROLEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik controleer ») se terminant par la consonne « R », on trouvingera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit, aux 3 (trois) personnes du singulier :
« CONTROLEER » + « DE » = « CONTROLEERDE ».

Nom : DACHTEN OVT DENKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/10/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Daar dachten we ook al aan » (« Nous y avions déjà aussi pensé »).
On y trouve la forme verbale « DACHTEN », à l’O.V.T. ou prétérit, provenant de l’infinitif « DENKEN » qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase commençant par un complément (« Daar », partie de l’adverbe pronominal « daarAAN »), cela engendre une INVERSION : le sujet « we » passe derrière le verbe « dachten ».
En ce qui concerne l’adverbe pronominal, on aurait donc pu avoir la variante suivante de la phrase :
« Daaraan dachten we ook al ».

Nom : HAD OVT HEBBEN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/10/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij (de lady) had de sleutel van de kast » (« Elle avait la clé de l’armoire »).
On y trouve la forme verbale « HAD », à l’O.V.T. ou prétérit, provenant de l’infinitif « HEBBEN » qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : WAS OVT ZIJN 7 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/10/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Hij (Nummer 17) was permanent in de kamer » (« ll était en permanence dans la pièce »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : ZOCHT DOOR DOORZOCHT OVT DOORZOEKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/10/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Terwijl alles (in de kamer) (wordt) doorzocht wordt … » (« Pendant que tout est fouillé … »).
On y trouve notamment, dans une phrase subordonnée introduite par (« TERWIJL »), la forme verbale « doorZOCHT », ressemblant à l’O.V.T. (ou « prétérit ») mais il s’agit bien d’un participe passé provenant d’un verbe « doorZOEKEN » dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « ZOEKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Si l’on n’avait pas été dans une phrase subordonnée, on aurait pu avoir la variante suivante à l’O.V.T. (ou « prétérit ») :
« Ze zochten alles in de kamer door ». On y aurait vu que « door », se séparant de la forme verbale, fait l’objet d’un rejet à la fin de la phrase.
La phrase figurant dans la BD est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : KOMEN BINNEN OTT BINNENKOMEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/10/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ongemerkt komen ze in de kamer binnen » (« Sans être remarqués, ils pénètrent dans la chambre »).
On y trouve la forme verbale « dringen … BINNEN », présent (ou O.T.T.) provenant du verbe « BINNENdringen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « DRINGEN ».
Il y a REJET de la particule séparable « BINNEN », composante du verbe, derrière le complément (« in de kamer »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composantes, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément («Ongemerkt»), cela engendre une INVERSION : le sujet « ze » passe derrière le verbe « komen ».

Nom : ONGEMERKT VTT ONMERKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ongemerkt komen ze in de kamer binnen » (« Sans être remarqués, ils pénètrent dans la chambre »).
On y trouve la forme verbale « ongemerkt », utilisé comme adjectif épithète ; s’il avait existé, un infinitif « ONMERKEN », lui-même construit sur « MERKEN », aurait eu un tel participe passé provenant, comme la grande majorité des verbes néerlandais, de ceux qui NE font PAS l’objet des « temps primitifs » mais font partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Le préfixe « ON- » (« UN- » en anglais) n’est PAS une « particule séparable » (même s’il réagit comme « OP ») et constitue en fait le contraire de « gemerkt ».

Nom : OPGEPAST VTT OPPASSEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Opgepast ! » (« Fais attention ! »).
On y trouve la seule forme verbale « OPgepast », participe passé provenant de l’infinitif « OPpassen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « PASSEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « S », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « OPpassen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEpast ».

Nom : WIL REJET DOORZOEKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik wil de kamer doorzoeken » (« Je veux fouiller la chambre »).
L’auxiliaire de mode de la VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici, « doorzoeken ») derrière le complément (« de kamer »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBEURD VTT GEBEUREN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/09/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik vernam wat er (hier) (is) gebeurd is » (« J’ai appris ce qui s’est passé »).
On trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « wat »), la forme verbale « gebeurd », participe passé provenant de l’infinitif « GEBEUREN ». Ce verbe « GEBEUREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (si une première personne du présent avait existé, « gebeur ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés mais pas de préfixe « GE » puisque la forme verbale commence déjà par « GE » (comme pour les verbes commençant par les préfixes BE- ER-, HER-, ONT- et VER- ) :
(pas de préfixe « GE ») + « GEBEUR » + « D » = « GEBEURD ».
Quand « GEBEUREN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gebeurd » derrière le complément éventuel (« hier ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERNAM OVT VERNEMEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik vernam wat er is gebeurd » (« J’ai appris ce qui s’est passé »).
On y trouve la forme verbale « vernam », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « vernemen», lui-même construit sur l’infinitif « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : ZOU REJET AANKOMEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressant : « Hij zou vandaag met de trein aankomen » (« Il arriverait aujourd’hui avec le train »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (« aankomen », à la fin de la phrase, derrière les compléments (« vandaag » et « met de trein »), et donc à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WAREN OVT ZIJN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/09/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je schreef hem dat we hier waren » (« Tu lui as écrit que nous étions ici »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale « WAREN » (pluriel irrégulier de « WAS »), O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, dans la phrase subordonnée néerlandaise, le verbe n’est plus à côté de son sujet.

Nom : SCHREEF OVT SCHRIJVEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je schreef hem dat we hier waren » (« Tu lui as écrit que nous étions ici »).
On trouve donc ici notamment la forme verbale « SCHREEF », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « SCHRIJVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.).
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé (la plus nombreuse étant celle des « IJ ») :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GEKREGEN VTT KRIJGEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb een brief van hem (= Joeki) gekregen » (« J’ai reçu une lettre de lui »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEKREGEN », participe passé utilisé avec un passé composé, provenant de l’infinitif « KRIJGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé « GEKREGEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé (la plus nombreuse étant celle des « IJ ») :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« een brief van hem »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERGETEN VTT VERGETEN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik ben iets vergeten » (« J’ai oublié quelque chose »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER- HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve ici notamment la forme verbale « VERGETEN », participe passé provenant, du même infinitif « VERGETEN », qui fait l’objet des «temps primitifs » des verbes dits « forts ». Signalons dès lors que, si « VERGETEN» est ici au V.T.T. (ou passé composé), il aurait été écrit de la même façon au pluriel de l’O.T.T. (ou indicatif présent), qui équivaut, rappelons-le, à l’INFINITIF. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « VERGETEN » fait l’objet d’un REJET derrière le complément (« iets ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEKNEVELD VTT KNEVELEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Van de regen in de drop geraakt, ligt hij (Nummer 17) in het hok gebonden en gekneveld » (« Tombé de Charybde en Scylla, il gît, dans la remise, ligoté et bâillonné »). (Nota bene : notez l’expression.)
On y trouve la forme verbale « GEKNEVELD » provenant de l’infinitif « KNEVELEN », verbe considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik KNEVEL ») se terminant par la consonne « L », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » « KNEVEL » + « D » = « GEKNEVELD ».
Le participe passé « GEKNEVELD » fait l’objet d’un REJET derrière le complément (« in het hok ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBONDEN VTT BINDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Van de regen in de drop geraakt, ligt hij (Nummer 17) in het hok gebonden en gekneveld » (« Tombé de Charybde en Scylla, il gît, dans la remise, ligoté et bâillonné »). (Nota bene : notez l’expression.)
On y trouve notamment la forme verbale « GEBONDEN », participe passé provenant de l’infinitif « BINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé.
Ce participe passé « GEBONDEN » est construit sur le PLURIEL du prétérit (ou O.V.T.) Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a REJET du participe passé « GEBONDEN » derrière le complément (« in het hok ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GERAAKT VTT RAKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Van de regen in de drop geraakt, ligt hij (Nummer 17) in het hok gebonden en gekneveld » (« Tombé de Charybde en Scylla, il gît, dans la remise, ligoté et bâillonné »). (Nota bene : notez l’expression.)
On y trouve la forme verbale « geraakt », participe passé provenant de l’infinitif « RAKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik raak ») se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire : préfixe « GE » + « RAAK » + « T » = « GERAAKT ».
Quand « RAKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « geraakt » derrière le complément (« van de regen in de drop ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KOM TERUG OTT TERUGKOMEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Ik kom met een wagen terug » (« Je reviens avec une voiture »).
On y trouve la forme verbale « kom … TERUG », O.T.T. ou indicatif présent provenant de l’infinitif « TERUGkomen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KOMEN ».
Quand « TERUGkomen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de la forme verbale proprement dite et il y a REJET de cette composante « TERUG », derrière le complément (« met een wagen ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : SLUIT OP OTT OPSLUITEN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Ik sluit hem in het berghok op » (« Je l’enferme dans la remise »).
On y trouve la forme verbale « sluit … OP », O.T.T. ou indicatif présent provenant de l’infinitif « OPsluiten », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « SLUITEN ».
Quand « OPsluiten » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de la forme verbale proprement dite et il y a REJET de cette composante « OP », derrière les compléments (« hem » et « in het berghok ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOETEN REJET WEGGAAN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Jullie moeten hier weggaan » (« Vous devez partir d’ici »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« weggaan »), derrière le complément (« hier »), à la fin de la phrase et, bien sûr, à l’infinitif, Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs:
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
En langue néerlandaise, notamment après les auxiliaires de mode, on a tendance à sous-entendre l’infinitif des verbes dits « à particule séparable » comme « weggaan ».

Nom : ZAG OVT ZIEN 3 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zag zijn foto in de krant » (« J’ai vu sa photo dans le journal»).
On y trouve notamment la forme verbale « ZAG », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
ATTENTION : Beaucoup d’apprenants croient que la forme verbale « ZAG », provient de l’infinitif « ZEGGEN », également irrégulier à l’O.V.T. …

Nom : MOETEN REJET ZIJN 3 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Daar moeten ze wel zijn » (« Ils doivent bien être là »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« zijn »), derrière le complément éventuel (« wel »), à la fin de la phrase et, bien sûr, à l’infinitif, Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs:
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Daar »), cela engendre une INVERSION : le sujet « ze » passe derrière le verbe « moeten ».

Nom : GEVOLGD VTT VOLGEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Nummer 17) heeft hun spoor in het zand gevolgd … »
(« Il a suivi leur trace dans le sable »).
On y trouve notamment la forme verbale « gevolgd », participe passé provenant de l’infinitif « VOLGEN ». Ce verbe « VOLGEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik volg ») se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » + « VOLG » + « D » = « GEVOLGD ».
Il y a REJET de ce participe passé, derrière les compléments (« hun spoor » et « in het zand ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DOUBLE INFINITIF VTT KUNNEN BEVRIJDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Nummer 17) heeft zich (van zijn koorden) kunnen bevrijden » (« Il a pu se libérer de ses liens »).
La phrase est, en fait, au passé composé et la forme verbale de « KUNNEN » aurait dû être au participe passé mais on a ici affaire à ce que l’on appelle le « double infinitif », solution intéressante pour éviter les « temps primitifs » quand on ne les maîtrise pas.
Les deux infinitifs font l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« van zijn koorden »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE», l’infinitif « MOGEN » : « Hij heeft zich mogen bevrijden. »

Nom : GAAN REJET UITZOEKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat gaan / zullen we uitzoeken » (« Nous allons enquêter à ce sujet »).
Sous l’infuence de la langue française, l’auxiliaire du FUTUR « simple » néerlandais, « ZULLEN » (donnant un singulier « ZAL ») est ici remplacé par « GAAN ». Cela permet de rappeler que, afin d’être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple pour le francophone de le comparer au « futur proche » français et de remplacer précisément les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
La phrase commençant par un complément (« Dat »), cela engendre une INVERSION : le sujet « we » passe derrière le verbe « moeten ».
Si ce n’avait pas été le cas, on aurait mieux que, comme au FUTUR néerlandais, il y a REJET de l’autre forme verbale (« uitzoeken ») à la fin de la phrase, derrière le complément (« dat »), et à l’INFINITIF :
«we gaan dat uitzoeken ». Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BEDOELD VTT BEDOELEN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wat mag hij (Sis) toch (hebben) bedoeld hebben ? » (« Qu’a-t-il tout de même avoir pu vouloir dire => évoqué ? »).
On y trouve la forme verbale « bedoeld », participe passé provenant de l’infinitif « BEDOELEN ». Ce verbe « BEDOELEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « bedoel ») se terminant par la consonne « L », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés mais pas de préfixe « GE » puisque la forme verbale commence par le préfixe « VER » (c’est aussi le cas pour les verbes commençant par les préfixes BE-, ER-, GE,- HER- et ONT-) : (GE) + « BEDOEL » + « D » = « BEDOELD ».
Le participe passé « bedoeld » fait l’objet d’un REJET derrière le complément (« toch ») à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET, lisez :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : REKEN OP REKENEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Reken maar daar op ! » (« Compte là-dessus ! »).
A première vue, on pourrait croire que l’on a affaire au verbe « oprekenen », avec « op », réagissant comme une « particule séparable », qui ferait l’objet d’un REJET derrière un complément éventuel, à la fin de la phrase. Mais ce verbe n’existe pas.
On a en fait ici affaire à un adverbe pronominal « daarop » ou « erop », la préposition « OP » y étant intégrée.
On aurait pu avoir comme explication complémentaire :
« Hij rekent voor de diefstal op zijn pruiken ».

Nom : GESCHOREN VTT SCHEREN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (Hij ziet er) glad geschoren (uit) » (« Il a l’air rasé de près »).
On y trouve notamment la forme verbale « GESCHOREN », participe passé provenant de l’infinitif « SCHEREN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Il faut noter que ce participe passé se construit sur le PLURIEL du prétérit.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :

https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : BEZAT OVT BEZITTEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij bezat een hele koffer vol pruiken » (« Il possédait toute une valise pleine de perruques »).
On y trouve la forme verbale « beZAT », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « beZITTEN », lui-même construit sur le verbe « ZITTEN ».
Le verbe « ZITTEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : ZAG ERUIT OVT ERUIT ZIEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hoe zag hij (die Mudfinger) er uit ? » (« A quoi ressemblait ce Mudfinger ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « ZAG », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
ATTENTION : Beaucoup d’apprenants croient que la forme verbale « ZAG », provient de l’infinitif « ZEGGEN », également irrégulier à l’O.V.T. …
A première vue, on pourrait croire que l’on a ici affaire au verbe « uitzien », avec « uit », réagissant comme une « particule séparable », qui ferait l’objet d’un REJET derrière un complément éventuel, à la fin de la phrase.
On a en fait ici l’expression « eruit zien ». On aurait pu avoir comme réponse à la question :
« Hij zag groot (« ongeveer jouw gestalte ») eruit ».

Nom : ZAL ZULLEN REJET OPKNAPPEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Sis) zal vlug opknappen » (« Il va rapidement se retaper => se rétablir »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« opknappen »), derrière le complément (« vlug »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BEDOELD VTT BEDOELEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wat mag hij toch (hebben) bedoeld hebben ? » (« Qu’a-t-il tout de même avoir pu vouloir dire => évoqué ? »).
On y trouve la forme verbale « bedoeld », participe passé provenant de l’infinitif « BEDOELEN ». Ce verbe « BEDOELEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « bedoel ») se terminant par la consonne « L », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés mais pas de préfixe « GE » puisque la forme verbale commence par le préfixe « VER » (c’est aussi le cas pour les verbes commençant par les préfixes BE-, ER-, GE,- HER- et ONT-) : (GE) + « BEDOEL » + « D » = « BEDOELD ».
Le participe passé « bedoeld » fait l’objet d’un REJET derrière le complément (« toch ») à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET, lisez :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERHUISD VTT VERHUIZEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/09/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij is onlangs naar Nederland verhuisd » (« Il a entretemps déménagé aux Pays-Bas »).
On y trouve la forme verbale « verhuisd », participe passé provenant de l’infinitif « VERHUIZEN ». Ce verbe « VERHUIZEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « verhuis ») se terminant par la consonne « S », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés mais pas de préfixe « GE » puisque la forme verbale commence par le préfixe « VER » (c’est aussi le cas pour les verbes commençant par les préfixes BE-, ER-, GE,- HER- et ONT-) : (GE) + « VERHUIS » + « D » = « VERHUISD ».
Le participe passé « verhuisd » fait l’objet d’un REJET derrière les compléments (« onlangs » et « naar Nederland ») à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET, lisez :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEWERKT VTT WERKEN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij heeft nog in het Grand Hotel gewerkt » (« Il a encore travaillé dans le Grand Hôtel »).
On y trouve la forme verbale « gewerkt », participe passé provenant de l’infinitif « WERKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik werk ») se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Il y a REJET du participe passé « gewerkt », derrière les compléments (« nog » et « in het Grand Hotel ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL ZULLEN REJET ZEGGEN 3 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/08/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressant : « Ik zal (jullie) zeggen wie Mudfinger is » (« Je vais vous dire qui est Mudfinger »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a, dans la phrase principale, REJET de l’autre forme verbale (« zeggen ») à la fin de la phrase, derrière le complément éventuel (« jullie »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs:
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VOORBEREID VTT VOORBEREIDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De diefstal is goed voorbereid » (« Le vol est bien préparé »).
On y trouve la forme verbale « voorbereid », participe passé provenant de l’infinitif « VOORBEREIDEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « BEREIDEN ». Ce verbe « BEREIDEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « bereid ») se terminant déjà par la consonne « D », on trouvera a fortiori (mais pas doublé) le « D » majoritaire comme terminaison de ce participe passé mais pas de préfixe « GE » puisque la forme verbale commence par le préfixe BE- (c’est aussi le cas pour ER-, GE,- HER-, ONT- et VER) : (GE) + « VOORBEREID » + (« D ») = « VOORBEREID ».
Le participe passé « voorbereid » fait l’objet d’un REJET derrière le complément (« goed »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET, lisez :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERLOOR OVT VERLIEZEN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij verloor het bewustzijn » (« il perdit / a perdu conscience »).
On y découvre la forme verbale « VERLOOR », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « VERLIEZEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IE », donne notamment une voyelle « O » pour les temps du passé. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : VERMOMD VTT VERMOMMEN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Mudfinger) is (met konijnenvellen) vermomd » (« Il est déguisé avec des peaux de lapins »).
On y trouve la forme verbale « vermomd », participe passé provenant de l’infinitif « VERMOMMEN ». Ce verbe « VERMOMMEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « vermom ») se terminant par la consonne « M », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés mais pas de préfixe « GE » puisque la forme verbale commence par le préfixe « VER » (c’est aussi le cas pour les verbes commençant par les préfixes BE-, ER-, GE,- HER- et ONT-) : (GE) + « VERMOM » + « D » = « VERMOMD ».
Le participe passé « vermomd » fait l’objet d’un REJET derrière le complément éventuel, à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET, lisez :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERTELDE OVT VERTELLEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (ik) vertelde jullie niet alles » (« Je ne vous racontai pas tout »).
On y trouve la forme verbale « vertelde », prétérit ou O.V.T. provenant de l’infinitif « VERTELLEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik vertel ») se terminant par la consonne « L », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« VERTEL » + « DE » = « VERTELDE ».

Nom : KEERDE TERUG OVT TERUGKEREN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (ik) keerde (naar huis) terug » (« Je retournais à la maison »).
On y trouve la forme verbale « keerde … TERUG », prétérit ou O.V.T. provenant de l’infinitif « TERUGkeren », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KEREN ». Ce verbe « KEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik keer ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« KEER » + « DE » = « KEERDE ».
Quand « TERUGkeren » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le complément éventuel (« naar huis »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEDAAN VTT DOEN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (Het) is met mij gedaan » (« Cela en est fait de moi => c’en est fini avec moi »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEDAAN », participe passé provenant de l’infinitif « DOEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEDAAN » fait l’objet normalement d’un REJET, derrière le complément (« met mij »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VIEL NEER OVT NEERVALLEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij viel hier uitgeput neer » (« Il s’écroula ici épuisé »).
On y trouve notamment la forme verbale « viel … NEER » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « NEERvallen », dit « à particule séparable », construit sur le verbe « VALLEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Voir notre tableau :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « NEERvallen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « NEER » de son infinitif proprement dit, et il y a REJET de la particule « NEER », derrière les compléments (« hier » et « uitgeput »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : VERLOOR OVT VERLIEZEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij verloor veel bloed » (« il perdit / a perdu beaucoup de sang »).
On y découvre la forme verbale « VERLOOR », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « VERLIEZEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IE », donne notamment une voyelle « O » pour les temps du passé. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GEWOND VTT WONDEN WERD OVT WORDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij werd bij zijn sprong uit het raam gewond » (« Il fut blessé lors de son saut par la fenêtre »).
On y trouve la forme verbale « gewond », participe passé provenant de l’infinitif « WONDEN ». Ce verbe « WONDEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik wond ») se terminant (déjà) par la consonne « D », on trouvera a fortiori le « D » majoritaire (qui ne sera pas doublé en fin de mot) comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » + « WON(D) » + « D » = « GEWOND ».
Quand « WONDEN » est conjugué au passé composé, il y a habituellement REJET de son participe passé « gewond » derrière le complément (« bij zijn sprong uit het raam ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici « WERD ») est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ». Il fait aussi l’objet des « temps primitifs ».

Nom : VOND OVT VINDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/08/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « lk vond vader toen ik door de duinen over de grens wou gaan » (« Je trouvai / j’ai trouvé père lorsque je voulais aller au-delà de la frontière à travers les dunes »).
On y découvre la forme verbale « VOND », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oubliez pas que l’équivalent du français « QUAND » est, au passé, « TOEN » en langue néerlandaise pour introduire, par exemple, une phrase subordonnée. N’oubliez pas non plus que, dans une phrase subordonnée néerlandaise, la forme verbale (ici « wou ») n’est plus à côté de son sujet (ici « ik »). Ils sont séparés par les compléments.

Nom : VIEL WEG OVT WEGVALLEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De jager viel (als een worst) weg » (« Le chasseur tomba hors circuit => fut mis hors course / hors d’état de nuire »).
On y trouve notamment la forme verbale « VIEL … WEG » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « WEGvallen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « VALLEN ».
Quand « WEGvallen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « WEG » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « WEG », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« als een worst »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : PAKT IN OTT INPAKKEN 22 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het wild pakt hem (= de jager) net als een worst in » (« Le gibier l’emballe comme une saucisse »).
On y trouve la forme verbale « pakt … IN », provenant de l’infinitif « INpakken », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « PAKKEN ».
Quand « INpakken » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « IN », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« hem » et « net als een worst »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GESPROKEN VTT SPREKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dan is het laatste woord nog niet gesproken » (« Alors le dernier mot n’est pas encore parlé => dit »).
On trouve, dans cette phrase, la forme verbale « gesproken », participe passé provenant du verbe provenant de l’infinitif « SPREKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « SPREKEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gesproken » derrière le complément (« nog ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Dan »), cela engendre une INVERSION : le sujet « het laatste woord » passe derrière le verbe « is ».

Nom : LAAT REJET UITKOMEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Laat jouw wild dan maar onder de wrakstukken uitkomen » (« Laisse alors ton gibier sortir de dessous les débris => s’extirper des débris »).
On y trouve notamment la forme verbale « LAAT » qui, à l’IMPERATIF joue le rôle d’un auxiliaire « de mode » et exige le REJET du verbe « UITKOMEN », derrière les compléments (« jouw wild », « dan », « maar » et « onder de wrakstukken »), à la fin de cette phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres, à l’impératif :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BEGREPEN VTT BEGRIJPEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (We hebben u) begrepen, edele jager » (« Nous vous avons compris, noble chasseur »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve, dans cette phrase, la forme verbale « begrepen », participe passé provenant du verbe provenant de l’infinitif « BEGRIJPEN », construit sur « GRIJPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.), le participe passé étant construit sur le pluriel du prétérit, « begrepen », et étant même identique).
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez que l’on aurait dû plutôt avoir « verstaan » (= « comprendre avec son intelligence »), participe passé construit sur son infinitif « « VERSTAAN » (provenant de « STAAN ») et étant même identique.

Nom : MOETEN REJET UITKIJKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Nu moet je wel uitkijken » (« Maintenant, tu dois bien regarder autour de toi »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« uitkijken »), derrière le complément (« wel »), à la fin de la phrase et, bien sûr, à l’infinitif, Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Nu »), cela engendre une INVERSION : le sujet « je » passe derrière le verbe « moet ».

Nom : HAALT OP OTT BOVENHALEN 22 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (nummer 17) haalt zijn pistool boven » (« Il dégage vers le haut => dégaine son pistolet »).
On y trouve notamment la forme verbale « haalt … boven », provenant de l’infinitif « BOVENHALEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « HALEN ».
Quand « BOVENHALEN » est conjugué, il y a alors REJET de la « particule séparable » (« BOVEN »), derrière le complément (« zijn pistool ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que cette structure, due à la tendance de la langue néerlandaise à évoluer vers la simplication, provient à l’origine d’une phrase où « BOVEN » était associée à une autre préposition : « Hij haalt zijn pistool naar boven ».

Nom : LET OP IMPERATIF OPLETTEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Let op het hoofd van de voerder (op) ! » (« Fais attention à la gouverne pour la tête ! »).
Nous y trouvons « OPLETTEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « LETTEN ».
Quand « OPLETTEN » est conjugué, il y a REJET de la « particule séparable » (« OP »), derrière le complément (« op het hoofd van de voerder ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
L’utilisateur est souvent mal à l’aise avec ce verbe et, dès lors, il a tendance à laisser tomber un des deux « OP ».
Comparez avec : «« Let op de voerder voor het hoofd op ! ».

Nom : MOETEN REJET OPLETTEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Niets waar je op moet (op)letten » (« Rien auquel tu doives faire attention »).
Rappelons d’abord que l’infinitif est normalement « OPLETTEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « LETTEN ».
Quand « OPLETTEN » est conjugué, il y a alors REJET de la « particule séparable » (« OP »), derrière le complément («iets») à la fin de la phrase comme dans la phrase suivante : « ik let op iets op ». Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
L’utilisateur est souvent mal à l’aise quand, dans une phrase (comme ici), on trouve en plus l’adverbe pronominal « waarOP » et, dès lors, il a tendance à laisser tomber un des deux « OP ».
Comparez avec : « Waarop moet je opletten ? ».

Nom : HAAL OP OTT OPHALEN 22 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Als ik het zeil ophaal kunnen (mogen) we weg(gaan) ? » (« Si je hisse la voile, nous pouvons partir ? »).
Si on ne s’était pas trouvé, comme ici, dans une phrase subordonnée (introduite, ici, par « ALS »), on aurait trouvé la forme verbale « haal … op », provenant de l’infinitif « OPHALEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « HALEN ».
Quand « OPHALEN » est conjugué, il y a alors REJET de la « particule séparable » (« OP »), derrière le complément (« het zeil ») à la fin de la phrase comme dans la variante suivante : « ik haal het zeil op ». Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
N’oublions pas que si la phrase subordonnée joue le rôle d’un complément commençant la phrase principhale, cela y engendre une INVERSION : le sujet « we » passe derrière le verbe « kunnen ».
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt « MOGEN », l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE » que « KUNNEN », celui de la « CAPACITE » :
« Als ik het zeil ophaal, mogen we weg(gaan) ? »

Nom : ZAL ZULLEN REJET SMAKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zijn soep zal (hem) niet smaken » (« Sa soupe ne va pas lui goûter => ne va pas être à son goût »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ». Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« smaken »), derrière le complément éventuel (« hem »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BEPAALD VTT BEPALEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Toch is ons lot nog niet drastisch bepaald » (« Notre sort n’est pas encore déterminé de façon drastique »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc ici notamment la forme verbale « BEpaald », participe passé provenant de l’infinitif « BEpalen ». Le participe passé est, lui, construit sur la première personne de l’indicatif présent (« ik BEpaal »), NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts », est donc considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé, NE fait PAS partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical se terminant par la consonne « L », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison du prétérit : « BEPAAL » + « D » = « BEPAALD ».
Quand « BEPALEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « bepaald » derrière les compléments (« nog niet » et « drastisch ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Toch »), cela engendre une INVERSION : le sujet « ons lot » passe derrière le verbe « is ». On aurait pu avoir la variante : « ons lot is toch nog niet drastisch bepaald ».

Nom : GEFAALD VTT FALEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Al hebben we schromelijk gefaald … » (« Même si nous avons lourdement failli … »).
On y trouve, dans cette phrase « subordonnée », la forme verbale « gefaald », participe passé provenant de l’infinitif « FALEN ». Ce verbe « FALEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik faal ») se terminant par la consonne « L », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » + « FAAL » + « D » = « GEFAALD ».
Quand « FALEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gefaald » derrière le complément (« schromelijk ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un « complément » (« Al »), cela engendre une INVERSION : le sujet « we » passe derrière le verbe « hebben ».

