IDESETAUTRES.be

Willy Vandersteen

Avec l'aimable autorisation de WPG Uitgevers België (Standaard Uitgeverij / Studio VANDERSTEEN), nous développons une base de données d'illustrations permettant aux élèves « primo-arrivants », à la recherche de racines dans leur pays d'accueil, de s'y intégrer linguistiquement. Grâce aux textes néerlandophones de ces illustrations de qualité, ces élèves « primo-arrivants » pourront notamment aborder les verbes irréguliers (« temps primitifs » ou autres) d'une autre façon. Willy VANDERSTEEN (1913-1990), dessinateur et scénariste, reste un des géants de la bande dessinée belge du vingtième siècle, comme en témoignent nombre de ses créations. Pour ce « fonds virtuel », nous puisons principalement dans cinq de ses séries de BD : « BESSY » (volumes 1 à 68), « KARL MAY » (volumes 1 à 76, inconnus des lecteurs francophones), « DE RODE RIDDER » (volumes 1 à 100, dont 19 titres furent édités en français entre 1984 et 1985, série qui se poursuit en 2012), « ROBERT EN BERTRAND » (98 volumes) et « SAFARI » (24 volumes).

Nom : GESTOLEN VTT STELEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De plannen werden (in zijn kantoor) gestolen » (« Les plans furent volés »).
On y trouve la forme verbale « GESTOLEN », participe passé provenant de l’infinitif « STELEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« in zijn kantoor »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On est ici à la voix passive, puisque l’auxiliaire est WORDEN (au prétérit) au lieu de « ZIJN ».
N’oubliez pas que, en langue néerlandaise, les participes passés sont invariables.

Nom : NEERGESLAGEN VTT NEERSLAAN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij werd daar neergeslagen » (« Il fut assommé là »).
On y trouve la forme verbale « NEERgeslagen », participe passé provenant de l’infinitif « NEERslaan », lui-même construit sur l’infinitif « SLAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « NEERgeslagen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé (ici à la voix passive, avec WORDEN, au prétérit), cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « NEER » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « neerGEslagen ».
Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « NEERgeslagen » à la fin de la phrase, derrière le complément (« daar »). Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GING OVT GAAN TELEURGESTELD VTT TELEURSTELLEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Teleurgesteld ging hij naar zijn kantoor » (« Déçu il alla à son bureau »).
On y trouve la forme verbale « teleurgesteld », participe passé provenant de l’infinitif « TELEURSTELLEN », dit « à particule séparable ». Ce verbe « STELLEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik stel ») se terminant par la consonne « L », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » + « STEL » + « D » = « GESTELD ».
Quand « TELEURSTELLEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TELEUR » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « teleurgesteld ».
On y trouve aussi la forme verbale « GING » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « GAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Voir : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase commençant par un complément (« Teleurgesteld »), cela entraîne une INVERSION du sujet « hij » qui passe derrière son verbe « ging ».

Nom : KANTELDE OVT KANTELEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Gedurende de eerste proefvlucht kantelde het vliegtuig» (« Pendant le premier vol d’essai, l’avion se renversa »).
Ce verbe « KANTELEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « gebeur ») se terminant par la consonne « L », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « KANTEL » + « DE » = « KANTELDE ».
La phrase commençant par un complément (« Gedurende de eerste proefvlucht »), cela entraîne une INVERSION du sujet « het vliegtuig» qui passe derrière son verbe « kantelde ».

Nom : MOETEN REJET NABOOTSEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We moeten de vlucht van de vogels niet nabootsen) » (« Nous ne devons pas simuler le vol des oiseaux »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« nabootsen »), derrière le complément (« de vlucht van de vogels »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEKREGEN VTT KRIJGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb gelijk gekregen = ik had gelijk » (« J’ai reçu / eu = j’avais raison »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEKREGEN », participe passé utilisé avec un passé composé, provenant de l’infinitif « KRIJGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé « GEKREGEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé (la plus nombreuse étant celle des « IJ ») :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« gelijk »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WAS OVT ZIJN 7 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik was het niet eens » (« Je n’étais pas d’accord »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez l’expression « Het eens zijn ».

Nom : GEBEURDE OVT GEBEUREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/08/2019

Description : A phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hoe gebeurde de diefstal van de plannen ? » (« Comment eut lieu le vol des plans ? »).
Ce verbe « GEBEUREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « gebeur ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« GEBEUR » + « DE » = « GEBEURDE ».

Nom : KAN OTT KUNNEN REJET VERTROUWEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kan jullie vertrouwen » (« Je peux vous faire confiance »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« vertrouwen »), derrière le complément (« jullie »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » (avec « MAG » au singulier) :
« Ik mag jullie vertrouwen ».

Nom : OVERTUIGD VTT OVERTUIGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik ben van Hendriks onschuld overtuigd » (« Je suis convaincu de l’innocence de Hendrik »).
On y trouve la forme verbale « overtuigd », participe passé provenant de l’infinitif « OVERTUIGEN ».
Ce verbe « OVERTUIGEN » est considéré « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik overtuig ») se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés mais pas la particule «GE-» (commune à la majorité des participes passés) car il ne s’agit pas d’un verbe « à particule séparable ». On construit donc son participe passé comme suit : « OVERTUIG » + « D » = « OVERTUIGD ». Quand « OVERTUIGEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, s’il s’était agi d’un verbe « à particule séparable », cela aurait pu entraîner une séparation de la particule « OVER » de son infinitif proprement dit et le «GE-» se serait intercalé entre eux.
Le participe passé « overtuigd » fait normalement l’objet d’un REJET, derrière le complément (« van Hendriks onschuld »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBRUIK MAKEN OM TE ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/08/2019

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je maakt gebruik van de legende om de nieuwsgierigen op afstand te houden » (« Tu fais usage / tu utilises la légende pour tenir les curieux à distance => à l’écart »).
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Dans la phrase subordonnée « infinitive », les compléments (« de nieuwsgierigen» et « op afstand ») s’intercalent entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « HOUDEN ».

Nom : VERTELD VTT VERTELLEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Joeki) heeft ons zijn ontdekking verteld » (« Il nous a raconté sa découverte »).
Rappelons tout d’abord que, au participe passé, les verbes commençant par les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER-, NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve ici la forme verbale « verteld », participe passé provenant de l’infinitif « VERTELLEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « L », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Il y a REJET du participe passé «verteld » derrière les compléments (« ons » et « zijn ontdekking »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KONDEN OVT KUNNEN REJET VERMOEDEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat konden we wel vermoeden » (« Cela, nous pouvions le supposer »).
L’auxiliaire de mode de la CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN » et un O.V.T. (ou prétérit) « KON » (PLURIEL irrégulier « KONDEN »). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici « vermoeden »), derrière le complément (« wel »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Le verbe « KUNNEN » fait l’objet (au seul prétérit ou O.V.T.) des « temps primitifs ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans Ia mesure où la phrase commence par un autre complément (« Dat »), ce dernier engendre une INVERSION : le sujet « we » passant derrière le verbe « konden ». On aurait en effet aussi pu dire : « We konden dat wel vermoeden ».

Nom : ONTDEKT VTT ONTDEKKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Jullie hebben ons geheim ontdekt » (« Vous avez découvert notre secret »).
Rappelons tout d’abord que, au participe passé, les verbes commençant par les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER-, NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On y trouve ici notamment « ontdekt », participe passé provenant de l’infinitif « ONTDEKKEN », lui-même construit sur « DEKKEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik ontdek ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « T » minoritaire comme terminaison du participe passé : « ONTDEK » + « T » = « ONTDEKT ».
Il y a REJET du participe passé « ontdekt » derrière le complément (« ons geheim »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL OTT ZULLEN REJET LATEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal jullie niet langer in onzekerheid laten » (« Je ne vais pas vous laisser plus longtemps dans l’incertitude »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« laten »), derrière le(s) complément(s) (« jullie », « niet langer » et « in onzekerheid »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs:
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez la construction du nom commun « onzekerheid » : adjectif « onzeker » + terminaison « heid »

Nom : MAG OTT MOGEN REJET ZIJN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wie mag hij (wel) zijn ? » (« Qui peut-il bien être ? »).
L’auxiliaire de mode de la POSSIBILITE » est l’infinitif « MOGEN », donnant un singulier « MAG ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« zijn »), derrière le complément éventuel (« wel »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DOET AAN OTT AANDOEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij doet zijn geslacht eer aan » (« Il fait honneur à sa famille »).
On y trouve la forme verbale « DOET … AAN », provenant de l’infinitif « AANDOEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « DOEN ».
Quand « AANDOEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la particule séparable « AAN », derrière les compléments (« zijn geslacht » et « eer ») à la fin de la phrase.
Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez l’expression « zijn geslacht eer aandoen ».

Nom : GERED VTT REDDEN HAD OVT HEBBEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/08/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zou verdronken zijn als hij (de Vliegende Hollander) me niet (had) gered had» (« Je serais noyé s’il ne m’avait sauvé »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée (introduite par « ALS »), la forme verbale « gered », participe passé provenant de l’infinitif « REDDEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (« ik red », première personne du présent ou O.T.T.) se terminant a fortiori déjà par la consonne « D », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Le participe passé « gered » fait l’objet d’un REJET derrière le complément (« me ») à la fin de la phrase subordonnée. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussi la forme verbale « HAD », au plus-que-parfait, provenant de l’infinitif « HEBBEN », qui fait également l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.

Nom : VERDRONKEN VTT VERDRINKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zou (in de poel) verdronken zijn » (« Je serais noyé dans la mare »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc ici notamment la forme verbale « VERDRONKEN », participe passé (utilisé ici comme adjectif attribut) provenant de l’infinitif « VERDRINKEN », lui-même construit sur « DRINKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « I » donnant des « O » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.).
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN », donnant un singulier « ZOU » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ». Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (« zijn »), derrière le complément éventuel (« in de poel »), et donc à l’INFINITIF, à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOEST OVT MOETEN REJET VLUCHTEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik moest (uit de schuur) vluchten » (« Je devais fuir »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN » (donnant MOEST au prétérit ou O.V.T.). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« vluchten »), derrière le complément éventuel (« uit de schuur »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ONTDEKTE OVT ONTDEKKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/08/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Toen ik ontdekte … moest ik vluchten » (« Lorsque je découvris … , je dus fuir »).
La phrase subordonnée est introduite par «TOEN » parce qu’elle est à un temps du passé. On y trouve notamment le verbe « ONTDEKKEN », lui-même construit sur « DEKKEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik ontdek ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit : « ONTDEK » + « TE » = « ONTDEKTE ».
C’est dans la mesure où la phrase subordonnée joue le rôle d’un complément commençant la phrase principale que le sujet « ik » et le verbe « moest » ont leurs positions inversées, faisant l’objet de ce que l’on appelle une INVERSION.

Nom : VERDWENEN VTT VERDWIJNEN 3 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij is natuurlijk verdwenen » (« Il a bien sûr disparu »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc ici notamment la forme verbale « VERDWENEN », participe passé provenant de l’infinitif « VERDWIJNEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.).
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « VERDWENEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« natuurlijk »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GENOMEN VTT NEMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/08/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Die (= « de vluchteling ») heeft me te grazen genomen » (« Il m’a pris / roulé dans l’herbe »).
On y trouve la forme verbale « GENOMEN », participe passé provenant de l’infinitif « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GENOMEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« me » et « te grazen »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : NAM OVT NEMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/08/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij ervaart dat deze (= « de vluchteling ») zijn voorzorgen nam » (« Il apprend à ses dépens que ce dernier = le fugitif a pris / prit ses précautions »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale « nam », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez que, comme dans toutes les phrases subordonnées néerlandaises, le sujet (ici « deze ») n’est plus à côté du verbe (« nam »).

Nom : ZET NA OTT NAZETTEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Bertrand) zet de vluchteling na » (« ll se met / se lance à la poursuite du fugitif »).
On y trouve notamment la forme verbale « zet … na » à l’O.T.T. (ou présent), provenant de l’infinitif « NAZETTEN », verbe dit « à particule séparable) lui-même construit sur « ZETTEN ».
Quand « NAzetten » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « NA » de son infinitif proprement dit et REJET de la particule « NA », derrière le complément (« de vluchteling »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : HAD OVT HEBBEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/07/2019

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je had gelijk ongerust te zijn » (« Tu avais raison d’être inquiet »).
On y trouve notamment la forme verbale « HAD », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « HEBBEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans la « deuxième » phrase, le verbe fait l’objet d’un REJET, derrière le « complément » (« ongerust ») et un « TE », à la fin de la phrase. On aurait pu avoir la variante suivante :
« Je had gelijk wanneer / toen je ongerust was ».

Nom : SNELT TOE OTT TOESNELLEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De man snelt (op het brugje) toe » (« l’homme se précipite »).
On y trouve notamment la forme verbale « snelt … toe » à l’O.T.T. (ou présent), provenant de l’infinitif « TOESNELLEN », verbe dit « à particule séparable) lui-même construit sur « SNELLEN ».
Quand « TOEsnellen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TOE » (provenant de la préposition « tot ») de son infinitif proprement dit et REJET de la particule « TOE », derrière le complément éventuel (« op het brugje »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WAS OVT ZIJN 6 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De zonderlinge man die het spoor bijster was » (« L’homme bizarre, qui avait perdu la piste »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez qu’il ne pourrait, en aucun cas, s’agir d’une forme verbale à l’O.T.T. (ou « présent ») provenant de l’infinitif « WASSEN », un sujet à la troisième personne du singulier (« de man ») exigeant une terminaison « T ».
Notez aussi que, comme dans toutes les phrases subordonnées néerlandaises, le sujet n’est plus à côté du verbe. On aurait pu (ou dû) avoir :
« De zonderlinge man was het spoor bijster ».

Nom : HOE MEER HOE COMPARATIF SUPERIORITE ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/07/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hoe meer de knaap spartelt, hoe dieper hij wegzinkt » (« Plus le garçonnet se débat, plus profondément il coule / s’enfonce »).
On rend la comparaison (et, notamment, son degré de supériorité) en langue néerlandaise par une symétrie dans la phrase, avec « deux plateaux d’une balance », introduits ici par « hoe », suivi d’un adjectif construit de la façon suivante : « DIEP » + « ER » => « DIEPER ».
La deuxième phrase réagit comme une phrase subordonnée. Dans une variante, on aurait eu : « de knaap zinkt in de poel weg ».
« WEGzinken » est en effet un verbe dit « à particule séparable » et il y a normalement REJET de la particule séparable « WEG » (rendant une notion d’éloignement), derrière le complément éventuel (« in de poel »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KOMT TERECHT OTT TERECHTKOMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij komt in een moerassige poel terecht » (« Il échoue / est précipité dans une mare vaseuse »).
On y trouve la forme verbale « komt … terecht », provenant du verbe « TERECHTkomen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KOMEN ».
Quand « TERECHTkomen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERECHT » de son infinitif proprement dit et son REJET, derrière le complément (« in een moerassige poel »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DAAGT OP OTT OPDAGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Plots daagt vóór Joeki de gestalte van de Vliegende Hollander op » (« Soudain, la silhouette du Hollandais Volant apparaît devant Joeki »).
On y trouve la forme verbale « DAAGT … OP » du verbe « OPDAGEN », dit à « particule séparable », construit sur l’infinitif « DAGEN ». Quand il est conjugué, il exige le REJET de la particule séparable « OP », derrière le complément («vóór Joeki »), à la fin de la phrase.
Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« plots »), cela entraîne une INVERSION du sujet « de gestalte » qui passe derrière son verbe « daagt ». On aurait en effet aussi pu dire : « De gestalte daagt plots vóór Joeki op ».

Nom : GA REJET WAARSCHUWEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik ga = Ik zal snel mijn vrienden (Robert en Bertrand) waarschuwen » (« Je vais vite avertir mes amis »).
Au lieu de la forme verbale « GA », on aurait pu ou dû avoir l’auxiliaire du FUTUR « simple », « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Le francophone, pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, peut habituellement le comparer au « futur proche » français et donc remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Comme au FUTUR, il y a ici REJET de l’autre forme verbale (« waarschuwen »), derrière les compléments (« snel » et « mijn vrienden »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs:
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WAS OVT ZIJN 5 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik was op tijd buiten » (« J’étais à temps dehors »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez qu’il ne pourrait ici, en aucun cas, s’agir d’une forme verbale à l’O.T.T. (ou « présent ») provenant de l’infinitif « WASSEN ».

Nom : ZAL ZULLEN REJET ZIJN VTT GEWEEST ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het zal een rat geweest zijn » (« Cela aura été un rat = cela a dû être un rat »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« zijn »), derrière le complément (« een rat »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussi la forme verbale « GEWEEST », participe passé provenant du même infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise. C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps … Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : BESPIED VTT BESPIEDEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Worden wij (door iemand) bespied ? » (« Sommes-nous espionné … par quelqu’un ? »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc la forme verbale « BEspied », participe passé provenant de l’infinitif « BEspieden », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « BEspied » est identique à la première personne de l’indicatif présent (radical se terminant déjà par un D) et fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« door iemand »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : WAS OVT ZIJN 4 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wat was dat ? »
« Qu’était-ce que cela ? »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez qu’il ne pourrait, en aucun cas, s’agir d’une forme verbale à l’O.T.T. (ou « présent ») provenant de l’infinitif « WASSEN », un sujet à la troisième personne du singulier (« DAT ») exigeant une terminaison « T ».

Nom : STOOTTE OVT STOTEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik stootte tegen die riek » (« J’ai cogné contre cette fourche »).
On y trouve notamment le verbe « STOTEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik stoot ») se terminant par la consonne « T », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit :
« STOOT » + « TE » = « STOOTTE ».

Nom : TREK UIT OTT UITTREKKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/07/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik trek er op uit om mijn onschuld te bewijzen» (« Je me tire aussitôt pour prouver mon innocence »).
On y trouve la forme verbale « trek … UIT », provenant de l’infinitif « UITtrekken », verbe dit « à particule séparable ». Quand « UITtrekken » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « UIT » étant affectée par un REJET, derrière le complément (« in hun schuilplaats»), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composantes, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Dans une sorte de phrase subordonnée « infinitive », le complément « mijn onschuld » s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « BEWIJZEN ».

Nom : GEZOCHT VTT ZOEKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zolang je (door de politie) gezocht wordt … » (« Aussi longtemps que tu seras recherché … »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEZOCHT », participe passé provenant de l’infinitif « ZOEKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEZOCHT » est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEZOCHT » fait normalement l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« door de politie »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que, comme dans toutes les phrases subordonnées néerlandaises, le sujet (ici « je ») n’est plus à côté du verbe (« wordt »).

Nom : ZAL ZULLEN REJET KOMEN ZOEKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Niemand zal mij hier komen zoeken » (« Personne ne va venir me chercher ici »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« komen »), derrière les compléments (« mij » et « hier »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VOLTOOID VTT VOLTOOIEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Mijn werk is weldra voltooid » (« Mon travail est bientôt terminé »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- mais aussi, parfois, VOL- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On y trouve la forme verbale «voltooid », participe passé provenant de l’infinitif « VOLTOOIEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik voltooi ») se terminant par la voyelle « I », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
« VOLTOOI » + « D » = « VOLTOOID ».
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (ici « weldra »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZOU REJET VERBERGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zou de oude schuur een geheim verbergen ? » (« La vieille grange cacherait-elle un secret ? »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN », donnant un singulier « ZOU » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (« verbergen »), derrière le(s) complément(s) (« een geheim »), et donc à l’INFINITIF, à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERSCHEEN OVT VERSCHIJNEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «… omdat de Vliegende Hollander er (= daar) verscheen = … want de Vliegende Hollander verscheen er » (« parce que le Hollandais Volant y apparaissait »).
On trouve donc ici notamment la forme verbale « VERCHEEN », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « VERSCHIJNEN », lui-même construit sur « SCHIJNEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.).
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons aux francophones que s’ils ne veulent pas être déroutés par la construction de phase engendrée par « OMDAT », ils peuvent lui préférer « WANT », qui leur ira « comme un gant », l’ordre des mots (sujet, verbe, complément) n’étant pas bouleversé …

Nom : DICHTGESPIJKERD VTT DICHTSPIJKEREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Volgens Pieter werd ze (= de oude schuur) dichtgespijkerd » (« Suivant / Selon / D’après Pieter, elle (la porte) a été clouée => la vieille grange a été condamnée »).
On trouve ici la forme verbale « dichtgespijkerd », participe passé du verbe « DICHTSPIJKEREN », verbe dit « à particule séparable », provenant lui-même de l’infinitif « SPIJKEREN ». Ce verbe, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la majorité « régulière » des verbes réguliers (et donc NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » de ces verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP ») ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik spijker ») se terminant par la consonne « R », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire : particule séparable « DICHT » + préfixe « GE » + « SPIJKER » + « D » = « DICHTGESPIJKERD ».
La phrase commençant par un complément (« Volgens Pieter »), il y a une INVERSION, le sujet « ze » passant derrière le verbe « werd ». On aurait en effet pu avoir : « Ze werd volgens Pieter dichtgespijkerd ».

Nom : GEZIEN VTT ZIEN 5 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De man die we in de duinen hebben gezien » (« L’homme que nous avons vu dans les dunes »).
On y trouve notamment, dans une phrase subordonnée relative (introduite par « DIE »), la forme verbale « geZIEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le(s) complément(s) (ici « in de duinen »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que, comme dans toutes les phrases subordonnées néerlandaises, le sujet (ici « we ») n’est plus à côté du verbe (« hebben »).

Nom : VERGETEN VTT VERGETEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze zijn de zonderlinge man vergeten » (« Ils ont oublié l’homme bizarre »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve ici notamment la forme verbale « VERGETEN », participe passé provenant, du même infinitif « VERGETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Signalons dès lors que, si « VERGETEN» est ici au V.T.T. (ou passé composé), il aurait été écrit de la même façon au pluriel de l’O.T.T. (ou indicatif présent), qui équivaut, rappelons-le, à l’INFINITIF. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« de zonderlinge man »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KUNNEN REJET OVERTUIGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/07/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze (Robert en Bertrand) kunnen haar (Knier) overtuigen (om) terug naar de herberg te gaan » (« Ils peuvent la convaincre de retourner à l’auberge »).
Dans la première phrase, l’auxiliaire de mode de la «CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« overtuigen »), derrière le(s) complément(s) (ici « haar »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La deuxième phrase, sorte de subordonnée « infinitive », est introduite par l’équivalent de « POUR » qui, devant les verbes, est rendu en langue néerlandaise par un double mot « OM … TE » ; le « OM » étant ici sous-entendu, le complément « naar de herberg » s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « GAAN » et, en outre, entre ce dernier infinitif et sa particule séparable « TERUG » du verbe « TERUGGAAN ».
Notez que l’on aurait pu avoir la variante suivante :
« Ze kunnen haar overtuigen (om) naar de herberg terug te gaan ».

Nom : ZAL ZULLEN REJET KOMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De Vliegende Hollander zal aan wal komen » (« Le Hollandais Volant va débarquer / aborder »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« komen »), derrière le complément (« aan wal »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEZIEN VTT ZIEN 4 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb hem al meer (dan eens) gezien » (« Je l’ai déjà vu plus d’une fois »).
On y trouve notamment la forme verbale « geZIEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le(s) complément(s) (ici « hem » et « al meer »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KAN KUNNEN REJET ZIEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hoe kan je van op een afstand zo scherp zien ? » (« Comment peux-tu voir / es-tu capable de voir à une telle distance aussi nettement ? »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« zien »), derrière les compléments (« van op een afstand» et « zo scherp »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : SMEEKTE OVT SMEKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij smeekte klagend om erbarmen » (« Il suppliait, plaintif / geignant, pour de la pitié »).
On y trouve notamment le verbe « SMEKEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik smeek ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit :
« SMEEK » + « TE » = « SMEEKTE ».

Nom : STOND OVT STAAN 3 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij stond tegen de grote mast geleund » (« Il était appuyé contre le grand mât »).
On y trouve la forme verbale « STOND », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « STAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve aussi la forme verbale « geleund » participe passé provenant de l’infinitif « LEUNEN ». Ce verbe « LEUNEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik leun ») se terminant par la consonne « N », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » + « LEUN » + « D » = « GELEUND ».

Nom : WAS REJET ZIJN 3 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Alleen de kapitein was op het schip » (« Seul le capitaine était sur le navire »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez qu’il ne pourrait, en aucun cas, s’agir d’une forme verbale à l’O.T.T. (ou « présent ») provenant de l’infinitif « WASSEN », un sujet à la troisième personne du singulier exigeant une terminaison « T ».

Nom : STONDEN OVT STAAN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zijn zeilen stonden bol tegen de wind » (« Ses voiles étaient déployées contre le vent => il naviguait toutes voiles dehors »).
On y trouve la forme verbale « STONDEN », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « STAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : VERDWEEN OVT VERDWIJNEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/07/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het (schip) verdween aan de horizon » (« Le navire disparaissait à l’horizon »).
On trouve donc ici notamment la forme verbale « VERDWEEN », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « VERDWIJNEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.).
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GEZIEN VTT ZIEN 3 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb het schip gezien » (« J’ai vu le navire / bateau »).
On y trouve notamment la forme verbale « geZIEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le(s) complément(s) (ici « het schip »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERSTEEND VTT VERSTENEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze (= De vagebonden) zien plots de vrouw (= Knier) als versteend naar de zee staren » (« Ils voient soudain la femme, comme pétrifiée, regardant la mer »)
Rappelons tout d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve ici la forme verbale « VERSTEEND », participe passé (utilisé ici comme adjectif) provenant de l’infinitif « VERSTENEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik versteen ») se terminant par la consonne « N », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.

Nom : KEREN TERUG OTT TERUGKEREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Rond dit tijdstip, keren de vagebonden naar de herberg terug » (« Vers le même moment, les vagabonds retournent à l’auberge »).
On y trouve la forme verbale « keren … TERUG », provenant de l’infinitif « TERUGkeren », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KEREN ».
Quand « TERUGkeren » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le complément (« naar de herberg »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Dans Ia mesure où la phrase commence par un autre complément, cela engendre une INVERSION : le sujet « de vagebonden » passe derrière le verbe « keren ». On aurait en effet pu avoir la variante suivante : « De vagebonden keren rond dit tijdstip naar de herberg terug ».

Nom : KOM TERUG IMPERATIF TERUGKOMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Kom met de dief (= die Cocks) terug ! » (« Reviens avec le voleur ! »).
On y trouve la forme verbale « kom … TERUG », provenant de l’infinitif « TERUGkomen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KOMEN ».
Quand « TERUGkomen » est conjugué (ici à l’impératif, où on perd la terminaison « T »à la deuxième personne du singulier, comme à la forme interrogative de l’O.T.T. ou indicatif présent), cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le complément (« met die Cocks »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ONTSLAGEN VTT ONTSLAAN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je bent (anders) ontslagen » (« Tu es démis de tes fonctions / renvoyé / licencié »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On y trouve la forme verbale « ONTslagen », participe passé provenant de l’infinitif « ONTslaan », lui-même construit sur l’infinitif « SLAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a normalement REJET de la forme verbale du participe passé « ONTslagen » à la fin de la phrase, derrière le complément éventuel (« anders »). Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WILDE OVT WILLEN REJET TONEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik wilde enkel tonen … » (« Je voulais seulement montrer / faire voir … »).
L’auxiliaire de mode de la VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN » (donnant WILDE, au singulier du prétérit ou O.V.T.). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici « tonen »), derrière le complément (« enkel »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : AANHIELD OVT AANHOUDEN GAF OVT GEVEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/06/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Toen ik hem aanhield, gaf hij me plots zo’n opstopper » (« Alors que je l’arrêtais, il me donna soudain un tel marron / un tel gnon »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par «TOEN »), la forme verbale « AANhield », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « AANhouden », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « HOUDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Notez que si nous n’avions pas été dans une phrase subordonnée, on aurait constaté que la particule « aan » faisait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« hem »), à la fin de la phrase : « ik hield hem aan ». Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On trouve, dans la phrase principale, la forme verbale « GAF », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « GEVEN », qui fait également l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
C’est dans la mesure où la phrase subordonnée joue le rôle d’un complément commençant la phrase principale que le sujet « hij » et le verbe « gaf » ont leurs positions inversées, faisant l’objet de ce que l’on appelle une INVERSION.

Nom : DRONG BINNEN OVT BINNENDRINGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij drong hier binnen » (« Il pénétra ici »).
On y trouve la forme verbale « drong … BINNEN », prétérit (ou O.V.T.) provenant du verbe « BINNENdringen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « DRINGEN » qui, comme beaucoup de verbes comprenant un « I » dans leur première syllabe, donne un « O » aux temps du passé, faisant donc l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a REJET de la particule séparable « BINNEN », composante du verbe, derrière le complément (« hier »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composantes, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : LIET OVT LATEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Waarom liet je je zo stomweg verrassen ? » (« Pourquoi te laissas-tu = t’es-tu laissé surprendre aussi bêtement ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « LIET », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « LATEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On remarquera aussi, le REJET du verbe « VERRASSEN », derrière les compléments (« je », « zo » et « stomweg »,), à la fin de cette phrase. Même si « LATEN » joue le rôle d’un auxiliaire à la première personne du PLURIEL de l’IMPERATIF (« LATEN WE … » + REJET), il n’exige, en principe, pas un REJET systématique dans les autres cas. Voir phénomène du REJET, entre autres, à l’impératif :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEZIEN VTT ZIEN HAD OVT HEBBEN WAS OVT ZIJN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/06/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik had natuurlijk dadelijk gezien dat het een speurder was » (« J’avais bien sûr tout de suite vu que c’était un détective / enquêteur »).
On y trouve, dans la phrase principale, la forme verbale « had », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « HEBBEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
On y trouve également la forme verbale « geZIEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF.
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le(s) complément(s) (ici « natuurlijk » et « dadelijk »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve enfin, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale « was », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : LATEN WE REJET PLEGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Laten we even overleg plegen ! » (« Concertons-nous un peu ! »).
N’oublions pas que la tournure « LATEN we » (littéralement « Laissons-nous ») de la première personne du pluriel de l’IMPERATIF présent exige un REJET de l’infinitif (« plegen»), derrière les compléments (« even » et « overleg »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KUNNEN REJET WERKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Jullie kunnen samen werken » (« Vous êtes capable de / pouvez travailler ensemble »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN » (donnant un singulier « KAN »). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« werken »), derrière le(s) complément(s) (« samen »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait pu avoir l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » (avec « MAG » au singulier) :
« Jullie mogen samen werken ».

Nom : GESTOLEN VTT STELEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Het gaat om de gestolen plannen » (« Il s’agit des plans volés »).
On y trouve la forme verbale « GESTOLEN », participe passé provenant de l’infinitif « STELEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oubliez pas que, en langue néerlandaise, les participes passés sont invariables.

Nom : GAF OVT GEVEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je gaf je / jouw collega (…) een opstopper » (« Tu donnas / as donné à ton collègue un marron / un gnon »).
On y trouve la forme verbale « GAF », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « GEVEN ». Le verbe « GEVEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez que, en langue néerlandaise (comme en langue anglaise), on dit : “donner quelqu’un quelque chose ».

Nom : WILDE OVT WILLEN REJET BENADEREN ONGEMERKT ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik wilde u ongemerkt benaderen » (« Je voulais vous approcher discrètement »).
L’auxiliaire de mode de la VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN » (donnant WILDE, au singulier du prétérit ou O.V.T.). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici « benaderen »), derrière les compléments (« u » et « ongemerkt »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussi la forme verbale « ongemerkt », utilisé comme adjectif épithète ; s’il avait existé un infinitif « ONMERKEN », lui-même construit sur « MERKEN », il aurait eu un tel participe passé provenant, comme la grande majorité des verbes néerlandais, de ceux qui NE font PAS l’objet des « temps primitifs » mais font partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Le préfixe « ON- » (« UN- » en anglais) n’est PAS une « particule séparable » (même s’il réagit comme « OP ») et constitue en fait le contraire de « gemerkt ».

Nom : KAN KUNNEN REJET AANVALLEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kan hem in de rug aanvallen » (« Je peux l’attaquer dans le dos = par derrière »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« aanvallen »), derrière le(s) complément(s) (« hem » et « in de rug »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » (avec « MAG » au singulier) :
« Ik mag hem in de rug aanvallen ».

Nom : KAN KUNNEN REJET KOMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kan via het raam in de gang komen » (« Je peux via la fenêtre arriver dans le couloir »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« komen »), derrière le(s) complément(s) (« via het raam » et « in de gang »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » (avec « MAG » au singulier) :
« Ik mag via het raam in de gang komen ».

Nom : MEENDE OVT MENEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik meende iemand aan de deur te horen » (« Je pensais = j’ai pensé (d’) avoir entendu quelqu’un à la porte »).
Ce verbe « MENEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik meen ») se terminant par la consonne « N », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« MEEN » + « DE » = « MEENDE ».

Nom : VERDWENEN VTT VERDWIJNEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij is met de plannen van Kaufmann uit Glasgow verdwenen » (« Il a disparu de Glasgow avec les plans de Kaufmann »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc ici notamment la forme verbale « VERDWENEN », participe passé provenant de l’infinitif « VERDWIJNEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.).
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « VERDWENEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« met de plannen van Kaufmann » et « uit Glasgow »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEZIEN VTT ZIEN WERD OVT WORDEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/06/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik vernam dat hij thans in Nederland (werd) gezien werd » in Nederland gezien werd » (« J’appris = j’ai appris qu’il a été récemment vu aux Pays-Bas »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale « geZIEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le(s) complément(s) (ici « thans » et « in Nederland »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici « WERD ») est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ». Il fait aussi l’objet des « temps primitifs ».

Nom : VERNAM OVT VERNEMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik vernam dat hij thans in Nederland (werd) gezien werd » (« J’appris = j’ai appris qu’il a été récemment vu aux Pays-Bas »).
On y trouve la forme verbale « vernam », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « vernemen», lui-même construit sur l’infinitif « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : LAAT REJET KOMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Laat nummer 17 binnen komen » (« Laisse venir numéro 17 à l’intérieur / Fais entrer numéro 17 »).
On y trouve notamment la forme verbale « LAAT » qui, à l’IMPERATIF joue le rôle d’un auxiliaire « de mode » et exige le REJET du verbe « KOMEN », derrière les compléments (« nummer 17 » et « binnen »), à la fin de cette phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres, à l’impératif :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL ZULLEN REJET VINDEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Net als Willem (…), zal Hendriks geest slechts rust vinden (…) » (« Tout comme Willem (…), l’esprit de Hendrik ne va trouver / ne trouvera le repos (…) »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ». Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« vinden »), derrière le complément (« rust »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Net als Willem »), il y a une INVERSION, le sujet (« Hendriks geest ») passant derrière le verbe « zal ». On aurait en effet pu avoir : « Hendriks geest zal, net als Willem (…), slechts rust vinden (…) ».

Nom : ZULLEN REJET MISLUKKEN ROBERT EREJEN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Al(le) zijn pogingen zullen (altijd) mislukken » (« Toutes ses tentatives vont échouer / échoueront »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ». Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« mislukken »), derrière le complément éventuel (« altijd »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZULLEN REJET VLIEGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De mensen zullen nooit (in de hemel) vliegen » (« Les êtres humains ne vont jamais voler / ne voleront jamais »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ». Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« vliegen »), derrière le complément éventuel (« in de hemel »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERVLOEKT VTT VERVLOEKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij is zoals de Vliegende Hollander vervloekt » (« Il est, comme le Hollandais volant, maudit »).
On y trouve la forme verbale « vervloekt », participe passé provenant de l’infinitif « verVLOEKEN », lui-même construit sur « VLOEKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Rappelons que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.

Nom : ZAL ZULLEN REJET VOORSPELLEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/06/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal je voorspellen wat hem te wachten staat » (« Je vais te prédire / je te prédirai ce qui l’attend »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ». Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« voorspellen »), derrière le complément (« je »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez l’expression « te wachten staan ».

Nom : GEHAD VTT HEBBEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb een visioen gehad » (« J’ai eu une vision »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEHAD », participe passé provenant de l’infinitif « HEBBEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Il faut aussi noter que ce participe passé se construit sur le SINGULIER du prétérit.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEHAD » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« een visioen »), à la fin de la phrase. Voyez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL ZULLEN REJET VEROORZAKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het zal rampen veroorzaken» (« Cela va provoquer / provoquera des catastrophes »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ». Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« veroorzaken »), derrière le complément (« rampen »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GESCHAPEN VTT SCHEPPEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/05/2019

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De mens is niet (daarvoor) geschapen = geschept OM (in de hemel) TE vliegen » (« L’être humain n’est pas créé pour voler dans le ciel »).
On y trouve notamment la forme verbale « GESCHAPEN », ancienne forme du participe passé de l’infinitif « SCHEPPEN », qui ne fait plus l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il y a REJET du participe passé, derrière le complément éventuel (« daarvoor »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Le complément éventuel (« in de hemel ») s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « VLIEGEN ».

Nom : DROOMDE OVT DROMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij droomde ervan dat de mens eens zou kunnen vliegen » (« Il (en) rêvait que l’être humain serait => soit capable de voler un jour »).
On y trouve, dans la phrase principale, la forme verbale « droomde », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « DROMEN ». Ce verbe « DROMEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik droom ») se terminant par la consonne « M », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « DROOM » + « DE » = « DROOMDE ».
Dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale (« zou ») est, comme d’habitude, séparée de son sujet (elle ne se trouve plus à côté de lui). On aurait pu avoir la variante : « De mens zou eens kunnen vliegen ».
Rapelons que, au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre (des autres) forme(s) verbales (ici « kunnen » et « vliegen ») à la fin de la phrase, derrière le complément (ici « eens »), et donc à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBRACHT VTT BRENGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zijn droom (…) heeft hem ongewild in moeilijkheden gebracht » (« Son rêve l’a amené => mis involontairement dans des difficultés »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEBRACHT », participe passé provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Le participe passé « GEBRACHT » est construit sur le SINGULIER du prétérit, « BRACHT ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a REJET du participe passé, derrière les compléments (« hem », « ongewild », et « in moeilijkheden »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BEZORGD VTT BEZORGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij zijn enkel (om hem = om Hendrik) bezorgd om Hendrik » (« Nous sommes seulement préoccupés pour Hendrik »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc ici notamment la forme verbale « BEzorgd », participe passé provenant de l’infinitif « BEzorgen ». Le participe passé est, lui, construit sur la première personne de l’indicatif présent (« ik BEzorg mij »), NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts », est donc considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé, NE fait PAS partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« BEZORG » + « D » = « BEZORGD ».
Il y a, normalement REJET du participe passé, derrière le complément (« om Hendrik »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KOMT TERUG OTT TERUGKOMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij (Aletta) komt (bij ons) terug » (« Elle revient »).
On y trouve la forme verbale « komt … TERUG », provenant de l’infinitif « TERUGkomen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KOMEN ».
Quand « TERUGkomen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le complément éventuel (« bij ons »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZIET ERUIT OTT ERUIT ZIEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/05/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Indien die man sterft, ziet het er voor Hendrik beroerd uit » (« Si cet homme meurt, cela a l’air mal engagé / mal barré pour Hendrik »).
A première vue, on pourrait croire que l’on a affaire, dans la phrase principale, au verbe « uitzien », avec « uit », réagissant comme une « particule séparable », qui ferait l’objet d’un REJET derrière les compléments (« voor Hendrik » et « beroerd »), à la fin de la phrase.
On a en fait ici l’expression « eruit zien ». On aurait en effet pu avoir les variantes suivantes de la phrase :
« Het ziet voor Hendrik beroerd eruit indien die man sterft »
OU « Het ziet eruit beroerd voor Hendrik indien die man sterft »
OU « Het ziet er beroerd uit voor Hendrik indien die man sterft ».

Nom : GERAAKTE OVT GERAKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij geraakte vermoedelijk in paniek » (« Il fut probablement pris de panique »).
On y trouve la forme verbale « geraakte », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « GERAKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik geraak ») se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du prétérit le « TE » minoritaire :
« GERAAK » + « TE » = « GERAAKTE ».

Nom : WAREN OVT ZIJN VERSLINGERD VTT VERSLINGEREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze (Hendrik en Aletta) waren erg op elkaar verslingerd » (« Ils étaient très liés l’un à l’autre »).
On y trouve notamment la forme verbale « WAREN » (pluriel irrégulier de « WAS »), O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve également la forme verbale « verslingerd », participe passé du verbe « VERSLINGEREN », provenant de l’infinitif « SLINGEREN ». Ce verbe « SLINGEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au participe passé et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés. Rappelons que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
Quand « VERSLINGEREN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « verslingerd » derrière les compléments (« erg » et « op elkaar ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL REJET VERTONEN BEWEZEN VTT BEWIJZEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/05/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij zal zich niet (weer) vertonen (vooral)eer zijn onschuld (door de justitie) bewezen is » (« Il ne se remontrera pas avant que son innocence soit prouvée »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ». Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« vertonen »), derrière le complément éventuel (« weer »), à la fin de la phrase (principale) et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussi, dans la phrase subordonnée (introduite par « EER »), la forme verbale « BEWEZEN », participe passé utilisé avec un passé composé, provenant de l’infinitif « BEWIJZEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il est à noter que ce participe passé « BEWEZEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit (et, dans ce cas-ci, est identique). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé (la plus nombreuse étant celle des « IJ ») :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons aussi que, aux temps composés, le participe passé fait également l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« door de justitie »), à la fin de la phrase.

Nom : KREEG OVT KRIJGEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kreeg een brief uit België » (« Je reçus = j’ai reçu une lettre de Belgique »).
On y trouve la forme verbale « KREEG », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « KRIJGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne une voyelle « E » (double, au singulier). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : VERZOCHT VTT VERZOEKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De Schotse politie heeft om zijn opsporing verzocht » (« La police écossaise a demandé / diligenté une enquête à son sujet »).
On y trouve la forme verbale « verzocht », participe passé construit sur le prétérit « zocht » provenant du verbe « VERZOEKEN », lui-même construit sur l’infinitif « ZOEKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « verzocht » fait l’objet d’un REJET derrière le complément (« om zijn opsporing »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEVLUCHT VTT VLUCHTEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De dader is vermoedelijk naar België gevlucht » (« Le malfaiteur / l’agresseur / le prévenu a probablement fui en Belgique »).
On y trouve notamment le verbe « VLUCHTEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik vlucht ») se terminant déjà par la consonne « T », on trouvera d’autant plus le « T » minoritaire comme terminaison du participe passé :
« GE » + « VLUCHT » (+ « T ») = « GEVLUCHT ».
Le participe passé « gevlucht » fait l’objet d’un REJET derrière les compléments (« vermoedelijk » et « naar België »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERDACHT VTT VERDENKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De Nederlander (…) verdacht van de overval (…) » (« Le Néerlandais (…) suspecté / soupçonné de l’agression (…) »).
On y trouve la forme verbale « verdacht », participe passé (construit sur le prétérit « dacht » et utilisé ici comme attribut provenant du verbe «VERDENKEN», lui-même construit sur l’infinitif « DENKEN », qui fait également l’objet des « temps primitifs ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : WIST OVT WETEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De dader wist te ontsnappen. » (« Le malfaiteur / l’agresseur / le prévenu sut / a pu s’échapper »).
On y trouve notamment la forme verbale « WIST » (O.V.T. ou « prétérit »), provenant de l’infinitif « WETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez la construction « WETEN + TE ».

Nom : VERBLEEF OVT VERBLIJVEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/05/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De assistent (…) die tijdens de overval in het buitenland verbleef »
(« L’assistant qui, pendant l’agression, séjournait à l’étranger »).
On y trouve notamment la forme verbale « VERBLEEF » (O.V.T. ou « prétérit »), provenant de l’infinitif « VERBLIJVEN », venant lui-même de « BLIJVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans la mesure où nous avons affaire ici à une phrase subordonnée (introduite par « DIE »), il y a ici REJET du verbe (« verbleef »), derrière les compléments («tijdens de overval» et « in het buitenland»), à la fin de la phrase et il n’est donc pas à côté de son sujet sous-entendu (« de assistent »). On aurait pu avoir la phrase :
« De assistent verbleef tijdens de overval in het buitenland ».

Nom : BESCHULDIGD VTT BESCHULDIGEN GESTOLEN VTT STELEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/05/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Hendrik) wordt ervan beschuldigd Kaufmanns plannen gestolen te hebben » (« Il est accusé d’avoir volé les plans de Kaufmann »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc ici notamment la forme verbale « BEchuldigd », participe passé provenant de l’infinitif « BEschuldigen ». Le participe passé est, lui, construit sur la première personne de l’indicatif présent (« ik BEschuldig »), NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts », est donc considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé, NE fait PAS partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« BESCHULDIG » + « D » = « BESCHULDIGD ».
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
On y trouve aussi la forme verbale « GESTOLEN », participe passé provenant de l’infinitif « STELEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : OVERVALLEN VTT OVERVALLEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij werd in zijn bureau overvallen » (« Il a été agressé dans son bureau »).
On y trouve la forme verbale « overvallen », participe passé provenant de l’infinitif « overvallen», lui-même construit sur l’infinitif « VALLEN », qui fait normalement l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « overvallen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, s’il s’était agi d’un verbe à particule séparable », cela aurait pu entraîner une séparation de la particule « OVER » de son infinitif proprement dit et la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) se serait intercalée entre eux.
Le participe passé « overvallen » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« in zijn bureau »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussi la forme verbale « WERD », O.V.T. ou prétérit de « WORDEN », qui fait également l’objet aux temps du passé des « temps primitifs ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : GENOEMD VTT NOEMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij heeft mijn zoon een dief genoemd » (« Il a appelé mon fils un voleur = il a traité mon fils de voleur »).
Ce verbe « NOEMEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé, NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik noem ») se terminant par la consonne « M », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison du participe passé :
« GE » + « NOEM » + « D » = « GENOEMD ».

Nom : WERKT MEE OTT MEEWERKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij werkt in Schotland (aan een stoomvliegtuig) mee » (« Il collabore en Ecosse à un aéroplane / avion à vapeur »).
On trouve la forme verbale « werkt … MEE », provenant de l’infinitif « MEEWERKEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « WERKEN ».
Lorsque « MEEWERKEN » est conjugué, la particule « MEE » (venant de la préposition « MET ») fait l’objet d’un REJET derrière le complément (« in Schotland ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET (notamment du verbe ou de certaines de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KOMT AAN OTT AANKOMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Daar komt hij (Pieter) aan » (« Là arrive Pieter = voilà qu’arrive … »).
On y trouve la forme verbale « komt … aan », qui provient de l’infinitif « AANKOMEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « KOMEN ».
Lorsque « AANKOMEN » est conjugué, cela entraîne le REJET de la « particule séparable » « AAN », derrière le complément (« daar » *), à la fin de la phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres à :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Daar »), il y a une INVERSION, le sujet « hij » passant derrière le verbe « komt ». On aurait en effet pu avoir * : « « Hij komt daar aan ».

Nom : VERBOOD OVT VERBIEDEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik verbood je hier te komen » (« Je t’interdis / t’ai interdit de venir ici »).
On y trouve la forme verbale « VERBOOD », prétérit (O.V.T.) provenant de l’infinitif « VERBIEDEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « BIEDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IE », donne une voyelle « O », doublée au singulier.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : KOMT HIERHEEN OVT KOMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Er komt een charmante bezoekSTER hierheen » (« Il y a une charmante visiteuse qui vient par ici => il vient par ici une charmante visiteuse »).
Contrairement aux apparences, nous n’avons pas ici affaire à un verbe dit « à particule séparable », même si « hierheen » réagit comme une « particule séparable » (« mee », « toe », « uit », …), faisant l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« naar het huis »), à la fin de la phrase : « Een charmante bezoekSTER komt naar het huis hierheen ». Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons qu’un nom (notamment de métier) peut être construit sur base du radical du verbe (« bezoek » < « BEZOEKEN ») en y ajoutant une terminaison « ER » pour le masculin (=> « bezoekER ») et « STER » pour le féminin, toutes les femmes étant des étoiles (« STAR » en anglais).

Nom : WIL OTT WILLEN REJET BEWEREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wil je toch niet beweren ? … » (« Tu ne veux tout de même pas prétendre ? … »).
L’auxiliaire de mode de la VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici, « beweren ») derrière le complément (« toch »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAGEN OVT ZIEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/05/2019

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (…) de man die wij in de duinen zagen » (« l’homme que nous vîmes / avons vu dans les dunes »).
On y trouve notamment la forme verbale « ZAGEN », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans la mesure où nous avons affaire à une phrase subordonnée (introduite par « DIE »), il y a ici REJET du verbe (« zagen »), derrière le complément (« in de duinen »), à la fin de la phrase et il n’est donc pas à côté de son sujet (« wij »). On aurait pu avoir : « Wij zagen de man in de duinen ».
ATTENTION : Beaucoup d’apprenants croient que la forme verbale « ZAGEN », provient de l’infinitif « ZEGGEN », également irrégulier à l’O.V.T.

Nom : WOU WILDE OVT WILLEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wou = wilde je (zoiets) beweren ? … » (« Voulais-tu prétendre ? … »).
L’auxiliaire de mode de la VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN » (donnant actuellement WILDE – tendant à remplacer la forme plus ancienne WOU – au singulier du prétérit ou O.V.T.). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (ici, « beweren ») derrière le complément éventuel (« zoiets »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL OTT ZULLEN REJET VINDEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/05/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dan eerst zal hij rust vinden » (« Seulement alors, il trouvera / va trouver le repos »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« vinden »), derrière le complément (« rust »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un (double) complément (« dan » et « eerst»), il y a une INVERSION, le sujet « hij » passant derrière la forme verbale « zal ».
On aurait en effet pu avoir : « Hij zal eerst dan rust vinden ».

Nom : MOET REJET ONTMOETEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Maar hiervoor moet hij een vrouw ontmoeten » (« Mais pour cela, il doit rencontrer une femme »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« gaan »), derrière le complément (« een vrouw »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« hiervoor »), il y a une INVERSION, le sujet « hij » passant derrière la forme verbale « moet ». On aurait en effet pu avoir : « Maar hij moet hiervoor een vrouw ontmoeten ».

Nom : MAG OTT MOGEN REJET GAAN OMTE ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dan mag de kapitein aan wal gaan om een nieuw leven te beginnen » (« Alors le capitaine peut débarquer pour commencer une nouvelle vie »).
L’auxiliaire de mode de la POSSIBILITE » est l’infinitif « MOGEN », donnant un singulier « MAG ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« gaan »), derrière le complément (« aan wal »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Dan »), il y a une INVERSION, le sujet « de kapitein » passant derrière le verbe « mag ». On aurait en effet pu avoir : « De kapitein mag dan aan wal gaan ».
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Le complément « een nieuw leven » s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « BEGINNEN ».

Nom : VERBROKEN VTT VERBREKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Eens in de zeven jaren, wordt de vloek verbroken»(« Une fois en sept ans => Tous les sept ans, la malédiction est suspendue»).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc ici notamment la forme verbale « VERBROKEN », participe passé provenant de l’infinitif « VERBREKEN », lui-même construit sur « BREKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Si la phrase n’avait commencé par un complément (ce qui, ici, a engendré une INVERSION, le sujet « de vloek » passant derrière le verbe « wordt »), on aurait mieux vu qu’il y aurait REJET du participe passé, derrière les complément (« Eens » et « in de zeven jaren »), à la fin de la phrase : « De vloek wordt eens in de zeven jaren verbroken ». Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ». Il fait aussi l’objet des « temps primitifs ».