Nom : VOEL VOOR OTT VOORVOELEN OMTE GAAN BROMMEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik voel er weinig voor om enkele jaartjes te gaan brommen» (« Je sens peu pour aller ronfler quelques petites années => je suis peu enthousiaste à l’idée d’aller ronfler quelques années en prison »).
On peut considérer que l’on a ici affaire à la forme verbale « voel … VOOR », provenant de l’infinitif « VOORvoelen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « VOELEN ».
Quand « VOORvoelen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « VOOR » de la forme verbale proprement dite et il y a REJET de cette composante « VOOR », derrière les compléments (« er » et « weinig ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On peut aussi considérer que l’on a ici affaire à l’adverbe pronominal « ervoor ». On pourrait dès lors avoir la variante suivante de la phrase : « Ik voel weinig ervoor ».
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Le complément (ici « enkele jaartjes ») s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant les infinitifs « gaan » et « brommen ».

Nom : OPGEHELDERD VTT OPHELDEREN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/08/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik sluit jullie voorlopig op tot(dat) ik deze diefstal (heb) opgehelderd » (« Je vous enferme jusqu’à ce que j’aie éclairci / élucidé ce vol »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « totdat »), la forme verbale « opgehelderd », participe passé provenant de l’infinitif «OPhelderen», lui-même construit sur l’infinitif « HELDEREN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (ou première personne du présent : « ik helder op ») se terminant par la consonne « R », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire. Quand « OPhelderen » est conjugué comme participe passé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opgehelderd ».
Il y a REJET de la forme verbale « opgehelderd » derrière le complément («deze diefstal ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : SLUIT OP OTT OPSLUITEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Ik sluit jullie voorlopig op » (« Je vous enferme provisoirement »).
On y trouve la forme verbale « sluit … OP », O.T.T. ou indicatif présent provenant de l’infinitif « OPsluiten », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « SLUITEN ».
Quand « OPsluiten » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de la forme verbale proprement dite et il y a REJET de cette composante « OP », derrière les compléments (« jullie » et « voorlopig ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : INGELOPEN VTT INLOPEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Daar zijn we nog lelijk ingelopen » (« Nous avons salement couru dedans => Nous sommes méchamment tombés dedans »).
On y trouve la forme verbale « INgelopen », participe passé construit et provenant de l’infinitif « INlopen », lui-même construit sur l’infinitif « LOPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « INlopen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « inGElopen ».
Il y a REJET de la forme verbale « INgelopen » derrière les compléments (« nog » et « lelijk ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Daar »), cela engendre une INVERSION : le sujet « we » passe derrière le verbe « zijn ». On aurait pu avoir la variante : « we zijn daar(in) nog lelijk ingelopen ».

Nom : GEHOUDEN VTT HOUDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/08/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb jullie al die tijd flink voor het lapje gehouden » (« Je vous ai fameusement mené en bateau tout ce temps »).
On y trouve la forme verbale « gehouden », participe passé provenant de l’infinitif « HOUDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Ce participe passé « gehouden » est construit sur l’infinitif. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « gehouden » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« jullie », « al die tijd », « flink » et « voor het lapje »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BELETTE OVT BELETTEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/07/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Mijn opdracht belette mij jullie eerder in te rekenen » (« Ma mission m’empêchait de vous régler votre compte plus tôt »).
On y trouve notamment le verbe « BELETTEN » (exigeant une préposition « TE »), qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik belet ») se terminant déjà par la consonne « T », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit :
« BELET » + « TE » = « BELETTE ».
On trouve dans cette phrase aussi « INREKENEN », verbe dit à « particule séparable » (lui-même construit sur « REKENEN »). Lorsque « INREKENEN » est « conjugué », la « particule séparable » « IN » se sépare de la forme verbale proprement dite (« REKENEN »).

Nom : ZAL ZULLEN REJET MAKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/07/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat zal ik je snel duidelijk maken » (« Cela, je vais rapidement te le faire plus clair => te l’expliquer »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ». Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« maken »), derrière les compléments (« je », « snel » et « duidelijk»), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Dat »), cela engendre une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « zal ». On aurait pu avoir la variante : « ik zal je dat snel duidelijk maken ».

Nom : MOETEN REJET BEDWINGEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/07/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Alleen heb ik me erg moeten bedwingen om jullie niet eerder achter de tralies te zetten » (« Seulement, j’ai dû fort me réfréner pour ne pas vous mettre plus tôt derrière les barreaux »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« bedwingen »), derrière les compléments (« me » et « erg »), à la fin de la phrase et à l’infinitif, ce que l’on aurait mieux vu, dans la variante suivante (à l’O.T.T. ou présent), si la phrase au passé composé (avec double infinitif) n’avait pas commencé par un autre complément (« Alleen ») : « ik moet me erg bedwingen ». Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Les compléments (ici « jullie », « niet eerder » et « achter de tralies ») s’intercalent entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « zetten ».

Nom : ZOUDEN REJET ZIJN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/07/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Waarom zouden jullie geen handlangers van Mudfinger zijn ? » (« Pourquoi ne seriez-vous pas des complices ? »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (« zijn ») à la fin de la phrase, derrière le complément (ici «geen handlangers »), et donc à l’INFINITIF.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOETEN REJET OPSPOREN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/07/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We moeten haar dadelijk opsporen » (« Nous devons immédiatement la suivre à la trace »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« opsporen »), derrière les compléments (« haar » et « dadelijk »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : FLIRTTE OVT FLIRTEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/07/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Omdat zij wat met je flirtte / want zij flirtte wat met je, liet je haar gaan ? » (« Parce qu’elle flirtait un peu avec toi, tu la laissas = tu l’ai laissée aller »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « OMDAT »), le verbe « FLIRTEN » (emprunté à l’anglais), qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik flirt ») se terminant déjà par la consonne « T », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit : « FLIRT » + « TE » = « FLIRTTE ».
On y trouve, dans la phrase principale, la forme verbale « LIET », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « LATEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : LIET OVT LATEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/07/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik liet haar vertrekken » (« Je la laissai = je l’ai laissée partir »).
On y trouve notamment la forme verbale « LIET », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « LATEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On remarquera aussi, le REJET du verbe « VERTREKKEN », derrière le complément (« haar »), à la fin de cette phrase. Même si « LATEN » joue le rôle d’un auxiliaire à la première personne du PLURIEL de l’IMPERATIF (« LATEN WE … » + REJET), il n’exige, en principe, pas un REJET systématique dans les autres cas. Voir phénomène du REJET, entre autres, à l’impératif :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KAN KUNNEN REJET STAAN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/07/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kan borg voor haar staan » (« Je peux être = me porter garant pour elle »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« staan »), derrière les compléments (« borg », « voor haar »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir « MAG », singulier de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« Ik mag borg voor haar staan ».

Nom : WAS OVT ZIJN 6 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/07/2020

Description : Les phrases suivantes sont grammaticalement intéressantes:
« Maar hij (Mudfinger) was nergens te bespeuren » (« Mais il n’était nulle part à apercevoir => visible, trouvable »).
« Was zij (Mathilde) soms zijn handlangster ? » (« Mathilde n’était-elle par hasard pas sa complice ? »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : SPOOKTE ROND OVT RONDSPOKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/07/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De garnaalvisser spookte (in de duinen) rond » (« Le pêcheur de crevettes jouait au fantôme »)
On y trouve notamment le verbe « SPOKEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik spook ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit :
« SPOOK » + « TE » = « SPOOKTE ».
On y trouve plus particulièrement la forme verbale « spookte … rond », qui provient de l’infinitif « RONDSPOKEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « SPOKEN ». Lorsque « RONDSPOKEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « ROND », derrière le complément éventuel (« in de duinen »), à la fin de la phrase. Voir le phénomène du REJET, entre autres à :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBLEVEN VTT BLIJVEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/07/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik ben hier altijd gebleven » (« Je suis toujours resté ici »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEBLEVEN », participe passé utilisé avec un passé composé, provenant de l’infinitif « BLIJVEN», qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé « GEBLEVEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé (la plus nombreuse étant celle des « IJ ») :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEBLEVEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« HIER » et « ALTIJD »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEDAAN VTT DOEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/07/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wie kan dit gedaan hebben ? » (« Qui peut avoir fait ceci ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEDAAN », participe passé provenant de l’infinitif « DOEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEDAAN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« DIT »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« hebben »), derrière le complément (« dit»), à la fin de la phrase et à l’infinitif.

Nom : GEWEEST VTT ZIJN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/07/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wie is hier geweest ? » (« Qui a été ici = qui est venu ici ? »).
On y trouve la forme verbale « GEWEEST », participe passé provenant du même infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise. C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps … Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEWEEST » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« HIER »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL ZULLEN REJET TONEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/07/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal het je tonen » (« Je vais te le montrer »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a, dans la phrase principale, REJET de l’autre forme verbale (« tonen ») à la fin de la phrase, derrière les compléments (« het » et « je »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs:
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEHAD VTT HEBBEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/07/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb het (= het halssnoer ») een uurtje geleden nog in handen gehad » (« Je l’ai encore eu dans les mains il y a une petite heure »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEHAD », participe passé provenant de l’infinitif « HEBBEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Il faut aussi noter que ce participe passé se construit sur le SINGULIER du prétérit.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEHAD » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« het », « een uurtje geleden », « nog » et « in handen»), à la fin de la phrase. Voyez :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BLEEF OVT BLIJVEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/07/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Bleef hij (James) al die tijd op wacht ? » (« Resta-t-il tout ce temps de garde ? »).
On trouve donc ici notamment la forme verbale « BLEEF », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « BLIJVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.).
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : WAREN OVT ZIJN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/07/2020

Description : Waren op speurtocht » (« Nous étions en jeu de piste => en mission de reconnaissance »).
On y trouve notamment la forme verbale « WAREN » (pluriel irrégulier de « WAS »), O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GEZIEN VTT ZIEN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/07/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We hebben hem niet weer gezien » (« Nous ne l’avons pas revu »).
On y trouve notamment la forme verbale « geZIEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le(s) complément(s) (ici « hem » et « weer »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MISDAAN VTT MISDOEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/07/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb echt niets misdaan » (« Je n’ai vraiment rien fait de mal »).
Rappelons tout d’abord que, au participe passé, les verbes commençant par les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER-, NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais. C’est aussi le cas du préfixe MIS-. On trouve ici la forme verbale « misdaan », participe passé provenant de l’infinitif « MISDOEN », lui-même construit sur « DOEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». (Il est à noter que ce participe passé de « DOEN » est normalement « GEdaan ».) Voir notre tableau au lien :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a REJET du participe passé « misdaan » derrière les compléments (« echt » et « niets »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERTROKKEN VTT VERTREKKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/07/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hou je ziek tot(dat) de lady (naar het buitenland) (is) vertrokken (is) » (« Tiens-toi malade => fais-toi porter malade jusqu’à ce que la lady soit partie »).
Rappelons tout d’abord que, au participe passé, les verbes commençant par les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER-, NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve ici (dans la phrase subordonnée introduite par « TOTdat ») notamment la forme verbale « verTROKKEN », participe passé provenant de l’infinitif «verTREKKEN », lui-même construit sur « TREKKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Il est à noter que ce participe passé se construit sur le pluriel du prétérit (et est, ici, même identique) ou O.V.T. Voir notre tableau :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a REJET du participe passé « verTROKKEN » derrière le complément éventuel (« naar het buitenland »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEWEIGERD VTT WEIGEREN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/07/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat heeft vader geweigerd » (« Cela, père l’a refusé »).
On y trouve la forme verbale « geweigerd », participe passé provenant de l’infinitif « WEIGEREN ». Ce verbe « WEIGEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik hoor ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » + « WEIGER » + « D » = « GEWEIGERD ».
Quand « WEIGEREN » est conjugué au passé composé, il y a normalement REJET de son participe passé « geweigerd » derrière le complément («dat») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Dat »), cela engendre une INVERSION : le sujet « vader » passe derrière le verbe « heeft ». On aurait pu avoir la variante suivante : « vader heeft dat geweigerd ».

Nom : MOET REJET DOEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/07/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Wat moet je voor Mudfinger doen ? » (« Que dois-tu faire pour Mudfinger ? »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« doen »), derrière le complément (« voor Mudfinger »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERMOEDDE VTT VERMOEDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/07/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat vermoedde ik al » (« Cela, je le supposais déjà »).
Le verbe « VERMOEDEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik vermoed ») se terminant déjà par la consonne « D », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« VERMOED » + « DE » = « VERMOEDDE ».
La phrase commençant par un complément (« Dat »), cela engendre une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « vermoedde ». On aurait pu avoir la variante suivante :
« ik vermoedde dat al ».

Nom : KREEG OVT KRIJGEN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/07/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij kreeg geld om een fictief graf te graven » (« Il reçut de l’argent pour creuser une tombe fictive »).
On y trouve la forme verbale « KREEG », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « KRIJGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne une voyelle « E » (double, au singulier). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Le complément («een fictief graf ») s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « graven ».

Nom : HAD OVT HEBBEN GERED VTT REDDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/07/2020

Description : La phrase subordonnée suivante est grammaticalement intéressante : « … nadat hij hem (had) gered had» (« … après qu’il l’ait sauvé »).
On trouve, dans cette phrase subordonnée (introduite par « NADAT »), la forme verbale « gered », participe passé provenant de l’infinitif « REDDEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (« ik red », première personne du présent ou O.T.T.) se terminant a fortiori déjà par la consonne « D », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Le participe passé « gered » fait l’objet d’un REJET derrière le complément (« hem ») à la fin de la phrase subordonnée. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussi la forme verbale « HAD », au prétérit (ce qui nous donne au phrase au plus-que-parfait), provenant de l’infinitif « HEBBEN » qui, lui, fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GEHOLPEN VTT HELPEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/07/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Daarom heeft hij hem (Mudfinger) geholpen » (« C’est pourquoi il l’a aidé »).
On y trouve la forme verbale « GEHOLPEN », participe passé provenant de l’infinitif « HELPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« hem »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Daarom »), cela engendre une INVERSION : le sujet « hij » passe derrière le verbe « heeft ».

Nom : WILDE OVT WILLEN WEGKWAM OVT WEGKOMEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/07/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Vader wilde dat ik uit de miserie « WEGkwam » (« Père voulait que je sorte de la misère »).
On trouve, dans la phrase principale, WILDE (au prétérit ou O.V.T.) provenant de l’auxiliaire de mode de la VOLONTE », « WILLEN ».
« KWAM », dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), O.V.T. (ou « prétérit »), provient de l’infinitif « KOMEN ». Le verbe « KOMEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La forme verbale « WEGkwam » qui, dans un autre contexte, aurait été « kwam … WEG », prétérit provenant du verbe « WEGkomen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KOMEN ». Quand « WEGkomen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « WEG » de son infinitif proprement dit et il y a normalement REJET de cette particule séparable «WEG» (rendant une notion d’éloignement), derrière le complément (« uit de miserie »), à la fin de la phrase : « ik kwam uit de miserie « WEG ». Pour le REJET, lisez :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GESTOLEN VTT STELEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/07/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb nooit meer gestolen » (« Je n’ai plus jamais volé »).
On y trouve la forme verbale « GESTOLEN », participe passé provenant de l’infinitif « STELEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« nooit meer »), à la fin de la phrase.. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEZETEN VTT ZITTEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/07/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je hebt in de gevangenis voor diefstal gezeten » (« Tu as été en prison pour vol »).
On y trouve la forme verbale « GEZETEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZITTEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« in de gevangenis » et « voor diefstal »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : STELDE IN OVT INSTELLEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/07/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik stelde een onderzoek in » (« Je menai / j’ai mené une enquête»).
Ce verbe « STELLEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik stel ») se terminant par la consonne « L », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « STEL » + « DE » = « STELDE ».
On trouve donc dans cette phrase la forme verbale « stelde … in », qui provient de l’infinitif « INSTELLEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « STELLEN ».
Lorsque « INSTELLEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « IN », derrière le complément (« een onderzoek »), à la fin de la phrase. Voir le phénomène du REJET, entre autres à :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERDACHT VTT VERDENKEN GEVONDEN VTT VINDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/07/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat heb ik altijd verdacht gevonden » (« J’ai toujours trouvé cela suspect »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEVONDEN », participe passé provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en «I», donne une voyelle « O » pour les temps du passé. Ce participe passé « GEVONDEN » est construit sur le PLURIEL du prétérit ou O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEVONDEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« altijd » et « verdacht »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve la forme verbale « verdacht », participe passé (construit sur le prétérit « dacht » et utilisé ici comme attribut) provenant du verbe «VERDENKEN», lui-même construit sur l’infinitif « DENKEN », qui fait également l’objet des « temps primitifs ».
La phrase commençant par un complément (« Nu »), cela engendre une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « heb ».

Nom : WOU WILDE OVT WILLEN REJET WINNEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/06/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « je wou = wilde op die manier mijn vertrouwen winnen » (« tu voulais de cette façon gagner ma confiance »).
L’auxiliaire de mode de la VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN » (donnant actuellement WILDE – tendant à remplacer la forme plus ancienne WOU – au singulier du prétérit ou O.V.T.). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici, « winnen ») derrière les compléments (« op die manier » et « mijn vertrouwen »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Dans la phrase subordonnée de l’image, la forme verbale « wou » n’est plus, comme d’habitude, à côté de son sujet « je ».

Nom : MOET REJET ZIJN 2 INVERSION ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/06/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Nu moet het uit zijn » (« Maintenant cela doit être terminé »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« zijn »), derrière le complément (« uit »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Nu »), cela engendre une INVERSION : le sujet « het » passe derrière le verbe « moet ».

Nom : HADDEN OVT HEBBEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/06/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We hadden het hier samen gezellig kunnen (mogen) maken » (« Nous aurions pu faire en sorte que ce soit ici agréable ensemble => pour nous »).
On y trouve notamment la forme verbale « HADDEN », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « HEBBEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez la construction de la phrase : il y a REJET des formes verbales (kunnen maken), derrière les compléments (« het », « hier », «samen » et « gezellig ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BERG OP OTT OPBERGEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/06/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik berg het (het halssnoer) nu weer op » (« Je le range maintenant à nouveau = je le remets à présent à sa place »).
On y trouve la forme verbale « berg … op », qui provient de l’infinitif « OPBERGEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « BERGEN ».
Lorsque « OPBERGEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « OP », derrière les compléments (« het », « nu » et « weer »), à la fin de la phrase. Voir le phénomène du REJET, entre autres à :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL ZULLEN REJET DRAGEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/06/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal mijn halssnoer dragen » (« Je vais porter mon collier »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a, dans la phrase principale, REJET de l’autre forme verbale (« dragen ») à la fin de la phrase, derrière le complément (« mijn halssnoer »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs:
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WIL REJET ZIEN INVERSION ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/06/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Eerst wil ik (mijn halsnoer bij mijn avondjurk) zien » (« D’abord je veux voir mon collier sur ma robe de soirée »).
L’auxiliaire de mode de la « VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« zien »), derrière les compléments éventuels (« mijn halsnoer » et « bij mijn avondjurk »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Eerst »), cela engendre une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « wil ».

Nom : MOET REJET VERGEZELLEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/06/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je moet me (naar het kursaal in Oostende) vergezellen » (« Tu dois m’accompagner »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« zijn »), derrière le complément (« me »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Dans ce cas, cela semble être similaire à la construction de la phrase similaire en français. En y ajoutant l’autre complément sous-entendu (naar het kursaal in Oostende), on comprend mieux le REJET. Pour ce phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : SLAAT WEG OTT WEGSLAAN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/06/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Eer iemand erop bedacht is, slaat hij (Sis) het pistool weg » (« Avant que quelqu’un réagisse, il écarte le revolver »).
On y trouve la forme verbale « slaat … WEG », provenant du verbe « WEGslaan», dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « SLAAN ».
Lorsque « WEGSLAAN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « WEG », derrière le complément (« het pistool »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase subordonnée (« Eer iemand erop bedacht is ») jouant le rôle d’un complément commençant la phrase principale, cela y engendre une INVERSION : le sujet « hij » passe derrière le verbe « slaat ».

Nom : BEDACHT VTT BEDENKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/06/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Eer iemand erop bedacht is, slaat hij (Sis) het pistool weg » (« Avant que quelqu’un s’y attende, il écarte le revolver »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « bedacht », participe passé (construit sur le prétérit « dacht») provenant du verbe « BEDENKEN», lui-même construit sur l’infinitif « DENKEN », qui fait également l’objet des « temps primitifs ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : DAAROP ADVERBE PRONOMINAL ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/06/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Daar weiger ik op te antwoorden = ik weiger daarop te antwoorden » (« Je refuse de répondre à cela »).
La phrase commençant par un complément (« Daar », partie de l’adverbe pronominal « daarOP», cela entraîne une INVERSION du sujet « ik » qui passe derrière son verbe « weiger ».

Nom : LEVER UIT IMPERATIF UITLEVEREN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/06/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Lever mij niet uit ! » (« Ne me livrez pas ! »).
On y trouve notamment la forme verbale « lever … uit » à l’impératif, provenant de l’infinitif « UITLEVEREN », lui-même construit sur « LEVEREN ».
Quand « UITLEVEREN » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit et le REJET de cette particule « UIT », derrière le complément («mij»), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VLUCHTTE OVT VLUCHTEN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/06/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Vermoedelijk vluchtte hij weer naar Engeland » (« Vraisemblablement a-t-il à nouveau fui vers l’Angleterre »).
On y trouve notamment le verbe « VLUCHTEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik vlucht ») se terminant par la consonne « T », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit : « VLUCHT » + « TE » = « VLUCHTTE ».
La phrase commençant par un complément (« Vermoedelijk »), cela engendre une INVERSION : le sujet « hij » passe derrière le verbe « vluchtte ». On aurait pu avoir la variante suivante : « hij vluchtte vermoedelijk weer naar Engeland ».

Nom : GAF OVT GEVEN 3 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/06/2020

Description : La double (ou triple) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Alvorens te vertrekken gaf Mudfinger mij opdracht voor spook te spelen » (« Avant de partir, Mudfinger me donna / m’a donné comme mission de jouer au fantôme »).
On y trouve, dans la phrase principale, la forme verbale « GAF », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « GEVEN ». Le verbe « GEVEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase subordonnée (« Alvorens te vertrekken ») jouant le rôle d’un complément commençant la phrase principale, cela y engendre une INVERSION : le sujet « Mudfinger » passe derrière le verbe « gaf ».

Nom : VERGENOEGD VTT VERGENOEGEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/06/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De gendarmen (…) hebben er zich mee vergenoegd … » (« Les gendarmes se sont contentés de … »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On y trouve la forme verbale « vergenoegd », participe passé provenant de l’infinitif « VERGENOEGEN ». Ce verbe est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik vergenoeg ») se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
préfixe « VER » (au lieu de « GE ») + « GENOEG » + « D » = « VERGENOEGD ».
Quand « VERGENOEGEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « vergenoegd » derrière le complément (« mee », partie de «ermee») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GING OVT GAAN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/06/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik ging zijn dood melden » (« J’allai annoncer sa mort »).
On y trouve notamment la forme verbale « GING » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « GAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez que l’infinitif (« melden »), en langue néerlandaise, fait l’objet d’un REJET derrière le complément (« zijn dood »), à la fin de la phrase.

Nom : MAAKTE OVT MAKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/06/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik maakte een fictief graf » (« Je fis / j’ai fait une tombe fictive »).
On y trouve notamment le verbe « MAKEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik maak ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit : « MAAK » + « TE » = « MAAKTE ».

Nom : WAS OVT ZIJN 5 OMTE ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/06/2020

Description : La double (ou triple) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij gaf mij veel geld om rond te bazuinen dat hij dood was » (« ll me donna / m’a donné beaucoup d’argent pour claironner à la ronde / faire courir le bruit qu’il était mort »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN ». Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Le complément (« rond ») s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « bazuinen ».

Nom : GAF OVT GEVEN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/06/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij gaf mij veel geld om hem hier te verbergen » (« ll me donna / m’a donné beaucoup d’argent pour le cacher ici »).
On y trouve la forme verbale « GAF », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « GEVEN ». Le verbe « GEVEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Les compléments (« hem » et « hier ») s’intercalent entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « verbergen ».

Nom : GERED VTT REDDEN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/06/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Toen Mudfinger (…) haast verdronk, heb ik hem gered » (« Alors que Mudfinger se noyait presque, je l’ai sauvé »).
On y trouve notamment, dans la phrase principale, la forme verbale « gered », participe passé provenant de l’infinitif « REDDEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (« ik red », première personne du présent ou O.T.T.) se terminant a fortiori déjà par la consonne « D », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire. Le participe passé « gered » fait l’objet d’un REJET derrière le complément (« hem ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase subordonnée (introduite par « toen ») jouant le rôle d’un complément commençant la phrase principale, cela y engendre une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « heb ».

Nom : VERDRONK OVT VERDRINKEN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/06/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Toen Mudfinger (…) haast verdronk … » (« Alors que Mudfinger se noyait presque … »).
On trouve, dans cette phrase subordonnée (introduite par « toen »), la forme verbale « VERDRONK », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « VERDRINKEN », lui-même construit sur « DRINKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Comme c’est le cas dans toutes les phrases subordonnées, cette forme verbale « verdronk » n’est plus à côté de son sujet (« Mudfinger »).

Nom : VLUCHTTE OVT VLUCHTEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/06/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Toen Mudfinger vóór de gendarmen vluchtte … » (« Alors que Mudfinger fuyait devant les gendarmes … »).
On trouve, dans cette phrase subordonnée (introduite par « toen »), le verbe « VLUCHTEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik vlucht ») se terminant par la consonne « T », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit :
« VLUCHT » + « TE » = « VLUCHTTE ».
Comme c’est le cas dans toutes les phrases subordonnées, cette forme verbale « vluchtte » n’est plus à côté de son sujet (« Mudfinger »).

Nom : GEBEURD VTT GEBEUREN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/06/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal je (jullie) zeggen wat er (dan) (is) gebeurd is » (« Je vais vous dire ce qui s’est passé »).
On trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « wat »), la forme verbale « gebeurd », participe passé provenant de l’infinitif « GEBEUREN ». Ce verbe « GEBEUREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (si une première personne du présent avait existé, « gebeur ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés mais pas de préfixe « GE » puisque la forme verbale commence déjà par « GE » (comme pour les verbes commençant par les préfixes BE- ER-, HER-, ONT- et VER- ) :
(pas de préfixe « GE ») + « GEBEUR » + « D » = « GEBEURD ».
Quand « GEBEUREN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gebeurd » derrière le complément éventuel (« dan ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL OTT ZULLEN REJET ZEGGEN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/06/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressant : « Ik zal je (jullie) zeggen wat er gebeurd is » (« Je vais vous dire ce qui s’est passé »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a, dans la phrase principale, REJET de l’autre forme verbale (« zeggen ») à la fin de la phrase, derrière le complément (« je »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KAN KUNNEN REJET ZIJN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/06/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Kan dat van Mudfinger zijn ? » (« Cela peut-il être de Mudfinger ? »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« zijn »), derrière le complément (« van Mudfinger »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir « MAG », singulier de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« Mag dat van Mudfinger zijn ? »

Nom : VERGETEN VTT VERGETEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/06/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik ben vergeten wat » (« J’ai oublié quoi »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER- HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve ici notamment la forme verbale « VERGETEN », participe passé provenant, du même infinitif « VERGETEN », qui fait l’objet des «temps primitifs » des verbes dits « forts ». Signalons dès lors que, si « VERGETEN» est ici au V.T.T. (ou passé composé), il aurait été écrit de la même façon au pluriel de l’O.T.T. (ou indicatif présent), qui équivaut, rappelons-le, à l’INFINITIF. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : KAN KUNNEN REJET DOEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/06/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Kan (Kun) je nu echt niets doen ? » (« Ne peux-tu vraiment rien faire maintenant ? »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« doen »), derrière les compléments (« nu », « echt » et «niets»,), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir « MAG », singulier de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« Mag je nu echt niets doen ? »

Nom : MOET REJET UITSCHAKELEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/06/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik moet hem meteen uitschakelen » (« Je dois le mettre en échec => hors d’état de nuire tout de suite »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici « uitschakelen »), derrière les compléments (« hem » et « meteen »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KAN KUNNEN REJET SLAAN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/06/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kan jullie zonder getuigen rustig tot moes slaan » (« Je peux tranquillement vous frapper en compote => réduire en bouillie sans témoins »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« doen »), derrière les compléments (« jullie », « zonder getuigen », « rustig » et « tot moes »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir « MAG », singulier de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« Ik mag jullie zonder getuigen rustig tot moes slaan »

Nom : ZIET ERUIT OTT ERUIT ZIEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/06/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Die kerel ziet er potig uit » (« Ce type a l’air costaud »).
A première vue, on pourrait croire que l’on a affaire au verbe « uitzien », avec « uit », réagissant comme une « particule séparable », qui ferait l’objet d’un REJET derrière les complément (« potig »), à la fin de la phrase.
On a en fait ici l’expression « eruit zien ». On aurait pu avoir aussi la variante suivante de la phrase :
« Die kerel ziet potig eruit ».

Nom : ONTMOETTE OVT ONTMOETEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/06/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ben jij soms de garnaalvisser die Mathilde op het strand van Knocke ontmoette ? » (« Es-tu par hasard le pêcheur de crevettes que Mathilde rencontrait sur la plage de Knokke ? »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée relative (introduite par « DIE »), la forme verbale « ontmoette », provenant de l’infinitif « ONTMOETEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik ontmoet ») se terminant déjà par la consonne « T », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit :
« ONTMOET » + « TE » = « ONTMOETTE ».
Comme c’est le cas dans toutes les phrases subordonnées, cette forme verbale « ontmoette » n’est plus à côté de son sujet (« Mathilde »).

Nom : ZOU REJET WILLEN WETEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Verder zou ik nog willen weten … » (« Je voudrais plus loin => par ailleurs savoir … »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (ou des autres formes verbales), ici « willen » et « weten », à la fin de la phrase, derrière le(s) complément(s) (ici « nog »), et donc à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Verder »), cela entraîne une INVERSION du sujet « ik » qui passe derrière son verbe « zou ».

Nom : AANGEKNIPT VTT AANKNIPPEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het licht wordt (in het huis) AANgeknipt » (« La lumière est actionnée »).
On y trouve notamment la forme verbale « AANGEKNIPT », participe passé provenant de l’infinitif « AANKNIPPEN », lui-même construit sur l’infinitif « KNIPPEN » qui, est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik knip ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « T » minoritaire comme terminaison du participe passé : « GE » + « KNIP » + « T » = « GEKNIPT ».
Quand « AANKNIPPEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEknipt ».
Le participe passé « AANgeknipt » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« in het huis »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : MAG OTT MOGEN REJET ONTSNAPPEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het (= het spook) mag ons niet ontsnappen » (« Il ne peut pas nous échapper »).
L’auxiliaire de mode de la POSSIBILITE » est l’infinitif « MOGEN », donnant un singulier « MAG ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« ontsnappen »), derrière le complément (« ons »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERDWENEN VTT VERDWIJNEN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Daarin is ons listig spook verdwenen » (« C’est là-dedans que notre rusé fantôme a disparu »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc ici notamment la forme verbale « VERDWENEN », participe passé provenant de l’infinitif « VERDWIJNEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase commençant par un complément (« Daarin »), cela engendre une INVERSION : le sujet « ons listig spook » passe derrière le verbe « is ». S’il n’y avait pas eu d’INVERSION, le participe passé « VERDWENEN » aurait plus visiblement fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« Daarin »), à la fin de la phrase :
« ons listig spook is daarin verdwenen ».
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : SLUIPEN NA OTT NASLUIPEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze (Robert en Bertrand) sluipen het spook na » (« Ils se faufilent derrière le fantôme »).
On y trouve la forme verbale « sluipen … na », qui provient de l’infinitif « NASLUIPEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « SLUIPEN ».
Lorsque « NASLUIPEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « NA », derrière le complément (« het spook »), à la fin de la phrase. Voir le phénomène du REJET, entre autres à :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEZIEN VTT ZIEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/05/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze denken dat ik hen niet (heb) gezien heb » (« Ils croient que je ne les ai pas vus »).
On y trouve notamment, dans une phrase subordonnée relative (introduite par « DAT »), la forme verbale « geZIEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (ici « hen »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : TREKKEN AAN OTT AANTREKKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze (Robert en Bertrand) trekken hun oude plunje aan » (« Ils mettent / enfilent leurs vieilles fringues »).
On y trouve la forme verbale « trekken … aan », qui provient de l’infinitif « AANTREKKEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « TREKKEN ».
Lorsque « AANTREKKEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « AAN », derrière le complément (« hun oude plunje »), à la fin de la phrase. Voir le phénomène du REJET, entre autres à :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZOU REJET OVERNEMEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressant : « Zou jij onze wacht willen overnemen ? » (« Voudrais-tu prendre la relève de notre garde ? »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET des autres formes verbales, ici « willen » et « overnemen », à la fin de la phrase, derrière le complément (« onze wacht »), et donc à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERDRONKEN VTT VERDRINKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Die is (een week geleden tijdens een storm) verdronken » (« Celui-ci (s’) est noyé il y a une semaine pendant une tempête »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc ici notamment la forme verbale « VERDRONKEN », participe passé (utilisé ici comme adjectif attribut) provenant de l’infinitif « VERDRINKEN », lui-même construit sur « DRINKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « I » donnant des « O » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.).
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « VERDRONKEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments éventuels (« een week geleden » et « tijdens een storm »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WAS OVT ZIJN 4 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/05/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : «De enige, die te vrezen was, is Mudfinger » (« Le seul, qui était à craindre, est Mudfinger »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée relative (introduite par « DIE »), la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GEVONDEN VTT VINDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/05/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Zeg maar dat je hem (= de portefeuille) (hebt) gevonden hebt » (« Dis seulement que tu l’as trouvé »).
Y figure, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale « GEVONDEN », participe passé provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en «I», donne une voyelle « O » pour les temps du passé. Ce participe passé « GEVONDEN » est construit sur le PLURIEL du prétérit ou O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEVONDEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« hem »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BRENG TERUG IMPERATIF TERUGBRENGEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Breng de kolonel zijn portefeuille terug » (« Reporte au colonel son portefeuille »).
On y trouve la forme verbale « breng … TERUG », provenant de l’infinitif « TERUGbrengen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « BRENGEN ».
Quand « TERUGbrengen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » (notion de retour) de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière les compléments (« de kolonel » et « zijn portefeuille »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KUNNEN REJET ZIJN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We kunnen gerust zijn » (« Nous pouvons être tranquilles »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« zijn »), derrière le complément (« gerust »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait plutôt dû avoir « MOGEN », l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » : « We mogen gerust zijn ».

Nom : LAAT REJET KIJKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Laat zijn portefeuille kijken » (« Laisse voir son portefeuille / Fais voir son portefeuille »).
On y trouve notamment la forme verbale « LAAT » qui, à l’IMPERATIF joue le rôle d’un auxiliaire « de mode » et exige le REJET du verbe « KIJKEN », derrière le complément éventuel (« zijn portefeuille »), à la fin de cette phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres à l’impératif, via notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL OTT ZULLEN REJET WETEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressant : « Ik zal vlug weten » (« Je vais vite savoir »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« weten ») à la fin de la phrase, derrière le complément (« vlug »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DEELT UIT OTT UITDELEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De kolonel deelt mild fooien uit » (« Le colonel distribue de généreux pourboires »).
Si, on n’avait pas eu affaire (sur l’illustration) à une phrase subordonnée relative (introduite par « DIE »), on aurait trouvé la forme verbale « deelt … UIT », provenant de l’infinitif « UITdelen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « DELEN ».
Quand « UITdelen » est conjugué, cela entraîne normalement en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « UIT », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« mild fooien»), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Sur l’illustration, la double phrase (« De kolonel is een deftige gast die mild fooien uitdeelt ») appelle deux remarques : 1°) la particule « UIT » reste accrochée devant la forme verbale comme à l’infinitif ; 2°) cette forme verbale n’est plus à côté de son sujet (comme c’est le cas dans toutes les phrases subordonnées).

Nom : BETROKKEN VTT BETREKKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « En verder heeft een Zwitserse kolonel de kamer naast die van de lady betrokken » (« Et, plus loin => bien plus, un colonel suisse a occupé la chambre à côté de celle de la lady »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais. On trouve donc la forme verbale « BEtrokken », participe passé provenant de l’infinitif « BEtrekken », lui-même construit sur l’infinitif « TREKKEN » qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « BEtrokken » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« de kamer naast die van de lady »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« verder »), cela engendre une INVERSION : le sujet « een Zwitserse kolonel » passe derrière le verbe « heeft ». On aurait pu avoir la variante suivante : « een Zwitserse kolonel heeft de kamer naast die van de lady betrokken ».

Nom : BESCHERMD VTT BESCHERMEN 3 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het spook wordt door de stropers beschermd » (« Le fantôme est protégé par les maraudeurs »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve la forme verbale « beschermd », participe passé provenant de l’infinitif « BESCHERMEN », considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik bescherm ») se terminant par la consonne « M », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
(PAS de préfixe « GE ») + « BESCHERM » + « D » = « BESCHERMD ».
Quand « BESCHERMEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « beschermd » derrière le complément (« door de stropers ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : LOOP VOORUIT IMPERATIF VOORUITLOPEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Loop de dingen niet vooruit ! » (« Ne précipite pas les choses ! »).
On y trouve la forme verbale « loop … VOORUIT » à l’impératif, provenant de l’infinitif « VOORUITlopen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « LOPEN ».
Quand « VOORUITlopen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « VOORUIT » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « VOORUIT », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« de dingen»), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KREEG OVT KRIJGEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kreeg een fooi » (« Je reçus un pourboire »).
On y trouve la forme verbale « KREEG », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « KRIJGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne une voyelle « E » (double, au singulier). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : RENDE OVT RENNEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Daarna rende ze naar de garnaalvisser » (« Ensuite elle courut vers le pêcheur de crevettes »).
On y trouve notamment, la forme verbale « rende », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « RENNEN ». Ce verbe « RENNEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik ren ») se terminant par la consonne « N », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « REN » + « DE » = « RENDE ».
La phrase commençant par un complément (« Daarna »), cela engendre une INVERSION : le sujet « ze » passe derrière le verbe « rende ». On aurait pu avoir la variante suivante : « ze rende daarna naar de garnaalvisser ».

Nom : ZAGEN OVT ZIEN STOPTE OVT STOPPEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zag hoe een gast iets in haar hand stopte » (« J’ai vu comment un client lui a glissé / mis quelque chose dans la main »).
On y trouve notamment la forme verbale « ZAG », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
ATTENTION : Beaucoup d’apprenants croient que la forme verbale « ZAG », provient de l’infinitif « ZEGGEN », également irrégulier à l’O.V.T. …
On y trouve également, dans la phrase subordonnée (introduite par « HOE »), la forme verbale « stopte », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « STOPPEN », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.

Nom : MOETEN REJET ZIJN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We moeten voorzichtig zijn » (« Nous devons être prudents »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« zijn »), derrière le complément (« voorzichtig »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VALT LASTIG OTT LASTIGVALLEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Met welk recht val jij Mathilde lastig ? » (« De quel droit importunes-tu Mathilde ? »).
On y trouve la forme verbale « val … LASTIG », provenant de l’expression « LASTIGvallen ».
Quand l’expression « LASTIGvallen » est conjuguée, il y a REJET de « LASTIG » (réagissant comme une « particule séparable ») derrière le complément (« Mathilde ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Met welk recht »), cela entraîne une INVERSION du sujet « jij » qui passe derrière son verbe « val ».
Notez que c’est, exceptionnellement, dans une phrase interrogative, que la forme verbale conjuguée du verbe « vallen », à la deuxième personne du singulier de l’indicatif présent (ou O.T.T.), NE se termine PAS par « T ». Normalement, c’est « je valT ».

Nom : HOEPEL OP IMPERATIF OPHOEPELEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hoepel (van hier) op ! » (« Fiche le camp ! »).
On y trouve la forme verbale « hoepel … OP », impératif présent provenant du verbe « OPhoepelen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « HOEPELEN ».
Quand « OPhoepelen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit et il y a REJET de cette particule séparable « OP » derrière le complément éventuel (« van hier »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes comme une « particule séparable »), lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOFFELT WEG OTT WEGMOFFELEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je moffelt briefjes weg » (« Tu dissimules des petits mots »).
On y trouve la forme verbale « moffelt … WEG », provenant du verbe « WEGmoffelen», dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « MOFFELEN ».
Lorsque « WEGMOFFELEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « WEG », derrière le complément (« briefjes »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GAAT AAN OTT AANGAAN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat gaat jou geen zier aan =» (« Cela ne te regarde pas du tout »).
On y trouve la forme verbale « gaat … AAN », provenant du verbe « AANgaan», dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « GAAN ».
Lorsque « AANGAAN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « AAN », derrière les compléments (« jou » et « geen zier »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BEKOKSTOOFD VTT BEKOKSTOVEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wat heb je met die visser bekokstoofd ? » (« Qu’as-tu manigancé avec ce pêcheur ? »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve la forme verbale « bekokstoofd », participe passé provenant de l’infinitif « BEKOKSTOVEN », considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik bekokstoof ») se terminant par la consonne « F », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
(PAS de préfixe « GE ») + « BEKOKSTOOF » + « D » = « BEKOKSTOOFD ».
Quand « BEKOKSTOVEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « bekokstoofd » derrière le complément (« met die visser ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOET REJET WETEN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Daar moet ik meer van weten = ik moet meer daarvan weten =» (« Je dois en savoir plus »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« weten »), derrière le complément («meer»), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Daar », partie de l’adverbe pronominal « daarvan »), cela entraîne une INVERSION du sujet « ik » qui passe derrière son verbe « moet ».

Nom : RENT TERUG OTT TERUGRENNEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij rent dan naar het hotel terug » (« Elle retourne alors rapidement à l’hôtel »).
On y trouve la forme verbale « rent … TERUG », provenant de l’infinitif « TERUGrennen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « RENNEN ».
Quand « TERUGrennen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule faisant normalement l’objet d’un REJET derrière les compléments (« dan » et « naar het hotel »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZOU REJET CONCENTREREN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/05/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressant : « Ik zou me ook al op de mooie baadsters concentreren » («Je ferais mieux de me concentrer sur les jolies baigneuses »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale, ici « concentreren », à la fin de la phrase, derrière les compléments (« ook », « al » et « op de mooie baadsters »), et donc à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WAS OVT ZIJN 3 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het was een fooi natuurlijk ! » (« C’était un pourboire, bien sûr ! »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : ZOU REJET ZIJN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressant : « Zou het een briefje zijn ? » (« Serait-ce un billet ? »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale, ici « zijn », à la fin de la phrase, derrière le complément (ici « een briefje »), et donc à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOET REJET WETEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/04/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik moet (nu) weten wie die kolonel is » (« Je dois savoir qui est ce colonel »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière le complément éventuel (« nu »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEWERKT VTT WERKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb nog voor de geheime diensten gewerkt » (« J’ai encore travaillé pour les services secrets »).
On y trouve la forme verbale « gewerkt », participe passé provenant de l’infinitif « WERKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik werk ») se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Il y a REJET du participe passé « gewerkt », derrière les compléments (« nog » et « voor de geheime diensten ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WEES IMPERATIF ZIJN GERUST VTT RUSTEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Wees gerust ! » (« Sois tranquille / Soyez tranquilles ! »).
On y trouve la forme verbale « WEES », impératif provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » pour donner le participe passé « GEWEEST ».
Pour complément d’informations, consultez notamment notre tableau de synthèse « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment trois autres grandes catégories de verbes irréguliers au passé : https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve aussi la forme verbale « gerust », participe passé provenant de l’infinitif « RUSTEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant déjà par la consonne « T », a fortiori on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.

Nom : MAKEN KENNIS OTT REJET KENNISMAKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« De volgende dag maken ze (Robert en Bertrand) met James kennis » (« Le lendemain, ils font la connaissance de James »).
On y trouve la forme verbale « MAKEN … KENNIS », provenant de l’expression « KENNISMAKEN »
Quand l’expression « KENNISMAKEN » est conjuguée, il y a normalement REJET de « KENNIS » (réagissant comme une « particule séparable ») derrière le complément (« met James ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« De volgende dag »), cela entraîne une INVERSION du sujet « ze » qui passe derrière son verbe « maken ».

Nom : BESCHERMD VTT BESCHERMEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het spook wordt goed beschermd » (« Le fantôme est bien protégé »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve la forme verbale « beschermd », participe passé provenant de l’infinitif « BESCHERMEN », considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik bescherm ») se terminant par la consonne « M », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
(PAS de préfixe « GE ») + « BESCHERM » + « D » = « BESCHERMD ».
Quand « BESCHERMEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « beschermd » derrière le complément (« goed ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : GENOMEN VTT NEMEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (= James) wordt nogmaals onder vuur genomen » (« Il est encore une fois pris sous le feu => On lui tire une nouvelle fois dessus »).
On y trouve la forme verbale « GENOMEN », participe passé provenant de l’infinitif « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GENOMEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« nogmaals » et « onder vuur »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : GEWAPEND VTT WAPENEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/04/2020

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (Het is) spijtig dat ik (nu) niet (ben) gewapend ben » (« C’est dommage que je ne sois pas armé »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT ») la forme verbale « gewapend », participe passé provenant de l’infinitif « WAPENEN ». Ce verbe « WAPENEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik wapen») se terminant par la consonne « N », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » + « WAPEN » + « D » = « GEWAPEND ».
Le participe passé « GEWAPEND » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« nu »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEMIST VTT MISSEN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb hem gemist » (« Je l’ai raté »).
On y trouve la forme verbale « gemist », participe passé provenant de l’infinitif « MISSEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik mis ») se terminant par la consonne « S », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire :
préfixe « GE » + « MIS » + « T » = « GEMIST ».
Il y a REJET du participe passé « gemist » derrière le complément (« hem ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KAN KUNNEN REJET ONTKOMEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « In de vlakte van het Zwin kan het (= het spook) mij niet ontkomen » (« Dans la plaine du Zwin, il ne peut pas m’échapper »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« ontkomen »), derrière le complément (« mij »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un (autre) complément (« In de vlakte van het Zwin »), cela entraîne une INVERSION du sujet « het » qui passe derrière son verbe « kan ».
Notez que l’on aurait dû avoir « MAG », singulier de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« In de vlakte van het Zwin mag het (= het spook) mij niet ontkomen ».

Nom : ZOU REJET WILLEN ONTMOETEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zou beslist het spook willen ontmoeten » (« Je voudrais précisément rencontrer le fantôme »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (ou des autres formes verbales), ici « willen » et « ontmoeten », à la fin de la phrase, derrière le(s) complément(s) (ici « beslist » et « het spook »), et donc à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOET REJET ZIJN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dit moet het graf (…) zijn » (« Ce doit être la tombe »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière le complément (« het graf »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZOUDEN REJET KUNNEN PLEGEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zouden wij met James overleg kunnen plegen ? » (« Pourrions-nous nous concerter avec James ? »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (ou des autres formes verbales), ici « kunnen » et « plegen », à la fin de la phrase, derrière le(s) complément(s) (ici « met James » et « overleg »), et donc à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« Zouden wij met James overleg mogen plegen ? »

Nom : GAF OVT GEVEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik gaf hem deze avond vrijaf » (« Je lui donnai / ai donné ce soir quartier libre => congé »).
On y trouve la forme verbale « GAF », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « GEVEN ». Le verbe « GEVEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : HOORDE OVT HOREN 3 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik hoorde onwillekeurig uw gesprek » (« J’entendis = j’ai entendu sans le vouloir votre conversation »).
Ce verbe « HOREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik hoor ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « HOOR » + « DE » = « HOORDE ».

Nom : BRACHT OVT BRENGEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik bracht handdoeken » (« J’apportais des essuie-mains »).
On y trouve notamment la forme verbale « BRACHT », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : LUISTERDE AF OVT AFLUISTEREN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je luisterde ons af » (« Tu nous écoutais »).
On y trouve la forme verbale « luisterde … AF », à l’O.V.T. (ou prétérit) qui provient de l’infinitif « AFluisteren », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « LUISTEREN ».
Ce verbe « LUISTEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik luister ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « LUISTER » + « DE » = « LUISTERDE ».
Quand « AFluisteren » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AF » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « AF », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« ons »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composantes, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : HOORDE OVT HOREN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik hoorde iets aan de deur » (« J’entendis = j’ai entendu quelque chose à la porte »).
Ce verbe « HOREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik hoor ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « HOOR » + « DE » = « HOORDE ».

Nom : LUISTERT AF OTT AFLUISTEREN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De kamermeid luistert gespannen het gesprek af » (« La femme de chambre écoute, tendue, la conversation »).
On y trouve la forme verbale « luistert … AF », qui provient de l’infinitif « AFluisteren », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « LUISTEREN ».
Quand « AFluisteren » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AF » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « AF », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« gespannen » et « het gesprek »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composantes, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussi la forme verbale « gespannen », participe passé provenant de l’infinitif « SPANNEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : MOET REJET BLIJVEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Een van jullie moet permanent in deze kamer blijven »
(« Un de vous doit rester en permanence dans cette pièce »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« blijven »), derrière les compléments (« permanent » et « in deze kamer »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KAN KUNNEN REJET ZIJN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij kan niet overal zijn » (« Il ne peut pas être partout »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« zijn »), derrière le complément (« overal »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir « MAG », singulier de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« Hij mag niet overal zijn ».K

Nom : ENGAGEERDE OVT ENGAGEREN WORF AAN OVT AANWERVEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Daarom engageerde ik hem (James) » (« C’est pourquoi je l’engageai »).
Ce verbe « ENGAGEREN » (utilisé par la lady, ne connaissant pas bien la langue néerlandaise) sera considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik engageer ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« ENGAGEER » + « DE » = « ENGAGEERDE ».
La phrase commençant par un complément (« Daarom »), cela entraîne une INVERSION du sujet « ik » qui passe derrière son verbe « engageerde ».
Notez que si on veut montrer que l’on connaît mieux la langue néerlandaise, on devrait plutôt utiliser « AANwerven », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « WERVEN » et qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Cela donnerait alors : « Daarom worf ik hem aan » … plus compliqué.

Nom : KOCHT OVT KOPEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dit halssnoer kocht ik in Amsterdam » (« Ce collier, je l’achetai à Amsterdam / J’achetai ce collier à Amsterdam »).
On y trouve notamment la forme verbale « KOCHT », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « KOPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase commençant par un complément (« Dit halssnoer »), cela entraîne une INVERSION du sujet « ik » qui passe derrière son verbe « kocht ».

Nom : MEENEMEN MEE TE NEMEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/04/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kan (werkelijk) niet nalaten ze op reis mee te nemen » (« Je ne peux vraiment pas m’empêcher de les prendre avec / de les emporter en voyage »).
On y trouve, dans la subordonnée « infinitive », la forme verbale « MEE … nemen », provenant de l’infinitif « MEENEMEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « NEMEN ».
Lorsque « MEENEMEN » est conjugué, la particule « MEE » (venant de la préposition « MET ») se sépare de son infinitif proprement dit. Dans ce cas-ci, c’est l’équivalent du français «de» qui les sépare.

Nom : KAN KUNNEN REJET NALATEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kan (werkelijk) niet nalaten ze op reis mee te nemen » (« Je ne peux vraiment pas m’empêcher de les prendre avec / emporter en voyage »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« ondernemen »), derrière les compléments (« voorlopig » et « niets »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL ZULLEN REJET TONEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressant : « Ik zal het jullie tonen » (« Je vais vous le montrer »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a, dans la phrase principale, REJET de l’autre forme verbale (« tonen ») à la fin de la phrase, derrière les compléments (« het » et « jullie »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BESCHERMD VTT BESCHERMEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Waarom moet u zo speciaal (worden) beschermd worden ? » (« Pourquoi devez-vous si spécialement être protégée ? »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve la forme verbale « beschermd », participe passé provenant de l’infinitif « BESCHERMEN », considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik bescherm ») se terminant par la consonne « M », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
(PAS de préfixe « GE ») + « BESCHERM » + « D » = « BESCHERMD ».
Quand « BESCHERMEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « beschermd » derrière le complément (« zo speciaal ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : AANBEVOLEN VTT AANBEVELEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een vriendin heeft mij James aanbevolen … » (« Une amie m’a recommandé James »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve la forme verbale « AANbevolen », participe passé provenant de l’infinitif « AANbevelen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « BEVELEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « AANbevelen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne normalement en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux (par exemple « AANgeworven ») mais donc pas ici => « aanbevolen ».
Il y a REJET de la forme verbale « AANbevolen » derrière les compléments («mij » et « James ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : TREKT AAN OTT AANTREKKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/04/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Knocke trekt rijke bezoekers aan » (« Knokke attire de riches visiteurs »).
On y trouve la forme verbale « trekt … aan », qui provient de l’infinitif « AANTREKKEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « TREKKEN ».
Lorsque « AANTREKKEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « AAN », derrière le complément (« rijke bezoekers »), à la fin de la phrase. Voir le phénomène du REJET, entre autres à :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BEKEND VTT BEKENNEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het is internationaal bekend » (« Il est internationalement connu »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On y trouve la forme verbale « bekend », participe passé provenant de l’infinitif « BEKENNEN », considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik beken ») se terminant par la consonne « N », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
(PAS de préfixe « GE ») + « BEKEN » + « D » = « BEKEND ».
Quand « BEKENNEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « bekend » derrière le complément (« internationaal ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WIL REJET DOEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wil je nog iets voor mij doen ? » (« Veux-tu encore faire quelque chose pour moi ? »).
L’auxiliaire de mode de la VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici, « doen ») derrière les compléments (« nog » « iets » et « voor mij »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZOUDEN REJET KUNNEN BEGINNEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Nu zouden de moeilijkheden wel eens kunnen beginnen » (« A présent les difficultés pourraient bien une fois commencer »).
La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (ou des autres formes verbales), ici « kunnen » et « beginnen », à la fin de la phrase, derrière le(s) complément(s) (ici « wel » et « eens »), et donc à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbesLa La phrase commençant par un (autre) complément (« Nu »), cela entraîne une INVERSION du sujet « de moeilijkheden » qui passe derrière son verbe « zouden ».

Nom : GEBONDEN VTT BINDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik ben hier gebonden » (« Je suis lié ici »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEBONDEN », participe passé provenant de l’infinitif « BINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé.
Ce participe passé « GEBONDEN » est construit sur le PLURIEL du prétérit (ou O.V.T.) Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a REJET du participe passé « GEBONDEN » derrière le complément éventuel (« hier ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KUNNEN REJET VINDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij kunnen het toch best met elkaar vinden » (« Nous pouvons tout de même mieux le trouver l’un avec l’autre => trouver du bon temps à deux »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« vinden»), derrière les compléments (« het », « toch », « best » et « met elkaar »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs:
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE » :
« Wij mogen het toch best met elkaar vinden ».

Nom : KAN KUNNEN REJET WEGZENDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Kan je ze echt niet wegzenden ? » (« Ne peux-tu vraiment pas les renvoyer ? »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« wegzenden »), derrière les compléments (« ze » et « echt »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir « MAG », singulier de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« Mag je ze echt niet wegzenden ? »

Nom : KAN KUNNEN REJET ONDERNEMEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kan voorlopig niets ondernemen » (« Je ne peux provisoirement rien entreprendre »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« ondernemen »), derrière les compléments (« voorlopig » et « niets »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir « MAG », singulier de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« Ik mag voorlopig niets ondernemen ».