Nom : MOEST OVT MOETEN REJET RONDVAREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij moest tot in de eeuwigheid rusteloos rondvaren » (« Il devait naviguer en rond => sillonner les mers jusqu’à l’éternité / la fin des temps, sans repos »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN » (donnant MOEST au prétérit ou O.V.T.). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière les compléments (« tot in de eeuwigheid » et « rustloos »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : STOND OVT STAAN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Bij de grote mast stond de kapitein » (« Près du grand mât, le capitaine était debout »).
On y trouve la forme verbale « STOND », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « STAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase commençant par un complément, il y a une INVERSION, le sujet « de kapitein » passant derrière le verbe « stond ». On aurait en effet pu avoir : « De kapitein stond bij de grote mast ».

Nom : TEGENKWAMEN OVT TEGENKOMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/04/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (…) ongeluk voor hen die het (= het schip) op hun weg tegenkwamen » (« … du malheur pour tous ceux qui le rencontraient sur leur route »).
On y trouve la forme verbale « kwamen … tegen », provenant du verbe « TEGENkomen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KOMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « TEGENkomen » est conjugué, cela entraîne normalement en néerlandais une séparation de la particule « TEGEN » de son infinitif proprement dit et son REJET, derrière le complément (« op hun weg »), à la fin de la phrase, comme dans cette variante : « (…) Ze kwamen het schip op hun weg tegen ». Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs:
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
C’est dans la mesure où nous avons affaire à une phrase subordonnée (introduite par « DIE ») qu’il n’y a PAS ici, exceptionnellement, REJET de la particule isolée de « tegenkwamen », derrière le complément (« op hun weg »), à la fin de la phrase.

Nom : BRACHT OVT BRENGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het spookschip bracht ongeluk » (« Le vaisseau fantôme apporta du malheur »).
On y trouve notamment la forme verbale « BRACHT », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Signalons que le préfixe « ON » (comme « UN » en anglais) contribue à construire le contraire de certains noms ou adjectifs.

Nom : VLOOG IN OVT INVLIEGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zonder bemanning vloog het (= het schip) met bolle zeilen in » (« Sans équipage, il volait => naviguait toutes voiles gonflées => dehors »).
On y trouve la forme verbale « VLOOG … IN », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « INVLIEGEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « VLIEGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IE », donne une voyelle « O » aux temps du passé.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « INVLIEGEN » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET, derrière le complément (« met bolle zeilen »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément, il y a une INVERSION, le sujet « het » passant derrière le verbe « vloog ». On aurait en effet pu avoir : « Het vloog zonder bemanning met bolle zeilen in ».

Nom : NOEMDEN OVT NOEMEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De Engelse zeelieden noemden het (= het schip) de Flying Dutchman » (« Les marins anglais l’appelèrent le Hollandais volant »). (N.B. : lisez Le Vaisseau fantôme / F. MARRYAT, célèbre roman de 1839 ; IEA62)
Ce verbe « NOEMEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik noem ») se terminant par la consonne « M », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« NOEM » + « DE » + « N » (pluriel) = « NOEMDEN ».
Notez le pluriel irrégulier de « zeeman » => « zeelieden ».

Nom : ZAGEN OVT ZIEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Later zagen Engelse zeelieden het schip De Amsterdam » (« Plus tard des marins anglais virent le bateau De Amsterdam »).
On y trouve notamment la forme verbale « ZAGEN », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase commençant par un complément, il y a une INVERSION, le sujet « Engelse zeelieden » passant derrière le verbe « zagen ». On aurait en effet pu avoir : « Engelse zeelieden zagen het schip later ».
ATTENTION : Beaucoup d’apprenants croient que la forme verbale « ZAG », provient de l’infinitif « ZEGGEN », également irrégulier à l’O.V.T. …

Nom : KLONK OVT KLINKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Toen klonk een stem » (« Alors retentit une voix »).
On y trouve la forme verbale « KLONK », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « KLINKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase commençant par un complément (« Toen »), il y a une INVERSION, le sujet « een stem » passant derrière le verbe « klonk». On aurait en effet pu avoir : « Een stem klonk toen ».

Nom : VERDRONK OVT VERDRINKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij verdronk jammerlijk » (« ll se noya malheureusement »).
On y trouve la forme verbale « VERDRONK », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « VERDRINKEN », venant de « DRINKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : SLINGERDE OVT SLINGEREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De kapitein slingerde hem overboord » (« Le capitaine le balança par-dessus bord »).
Ce verbe « SLINGEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik slinger ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« SLINGER » + « DE » = « SLINGERDE ».

Nom : ONTSTAK OVT ONTSTEKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De kapitein ontstak in woede » (« Le capitaine éclata en fureur »).
On y trouve la forme verbale « ONTSTAK », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « ONTSTEKEN », venant de « STEKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : WILDE OVT WILLEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De stuurman wilde (naar de haven) terugkeren » (« Le pilote voulait retourner »).
L’auxiliaire de mode de la VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN » (donnant WILDE, au singulier du prétérit ou O.V.T.). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière le complément éventuel (« naar de haven »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KREEG OVT KRIJGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Nauwelijks van wal kreeg de stuurman berouw » (« A peine embarqué, le pilote reçut / eut du remords »).
On y trouve la forme verbale « KREEG », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « KRIJGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne une voyelle « E » (double, au singulier). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase commençant par un complément, il y a une INVERSION, le sujet « de stuurman » passant derrière le verbe « kreeg ». On aurait en effet pu avoir : « De stuurman kreeg berouw nauwelijks van wal ».

Nom : SMEEKTE OVT SMEKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zijn vrouw smeekte hem » (« Sa femme le supplia »).
On y trouve notamment le verbe « SMEKEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik smeek ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit :
« SMEEK » + « TE » = « SMEEKTE ».

Nom : WAS OVT ZIJN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het was echter Paasmorgen » (« C’était en fait le matin de Pâques »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez qu’il ne pourrait, en aucun cas, s’agir d’une forme verbale à l’O.T.T. (ou « présent ») provenant de l’infinitif « WASSEN », « DAT » (sujet) exigeant une terminaison « T » d’une troisième personne du singulier.

Nom : OPKLAARDE OVT OPKLAREN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Toen het weer OPklaarde … » (« Quand le temps s’éclaircit … »).
On y trouve la forme verbale « OPklaarde », O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « OPklaren », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KLAREN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (éventuelle première personne du présent : « ik klaar ») se terminant par la consonne « R », on trouvera à la fin du participe passé le « DE » majoritaire : « KLAAR » + « DE » = « KLAARDE ».
Le temps du passé fait que la phrase subordonnée est introduite par « TOEN » au lieu de « wanneer » au présent. Quand « OPklaren » est conjugué, cela entraîne normalement en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, mais pas dans les phrases subordonnées. On aurait en effet dû avoir : « Het weer klaarde OP ».

Nom : BELETTEN OVT BELETTEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Voorjaarsstormen beletten hem te vertrekken » (« Des tempêtes de printemps l’empêchaient / l’empêchent de partir »).
On y trouve notamment le verbe « BELETTEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik belet ») se terminant par la consonne « T », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit : « BELET » + « TE » + « N » (pluriel) = « BELETTEN ».
La forme verbale au pluriel du prétérit (ou O.V.T.) est, par hasard, identique à celle de la forme verbale au présent, le contexte seul permettant de se rendre compte que l’on se trouve au passé.

Nom : LAG OVT LIGGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « In 1644 lag … het schip … in de haven » (« En 1644, le navire se trouvait dans le port … »).
On y trouve la forme verbale « LAG », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « LIGGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase commençant par un complément, il y a une INVERSION, le sujet « het schip » passant derrière le verbe « lag ». On aurait en effet pu avoir : « Het schip lag in 1644 in de haven … ».

Nom : GEZIEN VTT ZIEN 2 ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hebben jullie hem al gezien ? » (« L’avez-vous déjà vu ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « geZIEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le(s) complément(s) (ici « hem » et « al »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEMERKT VTT MERKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat hebben we al gemerkt » (« Cela, nous l’avons déjà remarqué »).
On y trouve la forme verbale « gemerkt », participe passé provenant de l’infinitif « MERKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik merk ») se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire : préfixe « GE » + « MERK » + « T » = « GEMERKT ».
Quand « MERKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « gemerkt » derrière le complément (« al ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément, il y a une INVERSION, le sujet « we » passant derrière le verbe « hebben ». On aurait en effet pu avoir : « We hebben dat al gemerkt ».

Nom : GEVLECHT VTT VLECHTEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « In de duinen moeten zandweerders (worden) gevlecht worden » (« Dans les dunes, des palissades pour retenir le sable doivent être tressées »).
On y trouve la forme verbale « gevlecht », participe passé provenant de l’infinitif « VLECHTEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik vlecht ») se terminant déjà par la consonne « T », on trouvera bien sûr à la fin du participe passé le « T » minoritaire : préfixe « GE » + « VLECHT » (+ « T ») = « GEVLECHT ».
Quand « VLECHTEN » est conjugué à l’équivalent du passé composé, il y a normalement REJET de son participe passé « gevlecht » derrière le complément (« in de duinen ») à la fin de la phrase : « Zandweerders moeten in de duinen gevlecht worden ». Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : ZOUDEN REJET BLIJVEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We zouden graag wat in de streek blijven » (« Nous aimerions bien rester un peu dans la région »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (« blijven ») à la fin de la phrase, derrière le(s) complément(s) (ici « graag », « wat » et « in de streek »), et donc à l’INFINITIF.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WILLEN REJET JAGEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik wil jullie met zo’n weer niet buiten jagen » (« Je ne veux pas vous chasser dehors / mettre à la porte avec un tel temps »).
L’auxiliaire de mode de la « VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN », et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« maken »), derrière le(s) complément(s) (ici « jullie », « met zo’n weer » et « buiten »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que « zo’n » est la contraction de « zo een ».

Nom : DOORWEEKT VTT DOORWEKEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We zijn (door deze regen) doorweekt » (« Nous sommes trempés »).
On y trouve la forme verbale « DOORweekt », provenant de l’infinitif « DOORweken », qui N’est PAS un verbe dit « à particule séparable » même si « DOOR » est souvent une « particule séparable ». Ce participe passé, comme ceux de la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « doorweek ») se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire :
(PAS de préfixe « GE » +) « DOORWEEK » + « T » = « DOORWEEKT ».
Quand « DOORweken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de « doorweekt » derrière le complément éventuel (« door deze regen ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEZIEN VTT ZIEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb achter de duinen een herberg gezien » (« J’ai vu derrière les dunes une auberge »).
On y trouve notamment la forme verbale « geZIEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le(s) complément(s) (ici « achter de duinen » et « een herberg »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : UITGEWIST VTT UITWISSEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/04/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De wind heeft zijn spoor uitgewist » (« Le vent a effacé sa trace »).
On y trouve la forme verbale « UITgewist », participe passé provenant de l’infinitif « UITwissen », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « WISSEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « S » (« ik wis »), on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « UITwissen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEwist ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgewist » derrière le complément (« zijn spoor ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERDWENEN VTT VERDWIJNEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/03/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Eer de vagebonden de man kunnen bereiken, is hij verdwenen » (« Avant que les vagabonds puissent rejoindre l’homme, il a disparu »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc ici notamment la forme verbale « VERDWENEN », participe passé provenant de l’infinitif « VERDWIJNEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.).
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans Ia mesure où la phrase subordonnée joue le rôle d’un complément commençant la phrase principale, celui-ci y engendre une INVERSION, le sujet « hij » passant derrière le verbe « is ». On aurait en effet pu avoir : « Hij (= de man) is verdwenen ».

Nom : ZULLEN REJET WETEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We zullen het vlug weten » (« Nous allons le savoir = nous le saurons vite »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« weten »), derrière les compléments (« het » et « vlug »), à la fin de la phrase et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KAN KUNNEN REJET BETEKENEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Wat kan dat betekenen ? » (« Qu’est-ce que cela peut signifier / Qu’est-ce que cela veut dire ? »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« betekenen »), derrière le complément (« dat »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » (avec « MAG » au singulier) :
« Wat mag dat betekenen ? »

Nom : GEVONDEN VTT VINDEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/03/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Als de avond valt hebben de vagebonden een kampeerplaats gevonden » (« Quand le soir tombe, les vagabonds ont trouvé un endroit pour camper »).
Y figure notamment la forme verbale « GEVONDEN », participe passé provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé.
Ce participe passé « GEVONDEN » est construit sur le PLURIEL du prétérit ou O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEVONDEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« een kampeerplaats »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase subordonnée (« Als de avond valt ») jouant le rôle d’un complément commençant la phrase principale, cela y entraîne une INVERSION du sujet « de vagebonden » qui passe derrière son verbe « hebben ».

Nom : HAD OVT HEBBEN GEKUST VTT KUSSEN GERUST VTT RUSTEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/03/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante, par sa construction particulière : « Had je dat meisje niet gekust, had je nu niet in de duinen gerust » (« Si tu n’avais pas embrassé cette fille, tu n’aurais pas à te reposer maintenant dans les dunes »).
On y trouve notamment la forme verbale « HAD » (ici auxiliaire du plus-que-parfait), O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « HEBBEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve la forme verbale « gekust », participe passé provenant de l’infinitif « KUSSEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T., « ik kus ») se terminant par la consonne « S », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
On y trouve aussi la forme verbale « gerust », participe passé provenant de l’infinitif « RUSTEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant déjà par la consonne « T », a fortiori on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.

Nom : WAS OVT ZIJN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat was een abuis» (« C’était un abus »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez qu’il ne pourrait, en aucun cas, s’agir d’une forme verbale à l’O.T.T. (ou « présent ») provenant de l’infinitif « WASSEN », « DAT » (sujet) exigeant une terminaison « T » d’une troisième personne du singulier.

Nom : FLIRTTE OVT FLIRTEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je flirtte » (« Tu flirtais »).
On y trouve le verbe « FLIRTEN » (emprunté à l’anglais), qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik flirt ») se terminant par la consonne « T », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit :
« FLIRT » + « TE » = « FLIRTTE ».

Nom : LATEN WE REJET RUSTEN ROBERT EN BERTRAND 40 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Laten we (« in een herberg aan de haven ») wat rusten » (« Reposons-nous un peu ! »).
N’oublions pas que la tournure « LATEN we » (littéralement « Laissons-nous ») de la première personne du pluriel de l’IMPERATIF présent exige un REJET de l’infinitif (« rusten»), derrière le complément (« wat »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BEPAALD VTT BEPALEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De speurder lijkt me niet bepaald een fotoliefhebber » (« L’inspecteur ne me semble pas précisément être un amateur de photo »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc ici notamment la forme verbale « BEpaald », (ancien) participe passé provenant de l’infinitif « BEpalen ». Le participe passé est, lui, construit sur la première personne de l’indicatif présent (« ik BEpaal »), NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts », est donc considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé, NE fait PAS partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical se terminant par la consonne « L », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« BEPAAL » + « D » = « BEPAALD ».
Notez que « liefhebber » est construit sur l’expression « lief hebben » et que, en langue néerlandaise, on peut construire un nom masculin en remplaçant la terminaison « N » de l’infinitif par un « R ».

Nom : OPGEPAST VTT OPPASSEN 2 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Opgepast ! » (« Attention ! »).
On y trouve aussi la forme verbale « OPgepast », participe passé provenant de l’infinitif « OPpassen », lui-même construit sur l’infinitif « PASSEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « S », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « OPpassen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEpast ».

Nom : MAG MOGEN REJET MAKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Mag ik een foto van jullie maken ? » (« Puis-je faire une photo de vous ? »).
L’auxiliaire de mode de la POSSIBILITE » est l’infinitif « MOGEN », donnant un singulier « MAG ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« maken »), derrière les compléments (« een foto » et « van jullie »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WAREN OVT ZIJN 2 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante :
« Jullie waren geweldig ! » (« Vous étiez formidables ! »)
On y trouve notamment la forme verbale « WAREN » (pluriel irrégulier de « WAS »), O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : DRINGEN BINNEN OTT BINNENDRINGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Na een hevige beschieting dringen de gendarmen (het huis) binnen » (« Après un feu nourri, les gendarmes pénètrent à l’intérieur »).
On y trouve la forme verbale « dringen … BINNEN », provenant du verbe « BINNENdringen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « DRINGEN ». Il y a REJET de la particule séparable « BINNEN », composante du verbe, derrière le complément éventuel (« het huis »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composantes, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que, dans la préposition « BINNEN », ancienne préposition, il y a la préposition « IN ». On aurait donc pu dire :
« De gendarmen dringen in het huis ».
La phrase commençant par un (autre) complément (« Na een hevige beschieting »), cela entraîne une INVERSION du sujet « de gendarmen » qui passe derrière son verbe « dringen ».
On aurait en effet pu avoir la variante suivante de la phrase :
« De gendarmen dringen na een hevige beschieting binnen ».

Nom : GEEF OVER OTT OVERGEVEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Geef je (nu) over ! » (« Rends-toi ! »).
On y trouve la forme verbale « geef … OVER », provenant du verbe « OVERgeven », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « GEVEN ».
Il y a REJET de la particule séparable « OVER », composante du verbe, derrière le complément éventuel (« nu »,), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composantes, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MAAKT GEBRUIK OTT GEBRUIK MAKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hiervan maakt hij (nu) gebruik OM met hem TE ontsnappen » (« Il en fait ici usage / Il le met à profit pour s’échapper avec lui »).
On y trouve la forme verbale « maakt … GEBRUIK », provenant de l’expression « GEBRUIK maken », qui réagit comme un verbe dit « à particule séparable » lui-même construit sur l’infinitif « MAKEN ».
Quand « GEBRUIK maken » est conjugué, cela entraîne en néerlandais, comme dans le cas d’une « à particule séparable », la séparation de « GEBRUIK » du verbe et il y a son REJET derrière le complément (soit «NU », soit « HIERVAN »), à la fin de la phrase, ce que l’on voit mieux dans cette variante :
« Hij maakt hiervan / nu gebruik ».
Pour le phénomène du REJET, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« HIERVAN »), cela a entraîné une INVERSION du sujet « hij » passant derrière son verbe « maakt ».
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Le complément « met hem » s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « ONTSNAPPEN ».

Nom : LEIDEN AF OTT AFLEIDEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De gendarmen leiden zo de aandacht van Muilders af » (« Les gendarmes détournent ainsi l’attention de Muilders »).
On y trouve la forme verbale « leiden … AF », provenant de l’infinitif « AFleiden », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « LEIDEN ».
Quand « AFleiden » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AF » de son infinitif proprement dit et il y a son REJET derrière les compléments (« zo » et « de aandacht van Muilders »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VALLEN AAN OTT AANVALLEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De gendarmen vallen de voorkant van het huis aan » (« Les gendarmes attaquent le côté avant de la maison »).
On y trouve la forme verbale « vallen … AAN », provenant de l’infinitif « AANvallen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « VALLEN ».
Quand « AANvallen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit et il y a son REJET derrière le complément («de voorkant van het huis »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KOM DOOR OTT DOORKOMEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Daar kom ik niet door » (« Je ne viens pas / ne passe pas à travers cela »).
On y trouve la forme verbale « kom … DOOR », provenant de l’infinitif « DOORkomen », verbe dit « à particule séparable » lui-même construit sur l’infinitif « KOMEN ».
Quand « DOORkomen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « DOOR » de son infinitif proprement dit et il y a son REJET derrière le complément (« DAAR »), à la fin de la phrase, ce que l’on voit mieux dans cette variante : « Ik kom daar niet door »
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« DAAR »), cela a entraîné une INVERSION du sujet « ik » passant derrière son verbe « kom ».

Nom : ZAL ZULLEN REJET BELETTEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het spervuur zal hem (Muilders) beletten bij het kind (Joeki) te komen » (« Le tir de barrage va l’empêcher d’aller près de l’enfant »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« beletten »), derrière le complément (« hem »), à la fin de la phrase et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ONAFGEBROKEN VTT AFBREKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Laat je manschappen ONafgebroken door de deur vuren » (« Laissez / Faites tirer vos hommes sans interruption à travers la porte »).
On y trouve la forme verbale « ONAFgebroken », contraire du participe passé « AFgebroken » provenant de l’infinitif « AFbreken », lui-même construit sur l’infinitif « BREKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « AFbreken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AF » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « afGEbroken ».
Dans Ia variante suivante, on assisterait au REJET du participe passé « AFgebroken», derrière le complément (« door de deur »), à la fin de la phrase : « Het vuur van de gendarmen door de deur was niet afgebroken ».
Il y a aussi REJET de la forme verbale « vuren », derrière le complément (« door de deur »), à la fin de la phrase
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOET MOETEN REJET VERTREKKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij moet door de gang (vertrekken) » (« Il doit partir par le couloir »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (par exemple « vertrekken », ici sous-entendue), derrière le complément (« door de gang»), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KUNNEN REJET DOEN 2 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We kunnen niets doen » (« Nous ne pouvons rien faire »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« doen »), derrière le complément (« niets »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » :
« We mogen niets doen ».

© 2019, Bernard GOORDEN, voor de grammatica. Autres exemples à https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=vandersteen

Nom : GAAN REJET GEVEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We gaan hem zijn zin geven » (« Nous allons lui donner satisfaction / faire selon sa volonté / aller dans son sens »).
On y trouve un REJET du verbe « geven » derrière les compléments (« hem » et « zijn zin ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GAAN REJET DOEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wat gaan jullie (nu) doen ? » (« Qu’allez-vous faire ? »).
On y trouve un REJET du verbe « doen » derrière le complément éventuel (« nu ») à la fin de la phrase (ici, par hasard, comme en français). Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : HOORDE OVT HOREN 5 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik hoorde schieten »(« J’entendis = j’ai entendu tirer »).
Ce verbe « HOREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik hoor ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « HOOR » + « DE » = « HOORDE ».

Nom : GAAT ERAAN GAAN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/03/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zo jullie mij hinderen gaat de knaap (dadelijk) eraan ! » (« Si vous me faites obstacle, le gamin y passe ! »).
On y trouve notamment une forme verbale « gaat … ERAAN » qui pourrait laisser supposer que l’on a affaire à un verbe dit « à particule séparable ». Il s’agit d’une expression où « ERAAN », « adverbe pronominal » semble faire l’objet, comme une « particule séparable » d’un REJET, derrière le complément éventuel » (« dadelijk »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase subordonnée (introduite par « ZO ») jouant pour la phrase principale le rôle d’un complément, cela entraîne dans cette dernière une INVERSION du sujet « de knaap » passant derrière son verbe « gaat ».

Nom : ZET KLAAR OTT KLAARZETTEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zet een automobiel (vóór het huis) klaar ! » (« Préparez une automobile ! »).
On y trouve notamment, à l'impératif, la forme verbale « zet … KLAAR » (comme à l’O.T.T.), provenant de l’infinitif « KLAARzetten » dit « à particule séparable », lui-même construit sur le verbe « ZETTEN ».
Quand « KLAARzetten » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « KLAAR » (ancien adjectif) de son infinitif proprement dit, et son REJET, derrière le(s) complément(s) (« een automobiel » et « vóór het huis »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GENOMEN VTT NEMEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De gendarmen worden door hem (Muilders) onder vuur genomen » (« Les gendarmes sont pris par lui sous le feu »).
On y trouve notamment la forme verbale « GENOMEN », participe passé provenant de l’infinitif « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GENOMEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« door Muilders » et « onder vuur »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : ZAL ZULLEN REJET VERKOPEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal mijn huid duur verkopen » (« Je vais vendre chèrement ma peau »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« verkopen »), derrière les compléments (« mijn huid » et « duur »), à la fin de la phrase et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

© 2019, Bernard GOORDEN, voor de grammatica. Autres exemples à https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=vandersteen

Nom : ZAL ZULLEN REJET OVERHANDIGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal ze (de foto’s) haar wel overhandigen » (« Je vais bien les lui transmettre »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« overhandigen »), derrière les compléments (« ze », « haar » et « wel »), à la fin de la phrase et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEZONDEN VTT ZENDEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/03/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb hem (Joeki) naar zijn huis gezonden » (« J’ai envoyé Joeki à sa maison »).
Y figure notamment la forme verbale « GEZONDEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZENDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Ce participe passé « GEZONDEN » est construit sur le PLURIEL du prétérit ou O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEZONDEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« Joeki » et « naar zijn huis »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
N’oubliez pas non plus que, dès qu’il y a une notion de mouvement, on serait tenté d’utiliser la préposition « NAAR ».

Nom : VERGAT OVT VERGETEN 2 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik vergat iets » (« J’ai oublié quelque chose »).
On y trouve la forme verbale « VERGAT » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « VERGETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Voir notre tableau :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GAF OVT GEVEN 5 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De voorschriften die hij mij gaf … » (« Les prescriptions qu’il me donna / m’a données … »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée relative (introduite par « DIE »), la forme verbale « GAF », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « GEVEN ». Le verbe « GEVEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : WAS OVT ZIJN 6 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het handschrift was hetzelfde als op de voorschriften » (« L’écriture était la même que sur les prescriptions »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN » et qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez qu’il ne pourrait, en aucun cas, s’agir d’une forme verbale à l’O.T.T. (ou « présent ») provenant de l’infinitif « WASSEN », « HIJ » (sujet) exigeant une terminaison « T » d’une troisième personne du singulier.
Par ailleurs, rappelons que le mot « schrift » provient de « SCHRIJVEN ».

Nom : DIENDEN OVT DIENEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De brieven dienden om ons te misleiden » (« Les lettres servirent à nous mettre sur une fausse piste »).
Ce verbe « DIENEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik dien ») se terminant par la consonne « N », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « DIEN » + « DE » + « -N » (PLURIEL) = « DIENDEN ».
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». Le complément «ONS» s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « MISLEIDEN » (dont « MIS » N’est donc PAS une particule « séparable »).

Nom : ONTVING OVT ONTVANGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De brandbrieven die hij zogezegd ontving » (« Les lettres de menace qu’il recevait soit-disant »).
On y trouve notamment la forme verbale « ONTVING » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « ONTVANGEN », lui-même construit sur le verbe « VANGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
On y trouve également, dans la phrase subordonnée relative (introduite par « DIE »), la forme verbale « zogezegd », participe passé (pour un participe présent français) provenant de l’infinitif « ZEGGEN », qui fait partiellement (uniquement parfois encore à l’O.V.T.) l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : KON OVT KUNNEN REJET VERZORGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Een chirurgijn die hun gewonden kon verzorgen » (« Un chirurgien qui pouvait soigner leurs blessures »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN » (« KON » à l’OV.T. ou prétérit). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« verzorgen »), derrière le complément (« hun gewonden »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. On l’aurait mieux vu si on n’avait pas eu affaire à une phrase subordonnée relative (introduite par « DIE »), comme dans la variante suivante :
« Een chirurgijn kon hun gewonden verzorgen ».
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : AANGEVOERD VTT AANVOEREN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De bokkerijders werden bij voorkeur (door een chirurgijn) aangevoerd » (« Les chevaucheurs de boucs étaient de préférence dirigés par un chirurgien »).
On y trouve la forme verbale « AANgevoerd », participe passé provenant de l’infinitif « AANvoeren », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « VOEREN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent = « ik VOER ») se terminant par la consonne « R », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire : préfixe « GE » + « VOER » + « D » = « GEVOERD ».
Quand « AANvoeren » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEvoerd ».
Il y a REJET de la forme verbale « AANgevoerd » derrière les compléments (« bij voorkeur » et « door een chirurgijn ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs:
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (« WERDEN » à l’O.V.T. ou prétérit) est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : VERTRAAGD VTT VERTRAGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het ontvreemden van het dossier heeft mijn opzoekingen vertraagd » (« Le vol du dossier a ralenti mes recherches »)
Rappelons tout d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve ici la forme verbale « VERTRAAGD », participe passé provenant de l’infinitif « VERTRAGEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik vertraag ») se terminant par la consonne « G », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire. Le participe passé « VERTRAAGD » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« mijn opzoekingen »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KAN KUNNEN REJET ZIJN 2 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Dat kan toch niet (waar) (zijn) » (« Cela ne peut tout de même pas être vrai »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« zijn », ici sous-entendue), derrière les compléments (« toch » et « niet waar », partiellement sous-entendu), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » (avec « MAG » au singulier) :
« Dat mag toch niet (waar) (zijn) ».

Nom : GAF OVT GEVEN 4 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Welk voorwerp gaf je die helderziende ? » (« Quel objet donnas-tu / as-tu donné à cette voyante extra-lucide ? »).
On y trouve la forme verbale « GAF », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « GEVEN ». Le verbe « GEVEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GAF OVT GEVEN 3 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Het voorwerp dat ik haar gaf … » (« L’objet que je lui donnai / ai donné … »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée relative (introduite par « DAT »), la forme verbale « GAF », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « GEVEN ». Le verbe « GEVEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : MOET MOETEN REJET GAAN 2 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik moet dadelijk naar nummer 17 (gaan) » (« Je dois aller tout de suite chez numéro 17 »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« gaan », ici sous-entendue), derrière les compléments (« dadelijk » et « naar nummer 17 »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que la préposition, après les verbes de mouvement, est habituellement « NAAR ».

Nom : SLAAN TOE OTT TOESLAAN 2 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Overal slaan zij ongenadig toe » (« Partout, ils frappent sans pitié »).
On y trouve notamment la forme verbale « slaan … toe » à l’O.T.T. (ou présent), provenant de l’infinitif « TOESLAAN », verbe dit « à particule séparable) lui-même construit sur « SLAAN ».
Quand « TOEslaan » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TOE » (provenant de la préposition « tot ») de son infinitif proprement dit et REJET de la particule « TOE », derrière le complément (« ongenadig »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un autre complément (« Overal »), cela entraîne une INVERSION du sujet « zij » qui passe derrière son verbe « slaan ».

Nom : OMRINGD VTT OMRINGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zie een geacht man omringd door dronken boeren » (« Je vois un homme estimé entouré de paysans ivres »).
On y trouve la forme verbale « OMringd », participe passé provenant de l’infinitif « OMringen » (qui N’est PAS un verbe dit à « particule séparable »), lui-même construit sur l’infinitif «RINGEN». Ce verbe est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik ring ») se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés.
Quand « OMringen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela n’entraîne PAS en néerlandais une séparation de la particule « OM » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) NE s’intercalant (exceptionnellement) PAS entre eux => « omringd ».

Nom : GEGEVEN VTT GEVEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wat heb je haar gegeven ? » (« Que lui as-tu donné ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEGEVEN », participe passé provenant de l’infinitif « GEVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Cette forme verbale est, comme on le voit, construite sur l’INFINITIF. Pour complément d’informations, consultez notamment notre tableau de synthèse « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « GEVEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gegeven » derrière le complément (« haar ») à la fin de la phrase (ici, par hasard, comme en français). Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBEURD VTT GEBEUREN 3 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat is nooit gebeurd » (« Cela n’est jamais arrivé »).
On y trouve la forme verbale « gebeurd », participe passé provenant de l’infinitif « GEBEUREN ». Ce verbe « GEBEUREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (si une première personne du présent avait existé, « gebeur ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés mais pas de préfixe « GE » puisque la forme verbale commence déjà par « GE » :
(« GE ») + « GEBEUR » + « D » = « GEBEURD ».
Quand « GEBEUREN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gebeurd » derrière le complément (« nooit ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VEERT OTT VEREN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Na een tijd veert ze plots met een kreet recht » (« Après un temps / Au bout d’un moment, elle se redresse / se met debout sur ses jambes soudain avec un cri / en poussant un cri »).
On y trouve la forme verbale « veert », provenant de l’infinitif « VEREN ».
Notez qu’il y a REJET de « recht », réagissant comme une particule séparable, derrière les compléments (« plots » et « met een kreet »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un autre complément (« Na een tijd »), cela entraîne une INVERSION du sujet « ze » qui passe derrière son verbe « veert ».

Nom : GAF OVT GEVEN 2 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Het voorwerp dat zij (Rozemarijn) haar gaf » (« L’objet qu’elle lui donna / a donné »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée relative (introduite par « DAT »), la forme verbale « GAF », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « GEVEN ». Le verbe « GEVEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : KAN KUNNEN REJET WORDEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Dat kan grappig worden » (« Cela peut devenir amusant »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« worden »), derrière le complément (« grappig »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » (avec « MAG » au singulier) :
« Dat mag grappig worden ».

Nom : ZAL ZULLEN REJET WAGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal de proef eens wagen » (« Je vais risquer l’épreuve une fois »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« wagen »), derrière les compléments (« de proef » et « eens »), à la fin de la phrase et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GELOOFD VTT GELOVEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb daar nooit in geloofd » (« Je n’y ai jamais cru »).
On y trouve la forme verbale « geloofd », participe passé provenant de l’infinitif « GELOVEN ». Ce verbe « GELOVEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik geloof ») se terminant par la consonne « F », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés mais pas de préfixe « GE » puisque la forme verbale commence déjà par « GE » :
(« GE ») + « GEOOF » + « D » = « GELOOFD ».
Quand « GELOVEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « geloofd » derrière le complément (« nooit ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait pu avoir une variante de la phrase sans séparation de l’adverbe pronominal :
« Ik heb daarin nooit geloofd ».

Nom : OMKWAM OVT OMKOMEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Mijn man die op zee omkwam » (« Mon mari qui a péri en mer »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée relative (introduite par « DIE »), la forme verbale « OMKWAM », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « OMKOMEN », lui-même construit sur « KOMEN ».
Le verbe « KOMEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GAF OVT GEVEN OVERLEDEN VTT OVERLIJDEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik gaf haar de ring van mijn overleden man » (« Je lui donnai / ai donné la bague de mon mari décédé »).
On y trouve la forme verbale « GAF », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « GEVEN ». Le verbe « GEVEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
On y trouve également la forme verbale « overleden », participe passé (utilisé ici comme adjectif) provenant de l’infinitif « OVERLIJDEN », construit sur « LIJDEN » qui fait aussi l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne une voyelle «E» aux temps du passé.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : SPOELT AAN OTT AANSPOELEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een drenkeling spoelt (op het strand) aan » (« Un naufragé est rejeté sur le rivage »).
On trouve la forme verbale « spoelt … AAN », provenant de l’infinitif « AANSPOELEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « SPOELEN ».
Lorsque « AANSPOELEN » est conjugué, la particule « AAN » fait l’objet d’un REJET derrière le complément éventuel (« op het strand ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET (notamment du verbe ou de certaines de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GAAN MEE OTT MEEGAAN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We gaan (met u) mee » (« Nous allons avec vous / nous vous accompagnons »).
On trouve la forme verbale « GAAN … MEE », provenant de l’infinitif « MEEGAAN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « GAAN ».
Lorsque « MEEGAAN » est conjugué, la particule « MEE » (venant de la préposition « MET ») fait l’objet d’un REJET derrière le complément éventuel (« met u ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET (notamment du verbe ou de certaines de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : TOESLAAN PARTICULE SEPARABLE ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik hoop weldra toe te slaan » (« J’espère bientôt frapper »).
On y trouve notamment la forme verbale « toe … slaan », provenant de l’infinitif « TOESLAAN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « SLAAN ».
Quand « TOEslaan » est conjugué (même dans ce cas insolite), cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TOE » (provenant de la préposition « tot ») de son infinitif proprement dit, par exemple après « HOPEN », qui engendre un « TE », s’intercalant entre la particule séparable « TOE » et l’infinitif « SLAAN ».
Vous trouverez d’autres verbes réagissant comme « HOPEN » (phrases MP3 à écouter) au lien suivant :
https://www.idesetautres.be/upload/CONSTRUCTIONS%20PHRASES%20NL%20ZC10%20TE+INFINITIF.zip

Nom : LEERDEN OVT LEREN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De dossiers leerden mij ook heel wat over de bewoners » (« Les dossiers m’ont aussi appris pas mal de choses au sujet des habitants »).
Ce verbe « LEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik leer ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« LEER » + « DE » + « -N » (PLURIEL) = « LEERDEN ».

Nom : BESTUDEERD VTT BESTUDEREN 2 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/02/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb de gewoonten van de vroegere bokkerijders bestudeerd » (« J’ai étudié les habitudes des anciens chevaucheurs de boucs »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais. On trouve donc la forme verbale « BEstudeerd », participe passé provenant de l’infinitif « BEstuderen », construit sur « STUDEREN ». Le participe passé est, lui, construit sur la première personne de l’indicatif présent («ik BEstudeer»), NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts », est donc considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé, NE fait PAS partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison du prétérit : « BESTUDEER » + « D » = « BESTUDEERD ».
Le participe passé « BEstudeerd » fait l’objet ici d’un REJET, derrière le complément (« de gewoonten van de vroegere bokkerijders »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : RUIMT OP OTT OPRUIMEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (De man) ruimt zijn medeplichten op » (« L’homme fait le nettoyage / se débarrasse de ses complices »).
On y trouve la forme verbale « ruimt … op », présent (ou O.T.T.) provenant de l’infinitif « OPRUIMEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « RUIMEN ».
Quand « OPRUIMEN » est conjugué, il y a REJET de la « particule séparable » (« OP »), derrière le complément (« zijn medeplichten ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BEDREIGD VTT BEDREIGEN 2 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De man voelt zich bedreigd » (« L’homme se sent menacé »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais. On trouve donc la forme verbale « BEdreigd », participe passé provenant de l’infinitif « BEdreigen » (construit sur la première personne de l’indicatif présent) et NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « BEdreigd » fait l’objet ici d’un REJET, comme au passé composé (avec l’auxiliaire « ZIJN ») ou à la voix passive (avec l’auxiliaire « WORDEN »), derrière le complément (« zich »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BEZAT OVT BEZITTEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Alleen de kapitein bezat het (de zilveren bok) » (« Seul le capitaine le possédait »).
On y trouve la forme verbale « beZAT », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « beZITTEN », lui-même construit sur le verbe « ZITTEN ».
Le verbe « ZITTEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : WAS OVT ZIJN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De zilveren bok was het symbool van de bokkerijders » (« Le bouc en argent était le symbole des chevaucheurs de boucs »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN » et qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez qu’il ne pourrait, en aucun cas, s’agir d’une forme verbale à l’O.T.T. (ou « présent ») provenant de l’infinitif « WASSEN », « HIJ » (sujet) exigeant une terminaison « T » d’une troisième personne du singulier.

Nom : HAAL OP OTT OPHALEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Haal die zigeuners op ! » (« Va chercher ces tsiganes ! »).
On y trouve la forme verbale « haal … op », impératif provenant de l’infinitif « OPHALEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « HALEN », qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP », le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « L ».
Quand « OPHALEN » est conjugué, il y a REJET de la « particule séparable » (« OP »), derrière le complément (« die zigeuners ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VROEG OVT VRAGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij vroeg mij het beeldje aan de politie te bezorgen » (« Il m’a demandé de fournir la statuette à la police »).
On y trouve notamment la forme verbale « VROEG », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « VRAGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez que « VRAGEN » gère ici ses compléments de la façon suivante : « demander quelqu’un (« mij ») de faire quelque chose.
« VRAGEN » est, par ailleurs, suivi d’un « TE » pour rendre l’équivalent français avec « demander », c’est-à-dire un « DE ».

Nom : WILDE OVT WILLEN BETROKKEN VTT BETREKKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij wilde bij niets betrokken zijn » (« Il ne voulait être impliqué en rien »).
L’auxiliaire de mode de la VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN » (donnant WILDE, au singulier du prétérit ou O.V.T.). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière le complément (« bij niets »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons par ailleurs que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais. On trouve donc la forme verbale « BEtrokken », participe passé provenant de l’infinitif « BEtrekken », lui-même construit sur l’infinitif « TREKKEN » qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : VOND OVT VINDEN 2 VERDACHT VTT VERDENKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij vond het verdacht » (« Il le trouva suspect »).
On y découvre la forme verbale « VOND », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé.
On y trouve aussi la forme verbale « verdacht », participe passé (construit sur le prétérit « dacht » et utilisé ici comme attribut provenant de l’infinitif «VERDENKEN», lui-même construit sur l’infinitif «DENKEN» qui fait également l’objet des « temps primitifs ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : VISTE OP OVT OPVISSEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De vader viste de zilveren bok op » (« Le père a sorti de l’eau / pêché le bouc en argent »).
On y trouve la forme verbale « viste … op », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « OPVISSEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « VISSEN », qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « S », on trouvera à la fin du prétérit la terminaison « TE » minoritaire : « VIS » + « TE » = « VISTE ».
Quand « OPVISSEN » est conjugué, il y a REJET de la « particule séparable » (« OP »), derrière le complément (« de zilveren bok ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GING OVT GAAN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik ging buiten het dorp » (« J’allai hors du village »).
On y trouve la forme verbale « GING » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « GAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Voir notre tableau :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : VOND OVT VINDEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Waar vond je die (= de zilveren bok) ? » (« Où le trouvas-tu ? »).
On y découvre la forme verbale « VOND », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : OPGEDIEPT VTT OPDIEPEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/01/2019

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Kijk wat ik opgediept heb » (« Regarde ce que j’ai exhumé / retiré du fond … »).
On y trouve la forme verbale « opgediept », participe passé provenant de l’infinitif « OPDIEPEN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « DIEPEN », qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « P », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « OPDIEPEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE-» (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEdiept ».
Quand « OPDIEPEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « opgediept », derrière le complément éventuel (« dat ») à la fin de la phrase (« Ik heb dat opgediept »). Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : REED OVERHOOP OVT OVERHOOPRIJDEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je reed ons bijna overhoop » (« Tu nous roulas / as roulé presque dessus »).
On y trouve la forme verbale « REED … overhoop », prétérit (ou O.V.T.) provenant plus d’une expression que d’un infinitif « overhoopRIJDEN » (qui serait « à particule séparable »), lui-même construit sur l’infinitif « RIJDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne une voyelle « E » (double, au singulier). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « overhoopRIJDEN » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de « overhoop », réagissant comme une particule, de son infinitif proprement dit et il y a REJET de « overhoop », derrière les compléments (« ons » et « bijna »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEMUNT VTT MUNTEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Die auto heeft het op ons gemunt » (« Cette voiture nous a pris en point de mire / pour cible »).
On y trouve la forme verbale « gemunt », participe passé provenant de l’infinitif « MUNTEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik munt ») se terminant déjà par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire : préfixe « GE » + « MUNT » = « GEMUNT ».
Quand « MUNTEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « gemunt » derrière les compléments (« het » et « op ons ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOETEN REJET BRENGEN 2 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Eerst moet ik voor juffrouw Stippenlift deze foto’s naar dokter Minten brengen » (« Les voleurs doivent avoir un blessé»).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« brengen »), derrière les compléments (« voor juffrouw Stippenlift », « deze foto’s » et « naar dokter Minten »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Eerst »), il y a une INVERSION et le sujet (« ik ») passe derrière le verbe « moet ».
On aurait en effet aussi pu dire :
« Ik moet eerst (…) deze foto’s (…) brengen ».

Nom : MOETEN REJET BRENGEN 1 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We moeten dadelijk nummer 17 op de hoogte brengen » (« Nous devons immédiatement mettre numéro 17 au courant »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« brengen »), derrière les compléments (« dadelijk », « nummer 17 » et « op de hoogte »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez l’expression « op de hoogte brengen », équivalant à « mettre à la hauteur » et contenant la préposition « OP » rendant, souvent en langue néerlandaise, la préposition française « à ».

Nom : VERGIFTIGD VTT VERGIFTIGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij werden (door iemand) vergiftigd » (« Ils ont été empoisonnés … »)
Rappelons tout d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve ici la forme verbale « VERGIFTIGD », participe passé provenant de l’infinitif « VERGIFTIGEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik vergiftig ») se terminant par la consonne « G », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire. Le participe passé « VERGIFTIGD » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« door iemand »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici « WERDEN ») est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ». Il fait l’objet des « temps primitifs ». Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GEBEURD VTT GEBEUREN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wat is hier gebeurd ? … » (« Que s’est-il passé ici ? … »)
Rappelons tout d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve ici la forme verbale « GEBEURD », participe passé provenant de l’infinitif « GEBEUREN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « R », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Le participe passé « GEBEURD » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément («hier»), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEDAAN VTT DOEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wie heeft dat gedaan ? » (« Qui a fait cela ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEDAAN », participe passé provenant de l’infinitif « DOEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEDAAN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« DAT »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : STORTTE NEER OVT NEERSTORTEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij stortte als een blok neer » (« Il s’est effondré comme un bloc => une masse »).
On y trouve notamment la forme verbale « stortte … NEER » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « NEERstorten », dit « à particule séparable », construit sur le verbe « STORTEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik stort ») se terminant déjà par la consonne « T », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit : « STORT » + « TE » = « STORTTE ». Quand « NEERstorten » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « NEER » de son infinitif proprement dit, et il y a REJET de la particule « NEER », derrière le complément (« als een blok »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZULLEN REJET HINDEREN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Jullie zullen ons niet meer hinderen » (« Vous ne nous gênerez plus / Vous n’allez plus nous gêner = mettre des bâtons dans les roues »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« hinderen »), derrière les compléments (« ons » et « niet meer »), à la fin de la phrase et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WERP WEG OTT WEGWERPEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Werp jullie pistolen weg ! » (« Jetez au loin vos pistolets ! »).
On y trouve la forme verbale « werp … WEG », impératif présent provenant du verbe « WEGwerpen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « WERPEN ».
Quand « WEGwerpen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « WEG » de son infinitif proprement dit et il y a REJET de cette particule séparable «WEG» (rendant une notion d’éloignement), derrière le complément (« jullie pistolen »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes comme une « particule séparable »), lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZOUDEN REJET WAGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zouden we een overval wagen ? » (« Oserions-nous risquer une attaque ? »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (« wagen ») à la fin de la phrase, derrière le complément, et donc à l’INFINITIF.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERTROKKEN VTT VERTREKKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De kapitein is reeds lang vertrokken … » (« Le capitaine est déjà longtemps parti … »).
Rappelons tout d’abord que, au participe passé, les verbes commençant par les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER-, NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve ici notamment la forme verbale « verTROKKEN », participe passé provenant de l’infinitif «verTREKKEN », lui-même construit sur « TREKKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Il est à noter que ce participe passé se construit sur le pluriel du prétérit (et est, ici, même identique) ou O.V.T. Voir notre tableau :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a REJET du participe passé « verTREKKEN » derrière les compléments (« reeds » et (« lang »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL ZULLEN REJET BEZORGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal jullie nieuwe opdrachten bezorgen » (« Je vais vous fournir => confier d’autres missions »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« bezorgen »), derrière les compléments (« jullie » et « opdrachten »), à la fin de la phrase et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KUNNEN REJET VOLGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De vagebonden kunnen hem ongemerkt volgen » (« Les vagabonds peuvent le suivre sans être remarqués / aperçus »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« helpen »), derrière le(s) complément(s) (« hem handje » et « ongemerkt »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » : « De vagebonden mogen hem ongemerkt volgen ».
On y trouve donc aussi la forme verbale « ongemerkt », ici sorte d’adjectif attribut ; s’il avait existé un infinitif « ONMERKEN », lui-même construit sur « MERKEN », il aurait eu un tel participe passé provenant, comme la grande majorité des verbes néerlandais, de ceux qui NE font PAS l’objet des « temps primitifs » mais font partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire. Le préfixe « ON- » (« UN- » en anglais) n’est PAS une « particule séparable » (même s’il réagit comme « OP ») et constitue donc en fait le contraire de « gemerkt ».

Nom : RIJDT WEG OTT WEGRIJDEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (de dokter) rijdt snel weg » (« Le docteur repart vite en roulant »).
On y trouve la forme verbale « rijdt … WEG », O.V.T (prétérit) provenant du verbe « WEGrijden », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « RIJDEN ».
Quand « WEGrijden » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « WEG » de son infinitif proprement dit et il y a REJET de cette particule séparable « WEG » (rendant une notion d’éloignement), derrière le complément (« snel »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes comme une « particule séparable »), lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : AANGEREDEN VTT AANRIJDEN 2 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Daar komt dokter Minten AANgerEden » (« Voilà le docteur Minten arrivant en voiture »).
On y trouve notamment la forme verbale « AANGEREDEN », participe passé provenant de l’infinitif « AANRIJDEN », lui-même construit sur l’infinitif « RIJDEN » qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne aux temps du passé une voyelle « E ». Il est à noter que le participe passé « GEREDEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit ou O.V.T.
Quand « AANRIJDEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEreden ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase commençant par un complément (« Daar »), il y a une INVERSION et le sujet (« dokter Minten ») passe derrière le verbe « komt ».
On aurait en effet aussi pu dire : « Dokter Minten komt daar AANgerEden ».

Nom : ZULLEN REJET LEGGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We (Bertrand en ik) zullen een hinderlaag leggen » (« Nous allons tendre une embuscade »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« leggen »), derrière le complément (« een hinderlaag »), à la fin de la phrase et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VALLEN OP OTT OPVALLEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De gendarmen vallen te veel op » (« Les gendarmes attirent trop l’attention »).
On y trouve la forme verbale « vallen … OP », à l’O.T.T. (indicatif présent), verbe dit « à particule séparable », provenant de l’infinitif « OPvallen », lui-même construit sur l’infinitif « VALLEN ».
Quand « OPvallen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit et son REJET, derrière le complément (« te veel »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes comme une « particule séparable »), lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOETEN REJET HEBBEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/01/2019

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De rovers moeten een gewonde hebben » (« Les voleurs doivent avoir un blessé»).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière le complément (« een gewonde »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KREEG OVT KRIJGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kreeg weer een dreigdbrief » (« Je reçus / j’ai reçu à nouveau une lettre de menace »).
On y trouve la forme verbale « KREEG », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « KRIJGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne une voyelle « E » (double, au singulier). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : TOESLAAN OM TE ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Het is nog te vroeg om toe te slaan » (« Il est encore trop tôt pour frapper »).
On y trouve notamment la forme verbale « toe … slaan », provenant de l’infinitif « TOESLAAN », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « SLAAN ».
Quand « TOEslaan » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TOE » (provenant de la préposition « tot ») de son infinitif proprement dit.
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu en langue néerlandaise par un double mot : « OM … TE ». La particule séparable « TOE » s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « SLAAN ».

Nom : MOETEN REJET SCHUILHOUDEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij moet zich ergens onder een valse naam schuilhouden » (« Il doit se cacher quelque part sous un faux nom »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, un verbe dit « à particule séparable » * (« schuilhouden »), derrière les compléments (« ergens » et « onder een valse naam »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On aurait pu avoir la variante suivante * de la phrase, où l’on aurait constaté le REJET de la composante de la forme verbale, en l’occurrence la « particule séparable » (« schuil »), derrière les compléments (« ergens » et « onder een valse naam »), également à la fin de la phrase :
« Hij houdt zich ergens onder een valse naam schuil ».