Nom : VERDACHT VTT VERDENKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « En vind jij die kerels niet verdacht ? » (« Et ne trouves-tu pas ces types suspects ? »).
On y trouve la forme verbale « verdacht », participe passé (construit sur le prétérit « dacht » et utilisé ici comme attribut) provenant du verbe «VERDENKEN», lui-même construit sur l’infinitif « DENKEN », qui fait également l’objet des « temps primitifs ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : AANGEWORVEN VTT AANWERVEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/03/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je weet dat ik speciaal ben aangeworven … » (« Tu sais que je suis spécialement embauché … »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT ») la forme verbale « AANgeworven », participe passé provenant de l’infinitif « AANwerven », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « WERVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « AANwerven » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEworven ».
Il y a REJET de la forme verbale « AANgeworven » derrière le complément («speciaal ») à la fin de la phrase. On l’aurait mieux constaté dans la variante suivante : « ik ben speciaal aangeworven … » Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GAAN REJET DULDEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je gaat / zal toch niet dulden … » (« Tu ne vas tout de même pas tolérer … »).
Sous l’infuence de la langue française, l’auxiliaire du FUTUR « simple » néerlandais, « ZULLEN » (donnant un singulier « ZAL ») est ici remplacé par « GAAN ». Cela permet de rappeler que, afin d’être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple pour le francophone de le comparer au « futur proche » français et de remplacer précisément les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Ici, comme au FUTUR néerlandais, il y a REJET de l’autre forme verbale (« dulden ») à la fin de la phrase, derrière le complément (« toch »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL ZULLEN REJET ZEGGEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/03/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressant : « Ik zal je (jullie) zeggen waarom ik jullie nodig heb » (« Je vais vous dire pourquoi j’ai besoin de vous »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a, dans la phrase principale, REJET de l’autre forme verbale (« zeggen ») à la fin de la phrase, derrière le complément (« je »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZIEN ERUIT OTT ERUIT ZIEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Jullie zien er schitterend uit » (« Vous avez l’air magnifiques »).
A première vue, on pourrait croire que l’on a affaire au verbe « uitzien », avec « uit », réagissant comme une « particule séparable », qui ferait l’objet d’un REJET derrière les complément (« schitterend »), à la fin de la phrase.
On a en fait ici l’expression « eruit zien ». On aurait pu avoir aussi la variante suivante de la phrase :
« Jullie zien schitterend eruit ».

Nom : VAN ZIN ZIJN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/03/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Bent U werkelijk van zin die onbekenden in dienst te nemen ? » (« Avez-vous vraiment l’intention de prendre ces inconnus en service / à votre service ? »).
On y trouve, dans la phrase principale, la forme verbale « bent … van zin », provenant de l’expression à l’infinitif « van zin zijn ».
« van zin » réagit comme une « particule séparable » et fait l’objet d’un REJET derrière le complément (« werkelijk »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : NEMEN AAN OTT AANNEMEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/03/2020

Description :
La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Ze (Robert en Bertrand) nemen het voorstel aan »
(« Ils acceptent la proposition »).
On y trouve la forme verbale « nemen … aan », qui provient de l’infinitif « AANNEMEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « NEMEN ».
Lorsque « AANNEMEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « AAN », derrière le complément (« het voorstel »), à la fin de la phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres à :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : NODIG HEBBEN REJET NODIG ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb bescherming nodig » (« J’ai besoin de protection »).
On y trouve la forme verbale « heb … nodig », provenant de l’expression à l’infinitif « nodig hebben ».
« nodig » réagit comme une « particule séparable » et fait l’objet d’un REJET derrière le complément (« bescherming»), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WIL REJET TREDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Als je (jullie) wil (willen) bij mij in dienst treden … » (« Si tu veux entrer en service chez moi => entrer à mon service … »).
L’auxiliaire de mode de la VOLONTE est l’infinitif «WILLEN». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici, « treden ») derrière les compléments (« bij mij » et « in dienst »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WAS OVT ZIJN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het was een koud kunstje » (« C’était un petit art froid => un jeu d’enfant »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez l’expression « een koud kunstje zijn » (« être un jeu d’enfant »).

Nom : WIL REJET BELONEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik wil jullie belonen » (« Je veux vous récompenser »).
L’auxiliaire de mode de la VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici, « belonen ») derrière le complément (« jullie »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GERED VTT REDDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Jullie hebben mijn leven gered » (« Vous avez sauvé ma vie »).
On y trouve notamment la forme verbale « gered », participe passé provenant de l’infinitif « REDDEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (« ik red », première personne du présent ou O.T.T.) se terminant a fortiori déjà par la consonne « D », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Le participe passé « gered » fait l’objet d’un REJET derrière le complément (« mijn leven ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GLIJDT UIT OTT UITGLIJDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij / ze glijdt (van de golfbreker) uit » (« Elle glisse du brise-lames »).
On y trouve la forme verbale « glijdt … UIT », provenant de l’infinitif « UITglijden », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « GLIJDEN ».
Quand « UITglijden » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « UIT », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« van de golfbreker »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que cette particule séparable « UIT » est une ancienne préposition. On aurait donc pu avoir la variante suivante de la phrase : « Zij / ze glijdt uit de golfbreker ».

Nom : OMTE HOUDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Om nieuwsgierigen op afstand te houden … » (« Pour maintenir les curieux à distance … »).
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Les compléments (« nieuwsgierigen » et « op afstand ») s’intercalent entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « houden ».

Nom : MAAKTEN OVT MAKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De gendarmen maakten een rapport / verslag » (« Les gendarmes firent un rapport »).
On y trouve notamment le verbe « MAKEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik maak ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit : « MAAK » + « TE » + « N » (pluriel) = « MAAKTEN ».

Nom : VERHOORD VTT VERHOREN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De strandjutters werden (over het lijk) verhoord » (« Les pilleurs d’épaves furent auditionnés au sujet du cadavre »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On y trouve la forme verbale « verhoord », participe passé provenant de l’infinitif « VERHOREN », lui-même construit sur « HOREN ». Ce verbe est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik verhoor ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
préfixe « VER » (au lieu de « GE ») + « HOOR » + « D » = « VERHOORD ».
Quand « VERHOREN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « verhoord » derrière le complément éventuel (« over het lijk ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici « WERDEN ») est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : BEGROEVEN OVT BEGRAVEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze (De strandjutters) begroeven hem in de duinen » (« Les pilleurs d’épaves l’enterrèrent dans les dunes »).
On y découvre la forme verbale « BEGROEVEN », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « BEGRAVEN », lui-même construit sur « GRAVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : AANGESPOELD VTT AANSPOELEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De volgende dag vonden strandjutters zijn aangespoeld lijk » (« Le lendemain, des pilleurs d’épaves trouvèrent / ont trouvé sa dépouille mortelle rejetée sur le rivage »).
On y trouve la forme verbale « aangespoeld », participe passé (utilisé comme adjectif) provenant de l’infinitif « AANSPOELEN », verbe dit à particule séparable, construit sur « SPOELEN ». Ce verbe « SPOELEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik spoel ») se terminant par la consonne « L », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
particule « AAN » + préfixe « GE » + « SPOEL » + « D » = « AANGESPOELD ».
Quand « AANSPOELEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « aangespoeld » derrière le complément éventuel (« op het strand ») à la fin de la phrase, comme dans la variante suivante : « zijn lijk werd op het strand aangespoeld ». Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VONDEN OVT VINDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De volgende dag vonden strandjutters zijn aangespoeld lijk » (« Le lendemain, des pilleurs d’épaves trouvèrent / ont trouvé sa dépouille mortelle rejetée sur le rivage »).
On y découvre la forme verbale « VONDen », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase commençant par un complément (« De volgende dag »), cela entraîne une INVERSION du sujet « strandjutters » qui passe derrière son verbe « vonden ».

Nom : VERDRONK OVT VERDRINKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij verdronk jammerlijk » (« Il se noya malheureusement »).
On y découvre la forme verbale « VERDRONK », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « VERDRINKEN », lui-même construit sur « DRINKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : TRACHTTE OVT TRACHTEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « OPgejaagd door de gendarmen trachtte hij tijdens een storm met een sloep te ontkomen » (« Pourchassé par les gendarmes, il tenta de fuir pendant une tempête à bord d’une chaloupe »).
On y trouve notamment le verbe « TRACHTEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik tracht ») se terminant par la consonne « T », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit :
« TRACHT » + « TE » = « TRACHTTE ».
La phrase commençant par un complément (« OPgejaagd door de gendarmen »), cela entraîne une INVERSION du sujet « hij » qui passe derrière son verbe « trachtte ».
Notez que le verbe « TRACHTEN » exige un « TE » (équivalant au « DE » français) devant l’infinitif. Exemples à :
http://www.idesetautres.be/upload/CONSTRUCTIONS%20PHRASES%20NL%20ZC10%20TE+INFINITIF.zip

Nom : OPGEJAAGD VTT OPJAGEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (Hij werd) in de duinen door de gendarmen OPgejaagd » (« Il fut pourchassé dans les dunes par les gendarmes »).
On y trouve la forme verbale «OPgejaagd », participe passé provenant de l’infinitif « OPJAGEN », verbe dit à particule séparable, construit sur « JAGEN ». Ce verbe « JAGEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik jaag ») se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
particule « OP » + préfixe « GE » + « JAAG » + « D » = « OPGEJAAGD ».
Quand « OPJAGEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « OPgejaagd » derrière les compléments (« in de duinen » et « door de gendarmen ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici « WERD ») est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : KON OVT KUNNEN REJET ONTSNAPPEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Mudfinger) kon (uit het hotel) ontsnappen » (« Il put / a pu s’échapper de l’hôtel »).
L’auxiliaire de mode de la CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN », un O.V.T. (ou prétérit) « KON » (et un PLURIEL irrégulier « KONDEN »). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière le complément éventuel (« uit het hotel »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Le verbe « KUNNEN » fait l’objet (au seul prétérit ou O.V.T.) des « temps primitifs ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez que l’on aurait pu avoir « MOCHT », de l’infinitif « MOGEN », l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« Hij mocht (uit het hotel) ontsnappen ».

Nom : DEDEN OVT DOEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/03/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Gendarmen deden een inval in een hotel te Knokke » (« Des gendarmes firent une incursion dans un hôtel à Knokke »)
On y trouve la forme verbale « DEDEN » (pluriel de « DEED »), O.V.T. ou « prétérit » provenant de l’infinitif « DOEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, notamment en langue néerlandaise, il n’y a PAS d’article indéfini au pluriel, équivalant au français « DES ».

Nom : OPGESPOORD VTT OPSPOREN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/02/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij werd ijverig OPgespoord » (« Il fut recherché avec zèle »).
On y trouve la forme verbale «OPgespoord », participe passé provenant de l’infinitif « OPSPOREN », verbe dit à particule séparable, construit sur « SPOREN ». Ce verbe « SPOREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik spoor ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
particule « OP » + préfixe « GE » + « SPOOR » + « D » = « OPGESPOORD ».
Quand « OPSPOREN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « OPgespoord » derrière le complément (« ijverig ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici « WERD ») est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : GESIGNALEERD VTT SIGNALEREN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/02/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij werd aan onze kust gesignaleerd » (« Il fut signalé sur notre côte »).
On y trouve la forme verbale «gesignaleerd », participe passé provenant de l’infinitif « SIGNALEREN », considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik signaleer ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » « SIGNALEER » + « D » = « GESIGNALEERD ».
Quand « SIGNALEREN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gesignaleerd » derrière le complément (« aan onze kust ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici « WERD ») est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : WAS OVT ZIJN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/02/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wie is of was sir Mudfinger ? » (« Qui est ou était sir Mudfinger ? »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : ZAGEN OVT ZIEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/02/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « wij zagen een authenthiek spook » (« nous vîmes / avons vu un authentique fantôme »).
On y trouve notamment la forme verbale « ZAGEN », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
ATTENTION : Beaucoup d’apprenants croient que la forme verbale « ZAGEN », provient de l’infinitif « ZEGGEN », également irrégulier à l’O.V.T.
Notez que « spook » est un nom neutre (en « HET »), ce que l’on peut déduire parce qu’il n’y a pas de terminaison « E » à l’adjectif (« authenthiek »).

Nom : MISLUKT VTT MISLUKKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/02/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een mislukte overval … » (« Une agression manquée … »).
Rappelons tout d’abord que, au participe passé, les verbes commençant par les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER-, NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais. C’est aussi le cas du préfixe MIS-. On trouve ici la forme verbale « mislukt », participe passé (utilisé comme adjectif) provenant de l’infinitif « MISLUKKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik misluk ») se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire : (ici sans le préfixe « GE ») + « MISLUK » + « T » = « MISLUKT ». Quand «MISLUKKEN» est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a normalement REJET de son participe passé « mislukt » derrière le complément éventuel à la fin de la phrase, comme dans la variante : « de overval is deze nacht mislukt … »

Nom : HOORDE OVT HOREN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/02/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik hoorde deze nacht schieten » (« j’entendis cette nuit tirer »).
Ce verbe « HOREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik hoor ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « HOOR » + « DE » = « HOORDE ».

Nom : GEHOORD VTT HOREN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/02/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Waar heb ik die naam nog gehoord ? » (« Où ai-je encore entendu ce nom ? »).
On y trouve la forme verbale « gehoord », participe passé provenant de l’infinitif « HOREN ». Ce verbe « HOREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik hoor ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » « HOOR » + « D » = « GEHOORD ».
Quand « HOREN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gehoord » derrière les compléments (« die naam » et « nog ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZOU REJET AFSCHRIKKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/02/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « U zou zelfs het spook (Sir Mudfinger) afschrikken » (« Vous effrayeriez même le fantôme »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (« afschrikken ») à la fin de la phrase, derrière le(s) complément(s) (ici « zelfs » et « het spook »), et donc à l’INFINITIF.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEMIST VTT MISSEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/02/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «De kennismaking met een gedistingeerd spook hebben we gemist » (« Nous avons raté l’occasion de faire la connaissance d’un fantôme distingué »).
On y trouve la forme verbale « gemist », participe passé provenant de l’infinitif « MISSEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik mis ») se terminant par la consonne « S », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire :
préfixe « GE » + « MIS » + « T » = « GEMIST ».
La phrase commençant par un complément (« de kennismaking »), cela entraîne une INVERSION du sujet « we » passant derrière son verbe « hebben ». Quand « MISSEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a normalement REJET de son participe passé « gemist » derrière le complément (« de kennismaking met een gedistingeerd spook ») à la fin de la phrase. On aurait en effet pu avoir la variante suivante : « we hebben de kennismaking met een gedistingeerd spook gemist ».
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOESTEN REJET INGRIJPEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/02/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «We moesten niet eens ingrijpen » (« Nous ne devions même pas / n’avons même pas dû intervenir »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN » (ici, à l’O.V.T. ou prétérit, « MOESTEN »). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« ingrijpen »), derrière le complément (« niet eens »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GAAN REJET ONTLASTEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/02/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Wij gaan / zullen die dame van geld en juwelen ontlasten » (« Nous allons délester la dame de son argent et de ses bijoux »).
Sous l’infuence de la langue française, l’auxiliaire du FUTUR « simple » néerlandais, « ZULLEN » (donnant un singulier « ZAL ») est ici remplacé par « GAAN ». Cela permet de rappeler que, afin d’être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple pour le francophone de le comparer au « futur proche » français et de remplacer précisément les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Ici, comme au FUTUR néerlandais, il y a REJET de l’autre forme verbale (« ontlasten ») à la fin de la phrase, derrière les compléments (« die dame » et « van geld en juwelen »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOET REJET ZIJN DAAR ER ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/02/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Daar (=> ER) moet buit te halen zijn » (« Il doit y avoir là du butin à glaner »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« zijn »), derrière le complément éventuel (« te halen »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Une interprétation est que la phrase, commençant par un complément (« Daar »), cela entraîne une INVERSION du sujet « buit » (= nummer 17) passant derrière son verbe « moet ». On trouve ici un cas d’évolution du « Daar » vers « ER », sujet de « il y a ».

Nom : GADEGESLAGEN VTT GADESLAAN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/02/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Twee stropers (…) hebben eveneens het toneel gadegeslagen » (« Deux maraudeurs ont également observé la scène »).
On trouve donc ici notamment la forme verbale « gadegeslagen », participe passé provenant de l’infinitif « gadeslaan », lui-même construit sur l’infinitif « SLAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « gadeslaan » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « gade » de son infinitif proprement dit et il y a REJET de la particule « gade » derrière les compléments («eveneens» et « het toneel ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERMOMD VTT VERMOMMEN OMTE ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/02/2020

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Twee stropers, vermomd met konijnenvellen om het wild te misleiden … » (« Deux maraudeurs, déguisés avec des peaux de lapins pour tromper le gibier … »).
On y trouve la forme verbale « vermomd », participe passé (utilisé ici comme adjectif) provenant de l’infinitif « VERMOMMEN ». Ce verbe « VERMOMMEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « vermom ») se terminant par la consonne « M », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés mais pas de préfixe « GE » puisque la forme verbale commence par le préfixe « VER » (c’est aussi le cas pour les verbes commençant par les préfixes BE-, ER-, GE,- HER- et ONT-) : (« GE ») + « VERMOM » + « D » = « VERMOMD ». Quand « VERMOMMEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « vermomd » derrière le complément (« als Hendrik ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Le complément (« het wild ») s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « misleiden ».

Nom : STAP UIT IMPERATIF UITSTAPPEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/02/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Stap (de wagen) uit ! » (« Sors / descends de la voiture ! »).
On y trouve la forme verbale « stap … UIT » à l’impératif, provenant de l’infinitif « UITstappen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « STAPPEN ».
Quand « UITstappen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « UIT », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« de wagen »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que cette particule séparable « UIT » est une ancienne préposition. On aurait donc pu avoir la variante suivante de la phrase : « Stap uit de wagen ! ».

Nom : VERDWAALD VTT VERDWALEN 2 ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/02/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We zijn (nu) verdwaald » (« Nous sommes égarés »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
Ce verbe « VERDWALEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé, NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik verdwaal ») se terminant par la consonne « L », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison du participe passé : « VERDWAAL » + « D » = « VERDWAALD ».
Le participe passé « VERDWAALD » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« NU »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERDWENEN VTT VERDWIJNEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/02/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (De gestalte is) in de mist verdwenen » (« La silhouette a disparu dans le brouillard »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc ici notamment la forme verbale « VERDWENEN », participe passé provenant de l’infinitif « VERDWIJNEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.).
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « VERDWENEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« in de mist »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DAALT AF OTT AFDALEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/02/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een gestalte (…) daalt het duin af » (« Une silhouette descend de la dune »).
On y trouve la forme verbale « daalt … AF », qui provient de l’infinitif « AFdalen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « DALEN ».
Quand « AFdalen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AF » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « AF », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« het duin »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composantes, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERDWAALD VTT VERDWALEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/02/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Verder beweert men dat (…) geesten verdwaalde reizigers belagen » (« Bien plus, on prétend que des esprits s’en prennent à des voyageurs égarés »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
Ce verbe « VERDWALEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé, NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik verdwaal ») se terminant par la consonne « L », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison du participe passé (utilisé ici comme adjectif) : « VERDWAAL » + « D » = « VERDWAALD ».

Nom : GEMEDEN VTT MIJDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/02/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « In het Zoute (…) huist ruw volk dat door de Knockenaars (wordt) gemeden wordt » (« Au Zoute vivent des gens rudes, qui sont évités par les habitants de Knokke »).
On trouve donc ici notamment la forme verbale « GEMEDEN », participe passé provenant de l’infinitif « MIJDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.).
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
Le participe passé « GEMEDEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« door de Knockenaars »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GENAAMD GENOEMD VTT NAMEN NOEMEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/02/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « In het Zoute, genaamd / genoemd naar de Zoute Polders … » (« Au Zoute, appelé / baptisé d’après les Zoute Polders … »).
On y trouve le participe passé « GENAAMD », qui vient de l’infinitif « NAMEN ». Ce verbe « NAMEN » ou « NOEMEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé, NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik naam » ou « Ik noem ») se terminant par la consonne « M », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison du participe passé :
« GE » + « NAAM » + « D » = « GENAAMD ».
« GE » + « NOEM » + « D » = « GENOEMD ».

Nom : ZOU CONDITIONNEL REJET AANRADEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/02/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zou het jullie niet aanraden » (« Je ne vous le recommanderais pas »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (« aanraden ») à la fin de la phrase, derrière le(s) complément(s) (ici « het » et « jullie »), et donc à l’INFINITIF.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : LEVERDEN OVT LEVEREN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/02/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Waar eens duizenden galjoenen slag leverden … » (« A l’endroit où, un jour, des milliers de galions livrèrent bataille … »).
Ce verbe « LEVEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik verover ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« LEVER » + « DE » + « N » (PLURIEL) = « LEVERDEN ».
Rappelons que dans la phrase subordonnée néerlandaise (introduite par « WAAR ») la forme verbale ne se trouve plus à côté de son sujet (« duizenden galjoenen »).

Nom : VERZAND VTT VERZANDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/02/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (De zeeboezem is) helaas verzand » (« Le golfe de mer est hélas ensablé »)
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On y trouve la forme verbale « verzand », participe passé provenant de l’infinitif « VERZANDEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant déjà par la consonne « D », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Il y a REJET du participe passé « verzand » derrière le complément («helaas »), à la fin de la phrase.
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WERD OVT WORDEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/02/2020

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een zeeboezem bevaarbaar voor grote schepen, waardoor Brugge de grootste haven van Europa werd » (« Un golfe de mer navigable pour les grands navires, grâce auquel Bruges devint le plus grand port d’Europe »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée (introduite par « waardoor »), la forme verbale « WERD », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « WORDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici « WERD ») est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
Rappelons que dans la phrase subordonnée néerlandaise la forme verbale ne se trouve plus à côté de son sujet (« Brugge »).

Nom : UITGESTREKT VTT UITSTREKKEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/02/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze trekken door de uitgestrekte vlakte van het Zwin » (« Ils parcourent la plaine étendue => la vaste étendue du Zwin »)
On y trouve la forme verbale « UITgestrekt », participe passé (utilisé ici comme adjectif) provenant de l’infinitif « UITstrekken », lui-même construit sur l’infinitif « STREKKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « UITstrekken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEstrekt ».

Nom : BRACHTEN OVT BRENGEN ROBERT EN BERTRAND 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/02/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze brachten hun beschermeling naar de kostschool » (« Ils portèrent => amenèrent / conduisirent leur protégé au pensionnat »).
On y trouve notamment la forme verbale « BRACHT », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : VEROVERDE OVT VEROVEREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zo veroverde de mens het luchtruim » (« C’est ainsi que l’homme conquit l’espace »).
Ce verbe « VEROVEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik verover ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« VEROVER » + « DE » = « VEROVERDE ».
La phrase commençant par un complément, cela engendre une INVERSION : le sujet « de mens » passe derrière le verbe « veroverde ». On aurait pu avoir la variante suivante : « de mens veroverde het luchtruim zo ».

Nom : AANGEDREVEN VTT AANDRIJVEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/01/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « …(het) vliegtuig dat door een 16 PK-motor werd AANgedrEven » (« … l’avion qui était actionné par un moteur … »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT », engendré par le « HET »), la forme verbale « AANGEDREVEN », participe passé provenant de l’infinitif « AANDRIJVEN », lui-même construit sur l’infinitif « DRIJVEN » qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne aux temps du passé une voyelle « E ». Il est à noter que le participe passé « GEDREVEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit ou O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « AANDRIJVEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEdreven ».
Le participe passé « AANgedreven » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« door een motor »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive (avec une structure comme un passé composé) puisque l’auxiliaire « WORDEN » (« werd » au prétérit) est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : MAAKTEN OVT MAKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Pas op 17 december 1903 maakten de gebroeders Wright een eerste vlucht » (« Ce n’est que le 17 december 1903 que les frères Wright faisaient un premier vol »).
On y trouve notamment le verbe « MAKEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik maak ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit : « MAAK » + « TE » + « N » (pluriel) = « MAAKTEN ».
La phrase commençant par un complément, cela engendre une INVERSION : le sujet « de gebroeders Wright » passe derrière le verbe « maakten ». On aurait pu avoir la variante suivante : « de gebroeders Wright maakten een eerste vlucht pas op 17 december 1903 ».

Nom : RAAKTE OVT RAKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Na de mislukte poging raakte het idee in het vergeetboek » (« Après la tentative avortée, l’idée toucha au fond du livre de l’oublié => sombra dans l’oubli »).
On y trouve notamment le verbe « RAKEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik raak ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit : « RAAK » + « TE » = « RAAKTE ».
La phrase commençant par un complément, cela engendre une INVERSION : le sujet « het idee » passe derrière le verbe « raakte ». On aurait pu avoir la variante suivante :
« het idee raakte in het vergeetboek na de mislukte poging ».

Nom : MISLUKT VTT MISLUKKEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Na de mislukte poging … » (« Après la tentative avortée … »).
Rappelons tout d’abord que, au participe passé, les verbes commençant par les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER-, NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais. C’est aussi le cas du préfixe MIS-. On trouve ici la forme verbale « mislukt », participe passé (utilisé comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif « MISLUKKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik misluk ») se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire : (ici sans le préfixe « GE ») + « MISLUK » + « T » = « MISLUKT ». Quand «MISLUKKEN» est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a normalement REJET de son participe passé « mislukt » derrière le complément éventuel à la fin de la phrase, comme dans la variante : « de poging is vandaag mislukt … »

Nom : ZAG OVT ZIEN 3 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Op de plaats waar hij de Vliegende Hollander zag … » (« A l’endroit où il vit le Hollandais Volant … »).
On y trouve la forme verbale « ZAG », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
ATTENTION : Beaucoup d’apprenants croient que la forme verbale « ZAG », provient de l’infinitif « ZEGGEN », également irrégulier à l’O.V.T. …
Dans la phrase subordonnée néerlandaise, la forme verbale (« zag ») est, comme d’habitude, séparée de son sujet (elle ne se trouve plus à côté de lui), ici « hij » ; il y a REJET, derrière le complément (« de Vliegende Hollander »), à la fin de la phrase.

Nom : DROOMDE OVT DROMEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/01/2020

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het is mogelijk dat ik (daarvan) droomde » (« Il est possible que je rêvais »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale « droomde », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « DROMEN ». Ce verbe « DROMEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik droom») se terminant par la consonne « M », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « DROOM » + « DE » = « DROOMDE ».
Dans la phrase subordonnée néerlandaise, la forme verbale (« droomde ») est, comme d’habitude, séparée de son sujet (elle ne se trouve plus à côté de lui) ; il y a REJET, derrière le complément éventuel (ici « daarvan »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEDROOMD VTT DROMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je hebt (daarvan) gedroomd » (« Tu as rêvé »).
On y trouve la forme verbale « gedroomd », participe passé provenant de l’infinitif « DROMEN ». Ce verbe « DROMEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik droom») se terminant par la consonne « M », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » + « DROOM » + « D » = « GEDROOMD ».
Il y a REJET du participe passé « gedroomd », derrière le complément éventuel (ici « daarvan »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DROEGEN OVT DRAGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zeemannen droegen toen klompen » (« Des marins portaient alors des sabots »).
On y trouve la forme verbale «droegen », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « DRAGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez que l’article indéfini pluriel « DES » français, n’est rendu par aucun mot néerlandais. Si on avait eu « LES », on aurait pu avoir la variante suivante :
« De zeemannen droegen toen klompen » (« Les marins portaient alors des sabots »).

Nom : SCHEI UIT OTT UITSCHEIDEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Schei / scheid (met dat => daarmee) uit ! » (« Arrête avec cela ! »)
On y trouve la forme verbale « schei(d) … uit », qui provient de l’infinitif « UITSCHEIDEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « SCHEIDEN ».
Lorsque « UITSCHEIDEN est conjugué, cela entraîne le REJET de la particule séparable « UIT », derrière le complément éventuel (« daarmee »), à la fin de la phrase. Voir le phénomène du REJET, entre autres à
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KWAM OVT KOMEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hier kwam de Vliegende Hollander aan wal » (« Ici débarqua le Hollandais Volant »).
On y trouve notamment la forme verbale « KWAM », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « KOMEN ».
Le verbe « KOMEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase commençant par un complément, cela engendre une INVERSION : le sujet « de Vliegende Hollander » passe derrière le verbe « kwam ». On aurait pu avoir la variante suivante : « de Vliegende Hollander kwam hier aan wal »

Nom : ZAG OVT ZIEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hier zag ik de Amsterdam aan de horizon » (« Ici je vis l’Amsterdam à l’horizon »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale « ZAG », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase commençant par un complément, cela engendre une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « zag ». On aurait pu avoir la variante suivante : « ik zag hier de Amsterdam aan de horizon »
ATTENTION : Beaucoup d’apprenants croient que la forme verbale « ZAG », provient de l’infinitif « ZEGGEN », également irrégulier à l’O.V.T. …

Nom : OMTE HINDEREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Om de gelukkige vaders bij de voorbereidingen van het huwelijk niet te hinderen … » (« Pour ne pas gêner les heureux pères lors des préparatifs du mariage … »).
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Les compléments (« de gelukkige vaders » et « bij de voorbereidingen van het huwelijk ») s’intercalent entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « hinderen ».