Nom : ACHTERHAALD VTT ACHTERHALEN OVERLEDEN VTT OVERLIJDEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/12/2018

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Toch heb ik (al) achterhaald dat de voortvluchtigen reeds zijn overleden » (« J’ai tout de même reconstitué le fait que les fugitifs sont déjà décédés »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER- GE-, ONT- et VER-, mais aussi souvent ACHTER- et OVER-, NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On y trouve, dans la phrase principale, la forme verbale « achterhaald », participe passé provenant de l’infinitif « ONTVREEMDEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik achterhaal ») se terminant par la consonne « L », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Il y a REJET du participe passé « achterhaald » derrière le complément éventuel (« al »), à la fin de la phrase principale. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase principale commençant par un complément (« Toch »), cela entraîne une INVERSION du sujet « ik » qui passe derrière son verbe « heb ».
On y trouve, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « overleden », participe passé provenant de l’infinitif « OVERLIJDEN », construit sur « LIJDEN » qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne une voyelle « E » (double, au singulier) aux temps du passé. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : BEZOCHT OVT BEZOEKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Het dossier (…) bevatte concrete gegevens hierover » (« Le dossier contenait des données concrètes à propos de ceci »).
On y trouve notamment le verbe « BEVATTEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik bevat ») se terminant par la consonne « T », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit : « BEVAT » + « TE » = « BEVATTE ».

Nom : ONTVREEMD VTT ONTVREEMDEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het dossier dat jullie (in het gemeentehuis) hebben ontvreemd » (« Le dossier que vous avez dérobé »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On y trouve la forme verbale « ontvreemd », participe passé provenant de l’infinitif « ONTVREEMDEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik ontvreemd ») se terminant déjà par la consonne « D », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Il y a REJET du participe passé « ontvreemd » derrière le complément éventuel (« in het gemeentehuis »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BESTUDEERD VTT BESTUDEREN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb ook de inwijkelingen bestudeerd » (« J’ai aussi étudié les nouveaux habitants »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais. On trouve donc la forme verbale « BEstudeerd », participe passé provenant de l’infinitif « BEstuderen », construit sur « STUDEREN ». Le participe passé est, lui, construit sur la première personne de l’indicatif présent (« ik BEstudeer »), NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts », est donc considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé, NE fait PAS partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison du prétérit :
« BESTUDEER » + « D » = « BESTUDEERD ».
Le participe passé « BEstudeerd » fait l’objet ici d’un REJET, derrière le complément (« de inwijkelingen »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOETEN REJET AFDRUIPEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De boeven moeten met een gewonde afdruipen » (« Les rascals doivent décrocher avec un blessé »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » (ici sous-entendu) est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« terugkrijgen »), derrière le complément (« met een gewonde »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Dans l’extrait de la BD, nous avons affaire à une phrase subordonnée (introduite par « DAT »). N’oublions pas que, dans une phrase subordonnée néerlandaise, le sujet reste à sa place habituelle mais n’est plus à côté de son verbe.

Nom : SLAAN TOE OTT TOESLAAN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De volgende nacht slaan de rovers weer in een afgelegen boerderij toe » (« La nuit suivante, les voleurs frappent à nouveau dans une ferme située à l’écart = isolée »).
On y trouve notamment la forme verbale « slaan … toe » à l’O.T.T. (ou présent), provenant de l’infinitif « TOESLAAN », lui-même construit sur « SLAAN ». http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « TOEslaan » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TOE » (provenant de la préposition « tot ») de son infinitif proprement dit et REJET de la particule « TOE », derrière les compléments (« weer » et « in een afgelegen boerderij »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un autre complément (« De volgende nacht »), cela entraîne une INVERSION du sujet « de rovers » qui passe derrière son verbe « slaan ».

Nom : ZOU ZOUDEN REJET SPREKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij zou jullie graag spreken » (« Il vous parlerait volontiers »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN », donnant un singulier « ZOU » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (« spreken »), derrière les compléments (« jullie » et «graag»), et donc à l’INFINITIF, à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BEZOCHT OVT BEZOEKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik bezocht nummer 17 » (« Je rendis / j’ai rendu visite à numéro 17 »).
On y trouve notamment la forme verbale « BEZOCHT », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « BEZOEKEN », lui-même construit sur « ZOEKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : BEDREIGD OVT BEDREIGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Ik voel mij bedreigd» (« Je me sens menacée »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais. On trouve donc la forme verbale « BEdreigd », participe passé provenant de l’infinitif « BEdreigen » (construit sur la première personne de l’indicatif présent) et NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « BEdreigd » fait l’objet ici d’un REJET, comme au passé composé (avec l’auxiliaire « ZIJN ») ou à la voix passive (avec l’auxiliaire « WORDEN »), derrière le complément (« mij »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
N’oublions pas que, en langue néerlandaise, un participe passé reste toujours invariable.

Nom : GEWIJD VTT WIJDEN ROBERT ET BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Daarom heb ik mijn eerste reportage aan de overvallen hier gewijd » (« C’est pourquoi j’ai consacré mon premier reportage aux attaques ici »).
On y trouve la forme verbale « gewijd », participe passé provenant de l’infinitif « WIJDEN ». Ce verbe « WIJDEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik wijd ») se terminant déjà par la consonne « D », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » + « WIJD » = « GEWIJD ».
Quand « WIJDEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gewijd » derrière les compléments (« mijn eerste reportage », « aan de overvallen » et « hier ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un autre complément (« Daarom »), cela entraîne une INVERSION du sujet « ik » qui passe derrière son verbe « heb ».

Nom : KONDEN OVT KUNNEN REJET ONTSNAPPEN 2 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik vermoed dat sommige rovers konden (toch) ontsnappen » (« Je suppose que certains voleurs purent s’échapper »).
L’auxiliaire de mode de la CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN », un O.V.T. (ou prétérit) « KON » et un PLURIEL irrégulier « KONDEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière le complément éventuel (« toch »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Le verbe « KUNNEN » fait l’objet (au seul prétérit ou O.V.T.) des « temps primitifs ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : KWAM OVT KOMEN 2 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij kwam bij de aanhouding van de laatste bokkerijder om het leven » (« ll perdit la vie lors de l’arrestation du dernier chevaucheur de boucs »).
On y trouve la forme verbale « KWAM », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « KOMEN ».
Le verbe « KOMEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez l’expression « om het leven komen ».

Nom : WAS OVT ZIJN 4 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij was mijn grootvader » (« ll était mon grand-père »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN » et qui constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Le verbe « ZIJN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez qu’il ne pourrait, en aucun cas, s’agir d’une forme verbale à l’O.T.T. (ou « présent ») provenant de l’infinitif « WASSEN », « HIJ » (sujet) exigeant une terminaison « T » d’une troisième personne du singulier.

Nom : KWAM OVT KOMEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Hoe kwam je aan dit boek ? » (« Comment arrivas-tu / accédas-tu à ce livre ? »).
On y trouve la forme verbale « KWAM », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « KOMEN ».
Le verbe « KOMEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GEVORMD VTT VORMEN ROBERT ET BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een nieuwe bende heeft zich hier gevormd » (« Une nouvelle bande s’est formée ici »).
On y trouve la forme verbale « gevormd », participe passé provenant de l’infinitif « VORMEN ». Ce verbe « VORMEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik vorm ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés :
préfixe « GE » + « VORM » + « D » = « GEVORMD ».
Quand « VORMEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gevormd » derrière le complément (« hier ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KONDEN OVT KUNNEN REJET ONTSNAPPEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Slechts enkelen konden (toch) ontsnappen » (« Seuls quelques-uns purent s’échapper »).
L’auxiliaire de mode de la CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN », un O.V.T. (ou prétérit) « KON » et un PLURIEL irrégulier « KONDEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière le complément éventuel (« toch »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Le verbe « KUNNEN » fait l’objet (au seul prétérit ou O.V.T.) des « temps primitifs ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : LOKTEN UIT VTT UITLOKKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Folteringen lokten bekentenissen uit » (« Des tortures arrachaient des aveux »).
On y trouve notamment la forme verbale « lokten … uit » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « UITLOKKEN », lui-même construit sur « LOKKEN » qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik lok ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit :
« LOK » + « TE » + « N » (pluriel) = « LOKTEN ».
Quand « UITLOKKEN » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit et le REJET de cette particule « UIT », derrière le complément (« bekentenissen »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez:
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OPGEHANGEN VTT OPHANGEN 2 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « In 1794 werd de laatste bokkerijder te Stiekemsheuvel opgehangen » (« (C’est) en 1794 (que) le dernier chevaucheur de boucs a été pendu »).
On y trouve la forme verbale « OPgehangen », participe passé provenant de l’infinitif « OPhangen », lui-même construit sur l’infinitif « HANGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Quand « OPhangen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE-» (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEgraven ».
Si la phrase n’avait pas commencé par le complément (« in 1794 »), on aurait constaté qu’il y aurait eu également REJET de la forme verbale derrière ce complément (comme derrière l’autre) à la fin de la phrase (« De laatste bokkerijder werd in 1794 te Stiekemsheuvel opgehangen »). Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par ce complément (« in 1794 »), cela entraîne une INVERSION du sujet « de laatste bokkerijder » qui passe derrière son verbe « werd ».
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici « WERD ») est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ». Il fait aussi l’objet des « temps primitifs ». Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : SLOEGEN TOE OVT TOESLAAN UITROEIEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De drossaards sloegen hard toe om de benden uit te roeien » (« Les huissiers frappaient durement pour éradiquer les bandes »).
On y trouve notamment la forme verbale « sloegen … toe » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « TOESLAAN », lui-même construit sur « SLAAN » qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « TOEslaan » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TOE » (provenant de la préposition « tot ») de son infinitif proprement dit et REJET de la particule « TOE », derrière le complément (« hard »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez:
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que « POUR » devant un verbe est rendu par « OM … TE », la particule séparable « UIT » se retrouvant (comme le complément «de benden ») entre les deux éléments.
Notez qu’il ne faut pas confondre « SLAAN » avec le verbe « SLAGEN », considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.).

Nom : LEGDEN AF OVT AFLEGGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De benden legden de eed af » (« Les bandes déposaient => prêtaient serment »).
On y trouve la forme verbale « legden … AF », provenant de l’infinitif « AFleggen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit donc sur l’infinitif « LEGGEN ».
Ce verbe « LEGGEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik leg ») se terminant par la consonne « G », on trouvera un suffixe « DE » (au singulier) majoritaire comme terminaison du prétérit :
« LEG » + « DE » + « N » (pluriel) = « LEGDEN ».
Quand « AFleggen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AF » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable «AF», composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément («de eed»), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que le verbe « LEGGEN » est lié au verbe de position « LIGGEN » (irrégulier et faisant l’objet des temps primitifs), signifiant « être couché ».

Nom : KWAMEN BIJEEN OVT BIJEENKOMEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «De benden kwamen in het geheim bijeen » (« Les bandes se réunissaient en secret »).
On y trouve la forme verbale « kwamen … BIJEEN », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « BIJEENkomen », lui-même construit sur l’infinitif « KOMEN ».
Le verbe « KOMEN » fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « BIJEENkomen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « BIJEEN » (synonyme de « SAMEN » ou « bij elkaar ») de son infinitif proprement dit, et il y a REJET de la particule « BIJEEN » derrière le complément (« in het geheim »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WAREN OVT ZIJN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «De aanvoerders waren meestal vooraanstaande personen » (« Les meneurs étaient la plupart du temps des personnes de premier plan »)
On y trouve notamment la forme verbale « WAREN » (pluriel irrégulier de « WAS »), O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : VERPLAATSTEN OVT VERPLAATSEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zo ontstond de legende dat zij zich op bokken door de lucht verplaatsten » (« C’est ainsi que naquit la légende qu’ils se déplaçaient sur des boucs à travers les airs »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale « VERPLAATSTEN », O.V.T. ou « prétérit » provenant de l’infinitif « VERPLAATSEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik verplaats ») se terminant par la consonne « S », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit : « VERPLAATS » + « TE » + « N » (pluriel) = « VERPLAATSTEN ».
N’oublions pas que, dans une phrase subordonnée, la forme verbale ne reste pas à côté de son sujet et fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (ici « op bokken » et « door de lucht »), à la fin de la phrase.

Nom : ONTSTOND OVT ONTSTAAN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zo ontstond de legende » (« C’est ainsi que naquit la légende »)
On y trouve la forme verbale « ONTSTOND », O.V.T. ou « prétérit » provenant de l’infinitif « ONTSTAAN », lui-même construit sur « STAAN » qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase commençant par un complément (« Zo »), cela entraîne une INVERSION du sujet « de legende » qui passe derrière son verbe « ontstond ».

Nom : SLOEGEN TOE OVT TOESLAAN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De rovers sloegen overal tegelijk toe » (« Les voleurs frappaient simultanément partout »).
On y trouve notamment la forme verbale « sloegen … toe » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « TOESLAAN », lui-même construit sur « SLAAN » qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « TOEslaan » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TOE » (provenant de la préposition « tot ») de son infinitif proprement dit et REJET de la particule « TOE », derrière les compléments (« overal » et « tegelijk »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez qu’il ne faut pas confondre « SLAAN » avec le verbe « SLAGEN », considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.).

Nom : DEDEN OVT DOEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij bestreed de grote roversbenden die toen Limburg en Overmaas in angst deden leven » (« Il combattit les grandes bandes de voleurs qui, alors, faisaient vivre le Limbourg et l’Outre-Meuse dans la peur / … semaient la terreur … »)
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « TOEN », au passé »), la forme verbale « DEDEN » (pluriel de « DEED »), O.V.T. ou « prétérit » provenant de l’infinitif « DOEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : BESTREED OVT BESTRIJDEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij bestreed de grote roversbenden » (« Il combattit les grandes bandes de voleurs »)
On y trouve la forme verbale « bestreed », prétérit (O.V.T.) provenant de l’infinitif « BESTRIJDEN », lui-même construit sur le verbe « STRIJDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne une voyelle « E » (« ee » au singulier) au passé.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : WILDE OVT WILLEN REJET LATEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/12/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wat wilde je ons tonen / laten zien ? » (« Que voulais-tu nous montrer ? »).
L’auxiliaire de mode de la VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN » (donnant WILDE, au singulier du prétérit ou O.V.T.). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière le complément (« ons »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Ce verbe « WILLEN » évolue vers un verbe « régulier ». Comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs » sauf, parfois, encore au prétérit : « WOU » au lieu de « WILDE ». On aurait, en effet, pu trouver la variante suivante : « Wat wou je ons tonen / Wat wou je ons laten zien ? »

Nom : SLOOP OVT SLUIPEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/11/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik sloop dan naar buiten voor een unieke foto » (« Je me faufilai alors vers l’extérieur pour une photo unique »)
On y trouve la forme verbale « sloop », prétérit (O.V.T.) provenant de l’infinitif « SLUIPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « UI », donne une voyelle « O » (« oo » au singulier) au passé.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que dans « buiten », il y a « uit ».
On aurait pu avoir la variante suivante : « Ik sloop uit de herberg voor een unieke foto ».

Nom : LEGDE OVT LEGGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/11/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik legde die (= de pop) in mijn bed » (« Je l’ai couché(e) dans mon lit »).
Ce verbe « LEGGEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik leg ») se terminant par la consonne « G », on trouvera un suffixe « DE » (au singulier) majoritaire comme terminaison du prétérit :
« LEG » + « DE » = « LEGDE ».
Notez que le verbe « LEGGEN » est lié au verbe de position « LIGGEN » (irrégulier et faisant l’objet des temps primitifs), signifiant « être couché ».

Nom : MAAKTE OVT MAKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/11/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik maakte een pop » (« Je fis = j’ai fait une poupée => un mannequin»).
On y trouve notamment le verbe « MAKEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik maak ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit : « MAAK » + « TE » = « MAAKTE ».

Nom : HOORDE OVT HOREN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/11/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik hoorde een wagen naderen » (« J’entendis = j’ai entendu approcher une voiture »).
Ce verbe « HOREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik hoor ») se terminant par la consonne « R », on trouvera une terminaison « DE » (au singulier) majoritaire comme terminaison du prétérit :
« HOOR » + « DE » = « HOORDE ».
Notez le REJET, derrière le complément (« een wagen »), de l’infinitif « NADEREN » à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KOM MEE IMPERATIF MEEKOMEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/11/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Kom (met mij) mee ! » (« Viens avec moi ! »).
On y trouve la forme verbale « kom … mee », impératif provenant du verbe « MEEkomen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KOMEN ».
Quand « MEEkomen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « MEE » de son infinitif proprement dit et son REJET, derrière le complément éventuel (« met mij »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que la particule « MEE » provient de la préposition « MET ».
La variante de la phrase aurait pu être : « Kom met mij ! »

Nom : ONGEDEERD VTT DEREN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/11/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je bent (gelukkig) ongedeerd » (« Tu n’es pas blessée => tu es indemne »).
On y trouve la forme verbale « ongedeerd », participe passé (utilisé ici comme adjectif attribut) provenant de l’infinitif « DEREN ». Ce verbe « DEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik deer ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » « DEER » + « D » = « GEDEERD ».
Le préfixe « ON- » (« UN- » en anglais) est souvent à nuance « négative » et constitue le contraire : ici « ongedeerd ».
On pourrait considérer qu’il y a REJET du participe passé « ongedeerd » derrière le complément (« eindelijk »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : TERUGGEKEERD VTT TERUGKEREN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/11/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De rust is eindelijk teruggekeerd » (« Le calme est enfin revenu »).
On trouve ici la forme verbale « teruggekeerd », participe passé du verbe « TERUGKEREN », provenant lui-même de l’infinitif « KEREN ». Ce verbe «KEREN», comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la majorité « régulière » des verbes réguliers (et donc NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » de ces verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP ») ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik keer ») se terminant par la consonne « R », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire :
préfixe « GE » + « KEER » + « D » = « GEKEERD ».
Quand « TERUGkeren » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant donc alors entre eux => « terugGEkeerd ».
Le participe passé « teruggekeerd » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« eindelijk »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEZET VTT ZETTEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/11/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De schoten hebben de hele herberg in rep en roer gezet » (« Les coups de feu ont mis toute l’auberge en émoi / sens dessus-dessous »).
On trouve ici la forme verbale « GEZET », participe passé provenant de l’infinitif « ZETTEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik zet ») se terminant déjà par la consonne « T », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire :
préfixe « GE » + « ZET » = « GEZET »
Le participe passé « GEZET » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« de hele herberg » et « in rep en roer »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez l’expression « in rep en roer zetten ».

Nom : ONTSNAPT VTT ONTSNAPPEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/11/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Door jouw schuld is die kerel ontsnapt ! » (« Par ta faute ce type s’est échappé ! »).
Rappelons tout d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve ici la forme verbale « ONTSNAPT », participe passé provenant de l’infinitif « ONTSNAPPEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « P », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Si la phrase n’avait pas commencé par le complément, on aurait mieux vu que le participe passé « ONTSNAPT » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément («door jouw schuld »), à la fin de la phrase. On aurait en effet eu la variante suivante : « Die kerel is door jouw schuld ontsnapt ! ». Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
N’oublions donc pas que, en langue néerlandaise, chaque fois qu’une phrase commence par un complément, il y a une INVERSION du sujet (« die kerel ») qui passe derrière sa forme verbale (« is »).

Nom : GEBEURD VTT GEBEUREN ROBERT ET BERTRAND 27 - Rajouté le 13/11/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wat is er (hier) gebeurd ? … » (« Que s’est-il passé ? … »)
Rappelons tout d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve ici la forme verbale « GEBEURD », participe passé provenant de l’infinitif « GEBEUREN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « R », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Le participe passé « GEBEURD » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« hier »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez également que si, en langue néerlandaise, on trouve dans une phrase le pronom sujet « ER », suivi de n’importe quel verbe, c’est que l’on a affaire à l’équivalent de l’expression « IL Y A ».

Nom : KOMT TERECHT OTT TERECHTKOMEN ROBERT ET BERTRAND 27 - Rajouté le 13/11/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij komt tegen een boom terecht » (« Il vient contre un arbre »).
On y trouve la forme verbale « komt … terecht », provenant du verbe « TERECHTkomen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KOMEN ».
Quand « TERECHTkomen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERECHT » de son infinitif proprement dit et son REJET, derrière le complément (« tegen een boom »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : HOORDE OVT HOREN 3 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/11/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik hoorde een schot » (« J’entendis = j’ai entendu un coup de feu »).
Ce verbe « HOREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik hoor ») se terminant par la consonne « R », on trouvera une terminaison « DE » (au singulier) majoritaire comme terminaison du prétérit :
« HOOR » + « DE » = « HOORDE ».

Nom : VERZONKEN VTT VERZINKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/11/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « In de herberg is iedereen in een diepe rust verzonken » (« Dans l’auberge, tout le monde est coulé / enfoncé = plongé dans un profond sommeil »).
Rappelons tout d’abord que, au participe passé, les verbes commençant par les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER-, NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve ici notamment la forme verbale « verZONKEN », participe passé provenant de l’infinitif «verZINKEN », lui-même construit sur « ZINKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Il est à noter que ce participe passé se construit sur le pluriel du prétérit (et est, ici, même identique) ou O.V.T. Voir notre tableau :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a REJET du participe passé «verZONKEN » derrière le complément (« in een diepe rust »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément, cela engendre une INVERSION : le sujet « iedereen » passe derrière le verbe « is ». On aurait en effet aussi pu dire : « Iedereen in de herberg is in een diepe rust verzonken ».

Nom : VERGAT OVT VERGETEN ROBERT EN BERTRAND 27 - Rajouté le 09/11/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik vergat iets » (« J’ai oublié quelque chose »).
On y trouve la forme verbale « VERGAT » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « VERGETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Voir notre tableau :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : HOORDE OVT HOREN ROBERT EN BERTRAND 27 - Rajouté le 09/11/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik hoorde hen praten » (« Je les entendis parler = je les ai entendu parler »).
Ce verbe « HOREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik hoor ») se terminant par la consonne « R », on trouvera une terminaison « DE » (au singulier) majoritaire comme terminaison du prétérit :
« HOOR » + « DE » = « HOORDE ».

Nom : ZET OP IMPERATIF OPZETTEN ROBERT EN BERTRAND 27 - Rajouté le 09/11/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zet jouw (je) masker op ! » (« Mets ton masque ! »).
On y trouve la forme verbale « zet … op », provenant du verbe « OPzetten », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « ZETTEN ».
Quand « OPzetten » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit et son REJET, derrière le complément (« je masker »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERTELD VTT VERTELLEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/11/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Joeki) heeft zijn wedervaren verteld » (« Il a raconté ce qu’il a enduré = ses mésaventures »).
Rappelons tout d’abord que, au participe passé, les verbes commençant par les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER-, NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve ici la forme verbale « verteld », participe passé provenant de l’infinitif « VERTELLEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « L », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Il y a REJET du participe passé «verteld » derrière le complément (« zijn wedervaren »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MISLUKT VTT MISLUKKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/10/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (Het is) (voor ons) mislukt ! » (« C’est échoué => raté ! »).
Rappelons tout d’abord que, au participe passé, les verbes commençant par les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER-, NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais. C’est aussi le cas du préfixe MIS-. On trouve ici la forme verbale « mislukt », participe passé provenant de l’infinitif « MISLUKKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik misluk ») se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire : (ici sans le préfixe « GE ») + « MISLUK » + « T » = « MISLUKT ». Quand « LUKKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « mislukt » derrière le complément éventuel (« voor ons ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : PAS OP IMPERATIF OPPASSEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/10/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Pas (op de valstrik) op ! » (« Fais attention ! »).
On y trouve la forme verbale « pas … op », impératif provenant du verbe « OPpassen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « PASSEN ».
Quand « OPpassen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit et son REJET, derrière le complément éventuel (« op de valstrik »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou d’une de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KUNNEN REJET HELPEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Kunnen jullie een handje helpen ? » (« Pouvez-vous aider (d’)une petite main = donner un coup de main ? »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« helpen »), derrière le complément (« een handje »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » :
« Mogen jullie een handje helpen ?

Nom : - Rajouté le 28/09/2018

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het is al avond als hij (Joeki) ongemerkt kan ontsnappen » (« C’est déjà le soir quand il peut s’échapper»).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige (dans la phrase, ici subordonnée introduite par « als ») le REJET de l’autre forme verbale (« ontsnappen »), derrière le complément (« ongemerkt »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. C’est plus clair dans la variante suivante : « Hij kan ongemerkt ontsnappen ».
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » (avec « MAG » au singulier) :
« Hij mag ongemerkt ontsnappen ».
On y trouve donc aussi la forme verbale « ongemerkt » ; s’il avait existé un infinitif « ONMERKEN », lui-même construit sur « MERKEN », il aurait eu un tel participe passé provenant, comme la grande majorité des verbes néerlandais, de ceux qui NE font PAS l’objet des « temps primitifs » mais font partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire. Le préfixe « ON- » (« UN- » en anglais) n’est PAS une « particule séparable » (même s’il réagit comme « OP ») et constitue en fait le contraire de «gemerkt ».

Nom : KAN KUNNEN REJET MAKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Met mijn zakmes kan ik die (opening) groter maken » (« Avec mon couteau de poche, je peux faire l’ouverture plus grande = agrandir l’ouverture »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« maken »), derrière les compléments (« die » et «groter»), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » (avec « MAG » au singulier) :
« Met mijn zakmes mag ik die groter maken ».

Nom : GERAAK OTT GERAKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hoe geraak ik hier uit (het hok) ? = Hoe mag ik hier buiten (het hok) ? » (« Comment est-ce que je réussis à sortir d’ici ? »).
On y trouve la forme verbale « geraak », O.T.T. provenant de l’infinitif « GERAKEN », qui n’est PAS un verbe dit « à particule séparable », même si « UIT », placé à la fin de la phrase, pourrait nous faire croire qu’il s’agit d’une « particule séparable », faisant l’objet d’un REJET.
Comme on le voit, il ne s’agit pas non plus de la forme verbale « geraakt », participe passé provenant de l’infinitif « RAKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik raak ») se terminant par la consonne « K », on trouverait dans ce cas à la fin du participe passé le « T » minoritaire : préfixe « GE » + « RAAK » + « T » = « GERAAKT ».

Nom : GEWORDEN VTT WORDEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/09/2018

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Daar we nummer 17 willen helpen, zijn we hinderlijk geworden » (« Dans la mesure où nous voulons aider numéro 17, nous sommes devenus gênants des obstacles »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEWORDEN », participe passé provenant de l’infinitif « WORDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Cette forme verbale est, comme on le voit, construite sur l’INFINITIF. Pour complément d’informations, consultez notamment notre tableau de synthèse « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « WORDEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « geworden » derrière le complément («hinderlijk») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
C’est dans Ia mesure où la phrase subordonnée joue le rôle d’un complément que cela engendre une INVERSION dans Ia phrase principale : le sujet « we » passe derrière le verbe « zijn ». On aurait en effet aussi pu dire : « We zijn hinderlijk geworden ».

Nom : KAN KUNNEN REJET ROEPEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kan niet om hulp roepen » (« Je ne peux pas appeler à l’aide »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« roepen »), derrière le complément (« om hulp »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » (avec « MAG » au singulier) :
« Ik mag niet om hulp roepen ».

© 2018, Bernard GOORDEN, voor de grammatica. Autres exemples à https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=vandersteen

Nom : GEGRENDELD VTT GRENDELEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij heeft de deur gegrendeld » (« Il a verrouillé la porte »).
On y trouve la forme verbale « gegrendeld », participe passé provenant de l’infinitif « GRENDELEN », considéré comme verbe « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), qui NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik grendel ») se terminant par la consonne « L », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » + « GRENDEL » + « D » = « GEGRENDELD ».
Quand « GRENDELEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gegrendeld » derrière le complément (« de deur ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WOU WILDE WILLEN REJET STELEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Die domme ketellapper wou = wilde de zilveren bok van de kapitein stelen » (« Ce bête chaudronnier voulait voler le bouc en argent du capitaine »).
L’auxiliaire de mode de la VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN » (donnant WOU ou WILDE, au prétérit ou O.V.T.). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« stelen »), derrière le(s) complément(s) (« de zilveren bok van de kapitein »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZOU ZOUDEN REJET HEBBEN VERDACHT ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Niemand zou ooit een bezembinder hebben verdacht » (« Personne n’aurait = n’irait jamais soupçonner un lieur de fagots pour balais »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN », donnant un singulier « ZOU » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (« hebben »), derrière les compléments (« ooit » et « een bezembinder »), et donc à l’INFINITIF, à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve donc aussi la forme verbale la forme verbale « verdacht », participe passé (construit sur le prétérit « dacht » et utilisé ici comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif «VERDENKEN» (n’existant plus), lui-même construit sur l’infinitif « DENKEN » qui donc, comme une minorité de verbes néerlandais fait l’objet des « temps primitifs ».
Rappelons que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.

Nom : MOET OTT MOETEN REJET GAAN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je moet listig te werk gaan » (« Tu dois aller travail de façon rusée = exécuter la tâche en recourant à la ruse »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« gaan »), derrière les compléments (« listig » et « te werk »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOET OTT MOETEN REJET OPRUIMEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De anderen moet je deze nacht opruimen » (« Tu dois nettoyer = liquider les autres cette nuit »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« opruimen »), derrière le complément (« deze nacht »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Dans la mesure où la phrase commence par un complément (« de anderen »), il y a une INVERSION du sujet « je » qui passe derrière sa forme verbale « moet ».

Nom : UITGESCHAKELD VTT UITSCHAKELEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « « De speurder is (wordt door de kapitein) uitgeschakeld » (« L’enquêteur est mis en échec / hors d’état de nuire »).
On y trouve la forme verbale « UITgeschakeld », participe passé provenant de l’infinitif « UITschakelen », lui-même construit sur l’infinitif « SCHAKELEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent : « ik schakel ») se terminant par la consonne « L », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « UITschakelen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEschakeld ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgeschakeld » derrière le complément éventuel (« door de kapitein ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERBORGEN VTT VERBERGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Joeki) heeft zich in een hok verborgen » (« Il s’est caché dans une remise »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve dans cette phrase notamment la forme verbale « VERBORGEN », participe passé provenant de l’infinitif « VERBERGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a REJET du participe passé derrière le complément (« in een hok »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GA OTT GAAN REJET NEMEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik ga een kijkje nemen » (« Je vais prendre = jeter un petit coup d’oeil »).
Le verbe « GAAN » est ici presque utilisé comme un « futur proche » et aide mieux à comprendre comment fonctionne, en langue néerlandaise, l’auxiliaire du FUTUR « ZULLEN ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est en effet peut-être plus simple de le comparer à ce « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ». Variante possible : « Ik zal een kijkje nemen ».
Comme au FUTUR, il y a ici REJET de l’autre forme verbale (« nemen »), derrière le complément (« een kijkje »), à la fin de la phrase et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GA OTT GAAN REJET ZOEKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik ga paddestoelen zoeken » (« Je vais chercher des champignons »).
Le verbe « GAAN » est ici presque utilisé comme un « futur proche » et aide mieux à comprendre comment fonctionne, en langue néerlandaise, l’auxiliaire du FUTUR « ZULLEN ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est en effet peut-être plus simple de le comparer à ce « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ». Variante possible : « Ik zal paddestoelen zoeken ».
Comme au FUTUR, il y a ici REJET de l’autre forme verbale (« zoeken »), derrière le complément (« paddestoelen »), à la fin de la phrase et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Signalons que « paddestoel » signifie, littéralement, « chaise à crapaud(s) » (à cause de l’odeur qu’il(s) laisse(nt) après s’être assis sur le champignon ? …). Il peut être amusant et très constructif de passer en revue quelques autres mots composés que nous avons improprement baptisés « REBUS ». Découvrez-en, avec vos enfants, une quarantaine à
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=ndlsEnfants&smod=rebus

Nom : WEES IMPERATIF ZIJN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Wees op jouw hoede ! » (« Sois sur tes gardes ! »).
On y trouve la forme verbale « WEES », impératif provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait aussi l’objet des « temps primitifs » pour donner le participe passé « GEWEEST ».
Pour complément d’informations, consultez notamment notre tableau de synthèse « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment trois autres grandes catégories de verbes irréguliers au passé : https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez l’expression « op zijn hoede zijn » (« être sur ses gardes »).

Nom : AANGENOMEN VTT AANNEMEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/09/2018

Description : La phrase suivante (avec beaucoup de mots sous-entendus) est grammaticalement intéressante : « (Jouw voorstel wordt door mij) aangenomen » (« Ta proposition est acceptée par moi »). (N.B. : WORDEN serait alors l’auxiliaire de la voix passive)
On y trouve la forme verbale « AANgenomen », participe passé provenant de l’infinitif « AANnemen », lui-même construit sur l’infinitif « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « AANnemen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEnomen ».
Il y a REJET de la forme verbale « AANgenomen » derrière le complément éventuel (« door mij ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : ZAL ZULLEN REJET TONEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal je iets tonen » (« Je vais te montrer quelque chose »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« tonen »), derrière les compléments (« je » et « iets »), à la fin de la phrase et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : LATEN WE REJET WERKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Laten we samen werken » (« Laissons-nous travailler ensemble = travaillons ensemble »).
On y trouve notamment « LATEN » qui, à la première personne du PLURIEL de l’IMPERATIF (« LATEN WE … »), joue le rôle d’un auxiliaire « de mode » et exige le REJET du verbe « WERKEN », derrière le complément (« samen »), à la fin de cette phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres, à l’impératif :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

L’apprenant(e) francophone sera moins dépaysé(e) s’il / si elle se dit que la tournure néerlandophone « LATEN WE … » équivaut à « LAISSONS-NOUS … ». Notez, qu’en langue anglaise, il y a un phénomène similaire avec « LET US … ».

Nom : WIL WILLEN REJET MAKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik wil een goede reportage maken » (« Je veux faire un bon reportage »).
L’auxiliaire de mode de la « VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN », et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« maken »), derrière le complément (« een goede reportage »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WEGGEVOERD VTT WEGVOEREN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (nummer 17) wordt (naar het ziekenhuis) weggevoerd » (« Il est transféré à l’hôpital »).
On y trouve la forme verbale « WEGgevoerd », participe passé provenant de l’infinitif « WEGvoeren », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « VOEREN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent = « ik VOER ») se terminant par la consonne « R », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire : préfixe « GE » + « VOER » + « D » = « GEVOERD ».
Quand « WEGvoeren » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « WEG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « wegGEvoerd ».
Il y aurait REJET de la forme verbale « WEGgevoerd » derrière le complément éventuel (« naar het ziekenhuis ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs:
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : MOET OTT MOETEN REJET WORDEN OPGETREDEN VTT OPTREDEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Er moet drastisch worden opgetreden » (« Il doit être agi / On doit agir drastiquement »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière le complément (« drastisch »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussi la forme verbale « OPgetreden », participe passé provenant de l’infinitif « OPtreden », lui-même construit sur l’infinitif « TREDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « OPtreden » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEtreden ».
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ». Le sujet en est « ER » de l’expression « IL Y A ».

Nom : SLOEG OVT SLAAN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik sloeg de bedreiging in de wind » (« Je frappai la menace dans le vent / Je négligeai la menace »).
On y trouve notamment la forme verbale « sloeg » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « SLAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Voir notre tableau :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il ne faut pas confondre « SLAAN » avec le verbe « SLAGEN », considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), qui NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik slaag ») se terminant par la consonne « G », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « SLAAG » + « DE » = « SLAAGDE ».
« Hij slaagde niet erin de bedreiging in de wind te slaan » (« Il ne réussit pas à négliger la menace »).

Nom : MOEST OVT MOETEN REJET LEGGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik moest deze nacht een som bij de wegwijzer leggen » (« Je devais déposer une somme cette nuit près du poteau indicateur »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN » (donnant MOESTEN au PLURIEL du prétérit ou O.V.T.). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière les compléments (« deze nacht », « een som » et « wegwijzer »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KREEG OVT KRIJGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kreeg een brandbrief » (« Je reçus / j’ai reçu une lettre d’incendie => incendiaire = de menace »).
On y trouve la forme verbale « KREEG », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « KRIJGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne une voyelle « E » (double, au singulier). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : HAD OVT HEBBEN 2 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik had de waarschuwing niet in de wind mogen slaan » (« Je n’aurais pas pu frapper l’avertissement dans le vent / Je n’aurais pas dû négliger l’avertissement »).
On y trouve notamment la forme verbale « HAD », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « HEBBEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase est, en fait, au plus-que-parfait (rendu en français par un conditionnel passé) et la forme verbale de « MOGEN » aurait dû être au participe passé mais on a ici affaire à ce que l’on appelle le « double infinitif », solution intéressante pour éviter les « temps primitifs » quand on ne les maîtrise pas.
Les deux infinitifs font l’objet d’un REJET, derrière le complément (« in de wind »), à la fin de la phrase.

Nom : BAAS ZIJN UITDRUKKING EXPRESSION ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De mannen zijn de brand vlug de baas » (« Les hommes sont vite le patron de l’incendie = se rendent vite maître de l’incendie »).
Notez la construction de la phrase et l’expression.
A un niveau basique, lorsque l’on s’initie à l’apprentissage de la langue néerlandaise, afin de comprendre la différence de mentalité dans cette langue germanique, il peut être amusant et très constructif de passer en revue quelques mots composés que nous avons improprement baptisés « REBUS ». Voir, parmi une quarantaine d’autres, « TUINSLANG » ou « VINGERHOED » à
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=ndlsEnfants&smod=rebus

Nom : WAS OVT ZIJN 3 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat was mijn huishoudster » (« C’était ma femme de ménage »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise. C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez qu’il ne pourrait, en aucun cas, s’agir d’une forme verbale à l’O.T.T. (ou « présent ») provenant de l’infinitif « WASSEN », « DAT » (sujet) exigeant une terminaison « T » d’une troisième personne du singulier.
Rappelons qu’un nom de métier peut être construit sur base du radical du verbe (« HOUD » < « HOUDEN ») en y ajoutant une terminaison « ER » pour le masculin et « STER » pour le féminin, toutes les femmes étant des étoiles (« STAR » en anglais).

Nom : ZAL ZULLEN REJET ZETTEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/09/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal koffie (op het vuur) zetten » (« Je vais mettre du café sur le feu »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« zetten »), derrière le complément (« koffie »), à la fin de la phrase et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL ZULLEN REJET OVERNEMEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het wild zal de taak van de jager overnemen » (« Le gibier va reprendre / reprendra la tâche du chasseur »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« overnemen »), derrière le complément (« de taak van de jager »), à la fin de la phrase et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEREKRUTEERD VTT REKRUTEREN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De leden van de bende worden in de wijk gerekruteerd » (« Les membres de la bande sont recrutés dans les environs »).
On y trouve la forme verbale «gerekruteerd », participe passé provenant de l’infinitif « REKRUTEREN ». Ce verbe « REKRUTEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik rekruteer ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » + « REKRUTEER » + « D » = « GEREKRUTEERD ».
Quand « REKRUTEREN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gerekruteerd » derrière le complément (« in de wijk ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : LIET OVT LATEN REJET BEGAAN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik liet jullie begaan » (« Je vous laissai(s) = ai laissé agir »).
On y trouve notamment la forme verbale « LIET », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « LATEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On remarquera aussi, le REJET du verbe « BEGAAN », derrière le complément (« jullie »), à la fin de cette phrase. Même si « LATEN » joue le rôle d’un auxiliaire à la première personne du PLURIEL de l’IMPERATIF (« LATEN WE … » + REJET), il n’exige, en principe, pas un REJET systématique dans les autres cas. Voir phénomène du REJET, entre autres, à l’impératif :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : LAS OVT LEZEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik las de brief in jullie kamp » (« Je lus = ai lu la lettre dans votre camp »).
On y trouve notamment la forme verbale « LAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « LEZEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que si la dernière lettre du radical du verbe à l’indicatif présent (ou O.T.T.) est un « Z » (LEZEN – EN = LEZ), elle se transforme en « S » – c’est aussi le cas à l’O.V.T. ou « prétérit » – et le son « é » de l’infinitif est rendu au SINGULIER en doublant la voyelle : LEES.
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=radVerbes

Nom : ONTVOERDE OVT ONTVOEREN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij ontvoerde hem (Joeki)» (« Il l’enleva / l’a enlevé »).
On y trouve la forme verbale « ontvoerde », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « ONTVOEREN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « R », on trouvera à la fin du prétérit le « DE » majoritaire.
Rappelons aussi que, au participe passé, les verbes commençant au moins par les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
N’oublions pas non plus que si la personne enlevée avait été du genre féminin, le pronom complément aurait été « haar ».

Nom : WIL WILLEN REJET WORDEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik wil de eerste vrouwelijke persfotografe worden » (« Je veux devenir la première photographe de presse féminine »).
L’auxiliaire de mode de la « VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN », et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« worden »), derrière le complément (« de eerste vrouwelijke persfotografe »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KEER TERUG OTT TERUGKEREN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Keer met hem (Joeki) naar ons kamp terug ! » (« Retourne avec lui à notre camp ! »).
On y trouve la forme verbale « keer … TERUG », provenant de l’infinitif « TERUGkeren », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KEREN ».
Quand « TERUGkeren » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière les compléments (« met hem » et « naar ons kamp »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEEFT UIT OTT UITGEVEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Mijn vader geeft een dagblad uit » (« Mon père publie une feuille du jour / quotidienne = un journal / un quotidien »).
On y trouve notamment la forme verbale « geeft … UIT », provenant de l’infinitif « UITgeven », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « GEVEN ».
Quand « UITsnuffelen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de la forme verbale proprement dite et il y a REJET de celle-ci, derrière le complément (« een dagblad »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que si la dernière lettre du radical du verbe à l’indicatif présent (ou O.T.T.) est un « V » (GEV – EN = GEV), elle se transforme en « F » et le son « é » de l’infinitif est rendu au singulier en doublant la voyelle : GEEF.
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=radVerbes

Nom : SNUFFELT ROND OTT RONDSNUFFELEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Waarom snuffelt u hier rond » (« Pourquoi fouinez-vous par ici ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « snuffelt … ROND », provenant de l’infinitif « RONDsnuffelen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « SNUFELEN ».
Quand « RONDsnuffelen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « ROND » de la forme verbale proprement dite et il y a REJET de celle-ci, derrière le complément (« hier »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBLUNDERD VTT BLUNDEREN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dan heb ik helemaal geblunderd » (« J’ai gaffé »).
On y trouve la forme verbale « geblunderd », participe passé provenant de l’infinitif « WONDEN ». Ce verbe « BLUNDEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik blunder ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » + « BLUNDER » + « D » = « GEBLUNDERD ».
Quand « BLUNDEREN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « geblunderd » derrière le complément éventuel («helemaal») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Dans la mesure où la phrase commence par un complément (dan »»), il y a une INVERSION du sujet « ik » qui passe derrière sa forme verbale « heb ».

Nom : MAAKTEN OVT MAKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een pruik en een kussen onder zijn jas maakten hem onherkenbaar » (« Une perruque et un coussin sous sa veste le faisaient => rendaient méconnaissable »).
On y trouve notamment le verbe « MAKEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik maak ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit : « MAAK » + « TE » + « N » (pluriel) = « MAAKTEN ».
En langue néerlandaise, on peut construire certains adjectifs à partir du radical du verbe (première personne du singulier de l’indicatif présent) : HERKENNEN - EN + BAAR. « ON- » (« UN- » en anglais) constitue le contraire de « herkenbaar ».

Nom : SPOOKT ROND OTT RONDSPOKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Sinds(dien) de overvallen en inbraken hier begonnen, spookt hij hier overal rond » (« Depuis que les attaques et cambriolages commencèrent ici, il rôde partout ici comme un fantôme»).
On y trouve notamment la forme verbale « spookt … ROND », provenant de l’infinitif « RONDspoken », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « SPOKEN ».
Quand « RONDspoken » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « ROND » de la forme verbale proprement dite et il y a REJET de celle-ci derrière les compléments (« hier » et « overal »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Dans la mesure où la phrase principale commence par un « complément » (la phrase subordonnée introduite par « sinds » pour « sindsdien » joue ici ce rôle), il y a une INVERSION du sujet « hij » qui passe derrière sa forme verbale « spookt ».

Nom : BEGONNEN VTT BEGINNEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Sinds(dien) de overvallen en inbraken hier begonnen … » (« Depuis que les attaques et cambriolages commencèrent ici … »).
On trouve dans cette phrase la forme verbale « BEgonnen », prétérit provenant de l’infinitif « BEginnen », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et dont le participe passé est construit sur le PLURIEL du prétérit, au point de lui être identique. Les infinitifs en « I » constituent en effet une des trois grandes catégories de verbes irréguliers et donnent des « O » aux temps du passé (O.V.T ou V.T.T). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
https://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons donc aussi que, au participe passé des verbes commençant par les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER-, ceux-ci NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
Dans la mesure où nous avons ici affaire à une phrase subordonnée (introduite par « sinds » pour « sindsdien »), il y a REJET de la forme verbale du participe passé « BEgonnen » à la fin de la phrase, derrière le complément « hier ». Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERZORGD OVT VERZORGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De arme kerel moet dringend worden verzorgd » (« Le pauvre diable doit être soigné d’urgence »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On y trouve la forme verbale « verzorgd », participe passé provenant de l’infinitif « VERZORGEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « G », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Il y a REJET du participe passé « verzorgd » derrière le complément («dringend»), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEWOND VTT WONDEN 2 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij is zwaar gewond » (« Il est lourdement blessé »).
On y trouve la forme verbale « gewond », participe passé provenant de l’infinitif « WONDEN ». Ce verbe « WONDEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik wond ») se terminant (déjà) par la consonne « D », on trouvera a fortiori le « D » majoritaire (qui ne sera pas doublé en fin de mot) comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » + « WON(D) » + « D » = « GEWOND ».
Quand « WONDEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gewond » derrière le complément (« zwaar ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ONTVOERD VTT ONTVOEREN 2 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Joeki) werd ervoor ontvoerd » (« Il fut enlevé / a été enlevé pour cela »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On y trouve la forme verbale « ontvoerd », participe passé provenant de l’infinitif « ONTVOEREN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « R », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Il y a REJET du participe passé « ontvoerd » derrière le complément éventuel (« ervoor »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que « ervoor » = « daarvoor » et qu’ils remplacent « voor dat ».

Nom : WAS OVT ZIJN 2 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat was een belangrijk dossier » (« C’était un dossier important »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez qu’il ne pourrait, en aucun cas, s’agir d’une forme verbale à l’O.T.T. (ou « présent ») provenant de l’infinitif « WASSEN », « DAT » (sujet) exigeant une terminaison « T » d’une troisième personne du singulier.

Nom : VLUCHTTE OVT VLUCHTEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De gemaskerde vluchtte met een pakje » (« L’homme masqué fuyait avec un petit paquet »).
On y trouve notamment le verbe « VLUCHTEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik vlucht ») se terminant par la consonne « T », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit : « VLUCHT » + « TE » = « VLUCHTTE ».

Nom : GEREDEN VTT RIJDEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De leurder is ginds van de dijk gerEden » (« Le colporteur a roulé là-bas en dehors de la digue »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEREDEN », participe passé provenant de l’infinitif « RIJDEN » qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne aux temps du passé une voyelle « E ». Il est à noter que le participe passé « GEREDEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit ou O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « RIJDEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gerEden » derrière les compléments (« ginds et « van de dijk ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GESLINGERD VTT SLINGEREN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het dossier wordt uit de wagen geslingerd » (« Le dossier est éjecté de la voiture »).
On y trouve la forme verbale «geslingerd », participe passé provenant de l’infinitif « SLINGEREN ». Ce verbe « SLINGEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au participe passé et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés.
Quand « SLINGEREN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « geslingerd » derrière le complément (« uit de wagen ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : GAAT VOORT OTT VOORTGAAN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Op de dijk gaat de achtervolging voort » (« Sur la digue, la poursuite suit son cours »).
On y trouve la forme verbale « gaat … VOORT », provenant de l’infinitif « VOORTgaan », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « GAAN ».
Quand « VOORTgaan » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « VOORT » de la forme verbale proprement dite et il devrait y avoir REJET de cette composante « VOORT », derrière le complément (« op de dijk ») à la fin de la phrase, ce qui apparaît plus clairement dans la variante suivante : « De achtervolging gaat op de dijk voort ». Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composantes, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Dans Ia mesure où la phrase commence par un complément (« op de dijk »), ce dernier engendre une INVERSION : le sujet « de achtervolging » passant derrière le verbe « gaat ».
La particule « VOORT » est fort vraisemblablement une forme abrégée de la particule « VOORUIT ».

Nom : SLOOT OP OVT OPSLUITEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij sloot me ergens in een hok op » (« Il m’enferma dans une remise »).
On y trouve la forme verbale « sloot … OP », prétérit ou O.V.T. provenant de l’infinitif « OPsluiten », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « SLUITEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « UI », donne une voyelle « O » (doublée au singulier).
Quand « OPsluiten » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de la forme verbale proprement dite et il y a REJET de cette composante « OP », derrière les compléments (« me », « ergens » et « in een hok ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : ZAG OVT ZIEN 2 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zag hem niet eens » (« Je ne le vis pas une fois = même pas »).
On y trouve notamment la forme verbale « ZAG », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
ATTENTION : Beaucoup d’apprenants croient que la forme verbale « ZAG », provient de l’infinitif « ZEGGEN », également irrégulier à l’O.V.T. …

Nom : TROK OVT TREKKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Iemand trok een zak over mijn hoofd » (« Quelqu’un tira un sac par-dessus ma tête »).
On y trouve notamment la forme verbale « TROK », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « TREKKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : OVERVALLEN VTT OVERVALLEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik werd van achter overvallen » (« J’ai été agressé par derrière »).
On y trouve la forme verbale « overvallen », participe passé provenant de l’infinitif « overvallen», lui-même construit sur l’infinitif « VALLEN », qui fait normalement l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « overvallen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, s’il s’était agi d’un verbe à particule séparable », cela aurait pu entraîner une séparation de la particule « OVER » de son infinitif proprement dit et la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) se serait intercalée entre eux.
Le participe passé « overvallen » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« van achter »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussi la forme verbale « WERDEN », O.V.T. ou prétérit de « WORDEN », qui fait également l’objet aux temps du passé des « temps primitifs ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : LEEK OVT LIJKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/08/2018

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een pak dat sterk op hem (= Joeki) leek » (« Un paquet qui lui ressemblait fort »).
On y trouve notamment la forme verbale « LEEK », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « LIJKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne une voyelle « E » (doublée au singulier) pour les temps du passé. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a REJET de la forme verbale « LEEK » derrière le complément (« op hem ») à la fin de la phrase subordonnée relative (introduite par « DAT » < « HET pak »). Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez la préposition (« à » français) dans l’expression « LIJKEN OP ».

Nom : LIET ACHTER OVT ACHTERLATEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De gemaskerde liet bij die knotwilg een pak achter = achter hem » (« L’homme masqué laissa près de ce saule taillé en têtard un paquet derrière lui »).
On y trouve notamment la forme verbale « LIET … ACHTER », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ACHTERlaten », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « LATEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « ACHTERlaten » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « ACHTER » de la forme verbale proprement dite et il y a REJET de cette composante « ACHTER », derrière les compléments («bij die knotwilg » et «een pak ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composantes, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BEDORVEN VTT BEDERVEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij heeft alles bedorven ! » (« Elle a tout gâché = fait rater ! »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc dans cette phrase la forme verbale « BEdorven », provenant de l’infinitif « BEderven », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers, et est construit sur le PLURIEL du prétérit, lui étant même identique.. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a, ici, REJET du participe passé « BEdorven » derrière le complément (« alles »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : HAD OVT HEBBEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik had hem bijna te pakken » (« Je l’avais presque attrapé / J’étais presque sur le point de le rattraper »).
On y trouve notamment la forme verbale « HAD », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « HEBBEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : LIET OVT LATEN REJET ONTSNAPPEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Waarom liet je hem ontsnappen ? » (« Pourquoi le laissas-tu / l’as-tu laissé s’échapper ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « LIET », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « LATEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a, ici, REJET (comme, par exemple, au FUTUR,) de l’autre forme verbale (« ontsnappen »), derrière le complément (« hem »), à la fin de la phrase et, bien sûr, à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL ZULLEN REJET ONTSNAPPEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/08/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij zal me ontsnappen » (« Il va m’échapper »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« ontsnappen »), derrière le complément (« me »), à la fin de la phrase et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GERAAKT VTT RAKEN 4 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij heeft hem geraakt » (« Il l’a touché / atteint »).
On y trouve la forme verbale « geraakt », participe passé provenant de l’infinitif « RAKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T. : « ik raak ») se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire : préfixe « GE » + « RAAK » + « T » = « GERAAKT ».
Quand « RAKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « geraakt » derrière le complément (« hem ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : RIJDT WEG OTT WEGRIJDEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De marskramer rijdt reeds weg » (« Le colporteur s’éloigne déjà en voiture »).
On y trouve la forme verbale « rijdt … WEG », provenant du verbe « WEGrijden », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « RIJDEN ».
Il y a REJET de la particule séparable « WEG » (rendant une notion d’éloignement), derrière le complément (« reeds »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BEN KWIJT OTT KWIJT ZIJN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/07/2018

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Als mijn wagen direct start, ben ik ze kwijt » (« Si ma voiture démarre directement, je suis débarrassé d’eux »).
On y trouve, dans Ia phrase principale, la forme verbale «ben … KWIJT», provenant plutôt d’une expression que de l’infinitif « KWIJT zijn », qui aurait alors été un verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « ZIJN ». Quand « KWIJT zijn » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « KWIJT » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « KWIJT », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« ze »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
N’oublions pas que, dans Ia mesure où la phrase (principale) commence par un complément (la phrase subordonnée « Als mijn wagen direct start » joue ici ce rôle), ce dernier engendre une INVERSION, le sujet « ik » passant derrière le verbe « ben ».

Nom : HEB MEE OTT MEE HEBBEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Heb je geen zaken mee ! » (« Ne t’en préoccupe pas ! »).
On y trouve la forme verbale « heb… MEE », provenant de provenant plutôt d’une expression que de l’infinitif « MEE hebben », qui aurait alors été un verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « HEBBEN ».
Quand « MEE hebben » est conjugué, il y a REJET de la particule « MEE » derrière le complément (« geen zaken ») à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe (ou de certaines de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que la particule « MEE » provient de la préposition « MET ».
La variante de la phrase aurait pu être : « Heb je geen zaken met mij ! »

Nom : KUNNEN REJET ONTSNAPPEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Hij kan (ons) niet ontsnappen » (« Il ne peut pas nous échapper »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN » (donnant « KAN » au singulier). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« ontsnappen »), derrière le complément éventuel («ons»), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » :
«Hij mag (ons) niet ontsnappen ».

Nom : STAPT UIT OTT UITSTAPPEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij stapt (zijn wagen) uit » (« Il sort / descend de sa voiture »).
On y trouve la forme verbale « stapt … UIT », provenant de l’infinitif « UITstappen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « STAPPEN ».
Quand « UITstappen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « UIT », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« zijn wagen »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que cette particule séparable « UIT » est une ancienne préposition. On aurait donc pu avoir la variante suivante de la phrase : « Hij stapt uit zijn wagen ».

Nom : VERDEKT VTT VERDEKKEN OPGESTELD VTT OPSTELLEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Verdekt OPgesteld wachten zij in spanning de gebeurtenissen af » (« Bien dissimulés, tendus, ils attendent les événements »).
On y trouve la forme verbale « wachten … AF », participe passé provenant du verbe « AFwachten », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « WACHTEN ».
Il y a REJET de la particule séparable « AF » derrière les compléments (« in spanning » et « de gebeurtenissen ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve également la forme verbale « verdekt », participe passé provenant de l’infinitif « verDEKKEN » (n’existant plus) qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Rappelons que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On y trouve aussi la forme verbale « OPgesteld », participe passé provenant de l’infinitif « OPstellen », lui-même construit sur l’infinitif « STELLEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « L », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « OPstellen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEsteld ».
La phrase commençant par un (autre) complément (« Verdekt opgesteld »), cela entraîne une INVERSION du sujet « zij » qui passe derrière son verbe « wachten ».

Nom : ZULLEN REJET ZIJN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Toch zullen we in de buurt zijn » (« Nous allons toutefois être dans le voisinage »).
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (« zijn »), derrière le complément (« in de buurt »), à la fin de la phrase et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un (autre) complément (« Toch »), cela entraîne une INVERSION du sujet « we » qui passe derrière son verbe « zullen ».

Nom : KENDEN OVT KENNEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Als we de inhoud kenden … » (« Si nous connaissions le contenu … »).
Le verbe « KENNEN », dans la phrase subordonnée (introduite par « ALS »), est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik ken ») se terminant par la consonne « N », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « KEN » + « DE » + « N » (PLURIEL) = « KENDEN ».
Il y a REJET de la forme verbale « KENDEN » derrière le complément (« de inhoud ») à la fin de la phrase subordonnée. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOETEN REJET TERUGKRIJGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Nu (moeten we) Joeki nog terugkrijgen » (« Maintenant, nous devons encore récupérer Joeki »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » (ici sous-entendu) est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« terugkrijgen »), derrière les compléments («Joeki» et « nog »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un (autre) complément (« NU »), cela entraîne une INVERSION du sujet « we » (ici sous-entendu) qui passe derrière son verbe « moeten ».

Nom : LIEP AF OVT AFLOPEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat liep goed af ! » (« Cela se passa bien = cela s’est bien passé ! »).
On y trouve notamment la forme verbale « LIEP » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « LOPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Voir notre tableau :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve en fait la forme verbale « liep … AF », provenant de l’infinitif « AFlopen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit donc sur l’infinitif « LOPEN ».
Quand « AFlopen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AF » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « AF », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« goed »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KAN KUNNEN REJET ANTWOORDEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Hoe kan hij dan antwoorden ? »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN » (donnant « KAN » au singulier). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« antwoorden »), derrière le complément (« DAN »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » : « Hoe mag hij dan antwoorden ? »

Nom : TRAP IN OTT INTRAPPEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Daar trap ik (zeker) niet in ! » (« Je ne tomberai pas dedans < dans le piège ! »).
On y trouve, à première vue, la forme verbale « trap … IN », provenant de l’infinitif « INtrappen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « TRAPPEN ».
Quand « INtrappen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « IN », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« zeker »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un (autre) complément (« Daar »), cela entraîne une INVERSION du sujet « ik » qui passe derrière son verbe « trap ».
Nous avons plus vraisemblablement affaire à un « adverbe pronominal », « DAARin » pour « ERin ». On aurait en effet pu avoir les variantes suivantes de la phrase : « Ik trap (zeker) niet daarin ! » ou « Ik trap (zeker) niet erin ! ».

Nom : MEEN OVT MENEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik meende in de kelder van het gemeentehuis licht te zien » (« J’avais l’impression de voir de la lumière dans la cave de la maison communale »).
Le verbe « MENEN », dans la phrase principale, est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik meen ») se terminant par la consonne « N », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « MEEN » + « DE » = « MEENDE ».
Notez le REJET de la forme verbale (« zien »), derrière les compléments (« in de kelder van het gemeentehuis » et « licht »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KUNNEN REJET OPENEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Jammer dat we het niet kunnen openen » (« Il est dommage que nous ne pouvons pas l’ouvrir »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« openen »), derrière le complément (« HET »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. On le voit mieux dans la variante (non subordonnée) de la phrase : « We kunnen het niet openen ». Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » :
« Jammer dat we het niet mogen openen ».

Nom : MOET REJET ZIJN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Dat dossier moet voor onze geheimzinnige opdrachtgever van groot belang zijn » (« Ce dossier doit être de grande importance »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« zijn »), derrière les compléments (« voor onze geheimzinnige opdrachtgever » et « van groot belang »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DRINGEN BINNEN OTT BINNENDRINGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Die nacht dringen ze (Robert en Bertrand) zonder moeite langs een keldergat het gemeentehuis binnen » (« Cette nuit-là, ils pénètrent sans peine dans la maison communale par un trou de cave = soupirail »).
On y trouve la forme verbale « dringen … BINNEN », provenant du verbe « BINNENdringen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « DRINGEN ». Il y a REJET de la particule séparable « BINNEN », composante du verbe, derrière les compléments (« zonder moeite », « langs een keldergat » et « het gemeentehuis »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composantes, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que, dans la préposition « BINNEN », ancienne préposition, il y a la préposition «IN». On aurait donc pu dire : « Ze dringen langs een keldergat in het gemeentehuis » ou «Ze dringen in het gemeentehuis langs een keldergat».
La phrase commençant par un (autre) complément (« Die nacht »), cela entraîne une INVERSION du sujet « ze » qui passe derrière son verbe « dringen ».

Nom : KUNNEN REJET DOEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Wat kunnen we (nu) doen ? » (« Que pouvons nous faire ? »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« doen »), derrière le complément éventuel (« NU »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » :
« Wat mogen we (nu) doen ? »

Nom : GAAN REJET INBREKEN ROBERT EN BERTRAND 2 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/07/2018

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zodra het duister wordt gaan we in opdracht inbreken » (« Dès qu’il fera plus sombre, nous allons commettre une infraction sur commande »).
Le verbe « GAAN » est ici presque utilisé comme un « futur proche » et aide mieux à comprendre comment fonctionne, en langue néerlandaise, l’auxiliaire du FUTUR « ZULLEN ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est en effet peut-être plus simple de le comparer à ce « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ». Variante possible : « We zullen in opdracht inbreken ».
Comme au FUTUR, il y a donc ici REJET de l’autre forme verbale (« inbreken »), derrière le complément (« in opdracht »), à la fin de la phrase et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
N’oublions pas que, dans Ia mesure où la phrase (principale) commence par un complément (la phrase subordonnée « Zodra het duister wordt » joue ici ce rôle), ce dernier engendre une INVERSION, le sujet « we » passant derrière le verbe « gaan ». On aurait en effet aussi pu dire : « We gaan in opdracht inbreken ».

Nom : VERZEILD VTT VERZEILEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Waarin zijn we (nu) verzeild ? » (« Dans quoi sommes-nous maintenant embarqués ? »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On y trouve la forme verbale « verzeild », participe passé provenant de l’infinitif « VERZEILEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « L », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Il y a REJET du participe passé « verzeild » derrière le complément éventuel (« NU »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOETEN REJET ZOEKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/07/2018

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Verdere instructies waar we het dossier moeten zoeken » (« D’autres instructions sur l’endroit où nous devons chercher le dossier »).
L’auxiliaire de mode de l’« OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« zoeken »), normalement (mais sommes ici dans une phrase subordonnée introduite par « waar ») derrière le complément (« het dossier »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. On verra mieux le REJET dans la variante suivante : « We moeten het dossier zoeken ». Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MAG MOGEN REJET WORDEN GEOPEND VTT OPENEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het dossier mag (door jullie) niet worden geopend » (« Le dossier ne peut pas être ouvert »).
L’auxiliaire de mode de la POSSIBILITE » est l’infinitif « MOGEN », donnant un singulier « MAG ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« worden » / « geopend »), derrière le complément éventuel (« door jullie »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussi la forme verbale « geopend », participe passé provenant de l’infinitif « OPENEN ». Ce verbe « OPENEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik open ») se terminant par la consonne « N », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » + « OPEN » + « D » = « GEOPEND ».

Nom : WILLEN REJET TERUGZIEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Als jullie hem (Joeki) levend willen terugzien … » (« Si vous voulez le revoir vivant … »).
L’auxiliaire de mode de la « VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« terugzien »), normalement (mais sommes ici dans une phrase subordonnée introduite par « Als ») derrière les compléments (« hem » et «levend»), à la fin de la phrase et à l’infinitif. On verra mieux le REJET dans la variante suivante : « Jullie willen hem levend terugzien. »
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ONTVOERD VTT ONTVOEREN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij is / werd (door iemand) ontvoerd » (« Il est enlevé / a été enlevé par quelqu’un »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER- GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On y trouve la forme verbale « ontvoerd », participe passé provenant de l’infinitif « ONTVOEREN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « R », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Il y a REJET du participe passé « ontvoerd » derrière le complément éventuel (« door iemand »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEVOCHTEN VTT VECHTEN WERD OVT WORDEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/07/2018

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het is net of er hier werd gevochten » (« C’est comme si on s’était battu ici »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « OF »), la forme verbale « gevochten », participe passé provenant de l’infinitif « VECHTEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il y a REJET de la forme verbale derrière le complément (« HIER ») à la fin de la phrase. Notez que, dans toutes les phrases subordonnées néerlandaises, toutes les formes verbales font l’objet d’un REJET à la fin de la phrase. (L’ordre des mots dans une phrase NON subordonnée aurait été : « Er werd hier gevochten ».) Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici « WERD ») est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ». Il fait aussi l’objet des « temps primitifs »
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : RIJDT OVERHOOP OTT OVERHOOP RIJDEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De vent rijdt mij haast overhoop » (« Le type me roule presque dessus »).
On y trouve la forme verbale « rijdt … OVERHOOP », provenant plutôt d’une expression que d’un infinitif « OVERHOOP rijden » mais qui réagit comme un verbe dit « à particule séparable », construit sur l’infinitif « RIJDEN ».
Quand « OVERHOOP rijden » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OVERHOOP » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « OVERHOOP», composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« mij » et « haast »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composante, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WIL WILLEN REJET FOTOGRAFEREN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Een fotografe wil een leurder fotograferen » (« Une photographe veut photographier un colporteur »).
L’auxiliaire de mode de la « VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN », et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« fotograferen »), derrière le complément (« een leurder »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KAN KUNNEN REJET ONTKOMEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De marskramer kan vlug ontkomen » (« Le marchand ambulant peut rapidement s’échapper »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« ontkomen »), derrière le complément éventuel (« vlug »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » (avec « MAG » au singulier) :
« De marskramer mag vlug ontkomen ».

Nom : KOM AF OTT AFKOMEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zo kom je er niet af ! » (« Tu ne t’en tireras pas comme ça ! »).
On y trouve la forme verbale « kom … AF », qui pourrait provenir de l’infinitif « AFkomen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KOMEN ».
Quand « AFkomen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AF » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « AF », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« ER »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composante, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Une autre hypothèse de la construction de la phrase est que nous avons affaire à l’adverbe pronominal « erAF » (pour « daarAF »), ce qui ne la modifie pas.
Dans Ia mesure où la phrase commence par un complément (« Zo »), ce dernier engendre une INVERSION : le sujet « je » passe derrière le verbe « kom ». On aurait en effet aussi pu dire : « Je komT er niet zo af ! »

Nom : SPRINGT OPZIJ OTT OPZIJ SPRINGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Robert) springt snel opzij » (« Il saute rapidement sur le côté = fait un bond rapide sur le côté »).
On y trouve la forme verbale « springt … OPZIJ », provenant plutôt d’une expression que d’un infinitif « OPZIJspringen » mais qui réagit comme un verbe dit « à particule séparable », construit sur l’infinitif « SPRINGEN ».
Quand « OPZIJspringen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OPZIJ » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « OPZIJ », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« snel »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composante, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : HAALT IN OTT INHALEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/07/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij haalt haar in ! » (« Il la rattrape ! »).
On y trouve la forme verbale « haalt … IN », provenant de l’infinitif « INhalen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « HALEN ».
Quand « INhalen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de sa forme verbale proprement dite et cette particule séparable « IN », composante du verbe, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« haar »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composante, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : TREKKEN TERUG OTT TERUGTREKKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De vagebonden trekken zich in hun schuilplaats terug » (« Les vagabonds se retirent dans leur cachette »).
On y trouve la forme verbale « trekken … TERUG », provenant de l’infinitif « TERUGtrekken », verbe dit « à particule séparable ».
Quand « TERUGtrekken » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule « TERUG » étant affectée par un REJET, normalement derrière le complément (« in hun schuilplaats»), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe ou d’une de ses composantes, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OPGEHANGEN VTT OPHANGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De laatste bokkerijder werd in 1794 opgehangen » (« Le dernier chevaucheur de boucs a été pendu en 1794 »).
On y trouve la forme verbale « OPgehangen », participe passé provenant de l’infinitif « OPhangen », lui-même construit sur l’infinitif « HANGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « OPhangen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEgraven ».
Il y a REJET de la forme verbale derrière le complément (« in 1794 ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici « WERD ») est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ». Il fait aussi l’objet des « temps primitifs »
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : MAAKTE OVT MAKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/06/2018

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een roversbende die vroeger Limburg onveilig maakte » (« Une bande de voleurs qui jadis rendait le Limbourg peu sûr »).
On y trouve notamment le verbe « MAKEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik maak ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit : « MAAK » + « TE » = « MAAKTE ».
Rappelons que, dans les phrases subordonnées néerlandaises, la forme verbale fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments («vroeger», « Limburg » et « onveilig »), à la fin de la phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WAS OVT ZIJN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een zilveren bok was het gildeteken van een roversbende » (« Un bouc en argent était le signe de ralliement d’une bande de voleurs »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez qu’il ne pourrait, en aucun cas, s’agir d’une forme verbale à l’O.T.T. (ou « présent ») provenant de l’infinitif « WASSEN », « DAT » (sujet) exigeant une terminaison « T » d’une troisième personne du singulier.

Nom : BETEKENDE OVT BETEKENEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/06/2018

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Enig idee wat die zilveren bok voor mensen betekende ? » (« Avez-vous la moindre idée de ce que ce bouc en argent signifiait = symbolisait ? »).
Ce verbe « BETEKENEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik beteken ») se terminant par la consonne « N », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « BETEKEN » + « DE » = « BETEKENDE ».
Rappelons que, dans les phrases subordonnées néerlandaises, la forme verbale fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« voor mensen »), à la fin de la phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DOUBLE INFINITIF GAAN ZWERVEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij zijn pas gaan zwerven » (« Nous avons juste erré = Nous venions d’errer = Nous émergions d’une errance »).
La phrase est, en fait, au passé composé et la forme verbale de « GAAN » aurait dû être au participe passé mais on a ici affaire à ce que l’on appelle le « double infinitif », solution intéressante pour éviter les « temps primitifs » quand on ne les maîtrise pas.
Les deux infinitifs font l’objet d’un REJET, derrière le complément (« PAS »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KUNNEN REJET DANKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Hoe kunnen wij u danken ? » (« Comment pouvons-nous vous remercier ? »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« voorkomen »), derrière le complément (« U »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » : « Hoe mogen wij u danken ? ».

Nom : GERED VTT REDDEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « U hebt ons gered » (« Vous nous avez sauvés »).
On y trouve notamment la forme verbale « gered », participe passé provenant de l’infinitif « REDDEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (« ik red », première personne du présent ou O.T.T.) se terminant a fortiori déjà par la consonne « D », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Le participe passé « gered » fait l’objet d’un REJET derrière le complément (« ons ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VERONTRUST VTT VERONTRUSTEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij werden niet (door verdachte personen) verontrust » (« Nous n’avons pas été importunés »).
Rappelons que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On y trouve notamment la forme verbale « verontrust », participe passé provenant de l’infinitif « VERONTRUSTEN », lui-même construit sur l’infinitif « RUSTEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant a fortiori déjà par la consonne « T », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Le participe passé « verontrust » fait l’objet d’un REJET derrière le complément éventuel (« door verdachte personen ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BEMERKT VTT BEMERKEN VERDACHT ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hebt u soms verdachte personen bemerkt ? » (« Avez-vous parfois => par hasard remarqué des personnes suspectes ? »).
Rappelons que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On y trouve notamment la forme verbale « bemerkt », participe passé provenant de l’infinitif « BEMERKEN », lui-même construit sur l’infinitif « MERKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Le participe passé « bemerkt » fait l’objet d’un REJET derrière les compléments (« soms » et « verdachte personen ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve donc aussi la forme verbale la forme verbale « verdacht », participe passé (construit sur le prétérit « dacht » et utilisé ici comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif «VERDENKEN» (n’existant plus), lui-même construit sur l’infinitif « DENKEN » qui donc, comme une minorité de verbes néerlandais fait l’objet des « temps primitifs ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : KAN KUNNEN REJET DOEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Kan ik iets voor jullie doen ? » (« Puis-je faire quelque chose pour vous ? »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« voorkomen »), derrière les compléments (« gelijk »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » (avec « MAG » au singulier) :
« Mag ik iets voor jullie doen ? ».

Nom : VONDEN OVT VINDEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij vonden zijn stoffelijk overschot » (« Nous trouvâmes / avons trouvé sa dépouille mortelle »).
On y découvre la forme verbale « VONDen », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : KWAM OVT KOMEN 2 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/06/2018

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : «(…) Een rover die hier uit de buurt kwam » (« Un voleur qui venait des environs »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée introduite par
« DIE »), la forme verbale « KWAM », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant
de l’infinitif « KOMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des
verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans les phrases subordonnées néerlandaises, la forme verbale fait
l’objet d’un REJET, derrière les compléments (ici « hier » et « uit de buurt »), à la fin de la phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEMAAKT VTT MAKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De streek wordt de laatste tijd onveilig gemaakt » (« La région est faite => devenue non sûre => peu sûre ces derniers temps »).
On y trouve la forme verbale « gemaakt », participe passé provenant de l’infinitif « MAKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (« ik maak », première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « MAKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « gemaakt» derrière les compléments (« de laatste tijd » et « onveilig ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que cette phrase est à la voix passive puisque l’on y utilise l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de « ZIJN ».

Nom : ZAGEN OVT ZIEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We zagen nog licht » (« Nous vîmes / Voyions / avons vu encore de la lumière »).
On y trouve notamment la forme verbale « ZAGEN », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
ATTENTION : Beaucoup d’apprenants croient que la forme verbale « ZAG », provient de l’infinitif « ZEGGEN », également irrégulier à l’O.V.T. …

Nom : VERGAT OVT VERGETEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik vergat de dasspeld van de dokter terug te geven » (« J’ai oublié de rendre l’épingle à cravate du docteur »).
On y trouve notamment la forme verbale « VERGETEN » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « VERGETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Voir notre tableau :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve aussi la forme verbale « terug te geven », provenant de l’infinitif « TERUGgeven », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur « GEVEN ». Quand « TERUGgeven » est conjugué, cela entraîne en néerlandais (c’est ici le « te », régi par « VERGETEN », qui engendre cette construction de phrase) une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule « TERUG » étant affectée (tout comme son infinitif) par un REJET, derrière le complément (« de dasspeld van de dokter »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GESLAAGD VTT SLAGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik ben erin geslaagd » (« J’ai réussi »).
On y trouve, sous-entendue, l’expression « ERIN SLAGEN ».
On y trouve la forme verbale « geslaagd », participe passé provenant de l’infinitif « SLAGEN ». Ce verbe « SLAGEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik slaag ») se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » + « SLAAG » + « D » = « GESLAAGD ».
Le participe passé « geslaagd » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« erin »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GA VANDOOR OTT VANDOOR GAAN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik ga er vlug vandoor » (« Je m’en vais rapidement »).
On y trouve notamment « VANDOOR », qui réagit comme une « particule séparable », faisant l’objet d’un REJET, derrière le complément (« vlug »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On peut donc éventuellement considérer que l’on a affaire au verbe « VANDOOR GAAN ».
Mais un indice, semé antérieureurement dans la phrase, « ER » placera « VANDOOR » plutôt dans les « adverbes pronominaux ». Quand les deux parties de ces derniers ne sont pas séparées, on pourrait trouver « erVANDOOR » ou « daarVANDOOR ».

Nom : WEES OVT ZIJN GERUST VTT RUSTEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wees gerust ! » (« Sois tranquille / Soyez tranquille ! »).
On y trouve la forme verbale « WEES », impératif provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait aussi l’objet des « temps primitifs » pour donner le participe passé « GEWEEST ».
Pour complément d’informations, consultez notamment notre tableau de synthèse « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment trois autres grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve la forme verbale « gerust », participe passé provenant de l’infinitif « RUSTEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant déjà par la consonne « T », a fortiori on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.

Nom : AANGEVALLEN VTT AANVALLEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De juffrouw werd (door een man) aangevallen » (« La demoiselle fut = a été attaquée »).
On y trouve la forme verbale « AANgevallen », participe passé provenant de l’infinitif « AANvallen », lui-même construit sur l’infinitif « VALLEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « AANvallen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEvallen ».
Le participe passé « aanGEvallen » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« door een man »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussi la forme verbale « WERDEN », O.V.T. ou prétérit de « WORDEN », qui fait également l’objet aux temps du passé des « temps primitifs ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : BETROKKEN VTT BETREKKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij werden toevallig hierbij betrokken » (« Nous y avons été impliqués par hasard »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais. On trouve donc la forme verbale « BEtrokken », participe passé provenant de l’infinitif « BEtrekken », lui-même construit sur l’infinitif « TREKKEN » qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « BEtrokken » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« toevallig » et « hierbij »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussi la forme verbale « WERDEN », O.V.T. ou prétérit de « WORDEN », qui fait également l’objet aux temps du passé des « temps primitifs ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : SCHROK OVT SCHRIKKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Waarom schrok je zo ? » (« Pourquoi t’es-tu effrayée ainsi ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « SCHROK », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « SCHRIKKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.).
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : KAN KUNNEN REJET HEBBEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je kan gelijk hebben » (« Tu peux avoir raison »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« voorkomen »), derrière le complément (« gelijk »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » (avec « MAG » au singulier) : « Je mag gelijk hebben ».

Nom : KWAM OVT KOMEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/06/2018

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Joeki) ontmoet Robert die hem kwam halen » (« Il rencontre Robert qui
venait le chercher »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée introduite par
« DIE »), la forme verbale « KWAM », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant
de l’infinitif « KOMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des
verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau
des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à
mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au
passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans les phrases subordonnées néerlandaises, la forme verbale fait
l’objet d’un REJET, derrière le complément (ici « hem »), à la fin de la
phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GESCHOTEN VTT SCHIETEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wie heeft op hem geschoten ? » (« Qui a tiré sur lui ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « GESCHOTEN », participe passé provenant de l’infinitif « SCHIETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IE », donne une voyelle « O ». Il faut noter que ce participe passé se construit sur le PLURIEL du prétérit.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GESCHOTEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« op hem »), à la fin de la phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KUNT KAN KUNNEN REJET VOORKOMEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je kunt (= kan) misdaden voorkomen » (« Tu peux prévenir des méfaits »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« voorkomen »), derrière le complément (« misdaden »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » (avec « MAG » au singulier) :
« Je mag misdaden voorkomen ».

Nom : LATEN REJET BRENGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/06/2018

Description :
La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Laat mij je liever naar een dokter brengen » (« Laisse-moi plutôt t’amener vers = chez un docteur »).
On y trouve notamment la forme verbale « LAAT » qui, à l’IMPERATIF joue le rôle d’un auxiliaire « de mode » et exige le REJET du verbe « BRENGEN », derrière les compléments (« mij », « je », « liever » et « naar een dokter »), à la fin de cette phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres, à l’impératif :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

L’apprenant(e) francophone sera donc moins dépaysé(e) s’il / si elle se dit que la tournure néerlandophone à l’IMPERATIF (avec surtout « LATEN WE ») équivaut à « LAISSE / LAISSONS / LAISSEZ ».
Notez, qu’en langue anglaise, il y a un phénomène similaire avec « LET… ».
Rappelons que si une notion de mouvement est liée au verbe, on utilisera en néerlandais la préposition « NAAR ».

Nom : GETROFFEN VTT TREFFEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik ben (door een kogel) getroffen » (« Je suis touché»).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « geTROFFEN », participe passé provenant du PLURIEL du prétérit de « TREFFEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « getroffen », derrière le complément éventuel (« door een kogel »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEWOND VTT MEEWONDEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij is zeker gewond » (« Il est certainement blessé »).
On y trouve la forme verbale « gewond », participe passé provenant de l’infinitif « WONDEN ». Ce verbe « WONDEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik wond ») se terminant (déjà) par la consonne « D », on trouvera a fortiori le « D » majoritaire (qui ne sera pas doublé en fin de mot) comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » + « WON(D) » + « D » = « GEWOND ».
Quand « WONDEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gewond » derrière le complément (« zeker ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MEEGEVOERD VTT MEEVOEREN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Vermoedelijk is hij door de stroom meegevoerd » (« Probablement il tomba = est tombé dans l’eau »).
On y trouve notamment la forme verbale « meegevoerd », participe passé provenant de l’infinitif « MEEVOEREN », lui-même construit sur « VOEREN », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « MEEVOEREN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « MEE » (provenant de la préposition « MET ») de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « meegevoerd ».
Dans Ia mesure où la double phrase commence par un complément («Vermoedelijk»), ce dernier engendre une (double) INVERSION : le sujet (de la seconde phrase sur l’image) « hij » passe derrière le verbe « is ». On aurait en effet aussi pu dire : « Hij is vermoedelijk door de stroom meegevoerd » ou « Hij is door de stroom vermoedelijk meegevoerd ».
Rappelons que si une notion de mouvement est liée au verbe, on utilisera en néerlandais plutôt l’auxiliaire « ZIJN » aux temps composés.

Nom : VIEL OVT VALLEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/06/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Vermoedelijk viel hij in het water » (« Probablement il tomba = est tombé dans l’eau »).
On y trouve notamment la forme verbale « VIEL » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « VALLEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Voir notre tableau :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans Ia mesure où la phrase commence par un complément («Vermoedelijk»), ce dernier engendre une INVERSION : le sujet « hij » passant derrière le verbe « viel ». On aurait en effet aussi pu dire : « Hij viel vermoedelijk in het water ».

Nom : GERAAKT VTT RAKEN 3 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/05/2018

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik meen dat ik hem (heb) geraakt heb » (« Je pense que je l’ai touché / atteint »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale « geraakt », participe passé provenant de l’infinitif « RAKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « RAKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « geraakt » derrière le complément (« HEM ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que, dans une phrase subordonnée, toutes les formes verbales (même l’auxiliaire « HEB ») font l’objet de ce REJET. La phrase « normale » aurait été : « Ik heb hem geraakt ».

Nom : GERAAKT VTT RAKEN 2 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (de rover) werd (door een kogel) geraakt » (« Il fut touché / atteint »).
On y trouve la forme verbale « geraakt », participe passé provenant de l’infinitif « RAKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « RAKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « geraakt» derrière le complément éventuel (« door een kogel ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que cette phrase est à la voix passive puisque l’on y utilise l’auxiliaire « WORDEN » (« WERD » au prétérit) au lieu de « ZIJN ».

Nom : HOORDE OVT HOREN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik hoorde een gil » (« J’entendis = j’ai entendu un cri »).
Ce verbe « HOREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik hoor ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « HOOR » + « DE » = « HOORDE ».

Nom : SLOOP NA OVT NASLUIPEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij sloop hem na » (« Il se faufila derrière lui »)
On y trouve la forme verbale « NAsloop », prétérit (O.V.T.) provenant de l’infinitif « NAsluipen », lui-même construit sur l’infinitif « SLUIPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « UI », donne une voyelle « O ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « NAsluipen » est conjugué, il y a REJET de la particule « NA » derrière le complément (« hem ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou de certaines de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAG OVT ZIEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Joeki) zag de rover voorbijgaan » (« Il vit = il a vu le voleur passer devant lui »).
On y trouve notamment la forme verbale « ZAG », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
ATTENTION : Beaucoup d’apprenants croient que la forme verbale « ZAG », provient de l’infinitif « ZEGGEN », également irrégulier à l’O.V.T. …

Nom : ZAL ZULLEN REJET BRENGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal je naar een dokter brengen » (« Je vais te mener vers / à un docteur »)
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (ici « brengen »), derrière les compléments (« je » et « naar een dokter »), à la fin de la phrase et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que si une notion de mouvement est liée au verbe, on utilisera en néerlandais la préposition « NAAR ».

Nom : GESCHOTEN VTT SCHIETEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De schurk heeft me in de bovenarm geschoten » (« La canaille m’a tiré dans la partie supérieure du bras = près de l’épaule »).
On y trouve notamment la forme verbale « GESCHOTEN », participe passé provenant de l’infinitif « SCHIETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IE », donne une voyelle « O ». Il faut noter que ce participe passé se construit sur le PLURIEL du prétérit.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GESCHOTEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« me » et « in de bovenarm »), à la fin de la phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KAN KUNNEN REJET KIEZEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De rover kan het hazepad kiezen » (« Le voleur peut prendre le chemin du lièvre = la clé des champs »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« kiezen »), derrière le complément (« het hazepad »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE », l’infinitif « MOGEN » (avec « MAG » au singulier) :
« De rover mag het hazepad kiezen ».

Nom : GERAAKT VTT RAKEN 1 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Bertrand) werd (door een kogel) geraakt » (« Il fut touché / atteint »).
On y trouve la forme verbale « geraakt », participe passé provenant de l’infinitif « RAKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « RAKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « geraakt» derrière le complément éventuel (« door een kogel ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que cette phrase est à la voix passive puisque l’on y utilise l’auxiliaire « WORDEN » (« WERD » au prétérit) au lieu de « ZIJN ».

Nom : RIJD MEE OTT MEERIJDEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik rijd (met u) mee » (« Je roule avec vous => je vous accompagne en voiture »).
On y trouve la forme verbale « rijd … MEE », provenant de l’infinitif « MEErijden », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « RIJDEN ».
Quand « MEErijden » est conjugué, il y a REJET de la particule « MEE » derrière le complément éventuel («met u») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou de certaines de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que la particule « MEE » provient de la préposition « MET ».

Nom : GAAT AF OTT AFGAAN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dit pistool gaat (dadelijk) af » (« Ce pistolet se déclenche »).
On y trouve la forme verbale « gaat … AF », provenant de l’infinitif « AFgaan », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « GAAN ».
Quand « AFgaan » est conjugué, il y a REJET de la particule « AF » derrière le complément éventuel (« dadelijk ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe (ou de certaines de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : AANGEREDEN VTT AANRIJDEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Plots komt langs een aardeweg een auto AANgerEden » (« Soudain, une voiture arrive via un chemin de terre en roulant vite »).
On y trouve notamment la forme verbale « AANGEREDEN », participe passé provenant de l’infinitif « AANRIJDEN », lui-même construit sur l’infinitif « RIJDEN » qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne aux temps du passé une voyelle « E ». Il est à noter que le participe passé « GEREDEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit ou O.V.T. Quand « AANRIJDEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEreden ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans Ia mesure où la phrase commence par un complément (« Plots »), ce dernier engendre une INVERSION : le sujet « een auto » passe derrière le verbe « komt ». On aurait en effet aussi pu dire : « Een auto komt plots langs een aardeweg aangereden ».

Nom : GEHOORD VTT HOREN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb schoten gehoord » (« J’ai entendu des coups de feu »).
On y trouve la forme verbale « gehoord », participe passé provenant de l’infinitif « HOREN ». Ce verbe « HOREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik hoor ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » « HOOR » + « D » = « GEHOORD ».
Quand « HOREN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gehoord » derrière le complément (« schoten ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEDEKT VTT DEKKEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze leggen zich te slapen met zakken gedekt » (« Ils se couchent pour dormir, couverts avec des sacs »).
On y trouve la forme verbale « gedekt », participe passé provenant de l’infinitif « DEKKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « DEKKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé «gedekt» derrière le complément (« met zakken ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KUNNEN REJET OVERNACHTEN 2 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zelfs als ze daar niet voor ons staan, kunnen we maar beter buiten de gemeente overnachten » (« Même s’ils ne sont pas là pour nous, nous pouvons tout aussi bien passer la nuit hors de la commune »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière les compléments (« maar beter » et « buiten de gemeente »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
C’est dans Ia mesure où la phrase subordonnée (« Zelfs als ze daar niet voor ons staan ») joue le rôle d’un complément que cela engendre une INVERSION : le sujet « we » passe derrière le verbe « kunnen ».
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE» ou de la « PERMISSION », l’infinitif « MOGEN » :
« We mogen maar beter buiten de gemeente overnachten ».

Nom : VERDEKT VTT VERDEKKEN OPGESTELD VTT OPSTELLEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Verdekt OPgestelde gendarmen houden overal scherp toezicht » (« Des gendarmes, disposés de façon à être dissimulés, exercent une stricte surveillance »).
On y trouve la forme verbale « verdekt », participe passé provenant de l’infinitif « verDEKKEN » (n’existant plus) qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Rappelons que, dans les verbes, au moins les préfixes BE- ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On y trouve aussi la forme verbale « OPgesteld », participe passé (utilisé comme adjectif épithète et s’accordant donc) provenant de l’infinitif « OPstellen », lui-même construit sur l’infinitif « STELLEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « L », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « OPstellen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEsteld ».

Nom : GEBLAZEN VTT BLAZEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat wordt (voor ons) oppassen geblazen ». (« Cela souffle de faire attention »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEBLAZEN », participe passé provenant de l’infinitif « BLAZEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a REJET du participe passé, derrière le complément éventuel (« voor ons »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que cette phrase est à la voix passive puisque l’on y utilise l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de « ZIJN ».

Nom : KUNNEN REJET OVERNACHTEN 1 ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We kunnen beter in een herberg overnachten ». (« Nous pouvons mieux / nous ferions mieux de passer la nuit dans une auberge »).
L’auxiliaire de mode de la POSSIBILITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière les compléments (« beter » et « in een herberg »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE» ou de la « PERMISSION », l’infinitif « MOGEN » :
« We mogen beter in een herberg overnachten ».

Nom : GEJAAGD VTT JAGEN ROBERT EN BERTRAND 27 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Gejaagd door een gure wind … » (« Chassés par un vent rigoureux … »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEJAAGD », participe passé provenant de l’infinitif « JAGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers à l’OV.T. (ou « prétérit ») : « JOEG ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le radical (première personne du présent, « Ik jaag ») se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » + « JAAG » + « D » = « GEJAAGD ».
Notez que si cette phrase avait eu un verbe auxiliaire, cela aurait été « WORDEN » de la voix passive et elle aurait été : « Ze worden (ou werden, « prétérit ») door een gure wind gejaagd … »

Nom : KON OVT KUNNEN REJET LATEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De jager kon het niet laten » (« Le chasseur ne pouvait pas le laisser »).
La forme verbale « KON » est le prétérit (SINGULIER) du verbe « KUNNEN » faisant ici l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers, au moins à l’O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN » (donnant, à l’O.T.T. ou indicatif présent, un singulier « KAN »). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière le complément (« het »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait pu avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE» ou de la « PERMISSION », l’infinitif « MOGEN » :
« De jager mocht het niet laten ».

Nom : MOCHT OVT MOGEN REJET BATEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het mocht vast en zeker niet baten » (« Cela ne pouvait pas rater »).
La forme verbale « MOCHT » est le prétérit (SINGULIER) du verbe « MOGEN» faisant ici l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers, au moins à l’O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
L’auxiliaire de mode de la « POSSIBILITE » ou de la « PERMISSION » est l’infinitif « MOGEN » (donnant, à l’O.T.T. ou indicatif présent, un singulier « MAG »). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière le complément éventuel (« vast en zeker »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BEMOEIEN WAARMEE ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Waar bemoei je je (in mijn zaken) mee ? » (« De quoi te mêles-tu ? »).
Contrairement à ce que l’on pourrait croire, on n’a pas affaire, ici, avec le verbe « BEMOEIEN » à un verbe dit « à particule séparable » (comme, par exemple, « MEEGAAN ») dont la particule séparable serait « MEE ».
Nous avons affaire à ce que l’on appelle un « adverbe pronominal » (mot pas indispensable à retenir) et relativement facile à repérer dans une phrase interrogative si l’on prête attention au mot interrogatif « WAAR ? ».
On ne peut en effet pas combiner une préposition, comme « MET », avec le mot interrogatif « WAT ? », « met wat » devient « WaarMEE ».
Dans ce cas-ci, « MEE » (issu de la préposition « MET ») réagit comme la particule « MEE » (par exemple, du verbe « MEEGAAN » : « Ga je naar de zee mee ? ») et il y a aussi REJET derrière le complément éventuel (« in mijn zaken ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET (notamment du verbe ou de certaines de ses composantes), lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL ZULLEN REJET GENEZEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Men zal haar van haar hallucinaties genezen » (« On va la guérir = on la guérira de ses hallucinations »)
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (ici « genezen »), derrière les compléments (« haar » et « van haar hallucinaties »), à la fin de la phrase et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que si on avait eu affaire à un malade masculin, on aurait eu : « Men zal hem van zijn hallucinaties genezen ».
Si, dans l’image, on a aussi REJET de la forme verbale « ZAL », c’est parce que l’on se trouve dans une phrase subordonnée (introduite par « WAAR »).

Nom : KAN KUNNEN REJET STUREN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Met het geld, kan ik haar (Elsje) naar een instituut in Nederland sturen » (« Avec l’argent, je peux l’envoyer dans un institut aux Pays-Bas »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière les compléments (« haar » et «naar een instituut in Nederland »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
C’est dans Ia mesure où l’autre phrase joue le rôle d’un complément que cela engendre une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « kan ». On aurait en effet aussi pu dire : « Ik kan haar naar een instituut in Nederland sturen ».
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE» ou de la « PERMISSION », l’infinitif « MOGEN » :
« Ik mag haar naar een instituut in Nederland sturen ».

Nom : STOND OVT STAAN 4 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De premie … die op Bartwright’s hoofd (= het hoofd van Bartwright) stond » (« La prime qui se trouvait sur la tête de Bartwright »).
On y trouve la forme verbale « STOND », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « STAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans la mesure où nous avons affaire à une phrase subordonnée relative (introduite par « DIE »), il y a REJET de la forme verbale « STOND », derrière le complément («Bartwright’s hoofd »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que, en langue anglaise, on aurait eu : « Bartwright’s head ».

Nom : GESCHONKEN VTT SCHENKEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Omdat zij (Elsje) hem op het spoor van Bartwright bracht, heeft hij ons de premie geschonken » (« Parce qu’elle le mit / l’a mis sur la piste de Bartwright, il nous a offert la prime »).
On y trouve la forme verbale « GESCHONKEN », participe passé provenant de l’infinitif « SCHENKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et est construit sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a REJET de la forme verbale « geschonken », derrière les compléments (« ons » et « de premie »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (la phrase subordonnée « Omdat zij hem op het spoor van Bartwright bracht » jouant ici ce rôle), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « hij ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « heeft ») et passant donc derrière lui.

Nom : BRACHT OVT BRENGEN 2 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Omdat zij (Elsje) hem op het spoor van Bartwright (= zijn spoor) bracht … » (« Parce qu’elle le mit / l’a mis sur la piste de Bartwright … »).
On y trouve notamment la forme verbale « BRACHT », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans la mesure où nous avons affaire à une phrase subordonnée (introduite par « OMDAT »), il y a REJET de la forme verbale « BRACHT », derrière les compléments (« hem » et « op het spoor van Bartwright »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que si l’on avait plutôt utilisé « WANT », la forme verbale « BRACHT » serait restée à sa place normale, à côté de son sujet : « Elsje bracht hem op het spoor van Bartwright. »

Nom : MOETEN REJET BAKKEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We moeten hem nog de traditionele poets bakken » (« Nous devons encore lui faire la blague traditionnelle » »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière les compléments («hem», «nog» et « de traditionele poets »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez l’expression « iemand een poets bakken ».

Nom : KAN KUNNEN REJET SPREKEN 2 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/05/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Kan ik je even alleen spreken ? » (« Puis-je un peu te parler seul à seul ? »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière les compléments (« je », « even » et (« alleen »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE» ou de la « PERMISSION », l’infinitif « MOGEN » :
« Mag ik je even alleen spreken ? »

Nom : ZOU ZOUDEN REJET VINDEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/05/2018

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zou het jammer vinden de jacht weer te openen » (« Je trouverais dommage de rouvrir la chasse »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN », donnant un singulier « ZOU » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (« vinden »), derrière les compléments (« het » et « jammer »), et donc à l’INFINITIF, à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que, si en français, l’expression « être dommage » exige un « de », en néerlandais « jammer zijn / vinden » exige un « te ».

Nom : KOMT BIJEEN OTT BIJEENKOMEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/04/2018

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Terwijl de brandweer poogt de brand onder controle te houden, komt het hele gezelschap in het huis van Bartwright bijeen » (« Tandis que les pompiers essaient de maintenir sous contrôle l’incendie, toute la société se rassemble dans la maison de Bartwright »).
On y trouve la forme verbale « komt … BIJEEN », provenant de l’infinitif « BIJEENkomen », lui-même construit sur l’infinitif « KOMEN ».
Quand « BIJEENkomen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « BIJEEN » (synonyme de « SAMEN » ou « bij elkaar ») de son infinitif proprement dit, et il y a REJET de la particule « BIJEEN » derrière le complément (« In het huis van Bartwright »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (la phrase subordonnée «Terwijl de brandweer poogt de brand onder controle te houden» jouant ici ce rôle), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « het hele gezelschap ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « komt ») et passant donc derrière lui.

Nom : VIEL OVT VALLEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij viel van het duin » (« Il tomba = est tombé de la dune »).
On y trouve notamment la forme verbale « VIEL » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « VALLEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Voir notre tableau :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GING OVT GAAN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De pijl van het (stand)beeld ging hem door het hart » (« La flèche de la statue lui alla / lui est allée à travers le cœur »).
On y trouve notamment la forme verbale « GING » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « GAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Voir notre tableau :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : STRUIKELDE OVT STRUIKELEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij struikelde » (« Il trébucha / a trébuché »).
Ce verbe « STRUIKELEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik struikel ») se terminant par la consonne « L », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « STRUIKEL » + « DE » = « STRUIKELDE ».

Nom : HOORDE OVT HOREN 5 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hoorde je die kreet ? » (« Entendis-tu / As-tu entendu ce cri ? »).
Ce verbe « HOREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik hoor ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « HOOR » + « DE » = « HOORDE ».

Nom : LOOP NA OTT NALOPEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Loop (Lopen jullie) hem na ! » (« Cours-lui après ! »).
On y trouve la forme verbale « loop … NA », provenant de l’infinitif « NAlopen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « LOPEN ».
Quand « NAlopen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « NA » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le complément éventuel (« HEM »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : SLOEG NEER OVT NEERSLAAN 2 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Bartwright) sloeg de speurder (nummer 17) neer » (« Il assomma = a assommé l’enquêteur »).
On y trouve notamment la forme verbale « sloeg … NEER » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « NEERslaan », dit « à particule séparable », construit sur le verbe « SLAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Voir notre tableau :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « NEERslaan » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « NEER » de son infinitif proprement dit, et il y a REJET de la particule « NEER », derrière le complément (« de speurder »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KEER OM OTT OMKEREN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Keer je nu om ! » (« Retourne-toi maintenant ! »).
On y trouve la forme verbale « keer … OM », provenant de l’infinitif « OMkeren », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « KEREN ».
Quand « OMkeren » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OM » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET derrière le complément éventuel (« NU »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : NEEM OP OTT OPNEMEN UITLEVEREN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/04/2018

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « lk neem contact met Londen op om je uit te leveren » (« Je prends contact avec Londres pour te livrer »).
On y trouve la forme verbale « neem … OP », provenant de l’infinitif « OPnemen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « NEMEN ».
Quand « OPnemen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit et il y a REJET de la particule « OP » derrière le(s) complément(s) (« contact » et « met Londen ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve, par ailleurs, la forme verbale « UIT … leveren », provenant de l’infinitif « UITleveren », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « LEVEREN ».
Quand « UITleveren » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit.
Rappelons que « POUR » devant les VERBES est rendu par un double mot : « OM … TE ». Le complément « je » s’intercale entre le « OM » et le « TE », ce dernier étant placé juste devant l’infinitif (ici « LEVEREN »).
La particule « UIT » s’intercale également entre le « OM » et le « TE » mais juste devant le « TE ».

Nom : OPGERUIMD VTT OPRUIMEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (Als het) opgeruimd (is), staat (het) netjes ! » (« Nettoyé, c’est plus propre ! »).
On y trouve la forme verbale « opgeruimd », participe passé provenant de l’infinitif « OPruimen », lui-même construit sur l’infinitif « RUIMEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (ou première personne du présent : « ik ruim op ») se terminant par la consonne « M », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « OPruimen » est conjugué comme participe passé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opgeruimd ».
Il y a REJET de la forme verbale « opgeruimd » derrière le complément éventuel (« het ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GRIJPT IN OTT INGRIJPEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Bertrand) grijpt hardhandig in » (« Il intervient énergiquement »).
On y trouve la forme verbale « grijpt … IN », provenant de l’infinitif « INgrijpen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « GRIJPEN ».
Quand « INzetten » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de sa forme verbale proprement dite et il y a REJET de la particule « IN » derrière le complément (« hardhandig ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET de cette partie du verbe, lisez notre synthèse en couleurs:
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WAS OVT ZIJN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat was haast raak ! » (« C’était tout juste ! »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez qu’il ne pourrait, en aucun cas, s’agir d’une forme verbale à l’O.T.T. (ou « présent ») provenant de l’infinitif « WASSEN », « DAT » (sujet) exigeant une terminaison « T » d’une troisième personne du singulier.

Nom : WILLEN REJET KOELEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Sam) wil zijn wraak koelen » (« Il veut refroidir => assouvir sa vengeance »).
L’auxiliaire de mode de la VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière le complément (« zijn wraak »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ONGEMERKT VTT MERKEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We moeten hen ongemerkt naderen » (« Nous devons les approcher, en restant inaperçus »).
On y trouve la forme verbale « ongemerkt » ; s’il avait existé un infinitif « ONMERKEN », lui-même construit sur « MERKEN », il aurait eu un tel participe passé provenant, comme la grande majorité des verbes néerlandais, de ceux qui NE font PAS l’objet des « temps primitifs » mais font partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire. Le préfixe « ON- » (« UN- » en anglais) n’est PAS une « particule séparable » (même s’il réagit comme « OP ») et constitue en fait le contraire de « gemerkt ».
Quand « ongemerkt » est utilisé comme participe passé, il y a REJET, derrière le complément (« hen ») à la fin de la phrase (si ce n’est que « moeten » exige ici le REJET de « naderen » encore plus à la fin). Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEWAPEND VTT WAPENEN OPGEPAST VTT OPPASSEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Opgepast, zij zijn (met revolvers) gewapend ! » (« Attention, ils sont armés ! »).
On y trouve la forme verbale « gewapend », participe passé provenant de l’infinitif « WAPENEN ». Ce verbe « WAPENEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik wapen ») se terminant par la consonne « N », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » « WAPEN » + « D » = « GEWAPEND ». Le participe passé « GEWAPEND » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« met revolvers »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussi la forme verbale « OPgepast », participe passé provenant de l’infinitif « OPpassen », lui-même construit sur l’infinitif « PASSEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « S », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « OPpassen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEpast ».