Nom : BEREIKT VTT BEREIKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wat de Vliegende Hollander niet kon (voor hem) bereiken, heeft hij (Hendrik) (voor zich zelf) bereikt » (« Ce que le Hollandais Volant ne pouvait atteindre, Hendrik l’a atteint »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
Dans la phrase principale, on trouve la forme verbale « bereikt », participe passé provenant de l’infinitif « BEREIKEN », considéré comme verbe « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik bereik ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « T » minoritaire comme terminaison des participes passés : « BEREIK » + « T » = « BEREIKT ».
Quand « BEREIKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « bereikt» derrière le complément éventuel (« voor zich zelf ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase subordonnée jouant le rôle d’un complément commençant la phrase principale, cela engendre dans cette dernière une INVERSION, le sujet « hij » passant derrière le verbe « heeft». On aurait en effet pu avoir la variante : « hij heeft (dat voor zich zelf) bereikt »

Nom : HERSTELDE OVT HERSTELLEN BEVESTIGDE OVT BEVESTIGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Kaufmann) herstelde en bevestigde Hendriks onschuld » (« Il se rétablit et confirma l’innocence d’Hendrik »).
Tant le verbe « HERSTELLEN » que le verbe « BEVESTIGEN » sont considérés comme « réguliers » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE font PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE font PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP ».
En effet le radical du verbe « HERSTELLEN » (première personne du présent, « Ik herstel ») se terminant par la consonne « L », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« HERSTEL » + « DE » = « HERSTELDE ».
Et le radical du verbe « BEVESTIGEN » (première personne du présent, « Ik bevestig ») se terminant par la consonne « G », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« BEVESTIG » + « DE » = « BEVESTIGDE ».

Nom : WAS OVT ZIJN 11 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De liefde van Aletta en Hendrik was sterker dan mijn voorspelling » (« L’amour était plus fort que ma prédiction »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On rend la comparaison (et, notamment, son degré de supériorité) en langue néerlandaise (comme en langue anglaise) en construisant l’adjectif (suivi de « DAN ») de la façon suivante : « STERK » + « ER » => « STERKER ».

Nom : DOUBLE INFINITIF VTT WILLEN OFFEREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een vrouw heeft voor hem haar leven willen offeren » (« Une femme a voulu offrir sa vie pour lui »).
La phrase est, en fait, au passé composé et la forme verbale de « WILLEN » aurait dû être au participe passé mais on a ici affaire à ce que l’on appelle le « double infinitif », solution intéressante pour éviter les « temps primitifs » quand on ne les maîtrise pas.
Les deux infinitifs font l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« voor hem » et « haar leven »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KON OVT KUNNEN REJET BEREIKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wat de Vliegende Hollander niet kon (voor hem) bereiken, heeft hij (Hendrik) (voor zich zelf) bereikt » (« Ce que le Hollandais Volant ne pouvait atteindre, Hendrik l’a atteint »).
Dans la phrase subordonnée (introduite par « WAT »), la forme verbale « KON » est le prétérit (SINGULIER) du verbe « KUNNEN » faisant ici l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers, au moins à l’O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE », « KUNNEN » (donnant, à l’O.T.T. ou indicatif présent, un singulier « KAN »), comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), exige le REJET de l’autre forme verbale (« bereiken »), derrière le complément éventuel (« voor hem »), à la fin de la phrase (subordonnée) et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KWAM OVT KOMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij kwam aan wal » (« Il débarquait / abordait le rivage »).
On y trouve notamment la forme verbale « KWAM », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « KOMEN ».
Le verbe « KOMEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GEZIEN VTT ZIEN 7 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb de Vliegende Hollander en het spookschip echt gezien » (« J’ai vraiment vu le Hollandais Volant et le vaisseau fantôme »).
On y trouve notamment, dans une phrase subordonnée relative (introduite par « DIE »), la forme verbale « geZIEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« de Vliegende Hollander », « het spookschip » et « echt »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZEI OVT ZEGGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zei (het) je toch ! » (« Je te l’ai tout de même dit ! »).
On y trouve notamment la forme verbale « ZEI » (donnant « ZEIDEN » au pluriel), O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZEGGEN ».
Le verbe « ZEGGEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers, du moins au « prétérit ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : ZAL ZULLEN REJET HERNEMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressant : « Eens zal ik de jacht hernemen » (« Un jour je reprendrai la chasse »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« hernemen ») à la fin de la phrase, derrière le complément (« de jacht »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Eens »), cela engendre une INVERSION, le sujet « ik » passant derrière le verbe « zal ». On aurait en effet pu avoir la variante : « ik zal eens de jacht hernemen »

Nom : DOUBLE INFINITIF VTT KUNNEN VOORKOMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij hebben een drama niet kunnen voorkomen » (« Nous n’avons pas pu prévenir un drame »).
La phrase est, en fait, au passé composé et la forme verbale de « KUNNEN » aurait dû être au participe passé mais on a ici affaire à ce que l’on appelle le « double infinitif », solution intéressante pour éviter les « temps primitifs » quand on ne les maîtrise pas.
Les deux infinitifs font l’objet d’un REJET, derrière le complément (« een drama »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » :
« Wij hebben een drama niet mogen voorkomen ».

Nom : INGEZET VTT INZETTEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Jager (speurder Nummer 17) en wild (Robert en Bertrand) hebben zich samen ingezet » (« Le chasseur et le gibier se sont interposés / impliqués ensemble »).
On y trouve la forme verbale « INgezet », participe passé provenant de l’infinitif « INzetten », lui-même construit sur l’infinitif « ZETTEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « T », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « INzetten » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « inGEzet ».
Il y a REJET de la forme verbale « INgezet » derrière le complément (« samen ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BEWEZEN VTT BEWIJZEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hendriks onschuld is (na de verzekerde bewaring van de gevangene) bewezen » (« L’innocence d’Hendrik est prouvée »).
Rappelons tout d’abord que, dans le cas des verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve ici, à la fin de la phrase subordonnée, la forme verbale « BEWEZEN », participe passé (utilisé avec l’équivalent d’un passé composé) provenant de l’infinitif « BEWIJZEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé « BEWEZEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit (et, dans ce cas-ci, est identique). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé (la plus nombreuse étant précisément celle des « IJ ») :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« na de verzekerde bewaring van de gevangene »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VOORSPELD VTT VOORSPELLEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « « Zij (Knier) heeft het voorspeld » (« Elle l’a prédit »).
On y trouve la forme verbale « voorspeld », participe passé provenant de l’infinitif « VOORSPELLEN ». Ce verbe « VOORSPELLEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik voorspel ») se terminant par la consonne « L », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés mais, exceptionnellement, PAS le préfixe « GE » (c’est le cas pour certains verbes commençant par « VOOR ») : « VOORSPEL » + « D » = « VOORSPELD ».
Quand « VOORSPELLEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « voorspeld » derrière le complément (« HET ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL ZULLEN REJET OVERLEVEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zal hij zijn poging overleven ? » (« Va-t-il survivre à son essai ? »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« overleven ») à la fin de la phrase, derrière le complément (« zijn poging »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEFAALD VTT FALEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/01/2020

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb (in mijn poging) gefaald » (« J’ai échoué dans ma tentative »).
On y trouve la forme verbale « gefaald », participe passé provenant de l’infinitif « FALEN ». Ce verbe « FALEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik faal ») se terminant par la consonne « L », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » + « FAAL » + « D » = « GEFAALD ».
Quand « FALEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gefaald » derrière le complément éventuel (« in mijn poging ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL ZULLEN REJET VLIEGEN 4 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/12/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressant : « Eindelijk zal ik vliegen » (« Enfin je vais pouvoir voler »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« vliegen ») à la fin de la phrase, derrière le complément (« eindelijk »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Eindelijk »), cela engendre une INVERSION, le sujet « ik » passant derrière le verbe « zal ». On aurait en effet pu avoir la variante :
« ik zal eindelijk vliegen »

Nom : GEBEURD VTT GEBEUREN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/12/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Die weet niet eens wat (hier) gebeurd is » (« Celui-là = il ne sait pas une fois => ne sait même pas ce qui est arrivé »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « WAT »), la forme verbale « gebeurd », participe passé provenant de l’infinitif « GEBEUREN ». Ce verbe « GEBEUREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (si une première personne du présent avait existé, « gebeur ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés mais pas de préfixe « GE » puisque la forme verbale commence déjà par « GE » (comme pour les verbes commençant par les préfixes BE- ER-, HER-, ONT- et VER- ) : (« GE ») + « GEBEUR » + « D » = « GEBEURD ».
Quand « GEBEUREN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gebeurd » derrière le complément éventuel (« hier ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERMOMD VTT VERMOMMEN OMTE 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/12/2019

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij heeft zich (als Hendrik) vermomd om de aandacht af te leiden » (« Elle s’est déguisée en Hendrik pour détourner l’attention »). On y trouve la forme verbale « vermomd », participe passé provenant de l’infinitif « VERMOMMEN ». Ce verbe « VERMOMMEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « vermom ») se terminant par la consonne « M », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés mais pas de préfixe « GE » puisque la forme verbale commence par le préfixe « VER » (c’est aussi le cas pour les verbes commençant par les préfixes BE-, ER-, GE,- HER- et ONT-) : (« GE ») + « VERMOM » + « D » = « VERMOMD ». Quand « VERMOMMEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « vermomd » derrière le complément (« als Hendrik ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Le complément (« de aandacht ») et la particule séparable (« af » du verbe « afleiden ») s’intercalent entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « leiden ».

Nom : SCHOOT OVT SCHIETEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/12/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij schoot op hem (Hendrik) » (« Il tira / a tiré sur lui »).
On y trouve la forme verbale « SCHOOT », prétérit (O.V.T.) provenant de l’infinitif « SCHIETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IE », donne une voyelle « O ». Il faut donc noter que son participe passé se construira sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : VERMOMD VTT VERMOMMEN OMTE ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/12/2019

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij heeft zich (als speurder) vermomd om zo Hendrik te laten verdwijnen » (« Il s’est déguisé en détective pour ainsi faire disparaître Hendrik »).
On y trouve la forme verbale « vermomd », participe passé provenant de l’infinitif « VERMOMMEN ». Ce verbe « VERMOMMEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « vermom ») se terminant par la consonne « M », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés mais pas de préfixe « GE » puisque la forme verbale commence par le préfixe « VER » (c’est aussi le cas pour les verbes commençant par les préfixes BE-, ER-, GE,- HER- et ONT-) : (« GE ») + « VERMOM » + « D » = « VERMOMD ».
Quand « VERMOMMEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « vermomd » derrière le complément éventuel (« als speurder ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Les compléments (« zo » et « Hendrik) s’intercalent entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « laten ».

Nom : GESTOLEN VTT STELEN 4 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/12/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij heeft de plannen gestolen » (« Il a volé les plans »).
On y trouve la forme verbale « GESTOLEN », participe passé provenant de l’infinitif « STELEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« de plannen »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBEURD VTT GEBEUREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/12/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wat is er (daar) gebeurd ? » (« Qu’est-il arrivé ? »).
On y trouve la forme verbale « gebeurd », participe passé provenant de l’infinitif « GEBEUREN ». Ce verbe « GEBEUREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (si une première personne du présent avait existé, « gebeur ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés mais pas de préfixe « GE » puisque la forme verbale commence déjà par « GE » (comme pour les verbes commençant par les préfixes BE- ER-, HER-, ONT- et VER- ) : (« GE ») + « GEBEUR » + « D » = « GEBEURD ».
Quand « GEBEUREN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gebeurd » derrière le complément éventuel (« daar ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : HOORDE OVT HOREN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/12/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik hoorde een schot » (« j’entendis un coup de feu »).
Ce verbe « HOREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik hoor ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « HOOR » + « DE » = « HOORDE ».

Nom : BIJGEKOMEN VTT BIJKOMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/12/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Joeki, die van zijn verdoving bijgekomen is, heeft alles gehoord » (« Joeki, qui est revenu de / a repris conscience après son étourdissement, a tout entendu »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « DIE »), la forme verbale « BIJgekomen », participe passé provenant de l’infinitif « BIJkomen », lui-même construit sur l’infinitif « KOMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « BIJkomen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « BIJ » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « bijGEkomen ».
Il y a REJET de la forme verbale « BIJgekomen » derrière le complément (« van zijn verdoving ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
N’oubliez pas que dans une phrase subordonnée néerlandaise, le verbe (ici « is ») n’est plus à côté de son sujet (ici « Joeki »).

Nom : GEHOORD VTT HOREN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/12/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Joeki) heeft alles gehoord » (« Il a tout entendu »).
On y trouve la forme verbale « gehoord », participe passé provenant de l’infinitif « HOREN ». Ce verbe « HOREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik hoor ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » « HOOR » + « D » = « GEHOORD ».
Quand « HOREN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gehoord » derrière le complément (« alles ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZULT ZAL ZULLEN REJET HINDEREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/12/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je zal = Je zult me niet meer hinderen » (« Tu ne vas plus me gêner »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Il y a REJET de l’autre forme verbale (« hinderen ») derrière les compléments (« me plannen » et « niet meer »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOET REJET VERDWIJNEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/12/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Hendrik) moet (nu) verdwijnen » (« Il doit disparaître »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« verdwijnen »), derrière le complément éventuel (« nu »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL ZULLEN REJET VERKOPEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/12/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal de plannen verkopen » (« Je vais vendre les plans »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Il y a REJET de l’autre forme verbale (« verkopen ») derrière le complément (« de plannen »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEZORGD VTT ZORGEN KREEG VTT KRIJGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/12/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb (ervoor = voor de diefstal) gezorgd dat hij de fout kreeg » (« J’ai fait en sorte que = j’ai perpétré le vol de telle sorte qu’il reçut la faute => qu’il fût déclaré fautif / coupable »).
On trouve ici notamment la forme verbale « GEzorgd », participe passé provenant de l’infinitif « ZORGEN ». Le participe passé est, lui, construit sur la première personne de l’indicatif présent (« ik zorg »), NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts », est donc considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé, NE fait PAS partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison du prétérit : « ZORG » + « D » = « GEZORGD ». Il y a, normalement REJET du participe passé, derrière le complément (« ervoor »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve la forme verbale « KREEG », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « KRIJGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne une voyelle « E » (double, au singulier). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GESTOLEN VTT STELEN 3 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/12/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb de plannen gestolen » (« J’ai volé les plans »).
On y trouve la forme verbale « GESTOLEN », participe passé provenant de l’infinitif « STELEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« de plannen »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DACHT OVT DENKEN WAS OVT ZIJN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/12/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Men dacht dat ik in het buitenland was » (« On pensait que j’étais à l’étranger »).
On y trouve, dans la phrase principale, la forme verbale « dacht », O.V.T (prétérit) provenant du verbe « DENKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve aussi, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale « was », prétérit provenant du verbe « ZIJN », qui fait également l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Parce que l’on a affaire à une phrase subordonnée (le verbe n’est plus à côté de son sujet), il y a REJET de cette forme verbale, derrière le complément (« in het buitenland »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KWAM OM OVT OMKOMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/12/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Mijn handlanger kwam in de vlammen om » (« Mon acolyte périt / mon complice mourut dans les flammes »).
On y trouve notamment la forme verbale « KWAM … OM », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « OMKOMEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « KOMEN ».
Le verbe « KOMEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a REJET de la « particule séparable » « OM », derrière le complément (« in de vlammen ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs:
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEMIST VTT MISSEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/12/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Mijn handlanger heeft je gemist » (« Mon acolyte t’a raté »).
On y trouve la forme verbale « gemist », participe passé provenant de l’infinitif « MISSEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik mis ») se terminant par la consonne « S », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire : préfixe « GE » + « MIS » + « T » = « GEMIST ».
Quand « MISSEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « gemist » derrière le complément (« je ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DOUBLE INFINITIF VTT LATEN BEETNEMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/12/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je hebt je laten beetnemen » (« Tu t’es laissé = tu t’es fait berner / induire en erreur »).
La phrase est, en fait, au passé composé et la forme verbale de « LATEN » aurait dû être au participe passé mais on a ici affaire à ce que l’on appelle le « double infinitif », solution intéressante pour éviter les « temps primitifs » quand on ne les maîtrise pas.
Ce qui aurait pu être un participe passé, « LATEN », fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« JE »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEDAAN VTT DOEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/12/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wat heb je (nu) gedaan ? » (« Qu’as-tu fait ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEDAAN », participe passé provenant de l’infinitif « DOEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEDAAN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« NU »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KAN KUNNEN REJET ONTSNAPPEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/12/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Misschien kan hij (Hendrik) zo ontsnappen » (« Peut-être peut-il ainsi s’échapper»).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« ontsnappen »), derrière le complément (« zo »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un (autre) complément (« Misschien »), cela entraîne une INVERSION du sujet «hij» qui passe derrière son verbe « kan ».
Notez que l’on aurait dû avoir « MAG », singulier de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « PERMISSION » :
« Misschien mag hij (Hendrik) zo ontsnappen ».

Nom : ZAL OTT ZULLEN REJET MISLEIDEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/12/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal hen misleiden » (« Je vais les conduire sur une fausse piste => je vais les duper »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Il y a REJET de l’autre forme verbale (« misleiden ») derrière le complément (« hen »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : TREKT AAN OTT AANTREKKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/12/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Snel trekt zij (Aletta) een kostuum van hem (Hendrik) aan » (« Rapidement, elle met un costume de Pieter = lui »).
On y trouve la forme verbale « trekt … aan », qui provient de l’infinitif « AANTREKKEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « TREKKEN ».
Lorsque « AANTREKKEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « AAN », derrière le complément (« een kostuum van hem »), à la fin de la phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres à :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Snel »), il y a une INVERSION, le sujet « zij » passant derrière le verbe « trekt ». On aurait en effet pu avoir :
« Zij trekt een kostuum van hem snel aan ».

Nom : KAN KUNNEN REJET HELPEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/12/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Hoe kan ik hem helpen ? » (« Comment puis-je l’aider ? »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« helpen »), derrière le complément (« hem »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOET REJET VLIEGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/12/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik moet (nu) vliegen » (« Je dois voler »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« vliegen »), derrière le complément éventuel (« nu »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BEZETEN VTT BEZITTEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/12/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij is (van zijn vliegmachine) bezeten » (« Il est possédé / obsédé par la machine volante »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc ici notamment la forme verbale « BEZETEN », participe passé provenant de l’infinitif « BEZITTEN », lui-même construit sur « ZITTEN » qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.) et dont le participe passé est « GEZETEN ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« van zijn vliegmachine »), à la fin de la phrase. Voir le phénomène du REJET, entre autres à :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WIL REJET WEERHOUDEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/12/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je wil(t) me weerhouden » (« Tu veux me retenir »).
L’auxiliaire de mode de la VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici, « weerhouden ») derrière le complément (« me »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MEENDE OVT MENEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/12/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik meende de speurders in de duinen te zien » (« Je pensais = j’ai pensé (d’) avoir vu les enquêteurs dans les dunes »).
Ce verbe « MENEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik meen ») se terminant par la consonne « N », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« MEEN » + « DE » = « MEENDE ».

Nom : GEOPEND VTT OPENEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/12/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De poort van de schuur wordt (door iemand) geopend » (« La porte de la grange est en train d’être ouverte »).
On y trouve aussi la forme verbale « geopend », participe passé provenant de l’infinitif « OPENEN ». Ce verbe « OPENEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik open ») se terminant par la consonne « N », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » + « OPEN » + « D » = « GEOPEND ».
Il y a REJET du participe passé (« geopend »), derrière le complément éventuel (« door iemand »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive (avec une structure comme un passé composé) puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : ZAL ZULLEN REJET GAAN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/12/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Mijn droom zal eindelijk in vervulling gaan » (« Mon rêve va enfin se réaliser »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Il y a REJET de l’autre forme verbale (« gaan ») derrière les compléments (« eindelijk » et « in vervulling »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KAN KUNNEN REJET WACHTEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/11/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kan niet langer wachten » (« Je ne peux pas attendre plus longtemps »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« wachten »), derrière le complément (« langer »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait pu avoir « MAG », singulier de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« Ik mag niet langer wachten ».

Nom : KUNNEN REJET OPDAGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/11/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De speurders kunnen trouwens opdagen » (« Les enquêteurs peuvent par ailleurs apparaître »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« opdagen »), derrière le complément (« trouwens »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait pu avoir « MOGEN », l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » : « De speurders mogen trouwens opdagen ».

Nom : MAAK OPEN OTT IMPERATIF OPENMAKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/11/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Maak de poort open ! » (« Fais en sorte d’ouvrir la porte ! »).
On y trouve notamment, à l'impératif, la forme verbale « maak … OPEN » (comme à l’O.T.T.), provenant de l’infinitif « OPENmaken » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « MAKEN ».
Quand « OPENmaken » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OPEN » de son infinitif proprement dit, et son REJET, derrière le complément (« de poort »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez notre synthèse, également en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On utilise « poort », au lieu de « deur » (réservée à la porte d’une maison), quand elle est plus massive et souvent à double battant.

Nom : WIL REJET TESTEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/11/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Nu wil ik mijn uitvinding testen » (« Maintenant je veux tester mon invention »).
L’auxiliaire de mode de la VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige normalement le REJET de l’autre forme verbale (ici, « testen ») derrière le complément (« mijn uitvinding »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Nu »), cela engendre une INVERSION : le sujet « ik » y passe donc derrière le verbe « wil ».

Nom : STAAT KLAAR OTT KLAARSTAAN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/11/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De vliegende stoommachine staat (nu) klaar » (« La machine volante à vapeur est prête »).
On y trouve notamment la forme verbale « staat … KLAAR », provenant de l’infinitif « KLAARstaan » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « STAAN ».
Quand « KLAARstaan » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « KLAAR » (ancien adjectif) de son infinitif proprement dit, et son REJET, derrière le complément éventuel (« nu »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez notre synthèse, également en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On aurait aussi pu considérer que l’on avait ici affaire à une phrase où « KLAAR » était encore un adjectif.

Nom : MOET REJET WAARSCHUWEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/11/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik moet mijn vrienden (Robert en Bertrand) waarschuwen »
(« Je dois avertir mes amis »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« waarschuwen »), derrière le complément (« mijn vrienden »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez par exemple notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL ZULLEN REJET VINDEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/11/2019

Description : La triple phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zoek de vrouw die haar leven voor mij wil offeren zodat ik eindelijk de rust zal vinden » (« Je cherche la femme qui veut offrir sa vie pour moi »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Il y a normalement le REJET de l’autre forme verbale (ici, « vinden ») derrière les compléments (« eindelijk » et « de rust »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. On l’aurait vu, si on n’avait pas été dans une (deuxième) phrase subordonnée (introduite par « ZODAT »), comme dans la variante suivante : « ik zal eindelijk de rust vinden ».
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
N’oubliez pas que dans une phrase subordonnée néerlandaise, le verbe (ici « zal ») n’est plus à côté de son sujet (ici « ik »).

Nom : WIL REJET OFFEREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/11/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zoek de vrouw die haar leven voor mij wil offeren » (« Je cherche la femme qui veut offrir sa vie pour moi »).
L’auxiliaire de mode de la VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige normalement le REJET de l’autre forme verbale (ici, « offeren ») derrière les compléments (« haar leven » et « voor mij »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. On l’aurait vu, si on n’avait pas été dans une phrase subordonnée (introduite par « DIE »), comme dans la variante suivante : « die vrouw wil haar leven voor mij offeren »
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
N’oubliez pas que dans une phrase subordonnée néerlandaise, le verbe (ici « wil ») n’est plus à côté de son sujet (ici « de vrouw »).

Nom : MOET REJET VAREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/11/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « lk moet eeuwig (« altijd alleen ») blijven varen » (« Je dois pour des siècles continuer à naviguer »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET des autres formes verbales (« blijven » et « varen »), derrière le complément (« eeuwig »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez par exemple notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’expression française « continuer à » est rendue en néerlandais par le seul verbe « rester », qui n’est suivi d’aucune préposition.

Nom : KREEG OVT KRIJGEN 3 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/11/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Joeki) kreeg opdracht het strand te bewaken » (« Il reçut pour mission de surveiller la plage »).
On y trouve la forme verbale « KREEG », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « KRIJGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne une voyelle « E » (double, au singulier). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GEHOORD VTT HOREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/11/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Rep geen woord over wat je (hier) (hebt) gehoord hebt » (« Ne souffle pas un mot à propos de ce que tu as entendu »).
On y trouve la forme verbale « gehoord », participe passé provenant de l’infinitif « HOREN ». Ce verbe « HOREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik hoor ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » « HOOR » + « D » = « GEHOORD ». Quand « HOREN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gehoord » derrière le complément éventuel (« hier ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
N’oubliez pas que dans une phrase subordonnée néerlandaise, le verbe (ici « hebt ») n’est plus à côté de son sujet (ici « je »).

Nom : HOUD OP OTT OPHOUDEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/11/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hou(d) met die onzin op ! (« Arrête avec cette absurdité !»).
On y trouve la forme verbale « hou(d) … op », impératif provenant du verbe « OPhouden », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « HOUDEN ».
Quand « OPhouden » est conjugué, cela entraîne normalement en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit et son REJET, derrière le complément (« met die onzin »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOET REJET NEMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/11/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij moet hun bevelen in acht nemen » (« Il doit prendre en compte leurs ordres »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« nemen »), derrière les compléments (« hun bevelen » et « in acht »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez par exemple notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BLIJF WEG OTT WEGBLIJVEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/11/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Blijf van de schuur weg ! » (« Reste loin de la grange ! »).
On y trouve la forme verbale « blijf … WEG », impératif présent provenant du verbe « WEGblijven », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « BLIJVEN ».
Quand « WEGblijven » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « WEG » de son infinitif proprement dit et il y a normalement REJET de cette particule séparable «WEG» (rendant une notion d’éloignement), derrière le complément (« van de schuur »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes comme une « particule séparable »), lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour comprendre pourquoi « BLIJVEN » donne « BLIJF » (tant à l’O.T.T. qu’au présent), jetez un coup d’œil à notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=radVerbes

Nom : WIL REJET MAKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/11/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Als de schroef draait, wil ik een proefvlucht maken » (« Si l’hélice tourne, je veux faire un vol d’essai »).
L’auxiliaire de mode de la VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici, « maken ») derrière le complément (« een proefvlucht »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Dans Ia mesure où la phrase subordonnée (introduite par « ALS ») joue le rôle d’un complément, cela engendre une INVERSION dans la phrase principale comme si elle commençait par un complément : le sujet « ik » y passe donc derrière le verbe « wil ».

Nom : ZAL ZULLEN REJET VLIEGEN 3 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/11/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Weldra zal ik vliegen » (« Bientôt, je pourrai voler »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
La phrase commençant par un complément (« Weldra »), cela engendre une INVERSION, le sujet « ik » passant derrière le verbe « zal ». On aurait pu avoir la variante : « ik zal weldra vliegen »
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« vliegen ») à la fin de la phrase, derrière le complément (« weldra »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : HAD OVT HEBBEN 3 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/11/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je had de plannen niet nodig » (« Tu n’avais pas besoin des plans »).
On y trouve notamment la forme verbale « HAD », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « HEBBEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez que dans le cas de l’expression « nodig hebben », il y a REJET de « nodig », comme pour certaines formes verbales, derrière le complément (« de plannen ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Dans la phrase subordonnée de l’image (introduite par « DAT »), la forme verbale (« had ») est, comme d’habitude, séparée de son sujet (elle ne se trouve plus à côté de lui).