Nom : GEHAD VTT HEBBEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze hebben een ongeval gehad » (« lls ont eu un accident »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEHAD », participe passé provenant de l’infinitif « HEBBEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Il faut aussi noter que ce participe passé se construit sur le SINGULIER du prétérit.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEHAD » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« een ongeval »), à la fin de la phrase. Voyez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GESLINGERD VTT SLINGEREN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/04/2018

Description : Si l’on ne tient pas compte du fait que la phrase grammaticalement intéressante est une subordonnée (introduite par « DAT »), on aurait pu avoir la variante suivante : « De inzittenden worden uit hun wagens geslingerd » (« Les occupants = ceux étant assis à l’intérieur sont projetés hors de leurs véhicules »).
On y trouve la forme verbale « geslingerd », participe passé provenant de l’infinitif « SLINGEREN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik slinger ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » + « SLINGER » + « D » = « GESLINGERD ».
Il y a REJET de la forme verbale « geslingerd », derrière le complément (« uit hun wagens »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
Notez la façon dont on construit un nom à partir d’un infinitif : « INZITTEN » + « D » (terminaison participe présent) + « EN » (terminaison PLURIEL) = « INZITTENDEN ».

Nom : OPGEMERKT VTT OPMERKEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Vanop een duintop hebben de achtervolgers de vluchteling opgemerkt » (« Du sommet d’une dune, les poursuivants ont aperçu le fugitif »).
On y trouve la forme verbale « opgemerkt », participe passé provenant de l’infinitif « OPMERKEN », lui-même construit sur « MERKEN », qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « OPMERKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « opgemerkt », derrière le complément (« de vluchteling ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un (autre) complément (« Vanop een duintop »), cela entraîne une INVERSION du sujet « de achtervolgers » qui passe derrière son verbe « hebben ».

Nom : DOET REJET VERLIEZEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Motorpech doet hem (Bartwright) heel wat tijd verliezen » (« Des ennuis de moteur lui font perdre pas mal de temps »).
On y trouve le verbe « DOEN » qui réagit comme, par exemple, l’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION « MOETEN », exigeant le REJET de l’autre forme verbale, derrière le complément (« heel wat tijd »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Vous constaterez que, en utilisant « MOETEN », on aura le même ordre des mots dans la variante suivante de la phrase :
« Motorpech moet hem heel wat tijd doen verliezen ».
Notez que, si cela avait été une conductrice, on aurait eu :
« Motorpech doet haar heel wat tijd verliezen ».

Nom : ZET IN OTT INZETTEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij zet met hen (Robert en Bertrand) de achtervolging van Bartwright in » (« Il mène avec eux la poursuite de Bartwright »).
On y trouve la forme verbale « zet … IN », provenant de l’infinitif « INzetten », lui-même construit sur l’infinitif « ZETTEN ».
Quand « INzetten » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de sa forme verbale proprement dite et il y a REJET de la particule « IN » derrière le complément (« de achtervolging …») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs:
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que s’il avait mené la poursuite avec une seule personne masculine (Robert ou Bertrand), au lieu d’avoir « HEN », on aurait eu « HEM » : « Hij zet met hem de achtervolging van B. in ».

Nom : EISTE OVT EISEN 2 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De speurder eiste een automobiel » (« L’enquêteur exigea une automobile »).
On y trouve notamment le verbe « EISEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik eis ») se terminant par la consonne « S », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit : « EIS » + « TE » = « EISTE ».

Nom : VROEGEN OVT VRAGEN 2 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze vroegen ons jullie te zoeken » (« Ils nous demandèrent / ils nous ont demandé de vous chercher »).
On y trouve notamment la forme verbale « VROEGEN », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « VRAGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez que « VRAGEN » gère ici ses compléments de la façon suivante : « demander quelqu’un (« ons ») quelque chose (même si « jullie » correspond ici à des personnes).
« VRAGEN » est, par ailleurs, suivi d’un « TE » pour rendre l’équivalent français avec « demander », c’est-à-dire un « DE ».

Nom : KONDEN OVT KUNNEN REJET BEVRIJDEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze konden zich echter (alleen) bevrijden » (« Ils purent = ont pu en fait se libérer seuls »).
L’auxiliaire de mode de la CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN » et un O.V.T. (ou prétérit) « KON » (PLURIEL irrégulier « KONDEN »). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière le(s) complément(s) (« echter »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Le verbe « KUNNEN » fait l’objet (au seul prétérit ou O.V.T.) des « temps primitifs ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : WAREN OVT ZIJN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je = jouw vrienden (Robert en Bertrand) waren de gevangenen van Bartwright » (« Tes amis étaient les prisonniers de Barwright »).
On y trouve notamment la forme verbale « WAREN » (pluriel irrégulier de « WAS »), O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : KWAMEN OVT KOMEN 3 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Maar we kwamen hier niet toevallig » (« Mais nous ne vînmes = ne sommes pas venus par hasard »).
On y trouve notamment la forme verbale « KWAMEN », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « KOMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez que le « O » de l’infinitif « KOMEN » devient aussi un « A » dans le prétérit anglais (« CAME »).

Nom : INGEDIJKT VTT INDIJKEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Op de heide hebben wij de vuurhaard INgedijkT » (« Dans la bruyère, nous avons endigué le foyer »).
On y trouve notamment la forme verbale « INgedijkT », provenant du verbe «INDIJKEN», dit à « particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « DIJKEN », verbe (en « IJ » exceptionnellement) régulier.
Quand « INDIJKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « inGEdijkt ».
Le participe passé « INgedijkt » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« de vuurhaard »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un (autre) complément (« Op de heide »), cela entraîne une INVERSION du sujet « wij » qui passe derrière son verbe « hebben ». On aurait en effet aussi pu dire : « Wij hebben de vuurhaard op de heide INgedijkT ».

Nom : DAAGT OP OTT OPDAGEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Op dit ogenblik daagt de brandweer plots op » (« A ce moment, le service incendie se présente => intervient »).
On y trouve la forme verbale « DAAGT … OP » du verbe « OPDAGEN », dit à « particule séparable », construit sur l’infinitif « DAGEN ». Quand il est conjugué, il exige le REJET de la particule séparable « OP », derrière le complément éventuel (« plots »), à la fin de la phrase.
Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un (autre) complément (« Op dit ogenblik »), cela entraîne une INVERSION du sujet « de brandweer » qui passe derrière son verbe « daagt ». On aurait en effet aussi pu dire : « De brandweer daagt op dit ogenblik plots op ».

Nom : HAAL UIT OTT UITHALEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hoe haal je ons hier uit ? » (« Commment vas-tu nous sortir d’ici ? »).
On y trouve la forme verbale « HAAL … UIT » du verbe « UITHALEN », dit à « particule séparable », construit sur l’infinitif « HALEN ».
Quand « UITHALEN » est conjugué, il exige le REJET de la particule séparable « UIT », derrière les compléments (« ons » et « hier »), à la fin de la phrase.
Voir phénomène du REJET, entre autres, à :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEKNEVELD VTT KNEVELEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Misschien zijn ze (Hilde en Elsje) door de bandieten gekneveld » (« Peut-être sont-elles bâillonnées »).
On y trouve la forme verbale « GEKNEVELD » provenant de l’infinitif « KNEVELEN », verbe considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik KNEVEL ») se terminant par la consonne « L », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » « KNEVEL » + « D » = « GEKNEVELD ».
Le participe passé « GEKNEVELD » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« door de bandieten »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Dans Ia mesure où la commence par un autre complément (« misschien »), cela engendre une INVERSION : le sujet « ze » passe derrière le verbe «zijn». On aurait en effet aussi pu dire : « Ze zijn misschien gekneveld ».

Nom : KUNNEN REJET ANTWOORDEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/04/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij kunnen hem (= de jongen), niet antwoorden » (« Nous ne sommes pas capables de lui répondre »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale (« antwoorden »), derrière le complément éventuel («hem»), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZOUDEN REJET ZIJN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zouden ze wel in de (woon)wagen zijn ? » (« Seraient-elles bien dans la roulotte ? »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (« zijn ») à la fin de la phrase, derrière le complément, et donc à l’INFINITIF.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KAN KUNNEN REJET BEREIKEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/03/2018

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Als ik over deze vuurhaard geraak, kan ik de wagen nog bereiken » (« Si je parviens à passer au-dessus de ce foyer, je peux encore atteindre la roulotte »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière les compléments (« kan » et « nog»), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
C’est dans Ia mesure où l’autre phrase joue le rôle d’un complément que cela engendre une INVERSION : le sujet « ik » passe derrière le verbe « kan ». On aurait en effet aussi pu dire : « Ik kan de wagen nog bereiken ».

Nom : VERLOREN VTT VERLIEZEN 2 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/03/2018

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Als er geen hulp opdaagt, zijn wij (vast en zeker) verloren » (« Si aucune aide ne survient, nous sommes perdues »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc la forme verbale « VERloren », participe passé provenant de l’infinitif « VERliezen », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « VERloren » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« vast en zeker »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
C’est dans Ia mesure où l’autre phrase joue le rôle d’un complément que cela engendre une INVERSION : le sujet « wij » passe derrière le verbe « zijn ». On aurait en effet aussi pu dire : « Wij zijn verloren ».

Nom : OMRINGD VTT OMRINGEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De woonwagen is reeds door brandend heidegras omringd » («La roulotte est déjà entourée par de la bruyère en flamme»).
On y trouve la forme verbale « OMringd », participe passé provenant de l’infinitif « OMringen » (qui N’est PAS un verbe dit à « particule séparable »), lui-même construit sur l’infinitif «RINGEN». Ce verbe est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik ring ») se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés.
Quand « OMringen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela n’entraîne PAS en néerlandais une séparation de la particule « OM » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) NE s’intercalant (exceptionnellement) PAS entre eux => « omringd ».
Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « OMringd » derrière les compléments (« reeds » et « door brandend heidegras »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : HOORDE OVT HOREN 4 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/03/2018

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik hoorde nog dat zij ze (Hilde en Elsje) naar hun woonwagen zouden brengen » (« J’entendis encore = j’ai encore entendu qu’ils les emmèneraient à leur roulotte »).
Ce verbe « HOREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik hoor ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « HOOR » + « DE » = « HOORDE ».
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (« brengen ») à la fin de la phrase, derrière le(s) complément(s), et donc à l’INFINITIF. Cela aurait été plus évident dans la variante suivante de la phrase : « Zij zouden Hilde en Elsje naar hun woonwagen brengen »
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : LOOPT VAST OTT VASTLOPEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het voertuig loopt (wegens de sloot) vast » (« Le véhicule est bloqué par le fossé »).
On y trouve la forme verbale « LOOPT … VAST » du verbe « VASTLOPEN », dit à « particule séparable », construit sur l’infinitif « LOPEN ».
Quand il est conjugué, « VASTLOPEN » exige le REJET de la particule séparable « VAST », derrière le complément éventuel (« wegens de sloot »), à la fin de la phrase.
Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : INDIJKEN OMTE ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Vele / veel dorpelingen helpen de brandweer om de vuurzee IN te dijken » («Beaucoup de villageois aident les pompiers pour endiguer la mer de feu »).
On y trouve notamment la forme verbale « IN … DIJKEN », provenant du verbe « INDIJKEN », dit à « particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « DIJKEN ».
Quand « INDIJKEN » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de son infinitif proprement dit.
Rappelons, par ailleurs, que « POUR » devant les VERBES est rendu par un double mot : « OM … TE ». Le complément « de vuurzee » s’intercale entre le « OM » et le « TE », ce dernier étant placé juste devant l’infinitif (ici « DIJKEN »).
La particule « IN » s’intercale également entre le « OM » et le « TE » mais juste devant le « TE ».

Nom : AANGEPAKT VTT AANPAKKEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/03/2018

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Terwijl (…), wordt de strijd tegen het vuur (dadelijk) AANgepakt » («Pendant …, la lutte contre le feu est engagée »).
On y trouve notamment la forme verbale « AANGEPAKT », participe passé provenant de l’infinitif « AANPAKKEN », lui-même construit sur l’infinitif « PAKKEN » qui, est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik pak ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « T » minoritaire comme terminaison du participe passé : « GE » + « PAK » + « T » = « GEPAKT ».
Quand « AANPAKKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEpakt ».
C’est dans Ia mesure où l’autre phrase joue le rôle d’un complément que cela engendre une INVERSION : le sujet « de strijd » passe derrière le verbe « wordt ». On aurait en effet aussi pu dire : « De strijd tegen het vuur wordt (dadelijk) AANgepakt ».
Le participe passé « AANgepakt » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« dadelijk »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : TRACHTEN TE BEREIKEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Bartwright) tracht door de duinen de grens te bereiken » (« Il essaie d’ (= de) atteindre la frontière à travers les dunes »).
On y trouve le verbe « TRACHTEN », qui exige un « TE » (équivalant au « DE » français) devant l’infinitif. Exemples à :
http://www.idesetautres.be/upload/CONSTRUCTIONS%20PHRASES%20NL%20ZC10%20TE+INFINITIF.zip
Il y a REJET de l’autre forme verbale (« bereiken »), derrière les compléments (« door de duinen » et « de grens »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’ordre des compléments aurait dû être inversé : « Hij tracht de grens door de duinen te bereiken ».

Nom : LOPEN VAST OTT VASTLOPEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zo dadelijk lopen ze (« vóór een greppel ») vast » (« Bientôt, ils sont bloqués par un fossé »).
On y trouve la forme verbale « LOPEN … VAST » du verbe « VASTLOPEN », dit à « particule séparable », construit sur l’infinitif « LOPEN ». Quand il est conjugué, il exige le REJET de la particule séparable « VAST », derrière le complément éventuel (« vóór een greppel »), à la fin de la phrase.
Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un (autre) complément (« Zo dadelijk »), cela entraîne une INVERSION du sujet « ze » qui passe derrière son verbe « lopen ».

Nom : INGEDREVEN VTT INDRIJVEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze (Sam en Bill) worden door de vuurzee dieper de heide INgedrEven » (« Ils sont refoulés par la mer de feu plus profondément dans la bruyère »).
On y trouve notamment la forme verbale « INGEDREVEN », participe passé provenant de l’infinitif « INDRIJVEN », lui-même construit sur l’infinitif « DRIJVEN » qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne aux temps du passé une voyelle « E ». Il est à noter que le participe passé « GEDREVEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit ou O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « INDRIJVEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « inGEdreven ».
Le participe passé « INgedreven » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« door de vuurzee », « dieper ») et « de heide »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour comprendre d’où vient la particule séparable, notez que l’on aurait pu avoir la variante suivante de la phrase : Ze worden door de vuurzee dieper IN de heide gedrEven ». La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : RUKT UIT OTT UITRUKKEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Onmiddellijk rukt de brandweer (« in het dorp ») uit » (« Immédiatement, le service incendie s’arrache => se met en branle »).
On y trouve la forme verbale « RUKT … UIT » du verbe « UITRUKKEN », dit à « particule séparable », construit sur l’infinitif « RUKKEN ». Quand il est conjugué, il exige le REJET de la particule séparable « UIT », derrière le complément éventuel (« in het dorp »), à la fin de la phrase.
Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un (autre) complément (« Onmiddellijk »), cela entraîne une INVERSION du sujet « de brandweer » qui passe derrière son verbe « rukt ».

Nom : WAKKERT AAN OTT WAKKEREN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De wind wakkert het vuur aan » (« Le vent éveille => attise le feu »).
On y trouve la forme verbale « WAKKERT … AAN » du verbe « AANWAKKEREN », dit à « particule séparable », construit sur l’infinitif « WAKKEREN ». Quand il est conjugué, il exige le REJET de la particule séparable « AAN », derrière le complément (« het vuur »), à la fin de la phrase.
Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZULLEN REJET TRACHTEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze (Sam en Bill) zullen trachten mij in de heide te vangen » (« lls vont essayer / ils essaieront de m’attraper dans la bruyère »)
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il aurait pu y avoir REJET de l’autre forme verbale (« vangen »), derrière les compléments (« mij » et « in de heide »), à la fin de la phrase et à l’INFINITIF, dans la variante suivante : « Ze zullen mij in de heide vangen ». Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Par ailleurs le verbe « TRACHTEN » exige un « TE » précédant (comme son équivalent « DE » français) l’autre infinitif. Exemples à :
http://www.idesetautres.be/upload/CONSTRUCTIONS%20PHRASES%20NL%20ZC10%20TE+INFINITIF.zip

Nom : ONGEDEERD VTT DEREN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij slagen erin ongedeerd te ontkomen » (« Ils réussissent à en réchapper sans être blessés => indemnes »).
On y trouve la forme verbale « ongedeerd », participe passé (utilisé ici comme adjectif attribut) provenant de l’infinitif « DEREN ». Ce verbe « DEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik deer ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » « DEER » + « D » = « GEDEERD ».
Le préfixe « ON- » (« UN- » en anglais) est souvent à nuance « négative » et constitue le contraire : ici ongedeerd ».
On y trouve aussi l’expression « ERIN SLAGEN » équivalant, en mauvais français, à « réussir DE », et qui engendre un « TE » quand il précède un infinitif comme, ici, « ONTKOMEN ».

Nom : GEWAPEND VTT WAPENEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij zijn (met revolvers) gewapend » (« Ils sont armés »).
On y trouve la forme verbale « gewapend », participe passé provenant de l’infinitif « WAPENEN ». Ce verbe « WAPENEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik wapen ») se terminant par la consonne « N », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » « WAPEN » + « D » = « GEWAPEND ».
Le participe passé « GEWAPEND » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« met revolvers »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZULLEN REJET STOPPEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Die (de gendarmen) zullen hen wel stoppen » (« Ceux-là vont bien les stopper / les stopperont bien »)
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (ici « stoppen »), derrière les compléments (« hen » et « wel »), à la fin de la phrase et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEVONDEN VTT VINDEN 2 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij hebben mij gevonden » (« Ils m’ont trouvé »).
Y figure notamment la forme verbale « GEVONDEN », participe passé provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé.
Ce participe passé « GEVONDEN » est construit sur le PLURIEL du prétérit ou O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEVONDEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« MIJ »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DOORBREKEN VTT DOORGEBROKEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze zijn (door de versperring van de gendarmen) doorgebroken » (« Ils ont passé le barrage des gendarmes »).
On y trouve la forme verbale « DOORgebroken », participe passé provenant de l’infinitif « DOORbreken », lui-même construit sur l’infinitif « BREKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « DOORbreken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « DOOR » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « doorGEbroken ».
Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « DOORgebroken » derrière le complément éventuel (door de versperring van de gendarmen), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : LOSMAKEN TRACHTEN TE ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Tracht mijn boeien los te maken » (« Essaie de défaire mes liens »).
On y trouve la forme verbale « los … maken », provenant de l’infinitif « LOSmaken », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « MAKEN ».
Quand « LOSmaken » est conjugué (notamment comme participe passé « LOSgemaakt »), cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « LOS » de son infinitif proprement dit.
Par ailleurs le verbe « TRACHTEN » exige un « TE » (équivalant au « DE » français), s’intercalant ici entre la particule séparable « LOS » et son infinitif. Exemples à :
http://www.idesetautres.be/upload/CONSTRUCTIONS%20PHRASES%20NL%20ZC10%20TE+INFINITIF.zip

Nom : BEVRIJD VTT BEVRIJDEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/03/2018

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Eer jullie jezelf / zich (van de koorden) bevrijd hebben, ben ik (over) de grens over(gegaan) » (« Avant que vous vous soyez libérés, je suis / serai au-delà de / j’aurai franchi la frontière »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc la forme verbale « BEvrijd », participe passé provenant de l’infinitif « BEvrijden », qui est identique à la première personne de l’indicatif présent, ce verbe NE faisant PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « BEvrijd » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« van de koorden »), à la fin de la phrase (tout comme « OVER » dans l’autre phrase). Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase subordonnée (introduite par « EER ») jouant pour la phrase principale le rôle d’un complément, cela entraîne dans cette dernière une INVERSION du sujet « IK » passant derrière son verbe « ben ».
Notez la façon dont la préposition « OVER » hésite à évoluer vers une « particule séparable » d’un verbe « OVERgaan ». On aurait en effet pu avoir les variantes de phrases suivantes : « Ik ben de grens overgegaan » ou « Ik ben over de grens gegaan ».

Nom : KRIJGT AAN OTT AANKRIJGEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Jij krijgt de handboeien van de speurder aan » (« Tu hérites des menottes de l’enquêteur »).
On y trouve un infinitif construit sur « KRIJGEN » et verbe dit à « particule séparable », « AANKRIJGEN », qui exige le REJET de la « particule séparable » « AAN », derrière le complément (« de handboeien van de speurder »), à la fin de la phrase.
Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : SCHOOT NEER OVT NEERSCHIETEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Bij het (stand)beeld van de elfenjager schoot ik hem neer » (« Près de la statue du chasseur d’elfes, je l’abattis = je l’ai abattu »).
On y trouve la forme verbale « SCHOOT … neer », prétérit (O.V.T.) provenant de l’infinitif « neerSCHIETEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « SCHIETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IE », donne une voyelle « O ». Il faut donc noter que son participe passé se construira sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La « particule séparable » (ici « neer ») fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« hem »), à la fin de la phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres au lien :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Dans Ia mesure où la phrase commence par un complément (« Bij het (stand)beeld van de elfenjager »), ce dernier engendre une INVERSION, le sujet « IK » passant derrière le verbe « schoot ». On aurait en effet aussi pu dire : « Ik schoot hem bij het (stand)beeld van de elfenjager neer ».

Nom : EISTE OVT EISEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Toen eiste hij de volledige buit » (« Alors il exigea le butin complet »).
On y trouve notamment le verbe « EISEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik eis ») se terminant par la consonne « S », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit : « EIS » + « TE » = « EISTE ».
Dans Ia mesure où la phrase commence par un complément («Toen»), ce dernier engendre une INVERSION, le sujet « HIJ » passant derrière le verbe « eiste ». On aurait en effet aussi pu dire, par exemple : « Hij eiste toen de volledige buit / Hij eiste de volledige buit toen ».

Nom : ZWEEG OVT ZWIJGEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Peter) zweeg om mij af te persen » (« Il se tut pour me presser comme un citron = pour m’extorquer de l’argent »).
On y découvre la forme verbale « ZWEEG », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « ZWIJGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne une voyelle « E » (doublée au singulier) pour les temps du passé. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu par un double mot : « OM … TE ». Le complément (« MIJ ») et la particule séparable « AF » du verbe « AFpersen » s’intercalent entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « PERSEN ».

Nom : VOND OVT VINDEN 3 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Peter) vond mij eerst » (« Il me trouva le premier »).
On y découvre la forme verbale « VOND », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : HIELDEN OVT HOUDEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Omwille van de taal hielden ze (Sam en Bill) zich doofstom » (« En raison de la langue, ils se tenaient muets => ils gardaient le silence »).
On y trouve également, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « HIELDEN », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « HOUDEN » qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans Ia mesure où la phrase commence par un complément (« Omwille van de taal »), ce dernier engendre une INVERSION, le sujet « ZE » passant derrière le verbe « hielden ». On aurait en effet aussi pu dire : « Ze hielden zich doofstom omwille van de taal ».

Nom : NAMEN OVT NEMEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « In de gevangenis, namen zij hem (Peter) in vertrouwen omdat hij de taal hier goed kende » (« En prison, ils le prirent en confiance parce qu’il connaissait bien la langue d’ici »).
On y trouve la forme verbale « nam », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le verbe « KENNEN », dans la phrase subordonnée (introduite par « OMDAT »), est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik ken ») se terminant par la consonne « N », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « KEN » + « DE » = « KENDE ».
Il y a REJET de la forme verbale « KENDE » derrière les compléments (« de taal », « hier » et « goed ») à la fin de la phrase subordonnée. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On aurait pu utiliser « WANT » au lieu de « OMDAT », ce qui aurait laissé les mots dans un ordre « normal » : « In de gevangenis, namen zij hem (Peter) in vertrouwen want hij kende de taal hier goed ». Dans Ia mesure où la phrase commence par un complément (« In de gevangenis »), ce dernier engendre une INVERSION, le sujet « ZIJ » passant derrière le verbe « namen ». On aurait en effet aussi pu dire, par exemple : « Zij namen Peter in de gevangenis in vertrouwen ».

Nom : LEERDEN OVT LEREN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « In de gevangenis, leerden zij Peter kennen » (« En prison, ils apprirent à connaître / firent la connaissance de Peter »).
Ce verbe « LEREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik leer ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « LEER » + « DE » + « N » (pluriel) = « LEERDEN ».
Dans Ia mesure où la phrase commence par un complément (« In de gevangenis »), ce dernier engendre une INVERSION, le sujet « ZIJ » passant derrière le verbe « leerden ». On aurait en effet aussi pu dire : « Zij leerden Peter in de gevangenis kennen ».
Notez la particularité du verbe « LEREN » qui, contrairement à d’autres verbes néerlandais, n’engendre pas un « TE » (équivalant au « à » français). Exemples à :
http://www.idesetautres.be/upload/CONSTRUCTIONS%20PHRASES%20NL%20ZC10%20TE+INFINITIF.zip

Nom : KWAMEN OVT KOMEN 2 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Eens terug op vrije voeten, kwamen zij hiereen om de rekening te vereffenen » (« Une fois leurs pieds à nouveau libres / libérés de leurs chaînes, ils vinrent par ici pour régler le compte »).
On y trouve notamment la forme verbale « KWAMEN », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « KOMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez que le « O » de l’infinitif « KOMEN » devient aussi un « A » dans le prétérit anglais (« CAME »).
Dans Ia mesure où la phrase commence par un complément (« Eens terug op vrije voeten »), ce dernier engendre une INVERSION, le sujet « ZIJ » passant derrière le verbe « kwamen ». On aurait en effet aussi pu dire : « Zij kwamen hierheen ».
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu par un double mot : « OM … TE ». Le complément (« de rekening ») s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « VEREFFENEN ».

Nom : EINDIGDEN OVT EINDIGEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/03/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij eindigden in de gevangenis » (« Ils terminèrent / ont terminé en prison »).
Ce verbe « EINDIGEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik eindig ») se terminant par la consonne « G », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « EINDIG » + « DE » + « N » (pluriel) = « EINDIGDEN ».

Nom : SLOEG NEER OVT NEERSLAAN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/02/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Eens de buit in handen, sloeg ik mijn vrienden (Sam en Bill) neer » (« Une fois le butin en mains, j’assommai mes amis »).
On y trouve notamment la forme verbale « sloeg … NEER » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « NEERslaan », dit « à particule séparable », construit sur le verbe « SLAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Voir notre tableau :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « NEERslaan » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « NEER » de son infinitif proprement dit, et il y a REJET de la particule « NEER », derrière le complément (« mijn vrienden »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Dans Ia mesure où la phrase commence par un complément (« Eens de buit in handen »), ce dernier engendre une INVERSION : le sujet « IK » passe derrière le verbe « sloeg ». On aurait en effet aussi pu dire : « Ik sloeg mijn vrienden neer ».

Nom : ONTVING OVT ONTVANGEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/02/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een afdeling van het leger ontving de arbeiders op een moorddadig vuur » (« Une section / un détachement de l’armée reçut les ouvriers sous un feu meurtrier »).
On y trouve notamment la forme verbale « ONTVING » à l’O.V.T. (ou prétérit), provenant de l’infinitif « ONTVANGEN », lui-même construit sur le verbe « VANGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Voir notre tableau :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : STEUNDE OVT STEUNEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/02/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De regering steunde de fabrikanten » (« Le gouvernement soutint / soutenait les fabriquants / les patrons des usines »).
Ce verbe « STEUNEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik steun ») se terminant par la consonne « N », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « STEUN » + « DE » = « STEUNDE ».

Nom : MAAKTEN OVT MAKEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/02/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij maakten gebruik van de paniek om de brandkast te kraken » (« Nous avons fait usage => mis à profit la panique pour forcer le coffre-fort »).
On y trouve notamment le verbe « MAKEN », qui est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), mais fait partie de la minorité des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik maak ») se terminant par la consonne « K », on trouvera le « TE » minoritaire comme terminaison du prétérit : « MAAK » + « TE » + « N » (pluriel) = « MAAKTEN ».
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu par un double mot : « OM … TE ». Le complément (« de brandkast ») s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « KRAKEN ».

© 2018, Bernard GOORDEN, voor de grammatica. Autres exemples à http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=vandersteen

Nom : BEGAVEN OVT BEGEVEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/02/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Tijdens een overval op een grote fabriek begaven wij ons onder de arbeiders » (« Pendant un assaut sur une grande usine, nous nous rendîmes parmi les ouvriers »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais. On trouve donc la forme verbale « BEgaven », O.V.T. ou prétérit provenant de l’infinitif « BEgeven », lui-même construit sur « GEVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans Ia mesure où la phrase commence par un complément (« Tijdens een overval op een grote fabriek Samen met twee vrienden »), ce dernier engendre une INVERSION : le sujet « wij » passant derrière le verbe « begaven ». On aurait en effet aussi pu dire : « Wij begaven ons tijdens een overval op een grote fabriek onder de arbeiders ».

Nom : BESLOTEN OVT BESLUITEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/02/2018

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Samen met twee vrienden besloten wij van die toestand gebruik te maken » (« Ensemble avec deux amis, nous avons décidé de faire usage de cette situation / de mettre à profit cette situation »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais. On trouve donc la forme verbale « BEsloten », O.V.T. ou prétérit provenant de l’infinitif « BEsluiten », lui-même construit sur « SLUITEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans Ia mesure où la phrase commence par un complément (« Samen met twee vrienden »), ce dernier engendre une INVERSION : le sujet « wij » passant derrière le verbe « besloten ». On aurait en effet aussi pu dire : « Wij besloten samen met twee vrienden (…) ».

Nom : STOND OVT STAAN STILGELEGD VTT STILLEGGEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/02/2018

Description : La triple phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Anonieme brieven waarin stond dat, als de machines niet werden stilgelegd, de arbeiders ‘s nachts zouden binnendringen » (« Des lettres anonymes dans lesquelles se trouvait / figurait que si les machines n’étaient mises à l’arrêt, les ouvriers pénétreraient de nuit … »).
On trouve, dans la phrase principale, la forme verbale « STOND », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « STAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « ALS »), la forme verbale « gelegd », participe passé provenant de l’infinitif « LEGGEN », verbe considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), qui NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik leg ») se terminant par la consonne « G », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » « LEG » + « D » = « GELEGD ».
Quand « STILleggen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « STIL » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « stilGElegd ».

Nom : BEDREIGD VTT BEDREIGEN WERDEN OVT WORDEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/02/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij (de fabrikanten) werden met (door) anonieme brieven bedreigd » (« Ils furent menacés avec des lettres anonymes »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais. On trouve donc la forme verbale « BEdreigd », participe passé provenant de l’infinitif « BEdreigen » (construit sur la première personne de l’indicatif présent) et NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « BEdreigd » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« met anonieme brieven »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussi la forme verbale « WERDEN », O.V.T. ou prétérit de « WORDEN », qui fait l’objet aux temps du passé des « temps primitifs ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : MOESTEN OVT MOETEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/02/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Door de uitvinding van de stoommachine en de nieuwe weefgetouwen moesten duizenden wevers in armoede en ellende leven » (« Par / à cause de l’invention de la machine à vapeur et des nouveaux métiers à tisser, des milliers de tisserands durent vivre dans la pauveté et le malheur »).
On y trouve la forme verbale « MOESTEN », O.V.T. ou prétérit de « MOETEN », qui fait l’objet aux temps du passé des « temps primitifs ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
« MOETEN » est l’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière le complément (« in armoede en ellende »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Dans Ia mesure où la phrase commence aussi par un complément (« Door de uitvinding van de stoommachine en de nieuwe weefgetouwen »), ce dernier engendre une INVERSION, le sujet « duizenden wevers » passant derrière le verbe « moesten ».

Nom : WERDEN OVT WORDEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/02/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Door de uitvinding van de stoommachine en de nieuwe weefgetouwen werden duizenden wevers werkloos » (« Par / à cause de l’invention de la machine à vapeur et des nouveaux métiers à tisser, des milliers de tisserands devenaient / devinrent sans travail => chômeurs »).
On y trouve la forme verbale « WERDEN », O.V.T. ou prétérit de « WORDEN », qui fait l’objet aux temps du passé des « temps primitifs ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».
Dans Ia mesure où la phrase commence aussi par un complément (« Door de uitvinding van de stoommachine en de nieuwe weefgetouwen »), ce dernier engendre une INVERSION, le sujet « duizenden wevers » passant derrière le verbe « werden ».
Notez aussi que, en ajoutant le suffixe « -LOOS » (habituellement surtout à un adjectif), on construit son contraire : « werk » (« travail ») + « LOOS » => « werk(e)LOOS » (« SANS travail »).

Nom : WAS OVT ZIJN WOONDE OVT WONEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/02/2018

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Toen ik in Engeland woonde was ik een wever » (« Lorsque j’habitais encore en Angleterre, j’étais tisserand »).
On y trouve, dans la phrase principale, la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans Ia mesure où la phrase principale commence par un complément (la phrase subordonnée jouant ce rôle pour elle), ce dernier y engendre une INVERSION : le sujet (de la première phrase) « ik » passant derrière le verbe « was ».
On y trouve aussi, dans la phrase subordonnée relative (introduite par « TOEN », remplaçant « ALS » au passé), la forme verbale « WOONDE », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « WONEN », verbe considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), qui NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik woon ») se terminant par la consonne « N », on trouvera le suffixe « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « WOON » + « DE » = « WOONDE ».

Nom : LATEN ACHTER OTT ACHTERLATEN GEBONDEN VTT BINDEN GEKNEVELD VTT KNEVELEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDER - Rajouté le 17/02/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De mannen laten ze (Hilde en Elsje) gebonden en gekneveld achter » (« lls les laissent ligotées et bâillonnées derrière eux »).
On y trouve, d’une part, la forme verbale « laten … ACHTER », provenant du verbe « ACHTERlaten », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « LATEN ». Il y a REJET de la particule séparable « ACHTER », derrière les compléments (« ze », « gebonden » et « gekneveld »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve, d’autre part, deux participes passés.
On y trouve notamment la forme verbale « GEBONDEN » provenant de l’infinitif « BINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « I » donnant des « O » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve par ailleurs la forme verbale « GEKNEVELD » provenant de l’infinitif « KNEVELEN », verbe considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik KNEVEL ») se terminant par la consonne « L », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » « KNEVEL » + « D » = « GEKNEVELD ».

Nom : VERRADEN VTT VERRADEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/02/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Peter) heeft ons verraden » (« Il nous a trahis »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve dans cette phrase la forme verbale « VERraden », participe passé provenant de l’infinitif « VERraden », provenant de « RADEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts », et le participe passé est construit sur l’INFINITIF, lui étant même identique. Consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « VERraden » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « VERraden » derrière le complément (« ONS ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZOCHTEN OVT ZOEKEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/02/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We zochten hem (= Bartwright) om hem te straffen » (« Nous le cherchions pour le punir »).
On y trouve notamment la forme verbale « ZOCHTEN », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZOEKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu par un double mot : « OM … TE ». Le complément (« HEM ») s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « STRAFFEN ».
Rappelons que le pronom complément aurait été (comme en langue anglaise) différent au féminin : « We zochten haar (= Elsje) om haar te straffen ».

Nom : KWAMEN OVT KOMEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/02/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We kwamen met drie uit Engeland » (« Nous vînmes = sommes venus à trois d’Angleterre »).
On y trouve notamment la forme verbale « KWAMEN », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « KOMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez que le « O » de l’infinitif « KOMEN » devient aussi un « A » dans le prétérit anglais (« CAME »).

Nom : LATEN ACHTER OTT ACHTERLATEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/02/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze (Sam en Bill) laten hem (= Joeki) bewusteloos in huis achter » (« lls le laissent inconscient dans la maison derrière eux »).
On y trouve la forme verbale « laten … ACHTER », provenant du verbe « ACHTERlaten », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « LATEN »,
Il y a REJET de la particule séparable « ACHTER », derrière les compléments (« hem », « bewusteloos » et « in huis »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que si la personne à aider avait été féminine (= Elsje), on aurait eu, tout comme en langue anglaise, un autre pronom complément : « Ze laten haar (= Elsje) bewusteloos in huis achter ».
Notez aussi que, en ajoutant le suffixe « -LOOS » à un adjectif, on construit son contraire : « bewust » (« conscient ») + « LOOS » => « bewust(e)LOOS » (« INconscient »)

Nom : VOEREN MEE OTT MEEVOEREN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/02/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze (Sam en Bill) voeren de vrouw en het kind mee » (« Ils emmènent / amènent avec eux la femme et l’enfant »).
On y trouve la forme verbale « voeren … MEE », provenant de l’infinitif « MEEvoeren », lui-même construit sur l’infinitif « VOEREN ».
Quand « MEEvoeren » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « MEE » (issue de la préposition « MET ») de son infinitif proprement dit et il y a REJET de la particule « MEE » derrière le complément (« de vrouw en het kind ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : LAAT LATEN REJET HELPEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/02/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Laat mij hem (= Joeki) helpen » (« Laisse-moi l’aider (lui = un garçon = Joeki) »).
On y trouve notamment la forme verbale « LAAT » qui, à l’IMPERATIF joue le rôle d’un auxiliaire « de mode » et exige le REJET du verbe « HELPEN », derrière les compléments (« mij » et « hem »), à la fin de cette phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres, à l’impératif :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

L’apprenant(e) francophone sera donc moins dépaysé(e) s’il / si elle se dit que la tournure néerlandophone à l’IMPERATIF (avec surtout « LATEN WE ») équivaut à « LAISSE / LAISSONS / LAISSEZ ».
Notez, qu’en langue anglaise, il y a un phénomène similaire avec « LET … ».
Notez que si la personne à aider avait été féminine (= Elsje), on aurait eu, tout comme en langue anglaise, un autre pronom complément : « Laat mij haar helpen ».

Nom : NEERGESLAGEN VTT NEERSLAAN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/02/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Joeki) wordt (zonder medelijden) neergeslagen » (« Il est assommé sans pitié »).
On y trouve la forme verbale « NEERgeslagen », participe passé provenant de l’infinitif « NEERslaan », lui-même construit sur l’infinitif « SLAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « NEERgeslagen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé (ici à la voix passive, avec WORDEN), cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « NEER » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « neerGEslagen ».
Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « NEERgeslagen » à la fin de la phrase, derrière le complément éventuel (« zonder medelijden »). Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOETEN REJET HEBBEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/02/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We moeten een zekerheid hebben » (« Nous devons avoir une certitude » »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière le complément (« een zekerheid »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZOND OVT ZENDEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/02/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Peter) zond dreigbrieven om hem (meneer Bartwright) geld af te persen » (« Il envoyait des lettres de menace pour lui extorquer de l’argent »).
On y trouve la forme verbale « ZOND », O.V.T (prétérit) provenant du verbe « ZENDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu par un double mot : « OM … TE ». Les compléments (« HEM » et « GELD ») et la particule séparable « AF » du verbe « AFpersen » s’intercalent entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « PERSEN ».

Nom : NEERSCHOOT OVT NEERSCHIETEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/02/2018

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het was meneer Bartwright die hem neerschoot » (« Ce fut monsieur Bartwright qui l’abattit »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée relative (introduite par « DIE »), la forme verbale « neerSCHOOT », prétérit (O.V.T.) provenant de l’infinitif « neerSCHIETEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « SCHIETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IE », donne une voyelle « O ». Il faut noter que ce participe passé se construit sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le prétérit « neerSCHOOT » fait, dans une phrase subordonnée, l’objet d’un REJET, derrière le complément (« hem »), à la fin de la phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Si la « particule séparable » (ici « neer ») s’était trouvée avec sa forme verbale conjuguée dans une phrase non subordonnée, on aurait également mieux vu son REJET à elle aussi : « Hij (meneer Bartwright) schoot hem (Peter) neer ».

Nom : ZAGEN OVT ZIEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/02/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We zagen het lijk van Peter » (« Nous vîmes = avons vu le cadavre de Peter »).
On y trouve notamment, dans la phrase principale, la forme verbale « ZAGEN », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
ATTENTION : Beaucoup d’apprenants croient que la forme verbale « ZAG », provient de l’infinitif « ZEGGEN », également irrégulier à l’O.V.T. …

Nom : GA REJET KIJKEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/02/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik ga in de keuken kijken » (« Je vais aller voir dans la cuisine »).
Le verbe « GAAN » est ici presque utilisé comme un « futur proche » et aide mieux à comprendre comment fonctionne, en langue néerlandaise, l’auxiliaire du FUTUR « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est en effet peut-être plus simple de le comparer à ce « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ». Variante possible : « Ik zal in de keuken kijken ».
Comme au FUTUR, il y a donc ici REJET de l’autre forme verbale (« kijken »), derrière le complément (« in de keuken »), à la fin de la phrase et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DACHT OVT DENKEN GESLOTEN VTT SLUITEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/02/2018

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik dacht nochtans dat ik ze (= de deur) (had) gesloten had » (« Je pensais pourtant que je l’avais fermée »).
On y trouve, dans la phrase principale, la forme verbale « dacht », O.V.T (prétérit) provenant du verbe « DENKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve aussi, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale « gesloten », participe passé provenant du verbe «SLUITEN», qui fait également l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Il y a REJET du participe passé, derrière le complément (« ZE »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZAL ZULLEN REJET VERTELLEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/02/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zal ik je ( = jullie) mijn geschiedenis vertellen ? » (« Vous raconterai-je mon histoire ? = Vais-je vous raconter mon histoire ? »)
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (ici « vertellen »), derrière les compléments (« je » et « mijn geschiedenis »), à la fin de la phrase et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : AFGEHAALD VTT AFHALEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/02/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb mijn geld afgehaald » (« Je suis allé chercher => j’ai récupéré mon argent »).
On y trouve la forme verbale « AFgehaald », participe passé provenant de l’infinitif « AFhalen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « HALEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « L » (« ik speel »), on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « AFhalen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AF » de son infinitif proprement dit, le préfixe « GE- » (commun à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « afGEhaald ».
Il y a REJET de la forme verbale « AFgehaald » derrière le complément («mijn geld») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KREEG OVT KRIJGEN 2 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/02/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij kreeg dreigbrieven » (« Il recevait des lettres de menace »).
On y trouve la forme verbale « KREEG », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « KRIJGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne une voyelle « E » (double, au singulier). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : ZONDEN WEG OVT WEGZENDEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/01/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We zonden Margaret (= de huisbediende) weg » («Nous avons renvoyé la servante»).
On y trouve la forme verbale « zonden … WEG », O.V.T (prétérit) provenant du verbe « WEGzenden », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « ZENDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a REJET de la particule séparable « WEG » (rendant une notion d’éloignement), derrière le complément (« de huisbediende »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DRINGT BINNEN OTT BINNENDRINGEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/01/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Bartwright) dringt langs de achterzijde het huis binnen » (« ll pénètre dans la maison par l’arrière »).
On y trouve la forme verbale « dringt … BINNEN », provenant du verbe « BINNENdringen », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « DRINGEN »,
Il y a REJET de la particule séparable « BINNEN », derrière les compléments (« langs de achterzijde » et « het huis »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que, dans la préposition « BINNEN », ancienne préposition, il y a la préposition «IN». On aurait donc pu dire : « Hij dringt (komt) langs de achterzijde in het huis » ou « Hij dringt (komt) in het huis langs de achterzijde».

Nom : LAAT ACHTER OTT ACHTERLATEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/01/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Bartwright) laat zijn auto op de baan achter » (« ll laisse sa voiture derrière sur la route »).
On y trouve la forme verbale « laat … ACHTER », provenant du verbe « ACHTERlaten », dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « LATEN »,
Il y a REJET de la particule séparable « ACHTER », derrière les compléments (« zijn auto » et « op de baan »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MOETEN REJET ZIJN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/01/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik moet op mijn hoede zijn » (« Je dois être sur mes gardes » »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière le complément (« op mijn hoede »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez l’expression « op zijn hoede zijn ».

Nom : AANGEREDEN VTT AANRIJDEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/01/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Tegen de morgen komt hij (Bartwright), AANgerEden » (« Le matin, il arrive en roulant »).
On y trouve notamment la forme verbale « AANGEREDEN », participe passé provenant de l’infinitif « AANRIJDEN », lui-même construit sur l’infinitif « RIJDEN » qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne aux temps du passé une voyelle « E ». Il est à noter que le participe passé « GEREDEN » se construit sur le PLURIEL du prétérit ou O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans Ia mesure où la phrase commence par un complément (« Tegen de morgen »), ce dernier engendre une INVERSION : le sujet « hij » passe derrière le verbe « komt ». On aurait en effet aussi pu dire : « Hij komt tegen de morgen aangereden ».

Nom : GEBORGEN VTT BERGEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/01/2018

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zorg dat het stoffelijk overschot van Peter (door onze diensten) (wordt) geborgen wordt » (« Je veille à ce que la dépouille mortelle de Peter soit mise en sécurité »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), la forme verbale « GEBORGEN », participe passé provenant de l’infinitif « BERGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il faut noter que ce participe passé se construit sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEBORGEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« door onze diensten »), à la fin de la phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ». La variante dans une phrase NON subordonnée aurait été :
« Het stoffelijk overschot van Peter wordt door onze diensten geborgen ».

Nom : LATEN REJET BRENGEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/01/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Laat ze (Joeki, Hilde en Elsje) naar huis brengen » (« Laissez-les reconduire à la maison = Faites-les reconduire à la maison »).
On y trouve notamment la forme verbale « LAAT » qui, à la première personne de l’IMPERATIF joue le rôle d’un auxiliaire « de mode » et exige le REJET du verbe « BRENGEN », derrière le complément (« naar de huis »), à la fin de cette phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres, à l’impératif :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

L’apprenant(e) francophone sera donc moins dépaysé(e) s’il / si elle se dit que la tournure néerlandophone « LAAT » à l’IMPERATIF équivaut à « LAISSE ». Notez, qu’en langue anglaise, il y a un phénomène similaire avec « LET … ».

© 2018, Bernard GOORDEN, voor de grammatica. Autres exemples à http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=vandersteen

Nom : KAN KUNNEN REJET ZEGGEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/01/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Meer kan ik je (jullie) nog niet zeggen » (« Plus, je ne peux pas encore te dire »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière les compléments (« je » et « nog »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE» ou de la « PERMISSION », l’infinitif « MOGEN » :
« Meer mag ik je nog niet zeggen ».
Dans Ia mesure où la phrase commence par un complément («MEER », pour insister), ce dernier engendre une INVERSION : le sujet « ik » passant derrière le verbe « kan ». On aurait en effet aussi pu dire : « Ik kan (mag) je nog niet meer zeggen ».

Nom : ZAL ZULLEN REJET LEIDEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/01/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het getuigenis van Elsje zal me tot de ontknoping leiden » (« Le témoignage de Elsje va me conduire / m’amener au dénouement »)
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale (ici « leiden »), derrière les compléments (« me » et « tot de ontknoping »), à la fin de la phrase et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZOU ZOUDEN REJET KLOPPEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/01/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het zou met het onderzoek kloppen » (« Cela concorderait avec l’enquête »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN », donnant un singulier « ZOU » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a normalement REJET de l’autre forme verbale (« kloppen ») à la fin de la phrase, derrière le complément («met het onderzoek »), et donc à l’INFINITIF. Ce n’est parfois pas le cas en langage parlé et il s’agit ici (dans la BD) d’un dialogue, rendu le plus vivant possible. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WAS OVT ZIJN VUURDE OVT VUREN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/01/2018

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat was de man die vuurde » (« C’était l’homme qui fit feu»).
On y trouve, dans la phrase principale, la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez qu’il ne pourrait, en aucun cas, s’agir d’une forme verbale à l’O.T.T. (ou « présent ») provenant de l’infinitif « WASSEN », « DAT » (sujet) exigeant une terminaison « T » d’une deuxième personne du singulier.
On y trouve aussi, dans la phrase subordonnée relative (introduite par « DIE », car on a « DE man »), la forme verbale « VUURDE », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « VUREN », verbe considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), qui NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik vuur ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le suffixe « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « VUUR » + « DE » = « VUURDE ».

Nom : FRIST OP OTT OPFRISSEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/01/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Misschien frist dat je (jouw) geheugen op » (« Peut-être cela te rafraîchit-il / Peut-être cela te rafraîchira-t-il la mémoire »).
On y trouve la forme verbale « frist … OP », provenant de l’infinitif « OPfrissen », lui-même construit sur l’infinitif « FRISSEN ».
Quand « OPfrissen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit et il y a REJET de la particule « OP » derrière le(s) complément(s) (« jouw geheugen ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Dans Ia mesure où la phrase commence par un complément (« Misschien »), ce dernier engendre une INVERSION : le sujet « dat » passant derrière le verbe « frist ». On aurait en effet aussi pu dire : « Dat frist misschien je (jouw) geheugen op ».

Nom : KREEG OVT KRIJGEN TOEGESTUURD VTT TOESTUREN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/01/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kreeg een foto (uit Engeland) toegestuurd uit Engeland » (« Je reçus = j’ai reçu d’Angleterre une photo »).
On y trouve la forme verbale « KREEG », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « KRIJGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne une voyelle « E » (double, au singulier). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve aussi le participe passé « toegestuurd » (utilisé ici comme adjectif), provenant de l’infinitif « TOESTUREN », lui-même construit sur le verbe « STUREN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais, est considéré comme « régulier » aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik stuur ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » « STUUR » + « D » = « GESTUURD ».
Quand « TOESTUREN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TOE » (provenant de la préposition « TOT ») de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « toegestuurd ».

Nom : GEDROOMD VTT DROMEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/01/2018

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het is alsof ik (alles) gedroomd heb » (« C’est comme si j’ai tout rêvé »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « ALSOF »), la forme verbale « gedroomd », participe passé provenant de l’infinitif « DROMEN ». Ce verbe « DROMEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik droom ») se terminant par la consonne « M », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » « DROOM » + « D » = « GEDROOMD ».
Quand « DROMEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gedroomd » derrière le complément éventuel (« alles ») à la fin de la phrase, tout comme l’auxiliaire dans une phrase subordonnée. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZOU ZOUDEN REJET HERKENNEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/01/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zou je hem herkennen ? » (« Le reconnaîtrais-tu ? »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN », donnant un singulier « ZOU » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (« herkennen ») à la fin de la phrase, derrière le complément (« hem »), et donc à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons aussi que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
Pour l’infinitif « HERkennen », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts », on aurait donc eu, au participe passé, la forme verbale « HERkend » et celui-ci aurait, lui aussi, fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« HEM »), à la fin de la phrase.
Elsje aurait ainsi pu répondre : « Ik heb hem (niet) herkend ».

Nom : GEZIEN VTT ZIEN 3 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/01/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zouden de elfjes de man met het pistool (hebben) gezien hebben ? » (« Les petits elfes auraient-ils vu l’homme avec le pistolet ? »).
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN », donnant un singulier « ZOU » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale (« hebben ») à la fin de la phrase, derrière le(s) complément(s) (« de man met het pistool »), et donc à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs:
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussila forme verbale « geZIEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait donc, lui certainement, l’objet d’un REJET, derrière le complément (« de man met het pistool »), à la fin de la phrase.