Nom : GEMONTEERD VTT MONTEREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/11/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De schroef is (nu) gemonteerd » (« L’hélice est montée »).
On y trouve la forme verbale « gemonteerd », participe passé provenant de l’infinitif « MONTEREN ». Ce verbe « MONTEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik monteer ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » + « MONTEER » + « D » = « GEMONTEERD ».
Quand « MONTEREN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gemonteerd » derrière le complément éventuel (« nu ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : STAAN VAST OTT VASTSTAAN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/11/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De draagvlakken staan (nu) vast » (« Les surfaces portantes sont fixées »).
On y trouve la forme verbale « STAAN … VAST » du verbe « VASTSTAAN », dit à « particule séparable », construit sur l’infinitif « STAAN ».
Quand il est conjugué, « VASTSTAAN » exige le REJET de la particule séparable « VAST », derrière le complément éventuel (« nu »), à la fin de la phrase.
Voir phénomène du REJET, entre autres :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : UITGEWERKT VTT UITWERKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/11/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb mijn opvattingen uitgewerkt » (« J’ai concrétisé mes idées »).
On y trouve la forme verbale « UITgewerkt », participe passé provenant de l’infinitif « UITwerken », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « WERKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K » (« ik werk »), on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « UITwerken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEwerkt ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgewerkt » derrière le complément (« mijn opvattingen ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL ZULLEN REJET DUREN VLIEGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/11/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hoelang zal deze spanning (voor mij) nog duren ? » («Combien de temps cette tension va-t-elle encore durer ? »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Il y a au FUTUR un REJET de l’autre forme verbale (« duren»), derrière le complément éventuel (« voor mij »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KON OVT KUNNEN REJET UITHOUDEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/11/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kon het niet meer uithouden » (« Je ne pouvais plus y tenir »).
La forme verbale « KON » est le prétérit (SINGULIER) du verbe « KUNNEN » faisant ici l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers, au moins à l’O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE », « KUNNEN » (donnant, à l’O.T.T. ou indicatif présent, un singulier « KAN »), comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), exige le REJET de l’autre forme verbale (« uithouden »), derrière le complément (« het »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEVOLGD VTT VOLGEN 4 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/11/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Indien de speurders je hebben gevolgd … » (« Si les enquêteurs t’ont suivie … »).
On y trouve notamment la forme verbale « gevolgd », participe passé provenant de l’infinitif « VOLGEN ». Ce verbe « VOLGEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik volg ») se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » + « VOLG » + « D » = « GEVOLGD ».
Il y a REJET de ce participe passé, derrière le complément (« je ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que, comme dans toutes les phrases subordonnées néerlandaises, le verbe (« hebben ») n’est plus à côté de son sujet (ici « de speurders »).

Nom : ZAL OTT ZULLEN REJET GAAN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/11/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het zal hard tegen hard gaan » (« cela va s’envenimer »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Il y a au FUTUR un REJET de l’autre forme verbale (« gaan»), derrière le complément (« hard tegen hard »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEWAPEND VTT WAPENEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/11/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (Wij zullen met revolvers) flink gewapend (zijn) » (« Nous serons bien armés »).
On y trouve la forme verbale « gewapend », participe passé provenant de l’infinitif « WAPENEN ». Ce verbe « WAPENEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik wapen ») se terminant par la consonne « N », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » « WAPEN » + « D » = « GEWAPEND ».
Le participe passé « GEWAPEND » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« flink »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOETEN REJET LOKKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/11/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We moeten hen uit hun domein lokken) » (« Nous devons les attirer hors de leur domaine »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« lokken »), derrière les compléments (« hen » et « uit hun domein »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KAN KUNNEN REJET LEIDEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/11/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Een bezetenheid kan ver leiden » (« Une possession => idée fixe peut mener loin »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« leiden »), derrière le complément (« ver »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait pu avoir « MAG », singulier de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« Een bezetenheid mag ver leiden ».

Nom : BETAALD VTT BETALEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/11/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Die verkoudheid zet ik Pieter (= hem) nog betaald » (« Ce refroidissement, je le mets encore à payer pour lui => sur son compte »).
Rappelons tout d’abord que, dans le cas des verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve ici, dans une tournure de phrase (peu fréquente) à structure de passé composé (mais rendant une notion de futur) la forme verbale « BEWEZEN », participe passé provenant de l’infinitif « BETALEN ». Ce verbe « BETALEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik betaal ») se terminant par la consonne « L », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : « BETAAL » + « D » = « BETAALD ».
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« hem »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Die verkoudheid »), cela engendre une INVERSION, le sujet « ik » passant derrière le verbe « zet ». On aurait pu avoir la variante : « ik zet die verkoudheid hem nog betaald ».

Nom : ZULLEN REJET WEREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/11/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Vanaf nu zullen we elke indringer hardhandig weren » (« A partir de maintenant, nous allons repousser fermement chaque / tout intrus »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Il y a au FUTUR un REJET de l’autre forme verbale (« weren »), derrière les compléments (« elke indringer » et « hardhandig »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Vanaf nu »), cela engendre une INVERSION, le sujet « we » passant derrière le verbe « zullen ». On aurait pu avoir la variante : « we zullen elke indringer hardhandig vanaf nu weren ».

Nom : ZULLEN REJET HOUDEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Vanaf nu zullen we de wacht houden » (« A partir de maintenant, nous allons tenir => monter la garde »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Il y a au FUTUR un REJET de l’autre forme verbale (« houden »), derrière le complément (« de wacht »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Vanaf nu »), cela engendre une INVERSION, le sujet « we » passant derrière le verbe « zullen ». On aurait pu avoir la variante : « we zullen de wacht vanaf nu houden ».

Nom : BEWEZEN VTT BEWIJZEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/10/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Als zijn onschuld (na het onderzoek) (wordt) bewezen wordt, zullen we triomferen » (« Si son innocence est prouvée, nous triompherons »).
Rappelons tout d’abord que, dans le cas des verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve ici, à la fin de la phrase subordonnée, la forme verbale « BEWEZEN », participe passé (utilisé avec l’équivalent d’un passé composé) provenant de l’infinitif « BEWIJZEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé « BEWEZEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit (et, dans ce cas-ci, est identique). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé (la plus nombreuse étant précisément celle des « IJ ») :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« na het onderzoek »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive (avec une structure comme un passé composé) puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : JOEG OVT JAGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik begrijp echter niet waarom je hen over dat muurtje joeg » (« Je ne comprends vraiment pas pourquoi tu les as chassés => envoyés par-dessus / au-delà / de l’autre côté de ce petit mur »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « WAAROM »), la forme verbale « JOEG », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « JAGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
C’est parce que le verbe « JOEG » évolue dans le contexte d’une phrase subordonnée, qu’il n’est plus à côté de son sujet « je ».

Nom : WAS OVT ZIJN 10 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat was op tijd » (« C’était à temps »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : HOEPEL OP IMPERATIF OPHOEPELEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hoepel (van hier) op ! » (« Fichez le camp ! »).
On y trouve la forme verbale « hoepel … OP », impératif présent provenant du verbe « OPhoepelen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « HOEPELEN ».
Quand « OPhoepelen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit et il y a REJET de cette particule séparable « OP » derrière le complément éventuel (« van hier »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes comme une « particule séparable »), lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DOE WEG IMPERATIF WEGDOEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Doe dat pistool weg ! » (« Jette ce pistolet ! »).
On y trouve la forme verbale « doe … WEG », impératif présent provenant du verbe « WEGdoen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « DOEN ».
Quand « WEGdoen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « WEG » de son infinitif proprement dit et il y a REJET de cette particule séparable «WEG» (rendant une notion d’éloignement), derrière le complément (« dat pistool»), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes comme une « particule séparable »), lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que « pistool » est du genre neutre, son déterminant défini (« dat ») se terminant par « T » parce que dérivant de « HET ».

Nom : KAN KUNNEN REJET DOEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat kan je (met jouw pistool) niet doen » (« Comment peux-tu voir / es-tu capable de voir à une telle distance aussi nettement ? »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« doen »), derrière le complément éventuel (« met jouw pistool »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un (autre) complément (« Dat »), cela entraîne une INVERSION du sujet « je » qui passe derrière son verbe « kan ».
Notez que l’on aurait dû avoir « MAG », singulier de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « PERMISSION » :
« Dat mag je (met jouw pistool) niet doen ».

Nom : MOETEN REJET OPHOEPELEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « je moet als de bliksem ophoepelen » (« tu dois déguerpir comme l’éclair => disparaître à la vitesse de l’éclair »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« ophoepelen »), derrière le complément (« als de bliksem »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Dans l’image INFRA, le verbe « MOETEN » se trouve dans le contexte d’une phrase subordonnée (introduite par « DAT ») et, pour cette raison, n’est plus à côté de son sujet « je ».

Nom : GEPLEEGD VTT PLEGEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Er werden aanslagen op mij gepleegd = Aanslagen werden op mij gepleegd » (« On a perpétré / Il y a des attentats qui ont été perpétrés contre moi »).
On y trouve notamment la forme verbale « gepleegd », participe passé provenant de l’infinitif « PLEGEN ». Ce verbe « PLEGEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik pleeg ») se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » + « PLEEG » + « D » = « GEPLEEGD ».
Il y a REJET de ce participe passé, derrière le complément (« op mij ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici, au prétérit ou O.V.T.) est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : ZULLEN REJET BEZORGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij zullen de speurders wat afleiding bezorgen » (« Nous allons fournir aux enquêteurs un peu de distractions / de quoi se distraire »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Il y a au FUTUR un REJET de l’autre forme verbale (« bezorgen »), derrière les compléments (« de speurders » et « wat afleiding »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : REN TERUG IMPERATIF TERUGRENNEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ren langs de holle weg naar huis terug » (« Retourne rapidement à la maison / chez toi le longs du chemin creux »).
On y trouve la forme verbale « ren … TERUG », provenant de l’infinitif « TERUGrennen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « RENNEN ».
Quand « TERUGrennen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière les compléments (« langs de holle weg » et « naar huis »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : AANGEKOMEN VTT AANKOMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze (Nummer 17 en een Schotse speurder ) zijn (in het havenkwartier) aangekomen » (« Ils sont arrivés »).
On y trouve la forme verbale « AANgekomen », participe passé provenant de l’infinitif « AANkomen », lui-même construit sur l’infinitif « KOMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « AANkomen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEkomen ».
Il y a REJET de la forme verbale « AANgekomen » derrière le complément éventuel (« in het havenkwartier ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : INGEWONNEN VTT INWINNEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We hebben in het havenkwartier inlichtingen ingewonnen » (« Nous avons glané des informations dans le quartier du port »).
On y trouve la forme verbale « INgewonnen », participe passé construit sur le pluriel du prétérit ou O.V.T. (« we wonnen ») et provenant de l’infinitif « INwinnen », lui-même construit sur l’infinitif « WINNEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « INwinnen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « inGEwonnen ».
Il y a REJET de la forme verbale « INgewonnen » derrière les compléments (« in het havenkwartier » et « inlichtingen ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GEVOLGD VTT VOLGEN 3 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je wordt (door iemand) gevolgd » (« Tu es suivie »).
On y trouve notamment la forme verbale « gevolgd », participe passé provenant de l’infinitif « VOLGEN ». Ce verbe « VOLGEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik volg ») se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » + « VOLG » + « D » = « GEVOLGD ».
Il y a REJET de ce participe passé, derrière le complément éventuel (« door iemand ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : GEVOLGD VTT VOLGEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik word (door iemand) gevolgd » (« Je suis suivie »).
On y trouve notamment la forme verbale « gevolgd », participe passé provenant de l’infinitif « VOLGEN ». Ce verbe « VOLGEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik volg ») se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » + « VOLG » + « D » = « GEVOLGD ».
Il y a REJET de ce participe passé, derrière le complément éventuel (« door iemand ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : ZAL ZULLEN REJET LEIDEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij zal ons naar hem (Hendrik) leiden » (« elle va nous conduire vers lui »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Il y a au FUTUR un REJET de l’autre forme verbale (« leiden »), derrière les compléments (« ons » et « naar hem »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : LATEN WE REJET SCHADUWEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Laten we haar (Aletta) schaduwen ! » (« Surveillons-la dans l’ombre ! »).
N’oublions pas que la tournure « LATEN we » (littéralement « Laissons-nous ») de la première personne du pluriel de l’IMPERATIF présent exige un REJET de l’infinitif (« plegen»), derrière le complément (« haar »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEPLEEGD VTT PLEGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Misschien hebben zij die aanslagen op jou wel gepleegd » (« Peut-être ont-ils perpétré ces attentats contre toi »).
On y trouve notamment la forme verbale « gepleegd », participe passé provenant de l’infinitif « PLEGEN ». Ce verbe « PLEGEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik pleeg ») se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » + « PLEEG » + « D » = « GEPLEEGD ».
Il y a REJET de ce participe passé, derrières les compléments (« die aanslagen », « op jou » et « wel ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément, cela engendre une INVERSION : le sujet « zij » passe derrière le verbe « hebben ».

Nom : KUNNEN REJET KRIJGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Jullie kunnen deze avond geen soep krijgen » (« Vous ne pouvez pas recevoir une => pas de soupe ce soir »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« krijgen»), derrière les compléments (« deze avond » et « geen soep »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait pu avoir « MOGEN », l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » : « Jullie mogen deze avond geen soep krijgen ».
N’oubliez pas que la négation, devant un nom néerlandais, est rendue par « geen », équivalent de « pas un(e) ».

Nom : GENOMEN VTT NEMEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij heeft twee vagebonden in dienst genomen » (« Il a pris deux vagabonds en service => à son service »).
On y trouve la forme verbale « GENOMEN », participe passé provenant de l’infinitif « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GENOMEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« twee vagebonden » et « in dienst »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez notre synthèse, également en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WEES IMPERATIF ZIJN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Wees voorzichtig ! » (« Sois prudent ! »).
On y trouve la forme verbale « WEES », impératif provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » pour donner le participe passé « GEWEEST ».
Pour complément d’informations, consultez notamment notre tableau de synthèse « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment trois autres grandes catégories de verbes irréguliers au passé : https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : HOORDE OVT HOREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik hoorde jullie toevallig praten » (« je vous entendais par hasard parler »).
Ce verbe « HOREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik hoor ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « HOOR » + « DE » = « HOORDE ».

Nom : AFGELUISTERD VTT AFLUISTEREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We worden (door iemand) afgeluisterd » (« Nous sommes écoutés »).
On y trouve la forme verbale « AFgeluisterd », participe passé provenant de l’infinitif « AFluisteren », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « LUISTEREN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « R » (« ik luister »), on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « AFluisteren » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AF » de son infinitif proprement dit, le préfixe « GE- » (commun à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « afGEluisterd ».
Il y a REJET de la forme verbale « AFgeluisterd » derrière le complément éventuel («door iemand ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase subordonnée est à la voix passive puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : MOETEN REJET SCHADUWEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We moeten de herberg schaduwen) » (« Nous devons surveiller l’auberge dans l’ombre »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« schaduwen »), derrière le complément (« de herberg »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WAS OVT ZIJN 9 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Maar blijkbaar was het niet zonder gevaar » (« Ce n’était vraisemblablement pas sans danger »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase commençant par un complément (« Maar blijkbaar »), cela engendre une INVERSION, le sujet « het » passant derrière le verbe « was ». On aurait pu avoir la variante : « Het was blijkbaar niet zonder gevaar ».

Nom : GELEVERD VTT LEVEREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je hebt al goed werk geleverd » (« Tu as déjà livré => fourni du bon travail »).
On y trouve la forme verbale « geleverd », participe passé provenant de l’infinitif « LEVEREN ». Ce verbe « LEVEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik lever ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » + « LEVER » + « D » = « GELEVERD ».
Quand « HOREN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « geleverd » derrière les compléments (« al » et « goed werk ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DEINZEN TERUG OTT TERUGDEINZEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze deinzen voor niets terug » (« Ils ne reculent devant rien »).
On y trouve la forme verbale « deinzen … TERUG », provenant de l’infinitif « TERUGdeinzen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « DEINZEN ».
Quand « TERUGdeinzen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le complément (« voor niets »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOETEN REJET DELEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «anders moeten we de premie delen » (« autrement nous devons partager la prime »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« delen »), derrière le complément («de premie »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Dans Ia mesure où la phrase commence par un autre complément (« anders »), il y a une INVERSION : le sujet « we » passe derrière le verbe « moeten ». On aurait en effet aussi pu dire : « we moeten de premie anders delen ».

Nom : KAN KUNNEN REJET SPRINGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/10/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Nummer 17 die nog net op tijd opzij kan springen » (« Numéro 17 qui, juste à temps, peut sauter sur le côté »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« springen »), derrière les compléments (« nog net op tijd » et « opzij »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait pu avoir « MAG », singulier de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« Hij mag nog net op tijd opzij springen ».

Nom : KOMT AF OTT AFKOMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Plots komt een automobiel in volle snelheid recht op nummer 17 af » (« Soudain une automobile arrive à pleine vitesse / à toute allure droit / directement sur numéro 17 »).
On y trouve la forme verbale « komt … AF », qui provient de l’infinitif « AFkomen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KOMEN ».
Quand « AFkomen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AF » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « AF », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments, à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composantes, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Dans Ia mesure où la phrase commence par un complément (« Plots »), il y a une INVERSION : le sujet « een automobiel » passe derrière le verbe « komt ». On aurait en effet aussi pu dire : « een automobiel komt plots in volle snelheid recht op nummer 17 af ».

Nom : ZULLEN REJET KOMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/10/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Net als hij zullen zij slechts door het offer van een mensenleven tot rust komen » (« Tout comme lui, ils ne trouveront le repos que par le sacrifice d’une vie humaine »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Il y a au FUTUR un REJET de l’autre forme verbale (« komen »), derrière les compléments (« door het offer van een mensenleven » et « tot rust »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Net als hij »), cela engendre une INVERSION, le sujet « zij » passant derrière le verbe « zullen ». On aurait pu avoir la variante : « Zij zullen net als hij slechts door het offer van een mensenleven tot rust komen ».

Nom : GEZIEN VTT ZIEN 6 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/09/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb de geest gezien » (« J’ai vu l’esprit / le revenant »).
On y trouve notamment, dans une phrase subordonnée relative (introduite par « DIE »), la forme verbale « geZIEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (ici « de geest »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL ZULLEN REJET VLIEGEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/09/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (Ik geloof wel ») dat de mens eens zal vliegen » (« je crois bien que l’homme va pouvoir / pourra voler un jour »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), il y a ici au FUTUR un REJET de l’autre forme verbale (« vliegen»), derrière le complément (« eens »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que, dans une phrase subordonnée néerlandaise, le verbe n’est plus à côté de son sujet (« de mens »). On aurait pu avoir : « de mens zal eens vliegen ».

Nom : BEZETEN VTT BEZITTEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/09/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Hendrik) is van de stoomvliegmachine bezeten » (« Il est possédé / obsédé par la machine volante à vapeur »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc ici notamment la forme verbale « BEZETEN », participe passé provenant de l’infinitif « BEZITTEN », lui-même construit sur « ZITTEN » qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.) et dont le participe passé est « GEZETEN ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« van de stoomvliegmachine »), à la fin de la phrase. Voir le phénomène du REJET, entre autres à :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERDWENEN VTT VERDWIJNEN 4 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/09/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij (Aletta) is verliefd op de verdwenen Hendrik » (« Elle est amoureuse du Hendrik qui a disparu »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc ici notamment la forme verbale « VERDWENEN », participe passé (utilisé ici comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif « VERDWIJNEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.).
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : KAN KUNNEN REJET KRIJGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/09/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Nummer 17) kan haar (Knier) aan het praten krijgen » (« Il la reçoit à parler => il parvient à la faire parler »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« krijgen »), derrière les compléments (« haar » et « aan het praten »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait pu avoir « MAG », singulier de l’infinitif « MOGEN», l’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » :
« Hij mag haar aan het praten krijgen ».

Nom : MOETEN REJET VOELEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/09/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Die moet ik even aan de tand voelen » (« Celle-là, je dois la sentir avec ma dent => lui tirer les vers du nez »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« voelen »), derrière les compléments (« even » et « aan de tand »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Die »), cela engendre une INVERSION, le sujet « ik » passant derrière le verbe « moet ». On aurait en effet aussi pu avoir la variante : « ik moet die even aan de tand voelen ».

Nom : SPOOKT ROND OTT RONDSPOKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/09/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Rond de herberg spookt de gedaante … (regelmatig) rond » (« Le spectre erre régulièrement autour de l’auberge »)
On y trouve la forme verbale « spookt … rond », qui provient de l’infinitif « RONDSPOKEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « SPOKEN ».
Lorsque « RONDSPOKEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « ROND », derrière le complément éventuel (« regelmatig »), à la fin de la phrase. Voir le phénomène du REJET, entre autres à :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Rond de herberg»), cela engendre une INVERSION, le sujet « de gedaante » passant derrière le verbe « spookt ». On aurait en effet aussi pu avoir la variante : « de gedaante spookt rond de herberg (regelmatig) rond ».

Nom : HOUDT SCHUIL OTT SCHUILHOUDEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/09/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij houdt zich daar schuil » (« il se cache là »)
On y trouve la forme verbale « houdt … schuil », qui provient de l’infinitif « SCHUILHOUDEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « HOUDEN ».
Lorsque « SCHUILHOUDEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la particule séparable « UIT », derrière le complément (« daar »), à la fin de la phrase. Voir le phénomène du REJET, entre autres à
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que si cette forme verbale se présente différemment dans l’extrait de BD ci-dessous, c’est parce qu’elle se trouve dans une phrase subordonnée (introduite par « DAT »), où verbe et « particule séparable » sont « fusionnés », à la fin de la phrase.

Nom : BAAT UIT OTT UITBATEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/09/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De vader baat een herberg in de duinen uit » (« le père de Hendrik exploite une auberge dans les dunes »)
On y trouve la forme verbale « baat … uit », qui provient de l’infinitif « UITBATEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « BATEN ».
Lorsque « UITBATEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la particule séparable « UIT », derrière les compléments (« een herberg » et « in de duinen »), à la fin de la phrase. Voir le phénomène du REJET, entre autres à
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que le complément d’objet direct (« een herberg ») devrait précéder celui introduit par une préposition (« in de duinen »).

Nom : KIJKT DOOR OTT DOORKIJKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/09/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Enkele dagen later kijkt hij de verzamelde informatie door » (« Quelques jours plus tard, il parcourt l’information collectée »).
On y trouve la forme verbale « kijkt … DOOR », provenant de l’infinitif « DOORkijken », verbe dit « à particule séparable » lui-même construit sur l’infinitif « KIJKEN ».
Quand « DOORkijken » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « DOOR » de son infinitif proprement dit et il y a son REJET derrière le complément (« de verzamelde informatie »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Enkele dagen later »), cela a entraîné une INVERSION du sujet « hij » passant derrière son verbe « kijkt ». On aurait en effet pu avoir la variante suivante : « Hij kijkt de verzamelde informatie enkele dagen later door »

Nom : WAS OVT ZIJN 8 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/09/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat was een opvallende verwelkoming » (« C’était un accueil marquant »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez la construction, à partir d’un infinitif néerlandais, d’un participe présent (devenant ici un adjectif) : « OPVALLEN » + « D » + « E » => « opvallende ».

Nom : OPGEKLAUTERD VTT OPKLAUTEREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/09/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Eer de speurder de dijk weer is opgeklauterd, zijn de aanvallers weg ! » (« Avant que le détective ait gravi à nouveau la digue, les agresseurs sont partis »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « Eer »), la forme verbale « opgeklauterd », participe passé provenant de l’infinitif « OPklauteren », lui-même construit sur l’infinitif « KLAUTEREN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (ou première personne du présent : « ik klauter op ») se terminant par la consonne « R », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire. Quand « OPklauteren » est conjugué comme participe passé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opgeklauterd ».
Il y a REJET de la forme verbale « opgeklauterd » derrière les compléments (« de dijk » et « weer ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MISLUKT VTT MISLUKKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/09/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het is (voor ons) mislukt ! » (« C’est échoué => raté ! »).
Rappelons tout d’abord que, au participe passé, les verbes commençant par les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER-, NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais. C’est aussi le cas du préfixe MIS-. On trouve ici la forme verbale « mislukt », participe passé provenant de l’infinitif « MISLUKKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik misluk ») se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire : (ici sans le préfixe « GE ») + « MISLUK » + « T » = « MISLUKT ». Quand «MISLUKKEN» est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « mislukt » derrière le complément éventuel (« voor ons ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEWOND VTT WONDEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/09/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik ben nu gewond » (« Je suis maintenant blessé »).
On y trouve la forme verbale « gewond », participe passé provenant de l’infinitif « WONDEN ». Ce verbe « WONDEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik wond ») se terminant (déjà) par la consonne « D », on trouvera a fortiori le « D » majoritaire (qui ne sera pas doublé en fin de mot) comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » + « WON(D) » + « D » = « GEWOND ».
Quand « WONDEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gewond » derrière le complément éventuel (« nu ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAG OVT ZIEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/09/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik geloof dat ik hem nog zag bewegen » (« Je pense que je le vis = l’ai vu encore bouger »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale « ZAG », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
ATTENTION : Beaucoup d’apprenants croient que la forme verbale « ZAG », provient de l’infinitif « ZEGGEN », également irrégulier à l’O.V.T. …
N’oubliez pas que, dans une phrase subordonnée néerlandaise, la forme verbale n’est plus à côté de son sujet et fait l’objet d’un REJET, au moins derrière le complément (« hem »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GERICHT VTT RICHTEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/09/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Vanuit de automobiel wordt een pistool op de speurder gericht » (« De l’automobile, un pistolet est pointé sur le détective »).
On y trouve la forme verbale « gericht », participe passé provenant de l’infinitif « RICHTEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik richt ») se terminant déjà par la consonne « T », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire : préfixe « GE » + « RICHT = « GERICHT ».
Quand « RICHTEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « gericht » derrière le complément (« op de speurder ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément, il engendre une INVERSION : le sujet « een pistool » passe derrière le verbe « wordt ». On aurait en effet aussi pu dire : « Een pistool wordt op de speurder vanuit de automobiel gericht ».
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : STOMDRONKEN GEDRONKEN VTT DRINKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/09/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Die zijn zeker stomdronken = hebben zeker stom gedronken »
(« Ces types sont certainement tout à fait saouls = ont certainement bu comme des trous »)
Le verbe « DRINKEN », comme d’autres verbes irréguliers néerlandais, fait l’objet des « temps primitifs » aux temps du passé. Presque tous ces verbes en « I » donnent, aux temps du passé, une voyelle « O » (« DRONK » au singulier du prétérit => « DRONKEN » au PLURIEL). Il est à noter que le participe passé « GEDRONKEN » se construit normalement sur le PLURIEL du prétérit ou O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
L’adjectif attribut « stomdronken » a été construit en s’inspirant du participe passé, « stom » réagissant comme la particule de verbes dits « à particule », mais ici non séparable et donc il n’y a pas le préfixe « GE » de la majorité des participes passés.

Nom : JAGEN OP OTT OPJAGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/09/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze jagen me de dijk op » (« Ils me refoulent vers la digue »)
On y trouve la forme verbale « jagen … op », qui provient de l’infinitif « OPJAGEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « JAGEN ».
Lorsque « OPJAGEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « OP », derrière les compléments (« me » et « de dijk »), à la fin de la phrase. Voir le phénomène du REJET, entre autres à :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : SLAAN TOE OTT TOESLAAN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/09/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Slaan we nu toe ? » (« Frappons-nous maintenant ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « slaan … toe » à l’O.T.T. (ou présent), provenant de l’infinitif « TOESLAAN », verbe dit « à particule séparable) lui-même construit sur « SLAAN ».
Quand « TOEslaan » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TOE » (provenant de la préposition « tot ») de son infinitif proprement dit et REJET de la particule « TOE », derrière le complément (« nu »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEVOLGD VTT VOLGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/09/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij merkt niet dat hij door een auto (wordt) gevolgd wordt » (« Il ne remarque pas qu’il est suivi par une auto »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale « gevolgd », participe passé provenant de l’infinitif « VOLGEN ». Ce verbe « VOLGEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik volg ») se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » + « VOLG » + « D » = « GEVOLGD ».
Il y a REJET de ce participe passé, derrière le complément (« door een auto ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase subordonnée est à la voix passive puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ». Notez que, comme dans toutes les phrases subordonnées néerlandaises, le verbe (« wordt ») n’est plus à côté de son sujet (ici « hij »).

Nom : GEMAAKT VTT MAKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/09/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Om de aandacht niet te trekken, heb ik (Hendrik’s vader) een afspraak … in een herberg in de haven) gemaakt » (« Pour ne pas attirer l’attention, j’ai fixé un rendez-vous … dans une auberge du port »).
On y trouve la forme verbale « gemaakt », participe passé provenant de l’infinitif « MAKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (« ik maak », première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire : « GE » + « MAAK » + « T » = « GEMAAKT ».
Quand « MAKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « gemaakt» derrière les compléments (« een afspraak » et « in een herberg ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
C’est dans Ia mesure où l’autre phrase joue le rôle d’un complément que cela engendre une INVERSION dans la phrase principale : le sujet « ik » passe derrière le verbe « heb ».