Nom : SPEELT MEE OTT MEESPELEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/01/2018

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Iedereen speelt (het spel) mee om haar niet onnodig te kwellen » (« Tout le monde joue avec => joue le jeu pour ne pas la tourmenter inutilement »).
On y trouve la forme verbale « speelt … MEE », provenant de l’infinitif « MEEspelen », lui-même construit sur l’infinitif « SPELEN ».
Quand « MEEspelen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « MEE » (issue de la préposition « MET ») de son infinitif proprement dit et il y a REJET de la particule « MEE » derrière le complément éventuel (« het spel ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu par un double mot : « OM … TE ». Les compléments (« HAAR » et « onnodig ») de la deuxième phrase (subordonnée infinitive), s’intercalent entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif « KWELLEN ».

Nom : GESCHOKT VTT SCHOKKEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/01/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De dood van haar vader heeft haar zodanig geschokt » (« La mort de son père l’a relativement choquée / perturbée »).
On y trouve la forme verbale « geschokt », participe passé provenant de l’infinitif « SCHOKKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « SCHOKKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « geschokt derrière les compléments (« haar » et « zodanig ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KUNNEN KAN REJET SPREKEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/01/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Kan ik je even alleen spreken ? » (« Puis-je un peu te parler seul à seul ? »).
L’auxiliaire de mode de la « CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière les compléments (« je », « even » et (« alleen »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’on aurait dû avoir plutôt l’auxiliaire de mode de la «POSSIBILITE» ou de la « PERMISSION », l’infinitif « MOGEN » : « Mag ik je even alleen spreken ? »

Nom : STOND OVT STAAN 3 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/01/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Toen stond de elfenjager terug op zijn plaats » (« Alors le chasseur d’elfes se trouva de retour => se retrouva à sa place »).
On y trouve la forme verbale « STOND », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « STAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On aurait pu avoir une variante de la phrase avec un verbe « TERUGSTAAN » à « particule séparable ». Dans ce cas, il y aurait REJET de la particule « TERUG », se séparant donc de son infinitif proprement dit, derrière les compléments (« toen » et « op zijn plaats »), à la fin de la phrase : « De elfenjager stond toen op zijn plaats terug ». Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Ne perdons pas de vue que, dans Ia mesure où la phrase de la BD commençait par le complément (« Toen »), ce dernier a engendré une INVERSION : le sujet « de elfenjager » passant derrière le verbe « stond ».

Nom : VERDWENEN VTT VERDWIJNEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/01/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Toen verdwenen de elfjes » (« Alors disparurent les elfes »).
On y trouve notamment la forme verbale « VERDWENEN », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « VERDWIJNEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « IJ » donnant des « E » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.).
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans Ia mesure où la phrase commence par un complément (« Toen »), celui-ci engendre une INVERSION, le sujet « de elfjes » passant derrière le verbe « verdwenen ». On aurait en effet pu avoir : « De elfjes verdwenen toen ».

Nom : KLONK OVT KLINKEN 2 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/01/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Toen klonk het schot » (« Alors retentit le coup de feu »).
On y trouve notamment la forme verbale « KLONK », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « KLINKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « I » donnant des « O » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.).
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans Ia mesure où la phrase commence par un complément (« Toen »), celui-ci engendre une INVERSION, le sujet « het schot » passant derrière le verbe « klonk ». On aurait en effet pu avoir : « Het schot klonk toen ».

Nom : AFGESPEELD VTT AFSPELEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/01/2018

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Els, als enige getuige, vertelt (zij = Els) wat er zich (daar) heeft afgespeeld » (« Els, en tant que seul témoin, raconte ce qui a été joué / quel drame a été joué => ce qui s’est passé »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « WAT »), la forme verbale « AFgespeeld », participe passé provenant de l’infinitif « AFspelen », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « SPELEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « L » (« ik speel »), on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « AFspelen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AF » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « afGEspeeld ».
Il y a REJET de la forme verbale « AFgespeeld » derrière le complément éventuel (« daar ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que si, en langue néerlandaise, on trouve le pronom sujet « ER », suivi de n’importe quel verbe, c’est que l’on a affaire à l’expression « IL Y A ».
On trouve, en langue française, dans l’expression « IL Y A » le verbe « AVOIR ». En langues néerlandaise ET anglaise, on trouve habituellement le verbe « être » = « ZIJN »).

Nom : GEBEURD VTT GEBEUREN 2 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/01/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wat is hier gebeurd ? » (« Qu’est-il arrivé ici ? »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve la forme verbale « GEBEURD », participe passé provenant de l’infinitif « GEBEUREN », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et est construit sur le RADICAL ou première personne du singulier de l’indicatif présent.
Le participe passé « GEBEURD » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« hier »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : STOND OVT STAAN 2 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/01/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een (man) stond daar bij het (stand)beeld van de elfenjager » (« Un homme se trouvait près de la statue du chasseur d’elfes »).
On y trouve la forme verbale « STOND », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « STAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez que « het beeld » est, en principe, « l’image ». On aurait dû (pu) trouver « het standbeeld » ; une statue, est donc une «image DEBOUT». Voyez nos « REBUS » (à télécharger gratuitement), mal nommés, aidant mieux les jeunes apprenants à s’imprégner de la façon de construire les mots composés en langue néerlandaise :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=ndlsEnfants&smod=rebus

Nom : ZULLEN ZAL REJET UITZOEKEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/01/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat zal ik (hier) uitzoeken » (« Je vais enquêter = j’enquêterai à ce sujet »)
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale à la fin de la phrase, derrière le complément éventuel (« hier »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Dans Ia mesure où la phrase commence par un complément (« DAT », pour insister), ce dernier engendre une INVERSION : le sujet « ik » passant derrière le verbe « zal ». On aurait en effet aussi pu dire : « Ik zal dat uitzoeken ».

Nom : DOODGESCHOTEN VTT DOODSCHIETEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/01/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij werd (door een schot) doodgeschoten » (« Il a été tué d’un coup de feu »).
On y trouve notamment la forme verbale « doodGESCHOTEN », participe passé provenant de l’infinitif « doodSCHIETEN », verbe dit à « particule séparable », lui-même construit sur « SCHIETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IE », donne une voyelle « O ». Il faut noter que ce participe passé se construit sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « doodGESCHOTEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« door een schot »), à la fin de la phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Si le sujet et le verbe n’avaient pas été sous-entendus ici, cette phrase aurait été à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici « WERD ») devait être utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ». Si la « particule séparable » (ici « dood », un adjectif) s’était trouvée avec sa forme verbale conjuguée dans une phrase à un temps non composé (O.T.T. ou O.V.T.), on aurait mieux vu son REJET : « Een schot schoot hem dood » (O.V.T.) ou « Een schot schiet hem dood » (O.T.T.).

Nom : HERKEND VTT HERKENNEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/01/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Heb je hen (de twee mannen) herkend ? » (« Les as-tu reconnus ? »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc la forme verbale « HERkend », participe passé provenant de l’infinitif « HERkennen », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « HERkend » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« HEN »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KLONK OVT KLINKEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/01/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Er klonk een schot » (« Il retentit un coup de feu = un coup de feu retentit »).
On y trouve notamment la forme verbale « KLONK », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « KLINKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et, parmi eux, d’une catégorie importante de verbes irréguliers, celle des « I » donnant des « O » aux temps du passé (O.V.T. et V.T.T.).
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment ces trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez que si, en langue néerlandaise, on trouve le pronom sujet « ER », suivi de n’importe quel verbe, c’est que l’on a affaire à l’expression « IL Y A ».
On trouve, en langue française, dans l’expression « IL Y A » le verbe « AVOIR ». En langues néerlandaise ET anglaise, on trouve habituellement le verbe « être » = « ZIJN »).

Nom : ZAG OVT ZIEN 5 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/01/2018

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Toen de elfenjager hen (de elfjes) achtervolgde, zag ik twee mannen » (« Quand le chasseur d’elfes les poursuivait, je vis deux hommes »).
On y trouve notamment, dans la phrase principale, la forme verbale « ZAG », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
ATTENTION : Beaucoup d’apprenants croient que la forme verbale « ZAG », provient de l’infinitif « ZEGGEN », également irrégulier à l’O.V.T. …
Dans Ia mesure où la phrase subordonnée (« Toen de elfenjager hen achtervolgde ») joue le rôle d’un complément et que la phrase principale commence donc par un complément, ce dernier engendre une INVERSION (comme dans une phrase interrogative) et le sujet « ik » passe derrière le verbe « zag ». On aurait en effet aussi pu dire : « Ik zag twee mannen toen de elfenjager hen achtervolgde ».

Nom : GEWEKT VTT WEKKEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/01/2018

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het schot heeft haar (Hilde) gewekt » (« Le coup de feu l’a réveillée »).
On y trouve la forme verbale « gewekt », participe passé provenant de l’infinitif « WEKKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « WEKKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « gewekt derrière le complément (« haar ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : INVERSION 02 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/12/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Als bij tover(stok)slag verdwijnen de elfjes en (als bij toverslag) staat de bosgeest terug op zijn sokkel » (« Comme par un coup de baguette magique = comme par magie, les petits elfes disparaissent et l’esprit des bois se retrouve sur son socle »).
Dans Ia mesure où la double phrase commence par un complément commun (« Als bij toverslag »), ce dernier engendre une (double) INVERSION : le sujet (de la première phrase) « de elfjes » passant derrière le verbe « verdwijnen ». On aurait en effet aussi pu dire : « De elfjes verdwijnen als bij toverslag ».
Le sujet (de la seconde phrase) « de bosgeest » passe, lui, derrière le verbe « staat ». On aurait en effet aussi pu dire : « De bosgeest staat terug op zijn sokkel als bij toverslag ».
Notez que si on considère que l’on a affaire au verbe « TERUGgaan », dit « à particule séparable », cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit mais la particule «TERUG» est affectée par un REJET, derrière les compléments (« op zijn sokkel » et «als bij toverslag »), à la fin de la phrase : « De bosgeest staat op zijn sokkel als bij toverslag terug ».

Nom : DUIKT OP OTT OPDUIKEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Vanuit de struiken duikt plots(eling)nog een man op » (« Des buissons émerge soudain encore un homme => un autre homme »).
On y trouve la forme verbale « duikt … OP », provenant de l’infinitif « OPduiken », lui-même construit sur l’infinitif « DUIKEN ».
Quand « OPduiken » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit et il y a REJET de la particule « OP » derrière les compléments (« plots » et «nog ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Dans Ia mesure où la phrase commence par un complément (« Vanuit de struiken »), ce dernier engendre une INVERSION : le sujet « een man » passant derrière le verbe « duikt ». On aurait en effet aussi pu dire : « Een man duikt plots(eling) nog vanuit de struiken op ».

Nom : INVERSION 01 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Op dat ogenblik rent een man naar het duin » (« A ce moment, un homme court vers la dune »).
Dans Ia mesure où la phrase commence par un complément (« Op dat ogenblik »), ce dernier engendre une INVERSION : le sujet « een man » passant derrière le verbe « rent ». On aurait en effet aussi pu dire : « Een man rent op dat ogenblik naar het duin ».

Nom : KWAM OVT KOMEN 4 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De bosgeest kwam van zijn sokkel » (« L’esprit des bois vint = est venu de son socle => a quitté son socle »).
On y trouve notamment la forme verbale « KWAM », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « KOMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez l’expression « jagen OP », pour sa préposition.
Dans le texte de la grande image, on trouve « hou OP », provenant de l’infinitif « OPhouden », où l’ancienne préposition « OP » est devenue une particule séparable.

Nom : VERZWEEG OVT VERZWIJGEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/12/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij verzweeg ons dat hij (werd) afgeperst werd » (« Il s’est tu => nous a caché qu’il était pressuré => faisait l’objet d’un chantage »).
On y trouve notamment la forme verbale « VERZWEEG » (O.V.T. ou « prétérit »), provenant de l’infinitif « VERZWIJGEN », venant lui-même de « ZWIJGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve aussi, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « AFgeperst », participe passé provenant de l’infinitif « AFpersen », lui-même construit sur l’infinitif « PERSEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « S », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « AFpersen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AF » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « afGEperst ».
Il y a REJET de la forme verbale « AFgeperst » derrière le complément éventuel (« door iemand ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici au prétérit) est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : ZULLEN ZAL REJET VERJAGEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal ze (de ratten) verjagen » (« Je vais les chasser = je les chasserai »)
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale à la fin de la phrase, derrière le complément (« ZE »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : ZULLEN ZAL REJET ZIJN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal zeer laat terug zijn » (« Je vais être = je serai de retour très tard »)
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale à la fin de la phrase, derrière les compléments (« zeer laat » et « terug »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BRAK OVT BREKEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/12/2017

Description : La (double) phrase suivante est grammaticalement intéressante : « In mijn haast om het raam te openen brak ik de ruit » (« Dans ma hâte pour ouvrir la fenêtre, j’ai brisé la vitre »).
On y trouve la forme verbale « BRAK », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « BREKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans Ia mesure où la phrase commence par un complément (« In mijn haast om het raam te openen »), ce dernier engendre une INVERSION (comme dans une phrase interrogative) le sujet « ik » passe derrière le verbe « brak ». On aurait en effet aussi pu dire : « Ik brak de ruit in mijn haast om het raam te openen».
Rappelons que « POUR » devant les verbes est rendu par un double mot : « OM … TE ». Le complément « HET RAAM » s’intercale entre le « OM » et le « TE », placé juste devant l’infinitif (« OPENEN »).

Nom : HOORDE OVT HOREN 3 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik hoorde een schot »(« J’entendis = j’ai entendu un coup de fusil »).
Ce verbe « HOREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik hoor ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « HOOR » + « DE » = « HOORDE ».

Nom : GEHOORD VTT HOREN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij hebben gerinkel gehoord » (« Nous avons entendu un cliquetis => un bruit de verre brisé »).
On y trouve la forme verbale « gehoord », participe passé provenant de l’infinitif « HOREN ». Ce verbe « HOREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) aux temps du passé (O.V.T. ou V.T.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik hoor ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés : préfixe « GE » « HOOR » + « D » = « GEHOORD ».
Quand « HOREN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gehoord » derrière le complément (« gerinkel ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GESCHOTEN VTT SCHIETEN 3 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Heb je daarom geschoten ? » (« As-tu tiré pour cela ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « GESCHOTEN », participe passé provenant de l’infinitif « SCHIETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IE », donne une voyelle « O ».
Il faut noter que ce participe passé se construit sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GESCHOTEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« daarom »), à la fin de la phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : HOORDE OVT HOREN 2 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik hoorde gerinkel van glas achter het huis » (« J’entendis = j’ai entendu un cliquetis de verre derrière la maison »).
Ce verbe « HOREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik hoor ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « HOOR » + « DE » = « HOORDE ».

Nom : MOETEN REJET HOUDEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De reden moet ik voorlopig geheim houden » (« La raison, je dois provisoirement la tenir secrète » »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière les compléments (« voorlopig » et « geheim »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« De reden », placé ici en évidence pour insister, comme en langue française), cela entraîne une INVERSION du sujet « ik » passant derrière son verbe « moet ».

Nom : KON OVT KUNNEN REJET WETEN SLOOP OVT SLUIPEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/12/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hoe kon ik (dus) weten dat jij hier rondsloop ? » (« Comment pouvais-je savoir que tu rôdais ici autour ? »)
L’auxiliaire de mode de la CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN » et un O.V.T. (ou prétérit) « KON ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière le complément éventuel (« dus »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
« KUNNEN fait donc l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers, au moins à l’O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans la phrase subordonnée (introduite par « DAT »), on trouve la forme verbale « RONDsloop », prétérit (O.V.T.) provenant de l’infinitif « RONDsluipen », lui-même construit sur l’infinitif « SLUIPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : ZULLEN ZAL REJET ZITTEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal de eerste dagen niet kunnen (mogen) zitten » (« Je ne vais pas pouvoir = je ne pourrai pas m’asseoir les premiers jours »)
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale à la fin de la phrase, derrière le complément (« de eerste dagen »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KREEG OVT KRIJGEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kreeg een lading hagel in de billen » (« Je reçus / j’ai reçu un chargement de plombs = une décharge de chevrotines dans les fesses »).
On y trouve la forme verbale « KREEG », prétérit (ou O.V.T.) provenant de l’infinitif « KRIJGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne une voyelle « E » (double, au singulier). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : VERWOND VTT VERWONDEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Heb ik je verwond ? (« Est-ce que je t’ai blessé ? = T’ai-je blessé ? »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc la forme verbale « VERwond », participe passé provenant de l’infinitif « VERwonden », qui est donc identique à son radical (première personne du présent) et NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « VERwond » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« JE »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GERAAKT VTT RAKEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb iemand geraakt » (« J’ai touché quelqu’un »).
On y trouve la forme verbale « geraakt », participe passé provenant de l’infinitif « RAKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent ou O.T.T.) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « RAKEN » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, il y a REJET de son participe passé « geraakt derrière le complément (« iemand ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : HOORDE OVT HOREN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik hoorde een kreet » (« J’entendis = j’ai entendu un cri »).
Ce verbe « HOREN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au prétérit (ou O.V.T.), NE fait PAS partie de la minorité des verbes irréguliers (faisant l’objet des « temps primitifs ») et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent, « Ik hoor ») se terminant par la consonne « R », on trouvera le « DE » majoritaire comme terminaison du prétérit : « HOOR » + « DE » = « HOORDE ».

Nom : GEBONDEN VTT BINDEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een steen waaraan een briefje (is) gebonden is » (« Une pierre à laquelle est attachée une petite lettre = Une pierre à laquelle est attaché un petit mot »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEBONDEN », participe passé provenant de l’infinitif « BINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé.
Ce participe passé « GEBONDEN » est construit sur le PLURIEL du prétérit (ou O.V.T.) Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Si on avait eu la variante suivante de la phrase, « Een briefje is aan een steen gebonden », on aurait mieux vu que le participe passé « GEBONDEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« aan een steen »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que l’adverbe pronominal « waaraan » provient de « aan wat ».

Nom : GEGOOID VTT GOOIEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Aan de achtergevel wordt een steen (…) naar het huis gegooid » (« A la façade arrière, une pierre est jetée vers la maison »).
On y trouve la forme verbale «gegooid », participe passé provenant de l’infinitif « GOOIEN ». Ce verbe « GOOIEN » est considéré comme « régulier » (comme la grande majorité des verbes néerlandais) au participe passé et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la voyelle « I », on trouvera le « D » majoritaire comme terminaison des participes passés.
Quand « GOOIEN » est conjugué au passé composé, il y a REJET de son participe passé « gegooid » derrière le complément (« naar het huis ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Aan de achtergevel »), cela entraîne une INVERSION du sujet « een steen » passant derrière son verbe « wordt ».
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : TREKT OP OPTREKKEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Enkele dagen later trekt hij (Robert) ’s nachts (= vannacht / in de nacht) de wacht op ! » (« Quelques jours plus tard, il montait la garde de nuit »).
On y trouve la forme verbale « trekt … OP », provenant de l’infinitif « OPtrekken », lui-même construit sur l’infinitif « TREKKEN ».
Quand « OPtrekken » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit et il y a REJET de la particule « OP » derrière les compléments («’s nachts » et « de wacht ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Enkele dagen later »), cela entraîne une INVERSION du sujet « hij » (= Robert) passant derrière son verbe « trekt ».

Nom : SLAAT GADE GADESLAAN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « In het dorp slaat hij (nummer 17) aandachtig het gedrag (…) gade ! » (« Dans le village il observe attentivement le comportement … »).
On y trouve la forme verbale « slaat … gade », provenant de l’infinitif « gadeslaan », lui-même construit sur l’infinitif « SLAAN ».
Quand « gadeslaan » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « gade » de son infinitif proprement dit et il y a REJET de la particule « gade » derrière le complément («het gedrag») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« In het dorp »), cela entraîne une INVERSION du sujet « hij » (= nummer 17) passant derrière son verbe « slaat ».

Nom : HAD OVT HEBBEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We hadden een ongeval met speurder 17 » (« Nous eûmes = avons eu un accident avec l’enquêteur numéro 17 »).
On y trouve notamment la forme verbale « HADDEN », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « HEBBEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : GEZIEN VTT ZIEN 2 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (Hebben jullie) niemand gezien ? » (« N’avez-vous vu personne ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « geZIEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (ici « niemand »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Notez que l’on construit le contraire de « iemand » (« quelqu’un » = « une personne ») en ajoutant au début du mot la lettre « N » de la négation (PAS « une personne ») => « niemand ».

Nom : RIJ IN INRIJDEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Rij(d) het bos in ! » (« Roule à l’intérieur du bois ! »).
On y trouve la forme verbale « Rij … IN », impératif provenant de l’infinitif « INrijden », lui-même construit sur l’infinitif « RIJDEN ».
Quand « INrijden » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de son infinitif proprement dit et il y a REJET de la particule « IN » derrière le complément (« het bos ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Signalons que le verbe « RIJDEN » (comme « HOUDEN ») a tendance à perdre la consonne terminale « D » au singulier (surtout première personne) tant de l’indicatif présent (O.T.T.) que de l’impératif (qui est construit sur lui).

Nom : MOETEN REJET ZIEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Jullie moeten de dader nog zien » (« Vous devez encore voir le malfaiteur »).
L’auxiliaire de mode de l’OBLIGATION » est l’infinitif « MOETEN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, « zien », derrière les compléments (« de dader » et « nog »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BESPIED VTT BESPIEDEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik werd (door iemand) bespied » (« J’étais espionné … par quelqu’un »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc la forme verbale « BEspied », participe passé provenant de l’infinitif « BEspieden », qui lui est donc identique et NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « BEspied » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« door iemand »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve encore la forme verbale « WERD », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « WORDEN », qui fait aussi l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Cette phrase est donc à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici « WERD ») est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : GESCHOTEN VTT SCHIETEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Toen heb ik in de lucht geschoten » (« Alors j’ai tiré en l’air »).
On y trouve notamment la forme verbale « GESCHOTEN », participe passé provenant de l’infinitif « SCHIETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IE », donne une voyelle « O ».
Il faut noter que ce participe passé se construit sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GESCHOTEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« in de lucht »), à la fin de la phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément (« Toen »), cela entraîne une INVERSION du sujet « ik », passant derrière son verbe « heb ».

Nom : GEDAAN VTT DOEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb verkeerd gedaan » (« J’ai fait fausse route = j’ai mal agi »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEDAAN », participe passé provenant de l’infinitif « DOEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEDAAN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« VERKEERD »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEROEPEN VTT ROEPEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/12/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb hem nog TERUGgeroepen » (« Je l’ai encore rappelé »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEROEPEN », participe passé provenant de l’infinitif « ROEPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Cette forme verbale est, comme on le voit, construite sur l’INFINITIF. Pour complément d’informations, consultez notamment notre tableau de synthèse « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « TERUGroepen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « terugGEroepen ».
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait, en principe, l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« hem » et « nog »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : REED OVT RIJDEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij reed naar het ven paard » (« Il roulait / partait à cheval vers le marais »).
On y trouve la forme verbale « REED … paard », participe passé provenant de l’infinitif « paardRIJDEN », lui-même construit sur l’infinitif « RIJDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « IJ », donne une voyelle « E » (double, au singulier). Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « paardRIJDEN » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « PAARD » (non écrite ici) de son infinitif proprement dit, et il y a REJET de la particule « PAARD », derrière le complément («naar het ven »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : STOND OVT STAAN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/11/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Weet je wat op het briefje (=> erop) stond ? » (« Sais-tu ce qui se trouvait sur le petit mot ? »).
On trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « WAT »), la forme verbale « STOND », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « STAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, dans une phrase subordonnée, la forme verbale fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« op het briefje » ou «erop»), à la fin de la phrase (subordonnée). Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WILDE OVT WILLEN REJET BESPAREN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik wilde mijnheer die akelige grap besparen » (« Je voulais épargner cette sinistre farce à monsieur »).
L’auxiliaire de mode de la VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN » (donnant WILDE, au prétérit ou O.V.T.). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière les compléments (« mijnheer » et « die akelige grap »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Ce verbe « WILLEN » évolue vers un verbe « régulier ». Comme la grande majorité des verbes néerlandais, il n’est pas affecté par les « temps primitifs » sauf, parfois, encore au prétérit : « WOU » au lieu de « WILDE ». On aurait, en effet, pu trouver la variante suivante : « Ik wou mijnheer die akelige grap besparen ».

Nom : NAM OVT NEMEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik nam het weg » (« Je le pris = l’ai pris / retiré »).
On y trouve la forme verbale « nam … WEG », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif «WEGnemen», lui-même construit sur l’infinitif « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « WEGnemen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « WEG » de son infinitif proprement dit, et il y a REJET de la particule « WEG », derrière le complément («HET»), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEVONDEN VTT VINDEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Joeki) heeft dit in de vuilnisemmer gevonden » (« Il a trouvé ceci dans la poubelle »).
Y figure notamment la forme verbale « GEVONDEN », participe passé provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé.
Ce participe passé « GEVONDEN » est construit sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEVONDEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« dit » et (« in de vuilnisemmer »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VOND OVT VINDEN 2 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Waar vond je dat ? » (« Où trouvas-tu = où as-tu trouvé cela ?»).
On y découvre la forme verbale « VOND », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : ZULLEN ZAL REJET LEREN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat zal jullie leren mij er buiten te houden » (« Cela va vous apprendre à me laisser en dehors »)
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale à la fin de la phrase, derrière le complément (« jullie »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussi « BUITENhouden » qui peut être un verbe dit à « particule séparable ». Quand il est « conjugué », cela entraîne alors en néerlandais une séparation de la particule « BUITEN » (qui provient de la préposition « BUITEN », venant elle-même de la préposition « UIT ») de son infinitif proprement dit. On le voit mieux dans la variante suivante : « Jullie wilden mij buitenhouden ».

Nom : KWAM OVT KOMEN 3 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Toch kwam die kerel dat mes halen » (« Et pourtant ce type est venu rechercher ce couteau »).
On y trouve notamment la forme verbale « KWAM », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « KOMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
La phrase commençant par un complément (« toch »), cela entraîne une INVERSION du sujet « die kerel » passant derrière son verbe « kwam ».

Nom : KON OVT KUNNEN REJET TERUGKOMEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Jij kon elk ogenblik terugkomen » (« Tu pouvais revenir à tout moment »).
L’auxiliaire de mode de la CAPACITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN » et un O.V.T. (ou prétérit) « KON ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière le complément éventuel (« elk ogenblik »), à la fin de la phrase et à l’infinitif. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
« KUNNEN fait donc l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers, au moins à l’O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : ZAG OVT ZIEN 4 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/11/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij zag dat jullie de wacht hielden » (« Il vit = il a vu que vous teniez = montiez la garde »).
On y trouve notamment, dans la phrase principale, la forme verbale « ZAG », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
On y trouve également, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « HIELDEN », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « HOUDEN » qui, lui aussi, fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
ATTENTION : Beaucoup d’apprenants croient que la forme verbale « ZAG », provient de l’infinitif « ZEGGEN », également irrégulier à l’O.V.T. …

Nom : WILLEN REJET MEEMAKEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Daar wil ik (als vreemdeling) liever niets met / mee te maken » (« En tant qu’étranger, je préfère n’avoir rien avoir à faire avec cela »).
L’auxiliaire de mode de la VOLONTE » est l’infinitif « WILLEN » (donnant WILDE, au prétérit ou O.V.T.). Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « MOGEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière le complément (« niets »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Rappelons que, dans le cas d’un verbe dit « à particule séparable » (ici « meemaken»), la particule est séparée de son infinitif et fait aussi l’objet d’un REJET, derrière le complément (ici « ons »), à la fin de la phrase. On le verra mieux dans cette variante de la phrase « Ik wil (als vreemdeling) daarmee liever niets meemaken » sans l’auxiliaire de mode « WILLEN » : « Ik maak (als vreemdeling) daarmee liever niets mee ».
Notez que « mee », apparaissant alors dans 2 rôles, provient de l’ancienne préposition « MET», dont le « T» est devenu un deuxième « E ». En tant que « adverbe pronominal », « MET dat » est lui devenu « daarmee ».

Nom : VOND OVT VINDEN 1 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/11/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Toen ik je niet vond, wekte ik iedereen » (« Lorsque je ne te trouvai pas, je réveillai chacun = tout le monde »).
On y découvre, dans la phrase subordonnée (introduite par « TOEN »), la forme verbale « VOND », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez que les phrases subordonnées de TEMPS sont, au passé, introduites par « TOEN » au lieu de « ALS ».
La phrase subordonnée (introduite par « TOEN ») jouant pour la phrase principale le rôle d’un complément, cela entraîne dans cette dernière une INVERSION du sujet « IK » passant derrière son verbe « wekte ».
Il est à noter que, dans une phrase subordonnée, le verbe (« vond ») fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« JE »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KWAM OVT KOMEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Daarbij kwam die grappenmaker vermoedelijk zijn mes en het briefje terughalen» (« Cela dit, ce farceur vint = est venu probablement rechercher son couteau et la petite lettre = le petit mot »).
On y trouve notamment la forme verbale « KWAM », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « KOMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Rappelons qu’un nom de « métier » masculin se construit facilement sur l’infinitif, où l’on remplace tout simplement la terminaison « N » par un « R » : « makeN » => « makeR ».

Nom : OM TE WAARSCHUWEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het is tijd om de politie te waarschuwen » (« Il est temps de prévenir la police »).

On remarquera la façon de rendre « POUR » avec un infinitif, le complément (« de politie ») se plaçant au milieu des deux parties de « OM …TE » et le(s) verbe(s) faisant l’objet d’un REJET à la fin de la phase. Voir phénomène du REJET :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : LATEN WE REJET KIJKEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Laten we (naar de deur) kijken » (« Laissons-nous voir la porte = Allons voir la porte »).
On y trouve notamment « LATEN » qui, à la première personne du PLURIEL de l’IMPERATIF (« LATEN WE … »), joue le rôle d’un auxiliaire « de mode » et exige le REJET du verbe « GAAN », derrière le complément éventuel (« naar de deur »), à la fin de cette phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres, à l’impératif :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

L’apprenant(e) francophone sera moins dépaysé(e) s’il / si elle se dit que la tournure néerlandophone « LATEN WE … » équivaut à « LAISSONS-NOUS … ». Notez, qu’en langue anglaise, il y a un phénomène similaire avec « LET US … ».

Nom : GEZIEN VTT ZIEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb niets gezien » (« Je n’ai rien vu »).
On y trouve notamment la forme verbale « geZIEN », participe passé provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Rappelons que, aux temps composés, le participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (ici « niets »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Notez que l’on construit le contraire de « iets » (« quelque chose ») en ajoutant au début du mot la lettre « N » de la négation (PAS « quelque chose » = « rien ») => « niets ».

© 2017, Bernard GOORDEN, voor de grammatica. Autres exemples à http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=vandersteen

Nom : WAS OVT ZIJN 3 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Jij was er vóór mij » (« Tu y étais avant moi »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez qu’il ne pourrait, en aucun cas, s’agir d’une forme verbale à l’O.T.T. (ou « présent ») provenant de l’infinitif « WASSEN », « DAT » (sujet) exigeant une terminaison « T » d’une deuxième personne du singulier.

Nom : SPRAK OVT SPREKEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij sprak van geen mes » (« Il ne parla pas = n’a pas parlé d’un couteau »).
On y trouve la forme verbale « SPRAK », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « SPREKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Rappelons aussi que la NEGATION devant un nom (« pas UN »), même au pluriel, est « GEEN », « niet » n’étant jamais utilisé devant un nom. Mais on aurait pu trouver la variante suivante de la phrase : « Hij sprak niet van een mes ».

Nom : WAS OVT ZIJN 2 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Mister Bartwright) was net aan de voordeur » (« Il était précisément à la porte de devant »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez qu’il ne pourrait, en aucun cas, s’agir d’une forme verbale à l’O.T.T. (ou « présent ») provenant de l’infinitif « WASSEN », « DAT » (sujet) exigeant une terminaison « T » d’une troisième personne du singulier.

Nom : GEBEURD VTT GEBEUREN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Is er iets gebeurd ? … » (« Est-il arrivé quelque chose ? … »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve la forme verbale « GEBEURD », participe passé provenant de l’infinitif « GEBEUREN », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et est construit sur le RADICAL ou première personne du singulier de l’indicatif présent.
Le participe passé « GEBEURD » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« iets »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Rappelons aussi que la tournure de phrase « IL Y A » est rendue en langues tant néerlandaise qu’anglaise par le verbe « être » (au lieu d’ « avoir »).

Nom : KOMT TEGEMOET OTT TEGEMOETKOMEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Bij het huis komt hij (Bertrand) zijn vriend (Robert) tegemoet » (« Près de la maison, il rencontre son ami »).
On y trouve la forme verbale « komt … TEGEMOET », provenant de l’infinitif « TEGEMOETkomen », verbe dit « à particule séparable ».
Quand « TEGEMOETkomen » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TEGEMOET » de son infinitif proprement dit, la particule « TEGEMOET » étant affectée par un REJET, derrière le complément (« zijn vriend »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

La phrase commençant par un complément (« bij het huis »), cela entraîne une INVERSION du sujet « hij » passant derrière son verbe « komt ».

Nom : GA TERUG OTT TERUGGAAN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/11/2017

Description : On y trouve la forme verbale « ga … TERUG », provenant de l’infinitif « TERUGgaan », verbe dit « à particule séparable ».
Quand « TERUGgaan » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule « TERUG » étant affectée par un REJET, derrière le complément (« dan »), à la fin de la phrase.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : MAG MOGEN REJET LOPEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je mag ’s nachts toch niet meer buiten lopen ? » (« Tu ne peux tout de même plus te balader la nuit à l’extérieur »).
L’auxiliaire de mode de la POSSIBILITE » est l’infinitif « MOGEN », donnant un singulier « MAG ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière les compléments (« ’s nachts » et « buiten »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que « ’s nachts », forme plus ancienne signifiant « tijdens de nacht », a tendance à être remplacé par « vannacht ».

Nom : VERLATEN VTT VERLATEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De heide was (door iedereen) verlaten » (« La bruyère était abandonnée = vide »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc dans cette phrase, d’une part, la forme verbale « VERlaten », participe passé provenant de l’infinitif « VERlaten », provenant de « LATEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts », et le participe passé est construit sur le PLURIEL du prétérit, lui étant même identique.
On y trouve d’autre part la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : ZAG OVT ZIEN 3 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Nee, ik zag niemand » (« Non, je vis = je n’ai vu personne »).
On y trouve notamment la forme verbale « ZAG », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
ATTENTION : Beaucoup d’apprenants croient que cette forme verbale provient de l’infinitif « ZEGGEN », également irrégulier à l’O.V.T. …
Notez que l’on construit le contraire de « iemand » (« quelqu’un » = « une personne ») en ajoutant au début du mot la lettre « N » de la négation (PAS « une personne ») => « niemand ».

Nom : ZAG OVT ZIEN 2 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zag je iemand anders ? » (« Vis-tu = As-tu vu quelqu’un d’autre ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « ZAG », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
ATTENTION : Beaucoup d’apprenants croient que cette forme verbale provient de l’infinitif « ZEGGEN », également irrégulier à l’O.V.T. …

Nom : ZAG OVT ZIEN 1 ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zag alles door het raam » (« Je vis tout = j’ai tout vu par la fenêtre »).
On y trouve notamment la forme verbale « ZAG », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
ATTENTION : Beaucoup d’apprenants croient que cette forme verbale provient de l’infinitif « ZEGGEN », également irrégulier à l’O.V.T. …

© 2017, Bernard GOORDEN, voor de grammatica. Autres exemples à http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=vandersteen

Nom : KWAM OVT KOMEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kwam naar de heide om de elfjes te zien dansen » (« Je venais dans la bruyère pour voir danser les petits elfes »).
On y trouve notamment la forme verbale « KWAM », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « KOMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On remarquera aussi la façon de rendre « POUR » avec un infinitif, le complément (« de elfjes ») se plaçant au milieu des deux parties de « OM …TE » et le(s) verbe(s) faisant l’objet d’un REJET à la fin de la phase. Voir phénomène du REJET :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KON OVT KUNNEN REJET SLAPEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik kon (in mijn slaapkamer) niet slapen » (« Je ne pouvais pas dormir »).
L’auxiliaire de mode de la POSSIBILITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN » et un O.V.T. (ou prétérit) « KON ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière le complément éventuel (« in mijn slaapkamer »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
« KUNNEN fait donc l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers, au moins à l’O.V.T. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : KUNNEN KAN REJET ZIJN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/11/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij kan niet ver zijn » (« Il ne peut pas être loin »).
L’auxiliaire de mode de la POSSIBILITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière le complément (« niet ver »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEWIKKELD VTT WIKKELEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/10/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een mes in de deur met een briefje om het heft gewikkeld » (« Un couteau avec une petite lettre = un mot enroulé autour du manche »).
On y trouve la forme verbale « gewikkeld », participe passé provenant de l’infinitif « WIKKELEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « L », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Dans la variante suivante de la phrase (« Een briefje wordt om het heft van de mes gewikkeld »), on voit mieux qu’il y a REJET de la forme verbale « gewikkeld » derrière le complément (« om het heft ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WAS OVT ZIJN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/10/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wat was dat ? » (« Qu’était-ce ? »).
On y trouve la forme verbale « WAS », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers et constitue vraisemblablement le verbe le plus irrégulier de la langue néerlandaise.
C’est logique : plus on utilise un mot, plus la prononciation le déforme au fil du temps …
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez qu’il ne pourrait, en aucun cas, s’agir d’une forme verbale à l’O.T.T. (ou « présent ») provenant de l’infinitif « WASSEN », « DAT » (sujet) exigeant une terminaison « T » d’une troisième personne du singulier.

Nom : ZULLEN ZAL REJET SLAPEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/10/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Als jullie om beurten ‘s nachts de wacht houden, zal ik rustig slapen » (« Si vous monter la garde la nuit, à tour de rôle, je vais tranquillement dormir »)
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale à la fin de la phrase, derrière le complément (« rustig »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase subordonnée (introduite par « ALS ») jouant pour la phrase principale le rôle d’un complément, cela entraîne dans cette dernière une INVERSION du sujet « IK » passant derrière son verbe « ZAL ».
Il est à noter que, dans une phrase subordonnée, le verbe (« houden ») fait, lui aussi, l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« om beurten », « ‘s nachts » et « de wacht »), à la fin de la phrase.

Nom : ZULLEN ZAL REJET VERGEVEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/10/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij zal je die afstraffing niet vergeven » (« Il ne va pas te pardonner = il ne te pardonnera pas cette leçon »)
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale à la fin de la phrase, derrière les compléments (« je » et « die afstraffing »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : LAAT AF IMPERATIF AFLATEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/10/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Laat (haar) af ! » (« Laisse-la = ôte tes mains d’elle ! »).
On y trouve un infinitif construit sur « LATEN » et verbe dit à « particule séparable », « AFLATEN » qui, à la deuxième personne de l’impératif (comme à la deuxième personne de l’indicatif présent : « Je laat (haar) af ! »), exige le REJET de la « particule séparable » « AF », derrière le complément éventuel (« haar »), à la fin de la phrase.
Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DRING AAN IMPERATIF AANDRINGEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/10/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dring (met jouw voorstel) niet aan ! » (« N’insiste pas ! »).
On y trouve un infinitif construit sur « DRINGEN » et verbe dit à « particule séparable », « AANDRINGEN » qui, à la deuxième personne de l’impératif (comme à la première personne de l’indicatif présent : « Ik dring (met mijn voorstel) niet aan »), exige le REJET de la « particule séparable » « AAN », derrière le complément éventuel (« met jouw voorstel »), à la fin de la phrase.
Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : KOMT AAN OTT AANKOMEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/10/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wie komt daar aan ? » (« Qui arrive là ? »).
On y trouve un infinitif construit sur « KOMEN » et verbe dit à « particule séparable », « AANKOMEN », qui, exige le REJET de la « particule séparable » « AAN », derrière le complément (« daar »), à la fin de la phrase.
Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GESCHOTEN VTT SCHIETEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/10/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Men heeft al tweemaal op u geschoten » (« On a déjà tiré deux fois sur vous »).
On y trouve notamment la forme verbale « GESCHOTEN », participe passé provenant de l’infinitif « SCHIETEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il faut noter que ce participe passé se construit sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GESCHOTEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« al tweemaal » et « op u »), à la fin de la phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEKOCHT VTT KOPEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/10/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb veel grond gekocht » (« J’ai acheté beaucoup de terrain »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEKOCHT », participe passé provenant de l’infinitif « KOPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Il faut noter que ce participe passé se construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEKOCHT » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« veel grond »), à la fin de la phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : STAAN OP OTT OPSTAAN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/10/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Soms staan er ook bedreigingen op » (« Il s’y trouve parfois aussi des menaces »).
On pourrait envisager deux explications. D’une part, on y trouve la forme verbale « staan … OP », provenant de l’infinitif « OPstaan », verbe dit « à particule séparable », lui-même construit sur l’infinitif « STAAN ».
Quand « OPstaan » est conjugué, il y a REJET de la particule séparable « OP » (provenant de la préposition « OP ») derrière le complément (« bedreigingen ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La deuxième explication est que nous avons plus vraisemblablement et plus simplement affaire à ce que l’on appelle un « adverbe pronominal » : « erOP » pour daarOP. Dans ce cas, on pourrait avoir la variante suivante de la phrase (a fortiori si on ne la fait pas commencer par le complément « soms », ayant entraîné une INVERSION du sujet « ER » passant derrière son verbe) : « Bedreigingen staan soms ook erop ».

Nom : ZOUDEN ZOU REJET DOEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/10/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zou graag op jullie (een) beroep doen » (« Je ferais volontiers = je voudrais faire appel à vous »)
L’auxiliaire du CONDITIONNEL est l’infinitif « ZOUDEN », donnant un singulier « ZOU » ; il est, en quelque sorte, l’« imparfait » (O.V.T. ou prétérit) de l’auxiliaire du FUTUR, « ZULLEN ».
Au CONDITIONNEL, il y a REJET de l’autre forme verbale à la fin de la phrase, derrière les compléments (« graag », « op jullie » et « een beroep »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs:
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BRACHT OVT BRENGEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/10/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Inmiddels bracht zij (Hilde) de vagebonden naar de eigenaar (Mister Bartwright) » (« Entretemps, elle amena les vagabonds au propriétaire »).
On y trouve notamment la forme verbale « BRACHT », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : LATEN WE REJET GAAN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/10/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Laten we nu maar naar huis gaan » (« Laissons-nous maintenant seulement aller vers la maison = Allons maintenant à la maison »).
On y trouve notamment « LATEN » qui, à la première personne du PLURIEL de l’IMPERATIF (« LATEN WE … »), joue le rôle d’un auxiliaire « de mode » et exige le REJET du verbe « GAAN », derrière les compléments (« nu » et « naar huis »), à la fin de cette phrase. Voir phénomène du REJET, entre autres, à l’impératif :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

L’apprenant(e) francophone sera moins dépaysé(e) s’il / si elle se dit que la tournure néerlandophone « LATEN WE … » équivaut à « LAISSONS-NOUS … ». Notez, qu’en langue anglaise, il y a un phénomène similaire avec « LET US … ».

Nom : LIET OVT LATEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/10/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een vroegere eigenaar van het domein liet van de elfenjager een bronzen standbeeld maken » (« Un ancien propriétaire du domaine fit fabriquer une statue en bronze du chasseur d’elfes »).
On y trouve notamment la forme verbale « LIET », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « LATEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On remarquera aussi, le REJET du verbe « MAKEN », derrière les compléments (« van de elfenjager » et « een bronzen standbeeld »), à la fin de cette phrase. Même si « LATEN » joue le rôle d’un auxiliaire à la première personne du PLURIEL de l’IMPERATIF (« LATEN WE … » + REJET), il n’exige, en principe, pas un REJET systématique dans les autres cas. Voir phénomène du REJET, entre autres, à l’impératif :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : JOEG OVT JAGEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/10/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een boze bosgeest, de elfenjager, joeg op hen » (« Un esprit des bois maléfique, le chasseur d’elfes, les chassait = chassait les elfes »).
On y trouve notamment la forme verbale « JOEG », O.V.T. (ou « prétérit ») provenant de l’infinitif « JAGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Notez l’usage « JAGEN op » suivi d’une sorte de complément d’objet indirect, un accord en fait hérité des anciennes déclinaisons.

Nom : KUNNEN KAN REJET ZIEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/10/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Vanuit mijn raam kan ik soms de elfjes zien » (« De ma fenêtre, je peux parfois voir les petits elfes »).
L’auxiliaire de mode de la POSSIBILITE » est l’infinitif « KUNNEN », donnant un singulier « KAN ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« MOETEN », « MOGEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière les compléments (« soms » et « de elfjes »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez l’INVERSION, la phrase commençant par un complément (« vanuit mijn raam »).

Nom : OMDRAAIEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/10/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Die draait er ook geen doekjes om » (« Celui-là n’enroule aussi aucun petit mouchoir autour => Il ne tourne pas autour du pot / Il n’y va pas par quatre chemins / Il ne ménage pas la chèvre et le chou / Il dit les choses comme elles sont / Il va droit au but / Il est direct »).
Quand « OMdraaien » est conjugué, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OM » de son infinitif proprement dit, la particule faisant l’objet d’un REJET de la forme verbale du participe passé « OMgesmolten », derrière le complément (« geen doekjes »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET, lisez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez l’expression « geen doekjes omdraaien ».
Rappelons aussi que la NEGATION devant un nom (« pas UN »), même au pluriel, est « GEEN », « niet » n’étant jamais utilisé devant un nom.

Nom : ZULLEN ZAL REJET TONEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/10/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik zal je de plek (= de plaats) tonen » (« Je vais te montrer l’endroit »)
L’auxiliaire du FUTUR « simple » est l’infinitif « ZULLEN », donnant un singulier « ZAL ». Pour être moins dérouté par la construction du futur simple en néerlandais, il est peut-être plus simple de le comparer au « futur proche » français et de remplacer les formes de « ZULLEN » par celles de « ALLER ».
Au FUTUR, il y a REJET de l’autre forme verbale à la fin de la phrase, derrière le complément (« de plek »), et à l’INFINITIF. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OVERBLEEF OVT OVERBLIJVEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/10/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Na de dood van mijn man was zij (Elsje) alles wat mij in het leven overbleef » (« Après la mort de mon mari, elle était tout ce qu’il me restait dans la vie »).
On y trouve notamment la forme verbale « OVERBLEEF » (O.V.T. ou « prétérit »), provenant de l’infinitif « OVERBLIJVEN », venant lui-même de « BLIJVEN », qui connaît les « temps primitifs » des verbes dits « forts » ou irréguliers. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il est à noter que la phrase, commençant par le complément « Na de dood van mijn man », ce dernier engendre une INVERSION : le sujet « zij » passant derrière le verbe « (over)bleef ». On aurait ainsi pu dire : « Zij bleef (voor) mij alles in het leven (over) ».

Rappelons que si nous avions eu cette phrase au pluriel, nous aurions eu la forme verbale « BLEVEN », ressemblant davantage à l’infinitif « BLIJVEN ». N’oublions pas que un « F » derrière lequel on rajoute un « E » (a fortiori la terminaison « EN » du pluriel) devient « V ».

Nom : GETROFFEN VTT TREFFEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/10/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Onderweg vernemen de vagebonden hoe de echtgenoot van Hilde tijdens een onweer door de bliksem (werd) getroffen werd » (« En chemin, ils apprennent comment l’époux de Hilde a été touché par l’éclair pendant un orage »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « geTROFFEN », participe passé provenant du PLURIEL du prétérit de « TREFFEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « getroffen », derrière les compléments (« tijdens een onweer » et « door de bliksem »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase subordonnée est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » (ici à l’O.V.T.) au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : MOGEN MAG REJET TONEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/10/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Mag ik hem (Joeki) de plaats tonen (= laten zien) ? » (« Est-ce que je peux lui montrer la place ? = Puis-je lui montrer la place ? »).
L’auxiliaire de mode de la POSSIBILITE » est l’infinitif « MOGEN », donnant un singulier « MAG ». Comme les trois autres auxiliaires de mode (« KUNNEN », « MOETEN » et « WILLEN »), il exige le REJET de l’autre forme verbale, derrière les compléments (« hem » et « de plaats »), à la fin de la phrase et à l’infinitif.
Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VONDEN OVT VINDEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/10/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij vonden de brieventas van … » (« Nous trouvâmes le portefeuille de … »).
On y découvre la forme verbale « VONDEN », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et qui, comme presque tous les verbes en « I », donne une voyelle « O » pour les temps du passé. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : VERLOREN VTT VERLIEZEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/10/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij heeft zijn brieventas verloren » (« Il a perdu son portefeuille »).
Rappelons d’abord que, dans les verbes, au moins les préfixes BE-, ER-, HER-, GE-, ONT- et VER- NE sont PAS séparables et que, exceptionnellement, on NE fait PAS précéder leur participe passé de l’habituel préfixe « GE- », commun à l’immense majorité des participes passés néerlandais.
On trouve donc la forme verbale « VERloren », participe passé provenant de l’infinitif « VERliezen », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « VERloren » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« zijn brieventas »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : AFGEWORPEN VTT AFWERPEN ROBERT EN BERTRAND 32 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/10/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het (paard) heeft zeker zijn ruiter afgeworpen » (« Il a certainement rejeté = démonté son cavalier »).
On y trouve la forme verbale « AFgeworpen », participe passé provenant de l’infinitif « AFwerpen », lui-même construit sur l’infinitif « WERPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « AFwerpen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AF » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « afGEworpen ».
Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « AFgeworpen », derrière les compléments (« zeker » et « zijn ruiter »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEZEGD VTT ZEGGEN BESSY 24 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/10/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wat heb ik (tegen jullie) gezegd ? » (« Qu’est-ce que j’ai dit ? »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEZEGD », participe passé provenant de l’infinitif « ZEGGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » pour son SEUL prétérit (O.V.T.). Ce participe passé est donc construit sur le radical (= première personne du présent) du verbe :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=radVerbes
Pour complément d’informations, consultez par ailleurs notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve la forme verbale « GEVANGEN », derrière le complément éventuel (« tegen jullie ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEVANGEN VTT VANGEN RODE RIDDER 109 2 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/10/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De enige man, die een goede krijgsheer zou zijn, werd door de Fransen in Bourges gevangen gezet » (« Le seul homme, qui serait un bon seigneur de guerre, a été mis = fait pris(onnier) par les Français à Bourges »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEVANGEN » (utilisée ici comme ADJECTIF ATTRIBUT, toujours INVARIABLE en langue néerlandaise), participe passé provenant de l’infinitif « VANGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Ce participe passé est construit sur l’INFINITIF.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve la forme verbale « GEVANGEN », derrière les compléments (« door de Fransen» et « in Bourges ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : GEVANGEN VTT VANGEN RODE RIDDER 109 1 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/10/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Er werd vernomen dat Pieter De Coninck in het Prinsenhof (zit / is) gevangen zit (is) » (« Il est appris = On apprit que Pieter De Coninck est saisi = prisonnier dans la Prinsenhof = Cour des Princes = le palais princier »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEVANGEN » (utilisée ici comme ADJECTIF ATTRIBUT, toujours INVARIABLE en langue néerlandaise), participe passé provenant de l’infinitif « VANGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Ce participe passé est construit sur l’INFINITIF.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve la forme verbale « GEVANGEN », derrière le complément (« in het Prinsenhof ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On y trouve aussi, dans la phrase principale, la forme verbale « VERNOMEN », participe passé provenant de l’infinitif « VERNEMEN » (PAS un verbe dit « à particule séparable »), lui-même construit sur le verbe « NEMEN », qui fait également l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Rappelons que si un verbe commence, par exemple, par le préfixe « VER- » (qui n’est PAS une « particule séparable »), son participe passé NE débutera PAS par le préfixe « GE- », commun à la majorité d’entre eux. Cette phrase principale est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : GEVANGEN VTT VANGEN RODE RIDDER 38 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/10/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij houdt de ridder in een ijzeren greep gevangen » (« Il tient le chevalier pris = prisonnier dans une étreinte de fer »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEVANGEN » (utilisée ici comme ADJECTIF ATTRIBUT, toujours INVARIABLE en langue néerlandaise), participe passé provenant de l’infinitif « VANGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Ce participe passé est construit sur l’INFINITIF.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve la forme verbale « GEVANGEN », derrière les compléments (« de ridder » et « in een ijzeren greep ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEVANGEN VTT VANGEN GEHOUDEN VTT HOUDEN BESSY 24 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/10/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze worden stevig geboeid gevangen gehouden » (« Ils sont tenus prisonniers, solidement ligotés »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEVANGEN » (utilisée ici comme ADJECTIF ATTRIBUT, toujours INVARIABLE), participe passé provenant de l’infinitif « VANGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Ce participe passé est construit sur l’INFINITIF.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve aussi la forme verbale « GEHOUDEN », participe passé provenant de l’infinitif « HOUDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts », derrière le complément (« stevig geboeid ») et derrière le complément-attribut (« gevangen ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEVANGEN VTT VANGEN BESSY 54 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/10/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De rebellen laten zich (door de soldaten) gevangen nemen » (« Les rebelles se laissent prendre prisonniers »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEVANGEN » (utilisée ici comme ADJECTIF ATTRIBUT, toujours INVARIABLE en langue néerlandaise), participe passé provenant de l’infinitif « VANGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Ce participe passé est construit sur l’INFINITIF.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
On y trouve la forme verbale « GEVANGEN », derrière le complément éventuel (« door de soldaten ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : VOORBIJGEGAAN VTT VOORBIJGAAN BESSY 54 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/10/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zijn geoefend oog heeft de plaats ontdekt waar iemand pas moet voorbijgegaan zijn » (« Son œil exercé a trouvé la place où quelqu’un doit justement être passé = vient de passer »).
On y trouve notamment la forme verbale « VOORBIJGEGAAN », construit sur « GEGAAN », participe passé provenant de l’infinitif « VOORBIJGAAN », lui-même construit sur « GAAN ». Quand « VOORBIJgegaan » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « VOORBIJ » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « voorbijGEgaan ». Il est donc à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « VOORBIJGEGAAN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« PAS »), à la fin de la phrase. Lisez notre synthèse, également en couleurs:
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : PLAATSGEHAD VTT PLAATSHEBBEN ROBERT EN BERTRAND 35 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/09/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Er heeft reeds een treffen plaatsgehad » (« Il y a déjà eu (lieu) une rencontre = Une rencontre a déjà eu lieu »). On y trouve notamment la forme verbale « PLAATSGEHAD », participe passé provenant de l’infinitif « PLAATSHEBBEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Il faut aussi noter que ce participe passé se construit sur le SINGULIER du prétérit.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEHAD » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« reeds » et « een treffen »), à la fin de la phrase :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OVERGEHAD VTT OVERHEBBEN BESSY 59 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/09/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je hebt nog geen blik voor jouw (je) nakomelingen overgehad » (« Tu n’as encore accordé aucun regard à tes rejetons »). On y trouve notamment la forme verbale « OVERGEHAD », participe passé provenant de l’infinitif « OVERHEBBEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Il faut aussi noter que ce participe passé se construit sur le SINGULIER du prétérit.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEHAD » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« geen blik » et « voor jouw nakomelingen »), à la fin de la phrase :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEHAD VTT HEBBEN BESSY 24 3 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/09/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze hebben hun bekomst gehad ! » (« Ils ont eu leur compte ! »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEHAD », participe passé provenant de l’infinitif « HEBBEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Il faut aussi noter que ce participe passé se construit sur le SINGULIER du prétérit.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEHAD » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« hun bekomst »), à la fin de la phrase. Voyez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEHAD VTT HEBBEN SAFARI 1 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/09/2017

Description : La triple phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Mpongi) vond het (ge)raadzaam dat jullie wisten dat Dexter (hij) bezoek van een koerier van de Kyuna’s (heeft) gehad heeft » (« Il trouvait à propos = utile que vous saviez / sachiez que Dexter avait eu la visite d’un courrier des Kyunas »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEHAD », participe passé provenant de l’infinitif « HEBBEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Il faut aussi noter que ce participe passé se construit sur le SINGULIER du prétérit.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEHAD » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément («bezoek van een koerier»), à la fin de la phrase. Voyez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEHAD VTT HEBBEN BESSY 24 2 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/09/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We zouden anders verliezen kunnen lijden die we nu niet hebben gehad » (« Nous pourrions autrement subir des pertes, que nous n’avons pas eues => subies maintenant »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEHAD », participe passé provenant de l’infinitif « HEBBEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Il faut aussi noter que ce participe passé se construit sur le SINGULIER du prétérit.
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEHAD » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« NU »), à la fin de la phrase. Voyez :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : AANGESCHREVEN VTT AANSCHRIJVEN RODE RIDDER 19 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/09/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik sta aan het Hof te goed aangeschreven » (« Je suis trop bien noté à la Cour »).
On y trouve la forme verbale « AANgeschreven », participe passé (utilisé ici comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif « AANschrijven », lui-même construit sur l’infinitif « SCHRIJVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « AANschrijven » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEschreven ».
Il y a REJET de la particule derrière le complément (« aan het Hof » et « te goed ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : AFGELEGEN VTT AFLIGGEN SAFARI 8 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/09/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Maar het grootste deel van de kudde baant zich een weg naar de afgelegen shamba’s » (« Mais la plus grande partie du troupeau se fraie un chemin vers les shambas = plantations éloignées »).
On y trouve la forme verbale « AFgelegen », participe passé (utilisé ici comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif « AFliggen », lui-même construit sur l’infinitif « LIGGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « AFliggen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AF » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « afGElegen ». Avec une variante de Ia phrase (« De shamba’s die verder zijn afgelegen … »), on verrait mieux qu’il y a REJET de la forme verbale du participe passé « AFgelegen », derrière le complément (« verder »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : AFGELEGEN VTT AFLIGGEN BESSY 59 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/09/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Neem me niet kwalijk maar we wonen (zijn) hier zo afgelegen ! » («Ne m'en veuillez pas mais nous vivons ici tellement situés à l'écart = si retirés = si isolés»).
On y trouve la forme verbale « AFgelegen », participe passé provenant de l’infinitif « AFliggen », lui-même construit sur l’infinitif « LIGGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « AFliggen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AF » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « afGElegen ». Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « AFgelegen », derrière le complément (« hier »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : AFGELEGEN VTT AFLIGGEN RODE RIDDER 63 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/09/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « In een afgelegen hoeve bij de kust … » (« Dans une ferme située à l’écart => retirée près de la côte … »).
On y trouve la forme verbale « AFgelegen », participe passé (utilisé ici comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif « AFliggen », lui-même construit sur l’infinitif « LIGGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « AFliggen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AF » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « afGElegen ». Avec une variante de Ia phrase (« In een hoeve die bij de kust is afgelegen … »), on verrait mieux qu’il y a REJET de la forme verbale du participe passé « AFgelegen », derrière le complément (« bij de kust »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : AFGELEGEN VTT AFLIGGEN ROBERT EN BERTRAND 21 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/09/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij stopt bij die afgelegen hoeve » (« Il s’arrête près de cette ferme située à l’écart = isolée = retirée »).
On y trouve la forme verbale « AFgelegen », participe passé (utilisé ici comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif « AFliggen », lui-même construit sur l’infinitif « LIGGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « AFliggen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AF » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « afGElegen ». Avec une variante de Ia phrase (« Die hoeve is in de polder afgelegen »), on verrait mieux qu’il y a REJET de la forme verbale du participe passé « AFgelegen », derrière le complément (« in de polder »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GELEGEN VTT LIGGEN ROBERT EN BERTRAND 35 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/09/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De vijand legert op hoger gelegen heuvels » (« L’ennemi campe sur des collines situées haut = haut perchées »).
On y trouve notamment la forme verbale « GELEGEN », participe passé (utilisé ici comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif « LIGGEN ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Dans une variante de la phrase (« De vijand is op hoge heuvels gelegen »), on verrait mieux que le participe passé « GELEGEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément ou attribut (« op hoge heuvels »), à la fin de la phrase. Lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DOORGEGEVEN VTT DOORGEVEN BESSY 54 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/09/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Van post tot post wordt het sein naar het fort doorgegeven » (« De poste en poste, le signal est transmis au fort »).
On y trouve la forme verbale « DOORgegeven », participe passé provenant de l’infinitif « DOORgeven », lui-même construit sur l’infinitif « GEVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « DOORgeven » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « DOOR » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « doorGEgeven ». Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « DOORgegeven », derrière le complément (« het fort »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN ».

Nom : GEGEVEN VTT GEVEN KARL MAY 14 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/09/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De geesten hebben (ons) te kennen gegeven dat U (Winnetou) het dorp (…) moet verlaten » (« Les esprits ont donné à connaître = ont fait savoir que vous devez quitter le village »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEGEVEN », participe passé provenant de l’infinitif « GEVEN ». Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEGEVEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« ONS »), à la fin de la phrase. Lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEGEVEN VTT GEVEN BESSY 54 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/09/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Khara / de sachem) heeft zijn woord aan de bleekgezichten gegeven » (« Le sachem a donné sa parole aux visages pâles »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEGEVEN », participe passé provenant de l’infinitif « GEVEN ». Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEGEVEN » fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« zijn woord » et « aan de bleekgezichten »), à la fin de la phrase. Lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEGEVEN VTT GEVEN RODE RIDDER 7 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/09/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « In het oerwoud wordt het sein tot de opstand gegeven » (« Dans la forêt vierge, le signal de la révolte fut donné »).
On y trouve notamment, la forme verbale « GEGEVEN », participe passé provenant de l’infinitif « GEVEN ».
Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEGEVEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« tot de opstand »), à la fin de la phrase. Lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que cette phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » (au lieu de l’auxiliaire « ZIJN »).
La phrase commençant par un complément (« In het oerwoud »), il y a INVERSION du sujet (« het vertreksein ») et du verbe (« wordt »).

Nom : GEGEVEN VTT GEVEN BESSY 59 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/09/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Andy, aan wie Nancy een nauwkeurige beschrijving van de canyon der (van de) eekhoorns heeft gegeven, is veel vlugger de plaats genaderd » (« Andy, à qui Nancy a donné une description minutieuse du canyon des écureuils, s’est approché beaucoup plus vite de l’endroit »).
On y trouve notamment, dans la phrase subordonnée incise, la forme verbale « GEGEVEN », participe passé provenant de l’infinitif « GEVEN ».
Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEGEVEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« een nauwkeurige beschrijving van de canyon van de eekhoorns »), à la fin de la phrase. Lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEGEVEN VTT GEVEN BESSY 24 2 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/09/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Nadat de soldaten ontscheept zijn, wordt het vertreksein (dadelijk) gegeven » (« Après que les soldats ont débarqué, le signal du départ est donné »).
On y trouve notamment, la forme verbale « GEGEVEN », participe passé provenant de l’infinitif « GEVEN ».
Il est à noter que ce participe passé se construit sur l’INFINITIF. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEGEVEN » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel (« dadelijk »), à la fin de la phrase. Lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Notez que cette deuxième phrase est à la voix passive, d’où l’utilisation de l’auxiliaire « WORDEN » (au lieu de l’auxiliaire « ZIJN »).
La phrase commençant par l’équivalent d’un complément (la phrase subordonnée « Nadat de soldaten ontscheept zijn » joue ici ce rôle), il y a INVERSION du sujet (« het vertreksein ») et du verbe (« wordt »).

Nom : GEWEEST VTT ZIJN SAFARI 2 2 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/09/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het is een ervaren jager geweest » (« Cela a été un chasseur expérimenté »).
On y trouve la forme verbale « GEWEEST », participe passé provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Nombre d’élèves ne le « retenant » pas, rappelons qu’une de ses formes à l’impératif est « WEES », comme dans l’expression « Wees niet bang » (« N’aie pas peur »).
Il est à noter que l’auxiliaire du passé composé est ici « ZIJN » au lieu de « HEBBEN ».
Pour complément d’informations, consultez notamment notre tableau de synthèse « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment trois autres grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel ou attribut (« een ervaren jager »), à la fin de la phrase. Lisez notre synthèse colorée :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEWEEST VTT ZIJN RODE RIDDER 19 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/09/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zonder zijn offer zou ik nooit op tijd (zijn) geweest zijn » (« Sans son sacrifice, je ne serais jamais arrivé à temps »).
On y trouve la forme verbale « GEWEEST », participe passé provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Nombre d’élèves ne le « retenant » pas, rappelons qu’une de ses formes à l’impératif est « WEES », comme dans l’expression « Wees niet bang » (« N’aie pas peur »). Il est à noter que l’auxiliaire du conditionnel du passé est ici « ZIJN » au lieu de « HEBBEN ».
Pour complément d’informations, consultez notamment notre tableau de synthèse « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment trois autres grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments éventuel ou attributs (« nooit » et « op tijd »), à la fin de la phrase. Lisez notre synthèse colorée :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEWEEST VTT ZIJN BESSY 59 4 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/09/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat kan niemand anders dan Tim Parsons (zijn) geweest zijn » (« Cela ne peut pas avoir été quelqu’un d’autre que Tim Parsons »).
On y trouve la forme verbale « GEWEEST », participe passé provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Nombre d’élèves ne le « retenant » pas, rappelons qu’une de ses formes à l’impératif est « WEES », comme dans l’expression « Wees niet bang » (« N’aie pas peur »).
Il est à noter que l’auxiliaire du passé composé est ici « ZIJN » au lieu de « HEBBEN ».
Pour complément d’informations, consultez notamment notre tableau de synthèse « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment trois autres grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément ou attribut (« niemand anders dan Tim Parsons »), à la fin de la phrase. Lisez notre synthèse colorée :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEWEEST VTT ZIJN BESSY 59 3 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/09/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Deze eekhoorn is lange tijd mijn enige vriend geweest » (« Cet écureuil a longtemps été mon seul ami »).
On y trouve la forme verbale « GEWEEST », participe passé provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Nombre d’élèves ne le « retenant » pas, rappelons qu’une de ses formes à l’impératif est « WEES », comme dans l’expression « Wees niet bang » (« N’aie pas peur »).
Il est à noter que l’auxiliaire du passé composé est ici « ZIJN » au lieu de « HEBBEN ».
Pour complément d’informations, consultez notamment notre tableau de synthèse « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment trois autres grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments ou attributs (« lange tijd » et « mijn enige vriend »), à la fin de la phrase. Lisez notre synthèse colorée :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEWEEST VTT ZIJN BESSY 59 2 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/09/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Die liggende man is hier al vroeger geweest » (« Cet homme gisant a déjà été ici plus tôt = est déjà venu ici jadis »).
On y trouve la forme verbale « GEWEEST », participe passé provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Nombre d’élèves ne le « retenant » pas, rappelons qu’une de ses formes à l’impératif est « WEES », comme dans l’expression « Wees niet bang » (« N’aie pas peur »).
Il est à noter que l’auxiliaire du passé composé est ici « ZIJN » au lieu de « HEBBEN ».
Pour complément d’informations, consultez notamment notre tableau de synthèse « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment trois autres grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments ou attributs (« hier », « al » et « vroeger »), à la fin de la phrase. Lisez notre synthèse colorée :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEWEEST VTT ZIJN BESSY 59 1 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/09/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij (Bessy) is (« door de omstandigheden ») gedwongen geweest zich op een boomstronk met de stroom te laten meedrijven» (« Elle a été obligée de se laisser dériver sur un tronc d’arbre avec le courant »).
On y trouve la forme verbale « GEWEEST », participe passé provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Nombre d’élèves ne le « retenant » pas, rappelons qu’une de ses formes à l’impératif est « WEES », comme dans l’expression « Wees niet bang » (« N’aie pas peur »).
Il est à noter que l’auxiliaire du passé composé est ici « ZIJN » au lieu de « HEBBEN ».
Pour complément d’informations, consultez notamment notre tableau de synthèse « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment trois autres grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel ou attribut (« door de omstandigheden »), à la fin de la phrase. Lisez notre synthèse colorée :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEWEEST VTT ZIJN BESSY 54 2 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/09/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Indien onze jachtvelden niet zo uitgestrekt waren geweest, hadden wij u reeds lang ontdekt en verjaagd » (« Si nos terrains de chasse n’étaient pas si étendus, nous vous aurions déjà (depuis) longtemps découverts et chassés »).
On y trouve la forme verbale « GEWEEST », participe passé provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Nombre d’élèves ne le « retenant » pas, rappelons qu’une de ses formes à l’impératif est « WEES », comme dans l’expression « Wees niet bang » (« N’aie pas peur »). Il est à noter que l’auxiliaire du plus-que-parfait est ici « ZIJN » au lieu de « HEBBEN ».
Pour complément d’informations, consultez notamment notre tableau de synthèse « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment trois autres grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel ou attribut (« niet zo uitgestrekt »), à la fin de la phrase. Lisez notre synthèse colorée :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEWEEST VTT ZIJN BESSY 54 1 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/09/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat is altijd mijn droom geweest » (« Cela a toujours été mon rêve »).
On y trouve la forme verbale « GEWEEST », participe passé provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Nombre d’élèves ne le « retenant » pas, rappelons qu’une de ses formes à l’impératif est « WEES », comme dans l’expression « Wees niet bang » (« N’aie pas peur »).
Il est à noter que l’auxiliaire du passé composé est ici « ZIJN » au lieu de « HEBBEN ».
Pour complément d’informations, consultez notamment notre tableau de synthèse « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment trois autres grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel ou attribut (« altijd »), à la fin de la phrase. Lisez notre synthèse colorée :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEWEEST VTT ZIJN BESSY 42 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/09/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De inspanning is haar te hevig geweest » (« L’effort a été trop intense pour elle »).
On y trouve la forme verbale « GEWEEST », participe passé provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Nombre d’élèves ne le « retenant » pas, rappelons qu’une de ses formes à l’impératif est « WEES », comme dans l’expression « Wees niet bang » (« N’aie pas peur »).
Il est à noter que l’auxiliaire du passé composé est ici « ZIJN » au lieu de « HEBBEN ».
Pour complément d’informations, consultez notamment notre tableau de synthèse « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment trois autres grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments ou attributs (« haar » et « te hevig »), à la fin de la phrase. Lisez notre synthèse colorée :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEWEEST VTT ZIJN BESSY 24 2 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/09/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het lijkt zelfs of de blanken hier niet (zijn) geweest zijn » (« Il semble même que les blancs n’ont pas été ici »).
On y trouve la forme verbale « GEWEEST », participe passé provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Nombre d’élèves ne le « retenant » pas, rappelons qu’une de ses formes à l’impératif est « WEES », comme dans l’expression « Wees niet bang » (« N’aie pas peur »). Il est à noter que l’auxiliaire du passé composé est ici « ZIJN » au lieu de « HEBBEN ».
Pour complément d’informations, consultez notamment notre tableau de synthèse « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment trois autres grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément éventuel ou attribut (« hier »), à la fin de la phrase. Lisez notre synthèse colorée :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEZOCHT VTT ZOEKEN ROBERT EN BERTRAND 21 2 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/09/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Jij bent een vriendje van die vagebonden die door speurder 17 (worden) gezocht worden » (« Tu es un petit ami de ces vagabonds qui sont recherchés par le détective N°17 »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEZOCHT », participe passé provenant de l’infinitif « ZOEKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEZOCHT » est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Le participe passé « GEZOCHT » fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« door speurder 17 »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEWEEST VTT ZIJN ROBERT EN BERTRAND 21 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/09/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dat kan een kar van de ontvoerders (zijn) geweest zijn » (« Cela peut avoir été une voiture des ravisseurs »).
On y trouve la forme verbale « GEWEEST », participe passé provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Nombre d’élèves ne le « retenant » pas, rappelons qu’une de ses formes à l’impératif est « WEES », comme dans l’expression « Wees niet bang » (« N’aie pas peur »).
Il est à noter que l’auxiliaire du passé composé est ici « ZIJN » au lieu de « HEBBEN ».
Pour complément d’informations, consultez notamment notre tableau de synthèse « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment trois autres grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément ou attribut (ici « een kar van de ontvoerders »), à la fin de la phrase. Lisez notre synthèse colorée :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEWEEST VTT ZIJN ROBERT EN BERTRAND 15 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dan is alles tevergeefs geweest » (« Alors tout s'est passé en vain = tout a été fait pour rien »).
On y trouve la forme verbale « GEWEEST », participe passé provenant de l’infinitif « ZIJN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Nombre d’élèves ne le « retenant » pas, rappelons qu’une de ses formes à l’impératif est « WEES », comme dans l’expression « Wees niet bang » (« N’aie pas peur »).
Il est à noter que l’auxiliaire du passé composé est ici « ZIJN » au lieu de « HEBBEN ».
Pour complément d’informations, consultez notamment notre tableau de synthèse « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre notamment trois autres grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Si la phrase n’avait pas commencé par un complément (« DAN »), on aurait mieux vu (variante : « Alles is dan tevergeefs geweest ») que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments ou attributs (« DAN » et « tevergeefs »), à la fin de la phrase. Lisez notre synthèse colorée :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBRACHT VTT BRENGEN KARL MAY 14 3 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Honger en mishandeling hebben je niet aan het praten gebracht » (« La faim et les mauvais traitements ne t’ont pas amené à parler »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEBRACHT », participe passé provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEBRACHT » est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« aan het praten »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBRACHT VTT BRENGEN KARL MAY 14 2 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Deze (Old Shatterhand) werd inmiddels naar het dorp gebracht » (« Celui-ci / ce dernier fut entretemps amené au village »). (N.B. : on est à la voix passive, l’auxiliaire étant « WORDEN », ici à l’O.V.T., au lieu de « zijn ».)
On y trouve notamment la forme verbale « GEBRACHT », participe passé provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEBRACHT » est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« inmiddels » et « naar het dorp »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBRACHT VTT BRENGEN KARL MAY 14 1 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij wordt voor de sachem (Whonak) gebracht » (« Il est amené devant le sachem »). (N.B. : on est à la voix passive, l’auxiliaire étant « WORDEN » au lieu de « zijn ».)
On y trouve notamment la forme verbale « GEBRACHT », participe passé provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEBRACHT » est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« voor de sachem »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBRACHT VTT BRENGEN BESSY 54 2 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De aanwezigheid van de hond (Bessy) heeft de man nieuwe hoop gebracht » (« La présence du chien a apporté à l’homme un nouvel espoir »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEBRACHT », participe passé provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEBRACHT » est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« de man » et « nieuwe hoop »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBRACHT VTT BRENGEN BESSY 59 1 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ondertussen is hij van de hele geschiedenis op de hoogte gebracht » (« Entretemps, il est mis au courant de toute l’histoire »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEBRACHT », participe passé provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEBRACHT » est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« van de hele geschiedenis » et « op de hoogte »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« Ondertussen »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « hij ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « is ») et passant donc derrière lui.

Nom : GEBRACHT VTT BRENGEN BESSY 54 2 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De springstof wordt langs een geitenpad naar een rotsspleet gebracht » (« L’explosif est apporté le long d’un sentier de chèvre vers une anfractuosité »). (N.B. : on est à la voix passive, l’auxiliaire étant « WORDEN » au lieu de « zijn ».)
On y trouve notamment la forme verbale « GEBRACHT », participe passé provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEBRACHT » est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« langs een geitenpad » et « naar een rotsspleet »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBRACHT VTT BRENGEN BESSY 54 1 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Onder een strenge bewaking worden de ontwapende krijgers en hun familie buiten de omheining gebracht » (« Sous une stricte surveillance, les guerriers désarmés et leur famille sont emmenés hors de l’enceinte »). (N.B. : on est à la voix passive, l’auxiliaire étant « WORDEN » au lieu de « zijn ».)
On y trouve notamment la forme verbale « GEBRACHT », participe passé provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEBRACHT » est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« buiten de omheining »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« Onder een strenge bewaking »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « de ontwapende krijgers en hun familie ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « worden ») et passant donc derrière lui.

Nom : GEBRACHT VTT BRENGEN BESSY 42 2 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Maar intussen heeft het rumoer iedereen op het been gebracht » (« Mais, entretemps, le tintamarre a apporté = mis tout le monde sur la jambe = sur pied»).
On y trouve notamment la forme verbale « GEBRACHT », participe passé provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEBRACHT » est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« iedereen » et « op het been »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« Maar intussen »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « het rumoer ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « heeft ») et passant donc derrière lui.

Nom : GEBRACHT VTT BRENGEN BESSY 24 2 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Even later worden de Indianen door de schildwacht op de hoogte van de vlucht gebracht » (« Un peu plus tard, les Indiens sont mis au courant de la fuite par la sentinelle »). (N.B. : on est à la voix passive, l’auxiliaire étant « WORDEN » au lieu de « zijn ».)
On y trouve notamment la forme verbale « GEBRACHT », participe passé provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEBRACHT » est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« door de schildwacht » et « op de hoogte van de vlucht »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« Even later »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « de Indianen ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « worden ») et passant donc derrière lui.

Nom : GEBRACHT VTT BRENGEN BESSY 24 1 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De sachem wordt op de hoogte gebracht » (« Le sachem est mis au courant »). (N.B. : on est à la voix passive, l’auxiliaire étant « WORDEN » au lieu de « zijn ».)
On y trouve notamment la forme verbale « GEBRACHT », participe passé provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEBRACHT » est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« op de hoogte »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBRACHT VTT BRENGEN 3 RODE RIDDER 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De oude vrouw wordt dadelijk naar bed gebracht » (« La vieille femme est tout de suite amenée au lit »). (N.B. : on est à la voix passive, l’auxiliaire étant « WORDEN » au lieu de « zijn ».)
On y trouve notamment la forme verbale « GEBRACHT », participe passé provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEBRACHT » est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« dadelijk » et « naar bed »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBRACHT VTT BRENGEN KARL MAY 12 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « ‘s anderendaags (= op de andere dag) wordt hij (Winnetou) tijdens een grote plechtigheid voor de raad der (= van de) ouderen gebracht » (« Le lendemain, il est emmené devant le conseil des anciens lors d’une grande cérémonie »). (N.B. : on est à la voix passive, l’auxiliaire étant « WORDEN » au lieu de « zijn ».)
On y trouve notamment la forme verbale « GEBRACHT », participe passé provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEBRACHT » est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« tijdens een grote plechtigheid » et « voor de raad van de ouderen »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément («‘s anderendaags »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « HIJ ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « wordt ») et passant donc derrière lui.

Nom : GEBRACHT VTT BRENGEN BESSY 42 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De eland wordt aan boord gebracht » (« L’élan est porté à bord »). (N.B. : on est à la voix passive, l’auxiliaire étant « WORDEN » au lieu de « zijn ».)
On y trouve notamment la forme verbale « GEBRACHT », participe passé provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEBRACHT » est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« aan boord »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBRACHT VTT BRENGEN BESSY 15 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Met de twee bandieten op hun paard vastgebonden, wordt de kleine groep (…) naar het dorp (…) gebracht » (« Avec les deux bandits ligotés sur leur cheval, le petit groupe est amené vers le village »). (N.B. : on est à la voix passive, l’auxiliaire étant « WORDEN » au lieu de « zijn ».)
On y trouve notamment la forme verbale « GEBRACHT », participe passé provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEBRACHT » est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« naar het dorp »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« Met de twee bandieten op hun paard vastgebonden »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « HIJ ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « wordt ») et passant donc derrière lui.

Nom : GEBRACHT VTT BRENGEN 2 SAFARI 2 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij (Ellen) wordt naar het kamp gebracht » (« Elle est portée = emmenée = conduite au camp »). (N.B. : on est à la voix passive, l’auxiliaire étant « WORDEN » au lieu de « zijn ».)
On y trouve notamment la forme verbale « GEBRACHT », participe passé provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEBRACHT » est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« naar het kamp »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBRACHT VTT BRENGEN 1 SAFARI 2 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/08/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wanneer hij (Mgono) aankomt, wordt hij door hem (Sam) van de afspraak op de hoogte gebracht » (« Quand il arrive, il est mis au courant par lui du rendez-vous »). (N.B. : on est à la voix passive, l’auxiliaire étant « WORDEN » au lieu de « zijn ».)
On y trouve dans cette deuxième phrase notamment la forme verbale « GEBRACHT », participe passé provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEBRACHT » est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière tous les compléments (« door hem », « van de afspraak » et « op de hoogte »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBRACHT VTT BRENGEN 2 RODE RIDDER 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/08/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Terwijl de gewonden naar een zaal (worden) gebracht worden, bestormen de Moren de tweede ring van kantelen » (« Tandis que les blessés sont portés dans une salle, les Maures se ruent sur le deuxième anneau de créneaux => la deuxième ligne d’enceinte »). (N.B. : on est à la voix passive, l’auxiliaire étant « WORDEN » au lieu de « zijn ».)
On y trouve dans cette deuxième phrase notamment la forme verbale « GEBRACHT », participe passé provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEBRACHT » est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière le complément (« naar een zaal »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBRACHT VTT BRENGEN 1 RODE RIDDER 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (de rode ridder) wordt met geboeide handen voor het halfdronken gezelschap gebracht » (« Il est amené les mains entravées devant la société à moitié en état d’ébriété »). (N.B. : on est à la voix passive, l’auxiliaire étant « WORDEN » au lieu de « zijn ».)
On y trouve notamment la forme verbale « GEBRACHT », participe passé provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEBRACHT » est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
N’oublions pas que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« met geboeide handen naar het kamp » et « voor het halfdronken gezelschap »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OMGEBRACHT VTT OMBRENGEN RODE RIDDER 109 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij heeft hem (Leroux) omgebracht » (« Il l’a assassiné »).
On y trouve la forme verbale « OMgebracht », participe passé provenant de l’infinitif « OMbrengen », lui-même construit sur l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « OMbrengen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OM » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « omGEbracht ».
Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « OMgebracht » derrière le complément (« hem »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DOORGEBRACHT VTT DOORBRENGEN ROBERT EN BERTRAND 37 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze hebben een stormachtige nacht in het bos doorgebracht » (« Ils ont passé une nuit d’orage dans le bois »).
On y trouve la forme verbale « DOORgebracht », participe passé provenant de l’infinitif « DOORbrengen », lui-même construit sur l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « DOORbrengen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « DOOR » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « doorGEbracht ».
Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « DOORgebracht » derrière les compléments (« een stormachtige nacht » et « in het bos »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

© 2017, Bernard GOORDEN, voor de grammatica. Autres exemples à http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=vandersteen

Nom : DOORGEBRACHT VTT DOORBRENGEN RODE RIDDER 109 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/08/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De kapitein denkt dat ik de gehele reis aan boord van zijn schip doorgebracht » (« Le capitaine pense que j’ai passé tout le voyage sur son navire »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée relative, la forme verbale « DOORgebracht », participe passé provenant de l’infinitif « DOORbrengen », lui-même construit sur l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « DOORbrengen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « DOOR » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « doorGEbracht ».
Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « DOORgebracht » derrière les compléments (« de gehele reis» et « aan boord van zijn schip »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : DOORGEBRACHT VTT DOORBRENGEN BESSY 59 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/08/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Voor elk jaar dat ik in de gevangenis (heb) doorgebracht heb, krijg je een kogel in jouw huid » (« Pour chaque année que j’ai passée en prison, tu reçois une balle dans ta peau »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée relative, la forme verbale « DOORgebracht », participe passé provenant de l’infinitif « DOORbrengen », lui-même construit sur l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « DOORbrengen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « DOOR » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « doorGEbracht ».
Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « DOORgebracht » derrière le complément (« in de gevangenis »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : BIJEENGEBRACHT VTT BIJEENBRENGEN BESSY 24 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « In het midden van een naburig bos zijn de vrouwen, kinderen en bejaarde mensen bijeengebracht » (« Au milieu d’un bois voisin, les femmes, enfants et personnes âgées sont rassemblés »).
On y trouve la forme verbale « BIJEENgebracht », participe passé provenant de l’infinitif « BIJEENbrengen », lui-même construit sur l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « BIJEENbrengen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « BIJEEN » (synonyme de « SAMEN » ou « bij elkaar ») de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « bijeenGEbracht ».
N’oublions pas que, si une phrase commence en néerlandais par un complément (« In het midden van een naburig bos »), on doit procéder à une « INVERSION », le sujet (ici « de vrouwen, kinderen en bejaarde mensen ») inversant sa position (le sujet est en général le mot N°1 de la phrase) avec le verbe (ici « ZIJN ») et passant donc derrière lui.
S’il n’y avait eu cette « INVERSION » dans une variante de la phrase (« De vrouwen, kinderen en bejaarde mensen zijn in het midden van een naburig bos bijeengebracht »), on aurait vu plus clairement qu’il y a REJET de la forme verbale du participe passé « BIJEENgebracht » derrière le complément (« In het midden van een naburig bos »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : AANGEBRACHT VTT AANBRENGEN RODE RIDDER 6 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De lettertekens worden met penseel en inkt aangebracht » (« Les caractères sont appliqués avec un pinceau et de l’encre »). (N.B. : la phrase est à la voix passive, l’auxiliaire étant « WORDEN »)
On y trouve la forme verbale « AANgebracht », participe passé provenant de l’infinitif « AANbrengen », lui-même construit sur l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « AANbrengen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEbracht ».
Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « aangebracht » derrière le complément (« met penseel en inkt »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : GEBRACHT VTT BRENGEN ROBERT EN BERTRAND 21 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Duizenden kogels door de hitte tot ontploffing gebracht fluiten hen om de oren » (« Des milliers de balles, menées à l’explosion par la chaleur = explosant à cause de la chaleur, leur sifflent aux oreilles »).
On y trouve notamment la forme verbale « GEBRACHT », participe passé (utilisé ici comme adjectif) provenant de l’infinitif « BRENGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Le participe passé « GEBRACHT » est construit sur le SINGULIER du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Si on avait une variante de la phrase (« De kogels worden door de hitte tot ontploffing gebracht »), on verrait plus clairement que la forme verbale du participe passé fait l’objet d’un REJET, derrière les compléments (« door de hitte » et « tot ontploffing »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse, également en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : UITGENODIGD VTT UITNODIGEN DAG EN HEIDI 14 JEFF BROECKX STUDIO VANDERSTEEN - Rajouté le 05/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Iedereen is (op het feest) uitgenodigd » (« Chacun est invité à la fête »).
On y trouve la forme verbale « UITgenodigd », participe passé provenant de l’infinitif « UITnodigen », lui-même construit sur l’infinitif « NODIGEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « G », on trouvera à la fin du participe passé le « D ».
Quand « UITnodigen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEnodigd ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgenodigd » derrière le complément éventuel (« op het feest ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
N.B. : beaucoup de mes anciens élèves mémorisaient difficilement l’infinitif « UITnodigen ». Je leur ai proposé le moyen mnémotechnique suivant. L’expression « nodig hebben » signifie « avoir besoin ». Quand on (un salarié) a besoin (pour une augmentation) de quelqu‘un (son patron), on peut l’amener hors (« UIT ») de chez lui et donc on l’invite, par exemple, à partager un repas au restaurant ou chez soi.

© 2017, Bernard GOORDEN, voor de grammatica. Autres exemples à http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=vandersteen

Nom : OPGEZEGD VTT OPZEGGEN SAFARI 1 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Waarom heeft een beroemdE jachtopziener zijn post opgezegd ? » (« Pourquoi un célèbre garde-chasse a-t-il démissionné de son poste ? »).
On y trouve la forme verbale « OPgezegd », participe passé provenant de l’infinitif « OPzeggen », lui-même construit sur l’infinitif « ZEGGEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » (lui, au V.T.T.) et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « G », on trouvera à la fin du participe passé le « D ».
Quand « OPzeggen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEzegd ».
Il y a REJET de la forme verbale « OPgezegd » derrière le complément (« zijn post ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OPGESTELD VTT OPSTELLEN RODE RIDDER 109 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het Vlaamse leger, hoofdzakelijk voetvolk, heeft zich achter de Groeningerbeek opgesteld » (« L’armée flamande, composée principalement de gens à pieds / fantassins, s’est mise / rangée en ordre de bataille derrière le ruisseau de Groeningen »).
On y trouve la forme verbale « OPgesteld », participe passé provenant de l’infinitif « OPstellen », lui-même construit sur l’infinitif « STELLEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « L », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « OPstellen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEsteld ».
Il y a REJET de la forme verbale « OPgesteld » derrière le complément (« achter de Groeningerbeek ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OPGESTAPELD VTT OPSTAPELEN BESSY 4 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Deze takken worden weer bedekt met bizonvellen (bedekt) en dan worden de met vlees gevulde darmen in deze soort kelders opgestapeld » (« Ces branches sont à nouveau couvertes avec des peaux de bison et alors les intestins remplis de viande sont empilés dans ces sortes de caves »).
On y trouve la forme verbale « OPgestapeld », participe passé provenant de l’infinitif « OPstapelen », lui-même construit sur l’infinitif « STAPELEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « L », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « OPstapelen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEstapeld ».
Il y a REJET de la forme verbale « OPgestapeld » derrière le complément (« in deze soort kelders ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : OPGEJAAGD VTT OPJAGEN BESSY 15 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/08/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Opgejaagd door de zweepslagen en het geblaf, trekken de paarden uit alle macht » («Harcelés par les coups de fouet et les aboiements, les chevaux tirent de toutes leurs forces »).
On y trouve la forme verbale « OPgejaagd », participe passé provenant de l’infinitif « OPjagen », lui-même construit sur l’infinitif « JAGEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » (lui, au V.T.T.) et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « G », on trouvera à la fin du participe passé le « D ».
Quand « OPjagen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEjaagd ».
Si on avait une variante de la phrase (« De paarden worden door de zweepslagen en het geblaf opgejaagd »), on aurait mieux vu qu’il y a REJET de la forme verbale « OPgejaagd » derrière le complément (« door de zweepslagen en het geblaf ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OPGEGRAVEN VTT OPGRAVEN BESSY 34 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/07/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Geen oorlog kan (worden) begonnen worden zonder dat, eerst, de heilige strijdbijl (uit aarde) is opgegraven » (« Aucune guerre ne peut être commencée sans que, d’abord, la hache de guerre sacrée soit déterrée »).
On y trouve la forme verbale « OPgegraven », participe passé provenant de l’infinitif « OPgraven », lui-même construit sur l’infinitif « GRAVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « OPgraven » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEgraven ».
Il y a REJET de la particule ou de la forme verbale derrière le complément éventuel (« uit aarde ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : OPGEWACHT VTT OPWACHTEN BESSY 24 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/07/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Aan de voet van een boom worden ze door een Indiaan opgewacht » (« Au pied d’un arbre, ils sont attendus par un Indien »).
On y trouve la forme verbale « OPgewacht », participe passé provenant de l’infinitif « OPwachten », lui-même construit sur l’infinitif « WACHTEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « T », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « OPwachten » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEwacht ».
Il y a REJET de la forme verbale « OPgewacht » derrière le complément (« door een Indiaan ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : OPGERICHT VTT OPRICHTEN RODE RIDDER 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/07/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De eerste stormladders worden tegen de muren van Crowstone opgericht » (« Les premières échelles furent dressées contre les murs de Crowstone »).
On y trouve la forme verbale « OPgericht », participe passé provenant de l’infinitif « OPrichten », lui-même construit sur l’infinitif « RICHTEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « T », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « OPrichten » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEricht ».
Il y a REJET de la forme verbale « OPgericht » derrière le complément (« tegen de muren») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : OPGEPAST VTT OPPASSEN RODE RIDDER 109 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/07/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (Er moet) opgepast (worden) ! Een tweede groep Franse ridders breekt door ! » (« On doit faire attention ! Un deuxième groupe de chevaliers français perce ! »).
On y trouve la forme verbale « OPgepast », participe passé provenant de l’infinitif « OPpassen », lui-même construit sur l’infinitif « PASSEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « S », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « OPpassen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEpast ».
S’il y avait une variante de la phrase (« Er moet op de tweede groep Franse ridders worden opgepast ! »), on aurait un REJET de la forme verbale « OPgepast » derrière le complément («op de tweede groep Franse ridders ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Si l’on utilisait l’auxiliaire « WORDEN » au lieu de l’auxiliaire « ZIJN », on serait à la voix passive.

Nom : OPGEHITST VTT OPHITSEN RODE RIDDER 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/07/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (Door haar) opgehitst door haar (Marion), valt hij wild aan » (« Excité = incité par elle, il attaque sauvagement »).
On y trouve la forme verbale « OPgehitst », participe passé provenant de l’infinitif « OPhitsen », lui-même construit sur l’infinitif « HITSEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « S », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « OPhitsen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEhitst ».
S’il y avait une variante de la phrase (« Hij wordt door haar opgehitst »), on aurait un REJET de la forme verbale « OPgehitst » derrière le complément («door haar ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OPGEHITST VTT OPHITSEN ROBERT EN BERTRAND 15 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/07/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De gemoederen zijn (genoeg) opgehitst » (« Les esprits sont excités = échauffés »).
On y trouve la forme verbale « OPgehitst », participe passé provenant de l’infinitif « OPhitsen », lui-même construit sur l’infinitif « HITSEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « S », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « OPhitsen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEhitst ».
Il y a REJET de la forme verbale « OPgehitst » derrière le complément éventuel (« genoeg ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OPGEWONDEN VTT OPWINDEN SAFARI 2 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/07/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een opgewonden jongen (Tim) achtervolgt het diertje » (« Un garçon excité poursuit le petit animal »).
On y trouve la forme verbale « OPgewonden », participe passé (utilisé ici comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif « OPwinden », lui-même construit sur l’infinitif « WINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « OPwinden » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEwonden ».
Si on avait une variante de la phrase (« De jongen is door het diertje opgewonden »), on aurait mieux vu qu’il y a REJET de la particule ou de la forme verbale complète derrière le complément (« door het diertje ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : OPGEWONDEN VTT OPWINDEN 2 SAFARI 8 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/07/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het oorverdovende lawaai schrikt de olifanten even af en de kudde wacht opgewonden de nacht af » (« Le vacarme assourdissant effraie les éléphants et le troupeau attend la nuit, surexcité »).
On y trouve la forme verbale « OPgewonden », participe passé (utilisé ici comme attribut) provenant de l’infinitif « OPwinden », lui-même construit sur l’infinitif « WINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « OPwinden » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEwonden ».
Si on avait une variante de la phrase (« De olifanten worden door het oorverdovende lawaai opgewonden »), on aurait mieux vu qu’il y a REJET de la particule ou de la forme verbale complète derrière le complément (« door het oorverdovende lawaai ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : OPGEWONDEN VTT OPWINDEN 1 SAFARI 8 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/07/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij springt gillend voor de opgewonden olifant » (« Il bondit en hurlant devant l’éléphant surexcité »).
On y trouve la forme verbale « OPgewonden », participe passé (utilisé ici comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif « OPwinden », lui-même construit sur l’infinitif « WINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « OPwinden » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEwonden ».
Si on avait une variante de la phrase (« De olifant wordt door zijn geschreeuwen opgewonden »), on aurait mieux vu qu’il y a REJET de la particule ou de la forme verbale complète derrière le complément (« door zijn geschreeuwen ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : OPGEWONDEN VTT OPWINDEN RODE RIDDER 63 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/07/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Maar hij (Urias = de arend) krijst opgewonden wanneer zijn scherpe ogen voetafdrukken in de sneeuw waarnemen » (« Mais il pousse un cri excité = d’excitation quand ses yeux aigus = sa vue perçante aperçoivent des empreintes de pieds = des traces de pas dans la neige »).
On y trouve la forme verbale « OPgewonden », participe passé provenant de l’infinitif « OPwinden », lui-même construit sur l’infinitif « WINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « OPwinden » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEwonden ».
Si on avait une variante de la phrase (« Een kreet komt uit zijn snavel opgewonden »), on aurait mieux vu qu’il y a REJET de la particule ou de la forme verbale complète derrière le complément («uit zijn snavel ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : OPGEZOCHT VTT OPZOEKEN BESSY 42 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/07/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We hebben hen opgezocht » (« Nous les avons recherchés »).
On y trouve la forme verbale « OPgezocht », participe passé provenant de l’infinitif « OPzoeken », lui-même construit sur l’infinitif « ZOEKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « OPzoeken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEzocht ».
Il y a REJET de la particule derrière le complément (« HEN ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : OPGEZOCHT VTT OPZOEKEN KARL MAY 13 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/07/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De stam heeft een nieuwe nederzetting opgezocht » (« La tribu a cherché une nouvelle implantation »).
On y trouve la forme verbale « OPgezocht », participe passé provenant de l’infinitif « OPzoeken », lui-même construit sur l’infinitif « ZOEKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « OPzoeken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEzocht ».
Il y a REJET de la particule derrière le complément (« een nieuwe nederzetting ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : OPGEGAAN VTT OPGAAN KARL MAY 7 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/07/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het is alsof hij in rook (is) opgegaan is » (« C’est comme s’il s’est évanoui en fumée »).
On y trouve la forme verbale « OPgegaan », participe passé provenant de l’infinitif « OPgaan », lui-même construit sur l’infinitif « GAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « OPgaan » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEgaan ».
Il y a REJET de la particule ou de la forme verbale derrière le complément («in rook») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : OPGEBROKEN VTT OPBREKEN RODE RIDDER 10 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/07/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wanneer de achtervolgers ter plaatse komen, heeft hij (Johan) de helft van het brugje opgebroken » (« Quand les poursuivants arrivent sur place, il a démonté la moitié du petit pont »).
On y trouve la forme verbale « OPgebroken », participe passé provenant de l’infinitif « OPbreken », lui-même construit sur l’infinitif « BREKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « OPbreken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEbroken ».
Il y a REJET de la particule ou de la forme verbale derrière le complément (« de helft van het brugje ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : OPGEHEVEN VTT OPHIJVEN BESSY 54 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/07/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Moh-Wapi) heeft de hand tegen een zijner (= van zijn) broeders opgeheven » (« Il a levé la main contre = sur un de ses frères »).
On y trouve la forme verbale « OPgeheven », participe passé provenant de l’infinitif « OPhijven », lui-même construit sur l’infinitif « HIJVEN », qui n’existe plus mais aurait fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » comme ceux en « IJ ».
Quand « OPhijven » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEheven ».
Il y a REJET de la particule derrière les compléments (« de hand » et « tegen een zijner broeders ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : OPGEHEVEN VTT OPHIJVEN SAFARI 2 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/07/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Thusk = de olifant) gaat wild tekeer en (hij) zoekt met opgeheven slurf naar de onzichtbare vijand » (« Il fulmine sauvagement et, la trompe dressée, il cherche l’ennemi invisible »).
On y trouve la forme verbale « OPgeheven », participe passé (utilisé ici comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif « OPhijven », lui-même construit sur l’infinitif « HIJVEN », qui n’existe plus mais aurait fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » comme ceux en « IJ ».
Quand « OPhijven » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEheven ».
Si on avait une variante de la phrase (« De olifant hijft met zijn slurf naar de onzichtbare vijand op »), on aurait mieux vu qu’il y a REJET de la particule ou de la forme verbale derrière les compléments (« met hun slurf » et « naar de onzichtbare vijand ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : OPGEHEVEN VTT OPHIJVEN SAFARI 1 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/07/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « In de savannah staan enkele olifanten, die met opgeheven slurf zenuwachtig de omtrek afsnuiven » (« Dans la savane se trouvent quelques éléphants qui, la trompe dressée, reniflent nerveusement les environs »).
On y trouve la forme verbale « OPgeheven », participe passé (utilisé ici comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif « OPhijven », lui-même construit sur l’infinitif « HIJVEN », qui n’existe plus mais aurait fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » comme ceux en « IJ ».
Quand « OPhijven » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEheven ».
Si on avait une variante de la phrase (« Enkele olifanten heven met hun slurf zenuwachtig op »), on aurait mieux vu qu’il y a REJET de la particule ou de la forme verbale derrière le complément (« met hun slurf ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : OPGEHOUDEN VTT OPHOUDEN 1 ROBERT EN BERTRAND 15 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/07/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het konvooi werkwilligen, begeleid door soldaten, wordt door een jouwende menigte opgehouden » (« Le convoi de volontaires au travail = non-grévistes, accompagné de soldats, est arrêté par une foule vociférante »). (N.B. : WORDEN = auxiliaire voix passive)
On y trouve la forme verbale « OPgehouden », participe passé provenant de l’infinitif « OPhouden », lui-même construit sur l’infinitif « HOUDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « OPhouden » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEhouden ».
Il y a REJET de la forme verbale « OPgehouden » derrière le complément (« door een jouwende menigte») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : OPGETREDEN VTT OPTREDEN ROBERT EN BERTRAND 15 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/07/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Volgens dit rapport ben je nogal zelfstandig opgetreden » (« Suivant ce rapport, tu es intervenu de façon relativement indépendante »).
On y trouve la forme verbale « OPgetreden », participe passé provenant de l’infinitif « OPtreden », lui-même construit sur l’infinitif « TREDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « OPtreden » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEtreden ».
Il y a REJET de la forme verbale « OPgetreden » derrière le complément (« nogal zelfstandig ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : OPGEWASSEN VTT OPWASSEN ROBERT EN BERTRAND 5 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/07/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik wilde bewijzen dat ik tegen die boeven (ben) opgewassen ben » (« Je voulais prouver que je fais le poids contre ces malfaiteurs »).
On y trouve la forme verbale « OPgewassen », participe passé provenant de l’infinitif « OPwassen », lui-même construit sur l’infinitif « WASSEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « OPwassen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEwassen ».
Il y a REJET de la forme verbale « OPgewassen » derrière le complément (« tegen die boeven ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : OPGEGEVEN VTT OPGEVEN ROBERT EN BERTRAND 21 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/07/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze zijn als vermist opgegeven » (« Ils sont donnés comme manquants = ils sont portés disparus »).
On y trouve la forme verbale « OPgegeven », participe passé provenant de l’infinitif « OPgeven », lui-même construit sur l’infinitif « SLAGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « OPgeven » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEgeven ».
Il y a REJET de la forme verbale « OPgegeven » derrière le complément (« Als vermist ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : OPGESLAGEN VTT OPSLAAN 2 ROBERT EN BERTRAND 21 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/07/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het buskruit wordt weer in een ander gebouw opgeslagen » (« La poudre à canon est à nouveau entreposée dans un autre bâtiment »). (N.B. : WORDEN est l’auxiliaire de la voix passive)
On y trouve la forme verbale « OPgeslagen », participe passé provenant de l’infinitif « OPslaan », lui-même construit sur l’infinitif « SLAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « OPslagen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEslagen ».
Il y a REJET de la forme verbale « OPgeslagen » derrière les compléments (« weer » et « in een ander gebouw ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : OPGESLAGEN VTT OPSLAAN 1 ROBERT EN BERTRAND 21 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/07/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het buskruit wordt (in de fabriek) opgeslagen » (« La poudre à canon est entreposée »). (N.B. : WORDEN est l’auxiliaire de la voix passive)
On y trouve la forme verbale « OPgeslagen », participe passé provenant de l’infinitif « OPslaan », lui-même construit sur l’infinitif « SLAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « OPslagen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEslagen ».
Il y a REJET de la forme verbale « OPgeslagen » derrière le complément éventuel («in de fabriek ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : WEGGESLOPEN VTT WEGSLUIPEN SAFARI 2 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/07/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Inmiddels is hij (Mgono) ongemerkt van het kamp weggeslopen » (« Entretemps, il s’est glissé hors du camp sans se faire remarquer = il s’est éclipsé / il a filé en douce du camp »).
On y trouve la forme verbale « WEGgeslopen », participe passé provenant de l’infinitif «WEGsluipen», lui-même construit sur l’infinitif « SLUIPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « WEGsluipen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « WEG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « wegGEslopen ».
Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « WEGgeslopen », derrière les compléments (« ongemerkt » et « van het kamp »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WEGGEWORPEN VTT WEGWERPEN KARL MAY 14 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/07/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Je hebt de zilverbuks weggeworpen " (« Tu as jeté (au loin) la carabine en argent »).
On y trouve la forme verbale « WEGgeworpen », participe passé provenant de l’infinitif «WEGwerpen», lui-même construit sur l’infinitif « WERPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « WEGwerpen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « WEG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « wegGEworpen ».
Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « WEGgeworpen », derrière le complément (« de zilverbuks »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WEGGEGAAN VTT WEGGAAN BESSY 59 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/07/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Vader is net weggegaan » (« Père s’en est juste allé = vient de partir »).
On y trouve la forme verbale « WEGgegaan », participe passé provenant de l’infinitif «WEGgegaan», lui-même construit sur l’infinitif « GAAN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « WEGgegaan » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « WEG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « wegGEgegaan ».
Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « WEGgegaan », derrière le complément (« NET »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WEGGESTOKEN VTT WEGSTEKEN RODE RIDDER 38 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/07/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Mijn zwaard is niet (in mijn schede) weggestoken ! » (« Mon épée n’est pas rangée = rengainée ! »).
On y trouve la forme verbale « WEGgestoken », participe passé provenant de l’infinitif «WEGsteken», lui-même construit sur l’infinitif « STEKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « WEGsteken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « WEG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « wegGEstoken ».
Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « WEGgestoken », derrière le complément éventuel (« in mijn schede »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WEGGEDRAGEN VTT WEGDRAGEN RODE RIDDER 38 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/07/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Johan) wordt stevig gebonden en (hij wordt) door de waterduivel weggedragen » (« Il est solidement attaché et emporté par le diable d’eau »).
On y trouve la forme verbale « WEGgedragen », participe passé provenant de l’infinitif «WEGdragen», lui-même construit sur l’infinitif « DRAGEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « WEGdragen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « WEG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « wegGEdragen ».
Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « WEGgedragen », derrière le complément (« door de waterduivel »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : WEGGEVOERD VTT WEGVOEREN ROBERT EN BERTRAND 35 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/07/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ondanks het protest worden de drie mannen weggevoerd » (« Malgré la = leur protestation, les trois hommes sont emmenés »).
On y trouve la forme verbale « WEGgevoerd », participe passé provenant de l’infinitif « WEGvoeren », lui-même construit sur l’infinitif « VOEREN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « R », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « WEGvoeren » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « WEG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « wegGEvoerd ».
S’il n’y avait pas eu INVERSION (la phrase commençant par le complément) on aurait vu qu’il y a REJET de la forme verbale « WEGgevoerd » derrière ce complément («ondanks het protest») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : WEGGEMAAID VTT WEGMAAIEN ROBERT EN BERTRAND 35 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/06/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Gehele bataljons worden door het geschut weggemaaid » («Des bataillons entiers sont fauchés par l’artillerie»).
On y trouve la forme verbale « WEGgemaaid », participe passé provenant de l’infinitif « WEGmaaien », lui-même construit sur l’infinitif « MAAIEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la voyelle « I », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « WEGmaaien » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « WEG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « wegGEmaaid ».
Il y a REJET de la forme verbale « WEGgemaaid » derrière le complément (« door het geschut ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : WEGGELOODST VTT WEGLOODSEN ROBERT EN BERTRAND 21 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/06/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij werden netjes weggeloodst » (« Nous étions soigneusement égarés = mis sur une fausse piste »).
On y trouve la forme verbale « WEGgeloodst », participe passé provenant de l’infinitif « WEGloodsen », lui-même construit sur l’infinitif « LOODSEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par une des consonnes présente dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « S », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « WEGloodsen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « WEG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « wegGEloodst ».
Il y a REJET de la forme verbale « WEGgeloodst » derrière le complément (« netjes ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé (ici à l’O.V.T. ou prétérit) au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : WEERGEKEERD VTT WEERKEREN RODE RIDDER 17 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/06/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (de Rode Ridder) is inmiddels naar zijn vriend (…) weergekeerd / teruggekeerd » (« Il est pendant ce temps retourné vers / chez son ami »).
On y trouve la forme verbale « WEERgekeerd », participe passé provenant de l’infinitif « WEERkeren », lui-même construit sur l’infinitif « KEREN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « L », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « WEERkeren » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « WEER » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « weerGEkeerd ».
Il y a REJET de la forme verbale « WEERgekeerd » derrière les compléments (« inmiddels » et «naar zijn vriend ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : TERUGGEZONDEN VTT TERUGZENDEN SAFARI 1 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/06/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Bwana Sam) heeft me teruggezonden » (« Il m’a renvoyé »).
On y trouve la forme verbale « TERUGgezonden », participe passé provenant de l’infinitif «TERUGzenden», lui-même construit sur l’infinitif « ZENDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et est construit sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « TERUGzenden » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « terugGEzonden ». Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « TERUGgezonden », derrière le complément (« me »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : TERUGGEVONDEN VTT TERUGVINDEN BESSY 54 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/06/2017