Nom : OMTE TREKKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/09/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Om de aandacht niet te trekken … » (« Pour ne pas attirer l’attention … »).
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Le complément « de aandacht » s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « trekken ».

Nom : BAAT UIT OTT UITBATEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/09/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Volgens mijn informatie baat hij (Hendrik’s vader) een herberg (in de duinen) uit » (« D’après mes informations, le père de Hendrik exploite une auberge dans les dunes »)
On y trouve la forme verbale « baat … uit », qui provient de l’infinitif « UITBATEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « BATEN ».
Lorsque « UITBATEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « UIT », derrière le complément (« een herberg »), à la fin de la phrase. Voir le phénomène du REJET, entre autres à :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément, cela engendre une INVERSION, le sujet « hij » passant derrière le verbe « baat ». On aurait en effet aussi pu avoir la variante : « Hij baat een herberg volgens mijn informatie uit ».

Nom : KOMT AAN OTT AANKOMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/09/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Die avond komt hij (nummer 17) in het nabije havenstadje aan » (« Ce soir-là, il arrive dans la petite ville portuaire proche »)
On y trouve la forme verbale « komt … aan », qui provient de l’infinitif « AANKOMEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « KOMEN ».
Lorsque « AANKOMEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « AAN », derrière le complément (« in het nabije havenstadje »), à la fin de la phrase. Voir le phénomène du REJET, entre autres à :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément, cela engendre une INVERSION, le sujet « hij » passant derrière le verbe « komt ». On aurait en effet aussi pu avoir la variante : « Hij komt die avond in het nabije havenstadje aan ».

Nom : ZOU REJET STERVEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/09/2019

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Indien hij (na de diefstal) zou sterven, is dat een ramp voor jou » (« S’il mourait, c’est / ce serait une catastrophe pour toi »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN », donnant un singulier « ZOU » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a normalement REJET de l’autre forme verbale (« sterven »), derrière le complément (« na de diefstal »), et donc à l’INFINITIF, à la fin de la phrase : « Hij zou na de diefstal sterven ». Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
C’est dans Ia mesure où la phrase subordonnée joue le rôle d’un complément que cela engendre une INVERSION dans la phrase principale, le sujet « dat » y passant derrière le verbe « is ». On aurait en effet aussi pu avoir la variante : « dat is een ramp voor jou ».

Nom : ZULLEN REJET BESCHERMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/09/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij zullen je beschermen » (« Nous allons te protéger »)
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale à la fin de la phrase, derrière le complément (« je »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : AANGEDREVEN VTT AANDVRIJVEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/09/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De schroef wordt door stoomkracht AANgedrEven » (« L’hélice est actionnée par la force de la vapeur »).
On y trouve notamment la forme verbale « AANGEDREVEN », participe passé provenant de l’infinitif « AANDRIJVEN », lui-même construit sur l’infinitif « DRIJVEN » qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne aux temps du passé une voyelle « E ». Il est à noter que le participe passé « GEDREVEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit ou O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « AANDRIJVEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEdreven ».
Le participe passé « AANgedreven » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« door de stoomkracht »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : UITEENZETTEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/09/2019

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik ben bijna klaar (om) met mijn theorie over het vliegen uiteen te zetten » (« Je suis presque prêt pour / à mettre un point final à ma théorie concernant le vol »)
On y trouve notamment la forme verbale « UITEEN … zetten », provenant de l’infinitif « UITEENzetten », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur le verbe « ZETTEN ». Quand ce verbe « UITEENzetten » est « conjugué », la particule « UITEEN » se sépare de l’infinitif « ZETTEN ». Nous avons ici affaire à une tournure de phrase comme celle où est utilisé « POUR » devant les verbes, rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Comme un complément, le « TE » s’intercale entre la particule « UITEEN » et l’infinitif « ZETTEN ». Dans la variante suivante, on voit bien qu’il pourrait y avoir REJET de la particule « UITEEN », derrière le complément, à la fin de la phrase : « Ik zet mijn theorie over het vliegen uiteen ». Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL ZULLEN REJET KUNNEN VLIEGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/09/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De mens zal zelfs eens kunnen vliegen » (« L’être humain pourra même voler un jour »)
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme (ici double) verbale (« kunnen vliegen ») à la fin de la phrase, derrière le complément (« eens »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL OTT ZULLEN REJET WORDEN VERVANGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/09/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat alles zal door de motoren worden vervangen » (« Tout cela sera remplacé par les moteurs »)
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre / des autres forme(s) verbale(s) à la fin de la phrase, derrière le complément (« door de motoren »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : ZET DOOR OTT DOORZETTEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Maar inmiddels zet ik (mijn werk) door » (« Mais, entretemps, je poursuis mon travail »).
On y trouve la forme verbale « zet … DOOR », provenant de l’infinitif « DOORzetten », verbe dit « à particule séparable » lui-même construit sur l’infinitif « ZETTEN ».
Quand « DOORzetten » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « DOOR » de son infinitif proprement dit et il y a son REJET derrière le complément éventuel (« mijn werk »), à la fin de la phrase, ce que l’on voit mieux dans cette variante : « Ik zet inmiddels mijn werk door »
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« inmiddels »), cela a entraîné une INVERSION du sujet « ik » passant derrière son verbe « zet ».

Nom : ZAL OTT ZULLEN REJET BEVESTIGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/08/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Als hij tot bewustzijn komt, zal hij mijn onschuld bevestigen » (« S’il reprend conscience, il confirmera mon innocence »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ». Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« bevestigen »), derrière le complément (« mijn onschuld»), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase subordonnée (« Als hij tot bewustzijn komt ») jouant le rôle d’un complément commençant la phrase principale, cela entraîne dans cette dernière une INVERSION du sujet (« hij ») passant derrière son verbe « zal ».

Nom : HEEFT KUNNEN ZIEN DOUBLE INFINITIF ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij heeft zijn aanvaller kunnen zien » (« Il a pu voir son agresseur »).
La phrase est, en fait, au passé composé et la forme verbale de « KUNNEN » aurait dû être au participe passé mais on a ici affaire à ce que l’on appelle le « double infinitif », solution intéressante pour éviter les « temps primitifs » quand on ne les maîtrise pas.
Les deux infinitifs font l’objet d’un REJET, derrière le complément (« zijn aanvaller »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » :
« Hij heeft zijn aanvaller mogen zien ».

Nom : NEERGESLAGEN VTT NEERSLAAN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij werd niet langs achter neergeslagen » (« Il ne fut pas assommé par derrière »).
On y trouve la forme verbale « NEERgeslagen », participe passé provenant de l’infinitif « NEERslaan », lui-même construit sur l’infinitif « SLAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « NEERgeslagen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé (ici à la voix passive, avec WORDEN, au prétérit), cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « NEER » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « neerGEslagen ».
Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « NEERgeslagen » à la fin de la phrase, derrière le complément (« langs achter »). Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERTREKKEN VTT VERTROKKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij was al naar het buitenland vertrokken » (« Il était déjà parti à l’étranger »).
Rappelons tout d’abord que, au participe passé, les verbes commençant par les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER-, NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve ici notamment la forme verbale « verTROKKEN », participe passé provenant de l’infinitif «verTREKKEN », lui-même construit sur « TREKKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Il est à noter que ce participe passé se construit sur le pluriel du prétérit (et est, ici, même identique) ou O.V.T. Voir notre tableau :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a REJET du participe passé « verTREKKEN » derrière les compléments (« al » et « naar het buitenland »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZOU REJET KUNNEN ZIJN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wie zou de dief wel kunnen zijn ? » (« Qui pourrait bien être le voleur ? »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN », donnant un singulier « ZOU » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (« kunnen »), derrière le complément (« wel »), et donc à l’INFINITIF, à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GESTOLEN VTT STELEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De plannen werden (in zijn kantoor) gestolen » (« Les plans furent volés »).
On y trouve la forme verbale « GESTOLEN », participe passé provenant de l’infinitif « STELEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« in zijn kantoor »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On est ici à la voix passive, puisque l’auxiliaire est WORDEN (au prétérit) au lieu de « ZIJN ».
N’oubliez pas que, en langue néerlandaise, les participes passés sont invariables.

Nom : NEERGESLAGEN VTT NEERSLAAN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij werd daar neergeslagen » (« Il fut assommé là »).
On y trouve la forme verbale « NEERgeslagen », participe passé provenant de l’infinitif « NEERslaan », lui-même construit sur l’infinitif « SLAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « NEERgeslagen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé (ici à la voix passive, avec WORDEN, au prétérit), cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « NEER » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « neerGEslagen ».
Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « NEERgeslagen » à la fin de la phrase, derrière le complément (« daar »). Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GING OVT GAAN TELEURGESTELD VTT TELEURSTELLEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Teleurgesteld ging hij naar zijn kantoor » (« Déçu il alla à son bureau »).
On y trouve la forme verbale « teleurgesteld », participe passé provenant de l’infinitif « TELEURSTELLEN », dit « à particule séparable ». Ce verbe « STELLEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik stel ») se terminant par la consonne « L », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » + « STEL » + « D » = « GESTELD ».
Quand « TELEURSTELLEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TELEUR » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « teleurgesteld ».
On y trouve aussi la forme verbale « GING » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « GAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Voir : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase commençant par un complément (« Teleurgesteld »), cela entraîne une INVERSION du sujet « hij » qui passe derrière son verbe « ging ».

Nom : KANTELDE OVT KANTELEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Gedurende de eerste proefvlucht kantelde het vliegtuig» (« Pendant le premier vol d’essai, l’avion se renversa »).
Ce verbe « KANTELEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « gebeur ») se terminant par la consonne « L », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « KANTEL » + « DE » = « KANTELDE ».
La phrase commençant par un complément (« Gedurende de eerste proefvlucht »), cela entraîne une INVERSION du sujet « het vliegtuig» qui passe derrière son verbe « kantelde ».

Nom : MOETEN REJET NABOOTSEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We moeten de vlucht van de vogels niet nabootsen) » (« Nous ne devons pas simuler le vol des oiseaux »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« nabootsen »), derrière le complément (« de vlucht van de vogels »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEKREGEN VTT KRIJGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb gelijk gekregen = ik had gelijk » (« J’ai reçu / eu = j’avais raison »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEKREGEN », participe passé utilisé avec un passé composé, provenant de l’infinitif « KRIJGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé « GEKREGEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé (la plus nombreuse étant celle des « IJ ») :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« gelijk »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WAS OVT ZIJN 7 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik was het niet eens » (« Je n’étais pas d’accord »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez l’expression « Het eens zijn ».

Nom : GEBEURDE OVT GEBEUREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/08/2019

Description : A phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hoe gebeurde de diefstal van de plannen ? » (« Comment eut lieu le vol des plans ? »).
Ce verbe « GEBEUREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « gebeur ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« GEBEUR » + « DE » = « GEBEURDE ».

Nom : KAN OTT KUNNEN REJET VERTROUWEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kan jullie vertrouwen » (« Je peux vous faire confiance »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« vertrouwen »), derrière le complément (« jullie »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » (avec « MAG » au singulier) :
« Ik mag jullie vertrouwen ».

Nom : OVERTUIGD VTT OVERTUIGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik ben van Hendriks onschuld overtuigd » (« Je suis convaincu de l’innocence de Hendrik »).
On y trouve la forme verbale « overtuigd », participe passé provenant de l’infinitif « OVERTUIGEN ».
Ce verbe « OVERTUIGEN » est considéré « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik overtuig ») se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés mais pas la particule «GE-» (commune à la majorité des participes passés) car il ne s’agit pas d’un verbe « à particule séparable ». On construit donc son participe passé comme suit : « OVERTUIG » + « D » = « OVERTUIGD ». Quand « OVERTUIGEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, s’il s’était agi d’un verbe « à particule séparable », cela aurait pu entraîner une séparation de la particule « OVER » de son infinitif proprement dit et le «GE-» se serait intercalé entre eux.
Le participe passé « overtuigd » fait normalement l’objet d’un REJET, derrière le complément (« van Hendriks onschuld »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBRUIK MAKEN OM TE ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/08/2019

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je maakt gebruik van de legende om de nieuwsgierigen op afstand te houden » (« Tu fais usage / tu utilises la légende pour tenir les curieux à distance => à l’écart »).
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Dans la phrase subordonnée « infinitive », les compléments (« de nieuwsgierigen» et « op afstand ») s’intercalent entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « HOUDEN ».

Nom : VERTELD VTT VERTELLEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Joeki) heeft ons zijn ontdekking verteld » (« Il nous a raconté sa découverte »).
Rappelons tout d’abord que, au participe passé, les verbes commençant par les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER-, NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve ici la forme verbale « verteld », participe passé provenant de l’infinitif « VERTELLEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « L », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Il y a REJET du participe passé «verteld » derrière les compléments (« ons » et « zijn ontdekking »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KONDEN OVT KUNNEN REJET VERMOEDEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat konden we wel vermoeden » (« Cela, nous pouvions le supposer »).
L’auxiliaire de mode de la CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN » et un O.V.T. (ou prétérit) « KON » (PLURIEL irrégulier « KONDEN »). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici « vermoeden »), derrière le complément (« wel »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Le verbe « KUNNEN » fait l’objet (au seul prétérit ou O.V.T.) des « temps primitifs ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans Ia mesure où la phrase commence par un autre complément (« Dat »), ce dernier engendre une INVERSION : le sujet « we » passant derrière le verbe « konden ». On aurait en effet aussi pu dire : « We konden dat wel vermoeden ».

Nom : ONTDEKT VTT ONTDEKKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Jullie hebben ons geheim ontdekt » (« Vous avez découvert notre secret »).
Rappelons tout d’abord que, au participe passé, les verbes commençant par les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER-, NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On y trouve ici notamment « ontdekt », participe passé provenant de l’infinitif « ONTDEKKEN », lui-même construit sur « DEKKEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik ontdek ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « T » minoritaire comme terminaison du participe passé : « ONTDEK » + « T » = « ONTDEKT ».
Il y a REJET du participe passé « ontdekt » derrière le complément (« ons geheim »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL OTT ZULLEN REJET LATEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal jullie niet langer in onzekerheid laten » (« Je ne vais pas vous laisser plus longtemps dans l’incertitude »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« laten »), derrière le(s) complément(s) (« jullie », « niet langer » et « in onzekerheid »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs:
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez la construction du nom commun « onzekerheid » : adjectif « onzeker » + terminaison « heid »

Nom : MAG OTT MOGEN REJET ZIJN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wie mag hij (wel) zijn ? » (« Qui peut-il bien être ? »).
L’auxiliaire de mode de la POSSIBILITE » est l’infinitif « MOGEN », donnant un singulier « MAG ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« zijn »), derrière le complément éventuel (« wel »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DOET AAN OTT AANDOEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij doet zijn geslacht eer aan » (« Il fait honneur à sa famille »).
On y trouve la forme verbale « DOET … AAN », provenant de l’infinitif « AANDOEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « DOEN ».
Quand « AANDOEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la particule séparable « AAN », derrière les compléments (« zijn geslacht » et « eer ») à la fin de la phrase.
Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez l’expression « zijn geslacht eer aandoen ».

Nom : GERED VTT REDDEN HAD OVT HEBBEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/08/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zou verdronken zijn als hij (de Vliegende Hollander) me niet (had) gered had» (« Je serais noyé s’il ne m’avait sauvé »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée (introduite par « ALS »), la forme verbale « gered », participe passé provenant de l’infinitif « REDDEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (« ik red », première personne du présent ou O.T.T.) se terminant a fortiori déjà par la consonne « D », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Le participe passé « gered » fait l’objet d’un REJET derrière le complément (« me ») à la fin de la phrase subordonnée. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussi la forme verbale « HAD », au plus-que-parfait, provenant de l’infinitif « HEBBEN », qui fait également l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.

Nom : VERDRONKEN VTT VERDRINKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zou (in de poel) verdronken zijn » (« Je serais noyé dans la mare »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc ici notamment la forme verbale « VERDRONKEN », participe passé (utilisé ici comme adjectif attribut) provenant de l’infinitif « VERDRINKEN », lui-même construit sur « DRINKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « I » donnant des « O » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.).
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN », donnant un singulier « ZOU » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ». Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (« zijn »), derrière le complément éventuel (« in de poel »), et donc à l’INFINITIF, à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOEST OVT MOETEN REJET VLUCHTEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik moest (uit de schuur) vluchten » (« Je devais fuir »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN » (donnant MOEST au prétérit ou O.V.T.). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« vluchten »), derrière le complément éventuel (« uit de schuur »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ONTDEKTE OVT ONTDEKKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/08/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Toen ik ontdekte … moest ik vluchten » (« Lorsque je découvris … , je dus fuir »).
La phrase subordonnée est introduite par «TOEN » parce qu’elle est à un temps du passé. On y trouve notamment le verbe « ONTDEKKEN », lui-même construit sur « DEKKEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik ontdek ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit : « ONTDEK » + « TE » = « ONTDEKTE ».
C’est dans la mesure où la phrase subordonnée joue le rôle d’un complément commençant la phrase principale que le sujet « ik » et le verbe « moest » ont leurs positions inversées, faisant l’objet de ce que l’on appelle une INVERSION.

Nom : VERDWENEN VTT VERDWIJNEN 3 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij is natuurlijk verdwenen » (« Il a bien sûr disparu »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc ici notamment la forme verbale « VERDWENEN », participe passé provenant de l’infinitif « VERDWIJNEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.).
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « VERDWENEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« natuurlijk »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GENOMEN VTT NEMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Die (= « de vluchteling ») heeft me te grazen genomen » (« Il m’a pris / roulé dans l’herbe »).
On y trouve la forme verbale « GENOMEN », participe passé provenant de l’infinitif « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GENOMEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« me » et « te grazen »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : NAM OVT NEMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/08/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij ervaart dat deze (= « de vluchteling ») zijn voorzorgen nam » (« Il apprend à ses dépens que ce dernier = le fugitif a pris / prit ses précautions »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale « nam », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez que, comme dans toutes les phrases subordonnées néerlandaises, le sujet (ici « deze ») n’est plus à côté du verbe (« nam »).

Nom : ZET NA OTT NAZETTEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Bertrand) zet de vluchteling na » (« ll se met / se lance à la poursuite du fugitif »).
On y trouve notamment la forme verbale « zet … na » à l’O.T.T. (ou présent), provenant de l’infinitif « NAZETTEN », verbe dit « à particule séparable) lui-même construit sur « ZETTEN ».
Quand « NAzetten » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « NA » de son infinitif proprement dit et REJET de la particule « NA », derrière le complément (« de vluchteling »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : HAD OVT HEBBEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/07/2019

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je had gelijk ongerust te zijn » (« Tu avais raison d’être inquiet »).
On y trouve notamment la forme verbale « HAD », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « HEBBEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans la « deuxième » phrase, le verbe fait l’objet d’un REJET, derrière le « complément » (« ongerust ») et un « TE », à la fin de la phrase. On aurait pu avoir la variante suivante :
« Je had gelijk wanneer / toen je ongerust was ».

Nom : SNELT TOE OTT TOESNELLEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De man snelt (op het brugje) toe » (« l’homme se précipite »).
On y trouve notamment la forme verbale « snelt … toe » à l’O.T.T. (ou présent), provenant de l’infinitif « TOESNELLEN », verbe dit « à particule séparable) lui-même construit sur « SNELLEN ».
Quand « TOEsnellen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TOE » (provenant de la préposition « tot ») de son infinitif proprement dit et REJET de la particule « TOE », derrière le complément éventuel (« op het brugje »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WAS OVT ZIJN 6 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De zonderlinge man die het spoor bijster was » (« L’homme bizarre, qui avait perdu la piste »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez qu’il ne pourrait, en aucun cas, s’agir d’une forme verbale à l’O.T.T. (ou « présent ») provenant de l’infinitif « WASSEN », un sujet à la troisième personne du singulier (« de man ») exigeant une terminaison « T ».
Notez aussi que, comme dans toutes les phrases subordonnées néerlandaises, le sujet n’est plus à côté du verbe. On aurait pu (ou dû) avoir :
« De zonderlinge man was het spoor bijster ».

Nom : HOE MEER HOE COMPARATIF SUPERIORITE ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/07/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hoe meer de knaap spartelt, hoe dieper hij wegzinkt » (« Plus le garçonnet se débat, plus profondément il coule / s’enfonce »).
On rend la comparaison (et, notamment, son degré de supériorité) en langue néerlandaise par une symétrie dans la phrase, avec « deux plateaux d’une balance », introduits ici par « hoe », suivi d’un adjectif construit de la façon suivante : « DIEP » + « ER » => « DIEPER ».
La deuxième phrase réagit comme une phrase subordonnée. Dans une variante, on aurait eu : « de knaap zinkt in de poel weg ».
« WEGzinken » est en effet un verbe dit « à particule séparable » et il y a normalement REJET de la particule séparable « WEG » (rendant une notion d’éloignement), derrière le complément éventuel (« in de poel »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KOMT TERECHT OTT TERECHTKOMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij komt in een moerassige poel terecht » (« Il échoue / est précipité dans une mare vaseuse »).
On y trouve la forme verbale « komt … terecht », provenant du verbe « TERECHTkomen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KOMEN ».
Quand « TERECHTkomen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERECHT » de son infinitif proprement dit et son REJET, derrière le complément (« in een moerassige poel »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DAAGT OP OTT OPDAGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Plots daagt vóór Joeki de gestalte van de Vliegende Hollander op » (« Soudain, la silhouette du Hollandais Volant apparaît devant Joeki »).
On y trouve la forme verbale « DAAGT … OP » du verbe « OPDAGEN », dit à « particule séparable », construit sur l’infinitif « DAGEN ». Quand il est conjugué, il exige le REJET de la particule séparable « OP », derrière le complément («vóór Joeki »), à la fin de la phrase.
Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« plots »), cela entraîne une INVERSION du sujet « de gestalte » qui passe derrière son verbe « daagt ». On aurait en effet aussi pu dire : « De gestalte daagt plots vóór Joeki op ».

Nom : GA REJET WAARSCHUWEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik ga = Ik zal snel mijn vrienden (Robert en Bertrand) waarschuwen » (« Je vais vite avertir mes amis »).
Au lieu de la forme verbale « GA », on aurait pu ou dû avoir l’auxiliaire du FUTUR « simple », « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Le francophone, pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, peut habituellement le comparer au « futur proche » français et donc remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Comme au FUTUR, il y a ici REJET de l’autre forme verbale (« waarschuwen »), derrière les compléments (« snel » et « mijn vrienden »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs:
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WAS OVT ZIJN 5 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik was op tijd buiten » (« J’étais à temps dehors »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez qu’il ne pourrait ici, en aucun cas, s’agir d’une forme verbale à l’O.T.T. (ou « présent ») provenant de l’infinitif « WASSEN ».

Nom : ZAL ZULLEN REJET ZIJN VTT GEWEEST ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het zal een rat geweest zijn » (« Cela aura été un rat = cela a dû être un rat »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« zijn »), derrière le complément (« een rat »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussi la forme verbale « GEWEEST », participe passé provenant du même infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise. C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps … Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : BESPIED VTT BESPIEDEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Worden wij (door iemand) bespied ? » (« Sommes-nous espionné … par quelqu’un ? »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc la forme verbale « BEspied », participe passé provenant de l’infinitif « BEspieden », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « BEspied » est identique à la première personne de l’indicatif présent (radical se terminant déjà par un D) et fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« door iemand »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : WAS OVT ZIJN 4 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wat was dat ? »
« Qu’était-ce que cela ? »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez qu’il ne pourrait, en aucun cas, s’agir d’une forme verbale à l’O.T.T. (ou « présent ») provenant de l’infinitif « WASSEN », un sujet à la troisième personne du singulier (« DAT ») exigeant une terminaison « T ».

Nom : STOOTTE OVT STOTEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik stootte tegen die riek » (« J’ai cogné contre cette fourche »).
On y trouve notamment le verbe « STOTEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik stoot ») se terminant par la consonne « T », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit :
« STOOT » + « TE » = « STOOTTE ».

Nom : TREK UIT OTT UITTREKKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/07/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik trek er op uit om mijn onschuld te bewijzen» (« Je me tire aussitôt pour prouver mon innocence »).
On y trouve la forme verbale « trek … UIT », provenant de l’infinitif « UITtrekken », verbe dit « à particule séparable ». Quand « UITtrekken » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « UIT » étant affectée par un REJET, derrière le complément (« in hun schuilplaats»), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composantes, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Dans une sorte de phrase subordonnée « infinitive », le complément « mijn onschuld » s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « BEWIJZEN ».

Nom : GEZOCHT VTT ZOEKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zolang je (door de politie) gezocht wordt … » (« Aussi longtemps que tu seras recherché … »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEZOCHT », participe passé provenant de l’infinitif « ZOEKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEZOCHT » est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEZOCHT » fait normalement l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« door de politie »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que, comme dans toutes les phrases subordonnées néerlandaises, le sujet (ici « je ») n’est plus à côté du verbe (« wordt »).

Nom : ZAL ZULLEN REJET KOMEN ZOEKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Niemand zal mij hier komen zoeken » (« Personne ne va venir me chercher ici »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« komen »), derrière les compléments (« mij » et « hier »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VOLTOOID VTT VOLTOOIEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Mijn werk is weldra voltooid » (« Mon travail est bientôt terminé »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- mais aussi, parfois, VOL- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On y trouve la forme verbale «voltooid », participe passé provenant de l’infinitif « VOLTOOIEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik voltooi ») se terminant par la voyelle « I », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
« VOLTOOI » + « D » = « VOLTOOID ».
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (ici « weldra »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZOU REJET VERBERGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zou de oude schuur een geheim verbergen ? » (« La vieille grange cacherait-elle un secret ? »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN », donnant un singulier « ZOU » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (« verbergen »), derrière le(s) complément(s) (« een geheim »), et donc à l’INFINITIF, à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERSCHEEN OVT VERSCHIJNEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «… omdat de Vliegende Hollander er (= daar) verscheen = … want de Vliegende Hollander verscheen er » (« parce que le Hollandais Volant y apparaissait »).
On trouve donc ici notamment la forme verbale « VERCHEEN », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « VERSCHIJNEN », lui-même construit sur « SCHIJNEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.).
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons aux francophones que s’ils ne veulent pas être déroutés par la construction de phase engendrée par « OMDAT », ils peuvent lui préférer « WANT », qui leur ira « comme un gant », l’ordre des mots (sujet, verbe, complément) n’étant pas bouleversé …

Nom : DICHTGESPIJKERD VTT DICHTSPIJKEREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Volgens Pieter werd ze (= de oude schuur) dichtgespijkerd » (« Suivant / Selon / D’après Pieter, elle (la porte) a été clouée => la vieille grange a été condamnée »).
On trouve ici la forme verbale « dichtgespijkerd », participe passé du verbe « DICHTSPIJKEREN », verbe dit « à particule séparable », provenant lui-même de l’infinitif « SPIJKEREN ». Ce verbe, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la majorité « régulière » des verbes réguliers (et donc NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » de ces verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP ») ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik spijker ») se terminant par la consonne « R », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire : particule séparable « DICHT » + préfixe « GE » + « SPIJKER » + « D » = « DICHTGESPIJKERD ».
La phrase commençant par un complément (« Volgens Pieter »), il y a une INVERSION, le sujet « ze » passant derrière le verbe « werd ». On aurait en effet pu avoir : « Ze werd volgens Pieter dichtgespijkerd ».

Nom : GEZIEN VTT ZIEN 5 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De man die we in de duinen hebben gezien » (« L’homme que nous avons vu dans les dunes »).
On y trouve notamment, dans une phrase subordonnée relative (introduite par « DIE »), la forme verbale « geZIEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le(s) complément(s) (ici « in de duinen »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que, comme dans toutes les phrases subordonnées néerlandaises, le sujet (ici « we ») n’est plus à côté du verbe (« hebben »).

Nom : VERGETEN VTT VERGETEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze zijn de zonderlinge man vergeten » (« Ils ont oublié l’homme bizarre »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve ici notamment la forme verbale « VERGETEN », participe passé provenant, du même infinitif « VERGETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Signalons dès lors que, si « VERGETEN» est ici au V.T.T. (ou passé composé), il aurait été écrit de la même façon au pluriel de l’O.T.T. (ou indicatif présent), qui équivaut, rappelons-le, à l’INFINITIF. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« de zonderlinge man »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KUNNEN REJET OVERTUIGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/07/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze (Robert en Bertrand) kunnen haar (Knier) overtuigen (om) terug naar de herberg te gaan » (« Ils peuvent la convaincre de retourner à l’auberge »).
Dans la première phrase, l’auxiliaire de mode de la «CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« overtuigen »), derrière le(s) complément(s) (ici « haar »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La deuxième phrase, sorte de subordonnée « infinitive », est introduite par l’équivalent de « POUR » qui, devant les verbes, est rendu en langue néerlandaise par un double mot « OM … TE » ; le « OM » étant ici sous-entendu, le complément « naar de herberg » s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « GAAN » et, en outre, entre ce dernier infinitif et sa particule séparable « TERUG » du verbe « TERUGGAAN ».
Notez que l’on aurait pu avoir la variante suivante :
« Ze kunnen haar overtuigen (om) naar de herberg terug te gaan ».