Description : La triple phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Vooraleer ze de list ontdekt hebben en (vooraleer ze) hun makker teruggevonden (hebben), zal ik ver weg zijn » (« Avant qu’ils aient découvert la ruse et retrouvé leur camarade, je serai loin »).
On y trouve la forme verbale « TERUGgevonden », participe passé provenant de l’infinitif «TERUGvinden», lui-même construit sur l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et est construit sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « TERUGvinden » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « terugGEvonden ». Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « TERUGgevonden », derrière le complément (« hun makker »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : TERUGGEVONDEN VTT TERUGVINDEN BESSY 15 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/06/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « « Ik heb besloten niet terug naar de stad te gaan, alvorens hun spoor (te hebben) teruggevonden te hebben » (« J’ai décidé de ne pas retourner (= aller de retour) en ville, avant d’avoir retrouvé leur trace »).
On y trouve la forme verbale « TERUGgevonden », participe passé provenant de l’infinitif «TERUGvinden», lui-même construit sur l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et est construit sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « TERUGvinden » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « terugGEvonden ». Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « TERUGgevonden », derrière le complément (« hun spoor »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : TERUGGEGEVEN VTT TERUGGEVEN KARL MAY 14 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/06/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De geesten hebben ze (= « de toverbuks ») hem teruggegeven ! » (« Les esprits la lui ont rendue ! »).
On y trouve la forme verbale « TERUGgegeven », participe passé provenant de l’infinitif «TERUGgeven», lui-même construit sur l’infinitif « GEVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « TERUGgeven » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « terugGEgeven ». Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « TERUGgegeven », derrière les compléments (« ze » et « hem »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : TERUGGESCHONKEN VTT TERUGSCHENKEN KARL MAY 14 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/06/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De toverbuks werd mij door de geesten teruggeschonken » (« La carabine magique me fut offerte en retour par les esprits »).
On y trouve la forme verbale « TERUGgeschonken », participe passé provenant de l’infinitif «TERUGschenken», lui-même construit sur l’infinitif « SCHENKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et est construit sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « TERUGschenken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « terugGEschonken ». Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « TERUGgeschonken », derrière les compléments (« mij » et « door de geesten »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : TERUGGEKOMEN VTT TERUGKOMEN RODE RIDDER 38 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/06/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij is (in de burcht) teruggekomen » (« Il est revenu »).
On y trouve la forme verbale « TERUGgekomen », participe passé provenant de l’infinitif «TERUGkomen», lui-même construit sur l’infinitif « KOMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et est construit sur l’INFINITIF. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « TERUGkomen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « terugGEkomen ». Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « TERUGgekomen », derrière le complément éventuel (« in de burcht »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : TERUGGETROKKEN VTT TERUGTREKKEN ROBERT EN BERTRAND 15 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/06/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « « De Engelsen zijn afgevaren en het leger werd (van de stad) teruggetrokken » (« Les Anglais ont appareillé et l'armée a été retirée »).
On y trouve la forme verbale « TERUGgetrokken », participe passé provenant de l’infinitif «TERUGtrekken», lui-même construit sur l’infinitif « TREKKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et est construit sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « TERUGtrekken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « terugGEtrokken ». Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « TERUGgetrokken », derrière le complément éventuel (« van de stad »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : TERUGGEWORPEN VTT TERUGWERPEN ROBERT EN BERTRAND 35 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/06/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « « Op het moment dat de storm losbreekt, worden de Fransen en de Italianen door een spervuur van de Oostenrijkse batterijen teruggeworpen »
(«Au moment où l’orage éclate, les Français et les Italiens sont repoussés par un tir de barrage des batteries autrichiennes»).
On y trouve la forme verbale « TERUGgeworpen », participe passé provenant de l’infinitif «TERUGwerpen», lui-même construit sur l’infinitif « WERPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « TERUGwerpen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « terugGEworpen ». Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « TERUGgeworpen », derrière le complément (« door een spervuur van de Oostenrijkse batterijen »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : TERUGGETROKKEN VTT TERUGTREKKEN 2 ROBERT EN BERTRAND 35 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/06/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « « De Oostenrijkers hebben zich (in de omgeving van Solferino) teruggetrokken » (« Henri Dunant s’est retiré dans les environs de Solférino »).
On y trouve la forme verbale « TERUGgetrokken », participe passé provenant de l’infinitif «TERUGtrekken», lui-même construit sur l’infinitif « TREKKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et est construit sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « TERUGtrekken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « terugGEtrokken ». Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « TERUGgetrokken », derrière le complément éventuel (« in de omgeving van Solferino »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : TERUGGEDREVEN VTT TERUGDRIJVEN BESSY 54 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/06/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Codha) is weldra ontwapend en (hij) wordt (weldra) teruggedreven » (« Il est désarmé et repoussé »).
On y trouve la forme verbale « TERUGgedreven », participe passé provenant de l’infinitif «TERUGdrijven», lui-même construit sur l’infinitif « DRIJVEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » et est construit sur le PLURIEL du prétérit. Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « TERUGdrijven » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « TERUG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « terugGEdreven ». Il y a REJET de la forme verbale du participe passé « TERUGgedreven », derrière le complément éventuel (« weldra »), à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : UITGEROEID VTT UITROEIEN SAFARI 1 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/06/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Bavianen worden door hem (de luipaard) uitgeroeid » (« Les babouins sont exterminés par lui »).
On y trouve la forme verbale « UITgeroeid », participe passé provenant de l’infinitif « UITroeien », lui-même construit sur l’infinitif « ROEIEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la voyelle « I », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « UITroeien » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEroeid ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgeroeid » derrière le complément (« door hem ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : UITGEMOORD VTT UITMOORDEN RODE RIDDER 109 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/06/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Franse soldeniers hebben uw hele gezin uitgemoord ! » (« Des mercenaires français ont massacré toute votre famille ! »).
On y trouve la forme verbale « UITgemoord », participe passé provenant de l’infinitif « UITmoorden », lui-même construit sur l’infinitif « MOORDEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « D », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « UITmoorden » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEmoord ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgemoord » derrière le complément (« uw hele gezin ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : UITGEWOED VTT UITWOEDEN ROBERT EN BERTRAND 21 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/06/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Bij dageraad is de brand uitgewoed » = « De brand is bij dageraad uitgewoed » (« A l’aurore, l’incendie s’est apaisé »).
On y trouve la forme verbale « UITgewoed », participe passé provenant de l’infinitif « UITwoeden », lui-même construit sur l’infinitif « WOEDEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « D », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « UITwoeden » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEwoed ».
Dans la phrase où il n’y a pas inversion, on voit qu’il y a REJET de la forme verbale « UITgewoed » derrière le complément (« bij dageraad ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : UITGEMERGELD VTT UITMERGELLEN ROBERT EN BERTRAND 15 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/06/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « « Zij kwijnt weg / wordt (door de ellende) uitgemergeld » (« Elle dépérit, décharnée »).
On y trouve la forme verbale « UITgemergeld », participe passé provenant de l’infinitif « UITmergellen », lui-même construit sur l’infinitif « MERGELLEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « L », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « UITmergellen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEmergeld ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgemergeld » derrière le complément éventuel (« door de ellende ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : UITGEHONGERD VTT UITHONGEREN BESSY 59 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/06/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Als hij (eindelijk) (is) uitgehongerd is, zal hij niet aarzelen een weerloze man aan te vallen » (« S’il est affamé, il ne va pas hésiter à attaquer un homme sans défense »).
On y trouve la forme verbale « UITgehongerd », participe passé provenant de l’infinitif « UIThongeren », lui-même construit sur l’infinitif « HONGEREN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « R », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « UIThongeren » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEhongerd ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgehongerd » derrière le complément éventuel (« eindelijk ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : UITGEDROOGD VTT UITDROGEN KARL MAY 7 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/06/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het is alsof de bron in één nacht uitgedroogd is » (« C’est comme si la source s’est asséchée en une seule nuit »).
On y trouve la forme verbale « UITgedroogd », participe passé provenant de l’infinitif « UITdrogen », lui-même construit sur l’infinitif « DROGEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « G », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « UITdrogen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEdroogd ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgedroogd » derrière le complément (« in één nacht ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : UITGESTOTEN VTT UITSTUITEN RODE RIDDER 38 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/06/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze hebben hem uitgelachen … Ze hebben hem uitgestoten » (« Ils se sont moqués de lui … Ils l’ont expulsé »).
On y trouve notamment la forme verbale « UITgestoten », participe passé provenant de l’infinitif «UITstuiten», lui-même construit sur l’infinitif « STUITEN » qui fait l’objet des « temps primitifs » et dont le participe passé se construit sur le PLURIEL de l’O.V.T. (ou prétérit), les « UI » donnant des « O ».
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Quand « UITstuiten » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEstoten ». Le même processus de construction s’applique pour « UITlachen ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgestoten » derrière le complément (« hem ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : UITGEHAALD VTT UITHALEN ROBERT EN BERTRAND 35 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/06/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Onder dit slogan zijn er al veel beest(acht)igheden uitgehaald » (« Sous ce slogan, il y a déjà eu beaucoup d’actes bestiaux commis = On a déjà commis beaucoup d’actes bestiaux au nom de ce slogan ! »).
On y trouve la forme verbale « UITgehaald », participe passé provenant de l’infinitif « UIThalen », lui-même construit sur l’infinitif « VOEREN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « L », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « UIThalen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEhaald ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgehaald » derrière le complément (« AL ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase commençant par un complément, il y a INVERSION du sujet et du verbe. On aurait pu avoir la variante : « Veel beest(acht)igheden zijn onder dit slogan al uitgehaald »
Notons que l’on aurait aussi pu avoir une variante d’auxiliaire et cette phrase à la voix passive avec « WORDEN » (à l’O.V.T. ou prétérit) au lieu de l’auxiliaire « ZIJN » : « Onder dit slogan WERDEN er al veel beest(acht)igheden uitgehaald ! »
Rappelons enfin que les noms se terminant au singulier par le suffixe « -HEID », font un pluriel en « -HEDEN ».

Nom : UITGEWIST VTT UITWISSEN SAFARI 2 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/06/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « In het kamp is elk spoor grondig uitgewist » (« Dans le camp, chaque trace est minutieusement effacée »).
On y trouve la forme verbale « UITgewist », participe passé provenant de l’infinitif « UITwissen », lui-même construit sur l’infinitif « WISSEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « S », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « UITwissen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEwist ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgewist » derrière le complément (« grondig ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : UITGEWIST VTT UITWISSEN BESSY 54 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/06/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb mijn sporen zo goed mogelijk uitgewist » (« J’ai effacé mes traces aussi bien que possible »).
On y trouve la forme verbale « UITgewist », participe passé provenant de l’infinitif « UITwissen », lui-même construit sur l’infinitif « WISSEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « S », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « UITwissen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEwist ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgewist » derrière les compléments (« mijn sporen » et « zo goed mogelijk ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : UITGEWIST VTT UITWISSEN KARL MAY 13 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/06/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij sleept een deken achter zich aan waarmee alle sporen zorgvuldig (worden) uitgewist worden » (« Il traîne une couverture derrière lui, avec laquelle toutes les traces sont effacées »). (N.B. : « waarmee » provient de « met wat »)
On y trouve, dans la phrase subordonnée (introduite par « waarmee ») la forme verbale « UITgewist », participe passé provenant de l’infinitif « UITwissen », lui-même construit sur l’infinitif « WISSEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « S », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « UITwissen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEwist ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgewist » derrière le complément éventuel («zorgvuldig») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : UITGEBRAND VTT UITBRANDEN BESSY 15 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/06/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hoe groot was onze verbazing en ons verdriet, toen we enkele mijlen verder hun uitgebrande wagen vonden ! » (« Comment (= comme = combien) notre étonnement et notre chagrin fut grand, quand nous trouvâmes, quelques miles plus loin, leur chariot entièrement brûlé ! »).
On y trouve la forme verbale « UITgebrand », participe passé (utilisé ici comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif « UITbranden », lui-même construit sur l’infinitif « BRANDEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « D », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « UITbranden » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEbrand ».
Dans la variante suivante de la phrase, « We vonden hun wagen die enkele mijlen verder was uitgebrand », on voit mieux Ie REJET de la forme verbale « UITgebrand » derrière le complément («enkele mijlen verder ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : UITGESTREKT VTT UITSTREKKEN RODE RIDDER 18 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/06/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Midden in een uitgestrekt gewelf met lichtgevende wanden, prijkt een reusachtige witmarmeren tempel » (« Au milieu d’une caverne voûtée étendue avec des parois luminescentes (donnant de la lumière), trône un gigantesque temple en marbre blanc »).
On y trouve la forme verbale « UITgestrekt », participe passé (utilisé ici comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif « UITstrekken », lui-même construit sur l’infinitif « STREKKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « UITstrekken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEstrekt ».
Si la phrase s’était présentée comme suit, « Een gewelf, dat met lichtgevende wanden wordt uitgestrekt », on aurait mieux vu qu’il y a REJET de la forme verbale « UITgestrekt » derrière le complément (« met lichtgevende wanden ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Dans ce cas, la phrase aurait été à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » serait utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : UITGESTREKT VTT UITSTREKKEN BESSY 59 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/06/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : «Hij ligt (= is) op de grond uitgestrekt» (« Il gît étendu sur le sol »)
On y trouve la forme verbale « UITgestrekt », participe passé provenant de l’infinitif « UITstrekken », lui-même construit sur l’infinitif « STREKKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « UITstrekken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEstrekt ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgestrekt » derrière le complément (« op de grond ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : UITGEREIKT VTT UITREIKEN RODE RIDDER 19 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/06/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Telkens worden nieuwe lansen uitgereikt en (telkens) wordt de strijd verbeten voortgezet » (« De nouvelles lances sont rompues à tous les coups et le combat est poursuivi acharné = avec acharnement »).
On y trouve la forme verbale « UITgereikt », participe passé (utilisé ici comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif « UITreiken », lui-même construit sur l’infinitif « REIKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « UITreiken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEreikt ».
S’il n’y avait pas eu INVERSION (phrase commençant par un complément, ici «telkens»), la phrase se serait présentée comme suit, « Nieuwe lansen worden telkens uitgereikt », on aurait mieux vu qu’il y a REJET de la forme verbale « UITgestrekt » derrière le complément (« telkens ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : UITGERUKT VTT UITRUKKEN BESSY 59 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/06/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Sid) heeft enkele droge grashalmen en twijgjes uitgerukt » (« Il a arraché quelques brindilles et brins d’herbe secs »).
On y trouve la forme verbale « UITgerukt », participe passé provenant de l’infinitif « UITrukken », lui-même construit sur l’infinitif « RUKKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « UITrukken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGErukt ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgerukt » derrière le complément (« enkele droge grashalmen en twijgjes ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

© 2017, Bernard GOORDEN, voor de grammatica. Autres exemples à http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=vandersteen

Nom : UITGERUKT VTT UITRUKKEN 1 ROBERT EN BERTRAND 37 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/06/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een hulpploeg is inderdaad uitgerukt » (« Une équipe d’aide = une expédition de secours est en effet détachée = dépêchée »).
On y trouve la forme verbale « UITgerukt », participe passé provenant de l’infinitif « UITrukken », lui-même construit sur l’infinitif « RUKKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « UITrukken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGErukt ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgerukt » derrière le complément («inderdaad») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

© 2017, Bernard GOORDEN, voor de grammatica. Autres exemples à http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=vandersteen

Nom : UITGERUKT VTT UITRUKKEN ROBERT EN BERTRAND 37 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/06/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een hulpploeg is inderdaad uitgerukt » (« Une équipe d’aide = une expédition de secours est en effet détachée = dépêchée »).
On y trouve la forme verbale « UITgerukt », participe passé provenant de l’infinitif « UITrukken », lui-même construit sur l’infinitif « RUKKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « UITrukken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGErukt ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgerukt » derrière le complément («inderdaad») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : UITGESPOOKT VTT UITSPOKEN ROBERT EN BERTRAND 37 VANDERSTEEN - Rajouté le 31/05/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wat mag die (hem) uitgespookt hebben ? » (« Qu’est-ce qui a pu l’effrayer à ce point ? »).
On y trouve la forme verbale « UITgespookt », participe passé provenant de l’infinitif « UITspoken », lui-même construit sur l’infinitif « SPOKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « UITspoken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEspookt ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgespookt » derrière le complément (« die ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : UITGEPUT VTT UITPUTTEN SAFARI 1 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/05/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De gewonde baviaan is (nu) uitgeput en wacht met opengesperde muil zijn opvolger op » (« Le babouin blessé est épuisé et attend son poursuivant, la gueule écartée = béante »).
On y trouve la forme verbale « UITgeput », participe passé provenant de l’infinitif « UITputten », lui-même construit sur l’infinitif « PUTTEN », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « T », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « UITputten » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEput ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgeput » derrière le complément éventuel (« NU ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : UITGEPUT VTT UITPUTTEN ROBERT EN BERTRAND 37 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/05/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (Hij is nu) uitgeput en stort met zijn last neer » (« Il est maintenant épuisé et s’effondre avec sa charge »).
On y trouve la forme verbale « UITgeput », participe passé provenant de l’infinitif « UITputten », lui-même construit sur l’infinitif « PUTTEN », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « T », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « UITputten » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEput ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgeput » derrière le complément éventuel («NU») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : UITGEPUT VTT UITPUTTEN BESSY 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/05/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (De vlinder is nu) uitgeput en laat zich op de aarde vallen » (« Epuisé, le papillon se laisse tomber sur la terre = le sol »).
On y trouve la forme verbale « UITgeput », participe passé provenant de l’infinitif « UITputten », lui-même construit sur l’infinitif « PUTTEN », qui NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « T », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « UITputten » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEput ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgeput » derrière le complément éventuel («NU») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OPGEROLD VTT OPROLLEN BESSY 22 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/05/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De vlinder heeft een tong, die we hier half opgerold weergeven » (« Le papillon a une langue, que nous rendons = représentons ici à moitié enroulée »).
On y trouve la forme verbale « OPgerold », participe passé (utilisé ici comme adjectif attribut) provenant de l’infinitif « OProllen », lui-même construit sur l’infinitif « RANDEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « D », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « OProllen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGErold ».
Si on avait eu une variante de la phrase comme « De tong van de vlinder is hier half opgerold », on aurait mieux vu qu’il y a REJET de la forme verbale « OPgerold » derrière les compléments (« hier » et « half ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OPGESCHRIKT VTT OPSCHRIKKEN KARL MAY 7 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/05/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Zij (Ava) … wordt plots door verwarde geluiden opgeschrikt » (« Elle est soudain effrayée par des bruits confus »).
On y trouve la forme verbale « OPgeschrikt », participe passé provenant de l’infinitif « OPschrikken », lui-même construit sur l’infinitif « SCHRIKKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « OPschrikken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEschrikt ».
Il y a REJET de la forme verbale « OPgeschrikt » derrière les compléments (« plots » et « door verwarde geluiden ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : OPGERICHT VTT OPRICHTEN KARL MAY 7 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/05/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Na hard werk worden de eerste palen voor het woonhuis opgericht » (« Après un dur travail, les premiers piliers pour l’habitation sont dressés »).
On y trouve la forme verbale « OPgericht », participe passé provenant de l’infinitif « OPrichten », lui-même construit sur l’infinitif « RICHTEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « T », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « OPrichten » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEricht ».
Il y a REJET de la forme verbale « OPgericht » derrière le complément (« voor het woonhuis ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : OPGERICHT VTT OPRICHTEN BESSY 54 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/05/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze hebben hun hutten achter de omheiningsmuur van een oude pueblo opgericht » (« Ils ont érigé leurs huttes derrière le mur d’enceinte d’un vieux pueblo = village »).
On y trouve la forme verbale « OPgericht », participe passé provenant de l’infinitif « OPrichten », lui-même construit sur l’infinitif « RICHTEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « T », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « OPrichten » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEricht ».
Il y a REJET de la forme verbale « OPgericht » derrière les compléments (« hun hutten » et « achter de omheiningsmuur van een oude pueblo ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OPGEBRAND VTT OPBRANDEN BESSY 54 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/05/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De lont was bijna opgebrand » (« La mèche était presque consumée »).
On y trouve la forme verbale « OPgebrand », participe passé provenant de l’infinitif « OPbranden », lui-même construit sur l’infinitif « BRANDEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « D », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « OPbranden » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEbrand ».
Il y a REJET de la forme verbale « OPgebrand » derrière le complément (« bijna ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OPGELEVERD VTT OPLEVEREN ROBERT EN BERTRAND 35 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/05/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « En heeft de speurtocht in de vallei iets opgeleverd ? » (« Et est-ce que la traque dans la vallée a livré = donné quelque chose ? »).
On y trouve la forme verbale « OPgeleverd », participe passé provenant de l’infinitif « OPleveren », lui-même construit sur l’infinitif « LEVEREN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « R », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « OPleveren » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEleverd ».
Il y a REJET de la forme verbale « OPgeleverd » derrière les compléments (« in de vallei » et « iets ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OPENGEBARST VTT OPENBARSTEN ROBERT EN BERTRAND 21 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/05/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Drie vergaarbakken (…) zijn (door de ontploffing) opengebarst » (« Trois réservoirs = cuvettes de descente se sont ouverts brusquement en se fêlant = ont crevé »).
On y trouve la forme verbale « OPENgebarst », participe passé provenant de l’infinitif « OPENbarsten », lui-même construit sur l’infinitif « BARSTEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « T », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « OPENbarsten » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OPEN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « openGEbarst ».
Il y a REJET de la forme verbale « OPENgebarst » derrière le complément éventuel (« door de ontploffing ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OPGEPIKT VTT OPPIKKEN BESSY 59 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/05/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De angstkreet van Mitho voorkomt niet dat hij (Motha) door de valk (wordt) opgepikt wordt » (« Le cri de peur de Mitho ne prévient pas que Motha soit saisi => emporté »).
On y trouve la forme verbale « OPgepikt », participe passé provenant de l’infinitif « OPpikken », lui-même construit sur l’infinitif « PIKKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « OPpikken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEpikt ».
Il y a REJET de la forme verbale « OPgepikt » derrière le complément éventuel («door de valk ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : OPGEMERKT VTT OPMERKEN SAFARI 2 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/05/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (Je hebt dat) goed opgemerkt ! » (« Tu l’as bien remarqué = observé »).
On y trouve la forme verbale « OPgemerkt », participe passé provenant de l’infinitif « OPmerken », lui-même construit sur l’infinitif « MERKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « OPmerken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEmerkt ».
Il y a REJET de la forme verbale « OPgemerkt » derrière le complément (« GOED ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OPGEMERKT VTT OPMERKEN ROBERT EN BERTRAND 35 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/05/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb haar meermaals opgemerkt » (« Je l’ai remarquée plus d’une fois »).
On y trouve la forme verbale « OPgemerkt », participe passé provenant de l’infinitif « OPmerken », lui-même construit sur l’infinitif « MERKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « OPmerken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEmerkt ».
Il y a REJET de la forme verbale « OPgemerkt » derrière les compléments (« haar » et (« meermaals ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OPGEMERKT VTT OPMERKEN 1 ROBERT EN BERTRAND 15 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/05/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Nol) wordt spoedig door de op de loer liggende stakers opgemerkt » (« Il est rapidement remarqué par les grévistes faisant le guet »). (N.B. : de stakers die op de loer lagen / waren)
On y trouve la forme verbale « OPgemerkt », participe passé provenant de l’infinitif « OPmerken », lui-même construit sur l’infinitif « MERKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « OPmerken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEmerkt ».
Il y a REJET de la forme verbale « OPgemerkt » derrière le complément («door de op de loer liggende stakers ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : OPGEMERKT VTT OPMERKEN BESSY 24 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/05/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Aan boord van het schip werd het schot opgemerkt » (« A bord du navire, le tir = le coup de feu fut remarqué »).
On y trouve la forme verbale « OPgemerkt », participe passé provenant de l’infinitif « OPmerken », lui-même construit sur l’infinitif « MERKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « OPmerken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEmerkt ».
Il y a REJET de la forme verbale « OPgemerkt » derrière le complément éventuel (« bijna dadelijk ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici « WERD » à l’O.V.T. ou prétérit de ses « temps primitifs ») est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : OPGEMERKT VTT OPMERKEN BESSY 15 VANDERSTEEN - Rajouté le 15/05/2017

Description : La triple phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ik heb (hier) opgemerkt dat de Indianen vooral trachtten gevangenen te maken, die ze dan meenamen » (« J’ai remarqué que les Indiens essayaient surtout de faire des prisonniers, qu’ils emmenaient (= prenaient avec) alors »).
On y trouve la forme verbale « OPgemerkt », participe passé provenant de l’infinitif « OPmerken », lui-même construit sur l’infinitif « MERKEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « OPmerken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « opGEmerkt ».
Il y a REJET de la forme verbale « OPgemerkt » derrière le complément éventuel (« HIER ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : OPGEBRUIKT VTT OPGEBRUIKEN BESSY 59 VANDERSTEEN - Rajouté le 14/05/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « « We hebben onze voorraden opgebruikt » (« Nous avons épuisé nos provisions »).
On y trouve la forme verbale « OPgebruikt », participe passé provenant de l’infinitif « OPgebruiken », lui-même construit sur l’infinitif « GEBRUIKEN » (un des rares verbes en UI, qui ne soit pas irrégulier au point de faire un passé en O) qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « K », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « OPgebruiken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « OP » de son infinitif proprement dit, la particule GE- (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant normalement entre eux => « opGEbruikt ». Dans ce cas-ci, l’infinitif commençant déjà par « GE », on ne rajoute pas cette particule GE.
Il y a REJET de la forme verbale « OPgebruikt » derrière les compléments (« onze voorraden ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : WEGGESLINGERD VTT WEGSLINGEREN SAFARI 2 VANDERSTEEN - Rajouté le 13/05/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « (Op) het volgende ogenblik wordt hij (Mgono) door een slag van de slurf weggeslingerd » (« L’instant suivant, il est projeté par un coup de la trompe »).
On y trouve la forme verbale « WEGgeslingerd », participe passé (utilisé ici comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif « WEGslingeren », lui-même construit sur l’infinitif « SLINGEREN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « R », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « WEGslingeren » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « WEG » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « wegGEslingerd ».
Il y a REJET de la forme verbale « WEGgeslingerd » derrière le complément (« door een slag van de slurf ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
La phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : INGEZET VTT INZETTEN BESSY 59 VANDERSTEEN - Rajouté le 12/05/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Instinctmatig heeft de hond (Bessy) de achtervolging van Tim Parsons ingezet » (« Instinctivement, le chien a entamé la poursuite de Tim P. »).
On y trouve la forme verbale « INgezet », participe passé provenant de l’infinitif « INzetten », lui-même construit sur l’infinitif « ZETTEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « T », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « INzetten » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « inGEzet ».
Il y a REJET de la forme verbale « INgezet » derrière le complément (« de achtervolging …») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : INGEVALLEN VTT INVALLEN BESSY 54 VANDERSTEEN - Rajouté le 11/05/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De duisternis is reeds ingevallen wanneer de eerste achtervolgers verschijnen » (« L’obscurité est déjà tombée quand les premiers poursuivants apparaissent »).
On y trouve la forme verbale « INgevallen », participe passé provenant de l’infinitif « INvallen », lui-même construit sur l’infinitif « VALLEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « INvallen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « inGEvallen ».
Il y a REJET de la forme verbale « INgevallen » à la fin de la phrase, derrière le complément (« REEDS »). Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau de synthèse des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : INGETREDEN VTT INTREDEN SAFARI 2 VANDERSTEEN - Rajouté le 10/05/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « « Zij (Bibi Moore) verwacht je bij de rivier zodra de duisternis (rond acht uur) (is) ingetreden is » (« Elle t’attend près de la rivière dès que l’obscurité s’est / se sera installée »).
On y trouve la forme verbale « INgetreden », participe passé provenant de l’infinitif « INtreden », lui-même construit sur l’infinitif « TREDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « INtreden » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « inGEtreden ».
Il y a REJET de la forme verbale « INgetreden » à la fin de la phrase, derrière le complément éventuel (« rond acht uur »). Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau de synthèse des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : INGERICHT VTT INRICHTEN SAFARI 2 VANDERSTEEN - Rajouté le 09/05/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Tot zijn verbazing bevindt zich in het bosje een volledig ingerichte hut » (« A son étonnement, une cabane complètement équipée se trouve dans le petit bois »).
On y trouve la forme verbale « INgericht », participe passé (utilisé ici comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif « INrichten », lui-même construit sur l’infinitif « RICHTEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « T », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « INrichten » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « inGEricht ».
Si la phrase s’était présentée comme suit, « Een hut, die volledig werd ingericht, bevindt zich in het bosje », on aurait mieux vu qu’il y a REJET de la forme verbale « INgericht » derrière le complément (« volledig ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Dans ce cas, la phrase aurait été à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » serait utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : INGERICHT VTT INRICHTEN ROBERT EN BERTRAND 35 VANDERSTEEN - Rajouté le 08/05/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Er kan een noodhospitaal (worden) ingericht worden » (« Il y a un hôpital d’urgence qui peut être aménagé => Un hôpital d’urgence peut être aménagé »).
On y trouve la forme verbale « INgericht », participe passé provenant de l’infinitif « INrichten », lui-même construit sur l’infinitif « RICHTEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant déjà par la consonne « T », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « INrichten » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « inGEricht ».
Si la phrase se présente comme suit, « Een noodhospitaal kan dadelijk worden ingericht », on voit mieux qu’il y a REJET de la forme verbale « INgericht » derrière le complément éventuel (« dadelijk ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

© 2017, Bernard GOORDEN, voor de grammatica. Autres exemples à http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=vandersteen

Nom : INGEBEELD VTT INBEELDEN SAFARI 8 VANDERSTEEN - Rajouté le 07/05/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Maar in het woud sluipt een gevaarlijker vijand dan de ingebeelde geesten » (« Mais dans la forêt se faufile un ennemi plus dangereux que les esprits imaginés => imaginaires »).
On y trouve la forme verbale « INgebeeld », participe passé (utilisé ici comme adjectif épithète) provenant de l’infinitif « INbeelden », lui-même construit sur un possible ’infinitif « BEELDEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « L », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire. Notez que le participe passé est construit sur le substantif « BEELD » (= « image ») et ce que l’on s’est imaginé a été mis « in BEELD » (= « en IMAGE ») dans le cerveau.
Quand « INbeelden » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « IN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « inGEbeeld ».
Si la phrase s’était présentée comme suit, « Maar een gevaarlijker vijand dan de geesten die door de mensen worden ingebeeld, sluipt in het woud », on aurait mieux vu qu’il y a REJET de la forme verbale « INgebeeld » derrière le complément éventuel (« door de mensen ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Dans ce cas, la phrase aurait été à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » serait utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : AANGEWIPT VTT AANWIPPEN BESSY 59 VANDERSTEEN - Rajouté le 06/05/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een raaf komt dadelijk aangewipt (in een wip) om hem zijn prooi te betwisten » (« Un corbeau vient en un tournemain pour lui disputer sa proie »).
On y trouve la forme verbale « AANgewipt », participe passé provenant de l’infinitif « AANwippen », lui-même construit sur l’infinitif « VOEREN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » mais il fait partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « P », on trouvera à la fin du participe passé le « T » minoritaire.
Quand « AANwippen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEwipt ».
Il y a REJET de la forme verbale « AANgewipt » derrière le complément éventuel (« dadelijk ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : AANGEWEZEN VTT AANWIJZEN RODE RIDDER 33 VANDERSTEEN - Rajouté le 05/05/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Een daarvoor aangewezen groep ridders verplaatst zich snel naar de meest bedreigde punten » (« Un groupe de chevaliers, désignés pour cela = à cet effet, se déplace rapidement vers les points les plus menacés »).
On y trouve la forme verbale « AANgewezen », participe passé (utilisé ici comme adjectif) provenant de l’infinitif « AANwijzen », lui-même construit sur l’infinitif « WIJZEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « AANwijzen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEwezen ».
Si l’on imagine le participe passé dans une phrase subordonnée relative (« Een groep ridders, die daarvoor werden aangewezen, verplaatst zich snel naar de meest bedreigde punten »), on se rend compte qu’il y aurait bien REJET de la forme verbale « AANgewezen » derrière le complément (« daarvoor ») à la fin de cette phrase subordonnée. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
On trouve dans ce cas évoqué la forme verbale « WERDEN », O.V.T. (ou prétérit) provenant de l’infinitif « WORDEN », qui fait alors aussi l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau de synthèse des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici « WERDEN ») est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : AANGETROKKEN VTT AANTREKKEN BESSY 59 VANDERSTEEN - Rajouté le 04/05/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De eekhoorn (Motha) voelt zich aangetrokken tot (= door) die man, die zo ongelukkig lijkt » (« L’écureuil se sent attiré par cet homme, qui semble tellement malheureux »).
On y trouve la forme verbale « AANgetrokken », participe passé provenant de l’infinitif « AANtrekken », lui-même construit sur l’infinitif « TREKKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « AANtrekken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEtrokken ».
Il y a REJET de la forme verbale « AANgetrokken » derrière le complément éventuel (« natuurlijk ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : AANGETROKKEN VTT AANTREKKEN BESSY 54 VANDERSTEEN - Rajouté le 03/05/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het schot heeft vier ruiters in de richting van het dorp aangetrokken » (« Le coup de feu a attiré quatre cavaliers en direction du village »).
On y trouve la forme verbale « AANgetrokken », participe passé provenant de l’infinitif « AANtrekken », lui-même construit sur l’infinitif « TREKKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « AANtrekken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEtrokken ».
Il y a REJET de la forme verbale « AANgetrokken » derrière les compléments (« vier ruiters » et « in de richting van het dorp ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : AANGELEGD VTT AANLEGGEN SAFARI 8 VANDERSTEEN - Rajouté le 02/05/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Met man en macht worden omheiningen van boomstammen rond de voornaamste shamba’s verstevigd en (met man en macht worden) houtvuren aangelegd » (« Avec homme et force = à force de bras, des enclos de troncs d’arbres sont consolidés autour des shamba’s = plantations et des feux de bois sont allumés »).
On y trouve, dans la deuxième phrase, la forme verbale « AANgelegd », participe passé provenant de l’infinitif « AANleggen », lui-même construit sur l’infinitif « LEGGEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « G », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « AANleggen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule «  GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGElegd ».
Il y a REJET de la forme verbale « AANgelegd » derrière le complément (« houtvuren ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : AANGELEGD VTT AANLEGGEN BESSY 24 VANDERSTEEN - Rajouté le 01/05/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze hebben een versperring onder water aangelegd » (« Ils ont dressé = érigé un barrage en-dessous de l’eau »).
On y trouve la forme verbale « AANgelegd », participe passé provenant de l’infinitif « AANleggen », lui-même construit sur l’infinitif « LEGGEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « G », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « AANleggen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule «  GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGElegd ».
Il y a REJET de la forme verbale « AANgelegd » derrière les compléments («een versperring » et « onder water ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : AANGEKONDIGD VTT AANKONDIGEN BESSY 54 VANDERSTEEN - Rajouté le 30/04/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « We worden reeds aangekondigd » (« Nous sommes déjà annoncés »). (N.B. : WORDEN est l’auxiliaire de la voix passive)
On y trouve la forme verbale « AANgekondigd », participe passé provenant de l’infinitif « AANkondigen », lui-même construit sur l’infinitif « KONDIGEN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent : « ik kondiG … aan ») se terminant par la consonne « G », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « AANkondigen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule «  GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEkondigd ».
Il y a REJET de la forme verbale « AANgekondigd » derrière le complément (« reeds ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes

Nom : AANGETROFFEN VTT AANTREFFEN BESSY 42 VANDERSTEEN - Rajouté le 29/04/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Wij hebben hem levensloos in de hut aangetroffen » (« Nous l’avons découvert sans vie dans la hutte »). On y trouve la forme verbale « AANgetroffen », participe passé provenant de l’infinitif « AANtreffen », lui-même construit sur l’infinitif « TREFFEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Quand « AANtreffen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule «  GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEtroffen ». Il y a REJET de la forme verbale « AANgetroffen » derrière les compléments (« hem », « levensloos » et « in de hut ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : AANGESLOPEN VTT AANSLUIPEN BESSY 42 VANDERSTEEN - Rajouté le 28/04/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het is al nacht als enkele krijgers ter plaatse komen aangeslopen » (« Il fait déjà nuit quand quelques guerriers viennent = arrivent sur place faufilés = en se faufilant »).
On y trouve la forme verbale « AANgeslopen », participe passé (utilisée ici comme une sorte d’attribut) provenant de l’infinitif « AANsluipen », lui-même construit sur l’infinitif « SLUIPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « AANsluipen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule «  GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEslopen ».
Il y a REJET de la forme verbale « AANgeslopen » derrière le complément (« ter plaatse ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : AANGENOMEN VTT AANNEMEN ROBERT EN BERTRAND 37 VANDERSTEEN - Rajouté le 27/04/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het voorstel wordt (door de smokkelaars) aangenomen » (« La proposition est acceptée »). (N.B. : WORDEN est l’auxiliaire de la voix passive) On y trouve la forme verbale « AANgenomen », participe passé provenant de l’infinitif « AANnemen », lui-même construit sur l’infinitif « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ». Quand « AANnemen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule «  GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEnomen ». Il y a REJET de la forme verbale « AANgenomen » derrière le complément éventuel (« door de smokkelaars ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse : http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé : http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : AANGENOMEN VTT AANNEMEN KARL MAY 14 VANDERSTEEN - Rajouté le 26/04/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « De uitdaging wordt (door Taho) aangenomen » (« Le défi est accepté »). (N.B. : WORDEN est l’auxiliaire de la voix passive)
On y trouve la forme verbale « AANgenomen », participe passé provenant de l’infinitif « AANnemen », lui-même construit sur l’infinitif « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « AANnemen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule «  GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEnomen ».
Il y a REJET de la forme verbale « AANgenomen » derrière le complément éventuel (« door Taho ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : AANGENOMEN VTT AANNEMEN BESSY 24 VANDERSTEEN - Rajouté le 25/04/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het aanbod wordt (door beide partijen) aangenomen » (« L’offre est acceptée »). (N.B. : WORDEN est l’auxiliaire de la voix passive)
On y trouve la forme verbale « AANgenomen », participe passé provenant de l’infinitif « AANnemen », lui-même construit sur l’infinitif « NEMEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « AANnemen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEnomen ».
Il y a REJET de la forme verbale « AANgenomen » derrière le complément éventuel («door beide partijen») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : AANGEBROKEN VTT AANBREKEN BESSY 59 VANDERSTEEN - Rajouté le 24/04/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Nauwelijks is de dag aangebroken of de eekhoorns voorraden verzamelen » OU « De dag is nauwelijks aangebroken (…) » (« A peine le jour s’est-il levé que les écureuils rassemblent des provisions »).
On y trouve la forme verbale « AANgebroken », participe passé provenant de l’infinitif « AANbreken », lui-même construit sur l’infinitif « BREKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « AANbreken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEbroken ».
Il y a REJET de la forme verbale « AANgebroken » derrière le complément (« nauwelijks ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : AANGEBROKEN VTT AANBREKEN BESSY 24 VANDERSTEEN - Rajouté le 23/04/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Dan is de tijd voor het vertrek aangebroken » OU « De tijd voor het vertrek is dan aangebroken » (« Alors le temps du départ est entamé = est venu »).
On y trouve la forme verbale « AANgebroken », participe passé provenant de l’infinitif « AANbreken », lui-même construit sur l’infinitif « BREKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « AANbreken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « AAN » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « aanGEbroken ».
Il y a REJET de la forme verbale « AANgebroken » derrière le complément (« dan ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations, consultez par exemple notre tableau des « temps primitifs » sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : UITGEKOZEN VTT UITKIEZEN BESSY 24 VANDERSTEEN - Rajouté le 22/04/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Ze hebben goed de plaats en het ogenblik uitgekozen » (« Ils ont bien choisi la place et le moment »).
On y trouve la forme verbale « UITgekozen », participe passé provenant de l’infinitif « UITkiezen », lui-même construit sur l’infinitif « KIEZEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « UITkiezen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEkozen ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgekozen » derrière les compléments (« de plaats en het ogenblik ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : UITGEVOERD VTT UITVOEREN BESSY 24 VANDERSTEEN - Rajouté le 21/04/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het idee wordt dadelijk uitgevoerd » (« L’idée est immédiatement exécutée = concrétisée »).
On y trouve la forme verbale « UITgevoerd », participe passé provenant de l’infinitif « UITvoeren », lui-même construit sur l’infinitif « VOEREN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « R », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « UITvoeren » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEvoerd ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgevoerd » derrière le complément éventuel (« dadelijk ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : UITGEVOERD VTT UITVOEREN RODE RIDDER 2 VANDERSTEEN - Rajouté le 20/04/2017

Description : La double phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij (Wulf) leidt de versterkingswerken, die door de landbouwers koortsachtig worden uitgevoerd » (« Il dirige les travaux de renforcement, qui sont exécutés fiévreusement par les agriculteurs »).
On y trouve, dans la phrase subordonnée, la forme verbale « UITgevoerd », participe passé provenant de l’infinitif « UITvoeren », lui-même construit sur l’infinitif « VOEREN » qui, comme la grande majorité des verbes néerlandais NE fait PAS l’objet des « temps primitifs » et NE fait PAS partie de la minorité « irrégulière » des verbes réguliers, résumée par les consonnes présentes dans « ‘T KOFSCHIP » ; en effet le radical (première personne du présent) se terminant par la consonne « R », on trouvera à la fin du participe passé le « D » majoritaire.
Quand « UITvoeren » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEvoerd ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgevoerd » derrière les compléments (« door de landbouwers » et « koortsachtig ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : UITGEROEPEN VTT UITROEPEN RODE RIDDER 12 VANDERSTEEN - Rajouté le 19/04/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Hij wordt tot koning uitgeroepen » (« Il est proclamé roi »).
On y trouve la forme verbale « UITgeroepen », participe passé provenant de l’infinitif « UITroepen », lui-même construit sur l’infinitif « ROEPEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « UITroepen » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEroepen ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgeroepen » derrière le complément (« tot koning ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici forme verbale « WERD » à l’O.V.T. ou prétérit) est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : UITGEVONDEN VTT UITVINDEN ROBERT EN BERTRAND 1 VANDERSTEEN - Rajouté le 18/04/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Het krediet werd in ons land nog niet uitgevonden » (« Le crédit n’a pas encore été inventé »).
On y trouve la forme verbale « UITgevonden », participe passé provenant de l’infinitif « UITvinden », lui-même construit sur l’infinitif « VINDEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « UITvinden » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEvonden ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgevonden » derrière le complément éventuel (« in ons land ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit
Cette phrase est à la voix passive, puisque l’auxiliaire « WORDEN » (ici forme verbale « WERD » à l’O.V.T. ou prétérit) est utilisé au lieu de l’auxiliaire « ZIJN ».

Nom : UITGEBROKEN VTT UITBREKEN 1 ROBERT EN BERTRAND 1 VANDERSTEEN - Rajouté le 17/04/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « Er is brand in een paviljoen uitgebroken ! » (« Il y a un incendie éclaté = Un incendie a éclaté = Un incendie s’est déclaré dans un pavilllon ! »).
On y trouve la forme verbale « UITgebroken », participe passé provenant de l’infinitif « UITbreken », lui-même construit sur l’infinitif « BREKEN », qui fait l’objet des « temps primitifs » des verbes dits « forts ».
Quand « UITbreken » est conjugué comme participe passé à l’équivalent du passé composé, cela entraîne en néerlandais une séparation de la particule « UIT » de son infinitif proprement dit, la particule « GE- » (commune à la majorité des participes passés) s’intercalant entre eux => « uitGEbroken ».
Il y a REJET de la forme verbale « UITgebroken » derrière le complément (« in een paviljoen ») à la fin de la phrase. Pour le phénomène du REJET du verbe, lisez notre synthèse en couleurs :
http://www.idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=rejVerbes
Pour complément d’informations concernant les « temps primitifs », consultez par exemple notre tableau de synthèse sur ce même site, où les couleurs aident à mieux comprendre trois grandes catégories de verbes irréguliers au passé :
http://idesetautres.be/?p=ndls&mod=grammatica&smod=tp&ssmod=ecrit

Nom : OPGESLOTEN VTT OPSLUITEN ROBERT EN BERTRAND 21 VANDERSTEEN - Rajouté le 16/04/2017

Description : La phrase suivante est grammaticalement intéressante : « In de herberg is een vrouw met twee kinderen opgesloten » (« Dans l’auberge, une femme est enfermée avec deux enfants »). (N.B. : la phrase commençant par un complément, il y a INVERSION)
On y trouve la forme verbale « OPgesloten », participe passé provenant de l’infinitif « OPsluiten », lui-même construit sur l’infinitif « SLUITEN », qui fait l’objet des « tem