Nom : ZAL ZULLEN REJET KOMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De Vliegende Hollander zal aan wal komen » (« Le Hollandais Volant va débarquer / aborder »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« komen »), derrière le complément (« aan wal »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEZIEN VTT ZIEN 4 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb hem al meer (dan eens) gezien » (« Je l’ai déjà vu plus d’une fois »).
On y trouve notamment la forme verbale « geZIEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le(s) complément(s) (ici « hem » et « al meer »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KAN KUNNEN REJET ZIEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hoe kan je van op een afstand zo scherp zien ? » (« Comment peux-tu voir / es-tu capable de voir à une telle distance aussi nettement ? »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« zien »), derrière les compléments (« van op een afstand» et « zo scherp »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : SMEEKTE OVT SMEKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij smeekte klagend om erbarmen » (« Il suppliait, plaintif / geignant, pour de la pitié »).
On y trouve notamment le verbe « SMEKEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik smeek ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit :
« SMEEK » + « TE » = « SMEEKTE ».

Nom : STOND OVT STAAN 3 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij stond tegen de grote mast geleund » (« Il était appuyé contre le grand mât »).
On y trouve la forme verbale « STOND », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « STAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve aussi la forme verbale « geleund » participe passé provenant de l’infinitif « LEUNEN ». Ce verbe « LEUNEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik leun ») se terminant par la consonne « N », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » + « LEUN » + « D » = « GELEUND ».

Nom : WAS REJET ZIJN 3 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Alleen de kapitein was op het schip » (« Seul le capitaine était sur le navire »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez qu’il ne pourrait, en aucun cas, s’agir d’une forme verbale à l’O.T.T. (ou « présent ») provenant de l’infinitif « WASSEN », un sujet à la troisième personne du singulier exigeant une terminaison « T ».

Nom : STONDEN OVT STAAN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zijn zeilen stonden bol tegen de wind » (« Ses voiles étaient déployées contre le vent => il naviguait toutes voiles dehors »).
On y trouve la forme verbale « STONDEN », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « STAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : VERDWEEN OVT VERDWIJNEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het (schip) verdween aan de horizon » (« Le navire disparaissait à l’horizon »).
On trouve donc ici notamment la forme verbale « VERDWEEN », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « VERDWIJNEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.).
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GEZIEN VTT ZIEN 3 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb het schip gezien » (« J’ai vu le navire / bateau »).
On y trouve notamment la forme verbale « geZIEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le(s) complément(s) (ici « het schip »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERSTEEND VTT VERSTENEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze (= De vagebonden) zien plots de vrouw (= Knier) als versteend naar de zee staren » (« Ils voient soudain la femme, comme pétrifiée, regardant la mer »)
Rappelons tout d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve ici la forme verbale « VERSTEEND », participe passé (utilisé ici comme adjectif) provenant de l’infinitif « VERSTENEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik versteen ») se terminant par la consonne « N », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.

Nom : KEREN TERUG OTT TERUGKEREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Rond dit tijdstip, keren de vagebonden naar de herberg terug » (« Vers le même moment, les vagabonds retournent à l’auberge »).
On y trouve la forme verbale « keren … TERUG », provenant de l’infinitif « TERUGkeren », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KEREN ».
Quand « TERUGkeren » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le complément (« naar de herberg »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Dans Ia mesure où la phrase commence par un autre complément, cela engendre une INVERSION : le sujet « de vagebonden » passe derrière le verbe « keren ». On aurait en effet pu avoir la variante suivante : « De vagebonden keren rond dit tijdstip naar de herberg terug ».

Nom : KOM TERUG IMPERATIF TERUGKOMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Kom met de dief (= die Cocks) terug ! » (« Reviens avec le voleur ! »).
On y trouve la forme verbale « kom … TERUG », provenant de l’infinitif « TERUGkomen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KOMEN ».
Quand « TERUGkomen » est conjugué (ici à l’impératif, où on perd la terminaison « T »à la deuxième personne du singulier, comme à la forme interrogative de l’O.T.T. ou indicatif présent), cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le complément (« met die Cocks »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ONTSLAGEN VTT ONTSLAAN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je bent (anders) ontslagen » (« Tu es démis de tes fonctions / renvoyé / licencié »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On y trouve la forme verbale « ONTslagen », participe passé provenant de l’infinitif « ONTslaan », lui-même construit sur l’infinitif « SLAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a normalement REJET de la forme verbale du participe passé « ONTslagen » à la fin de la phrase, derrière le complément éventuel (« anders »). Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WILDE OVT WILLEN REJET TONEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik wilde enkel tonen … » (« Je voulais seulement montrer / faire voir … »).
L’auxiliaire de mode de la VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN » (donnant WILDE, au singulier du prétérit ou O.V.T.). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici « tonen »), derrière le complément (« enkel »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : AANHIELD OVT AANHOUDEN GAF OVT GEVEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/06/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Toen ik hem aanhield, gaf hij me plots zo’n opstopper » (« Alors que je l’arrêtais, il me donna soudain un tel marron / un tel gnon »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par «TOEN »), la forme verbale « AANhield », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « AANhouden », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « HOUDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Notez que si nous n’avions pas été dans une phrase subordonnée, on aurait constaté que la particule « aan » faisait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« hem »), à la fin de la phrase : « ik hield hem aan ». Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On trouve, dans la phrase principale, la forme verbale « GAF », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « GEVEN », qui fait également l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
C’est dans la mesure où la phrase subordonnée joue le rôle d’un complément commençant la phrase principale que le sujet « hij » et le verbe « gaf » ont leurs positions inversées, faisant l’objet de ce que l’on appelle une INVERSION.

Nom : DRONG BINNEN OVT BINNENDRINGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij drong hier binnen » (« Il pénétra ici »).
On y trouve la forme verbale « drong … BINNEN », prétérit (ou O.V.T.) provenant du verbe « BINNENdringen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « DRINGEN » qui, comme beaucoup de verbes comprenant un « I » dans leur première syllabe, donne un « O » aux temps du passé, faisant donc l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a REJET de la particule séparable « BINNEN », composante du verbe, derrière le complément (« hier »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composantes, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : LIET OVT LATEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Waarom liet je je zo stomweg verrassen ? » (« Pourquoi te laissas-tu = t’es-tu laissé surprendre aussi bêtement ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « LIET », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « LATEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On remarquera aussi, le REJET du verbe « VERRASSEN », derrière les compléments (« je », « zo » et « stomweg »,), à la fin de cette phrase. Même si « LATEN » joue le rôle d’un auxiliaire à la première personne du PLURIEL de l’IMPERATIF (« LATEN WE … » + REJET), il n’exige, en principe, pas un REJET systématique dans les autres cas. Voir phénomène du REJET, entre autres, à l’impératif :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEZIEN VTT ZIEN HAD OVT HEBBEN WAS OVT ZIJN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/06/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik had natuurlijk dadelijk gezien dat het een speurder was » (« J’avais bien sûr tout de suite vu que c’était un détective / enquêteur »).
On y trouve, dans la phrase principale, la forme verbale « had », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « HEBBEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
On y trouve également la forme verbale « geZIEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF.
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le(s) complément(s) (ici « natuurlijk » et « dadelijk »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve enfin, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale « was », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : LATEN WE REJET PLEGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Laten we even overleg plegen ! » (« Concertons-nous un peu ! »).
N’oublions pas que la tournure « LATEN we » (littéralement « Laissons-nous ») de la première personne du pluriel de l’IMPERATIF présent exige un REJET de l’infinitif (« plegen»), derrière les compléments (« even » et « overleg »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KUNNEN REJET WERKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Jullie kunnen samen werken » (« Vous êtes capable de / pouvez travailler ensemble »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN » (donnant un singulier « KAN »). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« werken »), derrière le(s) complément(s) (« samen »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait pu avoir l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » (avec « MAG » au singulier) :
« Jullie mogen samen werken ».

Nom : GESTOLEN VTT STELEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Het gaat om de gestolen plannen » (« Il s’agit des plans volés »).
On y trouve la forme verbale « GESTOLEN », participe passé provenant de l’infinitif « STELEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oubliez pas que, en langue néerlandaise, les participes passés sont invariables.

Nom : GAF OVT GEVEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je gaf je / jouw collega (…) een opstopper » (« Tu donnas / as donné à ton collègue un marron / un gnon »).
On y trouve la forme verbale « GAF », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « GEVEN ». Le verbe « GEVEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez que, en langue néerlandaise (comme en langue anglaise), on dit : “donner quelqu’un quelque chose ».

Nom : WILDE OVT WILLEN REJET BENADEREN ONGEMERKT ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik wilde u ongemerkt benaderen » (« Je voulais vous approcher discrètement »).
L’auxiliaire de mode de la VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN » (donnant WILDE, au singulier du prétérit ou O.V.T.). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici « benaderen »), derrière les compléments (« u » et « ongemerkt »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussi la forme verbale « ongemerkt », utilisé comme adjectif épithète ; s’il avait existé un infinitif « ONMERKEN », lui-même construit sur « MERKEN », il aurait eu un tel participe passé provenant, comme la grande majorité des verbes néerlandais, de ceux qui NE font PAS l’objet des « temps primitifs » mais font partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Le préfixe « ON- » (« UN- » en anglais) n’est PAS une « particule séparable » (même s’il réagit comme « OP ») et constitue en fait le contraire de « gemerkt ».

Nom : KAN KUNNEN REJET AANVALLEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kan hem in de rug aanvallen » (« Je peux l’attaquer dans le dos = par derrière »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« aanvallen »), derrière le(s) complément(s) (« hem » et « in de rug »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » (avec « MAG » au singulier) :
« Ik mag hem in de rug aanvallen ».

Nom : KAN KUNNEN REJET KOMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kan via het raam in de gang komen » (« Je peux via la fenêtre arriver dans le couloir »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« komen »), derrière le(s) complément(s) (« via het raam » et « in de gang »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » (avec « MAG » au singulier) :
« Ik mag via het raam in de gang komen ».

Nom : MEENDE OVT MENEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik meende iemand aan de deur te horen » (« Je pensais = j’ai pensé (d’) avoir entendu quelqu’un à la porte »).
Ce verbe « MENEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik meen ») se terminant par la consonne « N », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« MEEN » + « DE » = « MEENDE ».

Nom : VERDWENEN VTT VERDWIJNEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij is met de plannen van Kaufmann uit Glasgow verdwenen » (« Il a disparu de Glasgow avec les plans de Kaufmann »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc ici notamment la forme verbale « VERDWENEN », participe passé provenant de l’infinitif « VERDWIJNEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.).
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « VERDWENEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« met de plannen van Kaufmann » et « uit Glasgow »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEZIEN VTT ZIEN WERD OVT WORDEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/06/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik vernam dat hij thans in Nederland (werd) gezien werd » in Nederland gezien werd » (« J’appris = j’ai appris qu’il a été récemment vu aux Pays-Bas »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale « geZIEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le(s) complément(s) (ici « thans » et « in Nederland »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici « WERD ») est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ». Il fait aussi l’objet des « temps primitifs ».

Nom : VERNAM OVT VERNEMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik vernam dat hij thans in Nederland (werd) gezien werd » (« J’appris = j’ai appris qu’il a été récemment vu aux Pays-Bas »).
On y trouve la forme verbale « vernam », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « vernemen», lui-même construit sur l’infinitif « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : LAAT REJET KOMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Laat nummer 17 binnen komen » (« Laisse venir numéro 17 à l’intérieur / Fais entrer numéro 17 »).
On y trouve notamment la forme verbale « LAAT » qui, à l’IMPERATIF joue le rôle d’un auxiliaire « de mode » et exige le REJET du verbe « KOMEN », derrière les compléments (« nummer 17 » et « binnen »), à la fin de cette phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres, à l’impératif :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL ZULLEN REJET VINDEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Net als Willem (…), zal Hendriks geest slechts rust vinden (…) » (« Tout comme Willem (…), l’esprit de Hendrik ne va trouver / ne trouvera le repos (…) »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ». Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« vinden »), derrière le complément (« rust »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Net als Willem »), il y a une INVERSION, le sujet (« Hendriks geest ») passant derrière le verbe « zal ». On aurait en effet pu avoir : « Hendriks geest zal, net als Willem (…), slechts rust vinden (…) ».

Nom : ZULLEN REJET MISLUKKEN ROBERT EREJEN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Al(le) zijn pogingen zullen (altijd) mislukken » (« Toutes ses tentatives vont échouer / échoueront »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ». Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« mislukken »), derrière le complément éventuel (« altijd »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZULLEN REJET VLIEGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De mensen zullen nooit (in de hemel) vliegen » (« Les êtres humains ne vont jamais voler / ne voleront jamais »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ». Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« vliegen »), derrière le complément éventuel (« in de hemel »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERVLOEKT VTT VERVLOEKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij is zoals de Vliegende Hollander vervloekt » (« Il est, comme le Hollandais volant, maudit »).
On y trouve la forme verbale « vervloekt », participe passé provenant de l’infinitif « verVLOEKEN », lui-même construit sur « VLOEKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Rappelons que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.

Nom : ZAL ZULLEN REJET VOORSPELLEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal je voorspellen wat hem te wachten staat » (« Je vais te prédire / je te prédirai ce qui l’attend »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ». Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« voorspellen »), derrière le complément (« je »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez l’expression « te wachten staan ».

Nom : GEHAD VTT HEBBEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb een visioen gehad » (« J’ai eu une vision »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEHAD », participe passé provenant de l’infinitif « HEBBEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Il faut aussi noter que ce participe passé se construit sur le SINGULIER du prétérit.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEHAD » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« een visioen »), à la fin de la phrase. Voyez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL ZULLEN REJET VEROORZAKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het zal rampen veroorzaken» (« Cela va provoquer / provoquera des catastrophes »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ». Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« veroorzaken »), derrière le complément (« rampen »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GESCHAPEN VTT SCHEPPEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/05/2019

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De mens is niet (daarvoor) geschapen = geschept OM (in de hemel) TE vliegen » (« L’être humain n’est pas créé pour voler dans le ciel »).
On y trouve notamment la forme verbale « GESCHAPEN », ancienne forme du participe passé de l’infinitif « SCHEPPEN », qui ne fait plus l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il y a REJET du participe passé, derrière le complément éventuel (« daarvoor »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Le complément éventuel (« in de hemel ») s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « VLIEGEN ».

Nom : DROOMDE OVT DROMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij droomde ervan dat de mens eens zou kunnen vliegen » (« Il (en) rêvait que l’être humain serait => soit capable de voler un jour »).
On y trouve, dans la phrase principale, la forme verbale « droomde », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « DROMEN ». Ce verbe « DROMEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik droom ») se terminant par la consonne « M », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « DROOM » + « DE » = « DROOMDE ».
Dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale (« zou ») est, comme d’habitude, séparée de son sujet (elle ne se trouve plus à côté de lui). On aurait pu avoir la variante : « De mens zou eens kunnen vliegen ».
Rapelons que, au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre (des autres) forme(s) verbales (ici « kunnen » et « vliegen ») à la fin de la phrase, derrière le complément (ici « eens »), et donc à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBRACHT VTT BRENGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zijn droom (…) heeft hem ongewild in moeilijkheden gebracht » (« Son rêve l’a amené => mis involontairement dans des difficultés »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEBRACHT », participe passé provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Le participe passé « GEBRACHT » est construit sur le SINGULIER du prétérit, « BRACHT ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a REJET du participe passé, derrière les compléments (« hem », « ongewild », et « in moeilijkheden »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BEZORGD VTT BEZORGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij zijn enkel (om hem = om Hendrik) bezorgd om Hendrik » (« Nous sommes seulement préoccupés pour Hendrik »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc ici notamment la forme verbale « BEzorgd », participe passé provenant de l’infinitif « BEzorgen ». Le participe passé est, lui, construit sur la première personne de l’indicatif présent (« ik BEzorg mij »), NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts », est donc considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé, NE fait PAS partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« BEZORG » + « D » = « BEZORGD ».
Il y a, normalement REJET du participe passé, derrière le complément (« om Hendrik »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KOMT TERUG OTT TERUGKOMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij (Aletta) komt (bij ons) terug » (« Elle revient »).
On y trouve la forme verbale « komt … TERUG », provenant de l’infinitif « TERUGkomen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KOMEN ».
Quand « TERUGkomen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le complément éventuel (« bij ons »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZIET ERUIT OTT ERUIT ZIEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/05/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Indien die man sterft, ziet het er voor Hendrik beroerd uit » (« Si cet homme meurt, cela a l’air mal engagé / mal barré pour Hendrik »).
A première vue, on pourrait croire que l’on a affaire, dans la phrase principale, au verbe « uitzien », avec « uit », réagissant comme une « particule séparable », qui ferait l’objet d’un REJET derrière les compléments (« voor Hendrik » et « beroerd »), à la fin de la phrase.
On a en fait ici l’expression « eruit zien ». On aurait en effet pu avoir les variantes suivantes de la phrase :
« Het ziet voor Hendrik beroerd eruit indien die man sterft »
OU « Het ziet eruit beroerd voor Hendrik indien die man sterft »
OU « Het ziet er beroerd uit voor Hendrik indien die man sterft ».

Nom : GERAAKTE OVT GERAKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij geraakte vermoedelijk in paniek » (« Il fut probablement pris de panique »).
On y trouve la forme verbale « geraakte », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « GERAKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik geraak ») se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du prétérit le « TE » minoritaire :
« GERAAK » + « TE » = « GERAAKTE ».

Nom : WAREN OVT ZIJN VERSLINGERD VTT VERSLINGEREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze (Hendrik en Aletta) waren erg op elkaar verslingerd » (« Ils étaient très liés l’un à l’autre »).
On y trouve notamment la forme verbale « WAREN » (pluriel irrégulier de « WAS »), O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve également la forme verbale « verslingerd », participe passé du verbe « VERSLINGEREN », provenant de l’infinitif « SLINGEREN ». Ce verbe « SLINGEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au participe passé et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés. Rappelons que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
Quand « VERSLINGEREN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « verslingerd » derrière les compléments (« erg » et « op elkaar ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL REJET VERTONEN BEWEZEN VTT BEWIJZEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/05/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij zal zich niet (weer) vertonen (vooral)eer zijn onschuld (door de justitie) bewezen is » (« Il ne se remontrera pas avant que son innocence soit prouvée »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ». Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« vertonen »), derrière le complément éventuel (« weer »), à la fin de la phrase (principale) et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussi, dans la phrase subordonnée (introduite par « EER »), la forme verbale « BEWEZEN », participe passé utilisé avec un passé composé, provenant de l’infinitif « BEWIJZEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé « BEWEZEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit (et, dans ce cas-ci, est identique). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé (la plus nombreuse étant celle des « IJ ») :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons aussi que, aux temps composés, le participe passé fait également l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« door de justitie »), à la fin de la phrase.

Nom : KREEG OVT KRIJGEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kreeg een brief uit België » (« Je reçus = j’ai reçu une lettre de Belgique »).
On y trouve la forme verbale « KREEG », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « KRIJGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne une voyelle « E » (double, au singulier). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : VERZOCHT VTT VERZOEKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De Schotse politie heeft om zijn opsporing verzocht » (« La police écossaise a demandé / diligenté une enquête à son sujet »).
On y trouve la forme verbale « verzocht », participe passé construit sur le prétérit « zocht » provenant du verbe « VERZOEKEN », lui-même construit sur l’infinitif « ZOEKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « verzocht » fait l’objet d’un REJET derrière le complément (« om zijn opsporing »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEVLUCHT VTT VLUCHTEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De dader is vermoedelijk naar België gevlucht » (« Le malfaiteur / l’agresseur / le prévenu a probablement fui en Belgique »).
On y trouve notamment le verbe « VLUCHTEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik vlucht ») se terminant déjà par la consonne « T », on trouvera d’autant plus le « T » minoritaire comme terminaison du participe passé :
« GE » + « VLUCHT » (+ « T ») = « GEVLUCHT ».
Le participe passé « gevlucht » fait l’objet d’un REJET derrière les compléments (« vermoedelijk » et « naar België »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERDACHT VTT VERDENKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De Nederlander (…) verdacht van de overval (…) » (« Le Néerlandais (…) suspecté / soupçonné de l’agression (…) »).
On y trouve la forme verbale « verdacht », participe passé (construit sur le prétérit « dacht » et utilisé ici comme attribut provenant du verbe «VERDENKEN», lui-même construit sur l’infinitif « DENKEN », qui fait également l’objet des « temps primitifs ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : WIST OVT WETEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De dader wist te ontsnappen. » (« Le malfaiteur / l’agresseur / le prévenu sut / a pu s’échapper »).
On y trouve notamment la forme verbale « WIST » (O.V.T. ou « prétérit »), provenant de l’infinitif « WETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez la construction « WETEN + TE ».

Nom : VERBLEEF OVT VERBLIJVEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/05/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De assistent (…) die tijdens de overval in het buitenland verbleef »
(« L’assistant qui, pendant l’agression, séjournait à l’étranger »).
On y trouve notamment la forme verbale « VERBLEEF » (O.V.T. ou « prétérit »), provenant de l’infinitif « VERBLIJVEN », venant lui-même de « BLIJVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans la mesure où nous avons affaire ici à une phrase subordonnée (introduite par « DIE »), il y a ici REJET du verbe (« verbleef »), derrière les compléments («tijdens de overval» et « in het buitenland»), à la fin de la phrase et il n’est donc pas à côté de son sujet sous-entendu (« de assistent »). On aurait pu avoir la phrase :
« De assistent verbleef tijdens de overval in het buitenland ».

Nom : BESCHULDIGD VTT BESCHULDIGEN GESTOLEN VTT STELEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/05/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Hendrik) wordt ervan beschuldigd Kaufmanns plannen gestolen te hebben » (« Il est accusé d’avoir volé les plans de Kaufmann »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc ici notamment la forme verbale « BEchuldigd », participe passé provenant de l’infinitif « BEschuldigen ». Le participe passé est, lui, construit sur la première personne de l’indicatif présent (« ik BEschuldig »), NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts », est donc considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé, NE fait PAS partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« BESCHULDIG » + « D » = « BESCHULDIGD ».
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
On y trouve aussi la forme verbale « GESTOLEN », participe passé provenant de l’infinitif « STELEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : OVERVALLEN VTT OVERVALLEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij werd in zijn bureau overvallen » (« Il a été agressé dans son bureau »).
On y trouve la forme verbale « overvallen », participe passé provenant de l’infinitif « overvallen», lui-même construit sur l’infinitif « VALLEN », qui fait normalement l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « overvallen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, s’il s’était agi d’un verbe à particule séparable », cela aurait pu entraîner une séparation de la particule « OVER » de son infinitif proprement dit et la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) se serait intercalée entre eux.
Le participe passé « overvallen » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« in zijn bureau »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussi la forme verbale « WERD », O.V.T. ou prétérit de « WORDEN », qui fait également l’objet aux temps du passé des « temps primitifs ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : GENOEMD VTT NOEMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij heeft mijn zoon een dief genoemd » (« Il a appelé mon fils un voleur = il a traité mon fils de voleur »).
Ce verbe « NOEMEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé, NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik noem ») se terminant par la consonne « M », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison du participe passé :
« GE » + « NOEM » + « D » = « GENOEMD ».

Nom : WERKT MEE OTT MEEWERKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij werkt in Schotland (aan een stoomvliegtuig) mee » (« Il collabore en Ecosse à un aéroplane / avion à vapeur »).
On trouve la forme verbale « werkt … MEE », provenant de l’infinitif « MEEWERKEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « WERKEN ».
Lorsque « MEEWERKEN » est conjugué, la particule « MEE » (venant de la préposition « MET ») fait l’objet d’un REJET derrière le complément (« in Schotland ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET (notamment du verbe ou de certaines de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KOMT AAN OTT AANKOMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Daar komt hij (Pieter) aan » (« Là arrive Pieter = voilà qu’arrive … »).
On y trouve la forme verbale « komt … aan », qui provient de l’infinitif « AANKOMEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « KOMEN ».
Lorsque « AANKOMEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « AAN », derrière le complément (« daar » *), à la fin de la phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres à :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Daar »), il y a une INVERSION, le sujet « hij » passant derrière le verbe « komt ». On aurait en effet pu avoir * : « « Hij komt daar aan ».

Nom : VERBOOD OVT VERBIEDEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik verbood je hier te komen » (« Je t’interdis / t’ai interdit de venir ici »).
On y trouve la forme verbale « VERBOOD », prétérit (O.V.T.) provenant de l’infinitif « VERBIEDEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « BIEDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IE », donne une voyelle « O », doublée au singulier.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : KOMT HIERHEEN OVT KOMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Er komt een charmante bezoekSTER hierheen » (« Il y a une charmante visiteuse qui vient par ici => il vient par ici une charmante visiteuse »).
Contrairement aux apparences, nous n’avons pas ici affaire à un verbe dit « à particule séparable », même si « hierheen » réagit comme une « particule séparable » (« mee », « toe », « uit », …), faisant l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« naar het huis »), à la fin de la phrase : « Een charmante bezoekSTER komt naar het huis hierheen ». Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons qu’un nom (notamment de métier) peut être construit sur base du radical du verbe (« bezoek » < « BEZOEKEN ») en y ajoutant une terminaison « ER » pour le masculin (=> « bezoekER ») et « STER » pour le féminin, toutes les femmes étant des étoiles (« STAR » en anglais).

Nom : WIL OTT WILLEN REJET BEWEREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wil je toch niet beweren ? … » (« Tu ne veux tout de même pas prétendre ? … »).
L’auxiliaire de mode de la VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici, « beweren ») derrière le complément (« toch »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAGEN OVT ZIEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/05/2019

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (…) de man die wij in de duinen zagen » (« l’homme que nous vîmes / avons vu dans les dunes »).
On y trouve notamment la forme verbale « ZAGEN », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans la mesure où nous avons affaire à une phrase subordonnée (introduite par « DIE »), il y a ici REJET du verbe (« zagen »), derrière le complément (« in de duinen »), à la fin de la phrase et il n’est donc pas à côté de son sujet (« wij »). On aurait pu avoir : « Wij zagen de man in de duinen ».
ATTENTION : Beaucoup d’apprenants croient que la forme verbale « ZAGEN », provient de l’infinitif « ZEGGEN », également irrégulier à l’O.V.T.

Nom : WOU WILDE OVT WILLEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wou = wilde je (zoiets) beweren ? … » (« Voulais-tu prétendre ? … »).
L’auxiliaire de mode de la VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN » (donnant actuellement WILDE – tendant à remplacer la forme plus ancienne WOU – au singulier du prétérit ou O.V.T.). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici, « beweren ») derrière le complément éventuel (« zoiets »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL OTT ZULLEN REJET VINDEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dan eerst zal hij rust vinden » (« Seulement alors, il trouvera / va trouver le repos »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« vinden »), derrière le complément (« rust »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un (double) complément (« dan » et « eerst»), il y a une INVERSION, le sujet « hij » passant derrière la forme verbale « zal ».
On aurait en effet pu avoir : « Hij zal eerst dan rust vinden ».

Nom : MOET REJET ONTMOETEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Maar hiervoor moet hij een vrouw ontmoeten » (« Mais pour cela, il doit rencontrer une femme »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« gaan »), derrière le complément (« een vrouw »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« hiervoor »), il y a une INVERSION, le sujet « hij » passant derrière la forme verbale « moet ». On aurait en effet pu avoir : « Maar hij moet hiervoor een vrouw ontmoeten ».

Nom : MAG OTT MOGEN REJET GAAN OMTE ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dan mag de kapitein aan wal gaan om een nieuw leven te beginnen » (« Alors le capitaine peut débarquer pour commencer une nouvelle vie »).
L’auxiliaire de mode de la POSSIBILITE » est l’infinitif « MOGEN », donnant un singulier « MAG ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNE